Mémoire internet .pdf



Nom original: Mémoire internet.pdfAuteur: Kim

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Word 2010, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 26/06/2013 à 22:17, depuis l'adresse IP 82.67.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2182 fois.
Taille du document: 2 Mo (41 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


L’INFLUENCE DES DYSFONCTIONS
MUSCULO-SQUELETTIQUES DU
CHEVAL ET DU CAVALIER SUR LA
LOCOMOTION DU COUPLE

PUJOL Kimberly et REY-COQUAIS Camille
Année Universitaire 2012 - 2013

REMERCIEMENTS

A Jérôme LAUGT, notre tuteur.

A Alexis SORIN, pour son soutient, la création du râteau, diverses idées

A nos parents, pour leur soutient, leur aide, et leur temps

A Sophie et Raphaël DICHI, pour les différents calculs des résultats.

A Marion CLUZEL-GRAS, pour son appareil photo.

A toutes les personnes qui ont accepté de participer, pour leur confiance, pour nous
avoir permis d’avoir autant de patients, et de mener à bien cette étude.

2

SOMMAIRE

INTRODUCTION ------------------------------------------------------------------------- 5

RAPPELS THEORIQUES ------------------------------------------------------------

7

I. Le couple cheval – cavalier ---------------------------------------------------- 7
II. Comparaison anatomique entre l’homme et le cheval ------------------- 8
III. L’équitation -------------------------------------------------------------------- 11
IV. Le trot --------------------------------------------------------------------------- 11
V. L’engagement des postérieurs ------------------------------------------------ 12
VI. Ostéopathie équine ------------------------------------------------------------ 14

MATERIEL ET METHODES ------------------------------------------------------------ 15

I. Population étudiée ------------------------------------------------------------

15

II. Matériel utilisé ------------------------------------------------------------------ 16
III. Méthodes ----------------------------------------------------------------------- 16

RESULTATS ET ANALYSES ---------------------------------------------------------- 22
I. Amplitude de l’engagement des postérieurs --------------------------------- 22
II. Régularité de l’amplitude de l’engagement des postérieurs -------------- 23
III. Symétrie de l’amplitude de l’engagement des postérieurs --------------- 24
IV. Amplitude des foulées -------------------------------------------------------- 25
V. Régularité de l’amplitude des foulées --------------------------------------- 26
VI. Symétrie de l’amplitude des foulées ---------------------------------------- 27
VII. Questionnaires sur le ressenti du cavalier -------------------------------- 28

3

DISCUSSION ------------------------------------------------------------------------------- 30

I. Les paramètres étudiés --------------------------------------------------------- 30
II. Interprétation des résultats ---------------------------------------------------- 31
III. Biais de l’étude ---------------------------------------------------------------- 32

CONCLUSION ----------------------------------------------------------------------------- 34

GLOSSAIRE -------------------------------------------------------------------------------- 35

LISTE DE REFERENCES ---------------------------------------------------------------- 36

ANNEXES ---------------------------------------------------------------------------------- 37

TABLE DES MATIERES ---------------------------------------------------------------- 39

RESUME ------------------------------------------------------------------------------------ 41

4

INTRODUCTION
Les cavaliers sont en constante recherche d’une harmonie totale avec leur
monture. Etant toutes les deux cavalières, ostéopathes humain et équin, nous nous
sommes interrogées sur le bénéfice d’une séance d’ostéopathie pour l’harmonie du
couple cheval – cavalier. Le couple cheval – cavalier fonctionne comme un être
unique, tel un centaure.
De ce fait, les dysfonctions ostéopathiques du cavalier vont se répercuter sur
la locomotion de son cheval, et bien sûr les dysfonctions ostéopathiques du cheval
vont influer sur le bon fonctionnement du couple. Nous nous sommes donc demandé
si le traitement ostéopathique du cheval et du cavalier améliorerait la locomotion du
couple. Il semblerait logique de dire que le traitement du cavalier seul permettrait au
cheval de mieux s’exprimer, et que le traitement du cheval seul aiderait le couple,
enfin que le traitement des deux partenaires autoriserait une pleine expression du
potentiel du couple. Qu’en est-il réellement ?
Certaines études ont déjà été menées sur le couple cheval – cavalier. En effet
le mémoire « L’interaction des dysfonctions ostéopathiques du couple cheval –
cavalier » de A.DEGEZ soutenu en 2004, a apporté la confirmation de l’existence de
l’influence du cavalier sur son cheval : « les adaptations immédiates du cheval après
traitement du cavalier nous le prouvent ». Ce mémoire était basé sur le ressenti du
cavalier après une séance ostéopathique sur 10 couples.
De plus la publication de 2004 « Evaluation de l’efficacité d’un traitement
ostéopathique pour les chevaux de saut d’obstacle » de R.MESLE et A.LEFEVER
dans l’ApoStill n°15, a permis d’attribuer « à la séance d’ostéopathie l’amélioration
des performances des chevaux ». Cette étude a été réalisée sur 30 chevaux, les
résultats ont été mesurés par les performances des chevaux sur un parcours identique
avant et après la séance d’ostéopathie.
Enfin le mémoire « L’Hippo-thèse d’une relation dysfonctionnelle entre le
cavalier et le cheval qu’il monte habituellement ou le Centaure existe-il ? » de
P.CHÊNE de 2004, conclue qu’il semble « évident qu’il est peu efficace de soigner
un cheval sans soigner son cavalier ». Ce mémoire a démontré qu’il existe une
5

