Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact


manuel init .pdf



Nom original: manuel_init.pdf
Titre: DOC EXE 32 P_4

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par QuarkXPress Passport. 4.1: LaserWriter 8 FU2-8.7.1 / Acrobat Distiller 5.0.5 pour Macintos, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 25/05/2013 à 10:01, depuis l'adresse IP 109.10.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 3536 fois.
Taille du document: 924 Ko (16 pages).
Confidentialité: fichier public





Aperçu du document


Manuel
d’initiation
du tireur
sportif

38, rue Brunel - 75017 PARIS
Tél. : 01 58 05 45 45 – Télécopie : 01 55 37 99 93

www.fftir.asso.fr

A

vant-propos
vant-propos

Vous venez d'adhérer à la Fédération Française de Tir :
soyez le bienvenu dans ce sport qui, nous en sommes persuadés, vous
apportera beaucoup de plaisir.
Le Tir Sportif, que vous le pratiquiez en loisir ou en compétition, nécessite
de votre part le respect de règles intangibles de sécurité et la connaissance de
quelques fondamentaux techniques.
Ce manuel a pour objet de guider vos premiers pas dans la pratique du tir
sportif.
Vous y trouverez successivement les règles de sécurité à respecter en toutes
circonstances, un lexique destiné à vous familiariser avec certains termes
couramment utilisés, les principes élémentaires de la technique, les différentes
disciplines que vous pouvez pratiquer au sein de la F.F.Tir, le matériel que vous
pouvez utiliser, la législation en vigueur concernant la réglementation des
armes et un organigramme récapitulatif de la F.F.Tir. En toutes circonstances
n'oubliez pas que vous êtes un tireur sportif et qu'à ce titre vous devez
toujours garder à l’esprit l'éthique qui se rattache à ce qualificatif.
Bons tirs et meilleurs résultats !

SOMMAIRE
SÉCURITÉ ................................................. 3

EXPLICATION DES SÉANCES
CONTRÔLÉES DE PRATIQUE DU TIR
• Le certificat de contrôle
des connaissances .................................. 17
• Les séances contrôlées
de pratique du Tir .................................. 18

LEXIQUE ............................................. 4 à 6
QUELQUES PRINCIPES
ÉLÉMENTAIRES DE LA TECHNIQUE
• La position ............................................... 7
• La visée ................................................... 7
• Le lâcher ................................................ 10
• La tenue de l’arme ................................. 11
• L’annonce .............................................. 11
• Le réglage ............................................. 11
• Les erreurs de visée ................................ 12

LES DISCIPLINES
DU TIR SPORTIF
• Carabine ............................................... 19
• Pistolet .................................................. 20
• Cible mobile .......................................... 21
• Plateaux ................................................ 22
• Carabine 300 m .................................... 23
• Arbalète ................................................ 24
• Armes anciennes ................................... 25
• Bench rest ............................................. 26
• Parcours de tir ....................................... 27
• Silhouettes métalliques .......................... 28
• Ecoles de tir ........................................... 29

LE MATÉRIEL
• Le choix de l’arme .................................. 13
• Autres matériels ..................................... 13
RÉGLEMENTATION EN VIGUEUR
AU 1/01/1999 CONCERNANT
LA LEGISLATION SUR LES ARMES
• Catégories d’armes ................................ 14
• Acquisition, détention, déclaration ...... 15 à 16

STRUCTURE DE LA F.F.Tir .................... 30

2

SÉCURITÉ
La sécurité nous concerne tous, tireurs, arbitres, dirigeants et spectateurs. Nous
devons l’appliquer dans le respect de l’utilisation des règlements propres à chaque stand
et à chaque discipline.
Vous trouverez ci-après, ce qu'il convient de faire et de ne pas faire.
Cette liste n'est évidemment pas exhaustive.

1. L’ARME .......................................

être effectués avec l’arme désapprovisionnée,
canon dirigé vers le haut ou vers le bas.

