Memoire [Redaction] .pdf


À propos / Télécharger Aperçu
Nom original: Memoire [Redaction].pdf
Titre: Microsoft Word - Memoire [Redaction].docx
Auteur: Christian Chamoun

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.8.3 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 22/06/2013 à 19:54, depuis l'adresse IP 83.202.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1996 fois.
Taille du document: 7.6 Mo (48 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


MEMOIRE DE FIN D’ETUDES
Licence Science Economiques et de Gestion
Option : Audit et Gestion Opérationnels des Entreprises

Médecins sous influence ?

Christian CHAMOUN
Stage effectué d’Avril à Juin 2013

 
Université Lyon 1

Université Lyon 2

1, rue de la Technologie
69622 Villeurbanne Cedex

16 Quai Claude Bernard
69007 - LYON

   

B  E  R  I  S

 
 

Consulting  

 
 
 

 

LYON  –  FRANKFURT  
6 rue François Chevillard
69630 Chaponost
 

 
 
 

Les entreprises pharmaceutiques sont-elles prêtes à établir la transparence ?
 

 

Maître de Stage: Mr. Andreas KOVACH
Enseignant Tuteur: Mme Christine SYBORD
Professeur Lecteur : Mme Nelly MASSARD

 

2  

REMERCIEMENTS

Je souhaite adresser ici tous mes remerciements aux personnes qui m'ont apporté leur aide et
qui ont ainsi contribué à l'élaboration de ce mémoire.
Un grand merci à Monsieur Andreas Kovach, directeur conseiller de Beris Consulting et cadre
de la gestion des ressources humaines chez Sanofi Pasteur, de m’avoir accepté au sein de son
entreprise, et de m’avoir guidé et suivi tout au long de mon stage.
Je tiens à exprimer ma gratitude au directeur commercial Monsieur Olivier Barillon. Je le
remercie pour sa disponibilité et ses conseils.
Je les remercie également pour le temps qu’ils m’ont consacré pour m’aider à réaliser ce
projet autant dans la quête d’informations, que pour les responsabilités qu’ils n’ont pas hésités à
me confier. Mais également pour leur sympathie et la bonne humeur dans laquelle nous avons pu
travailler tout au long de mon stage.
Mes remerciements s’adressent également à mon enseignante et tuteur de stage Mme
Christine Sybord, pour ses précieuses informations et son soutien, ainsi que pour Mme Nelly
Massard, membre du jury qui a bien voulu accepter de valoriser mon travail.
Merci aussi à Monsieur Yorick ODIN, responsable du département GEA, pour sa sympathie
et toute l’aide qu’il a bien voulu me fournir afin que mon stage se déroule dans de bonnes
conditions.
Enfin, je tiens à remercier mes parents, tant pour leur soutient moral que matériel, sans qui ce
mémoire n’aurait jamais vu le jour.
 

 

 

3  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

RESUME  

Aujourd’hui, des relations mutuellement dépendantes et complexes existent entre les médecins
et les compagnies produisant des produits pharmaceutiques et des dispositifs médicaux. Ce
mémoire se concentre sur un aspect particulier de ces relations : les versements effectués par les
compagnies pharmaceutiques aux professionnels de la santé. Il est largement admis que le
marketing des médicaments et des appareils médicaux crée des conflits d'intérêts puisqu’il tend à
corrompre le jugement des médecins et à augmenter le coût des soins médicaux. D’ailleurs, c’est
la raison principale pour laquelle les pays développés sont en voie de prendre des mesures qui
permettraient de divulguer les liens d’intérêts. Reste à savoir si ces mesures contribueront
réellement à assurer la transparence dans le domaine médical.

 

4  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

ABSTRACT  

Nowadays, mutually dependent and complex relationships exist between physicians and
companies producing pharmaceuticals and medical devices. This thesis focuses on a particular
aspect of these relationships: the payments made by these companies to healthcare professionals.
It is widely accepted that the marketing of drugs and medical devices creates conflicts of interest
that corrupts the judgment of doctors and increase the cost of medical care. This is the main
reason why developed countries are taking measures that would disclose these relationships of
interest. The issue here is whether these measures would actually help ensuring transparency in
the medical field or just cover stories up.

 

 

 

5  

SOMMAIRE  
Remerciements ......................................................................................................................... 3
Resumé ...................................................................................................................................... 4
Abstract ..................................................................................................................................... 5
Sommaire .................................................................................................................................. 6
1.

Introduction ....................................................................................................................... 7

2.

Stage ................................................................................................................................... 8

2.1. Choix de structure ......................................................................................................................... 8
2.1.1. Contexte .................................................................................................................................. 8
2.1.2. Négociations ........................................................................................................................... 8
2.1.3. Description de l’entreprise ..................................................................................................... 9
2.2. Descrpition des missions ............................................................................................................. 10
2.2.1. Formation ............................................................................................................................. 11
2.2.2. Présentation de la solution ................................................................................................... 13
2.2.3. Recherche de clients potentiels............................................................................................. 15
2.2.4. Entretien ............................................................................................................................... 15
2.2.5. Publicaton Du décret ............................................................................................................ 16
2.2.6. Changement des plans .......................................................................................................... 17
2.2.7. Entretien 2 ............................................................................................................................ 17
2.2.8. Mailing ................................................................................................................................. 18
2.2.9. Création du site Internet ....................................................................................................... 19
2.3. Bilan ............................................................................................................................................ 19

3.
3.1.
3.2.
3.3.
3.4.
3.5.
3.6.

Discussion ......................................................................................................................... 21
Le marché des médicaments et des dispositifs médicaux ........................................................... 22
Les profits des industries pharmaceutiques ................................................................................. 25
Les méthodes de marketing stratégique ...................................................................................... 27
Les approches liées à la règlementation des liens d’intérêts ....................................................... 28
Quelles sont les solutions concevables? ...................................................................................... 30
Conclusion ................................................................................................................................... 31

Réferences ............................................................................................................................... 32
Glossaire .................................................................................................................................. 33
Annexes ................................................................................................................................... 34
Annexe
Annexe
Annexe
Annexe
Annexe
 

1
2
3
4
5

-

Questionnaire .................................................................................................................... 34
Captures d’écran Sunshine Act Software ....................................................................... 39
Mailing .............................................................................................................................. 41
Captures d’écran site Internet .......................................................................................... 42
Décret ................................................................................................................................ 44

 
 

 

 

6  

1. INTRODUCTION  

Dans le cadre de mes études en L3 Sciences économiques et de gestion à l’Université Claude
Bernard Lyon 1, j’ai réalisé un stage dans une entreprise de consulting dans le but d’approfondir
mes connaissances du monde professionnel.
Il était important pour moi de réaliser un stage dans une entreprise comme Beris Consulting.
En effet, durant le premier mois, j’étais en charge de réaliser une étude de marché, puis, la
publication de la loi dite « Bertrand » relative à la transparence des liens d’intérêts entre les
entreprises pharmaceutiques et les professionnels de santé m’a permis de réaliser des entretiens
intéressants et de comprendre l’évolution de cette industrie en parallèle à la législation, que ce soit
en France ou au niveau international.
N’étant pas encore tout à fait certain de la finalité de mon projet professionnel, j’ai
certainement apprécié cette période d’apprentissage. Les différentes missions qui m’ont été
confiées m’ont permis d’utiliser mes connaissances théoriques dans un milieu professionnel, et de
mieux comprendre la mise en œuvre d’un business plan.
L’organisation de ce mémoire se fera en 2 parties. Dans un premier temps, j’établirai une
présentation de l’entreprise et exposerai les missions que j’ai réalisées. Ensuite, je présenterai le
marketing pharmaceutique afin de répondre à la problématique de ce mémoire, L’INDUSTRIE
PHARMACEUTIQUE EST-ELLE PRÊTE A ETABLIR LA TRANSPARENCE?

 

7  

2. STAGE  
2.1.

 CHOIX  DE  STRUCTURE  

2.1.1. CONTEXTE  
Comme expliqué dans mon introduction, mon parcours universitaire m’a poussé à choisir un
stage en adéquation avec mon domaine de formation. L’enseignement que j’ai reçu pendant ma
licence de sciences économiques et de gestion a également influencé mon choix de la société et ce
stage m’a été avantageux non seulement du coté technique, mais aussi du point de vue stratégique,
communicatif et encore juridique.
Même si mon projet professionnel n’était pas complètement déterminé, je savais que j’étais
intéressé par l’entreprenariat, le commerce international et la négociation. Il me paraissait donc
important de choisir une entreprise qui me permettait d’assister à l’élaboration et la réalisation
d’un produit ou d’un service. Ainsi, j’ai pris connaissance de l’offre proposée par Beris Consulting
par l’intermédiaire de Mr. Yorick Odin, responsable du département GEA et mon professeur de
statistiques durant cette année.
2.1.2. NEGOCIATIONS  
J’ai essayé de contacter Mr. Andreas Kovach, le gérant de Beris Consulting, qui
inopportunément était en déplacement pendant deux semaines. Une fois rentré, je l’ai rappelé pour
me présenter et lui demander des explications sur son projet, qui était la commercialisation d’un
logiciel destiné aux industries pharmaceutiques et cosmétiques.
Cependant, j’ai pu comprendre que sa société était à la recherche d’employés qui avaient déjà
des expériences professionnelles, ce qui n’était pas mon cas. Pourtant, cette offre m’intéressait
particulièrement car le domaine médical m’a toujours fasciné, et une discussion avec Mr. Odin
m’a encouragé à recontacter Mr. Kovach. Ayant fait preuve de motivation et de persévérance,
notre entretien téléphonique s’est conclu par une prise de rendez-vous la semaine suivante avec
mon enseignant tuteur Mme Christine Sybord.
Lors de ce rendez-vous, Mr. Kovach m’a présenté sa société et son secteur d’activité, puis à
mon tour j’ai présenté mon parcours et mes motivations. Ensuite, nous avons discuté du travail
que je pouvais réaliser en tant que stagiaire. Cet entretien c’est bien déroulé, et, une fois terminé,
j’étais content de me rendre compte que ma persistance avait payé.
 

