La Terre Creuse.pdf


Aperçu du fichier PDF la-terre-creuse.pdf

Page 1 2 3 45688


Aperçu texte


La Terre creuse

4

LES UFOs ET LE SECRET GOUVERNEMENTAL
Frank Edwards, qui fut un courageux commentateur de radio et de télévision, déclara un jour : « Les
ordres de discrétion concernant les UFOs 1 viennent du sommet. L'Armée de l'Air n'y est pour rien, elle ne fait
qu'obéir. » Edwards entreprit une vigoureuse croisade pour démasquer la censure officielle. Il s'efforça de mettre
en évidence qu'on cachait quelque chose au public. J'ai été l'ami d'Edwards pendant des années, je crois pouvoir
dire qu'il savait de quoi il parlait. C'est pourquoi je partage totalement l'opinion qu'il a exprimée ci-dessus.
Des révélations récentes, provenant de sources diverses, n'ont fait que confirmer cette opinion. Voici les
faits. Le lecteur a le droit d'être informé.
Durant des années, beaucoup de chercheurs qui s'intéressaient aux UFOs ont senti que l'Armée de l'Air
était en possession de faits relatifs à ces mystérieux engins. Mais les responsables ne voulaient pas les livrer au
public pour des raisons connues d'eux-mêmes. Divers articles parurent dans la presse à ce sujet. En voici
quelques-uns parmi les plus significatifs.
En 1958, Bulkley Griffin, du Standard-rime de New Bedford, Massachusetts, écrivit une excellente
série. L'un de ses papiers s'intitulait : « La censure du Pentagone sur les UFOs est une réalité. »
Dans cet article, la question posée était celle-ci : de quel droit une organisation militaire monopolise-t-elle
le contrôle sur tout ce qui concerne les UFOs et interdit-elle de ce fait au public d'en savoir plus ?
L'Armée de l'Air a sa propre réponse. L'ordonnance 200-2 débute ainsi : « Toute investigation et toute
analyse relatives aux UFOs relèvent de la seule responsabilité de l'Air Force, qui a le devoir de défendre les
Etats-Unis. » Plus loin (toujours dans cette ordonnance 200-2), les UFOs sont mentionnés comme « une menace
possible pour la sécurité des U.S.A. ».
Mais pourquoi ce silence persistant ? Aucune réponse définitive n'a été donnée à cette question essentielle.
Le CIA, d'une manière mal définie, et le FBI, dans des cas individuels, se sont intéressés à l'affaire. Mais ni l'un
ni l'autre n'ont la réputation d'être très loquaces ! Le Conseil national de sécurité ne l'est pas plus.
Les membres de la sous-commission permanente du Sénat chargée des enquêtes ont fait une étude sur la
question, puis ont décidé de ne pas enquêter (!) et de ne tenir aucune audience, privée ou publique. Une victoire
pour l'Armée de l'Air.
Vers la fin de 1958, une série d'articles de John Lester parut dans le Newark Star Ledger. Cette série fit
sensation. Le major Donald E. Keyhoe, président de la Commission nationale d'investigations des phénomènes
aériens, déclara
« Les révélations de ce journal confirment publiquement ce qui était connu de notre commission, à savoir
que des observateurs, nombreux et hautement qualifiés, sont persuadés de l'existence des soucoupes volantes et
de leur contrôle par une force intelligente. »
Keyhoe, un officier de marine à la retraite, ajoutait qu'une telle divulgation « aiderait à faire tomber la censure officielle qui frustrait le public de la vérité ».
Dans la coulisse, l'Air Force et le CIA gardaient leurs secrets avant de décider ce qu'il conviendrait de
raconter au peuple américain.

1

UFO : Unidentified flying objects (objets volants non identifiés). (NA.T.)