relation dysfonctionnelle entre le cavalier et son cheval pour l’articulation sacroiliaque. Seul des tests ostéopathiques ont été réalisés.
Notre mémoire s’inspire des trois études précédentes. Nous avons voulu
apporter des résultats plus scientifiques, pour cela nous avons effectué des mesures
précises des empreintes laissées par le cheval lorsqu’il se déplace au trot. Afin
d’avoir des résultats plus significatifs, nous avons effectué trois séances
ostéopathiques musculo-squelettiques, sur un échantillon de population plus
important.

6

RAPPELS THEORIQUES
I.

Le couple cheval – cavalier

Figure 1 : Photographie de Sylvie Poulain et Talent au CDI** de Nice
03/2013
Il existe une homologie gestuelle, c’est l’isopraxie (iso = même, praxie =
mouvement), entre le cavalier et son cheval : le travail des abdominaux et des
membres inférieurs du cavalier se fait en même temps et dans le même sens que celui
des abdominaux et des membres postérieurs du cheval ; le travail du thorax, des
épaules et des membres supérieurs du cavalier se fait en même temps et dans le
même sens que celui du tronc et des antérieurs du cheval ; le poids du cavalier se
déplace en même temps et dans le même sens que la masse du cheval.
La différence principale entre les deux éléments du couple est que le cavalier
ne développe pas son geste et doit rester discret afin de donner des indications au
cheval pour qu’il exécute une action. Le couple cheval - cavalier forme donc un
système homogène de deux dynamiques étroitement emboîtées l'une dans l'autre.
7

II.

Comparaison anatomique entre l’homme et le cheval

Le système musculo-squelettique comprend les articulations et les muscles.
On constate chez l’homme la présence de 206 os « cf. figure 2 » et 639 muscles « cf.
figure 5 », et chez le cheval de 205 os « cf. figure 3 » et 469 muscles « cf. figure 4 ».
Les deux êtres sont semblables malgré la bipédie de l’homme et la quadrupédie de
l’équidé. On note cependant des différences essentielles au niveau du système
musculo-squelettique :
-

Le cheval ne possède pas de clavicule, c’est le système musculaire qui va
la remplacer.

-

La colonne dorsolombaire est suspendue entre les antérieurs et les
postérieurs de la monture, formant ce qu’on appelle le pont thoracolombaire. Elle subit des contraintes perpendiculaires à son axe qui
s’approche d’un axe horizontal. Chez l’homme, la colonne dorsolombaire
a une position verticale, elle subit des contraintes parallèles à son axe.

Figure 2 : Squelette de l’homme
http://fantastiquereve.centerblog.net/rub-le-corps-humain-.html - 07/03/13

8

Figure 3 : Squelette du cheval
D’après ELLENGER, DITTRICH, BAUM, Atlas of Animal Anatomy for Artists,
1956, Das Pferd, Tafel 8, Figure 3. Modifié par auteur

Figure 4 : Musculature superficielle du cheval
http://www.hippologie.fr/anatomie-du-cheval - 29/11/12. Modifié par auteur
9

Figure 5 : Musculature homme
D’après P.KAMINA, Planches d’Anatomie

10

III.