Arme approvisionnée : c'est une arme qui
contient des munitions.
Arme chargée : c'est une arme qui contient des
munitions dans la chambre (ou le barillet).
Arme prête à tirer : c'est une arme dont toute action sur la queue de détente fait partir le coup.
Arme mise en sécurité ou désapprovisionnée :
c'est une arme dont on a :
• enlevé le chargeur, vidé le magasin, la chambre
ou le barillet de ses munitions,
• ouvert le mécanisme (culasse ouverte ou barillet
basculé),
• contrôlé visuellement et physiquement l'absence de munitions.
Ne jamais faire confiance aux seules sécurités mécaniques des armes.
Une arme doit TOUJOURS être considérée
comme chargée et à ce titre ne doit JAMAIS être
dirigée vers soi-même ou autrui.

4. PENDANT LE TIR..........................
Le canon de l'arme doit être, EN TOUTES CIRCONSTANCES, dirigé vers les cibles ou la butte de tir.
Avant qu'un tireur, arbitre, responsable, ne se déplace en avant du pas de tir, les armes doivent être
mises en sécurité.
Pendant qu'un tireur, arbitre, responsable, est en
avant du pas de tir, il est interdit :
• de toucher à son arme,
• d'approvisionner les chargeurs sans autorisation.
Il est obligatoire de porter un système de protection auditif pendant les tirs aux armes à feu.
Il est vivement recommandé ou obligatoire
pour certaines disciplines de porter des protections oculaires pendant le tir.

5. EN CAS D’ARRÊT DU TIR .............

2. LE TRANSPORT DE L'ARME .........

Lors d'une pause de courte durée au poste de
tir, le tireur doit rester maître de son arme et
respecter les règles de sécurité.
En cas de dysfonctionnement, de contrôle ou
de réparation, l'arme doit être mise en sécurité.

Entre le domicile et le stand :
L’arme désapprovisionnée et équipée d'un dispositif rendant son utilisation immédiate impossible doit être transportée dans une mallette.
Les munitions sont transportées à part.
Lorsque vous vous déplacez avec vos armes, vous
devez toujours être en possession de votre licence,
de votre carnet de tir et des autorisations de détention correspondantes.

6. EN FIN DE TIR ..............................
L'arme doit être mise en sécurité avant son rangement.

3. L'ARRIVÉE AU PAS DE TIR ...........
7. AU DOMICILE ..............................

La mallette est apportée au pas de tir et l'arme
n’est sortie qu’à ce moment là.
Une arme ne doit jamais être manipulée ni fermée brutalement.
Avant d'utiliser une arme, s'assurer qu'elle est
en bon état de fonctionnement.
Les déplacements peuvent éventuellement

L'arme doit être mise en sécurité. Les armes et les
munitions soumises à autorisation doivent être
entreposées dans un coffre-fort ou une armoire
forte.
Les opérations de réparation et d'entretien doivent se faire dans un local adapté.

3

LEXIQUE
ÂME : Intérieur du canon. Il est rayé longitudinalement selon un pas approprié pour conférer au projectile un effet de rotation afin de stabiliser et régulariser sa trajectoire.

BUSC : Partie supérieure de la crosse des carabines et
des poignées des revolvers ou pistolets.
BRETELLE : Accessoire utilisé en tir à la carabine dans
certaines disciplines. Elle consolide efficacement le triangle arme / bras / avant-bras du tireur.

AMORCE : Capsule sertie au fond de l'étui d'une
cartouche à percussion centrale contenant la matière
inflammable au choc du percuteur pour mettre feu à
la poudre. Dans une percussion annulaire la matière
inflammable est logée dans le bourrelet de l'étui.

CANON ou TUBE : Partie de l'arme qui guide le projectile. Sa qualité confère à l'arme la majeure partie de
sa précision.
CALE MAIN : Accessoire utilisé en tir à la carabine.
Fixé sur le fût, il évite à la main du tireur de changer
de position et relie la bretelle à l'arme.

ANNONCE : C'est pouvoir dire où se situe l'impact sur
la cible en fonction de l'analyse du tir au moment du
départ du coup (position des organes de visée par rapport au visuel, qualité du lâcher,…).