8  

2.1.3. DESCRIPTION  DE  L’ENTREPRISE  

 
Présentation  générale
Beris Consulting est une société de conseil spécialisée en Gestion de la Relation Client, dont
l’objectif est d’apporter l’expertise, les méthodes et les solutions nécessaires au développement de
la stratégie des entreprises. Elle a été crée en 2010 par Mr. Andreas Kovach, qui est également
directeur de SIRH chez Sanofi Pasteur.  
Cette entreprise qui a des clients tel que Volvo et la Banque de France s’est rapidement
positionnée sur le marché et son chiffre d’affaire a doublé durant les deux dernières années en
passant de 95 400€ à 194 800€.

 
 

B  E  R  I  S

 

Consulting  

 

 

LYON  –  FRANKFURT  

Personnel
L’équipe est principalement constituée de 2 personnes :
• Mr. Andreas KOVACH qui est le directeur conseiller et le gérant de la société. Ses
nombreuses années d’expérience dans la gestion des ressources humaines l’ont conduit vers des
aptitudes de développement stratégique et de gestion de la performance dans les organisations.
• Mr. Olivier Barillon qui est le directeur commercial. Son expérience dans ce domaine font de
lui un allié précieux pour les entrepreneurs. De plus, ses compétences diversifiées et son
approche chaleureuse permettent de bâtir une relation de confiance avec le client.
Etant donné qu’il s’agit d’une petite structure, la bonne entente entre ces 2 personnes m’a
permis de m’intégrer assez rapidement et de me sentir vraiment impliqué.

 

9  

2.2.

DESCRPITION  DES  MISSIONS  

 
         Contexte  et  problématique
Le coût impliqué dans la découverte, la fabrication et la commercialisation des médicaments a
augmenté au cours des dernières décennies. Les maladies sont de plus en plus étudiées et la
recherche et le développement est devenu plus concurrentiel dans l'industrie pharmaceutique.
Outre le coût, la sécurité et l'efficacité de l'industrie a été strictement réglementée par les agences
sanitaires qui obligent l'industrie à fabriquer des médicaments confirmés et sûrs.
Cependant, l’industrie pharmaceutique est connue de faire partie des industries les moins
transparentes, d’un part à cause des tests cliniques réalisé confidentiellement et d’autre part à
cause des liens d’intérêts avec les professionnels de santé qui ne sont pas divulgués.
L’exigence de la transparence est un sujet assez récent. Cette thématique qui a émerge depuis
la fin du 20ème siècle reflète les difficultés des citoyens d’avoir accès à des informations relatives à
l’action administrative.
Les Etats-Unis ont été les premiers à chercher une solution de transparence dans le domaine
médical. Le “Sunshine Act” a été adopté en 2010 sous le nom de « Physician Payments Sunshine
Provisions » (2013, p. 1) (Physician Financial Transparency Reports (Sunshine Act), 2013), et fait
partie d’une série de textes de loi « Sunshine Laws », établies pour apporter plus de transparence
aux décisions prises par le gouvernement et l'administration fédérale américaine, mais aussi à
celles des États eux-mêmes. The Sunshine Act a été signé le 23 mars 2010 durant la réforme
Obama, et stipule que 1:
« Tout fabricant d’un médicament, d’un dispositif médical, de matériel médical ou biologique
qui effectue un paiement ou un autre transfert de valeur à un médecin ou un hôpital universitaire
doit communiquer au secrétaire (Heath & Human Services), par voie électronique les
informations suivantes relatives à l’année précédente. »
En France, l’affaire des pilules de 3ème et 4ème génération et l’affaire Médiator ont mis en
évidence, une fois de plus, les failles du système médical français du contrôle de la sécurité et de
l’efficacité des médicaments. Pour résumer tout en étant réel, le moindre doute sur un médicament
                                                                                                                       
1

http://www.policymed.com/2010/03/physician-payment-sunshine-provisions-patient-protection-affordablecare-act.html

 

10  

n’a jamais bénéficié au patient, mais bien au contraire, il a toujours été avantageux aux industries
pharmaceutiques.
Dès lors, la maitrise de l’information semble être un facteur primordial de ce problème de
transparence. En effet, la maitrise de l’information permet aux entreprises pharmaceutiques de
contrôler leurs tests, leurs stratégies et de dominer la complexité de l’environnement.
Lorsque mon stage avait commencé, les autorités sanitaires françaises n’avaient pas encore
finalisé la rédaction du projet de décret « transparence » relatif à la publication, par les industriels
de la santé, des avantages qu’ils consentent aux professionnels de santé. Beris Consulting a voulu
donc effectuer une étude de marché pour pouvoir analyser la rentabilité de la commercialisation
d’une solution de transparence pour les acteurs concernés lorsque le décret sera publié.
Mon travail au sein de cette société avait été initialement divisé en 3 parties,


Formation : Etudier le contexte de l’industrie pharmaceutique et de la transparence en

France et à l’étranger, comprendre l’offre proposée et les facteurs du marché.


Recherche de clients potentiels



Etablissement du questionnaire et d’un mailing

2.2.1. FORMATION  
J’ai débuté mes recherches grâce aux supports fournis par la société, mais aussi sur Internet
où j’ai pu trouver beaucoup de sujets d’actualité intéressants.

La  transparence  
Aujourd’hui, l’environnement règlementaire européen est de plus en plus contraignant et
impose aux professionnels de la santé une démarche de transparence. Il s’agit de la déclaration et
de la publication des liens d’intérêts entre l’industrie pharmaceutique et les professionnels de la
Santé, particulièrement les avantages en nature ou en espèces ainsi que les conventions.
La France figure parmi les plus gros consommateurs européens de médicaments et bat de
nombreux records mondiaux, avec une consommation d’antibiotique cinq à sept fois supérieure
qu’en Angleterre et en Allemagne, et une consommation moyenne de médicaments par personne
1.7 plus grande qu’en Suisse.

 

11  

Ceci a donc poussé les entreprises et les pouvoirs publics de rétablir une bonne image du
médicament, et de rappeler qu’ils contribuent à l’allongement de l’espérance de vie.

Existant  -­‐  Loi  DMOS  dite  «  anti-­‐cadeaux  »  
La loi donnait mission à l’Ordre de veiller à l’indépendance professionnelle des médecins.
L’Ordre devait recevoir les déclarations des conventions passées entre les médecins et l’industrie
pharmaceutique et biomédicale : depuis plus de 20 an, 80.000 déclarations sont examinées chaque
année pour émettre un avis quant au respect de la Loi dite « anti-cadeau »2
Cependant l’Ordre ne pouvait qu’émettre un avis : il ne pouvait interdire la commercialisation
de médicaments et n’avait aucun pouvoir en cas d’omission de déclaration, ni en cas de non
respect d’un avis de non-conformité à la Loi. Grâce a son annuaire public, l’ordre a voulu mettre à
disposition de tout le monde l’indication des liens existants entre les médecins et l’industrie. Afin
d’atteindre ce dispositif réel de transparence, l’ordre a donc réclamé l’implémentation
d’adaptation législatives qui lui donneraient un caractère impératif et non seulement indicatif de
l’avis donné.

 

 

                                                                                                                       
2

 

R4127-5 du Code de la Santé Publique - Article 5 du Code de déontologie

12  

«  Sunshine  Act  »  à  la  Française    
Une démarche de réflexion a alors été engagée pour définir les bases d’une reforme. Les
objectifs prioritaires retenus étaient d’optimiser la gouvernance des agences intervenant dans le
secteur du médicament, de renforcer le système de surveillance des médicaments et de mieux
éclairer les prescripteurs dans leurs choix thérapeutiques afin de diffuser une information de
qualité sur les produits de santé.
Un projet de loi a été déposé par le Gouvernement en septembre 2011 qui reprenait
principalement des principes identiques au Sunshine Act3. Plusieurs reformes à cette loi ont été
publiées depuis pour prévenir les conflits d'intérêts, et une décret a été publié en mai 20124. Les
laboratoires pharmaceutiques allaient bientôt avoir l’obligation de rendre publics tous les
avantages qu'ils allaient procurer aux médecins, étudiants, associations, établissements de santé,
sociétés savantes, organes de presse spécialisés. Les informations relatives étaient prévues d’être
publiées sur un site unique qui allait être rendu public.
C’est dans ce contexte-là que Beris Consulting a décidé de réaliser une étude de marché d’une
solution destinée aux entreprises pharmaceutiques.
2.2.2. PRESENTATION  DE  LA  SOLUTION  
La solution est une application web Cloud qui permettra aux clients d'afficher les
informations relatives à la Loi. Les clients pourront charger les données manuellement ainsi que
sous plusieurs autres formats différents plus courant tel que XML, CSV et Excel. Des employées
sont désignés pour gérer les informations chargées, ainsi que la gestion de la relation client.
L'application fournit des fonctionnalités administratives avec un accès personnalisé pour les
membres et un accès plus vaste pour un administrateur. L'application donnera également un accès
aux médecins qui leur permettra de visualiser leurs dossiers et de poser des questions. Lorsque le
dossier sera enregistré, il ne pourra être publié que si la personne référente l’accepte. Les données
seront disponibles dans les différents statuts d'approbation: en attente de confirmation, approuvé
par le professionnel, approuvé par l’administrateur.

                                                                                                                       
3

Loi n° 2011-2012 du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des
produits de santé
4
Décret n° 2012-745 du 9 mai 2012 relatif à la déclaration publique d'intérêts et à la transparence en matière de
santé publique et de sécurité sanitaire

 
 

13  

Puisqu’un médecin puisse être partenaire de plusieurs compagnies, le tri par ordre
alphabétique est possible. La publication des données peut être consolidée sur le site d'application
ainsi que sur le site internet du client. Les données son également disponibles aux clients sur un
site internet.