L’équitation
L’équitation peut se résumer, de manière très succincte, à l’obtention du

déplacement de la monture par une demande précise et discrète de la part de son
cavalier. Cette demande passe par diverses aides, la principale étant une aide
gestuelle, qui comprend les mains, les jambes, et l’assiette. Il existe également
d’autres aides appelées aides extérieures, comportant par exemple la voix, la
cravache, les éperons…
L’assiette correspond à la façon de s’asseoir et de répartir son poids du corps
sur le dos du cheval à travers la selle. C’est la principale aide employée car elle
permet le lien à l’intérieur du couple, elle autorise le cavalier à accompagner les
différents mouvements de son cheval. Par son assiette, l’homme pourra donner des
indications à sa monture sur son allure. Il peut « pousser » ou « freiner » son cheval
en modifiant sa position donc son centre de gravité sur le dos du cheval, par
conséquent le cavalier entrainera une modification du centre de gravité du cheval qui
va accélérer ou freiner afin de maintenir un équilibre optimal.
En complément de l’assiette, les mains (qui sont reliées à la bouche du cheval
par les rênes et le mors) et les jambes servent à guider la monture, à réguler
précisément la vitesse de son allure, ainsi qu’à demander des exercices particuliers.
Tout ceci doit s’effectuer sans engendrer de déséquilibres chez le cheval afin de
préserver de bonnes conditions pour le travail du couple qui doit être fait dans la
décontraction. Plus les mouvements du cavalier seront fins et précis, plus la réponse
du cheval sera rapide et efficace grâce à une meilleure compréhension entre les 2
partenaires. De ce fait, il faut beaucoup de travail de la part du couple pour arriver à
obtenir une bonne harmonie.

IV.

Le trot

Notre étude a été basée sur le déplacement du cheval au trot « cf. figure 6 ».
Nous allons donc détailler celui-ci. Le trot est une allure intermédiaire comprise entre
le pas et le galop, dont la vitesse est d’environ 15km/h. Le cheval se déplace alors de
façon symétrique par bipèdes diagonaux entrecoupés d’un temps sauté.

11

Un bipède diagonal correspond à un membre antérieur et au membre
postérieur opposé, par exemple le bipède diagonal gauche est composé de l’antérieur
gauche et du postérieur droit.
Le trot est donc une succession de pose du bipède diagonal gauche, phase de
suspension, pose du bipède diagonal droit, phase de suspension, etc. Ce déplacement
est accompagné par un mouvement d’inclinaison et de rotation du rachis du côté du
bipède diagonal en contact avec le sol. Lors du posé du diagonal gauche, le cheval
effectue une inclinaison et une rotation gauche du rachis.

Figure 6 : Déplacement du cheval au trot
D’après les cours de l’IFOREC, Paris, 2009-2011

V.

L’engagement des postérieurs

Lors du travail du couple, le cavalier cherche à obtenir un engagement
maximal des postérieurs de son cheval. C’est-à-dire que le postérieur vient se poser
en avant de l’empreinte de l’antérieur homolatéral, dans ce cas on dit que le cheval se
méjuge. Il existe deux autres situations : soit le postérieur recouvre l’empreinte de
l’antérieur, c’est un cheval qui se juge ; soit le postérieur se place en arrière de
l’empreinte de l’antérieur, on dit que le cheval se déjuge « cf. figure 7 et annexe 1 ».
12

Figure 7 : schéma de l’engagement des postérieurs d’un cheval
Schéma de l’auteur
Afin de différencier l’empreinte de l’antérieur et celle du postérieur, il suffit
d’observer la forme des traces. Les fers antérieurs ont une forme arrondie tandis que
les fers postérieurs ont une forme ovale, de ce fait l’empreinte reflètera la forme du
fer « cf. figure 8 ».

Figure 8 : Comparaison entre les fers antérieurs et postérieurs
http://www.alioski.ch/fers_et_ferrage.html - 27/03/2013
13

VI.

Ostéopathie équine

A l’heure actuelle voici la législation pour l’ostéopathie équine en France :
« Le 23 juillet 2011, paraissait au journal officiel la nouvelle ordonnance
2011-862 du 22 juillet 2011, qui légalise la pratique de l’ostéopathie animale par
des non vétérinaires sous conditions à définir par décret. » http://www.associationoae.com/ - 10/10/12
« Dès lors qu'elles justifient de compétences définies par décret, les
personnes réalisant des actes d'ostéopathie animale, inscrites sur une liste tenue par
l'ordre régional des vétérinaires et s'engageant, sous le contrôle de celui-ci, à
respecter des règles de déontologie définies par décret en Conseil d'Etat. » Article
243-3 à l’alinéa 12.
http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=722FA1F7A8673F6
8E5C00782E01413C0.tpdjo07v_3?cidTexte=JORFTEXT000024388376&categorie
Lien=id – 10/10/12.

