Anthony BLANC CARRERAS Interculturel Adolescence.pdf


Aperçu du fichier PDF anthony-blanc-carreras-interculturel-adolescence.pdf

Page 1 2 3 456119




Aperçu texte


Mourad - 16 ans - Lycéen

Otman - 19 ans - Etudiant

Il apprécie mais n’écoute la
musique qu'en dehors du foyer, à
l'abri du regard des parents car il
n’en a pas le droit. Il « aime les
clips de hiphop ou de métal,
même ceux pour les grands ».

Rapport à la
culture
occidentale

Mourad nous dit qu’il « aime
l'Islam » mais qu’il « déteste »
les émissions sur l'Islam. « Les
parents aiment beaucoup la
religion, nous pas trop alors c’est
normal qu’on ne s’entende pas »
Mourad trouve « bien et
important de voir autre chose que
le Maroc ». Il sent plutôt proche
de l’Europe : « Nous on est un
peu comme en Europe les
jeunes ».

Rapport à la
tradition

Assez détaché de la tradition
« Les parents font la prière, ils
sont dans la tradition, nous on est
un peu comme en Europe ».

Passionné de punk et de rock, il
s'habille avec des jeans troués. La
musique est pour lui « une façon
moderne et exceptionnelle pour
parler d'un sujet, décrire une
situation »
« Je suis laïque et pour moi l'Islam
n'empêche pas les gens d'être
moderne » - « Je suis un athée
laïque » - « Il faut militer pour
avoir un état laïque ». « C'est en
imposant des valeurs musulmanes
aux autres que le conflit
commence » - « Ici il y a beaucoup
d'extrémisme religieux »
« Nous sommes plus près des
européens que ne l'étaient nos
grands-parents » - « Je crois très
fort à l'idée de nation du monde » « j'ai le droit d'exister, d'adopter la
culture que je veux » «Les vieux réagissaient mal mais
on s'en fichait, on se révoltait
contre ces personnes» - «La
société marocaine est
traditionnelle »

Relation entre
le père et fils

Le conflit est présent dans foyer,
mais il le rationnalise quelque
peu. « Des fois on se dispute, ou
les parents nous empêchent de
faire certaines choses ou nous
battent. Mais c'est normal ils
nous comprennent pas. »

Il n'a pas de problème avec son
père qui est « ouvert », mais pour
lui « les parents ouverts sont
rares » - « il y a absence de la
communication entre parents et
enfants »

Rapport à
l’influence de
la musique

Rapport à
l'Islam

Saad - 19 ans - Musicien
Saad est rappeur, il est très influencé par les musiques
américaines et européennes, d’une part dans ses
compositions mais également dans sa tenue vestimentaire.
La musique lui a donné envie de « ne pas être comme les
autres marocains ».
Evoquant l’exemple d’adolescents satanistes, il nous dit :
« Dans une famille musulmane, certains quittent leurs
familles et vivent entre eux, d'autres donnent H'shouma (la
honte) » - « les gens les tapent parce qu'ils insultent notre
Dieu ». Evoquant le cas de filles marocaines : « Elles ne
peuvent faire n'importe quoi non plus, à cause de l'islam » « On dirait que le seul moyen de ne pas se disputer c'est en
étant de bons musulmans comme eux, mais nous on a
changé on veut autre chose même si on croit en Allah »

« Le rap je l'ai pris des Etats Unis en le voyant à la télé » « Le courant satanique, il s'influe complètement de
l'Occident » - « Il y a vraiment trop d'influence d’Europe et
d’Amérique, oui vraiment trop »
« C'est le moyen âge ici » - « Plus ça va plus ça se libère »
« Nous, la tradition, on s'en fout un peu » - « Leur temps
était tout à l’inverse du notre. Tout a changé. Moi mes
parents ils ne veulent pas de ce temps nouveau »
Saad nous fait part d’un conflit très fort avec le père. Pour
celui-ci le rap est « h’ram » (interdit). « Mon père voit ça
d'une manière erronée » - « Moi, mes parents, ils ne veulent
pas de ce temps nouveau » - « Moi, c'est matin soir, que je
me dispute avec mes parents » - « Les parents ne nous
comprennent pas ; ils n'essaient pas de s'adapter, on n’est
pas du même temps ».