CALIBRE : Ils peuvent être exprimées en mm., en inchs
(armes rayées d’épaule ou de poing) ou en gauges
(armes lisses : fusils). Exemple : un calibre 22 L.R. (en
réalité 0,22 inch ou 22/100 èmes d'inch) correspond
à un calibre de 5,5 mm (exactement 5,58 mm), un 45
à 11,43 mm, etc.

ARME à REPETITION : Arme qui, après chaque coup
tiré, est rechargée manuellement par introduction
dans le canon d’une cartouche prélevée dans un magasin et transportée à l’aide d’un mécanisme.
ARME à UN COUP : Arme sans magasin qui est chargée avant chaque coup par introduction manuelle de
la cartouche dans la chambre ou dans un logement
prévu à cet effet à l’entrée du canon.

Un fusil calibre 12 : 12 est le nombre de balles sphériques qu’il serait possible de couler dans une livre (anglaise ou française) de plomb. Une telle balle aurait
19 mm de diamètre.

à lame pour les pistolets et revolvers de compétition
(visée ouverte), et 99 fois sur 100 en anneau pour les
carabines et sous le tunnel protège - guidon (visée fermée).

CROSSE : Partie de l'arme, de poing ou d'épaule, qui
permet sa préhension. Le tireur peut l'adapter à sa
morphologie.
CULASSE : Pièce mobile de l'arme qui comporte le
percuteur et l'extracteur. Dans son mouvement arrière
engendré par la poussée des gaz ou la manipulation
du tireur, la culasse extrait la cartouche ou l'étui vide
et réarme le chien. Dans son mouvement avant, provoqué par le ressort récupérateur ou la manipulation
du tireur, elle prélève un nouveau projectile dans le
chargeur ou le magasin et l’introduit dans la chambre.

HAUSSE : Des deux instruments de visée de l'arme,
c'est le plus proche de l'œil. Elle est réglable en hauteur et latéralement pour permettre d'ajuster le tir.
IGNITION : Mise à feu de la poudre.
IMPACT : Trou effectué par le projectile dans la cible.
IRIS : Système se fixant sur la hausse. Il permet de régler le diamètre de l'ouverture et de positionner des
écrans de couleur.

DÉTENTE (queue de) : Pièce sur laquelle l'index
exerce une pression qui provoque le décrochage de la
gâchette. Cette pièce est souvent et à tort appelée gâchette.

LACHER : Action du doigt sur la queue de détente qui
a pour but de provoquer le départ du projectile.

DOUBLE ACTION : Une pression sur la queue de détente arme le chien puis le libère.

LIGNE DE MIRE : Droite allant du centre de la hausse
au guidon.

EPAULÉ : Action qui consiste pour un carabinier à placer la plaque de couche de son arme contre son
épaule ou son bras pour commencer sa mise en position et l’action de viser - tirer.

LIGNE DE VISÉE : Droite théorique allant de l’œil du
tireur au point visé en passant par les instruments de
visée.

ETUI ou DOUILLE : Partie de la cartouche, généralement en laiton, qui reçoit l'amorce et la poudre et
sur laquelle on vient sertir la balle.

LUNETTE : Optique grossissante ou télescope qui permet de voir ses impacts en cible. Il est important
qu'elle soit lumineuse afin de bien voir sans fatiguer
l'œil. Plus la surface de la lentille frontale est importante et plus la lunette est lumineuse. La luminosité
est un meilleur critère de qualité que le grossissement.

CARCASSE : Partie usinée qui supporte le canon et
l'ensemble des pièces constitutives de l'arme.

EXTRACTEUR : Ergot qui accroche la gorge ou le
bourrelet de l'étui et permet de l’extraire de la
chambre.

CARTOUCHE : Ensemble comportant l'étui, l'amorce,
la poudre et le projectile.

FLÈCHE : Hauteur maximum atteinte par la balle sur
sa trajectoire.