 
             
 

 

 
 

14  

2.2.3. RECHERCHE  DE  CLIENTS  POTENTIELS  
Je me suis référé au décret pour de comprendre quelles seraient les sociétés peuvent nous
intéresser. Il s’agit de tous les acteurs qui participent à l’évaluation, la production, la
commercialisation et l’exploitation des produits à finalités sanitaire et cosmétiques destinés à
l’homme, notamment les médicaments et les dispositifs médicaux.
Notre société avait déjà décidé de contacter KOMPASS, un annuaire business to business qui
pouvait nous communiquer les données des entreprises ciblés. J’ai pris le relai de Mr Barillon qui
s’en occupait jusqu’à présent, et leur conseillère commerciale m’a proposé la nomenclature
KOMPASS qui contient plus de 57 000 codes de produits et services arrangés dans une structure
hiérarchique. J’ai sélectionné tous les codes qui étaient concernés et j’ai demandé un devis que j’ai
présenté à Mr. Kovach. La sélection était très large ce qui a fait que d’une part, les sociétés allaient
être très nombreuse à contacter, et d’autre part, le coût était relativement cher.
Après la réalisation d’un choix plus sélectif, j’ai demandé deux devis. Le coût étant toujours
élevé, Mr. Barillon a contacté la conseillère et a négocié les prix. Elle nous nous renvoya deux
nouveaux devis aux prix abordables.
2.2.4. ENTRETIEN5  
Mr. Kovach m’avait déjà mis en contact avec Mme Céline Rivière qui est la responsable des
affaires juridiques et réglementaires chez Sanofi MSD. Je lui ai posé quelques questions
concernant la loi Bertrand et lui ai demandé si elle était disponible pour un entretien. Elle me l’a
accordé une semaine plus tard, et une fois arrivé, j’ai retrouvé une autre stagiaire qui a participé à
notre conversation.
D’abord, elle m’a montré les différents outils qu’elle utilisait pour gérer leurs données. Depuis
2007, Sanofi avait recours à la solution TEAMS de Cegedim, un CRM qui comptabilise un certain
nombre de contacts pour les visites médicales et les relations professionnelles. Ensuite, leurs
techniciens informatiques ont développé un logiciel en interne qui s’appuie sur Teams pour les
aider à faire leurs déclarations avec un système de workflow et de validation des données.

                                                                                                                       
5

Annexe 1

 
 

15  

D’autre part, ils utilisent un autre outil Cristal pour les affaires nationaux et les marchés
publics puisque ces-derniers n’avaient pas accès à Teams en raison de coûts trop élevés. Toutefois,
l’un des problèmes qu’ils avaient en interne était la gestion des données du siège. Mme Rivière
m’a expliqué que l’accès des responsables était restreint à certaines données, et ils ont du faire des
tableaux Excel pour gérer ces informations.
Elle m’a développé ensuite comment c’est déroulé l’adaptation aux logiciels, notamment
grâce aux périodes de formations et au logiciel d’évaluation WOONOZZ. Une fois le décret
publié, les entreprises pharmaceutiques avaient 9 jours pour faire leur déclaration. Leurs
informaticiens se sont chargés de l’agrégation des données de ces 3 logiciels dans un tableau
contenant toutes les données requises par la loi.
Nous avons conclu notre entretien par le sujet de la transparence et les limites de cette loi.
Elle m’expliqua que les entreprises pharmaceutiques étaient déjà au courant du Sunshine Act
Américain, et elles étaient déjà plus ou moins prévus les déclarations avant la publication de la loi.
Toutefois, l’objectif principal qui était de redonner une bonne image du médicament et de rendre
la confiance aux patients ne pouvait pas être facilement atteint selon Mme Rivière. D’une part, le
manque de précision sur le montant des conventions permettrait aux personnes impliquées de
trouver des failles dans la loi. Ensuite, la communication entre les professionnels de Santé et
l’industrie pharmaceutique était très mauvaise durant la déclaration. Contrairement aux USA, les
médecins en France ne doivent pas approuver les déclarations qui les concernent avant leur
publication, ce qui permet aux entreprises de déclarer ce qu’elles veulent. Finalement, une limite
décisive est le secret des affaires qui s’oppose totalement aux objectifs de transparence.
2.2.5. PUBLICATON  DU  DECRET  
Le 22 mai est une date particulière que j’ai retenue de mon stage. Dès mon réveil j’avais reçu
plusieurs mails contenant des mots-clés comme transparence et Loi dans les objets. J’ai tout de
suite réalisé que la loi était passée6, et j’ai appelé Mr. Kovach pour fixer rapidement un rendezvous afin de parler des étapes à suivre.
Je me suis renseigné sur les modalités de cette loi tant attendue et j’ai remarqué qu’il y avait
certaines différences par rapport aux projets publiés auparavant. D’abord, les entreprises
                                                                                                                       
6

Décret n° 2013-414 du 21 mai 2013 relatif à la transparence des avantages accordés par les entreprises
produisant ou commercialisant des produits à finalité sanitaire et cosmétique destinés à l'homme – Annexe

 
 

16  

pharmaceutiques avaient un peu plus d’une semaine pour de déclarer les avantages et conventions.
Ceci était un délai très court, et même si la grande majorité avait déjà anticipe la loi, les
entreprises n’était pas toutes prête à le faire en une semaine.
La deuxième différence majeure était le fait que cette déclaration devait porter sur l’année
2012 et non pas le premier semestre de l’année 2013 comme précisé dans les projets. Une
deuxième déclaration devait être faite un mois plus tard pour ces données, et la publication de ces
2 déclarations était prévue pour octobre 2013.
2.2.6. CHANGEMENT  DES  PLANS  
Nous nous sommes rendus compte que la solution que nous envisageons de proposer sera plus
dure à commercialiser après cette publication. D’une part, l’étude de marché ne venait que de
débuter, et on n’avait pas encore de résultats à analyser, et d’autre part, d’après mes recherches et
mon entretien, j’avais compris qu’une grande partie des sociétés étaient déjà plus ou moins
préparées aux déclarations.
Notre société voulait réaliser cette étude afin d’évaluer la rentabilité de son projet. Le
développement de cette solution allait être couteuse, et devais prendre du temps pour être réalisé,
ce qui aurait été probablement attardé dans ce contexte législatif. Une nouvelle stratégie devait
alors être envisagée.
Mr. Kovach a donc proposé de contacter des sociétés basées aux Etats-Unis qui offraient déjà
des solutions pour le Sunshine Act, afin de discuter de son projet et étudier les solutions
réalisables.
2.2.7. ENTRETIEN  2  
Suite à nos recherches, nous avons décidé de contacter Mr. Randall Minter, directeur
commercial de Sunshine Act Software qui nous a proposé de fixer une vidéoconférence dans un
délai très rapide. Ceci m’a vraiment intéressé puisque j’ai toujours été fasciné par le travail aux
Etats-Unis, et n’ayant vécu dans ce pays, j’avais maintenant la chance d’assister à un projet avec
eux.
Je me suis renseigné sur le Sunshine Act afin de pouvoir comprendre le type de déclaration
qui devait être effectué aux Etats-Unis, et concevoir les différences que la législation française

 

17  

exigeait. De plus, l’anglais est une langue que je maitrise bien, et je voulais participer activement à
la discussion.
Notre entretien a duré une heure et était positif dans son ensemble. Tout d’abord Mr. Kovach
et moi lui avons expliqué le contexte de la transparence dans le milieu médical en France, qui était
similaire à celui des Etats-Unis, ensuite nous lui avons demandé si une collaboration pouvait être
concevable dans le but de commercialiser leur logiciel en France.
Mr. Minter est paru très intéressé, et nous a réalisé une démo de son logiciel7, qui était très
complet et assez configurable pour convenir à nos besoins. Quelques difficultés techniques ont été
rencontrées, tel que la configuration du répertoire NPI qui était différent du RPPS français, ainsi
qu’un obstacle de chargement d’un type de données. Un troisième point important était la langue.
Cependant, Mr. Minter nous a assuré que ce sont de petites difficultés qui étaient surmontables à
court terme. Nous l’avons remercié pour la démo qu’il nous avait faite de leur offre très
intéressante, et Mr. Kovach demanda un deuxième entretien afin de parler de spécificités.
2.2.8. MAILING  8  
Ma mission suivante était la rédaction d’un mailing percutant destiné aux clients potentiels.
J’ai recontacté encore une fois Kompass pour demander un devis qui incluait l’offre mailing. En
effet, plus on demandait d’informations, plus le coût était élevé, et nous avons réalisé que nous
n’aurons besoin que des adresses mail des différents contacts.
Mr. Barillon m’a donné les instructions pour rédiger un bon e-mailing, notamment en utilisant
le méthode AIDA. C’est un modèle souvent utilisé en marketing, particulièrement dans la vente
par correspondance, et qui peut être illustré par une chronologie de faits à suivre pour bien réussir
sa conquête. La première étape consiste à attirer l’attention du lecteur dans le but de pouvoir faire
naître son intérêt. Ensuite, il faut susciter son désir en lui présentant les bénéfices qu’ont peut lui
apporter, pour enfin le pousser à l’étape finale qui est l’action.
Après la rédaction de ce mailing, je devais le transcrire en langage HTML afin que Kompass
puisse réaliser l’envoi à partir de ses serveurs. N’ayant jamais appris ce langage, j’ai contacté un
collègue qui s’y connait dans ce domaine et qui m’a aidé à réaliser le codage.

                                                                                                                       
7
8

 

Annexe 2
Annexe 3  

18  

2.2.9. CREATION  DU  SITE  INTERNET9  
Ma dernière mission était la réalisation d’une présentation qui résumait ce que j’avais assimilé
durant mon stage concernant la loi Bertrand. Je devais évoquer les points principaux de ce décret,
tel que les objectifs, les acteurs et les produits concernés, les délais et les sanctions pour en citer
quelques uns. Ensuite, je devais présenter les problématiques liées à cette loi et parler de notre
solution et de ses avantages.
Le domaine informatique n’étant pas ma spécialité, Mr. Kovach s’est appuyé sur la
présentation que j’ai réalisée pour la création du site. Toutefois, je lui ai demandé de me
l’apprendre parce qu’aujourd’hui, la création d'un site internet est une étape incontournable dans la
stratégie de développement d'une entreprise. Un site web, correctement conçu est un véritable
outil de communication et un puissant outil marketing. Aujourd’hui, beaucoup de solutions sont
proposées pour faciliter l’usage d’internet, notamment les logiciels WYSIWYG qui codent à notre
place pour aboutir plus rapidement à un résultat quasi identique. Enfin, le référencement est une
technique importante que j’ai apprise, et qui permet d’améliorer la visibilité d’un site web dans les
moteurs de recherche.