14

MATERIEL ET METHODES
I.

POPULATION ETUDIEE
1) Eligibilité

-

Cavaliers homme ou femme

-

De tout âge

-

Cavaliers de monte classique

-

Cavaliers qui montent leur cheval 3 fois par semaine minimum (propriétaire
ou demi-pensionnaire)

-

Cavaliers de niveau minimum galop 4

-

Minimum 30 patients

-

Cheval débourré

-

Chevaux et poneys mesurant à partir de 140 cm

-

Chevaux ferrés au moins au niveau des antérieurs

-

Chevaux sains

2) Echantillon sélectionné

-

Cavalières

-

Cavalières de niveau galop 4 à professionnel

-

40 patientes

-

Cavalières de monte classique

-

Cavalières qui montent leur cheval 3 fois par semaine minimum

-

Cavalières âgées de 16 à 52 ans (moyenne d’âge 26 ans)

-

Chevaux de 149 cm à 185 cm

-

Chevaux ferrés au moins au niveau des antérieurs

-

Chevaux sains

3) Exclusion

-

Terrains en herbe

-

Monte reining, western
15

-

Distance de Lyon supérieure à 1h30 de voiture

-

Poneys (taille inférieure à 148 cm)

-

Chevaux avec des pathologies chroniques ou en rémission

II.

MATERIEL UTILISE

-

Râteau plat pour aplanir les carrières / manège afin d’avoir les empreintes du
cheval, fabrication maison, utilisation alternée entre les auteurs.

-

Corde de 15 m attachée à 2 piquets plantés dans le sol pour délimiter la ligne
à ratisser et avoir un passage en ligne droite, mis en place alternativement par
les auteurs.

-

Chronomètre grâce à une application pour un téléphone HTC, utilisé par
Camille.

-

Vidéo grâce à un Smartphone, qualité photo 8 mp, utilisé par Kimberly.

-

Mètre de 5 m, utilisé pour mesurer la taille des foulées (Camille et Kimberly)
et l’engagement des postérieurs (Kimberly).
Tabouret de dimension 486x172x630 mm afin de tester et traiter les chevaux.

-

Table de pratique pliable afin de tester et de traiter les cavaliers.

-

Interrogatoires complets à la 1e séance puis succins aux 2e et 3e séances.

-

Questionnaires de début et de fin d’étude.

-

Chauffage portatif

-

Logiciel The Hat, logiciel de randomisation. version 3.0.2, « outil simple,
développé par Harmony Hallow Software, et destiné à l’assignation d’une
tâche à une personne dans un groupe, ou bien deux personnes ou juste un
ordre
aléatoire
d’une
suite
de
noms
d’objets. »
http://www.commentcamarche.net/download/telecharger-34056040-the-hat

III.

-

METHODES
1) Sélection et répartition de l’échantillon

La sélection des couples a été faite grâce à des annonces mises dans divers
centres équestres, sur Facebook, ainsi que sur des forums. Certaines connaissances
ont également participé à l’étude.
La répartition de l’échantillon sélectionné a été faite comme suit : le
programme « The Hat » nous a permis de répartir de façon aléatoire les différents
16

couples dans les groupes (témoins, chevaux, cavaliers, duo), à savoir que nous avons
placé 10 couples par groupe.
Le groupe témoin correspond au groupe où ni le cavalier ni le cheval n’ont
été traités. Le groupe cavalier correspond au groupe où le cavalier seul a été traité. Le
groupe cheval correspond au groupe où le cheval seul a été traité. Le groupe duo
correspond au groupe où le cavalier et le cheval ont été traités.
Avec ce même programme nous avons également distribué la moitié de
chaque groupe à chaque thérapeute.

