Rapport de recherche .pdf


Aperçu du fichier PDF rapport-de-recherche.pdf - page 4/63

Page 1 2 3 456 ... 63



Aperçu du document


1. Introduction
L’état de santé actuel des sociétés occidentales, dont le Québec fait partie, impose
une réflexion en profondeur sur certaines habitudes de vie. Face à l’omniprésence de
multiples maladies (Programme national de santé publique, 2008), nombreux sont ceux
qui remettent en question la manière de s’alimenter. Plusieurs craignent que la forte
consommation de produits animaliers, notamment associée au régime occidental, ne soit
pas appropriée à la biologie de l’être humain (Mathews et al, 2008 ; Rosalind, 2010). De
fait, l’homme est le seul animal à prolonger sa consommation de produits laitiers après
l’allaitement maternel (Valenze, 2011),

une habitude alimentaire contredite par de

nombreuses études scientifiques.
En effet, il semblerait que certains constituants du lait nécessaires à la croissance
rapide du nouveau-né, dont certaines substances hormonales et protéines animales, soient
liés à l’apparition de certains cancers à l’âge adulte (Kaaks, 2008), dont ceux de la
prostate et du sein, qui trônent au sommet des cancers diagnostiqués chaque année chez
les hommes (27,2 %) et chez les femmes (25,6 %) au Canada (Société canadienne du
cancer, 2012). Or, la quasi-absence de ces cancers en dehors des sociétés occidentales
(Campbell et Campbell II, 2006) laisse présager une grande influence du mode de vie,
dont possiblement des produits laitiers qui y sont consommés abondamment chez les
Occidentaux (Campbell et Campbell II, 2006 ; Centre canadien d’information laitière,
2013 ; Kaaks, 2008). D’autre part, la consommation de produits laitiers, bien que
généralement conseillée pour favoriser la densité osseuse, semble toutefois être à
l’origine de l’augmentation du taux d’ostéoporose dans les sociétés occidentales. En
France, par exemple, où la consommation en laitages a quadruplé depuis les cinquante
dernières années, le taux d’ostéoporose a progressé à raison de 4 % par année (Souccar,
2008). D’ailleurs, en 2010 au Canada, cette maladie affectait déjà plus d’une femme sur
trois et plus d’un homme sur cinq, tout en élevant la facture des soins de santé à 2,3
milliards pour cette même année (Osteoporosis Canada, 2012). Jumelés à ces
controverses, plusieurs autres aspects sont soulevés par la consommation de produits
laitiers, notamment l’intolérance au lactose, une affection qui touche environ 75 % de la
3


Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00174405.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.