2.3.

BILAN  

Cette étude m’a donc permis de débuter un projet de plus grande ampleur que prévu. L’étude
de marché nous a permis de contacter un certain nombre d’éditeurs, d’assister à différentes
démonstrations de progiciels et ainsi de sélectionner le progiciel qui semblait répondre le mieux à
nos besoins. Les coûts pourront déterminer si le projet peu continuer et dans ce cas de mettre en
place la traduction, le prototypage, la configuration et le déploiement du progiciel.
Développant des produits innovants, Beris Consulting s'adapte à l'évolution du marché en
proposant des offres et des solutions clés en main à ses clients. La mission qui m’a été confié lors
de mon arrivée à BERIS CONSULTING n’a pas pu vraiment être mené à terme en raison de
certains problèmes de planning, de la publication imprévisible de la loi Bertrand et de la durée
assez courte du stage. Toutefois, après ma rapide intégration dans l’équipe, j’ai eu l’occasion de
réaliser plusieurs tâches qui ont constitué une mission de stage globale.

                                                                                                                       
9

 

Annexe 4

19  

Durant ce stage de 2 mois, j’ai pu mettre en pratique mes connaissances théoriques acquises
durant ma formation et je me suis confronté aux situations réelles du monde du travail, ce qui m’a
permis une bonne préparation à mon insertion professionnelle car elle fut pour moi une expérience
enrichissante et complète qui conforte mon désir d’exercer mon futur métier d’entrepreneur.
Enfin, ce stage m’a surtout permis de répondre à la problématique de transparence dans le
domaine médical.

 

 

 

 

20  

3. DISCUSSION  
 

L'industrie pharmaceutique est l’une des plus grandes et importantes industries mondiales
économiquement et socialement parlant puisque ses pratiques ont un impact direct sur le bien-être
des patients en particulier mais encore plus globalement sur toute la société. Des relations
mutuellement dépendants complexes existent entre cette industrie et les professionnels de la
santé : on les retrouve dans la recherche, l'éducation et la pratique clinique. Ils comprennent la
sponsorisation des recherches, les bourses, la formation professionnelle continue et les paiements
aux médecins pour consultation pour en citer quelques exemples. Les relations entre cette
industrie et les médecins présentent des conflits d'intérêts parce que l'engagement principal du
médecin dans la pratique clinique entre en conflit avec son engagement secondaire à une
entreprise pharmaceutique qui lui offre l'opportunité de faire des gains supplémentaires.
Depuis des années, les conflits d'intérêts dans ces relations ont reçu beaucoup de critiques
négatives10. Les recherches financées par cette industrie peuvent publier des résultats qui
manquent d’objectivité, et les médecins en pratique clinique peuvent commander des médicaments
et des dispositifs produits par les entreprises qui leur offrent des contrats de consultation ou des
cadeaux. Cette obscurité résultant des relations entre l'industrie et les médecins peut entraîner des
mauvaises recherches, nuire au patient et augmenter les coûts des soins de santé.
Toutefois, des arguments en faveur de relations de travail étroites entre l'industrie et les
médecins existent aussi11. Dans la plupart des pays, le soutien de l'industrie à la recherche est
nécessaire à son évolution, puisque le soutien de gouvernement et des fondations à but non lucratif
est loin d'être suffisante pour soutenir le progrès de la médecine. Le marketing de cette industrie
peut aussi aider les médecins à apprendre davantage sur de nouveaux produits qui peuvent s'avérer
très bénéfiques pour leurs patients. De plus, les médecins sont des scientifiques formés à penser de
façon critique, il ne faut pas supposer que le don d'un repas ou d'un stylo va altérer leur jugement.
Les conflits d'intérêts n’entrainent pas nécessairement la partialité.
Mais il s’agit d’une possibilité non négligeable. La réalité nous montre que les intérêts
financiers sont susceptibles de le faire. En effet, des recherches ont prouvé que les dons avaient un
                                                                                                                       
10
11

 

AMESSI - http://www.amessi.org/-SCANDALES-MEDICAUX-MEDICAMENTEURS
L'argumentation dans la publicité pharmaceutique – Alain Rideau, docteur en médecine  

21  

effet négatif dans la plupart des cas12. Par conséquent, il vaudrait mieux d'être prudent avant
d’encourager, voire de permettre l’existence des relations financières entre l'industrie et les
médecins.
Cette discussion examine pourquoi ces conflits d'intérêts existent, comment les pays
développés essayent de les réguler, et comment ces liens devraient être réglementés. On analysera
d'abord la relation industrie-médecin qui peut provoquer l’émergence de ces conflits pour ensuite
aborder les mesures qu'un certain nombre de pays développés ont prises afin de supporter la
transparence dans le domaine médical.
3.1.

LE  MARCHE  DES  MEDICAMENTS  ET  DES  DISPOSITIFS  MEDICAUX  

Le marché des médicaments et des dispositifs se distingue des marchés traditionnels,
notamment par l'offre, la demande, et la régulation du marché qui se différents de ceux d’un
marché typique.
En ce qui concerne l'offre, le marché est caractérisé par des coûts fixes très élevés avec des
coûts de production variables relativement bas. Cela est particulièrement vrai pour les
                                                                                                                       
12

 

La corruption dans le secteur de la santé

22  

médicaments à petites molécules, où la recherche et le développement peuvent coûter des
centaines de millions de dollars, tandis que les coûts de fabrication sont relativement faibles. De
plus, les fabricants ont souvent un pouvoir de marché considérable puisque les médicamentes et
les dispositifs médicaux sont généralement protégés par des brevets ou des secrets commerciaux.
De nombreux pays réglementent d'une manière ou d'une autre le prix des médicaments et des
dispositifs, mais les prix réglementés sont souvent fixés en fonction des prix dans les autres pays,
et la variation des prix d’un pays à l’autre est souvent insignifiante.

Ensuite, les médicaments et les dispositifs sont généralement confrontés à une faible
élasticité-prix de la demande. La santé est d'une grande valeur pour les patients qui sont souvent
prêts à payer d’énormes sommes pour rétablir leur santé et leur bien-être. Un autre facteur qui
influence la demande est l’aléa moral. Dans les pays développés, la plupart des patients sont
couverts par une assurance qui prend en charge une partie considérable du prix. Ceci permet aux
entreprises pharmaceutiques de maintenir des prix élevés. En outre, les décisions d'achat ne sont
généralement prises par le patient mais par plutôt par un professionnel de santé qui doit rédiger
une ordonnance. En bref, les mécanismes de la demande qui contrôlent normalement les prix des
médicaments sont fondamentalement faussés.

 

23  

Par ailleurs, les médicaments sont fortement réglementés. Même s’ils ont une grande valeur
dans notre société, ils ont aussi souvent des effets secondaires graves et les dispositifs médicaux
peuvent causer des blessures graves lorsqu’ils sont utilisés de manière inappropriée ou excessive.
Par conséquent, les pays développés exigent généralement que les médicaments et les appareils
potentiellement dangereux soient prouvés sûrs et efficaces par l’intermédiaires de des tests
rigoureux, qui sont limités par leur durées et les sujets qui y participent.

Ces caractéristiques du marché pharmaceutique se traduisent souvent par des relations
troublantes entre les professionnels et les fabricants qui se retrouvent poussés à dépenser beaucoup
d'argent pour commercialiser leurs produits. Leurs coûts de production variables tendent à être
 

24  

faibles, mais ils sont capables de maintenir des prix élevés en raison de la faible élasticité de la
demande, le risque moral et l'absence relative de concurrence.

3.2.

LES  PROFITS  DES  INDUSTRIES  PHARMACEUTIQUES  

L'argent que ces entreprises reçoivent en raison de la différence entre les coûts de production
faibles et les prix élevés peuvent être consacrées à la recherche et au développement, profit ou
marketing. Les entreprises qui souhaitent rester en activité doivent souvent dépenser beaucoup de
l'argent la recherche et le développement. \

Toutefois, la faible élasticité de la demande signifie que même si la demande croit, le prix ne
sera pas réduit, d’où la stratégie des entreprises qui consiste à pratiquer un marketing agressif.
Tant qu'un euro dépensé en marketing apporte un euro supplémentaire, le marketing a un sens. En
effet, alors que l'industrie manufacturière passe en moyenne moins d'un pour cent de ses revenus
des ventes sur le marketing, les compagnies pharmaceutiques dépensent dix à vingt pour cent.
Elles consacrent d’ailleurs moins que 10% de leur chiffre d’affaires aux activités de recherche.

 

25  

Le fait que les médicaments sont prescrits ou commandés par les médecins plutôt qu’achetés
directement par les consommateurs a aussi un effet considérable sur la nature du marketing. Dans
la plupart des pays développés, la publicité directe des médicaments d'ordonnance est interdite. La
plupart de marketing est en fait dirigée vers les médecins, les vrais décideurs des achats de
médicaments, et vise à les persuader de commander ou de prescrire leurs produits.
 

 

 

26  

3.3.

LES  METHODES  DE  MARKETING  STRATEGIQUE  

La commercialisation des médicaments s'effectue à travers une grande variété de moyens.
Premièrement, les entreprises font de la publicité dans les revues professionnelles et scientifiques.
Cette stratégie permet aux entreprises pharmaceutiques de diffuser des informations sur leurs
produits directement à leur public le plus important. Cependant, ceci tend à construire la
dépendance financière des revues ce qui les rends vulnérables et facilement influençables.
D’autre part, les entreprises financent l’éducation médicale, y compris la poursuite des
formations médicales continues auxquelles les médecins doivent assister pour pouvoir maintenir
leur certificat de spécialisation. Les médecins se retrouvent alors obligés de « rendre le service » à
leurs parrains et prescrire leurs médicaments.

