Mémoire de fin d'étude Florent NOIR & Benjamin MORGUEN.pdf


Aperçu du fichier PDF memoire-de-fin-d-etude-florent-noir-benjamin-morguen.pdf - page 5/86

Page 1...3 4 56786



Aperçu texte


Préface :
Le Monde, dans un article datant du 14 février 2013, nous informait que les ventes de vins et de
spiritueux français avaient battus, en 2012, un nouveau record à l'exportation : « le chiffre d'affaires
réalisé hors de France a atteint 11,15 milliards d'euros, en croissance de 10 % par rapport au
précédent sommet de 2011» (chiffres 2013 de la FEVS: Fédération des exportateurs de vins &
spiritueux de France). Plus impressionnant encore, sur ces 11,15 milliards d'euros, le solde net atteint
9,5 milliards d'euros. Toujours selon le quotidien, ce solde place ainsi le secteur au deuxième rang de la
balance commerciale française, derrière l'aéronautique et devant la parfumerie et cosmétique
représentant ainsi à lui seul 83 % de l'excédent de l'agroalimentaire français (FEVS, 2013).
Cependant, ce constat élogieux masque les problèmes rencontrés actuellement par les vins français à
l’export, car au sein de ce bilan 51% du chiffre d’affaire en valeur est réalisé par les spiritueux
(majoritairement le Cognac) et la Champagne, régions ne représentant qu’une partie mineure de la
production viticole française en volume : 27% (FEVS, 2013). En effet, la FEVS dans un communiqué
du 14.02.2013, indique « une difficulté constante des vins français à gagner des parts de marché en
volume: en 10 ans, les exportations de vins ont perdu 10 % en volume ».
La croissance du secteur est donc actuellement tirée par la croissance en valeur du Cognac, des vins de
Champagne et des Grands Crus Bordelais. Hors spiritueux et vins effervescents, nous avons donc jugé
bon de nous interroger sur l’état des lieux réel des vins tranquilles français sur le marché de
l’export (partie I) à savoir quelles sont réellement leurs forces, mais surtout quelles sont leurs
faiblesses expliquant ce ralentissement à l’international. En effet, dans un contexte globalisé et face
l’émergence de nouveaux acteurs, les Nouveaux Pays Producteurs (NPP), principalement Etats-Unis,
Chili, Argentine, Australie, Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud, aux pratiques modernes et ambitieuses,

1