Anthony BLANC CARRERAS Interculturel Adolescence.pdf


Aperçu du fichier PDF anthony-blanc-carreras-interculturel-adolescence.pdf

Page 1...3 4 567119




Aperçu texte


IV. La rédaction de la question de départ :
A travers cette analyse de contenu, nous voyons un net rapprochement dans les
discours des trois adolescents, ainsi qu’une profonde divergence de ceux-ci avec les trois
discours des adultes. La seule thématique qui semble réunir les entretiens des deux
générations est celle du conflit au sein de la relation père-fils, conflit souvent lié aux
jugements divergents portés sur l’Islam et sur la culture occidentale. Au cours de cette
recherche, nous ne nous placerons pas dans une démarche comparative, la comparaison
précédente n’apparaissant que pour approfondir l’exploration de notre objet de recherche.
On relève dans le discours des adolescents un vif intérêt pour les cultures européennes
et américaines. Deux d’entre eux semblent s’approprier cette culture par le biais de la
musique. Les adolescents interrogés associent la culture occidentale à quelque chose de positif
et d’important pour eux, qui touche à la quête de liberté. Les adultes, au contraire, affichent
une appréhension et un certain refus face à cette influence extérieure.
Le thème de l’Islam apparaît d’une façon singulière dans les discours des deux
générations: les adultes en parlent comme de la bonne voie à adopter, celle à laquelle il faut se
soumettre, car elle est la solution à bien des problèmes. Les adolescents envisagent plutôt la
religion comme une des causes du conflit et des divergences avec leurs familles, comme une
contrainte.
On peut se demander de quelle manière ces adolescents associent alors cet attrait pour
l’Occident avec les exigences de leur propre culture et de la religion ; deux modalités
apparemment antagonistes dans les discours des pères. Les adolescents, pour se réaliser, sontils dans l’obligation de renoncer de façon définitive à la culture familiale ? Les adolescents
sont-ils dans l’obligation de se plier aux injonctions du père et de renoncer à toute culture
extérieure ? Peuvent-ils mettre en place une troisième voie, un entre-deux ? Nous pouvons
alors poser cette question de départ :

Chez les adolescents marocains, comment concilier dans leur construction
identitaire, la culture marocaine dans laquelle ils se sont enculturés et la culture
occidentale qui les attire ?