Ensuite, les entreprises paient souvent des leaders d'opinion médicaux à commercialiser leurs
produits à d'autres médecins. Ces dispositions ont non seulement le potentiel de fausser le
jugement du médecin embauché en tant que consultant ou conférencier, mais peuvent aussi être

 

27  

très efficace pour affecter les habitudes de prescription des médecins avec lesquels les leaders
d'opinion interagissent.
Par ailleurs, les entreprises jouent un rôle majeur dans le financement de sociétés et
d’organisations, notamment les associations des patients, qui à leur tour mettent la pression au
gouvernement et aux assureurs pour couvrir certains produits.
Enfin, es compagnies pharmaceutiques offrent fréquemment de la nourriture, des
divertissements et des petits cadeaux aux étudiants en formation. Ceux-ci peuvent inclure des
cadeaux pratiques liés, comme des stéthoscopes ou des ouvrages de référence qui sont utiles aux
étudiants qui se préparent à la pratique médicale, mais qui établissent également un lien entre
l'entreprise et l'avenir professionnel. Pour conclure, les compagnies pharmaceutiques donnent
souvent aux médecins des échantillons ou des bons pour l'achat de médicaments, ce qui les
encourage ainsi à pousser les patients à utiliser leurs produits plutôt que des produits moins chers.
Ces pratiques de marketing contribuent très efficacement au transfert de grosses sommes
d'argent provenant de patients, du gouvernement et des assureurs aux compagnies
pharmaceutiques, qui à leur tour répartissent cet argent entre les agents sanitaire, notamment les
médecins et leurs organisations.
L'ensemble du dispositif a le potentiel de corrompre le jugement médical et donc contraire à
l'intérêt des patients, ainsi que d’augmenter les coûts des services de santé.
La question se pose alors, comment les différents pays répondent à ce trafic d’influence ?

3.4.

LES  APPROCHES  LIEES  A  LA  REGLEMENTATION  DES  LIENS  D’INTERETS  

L’approche la plus courante est l'autorégulation du secteur grâce aux codes de conduite.
L’IFPMA13 établit une base de référence pour la promotion pharmaceutique dans le monde entier.
En Europe, l’EFPIA14 a publié un code sur la promotion de la prescription et sur les interactions
avec les professionnels de santé qui a été adopté en 1991 puis révisé en 2007. De plus, les
principaux pays producteurs européens pharmaceutiques ont chacun ses propres codes dont la
rigueur varie d’un pays à l’autre, surtout le LEEM en France, l’ABPI au Royaume-Uni et le ASI
en Allemagne.
                                                                                                                       
13

http://www.ifpma.org/

 

14

 

http://www.leem.org/article/dispositions-deontologiques-professionnelles

28  

Par exemple, le code EFPIA qui définit une norme minimale pour les compagnies européennes
autorise l’organisation des événements promotionnels et le payement des frais de déplacements,
mais met en garde les entreprises à éviter les lieux « extravagants ». Elle interdit également aux
entreprises d'offrir des cadeaux aux professionnels comme une incitation à prescrire un produit
particulier, mais permet cadeaux "bon marché" qui sont "pertinents pour la pratique de la
médecine". Le Code allemand, par exemple, prévoit que: « Les professionnels de santé ne doivent
pas être irrationnellement molesté par la publicité». Le code britannique interdit les cadeaux d'une
valeur de plus de £6. Le code japonais est assez indulgent et permet aux entreprises
pharmaceutiques de payer les frais de déplacement et de fournir une aide illimitée aux prestataires
de leurs produits. En général, les codes de l'industrie sont vagues et sujettes à interprétation. De
plus, le viol de ces codes n’entraine pas des conséquences exactes.
Une deuxième approche commune pour la régulation de ces relations est l’application d’un
code de conduite qui se concentre sur les professionnels ciblés dans le marketing. Aux Etats-Unis,
l’AMA a émis un avis éthiques portant sur des cadeaux aux médecins par l'industrie15. Il permet
par exemple les cadeaux qui sont principalement pour le bénéfice des patients et non de valeur
substantielle (défini comme autour de 100 $) et dîners «modestes», mais ne permet pas les dons en
espèces ou à un tirage offrant des prix onéreux. Le modèle allemand interdit les cadeaux qui ne
sont pas « négligeable », et interdit également aux médecins de participer à la publicité
pharmaceutique. En France, le Code de la Santé Publique interdit aux médecins de recevoir des
cadeaux d'une valeur supérieure à 30 Euros16. Cependant, il est encore une fois difficile de savoir
qui suit le code ou pas, et quelles sont les procédures menées contre les coupables.
Les pratiques de marketing peuvent également être adressées par des législations
gouvernementales. Le Sunshine Act récemment adoptée aux États-Unis ne se limite pas à la
déclaration des cadeaux de l'industrie pharmaceutique aux médecins ; il inclut la publication des
paiements ou autres transferts de valeur que les fabricants de médicaments, dispositifs, produits
biologiques, et des fournitures médicales font aux professionnels de santé.
                                                                                                                       
15

Medical Ethics: http://www.ama-assn.org/ama/pub/physician-resources/medical-ethics.page

 

16

Cadeaux des labos aux médecins: un décret explosive http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/cadeaux-des-labos-aux-medecins-un-decret-explosif.html

 

 
 

29  

Depuis, plusieurs pays ont suivi la démarche américaine, notamment la France qui a publié le
décret relatif à la transparence des liens d’intérêts entre les industries pharmaceutiques et
cosmétiques et les professionnels de santé. Malheureusement, la transparence qui était l'un des
axes principaux de cette réforme après la crise du Médiator ne sera que très partielle et peu
contraignante puisqu’on retrouve des failles dans ce dispositif. Par exemple, les laboratoires
n'auront pas l'obligation de déclarer les montants des honoraires et des contrats qu'ils passent avec
des médecins ou d'autres acteurs du secteur de la santé. Ces contrats, appelés conventions devront
juste être déclarés, avec un intitulé descriptif qui ne sera pas forcément très informatif.

3.5.

QUELLES  SONT  LES  SOLUTIONS  CONCEVABLES?  

Les compagnies pharmaceutiques devraient être interdites de faire des cadeaux aux
professionnels qui ont le pouvoir de prescrire ou de commander leurs produits, ainsi qu’aux
familles ou aux employés de ces professionnels. La compensation doit servir d’une valeur réelle à
ces compagnies et doit avoir des fins plus importantes que le marketing et l’attraction d’une large
clientèle. Elle ne doit pas être basée sur la valeur du service et non pas sur le volume et la valeur
des références.
Concrètement, les échantillons médicaux ne devraient être mis qu’à disposition des patients
éprouvant des difficultés financières. De plus, les compagnies pharmaceutiques devraient être
absolument interdites de financer l'enseignement médical, qu’il s’agisse d’une manière directe ou
non. Il est clair que les participations aux recherches et à l’enseignement ne peuvent pas arrêter du
jour au lendemain, mais il est temps d’envisager un nouveau système de financement pour
remplacer le système actuel.
Assurément, les compagnies pharmaceutiques doivent être autorisées à poursuivre le
marketing leurs produits, que ce soit dans la presse écrite, par voie électronique, durant la
présentations des employés de l'entreprise, ou par un contact en face-à-face avec les médecins. La
limitation de leur droit de le faire peut être inconstitutionnelle dans plusieurs pays développés
puisqu’il s’agirait une restriction de la liberté de expression. Néanmoins, la liberté d'expression ne
doit pas inclure le droit de payer les professionnels dans le but de promouvoir un produit et ces
paiements doivent être arrêtés.
La suspension des paiements des compagnies pharmaceutiques aura tendance à bouleverser
l'équilibre financier existant actuellement dans les systèmes de santé des pays développés. Ces
compagnies ont été surpayées pour leurs produits et ont pu passer des paiements reçus en excédent
 

30  

à d'autres dans l'industrie de la Santé. Dans la plupart des pays développés, les médecins sont
généreusement payés et doivent être en mesure de payer leurs repas sans l'aide de l'industrie
pharmaceutique.
Toutefois, de véritables lacunes peuvent apparaître dans le financement de l'éducation
médicale et le développement de lignes directrices de pratique. Ce déficit de financement devrait
être compensé par une taxe imposée sur l'industrie du médicament, et cet argent pourra être
distribué par un organisme gouvernemental ou par un ou plusieurs fondations à but non lucratif
constituées à cet effet.
Les médicaments et dispositifs réellement supérieurs pourront vraiment prospérer lorsque
leurs avantages seront révélés par l’information impartiale qui est fondée sur des preuves. Leurs
créateurs pourront alors poursuivre leurs recherches innovatrices et se développer d’avantage.
D’autre part, les compagnies pharmaceutiques qui décident de copier ces produits trouveront peu
de profit à moins qu'ils ne décident de concurrencer sérieusement sur le prix. Les établissements
d'enseignement seront en mesure de concentrer leurs efforts sur l'éducation, et non pas sur la
commercialisation, ce qui permettra d'améliorer la pratique médicale et les soins aux patients.

3.6.

CONCLUSION  

Finalement, le but des systèmes de santé est la prise en charge des patients. Actuellement, cesderniers ne sont pas bien servis par le modèle de commercialisation actuel dont le but semble être
l’altération, voire la corruption d'un avis médical par le financement des professionnels. Les
législations médicales récentes en France ou dans les autres pays développés sont vagues et
facilement contournables ce qui est susceptibles de ne pas améliorer la situation. La loi Bertrand
ne représente donc pas une avancée majeure en matière de transparence et de prévention des
conflits d’intérêts, mais seulement un tout petit rayon. D'autre part, l'interdiction totale des
motivants à la commercialisation n'est pas seul la solution optimale. Cette interdiction doit être
couplée avec la redirection des flux financiers afin que les fonctions éducatives soient menées
d'une manière objective et impartiale.