2) Protocole
Lors de la première séance, le couple cavalier-cheval a du s’échauffer en
faisant 15min de pas et de trot (temps chronométré et réparti à chaque allure) dans
une carrière ou un manège en sable. Après ces 15 min, le couple a effectué un
passage au trot sur une ligne droite de 15 m, préalablement ratissée par nos soins.
Cette ligne a été placée dans la longueur du manège ou de la carrière afin que les
couples aient le temps d’arriver droit et sortir droit de la ligne, et donc d’éviter les
variations d’allures dues aux virages. Le passage a été filmé et chronométré. Le
chronomètre a été déclenché lorsque le premier antérieur passe le début de la ligne, et
arrêté lorsque le dernier postérieur sort de la ligne.
Après ce passage, nous avons pris les mesures de l’amplitude de cinq foulées
côté droit comme côté gauche (mesure en mètre entre les empreintes des antérieurs
homolatéraux), et nous avons pris les mesures de l’amplitude de l’engagement des
postérieurs du cheval sur six foulées côté droit comme côté gauche (mesure entre
l’empreinte du postérieur et l’empreinte de l’antérieur homolatéral) « cf. figure 8 ».
Après avoir effectué les différentes mesures, nous avons fait remplir un
questionnaire au cavalier sur son ressenti (seulement lors de la première et de la
troisième séance). Nous avons ensuite testé ostéopathiquement le système musculosquelettique du cheval et de son cavalier. Puis selon le groupe d’appartenance du
couple (témoin, cavalier, cheval, duo) nous avons procédé au traitement de toutes les
dysfonctions musculo-squelettiques trouvées.

Lors de la deuxième et de la troisième séance, le même protocole a été mis en
place. Cependant les couples devaient arriver à la même main que lors des sessions
17

précédentes. Afin d’obtenir des résultats cohérents, le passage au trot sur la ligne
droite de 15 m devait s’effectuer à une vitesse quasi-identique à la première séance.
Pour cela, le couple effectuait un passage d’essai chronométré et nous lui indiquions
s’il devait accélérer, ralentir, ou maintenir son allure pour réaliser son passage sur la
ligne droite ratissée.

3) Mesures

Figure 9 : Schéma des mesures effectuées
Schéma de l’auteur

18

a. Amplitude de l’engagement des postérieurs
Pour l’amplitude de l’engagement des postérieurs du cheval, nous avons
mesuré l’écart sur six foulées entre l’empreinte du postérieur et de l’antérieur
homolatéral « cf. figure 9 ». Lorsque le cheval se méjuge, la mesure obtenue est
positive ; lorsque le cheval se juge, la mesure est égale à zéro ; lorsque le cheval se
déjuge, la mesure obtenue est négative « cf. figure 7 ». Nous avons calculé la
moyenne entre l’amplitude de l’engagement du postérieur gauche et l’amplitude de
l’engagement du postérieur droit.
b. Régularité de l’amplitude de l’engagement des postérieurs
Pour la régularité de l’amplitude de l’engagement des postérieurs, nous avons
effectué la différence pour chaque couple entre l’engagement maximal et
l’engagement minimal sur six foulées, puis nous avons calculé la moyenne de ces
résultats pour chaque groupe.
Plus l’écart est petit, plus le cheval est régulier dans l’amplitude de
l’engagement de ses postérieurs. Par exemple : un cheval qui a une moyenne
d’amplitude d’engagement de cinq centimètres et qui a une mesure maximale de 10
cm et une mesure minimale de 0 cm, sera moins régulier qu’un cheval qui a une
moyenne d’engagement de 5 cm avec une mesure maximale de 6cm et une mesure
minimale de 4 cm.
c. Symétrie de l’amplitude de l’engagement des postérieurs
Pour la symétrie de l’amplitude de l’engagement des postérieurs, nous avons
calculé la différence pour chaque couple sur six foulées entre la moyenne de
l’amplitude de l’engagement du postérieur droit et la moyenne de l’amplitude de
l’engagement du postérieur gauche.
Plus l’écart entre les valeurs pour chaque couple est petit, plus le cheval est
symétrique dans l’amplitude de l’engagement de ses foulées du côté droit comme
côté gauche. Par exemple : un cheval qui a une moyenne d’amplitude d’engagement
des postérieurs de 5 cm à gauche et de 10 cm à droite, sera moins symétrique qu’un

19

cheval qui a une moyenne d’amplitude d’engagement des postérieurs de 4 cm à
gauche et de 6 cm à droite.