ARME SEMI-AUTOMATIQUE : Toute arme qui,
après chaque coup tiré, se recharge automatiquement
et qui ne peut, par une seule pression sur la queue de
détente, lâcher plus d’un seul coup.

CHAMBRE : Alvéole du barillet des revolvers recevant
la cartouche. Partie du canon du pistolet ou de la carabine où se loge la cartouche provenant du chargeur
ou du magasin.

FÛT : Partie inférieure de la crosse en avant du pontet.

PAS DE TIR : Emplacement organisé face aux cibles
comprenant l’ensemble des postes de tir.

BALLE : C'est le projectile. Il est généralement en
plomb. Il peut être chemisé de laiton (ou de cuivre s'il
est propulsé à une vitesse initiale élevée). Son poids
est le plus souvent cité en grains.
1 grain = 0,0648 gramme.
1 gramme = 15,432 grains.

CHARGEUR : Boîtier amovible contenant les cartouches.

FUSIL : De chasse ou de guerre. En tir sportif aux plateaux, l'arme d'épaule est appelée fusil. En tir à la
cible, l'arme d'épaule peut être appelée fusil ou carabine, en fonction de la discipline tirée.

PERCUTEUR : Pièce qui frappe l'amorce pour faire partir le coup. Presque toujours solidaire du chien sur le revolver, il est intégré à la culasse sur le pistolet et la carabine.

ARME AUTOMATIQUE : Toute arme qui, après
chaque coup tiré, se recharge automatiquement et qui
peut, par une seule pression sur la queue de détente,
lâcher une rafale de plusieurs coups. Cette arme est
interdite en tir sportif.

CHIEN : Il est apparent sur les revolvers et comprend
souvent le percuteur. Il est également apparent sur
certains pistolets (ex : Colt 45) ou carabines (ex : Winchester). La gâchette ayant décroché, le chien, libéré,
provoque le départ du coup directement (chien à percuteur) ou en frappant sur le percuteur.

BARILLET : Magasin cylindrique des revolvers
qui tourne sur un axe parallèle au canon pour placer
successivement les cartouches en position de
percussion.
BOUCHE : Orifice du canon par lequel sortent les projectiles.

CLIQUER : Déplacer la hausse pour régler le tir. Les vis
de hausse comportent des “ clics ”, d'où l'expression
usuelle des tireurs “ cliquer ”. Notons qu'il faut déplacer la hausse dans le sens où on veut déplacer le tir.

BOURRELET : Partie saillante du culot de l'étui des
cartouches.

CORDON : Petit liseré séparant les zones de valeur des
points.

4

LUNETTE DE VISÉE : Accessoire pouvant être monté
sur une arme.

PISTOLET : Toute arme de poing autre qu'un revolver.

GACHETTE : Pièce interne du mécanisme de détente
qui retient le chien armé et qui décroche lors de l’action du doigt sur la queue de détente.

PLAQUE DE COUCHE : Partie arrière fixe ou mobile
de la crosse des carabines et fusils qui se place contre
l'épaule ou le bras. Réglable, elle permet au tireur par
son déplacement vertical, de s'adapter aux différentes
positions debout, genou, couché, ainsi que d'offrir un
placement en bonne position par rapport à la hauteur
de sa cible.

GROUPEMENT : La notion de groupement correspond à un nombre d'impacts situés au même endroit
dans une cible.
GUIDON : C’est le deuxième élément de la visée.
Situé à l’extrémité du canon, au dessus de la bouche,
le plus souvent fixe, il est parfois mobile sur les armes
anciennes. Dans ce cas pour obtenir le même résultat qu'avec une hausse, il se déplace dans le sens
opposé à celle-ci. Il est souvent interchangeable pour
pouvoir modifier sa taille et sa forme. Il est toujours

POIGNÉE PISTOLET : Partie de la crosse carabine adjacente au pontet permettant la prise en main.
POINT MOYEN : Milieu d'un groupement d'impacts.
On se réfère au point moyen pour régler son tir par
déplacement de la hausse.