 

 

 

31  

REFERENCES    

En complément des documents fournis pas Beris Consulting, la liste ci-jointe énumère les
sites consultés :


www.ars.sante.fr



www.leem.org



www.ars.nordpasdecalais.sante.fr



www.hopital.fr



www.legifrance.gouv.fr



www.sante.gouv.fr



www.securité-sociale.fr



www.sfgg.fr



http://www.policymed.com/



http://www.e-sante.fr



http://www.tasante.com



http://www.amessi.org/



http://www.ifpma.org



http://www.axasanté.fr



www.acteurspublics.com



http://www.ama-assn.org/

 

 

 

 

32  

GLOSSAIRE  
 



AFSSAPS : Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé



AMA : The American Medical Association



AMESSI : Alternatives Médecines Evolutives Santé et Sciences Innovantes



ANSM : Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé



COSMED :



EFPIA : de la Fédération européenne des industries et associations pharmaceutiques



EMA : Agence européenne des médicaments



ERP : Enterprise Ressource Plaining



FSA : Association des entreprises pharmaceutiques en Allemagne



IFPMA : La Fédération internationale des fabricants et associations pharmaceutiques



IOM : Institute of Medicine



LEEM : Les entreprises du médicament



NPI: National Provider Identifier (RPS aux USA)



RPPS: Le répertoire partagé des professionnels de santé (RPPS)



T&E : Travel and expense



WYSIWYG : Logiciel What You See Is What You Get

 
 

 

 

33  

ANNEXES  

Annexe 1 - Questionnaire
Mme  Céline  RIVIERE  
Responsable des affaires juridiques et réglementaires - Sanofi MSD  
 
Etiez-vous préparés pour la Loi Bertrand ?
On l’avait déjà anticipé depuis un certain temps. Suite à la Loi DMOS, on travaillait beaucoup par
papiers, puis, à partir de 2007, nous avons employé la solution TEAMS de Cegedim, un CRM qui est un
outil d’activité pour les visites médicales et qui comptabilise un certain nombre de contact, ainsi que leur
activité RP (relation professionnelle, ex déjeuner).
Ensuite, on a décidé de développer un logiciel interne qui s’appuie sur les données de Cegedim (Teams).
Vous vous servez donc de 2 outils, Teams et celui que vous avez développé?
Ceci était le problème, et donc pour éviter une double saisie, on s’est servit de ces données qui étaient
saisies dans Teams, et on a créé notre outil interne « e-Demos » pour récupérer toutes les informations
nécessaires et notamment pour nous aider à faire nos déclaration, avec un système de workflow et de
validation.
Vous l’avez développé depuis un moment ou récemment ?
On a travaillé depuis 2008 sur ce nouvel outil qu’on a développé en interne, et on était sur la 3ème MAJ
avant la Loi Bertrand.
Et donc la en fait on était prêt à sortir la somme des données des visites médicales pour la loi Bertrand.
Quelles sont les informations qui doivent être saisies ? Pouvez-vous me montrer cet outil ?
Evidement, je pense que vous comprendrez mieux.
La page principale de notre outil est constituée de 2 parties.
La partie gauche représente toutes les données qui ont été saisie de Teams et qui remontent chez nous
(par exemple, voilà je prend en charge des frais d’inscription d’un congrès pour le docteur X qui a eu lieu a
telle date et tel endroit, budget + réel, nombre de prévus et le nominatif [liste de médecins])
Ceci était tout ce qu’on avait besoin pour la DMOS.
Puis voilà la partie droite qu’on a dû ajouter :
 

34  

- Date de recevabilité, date de déclaration, avis favorable
à Validation de l’affectation des dépenses
- Liste des documents pour remboursement (lorsque les frais arrivent au siège, on a besoin d’un certain
nombre d’éléments pour pouvoir valider le dossier, et donc on a besoin de la convention signée,
l’attestation de présence, les factures, la demande de remboursement etc.)
On refait ensuite une check-list avec des enveloppes pré-timbrées pour leur demander de tout mettre
dans le dossier. Puis on a la partie qui est entre les 2 : on passe à la conformité. On s’assure que les frais qui
vont être payés correspondent bien a ce qu’on a déclaré puisqu’on ne rembourse pas plus que ce qui a été
déclaré.
Enfin on saisit la date de remboursement.
Comme il s’agit d’une RP pré-déclarée, la déclaration se fait sur l’année pour l’ensemble des déclarations
qui portent sur un titre précis et il n’y a donc rien à faire d’un point de vue administratif. Avant 2012 ce
n’était pas obligatoire mais dorénavant nous devons aussi recevoir la feuille d’émargement et la facture.
On envoie les pièces et le contrôle est effectué.
Le décret a été publié le 22 mai, et laissait donc 9 jours seulement avant de déclarer les
avantages de l’année 2012. Comment Sanofi et les autres entreprises pharmaceutiques ont vécu le
changement ?
Les grandes entreprises étaient déjà plus ou moins préparées.
Personnellement, je connais certains laboratoires qui n’ont pas fait la déclaration au 1er juin, et qui vont la
faire plutôt pour fin juin. D’autres ont envoyé 1 ou 2 pages, juste quelque chose pour au moins acter et
ensuite qui vont faire pareil, un amendement.
Sur les déclarations qu’on a faites la semaine dernière, il nous manque des données, notamment le numéro
de RPPS (répertoire partagé des professionnels de Sante).
Sur la page principal de votre intranet, j’ai remarqué un 2ème onglet intitulé « Cristal ». Est-il
en rapport avec la Loi Bertrand ?
Voilà donc pour les visites médicales nous avons l’outil e-Demos dont je viens de vous parler.
Pour les marchés nationaux et les affaire publiques ont a développé en interne aussi un autre outil qui
s’appelle Cristal.
Quelle est la raison pour laquelle vous utilisez plusieurs logiciels ?
Le problème c’est que les marchés nationaux et les affaires publiques n’ont pas accès à Teams puisque
ce dernier coute très cher.
On a juste développé cet outil en interne, il n’y a donc pas un workflow de validation au niveau
recevabilité, déclaration, avis favorable ou pas puis la conformité.
Mais on a juste un outil qui dit « voilà, ce midi j’ai déjeuné avec tel ou tel docteur »
 

35  

Sans justificatifs ? Qui est en charge de la validation ?
Moi-même. Je reçois des factures et je valide tout.
Et c’est vous aussi vous les saisissez ?
Non, c’est le responsable projet qui saisies les données dans tous nos outils.
Nous on arrive en début d’étape lorsqu’il y a une déclaration à faire, puis à la fin pour la validation.
Quoi qu’il en soit, toutes les factures (du terrain, des affaires publiques, des marchés nationaux) passent
par les affaires règlementaires pour validation.
Et pour gérer vos données commerciales, par exemple des contrats, des prestations de service
vous utilisez ces logiciels la aussi?
Non, alors là c’est encore autre chose.
Nous avons P2P (Pay-to-Purchase) pour la commande et SAP pour le paiement.
Et comme je n’ai pas accès à SAP parce que c’est très compliqué d’avoir l’ensemble des données, on a du
faire des tableaux Excel pour le siège.
Je vous montre.
La seule difficulté qu’on a donc est le siège.
Données saisies : Responsable projet, professionnel de santé invité, ses coordonnées professionnelles, le
type de réunion, la date de la signature de la convention le type de prise en charge, le montant déclaré et le
montant réel pris en charge.
On a des menus déroulant pour les types d’opérations (par exemple l’hospitalité, frais de restauration et
d’hébergement), ainsi que pour les contrats (personnes morales, personnes physiques).
Et donc grâce a ces 3 outils vous aviez toutes les informations nécessaires pour le décret
« transparence ». Comment êtes-vous parvenus à consolider ces données ?
Et donc en fait on a pu agréger e-Demos, Crystal et les tableaux Excel du siège. Je ne peux pas vous
dire techniquement comment on a fait puisque moi-même je ne le sais pas. Nos informaticiens ont
développé un outil qui a pu agréger les données nécessaires dans un tableau.
Cela donne un tableau de ce type :
Nom du professionnel, prénom, qualité, spécialité, RPPS, adresse professionnelle, type de manifestation,
description de la prestation, lieu, date de signature du contrat, type de prise en charge, montant réel de la
prestation.

 

36  

Je me permets de vous poser une question, mais nous pouvons passer à la question suivante si
jamais il s’agit d’informations internes que vous ne souhaitez pas révéler. Quels étaient vos budgets
pour ces outils ?
Pour prendre l’exemple type d’e-Demos, ce n’était as un grand budget puisqu’il a été développé en interne.
Le budget devait tourner autour de 30 et 40 milles euros.
Récemment on avait fait appel à un prestataire externe pour accélérer les choses, mais pour les autres
outils, notre budget consistaient aux salaires de nos informaticiens compétents qui s’occupent du
développement de solutions en interne.
Comment avez-vous mené les changements ? En menant des formations par exemple ?
Oui, alors dès la loi Bertrand en décembre 2011, il y a eu certaines modifications, mais en parallèle à
cette loi, on a eu un Compliance Officer Corporate qui est venu et qui a mis en place une nouvelle
politique, la HCPP (healthcare professional policy). Et on a dû donc adapter nos procédures DMOS a cette
HCPP.
Quelle a été la durée de ce changement ?
Il nous a fallu bien un an pour adapter toutes ces procédures et les personnes ont été formées en décembre
2012
Quoi qu’il en soit, je fais un point sur les visites médicales tous les 6 mois, avec une obligation de
formation bien structurée, et un logiciel d’évaluation WOONOZZ.
En ce qui concerne le siège, on fait le point une fois par an minimum sur toutes les nouveautés.
Durant mes recherches, j’ai remarqué que certaines personnes ne contribuent pas vraiment à la
transparence. Qu’en pensez-vous ?
Personnellement, je pense que cette loi ne répond pas vraiment a la problématique de la transparence
sachant qu’on déclare de petits montants de 20 Euros alors qu’au final, ce sont les conventions qui ont des
prestations beaucoup plus importantes.
Il s’agit peut-être d’une sorte de lobbying en réponse aux affaires Médiator, Cahuzac, les pilules de 3ème et
4ème génération. Ils ont voulu éviter les problèmes et rendre aux patients toute les informations nécessaires
qu’ils ont sur les médecins. Et donc au final je trouve qu’on sort du scope de la transparence, puisque le
patient saura qu’il y a des informations qui manquent, notamment les montants des conventions.
C’est comparable à la confiance dans la politique, la loi est sortie sur la transparence de nos politiciens avec
une publication des revenus de chaque politicien, et je ne pense pas que les français ont plus confiance d’un
jour à l’autre. A mon avis ce sera pareil pour les professionnels de santé.
Je trouve que cette loi ne répond donc pas vraiment au besoin primaire qui était de rendre la confiance aux
patients sur le professionnel de santé qui le soigne et redonner une bonne image de l’industrie
pharmaceutique.

