Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



RECIT de mon 1er marathon PARIS 07 04 2013 .pdf



Nom original: RECIT de mon 1er marathon - PARIS 07-04-2013.pdf
Auteur: a

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par DPE Build 5095, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 10/04/2013 à 20:42, depuis l'adresse IP 83.157.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 757 fois.
Taille du document: 2.6 Mo (3 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


PARIS 07 AVRIL 2013 - MON 1ER MARATHON!
Un récit de mon 1er marathon, oui mais pourquoi?
L'aventure est tellement magique que je ne veux pas oublier ces sensations.
Deux jours après, je suis encore dans ma bulle, encore sur ma planète
running. J'y pense toujours autant avec une certaine nostalgie voire même
un p'tit blues post-marathon
Tout a commencé dès lors que l'idée de courir un marathon a germé dans
ma tête: et pourquoi pas mol. .. J'ai fait plein de petites courses 10km, 2 semi-marathon, je
cours régulièrement depuis 2 ans... Et hop c'est décidé 2013 sera l'année de mon 1er
marathon:

42 ans - 42 km !
Je veux mettre toute les chances de mon côté en prenant la décision de m'inscrire au club
d'athlé de Corbeil afin de préparer au mieux cette distance mythique!
Faire un marathon oui, mais le finir avec l'envie d'en faire un deuxième.
Je profite de l'occasion pour remercier tous les copains de l'athlé qui m'ont soutenue durant
ces mois de préparation.
Puis s'ouvre à moi l'opportunité

de pouvoir obtenir un dossard pour le marathon de Paris!

Merci C. J'ai vécu grâce à toi une expérience inoubliable!

Et le rêve commence ... l'aventure

aussi.
Je démarre mon plan d'entrainement en janvier. Et me voilà avalant les kms, encaissant les
douleurs, écoutant et enregistrant chaque conseil, chaque expérience. Je me transforme en
machine à courir ... J'adore!
La semaine qui précède le marathon, j'entre dans ma bulle. Le jour J approche et les doutes
aussi : suis-je assez bien préparée, vais-je aller jusqu'au bout, je ne me connais pas dans
cette situation, que va-t-il se passer? Ma Zelga Nath et ma copine d'athlé Catherine vont
courir avec moi. Un grand merci les filles pour votre soutien et vos conseils si précieux. Vous
n'imaginez pas à quel point vous m'avez aidée!
Dimanche 7 avril 2013
7 h 00 : nous partons et miracle IL FAIT BEAU! yessss !
7 h 45 : arrivée à Paris (Merci JP) Rencontre avec ces ""'- .~~-~
curieux personnages enveloppés dans des sacs poubelles
qui courent en direction des Champs Elysées. C'est
comme s'ils étaient attirés. Première pause toilettes au
bistrot du coin. Et curieusement, nous finissons aussi par
enfiler ce merveilleux sac blanc qui tient chaud.

l'évènement!

.

,


• '.

- ~
il

_A,,;J:

- ...•

i

8 h 30 : Direction vers les Champs Elysées. Je mesure l'ampleur
Le monde, le lieu, l'ambiance, tout est magique. Je veux profiter à fond!

de

8 h 45 : SAS des 4h15 et rencontre avec un frotteur (eh oui, même dans une file d'attente
pour aller courir un marathon, il y en avait un juste derrière moi: Gazelle très colère !)
J'ai peur que ma Zelga Nath ne soit pas admise dans notre SAS du fait de son dossard 3h45
mais nous entrons finalement toutes les 3 dans le même SAS (Merci Mme la bénévole pour
votre compréhension). L'ambiance aidant, l'attente se fait plutôt bien.
9 h 30 env : nous avançons vers le départ et C'EST PARTI pour 42,195 km. Je ne veux pas
m'emballer, je dois tenir mon allure pour ne pas me griller. Je regarde autour de moi, nous
papotons tranquillement...