5

PONTET : Pièce en arceau protégeant la queue de détente d'un accrochage intempestif, d'un choc, d'un
déplacement, etc.
PORTÉE : Distance maximale possible du parcours
d'un projectile.

REGLAGE : Déplacement de la hausse dans le sens où
l'on veut faire porter son tir. Voir cliquer.

QUELQUES PRINCIPES ÉLÉMENTAIRES

SIMPLE ACTION : Quand le chien est armé par un
procédé autre que la pression sur la queue de détente.

DE LA TECHNIQUE

TRAJECTOIRE : Courbe décrite par un projectile dans
son déplacement dans l'espace.

PRISE EN MAIN : Manière de prendre l'arme. La prise
en main doit être reproduite de façon identique, tir
après tir, pour éviter des écarts importants en cible.

TIR PRECIS : Ensemble d'impacts très groupés situé
n'importe où dans la cible.

RECHARGEMENT DES MUNITIONS : Action de recomposer une munition à partir des éléments de base
qui la composent : étui, amorce, poudre, balle. Dans
certaines disciplines le rechargement est conseillé afin
d’obtenir le meilleur couple arme-munition.
REVOLVER : Arme de poing comportant un magasin
cylindrique rotatif (barillet) tournant selon un axe parallèle au canon. Le barillet demeure solidaire de
l'arme pour l'approvisionner en munitions. Il peut être
basculant ou fixe.

TIR JUSTE : Ensemble de coups groupés situé au
centre de la cible. Pour obtenir un tir juste, après avoir
effectué un tir précis, on fait intervenir le réglage.

Que vous soyez attiré par le tir sportif de loisir ou de compétition, maintenant que vous êtes licencié,
nous vous invitons à exercer cette pratique en toute sécurité en appliquant quelques principes techniques élémentaires.

VISUEL : Partie centrale noire de certaines cibles.

Votre choix pourra se porter sur des armes de poing ou d’épaule, selon votre propre sensibilité.
A cet effet, et à travers l’exemple du tir de précision à 10 mètres, nous vous proposons les premiers conseils techniques qui vous permettront d’apprendre un bon geste.

WAD-CUTTER : Type de projectile entièrement en
plomb qui découpe dans le papier ou le carton des
cibles des impacts d'une netteté parfaite comme le
ferait un emporte-pièce. Traduction littérale : wad-cutter = bourre coupante.

Pour tirer et atteindre une cible avec précision à chaque coup, il convient de coordonner les éléments techniques suivants, qui composent la séquence de tir :

............................................ LA POSITION
............................................ LA VISÉE
............................................ LE LÂCHER
............................................ LA TENUE DE L’ARME
............................................ L’ANNONCE
C'est à partir des éléments de cette séquence que nous allons évoquer succinctement la technique
de base.

1. LA POSITION ...............................

apnée) lors de la réalisation d’un geste précis.

Nous vous présentons à travers quelques schémas commentés, les fondamentaux de la position debout du pistolier et du carabinier.

2. LA VISÉE .....................................
Les organes de l'arme permettant la visée sont :
la hausse située en arrière du canon et le guidon placé à son extrémité avant.

De par leur morphologie, certains tireurs devront
faire évoluer leur position, et ce, en respectant
les principes de simplicité, d’équilibre et de reproductibilité.

La hausse comporte une planchette réglable en
hauteur et en direction, équipée soit d'un cran
de mire (pistolet), soit d'un œilleton (carabine).

Au niveau de la respiration, chacun comprendra
que le geste du tireur s'accommode mal des
“ bougers ” qu’elle peut engendrer. Toutefois,
instinctivement, celle-ci va se bloquer (par une

6

Le guidon est à lame, de la forme du cran de
mire (pistolet) ou circulaire, à trou, logé dans un
tunnel (carabine).

7



Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


Fichier PDF shootershandbook2012french
Fichier PDF amis tireurs
Fichier PDF reglement hunter loisir 2
Fichier PDF reglement du grand concours internationnal du forum gun
Fichier PDF classement armes
Fichier PDF 10 entretien des armes et accessoires 1


Sur le même sujet..