 

37  

A votre avis, que manque-t-il à cette loi ?
Déjà d’une part, la communication. Les professionnels de santé ne sont pas au courant ou très peu au
courant de ce qui va être publié. On le voit encore aux congrès. Pour eux, ils pensent que tout ce qui est pris
en charge d’hospitalité allait être publiés. Certains étaient furieux d’apprendre cela.
Tout de même, nous allons mettre en place un processus de rectification.
Parce que contrairement aux USA, les médecins ne doivent pas approuver les données avant
qu’elles ne soient publiées ?
En France, la loi ne nous impose pas cela. Les entreprises pharmaceutiques peuvent le faire, nous on va le
faire avant la publication mais il ne s’agit pas d’une obligation
Quelles sont les autres contraintes ?
Alors d’autre part il y a la problématique du secret des affaires et jusqu’où va-t-on publier.
Ceci fait qu’aujourd’hui, les liens d’intérêts sont loin d’être vraiment transparent. Je trouve que cette loi ne
répond donc pas vraiment au besoin primaire qui était de rendre la confiance aux patients sur le
professionnel de santé et de redonner une bonne image de l’industrie pharmaceutique.

 

38  

Annexe 2 - Captures d’écran Sunshine Act Software
 

                 
 

               

 

 
 

39  

 

40  

Annexe 3 - Mailing
 

 
 

41  

Annexe 4 - Captures d’écran site Internet

 

42  

 

43  

Annexe 5 - Décret

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

22 mai 2013

Texte 6 sur 117

Décrets, arrêtés, circulaires
TEXTES GÉNÉRAUX
MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Décret no 2013-414 du 21 mai 2013 relatif à la transparence des avantages accordés par les
entreprises produisant ou commercialisant des produits à finalité sanitaire et cosmétique
destinés à l’homme
NOR : AFSP1304115D

Publics concernés : entreprises produisant ou commercialisant des produits à finalité sanitaire et cosmétique
destinés à l’homme mentionnés au II de l’article L. 5311-1 du code de la santé publique ou assurant des
prestations associées à ces produits ; professionnels de santé ; associations de professionnels de santé ;
étudiants se destinant aux professions de santé ainsi que les associations et groupements les représentant ;
associations d’usagers du système de santé ; établissements de santé ; fondations, sociétés savantes et sociétés
ou organismes de conseil intervenant dans le secteur des produits à finalité sanitaire destinés à l’homme ;
entreprises éditrices de presse, éditeurs de services radio ou de télévision et éditeurs de service de
communication au public en ligne ; éditeurs de logiciels d’aide à la prescription et à la délivrance ; personnes
morales assurant la formation initiale des professionnels de santé ou participant à cette formation ; ordres des
professions de santé mentionnées à la quatrième partie du code de la santé publique.
Objet : modalités de transparence et d’information du public sur les relations (avantages procurés ou
conventions conclues) entre les entreprises produisant ou commercialisant les produits à finalité sanitaire et
cosmétique destinés à l’homme et certains acteurs de la santé.
Entrée en vigueur : les dispositions du présent décret sont applicables aux informations relatives aux
conventions conclues et aux avantages consentis au cours de l’année 2012 qui doivent être transmises aux
conseils nationaux des ordres des professions de santé au plus tard le 1er juin 2013 et publiées au plus tard le
1er octobre 2013.
Notice : le texte détermine la nature des informations qui doivent être rendues publiques par les entreprises
produisant ou commercialisant les produits relevant de la compétence de l’Agence nationale de sécurité du
médicament et des produits de santé via un site internet public unique. Ces informations sont mises,
gratuitement et de façon accessible, à la disposition du public et actualisées de façon semestrielle.
Le texte fixe également le seuil au-delà duquel les avantages consentis aux professionnels par les entreprises
sont rendus publics. Le mécanisme de mise à disposition du public est ainsi applicable à tous les avantages en
nature ou en espèce d’une valeur supérieure ou égale à 10 €.
Enfin, le décret procède à l’actualisation des dispositions réglementaires prises pour l’application de la loi
no 93-121 du 27 janvier 1993 dite « loi anticadeaux », la loi no 2011-2012 du 29 décembre 2011 relative au
renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé en ayant étendu son application
aux étudiants ainsi qu’aux associations représentant ces étudiants. Ainsi les étudiants ne peuvent pas recevoir
d’avantages en nature ou en espèces des entreprises sauf, à l’instar des professionnels de santé, dans le cadre
de conventions ayant pour objet des activités de recherche ou d’évaluation scientifique, ou à l’occasion de
manifestations de promotion ou à caractère exclusivement professionnel et scientifique.
Références : les dispositions du code de la santé publique modifiées par le présent décret peuvent être
consultées, dans leur rédaction résultant de cette modification, sur le site Légifrance
(http://www.legifrance.gouv.fr). Le texte est pris pour l’application de l’article 2 de la loi no 2011-2012 du
29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé.
Le Premier ministre,
Sur le rapport de la ministre des affaires sociales et de la santé,
Vu le code de commerce, notamment ses articles L. 441-3 et L. 441-7 ;
Vu le code de la santé publique, notamment ses articles L. 1453-1 et L. 4113-6 ;
Vu la loi no 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés ;
Vu la loi no 2011-2012 du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament
et des produits de santé, notamment son article 41 ;

.

 

.

44  

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

22 mai 2013

Texte 6 sur 117

Vu le décret no 2001-272 du 30 mars 2001 pris pour l’application de l’article 1316-4 du code civil et relatif
à la signature électronique ;
Vu le décret no 2007-454 du 25 mars 2007 relatif aux conventions et aux liens unissant les membres de
certaines professions de santé aux entreprises et modifiant le code de la santé publique ;
Vu l’avis de la Commission nationale de l’informatique et des libertés en date du 21 mars 2013 ;
Le Conseil d’Etat (section sociale) entendu,
Décrète :
Art. 1er. − Le titre V du livre IV de la première partie du code de la santé publique est complété par un

chapitre III ainsi rédigé :

« CHAPITRE III
« Art. D. 1453-1.
taxes comprises.

« Avantages consentis par les entreprises
Sont rendus publics les avantages dont le montant est égal ou supérieur à 10 €, toutes
« Section 1

« Dispositions applicables aux conventions conclues et aux avantages procurés par les entreprises produisant
ou commercialisant des produits à finalité sanitaire destinés à l’homme
« Art. R. 1453-2.
I. – Les entreprises produisant ou commercialisant les produits mentionnés au II de
l’article L. 5311-1, à l’exception de ceux mentionnés aux 14o, 15o et 17o, ou assurant des prestations associées à
ces produits rendent publique, dans les conditions définies à la présente section, l’existence des conventions
qu’elles concluent avec les personnes, associations, établissements, fondations, sociétés, organismes ou organes
mentionnés au I de l’article L. 1453-1.
« Cette obligation ne s’applique pas aux conventions régies par les dispositions des articles L. 441-3
et L. 441-7 du code de commerce, qui ont pour objet l’achat de biens ou de services entre ces mêmes
entreprises et ces personnes, associations, établissements, fondations, sociétés, organismes ou organes.
« II. – Les mêmes entreprises rendent publics, dans les conditions définies à la présente section, les
avantages en nature ou en espèces qu’elles procurent directement ou indirectement aux personnes,
établissements, fondations, sociétés, organismes ou organes mentionnés au I de l’article L. 1453-1, y compris
dans le cadre des conventions mentionnées au premier alinéa du I du présent article.
« Art. R. 1453-3.
I. – Pour les conventions mentionnées au I de l’article R. 1453-2, chaque entreprise
rend publiques les informations suivantes :
« 1o L’identité des parties à chaque convention, soit :
« a) Lorsqu’il s’agit d’un professionnel de santé, le nom, le prénom, la qualité, l’adresse professionnelle et,
le cas échéant, la qualification, le titre, la spécialité, le numéro d’inscription à l’ordre ou l’identifiant personnel
dans le répertoire partagé des professionnels de santé ;
« b) Lorsqu’il s’agit d’un étudiant se destinant à l’une des professions relevant de la quatrième partie du
code, le nom, le prénom, l’établissement d’enseignement et, le cas échéant, l’identifiant personnel dans le
répertoire partagé des professionnels de santé ;
« c) Lorsqu’il s’agit d’une personne morale : la dénomination sociale, l’objet social et l’adresse du siège
social ;
« d) L’identité de l’entreprise concernée ;
« 2o La date de signature de la convention ;
« 3o L’objet de la convention, formulé dans le respect des secrets protégés par la loi, notamment du secret
industriel et commercial ;
« 4o Lorsque la convention a pour objet une manifestation mentionnée au troisième alinéa de
l’article L. 4113-6, le programme de cette manifestation.
« II. – Pour les avantages mentionnés au II de l’article R. 1453-2, chaque entreprise rend publiques les
informations suivantes :
« 1o L’identité de la personne bénéficiaire et de l’entreprise selon les modalités prévues au 1o du I du présent
article ;
« 2o Le montant, toutes taxes comprises, arrondi à l’euro le plus proche, la date et la nature de chaque
avantage perçu par le bénéficiaire au cours d’un semestre civil ;
« 3o Le semestre civil au cours duquel les avantages ont été consentis.
« Art. R. 1453-4.
I. – Les informations mentionnées à l’article R. 1453-3 sont rendues publiques, en
langue française, sur un site internet public unique et sont transmises à l’autorité responsable de ce site.
« II. – Un arrêté du ministre chargé de la santé pris après avis de la Commission nationale de
l’informatiques et des libertés détermine les conditions de fonctionnement du site mentionné au présent article,
notamment l’autorité qui en est responsable, les modalités d’établissement, d’authentification et de transmission
sécurisée des déclarations électroniques à distance.