d. Amplitude des foulées
Pour l’amplitude des foulées, nous avons mesuré l’espace entre deux
empreintes d’antérieurs homolatéraux sur cinq foulées « cf. figure 9 ». Nous avons
ensuite fait la moyenne de ces mesures puis la moyenne entre le côté droit et le côté
gauche.
e. Régularité de l’amplitude des foulées
Pour la régularité de l’amplitude des foulées, nous avons effectué la
différence pour chaque couple entre la plus grande et la plus petite foulée sur cinq
foulées, puis nous avons calculé la moyenne de ces résultats pour chaque groupe.
Plus l’écart est petit, plus le cheval est régulier dans l’amplitude de ses
foulées. Par exemple : un cheval qui a une moyenne d’amplitude de foulées de 2,50
m et qui a une mesure maximale de 2,70 m et une mesure minimale de 2,30 m, sera
moins régulier qu’un cheval qui a une moyenne d’amplitude de foulées de 2,50 m
avec une mesure maximale de 2,52 m et une mesure minimale de 2,48 m.
f. Symétrie de l’amplitude des foulées
Pour la symétrie de l’amplitude des foulées, nous avons calculé la différence
pour chaque couple sur cinq foulées entre la moyenne de l’amplitude des foulées à
droite et la moyenne de l’amplitude des foulées à gauche.
Plus l’écart entre les valeurs pour chaque couple est petit, plus le cheval est
symétrique dans l’amplitude de ses foulées du côté droit comme côté gauche. Par
exemple : un cheval qui a une moyenne d’amplitude de foulées de 2,30 m à gauche et
de 2,70 m à droite, sera moins symétrique qu’un cheval qui a une moyenne
d’amplitude de foulées de 2,48 m à gauche et de 2,52 m à droite.

20

g. Questionnaire

Les cavaliers ont dû répondre à un questionnaire sur leur ressenti lors de la
première et de la troisième séance. Nous avons comparé les réponses de la troisième
séance avec les réponses de la première séance. Afin de pouvoir interpréter le
questionnaire aisément, nous avons considéré toute amélioration comme plus un,
toute diminution comme moins un, et aucune modification comme zéro. Nous avons
ensuite calculé la moyenne de ces valeurs pour chaque groupe. Les modifications de
moins de deux points ne pourront être exploitées car elles sont trop faibles pour
démontrer une amélioration / diminution quelconque.

21

RESULTATS ET ANALYSES
Pour l’ensemble des mesures nous avons effectué les moyennes de chaque
session pour chacun des groupes (témoin, cavalier, cheval, duo). Nous avons ensuite
calculé l’évolution entre chaque séance. Grâce à ces résultats nous avons créé les
tableaux et graphiques ci-dessous, qui résument les différentes mesures effectuées.

I.

Amplitude de l’engagement des postérieurs

Tableau I : Tableau des variations de l’amplitude de l’engagement des postérieurs
2e session par rapport
à la 1e
+0,32 cm

3e session par rapport
à la 2e
+1,81 cm

3e session par rapport
à la 1e
+2,13 cm

Cavalier
moyenne

-0,45 cm

-0,25 cm

-0,70 cm

Cheval
moyenne

+1,23 cm

+0,77 cm

+2,00 cm

Duo
moyenne

+1,24 cm

-1,57 cm

-0,33 cm

Témoin
moyenne

1,50
1,00
0,50
Evolution en cm

0,00
-0,50

Temoin

-1,00

Cavalier

-1,50

Cheval

-2,00

Duo

-2,50
-3,00
-3,50
origine

2e session

3e session

Figure 10 : Graphique des variations de l’amplitude de l’engagement des
postérieurs par rapport au groupe témoin
22

On remarque avec ce graphique que par rapport au groupe témoin, tous les
autres groupes ont été aggravés.

II.

Régularité de l’amplitude de l’engagement des postérieurs

Tableau II : Tableau des variations de la régularité de l’amplitude de l’engagement
des postérieurs
2e session par rapport
à la 1e
+3,9 cm

3e session par rapport
à la 2e
-3,7 cm

3e session par rapport
à la 1e
+0,2 cm

Cavalier
moyenne

-1,8 cm

-0,8 cm

-2,6 cm

Cheval
moyenne

-0,3 cm

-2,1 cm

-2,4 cm

Duo
moyenne

+0,8 cm

-0,9 cm

-0,1 cm

Témoin
moyenne

-6,0

Evolution en cm

-5,0
-4,0
Témoin
Cavalier

-3,0

Cheval
-2,0

Duo

-1,0
0,0
Origine

2e session

3e session

Figure 11 : Graphique des variations de la régularité de l’amplitude de
l’engagement des postérieurs par rapport au groupe témoin

On remarque avec ce graphique que tous les groupes ont été améliorés par
rapport au groupe témoin après la première séance. Après la deuxième séance on
23

observe une régression globale, cependant il y a tout de même une amélioration par
rapport aux valeurs d’origine, et par rapport au groupe témoin.