1er RAVITO : On aperçoit les grandes poubelles orange "je cours, je bois, je trie". C'est
pourtant clair non 7 et bien pas tant que ça, puisque nous nous précipitons dans ces jolies
poubelles pour prendre des bouteilles et de se dire "c'est dingue leur ravito est nul ! c'est
franchement exagéré !" Nous allons nous apercevoir qu'en fait c'est pour le tri des
bouteilles ...LA HONTE... Poussée par son JP qui surgit de la foule tous les 5 km"tu peux faire
mieux, vas-y!! !!", Catherine nous abandonne et s'envole vers un 4h12' et son record: Bravo
Championne! Je vais continuer de profiter de chaque km en parlant avec ma Zelga jusqu'au
semi.
12ème km : château de Vincennes, je mesure de nouveau l'ambiance et la chance que j'ai de
pouvoir courir ce marathon. J'ai l'impression d'être Paula Radclikke touchant les mains des
enfants (enfin je suis pas sûre qu'elle ait pris le temps de leur toucher les mains ...)
21,100 km en 2h15 "dis-moi Zelga, et si on se faisait un semi maintenant !" et c'est reparti. Je
perds mon petit porte-bonheur
: les photos de mes pépettes qui tombent par terre,
piétinées par les runneurs ... snif, pas d'émotion Cécile, pas d'émotion!
25ème km : tiens, les choses changent. Je suis de plus en plus à l'écoute de mon corps. Tout
ce que je n'ai pas réussi à faire pendant les entraînements (comme par exemple avoir une
foulée plus détendue, plus souple) et bien miraculeusement aujourd'hui j'y arrive! trop forte
Cécile! Mais c'est à ce moment aussi que je commence à douter ... les questions reviennent.
Pourtant encouragée par la foule, j'arrive à me ressaisir
30ème km : Mais je ne serais pas en train de rencontrer le fameux mur 7... Gazelle en alerte.
C'est comme si des antennes de survie sortaient de ma tête: Vigilance extrême. Soudain, je
vois surgir du côté du parcours 4 yeux bleus : 1 paire pour Steph puis une autre pour
Vanessa. Le choc est tel que mon cœur s'emballe et j'ai du mal à respirer. Nooooonn pas
maintenant! Je me remets dans ma bulle. Ma Steph courra environ .... l00m (101 !) avec nous
car elle ira rejoindre une autre copine en difficulté. Ma petite Vanessa reste avec nous pour
les 12 km restants. Elle est toute fraiche ma Vaness ! Et dire qu'au Paris-Versailles je
l'encourageais et aujourd'hui j'ai du mal à la suivre. Tu as du kiffer ce moment non 7 Je sens
ma Zelga Nath qui a envie de partir mais elle se retient pour reste avec moi, c'est pas beau
ça !
30ème au 36ème km : c'était bien le fameux mur. C'est dur d'avancer mais je ne lâche rien.
Je pense à ma Zelga Cath et ses commentaires sur Facebook "lâche rien Cécile pas
maintenant".
35ème km : encore 7 ! C'est rien 7 ! Je demande à mes "liévrettes" de me parler (je ne
réponds plus depuis longtemps) de tout et n'importe quoi mais surtout pas d'émotion !
J'arriverai quand même à courir et à dépasser ce mur, mythique lui aussi finalement. Alors ce
mur, on m'en parlé des dizaines de fois. Je m'attendais à quelque chose de violent. Une
claque géante qui te fait trébucher ...Mais le mien, mon petit mur à moi, a davantage
ressemblé un gros coup de mou mais qui va durer 6 km !
37ème km : Allé encore 5 petits km, un petit échauffement de semaine, c'est rien à faire ça
ma Cécile! Je ne peux pas abandonner maintenant. Une crampe sous le pied: non! non! et
non ! j'en veux pas. A ce moment précis, j'ai la sensation que ma tête a viré direct cette
satanée crampe qui apparaissait. C'est dingue! Je suis maintenant
portée par les
encouragements de la foule, les cris, mes Zelgas. "1 am Paula, 1 am Paula!!!" j'arrive sur les
derniers 100 m : C'ESTENORME! Quelle joie! Quelle émotion! Je franchis la ligne d'arrivée,
je me jette dans les bras de ma Zelga Nath, je pleure de joie. Je l'ai fait, j'ai réussi, je n'en
reviens pas:

JE SUIS MARATHONIENNE! YESSSSSSSSSSSSS !

Nous retrouvons notre championne 4h12. Elle est contente pour moi.
J'appelle mon homme tout de suite: je l'aime grave! il est ému ...
l'anecdote est aussi dans le fait que notre Vanessa a franchi la ligne
d'arrivée avec nous. Tu vois Vaness' toi aussi tu as fait le marathon de
Paris!
Je retiens de ce marathon la joie des spectateurs tout au long des 42 kms
(ça aide énormément pour un Ier), le soutien de mes Zelgas, le parcours
est splendide, l'organisation au top et surtout une rencontre magique avec •..•.••..•... MOI! Je
suis tellement heureuse et fière de ce que j'ai accompli; je doutais tellement! Je voulais le
finir ce marathon et je l'ai fini avec le sourire, les larmes de joies, et surtout l'envie de
continuer à courir et l'envie d'en re-courir un.
Ps : vous voyez finalement comme le chrono est peu important pour un premier marathon?
J'ai omis d'en parler dans mon récit © Aller, pour la forme: 4h37'42
Place aux MERClSSSSSSSSS
:
Rym'K qui m'a épaulée et super conseillée dans mes débuts en CAP
Catherine G. pour ses conseils et sa présence
Ma Zelga Nath' : je suis si contente de partager cette expérience avec toi
Ma petite Vaness' : trop mignonne d'être là pour moi pendant ces 12 derniers kms
VIVE l'ASCE Athlétisme! la top ambiance qui règne pendant nos séances
d'entraînement y est pour beaucoup!
Merci tout particulier à mon petit mari et mes filles chéries qui entendent parler du
marathon depuis 1 an maintenant.
Je continue l'aventure par procuration:
1er marathon le 01/05/2013 !!!!

mon homme finit son entraînement

pour courir son

Je suis lancée et j'espère bien continuer à vivre des expériences aussi riches en défi de soi,
en rencontres formidables!
Cécile
dossard 54977


RECIT de mon 1er marathon - PARIS 07-04-2013.pdf - page 1/3
RECIT de mon 1er marathon - PARIS 07-04-2013.pdf - page 2/3
RECIT de mon 1er marathon - PARIS 07-04-2013.pdf - page 3/3

Documents similaires


recit de mon 1er marathon paris 07 04 2013
mon ny marathon a moi
marathon matinqal des mamans
marathon matinal des mamans
race report im vichy
recit marathon de barcelone


Sur le même sujet..