.

 

.

45  

22 mai 2013

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Texte 6 sur 117

« Art. R. 1453-5.
L’entreprise transmet les informations mentionnées à l’article R. 1453-3 à l’autorité
responsable du site internet public unique selon la périodicité ci-après :
« 1o Dans un délai de quinze jours après la signature de la convention ;
« 2o Au plus tard le 1er août pour les avantages alloués ou versés au cours du premier semestre de l’année en
cours et au plus tard le 1er février de l’année suivante pour les avantages alloués ou versés au cours du second
semestre de l’année en cours.
« Art. R. 1453-6.
L’autorité responsable du site internet public unique rend publiques les informations
relatives aux conventions conclues et aux avantages consentis au cours du premier semestre civil au plus tard le
1er octobre de l’année en cours et au cours du second semestre civil au plus tard le 1er avril de l’année suivante.
Elles demeurent accessibles au public, dans les conditions prévues à l’article R. 1453-3, pendant une durée de
cinq ans à compter de leur mise en ligne. Si une convention est applicable au-delà d’une durée de cinq ans, les
informations relatives à cette convention sont à nouveau rendues publiques au terme de ce délai.
« Art. R. 1453-7.
L’autorité responsable du site internet public unique prend les mesures techniques
nécessaires pour assurer l’intégrité du site sur lequel elle rend publiques les informations mentionnées à
l’article R. 1453-3, leur sécurité et la protection des seules données directement identifiantes contre l’indexation
par des moteurs de recherche. Elle assure l’information des personnes sur le recueil et la publicité des données
les concernant.
« Elle se conforme aux dispositions de la loi no 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux
fichiers et aux libertés en accomplissant auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés les
formalités nécessaires pour les traitements de données qu’elle met en œuvre pour l’application de la présente
section. Elle indique sur le site internet la possibilité pour la personne d’exercer son droit de rectification des
informations les concernant et l’absence d’application du droit d’opposition.
« Elle conserve les données recueillies à cette fin, sur tout support, pendant une durée de dix ans à compter
de la date à laquelle est intervenue leur dernière modification.

« Section 2
« Dispositions applicables aux conventions conclues et aux avantages procurés par les entreprises produisant ou
commercialisant des lentilles oculaires non correctrices, des produits cosmétiques et des produits de tatouage
mentionnés aux 14o, 15o et 17o de l’article L. 5311-1
« Art. R. 1453-8.
I. – Les entreprises produisant ou commercialisant des produits mentionnés aux 14o, 15o
et 17o de l’article L. 5311-1 ou assurant des prestations associées à ces produits rendent publique, dans les
conditions définies à la présente section, l’existence des conventions relatives à la conduite de travaux
d’évaluation de la sécurité, de vigilance ou de recherches biomédicales portant sur ces produits qu’elles
concluent avec les personnes, associations, établissements, fondations, sociétés, organismes ou organes
mentionnés au I de l’article L. 1453-1.
« Cette obligation de publicité ne s’applique pas aux conventions, régies par les dispositions des
articles L. 441-3 et L. 441-7 du code de commerce, qui ont pour objet l’achat de biens ou de services auprès
des mêmes entreprises par ces personnes, associations, établissements, fondations, sociétés, organismes ou
organes.
« II. – Les mêmes entreprises rendent publics les avantages en nature ou en espèces qu’elles procurent
directement ou indirectement aux personnes, établissements, fondations, sociétés, organismes ou organes
mentionné au I de l’article L. 1453-1, y compris dans le cadre des conventions mentionnées au I du présent
article, dans les conditions prévues à l’article R. 1453-9.
« Art. R. 1453-9.
Les dispositions de l’article R. 1453-3, à l’exception du 4o du I, et les dispositions des
articles R. 1453-4 à R. 1453-7 s’appliquent aux conventions conclues par les entreprises produisant ou
commercialisant des produits mentionnés aux 14o, 15o et 17o de l’article L. 5311-1 ainsi qu’aux avantages
qu’elles procurent. »
Art. 2. − La section 4 du chapitre III du titre Ier du livre Ier de la quatrième partie du même code est ainsi
modifiée :
1o L’article R. 4113-104 est complété par un alinéa ainsi rédigé :
« Pour les étudiants mentionnés à l’article L. 4113-6, le conseil compétent est le conseil départemental ou, en
l’absence de conseil départemental, le conseil régional dans le ressort duquel est implanté l’établissement
d’enseignement dont relève l’étudiant. Pour les internes en pharmacie, le conseil destinataire est le conseil
central compétent. » ;
2o L’article R. 4113-105 est ainsi modifié :
a) Au b du 1o, après les mots : « professionnels de santé », sont insérés les mots : « ou de l’indemnité des
étudiants » ;
b) Le c du 1o est complété par les mots : « et de ces étudiants indiquant leur nom, l’année et le cycle de leur
cursus et l’établissement d’enseignement dont ils relèvent. Est également indiqué, le cas échéant, l’identifiant
personnel du professionnel ou de l’étudiant dans le répertoire partagé des professionnels de santé ; » ;
c) Au 2o, après le mot : « promotion », sont insérés les mots : « et les manifestations à caractère
exclusivement professionnel et scientifique » ;

.

 

.

46  

22 mai 2013

JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

Texte 6 sur 117

d) Au a du 2o, après les mots : « professionnel de santé », sont insérés les mots : « ou de l’étudiant » ;
e) Le c du 2o est complété par les mots : « et des étudiants dont le concours a été sollicité indiquant leur
nom, leur adresse, l’année et le cycle de leur cursus et l’établissement d’enseignement dont ils relèvent. Est
également indiqué, le cas échéant, l’identifiant personnel du professionnel ou de l’étudiant dans le répertoire
partagé des professionnels de santé ; » ;
3o A l’article R. 4113-107, la première phrase du I est remplacée par les dispositions suivantes :
« Le conseil de l’ordre dispose, pour rendre son avis, d’un délai de deux mois pour les conventions
mentionnées au deuxième alinéa de l’article L. 4113-6 et d’un mois pour les autres conventions » ;
4o Après l’article R. 4113-107, il est inséré un article R. 4113-107-1 ainsi rédigé :
« Art. R. 4113-107-1.
Les entreprises informent dans un délai d’un mois le conseil de l’ordre compétent
de la mise en œuvre des conventions mentionnées à l’article L. 4113-6. Cette information est accomplie par
voie électronique conformément aux dispositions du décret no 2001-272 du 30 mars 2001 pris pour
l’application de l’article 1316-4 du code civil et relatif à la signature électronique ou, à défaut, par tout moyen
permettant d’en accuser réception. »
Art. 3. − I. – Jusqu’à l’entrée en vigueur de l’arrêté prévu au II de l’article R. 1453-4 du code de la santé
publique, et par dérogation aux dispositions des articles R. 1453-4 à R. 1453-6, les dispositions suivantes sont
applicables :

1o Les informations mentionnées à l’article R. 1453-3 du code de la santé publique sont rendues publiques,
d’une part, sur le site internet du conseil national de l’ordre de la profession de santé concernée lorsqu’elles
intéressent l’une des personnes mentionnées aux 1o à 3o du I de l’article L. 1453-1 et, d’autre part, sur le site
internet de l’entreprise mentionnée aux articles R. 1453-2 et R. 1458-8, ou sur un site commun à deux ou
plusieurs entreprises partagé à cet effet.
Un syndicat professionnel d’entreprises produisant ou commercialisant les produits mentionnés au II de
l’article L. 5311-1 ou assurant des prestations associées à ces produits dont l’entreprise est adhérente peut
rendre publiques les informations mentionnées au précédent alinéa pour le compte de ses adhérents.
Ces informations sont disponibles sur chacun de ces sites, en langue française au sein d’une rubrique dédiée,
identifiable et accessible librement et gratuitement.
Dans le cas d’une publication sur un site commun à deux ou plusieurs entreprises ou sur le site d’un
syndicat professionnel, ce site est identifiable à partir du site internet de l’entreprise concernée ou, à défaut de
site, à partir d’informations mises à disposition du public par tout autre moyen par cette même entreprise ;
2o Les obligations définies à l’article R. 1453-7 du code de la santé publique incombent au responsable de
chacun des sites mentionnés au 1o ci-dessus ;
3o Les entreprises mentionnées aux articles R. 1453-2 et R. 1453-8 du même code transmettent aux conseils
nationaux des ordres des professions de santé les informations relatives aux conventions conclues et aux
avantages consentis au cours du premier semestre civil au plus tard le 1er août de l’année en cours, et au cours
du second semestre civil, au plus tard le 1er février de l’année suivante ;
4o Les entreprises mentionnées aux articles R. 1453-2 et R. 1453-8, le cas échéant, les syndicats
professionnels mentionnés au 1o du présent article et les conseils nationaux des ordres des professions de santé
rendent publiques les informations relatives aux conventions conclues et aux avantages consentis au cours du
premier semestre civil au plus tard le 1er octobre de l’année en cours, et au cours du second semestre civil, au
plus tard le 1er avril de l’année suivante.
II. – Les dispositions du présent article s’appliquent aux informations relatives aux conventions conclues et
aux avantages consentis au cours de l’année 2012 qui doivent être transmises aux conseils nationaux des ordres
des professions de santé au plus tard le 1er juin 2013 et publiées par ces conseils et par les entreprises
mentionnées aux articles R. 1453-2 et R. 1453-8 du même code au plus tard le 1er octobre 2013.
Art. 4. − La ministre des affaires sociales et de la santé est chargée de l’exécution du présent décret, qui
sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait le 21 mai 2013.
JEAN-MARC AYRAULT
Par le Premier ministre :

La ministre des affaires sociales
et de la santé,
MARISOL TOURAINE

.

 

.

47  

 

48  


Aperçu du document Memoire [Redaction].pdf - page 1/48

 
Memoire [Redaction].pdf - page 2/48
Memoire [Redaction].pdf - page 3/48
Memoire [Redaction].pdf - page 4/48
Memoire [Redaction].pdf - page 5/48
Memoire [Redaction].pdf - page 6/48
 




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00180700.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.