Pm.Réf.Clini.pdf


Aperçu du fichier PDF pm-ref-clini.pdf - page 6/13

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13



Aperçu texte


xp Spirale interieur-v3.3

12/03/08 13:40

Page 188

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.134 - 09/06/2013 16h55. © ERES

Deux vignettes plus courtes, à
présent, autour de ce corps d’enfant
en nous, de son envahissement de
la scène de l’adulte, de sa présence
dans l’habitation corporelle de
l’adulte.
Cléopâtre, elle, relève d’une
tout
autre
beauté
que
Shéhérazade… Plus proche de
la quarantaine, c’est assurément une belle femme
aussi, d’une certaine prestance, blonde, grande et
longiligne ; mais aussi
d’une certaine raideur. Elle
« en impose » comme on
dit ! Elle est en psychanalyse auprès de moi pour
une seconde « tranche »,
après avoir mené, auprès
d’un collègue, un premier
long travail analytique,
satisfaisant à bien des
égards et accompagnant un authentique changement
chez elle, mais laissant de côté un
certain nombre d’éléments (les plus
corporels et les plus archaïques de

188

son fonctionnement) notamment sensibles dans
une organisation de caractère assez contraignante.
L’engagement de cette deuxième tranche
d’analyse vers moi s’augure de considérables douleurs et de souffrances corporelles considérables
(opération pour douleurs dorsales), d’un sentiment
de « restes » non travaillés dans sa première analyse
persistant au-delà du « comprendre » intellectuel,
dans une certaine manière résistante d’être présente aux autres et à elle-même. Enfin, cette nouvelle aventure analytique se dit aussi d’un retour
sur un sentiment de lâchage de son précédent analyste, vers qui les éléments transférentiels ne semblent pas liquidés, loin s’en faut ; d’autant qu’il y
aurait eu incompréhension quant à la date de fin
de leur travail, ce qui a laissé Cléopâtre dans un
désarroi incommensurable, avec un sentiment de
rejet et d’abandon tout à fait destructeur.
Notre travail va d’abord s’engager (tout en me
semblant authentiquement analytique) sur un long
face-à-face nécessaire, avant de passer plus
récemment à un dispositif allongé plus orthodoxe…
Cléopâtre est une « femme de paroles » ; elle ne sait
pas jouer, n’a d’ailleurs jamais su. Elle intellectualise tout et comprend tout très vite ; épluche
chaque mot et chaque sens ; dépiaute chacune de
mes interventions et ne semble pas habiter corporellement l’espace de la rencontre ; et d’évidence

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 41.137.23.134 - 09/06/2013 16h55. © ERES

Spirale n° 45