III.

Symétrie de l’amplitude de l’engagement des postérieurs

Tableau III : Tableau des variations de la symétrie de l’amplitude de l’engagement
des postérieurs
2e session par rapport
à la 1e
+0,35 cm

3e session par rapport
à la 2e
-0,38 cm

3e session par rapport
à la 1e
-0,03 cm

Cavalier
moyenne

-0,25 cm

-0,41 cm

-0,66 cm

Cheval
moyenne

-0,45 cm

-0,36 cm

-0,81 cm

Duo
moyenne

-1,12 cm

-0,22 cm

-1,34 cm

Témoin
Moyenne

-1,60
-1,40

Evolution en cm

-1,20
-1,00

Témoin
Cavalier

-0,80

Cheval

-0,60

Duo

-0,40
-0,20
0,00
origine

2e session

3e session

Figure 12 : Graphique des variations de la symétrie de l’amplitude de
l’engagement des postérieurs par rapport au groupe témoin

24

On remarque avec ce graphique que tous les groupes ont été améliorés par
rapport au groupe témoin après la première séance. Après la deuxième séance on
observe une régression du groupe duo et une stabilisation des groupes cheval et
cavalier.

IV.

Amplitude des foulées

Tableau IV : Tableau des variations de l’amplitude des foulées
2e session par rapport
à la 1e
+4 cm

3e session par rapport
à la 2e
+0 cm

3e session par rapport
à la 1e
+4 cm

Cavalier
moyenne

-1 cm

-2 cm

-3 cm

Cheval
moyenne

+3 cm

+2 cm

+5 cm

Duo
moyenne

+3 cm

-2 cm

+1 cm

Témoin
moyenne

2
1
0
Evolution en cm

-1
-2

Témoin

-3

Cavalier
Cheval

-4

Duo

-5
-6
-7
-8
Origine

2e session

3e session

Figure 13 : Graphique des variations de l’amplitude des foulées par rapport au
groupe témoin

25

On remarque sur ce graphique que seul le groupe cheval a été légèrement
amélioré par rapport au groupe témoin. On note également que les groupe cavalier et
duo ont été aggravés par rapport au groupe témoin.
V.

Régularité de l’amplitude des foulées

Tableau V : Tableau des variations de la régularité de l’amplitude des foulées
2e session par rapport
à la 1e
-0,6 cm

3e session par rapport
à la 2e
-1,7 cm

3e session par rapport
à la 1e
-2,3 cm

Cavalier
moyenne

-3,4 cm

-2,8 cm

-6,2 cm

Cheval
moyenne

-7,2 cm

-1,5 cm

-8,6 cm

Duo
moyenne

-3,2 cm

-3,2 cm

-8,1 cm

Témoin
moyenne

-7,0
-6,0

Evolution en cm

-5,0
Témoin

-4,0

Cavalier
-3,0

Cheval
Duo

-2,0
-1,0
0,0
Origine

2e session

3e session

Figure 14 : Graphique des variations de la régularité de l’amplitude des foulées
par rapport au groupe témoin

On remarque sur ce graphique que les groupes cheval, duo, et cavalier, ont été
améliorés de façon significative par rapport au groupe témoin.

26

Symétrie de l’amplitude des foulées

VI.

Tableau VI : Tableau des variations de la symétrie de l’amplitude des foulées
2e session par rapport
à la 1e
+0,8 cm

3e session par rapport
à la 2e
+0,2 cm

3e session par rapport
à la 1e
+1,0 cm

Cavalier
moyenne

+0,4 cm

-1,0 cm

-0,6 cm

Cheval
moyenne

+1,2 cm

-1,9 cm

-0,7 cm

Duo
moyenne

-1,7 cm

-0,6 cm

-2,3 cm

Témoin
Moyenne

-3,5
-3,0

Evolution en cm

-2,5
-2,0
Témoin

-1,5

Cavalier

-1,0

Cheval

-0,5

Duo

0,0
0,5
1,0
Origine

2e session

3e session

Figure 15 : Graphique des variations de la symétrie de l’amplitude des foulées
par rapport au groupe témoin

On remarque sur ce graphique que le groupe duo est nettement amélioré, et
que les groupes cheval et cavalier ont également été améliorés par rapport au groupe
témoin.

27

VII.

Questionnaires sur le ressenti du cavalier

Tableau VII : Modifications du ressenti du cavalier après les 3 sessions
Cavalier

Q1
+6

Q2
+4

Q3
-1

Q4
+6

Q5
0

Q6
+4

Q7
+2

Q8
-1

Cheval

+1

+2

+2

+2

+1

+5

+2

0

Duo

+2

+1

+3

+1

+1

+1

+5

+3

Témoin

+1

+2

+1

+2

+1

0

-1

+2

7
6
5
4
3
2
1
0
-1
-2

Témoin

Cavalier

Cheval

Duo

Figure 16 : Histogramme des modifications du ressenti du cavalier après les 3
sessions

On remarque les modifications obtenues, après les 3 séances, des points
suivants sur cet histogramme :
-

Q1 : Le groupe cavalier se sent plus en équilibre.

-

Q2 : Le groupe cavalier se sent plus précis dans ses aides.

28

-

Q3 : Le groupe duo ressent ses chevaux comme plus réceptifs à leurs
demandes. Au contraire, le groupe des cavaliers trouve ses chevaux moins
réceptifs.

-

Q4 : Le groupe cavalier ressent une amélioration de l’incurvation de ses
chevaux.

-

Q5 : Pas de modification sur la mise en place du cheval (chanfrein à la
verticale).

-

Q6 : Le groupe cheval, ainsi que le groupe cavalier trouvent que leurs
chevaux s’ouvrent moins dans les transitions.

-

Q7 : Le groupe duo ressent une augmentation dans l’engagement des
postérieurs de ses chevaux. Le groupe cavalier et cheval ont également perçu
une amélioration.

-

Q8 : Le groupe cavalier et cheval ont la sensation que leurs chevaux tendent
moins leurs dos.

Ce questionnaire nous apporte des éléments sur le ressenti du cavalier ce qui
rend les résultats difficilement interprétables. On note tout de même que les groupes
duo, cavalier, et cheval ont l’impression que leur cheval engage mieux ses
postérieurs.

29

DISCUSSION
Au cours de cette étude, nous avons cherché à améliorer la locomotion du
couple cheval-cavalier au sein d’une population précise, en mesurant plusieurs
paramètres chez le cheval monté se déplaçant au trot. Nous avons choisi le trot
comme allure de référence car comme nous l’avons détaillé dans les rappels
théoriques « cf. p.11 » c’est une allure symétrique qui facilite la prise de mesure ainsi
que la comparaison entre le côté droit et le côté gauche du cheval.

Nous avons sélectionné des cavaliers montant minimum leur cheval trois fois
par semaine afin qu’il y ait régulièrement des interactions dans le couple. Ces
cavaliers ont été choisis avec un niveau galop 4 minimum afin qu’ils soient capables
de diriger leurs chevaux et de comprendre les interrogatoires du questionnaire. Afin
d’uniformiser l’échantillon nous avons sélectionné des couples de monte classique
car les bases de travail sont les mêmes. Dans le même objectif, nous n’avons
conservé que des chevaux.
L’hypothèse de travail, qui était « l’amélioration de la locomotion du couple
cheval – cavalier par une séance d’ostéopathie musculo-squelettique », a été
partiellement validée. Nous en détaillons les différents paramètres ci-dessous.

I.

Les paramètres étudiés
Le premier paramètre mesuré qui concerne l’amélioration de l’amplitude de

l’engagement des postérieurs n’a pas été vérifié. Par rapport au groupe témoin, tous
les groupes ont été aggravés, notamment les groupes duo et cavalier.
Le deuxième paramètre qui concerne l’amélioration de la régularité de
l’amplitude de l’engagement des postérieurs a été partiellement vérifié. Par rapport
au groupe témoin, tous les groupes ont été améliorés après la première séance. Après
la deuxième séance les résultats diminuent mais restent supérieurs au groupe témoin
et aux mesures d’origine.

30

Le troisième paramètre qui concerne l’amélioration de la symétrie de
l’amplitude de l’engagement des postérieurs a été vérifié. Par rapport au groupe
témoin, tous les groupes ont été améliorés, notamment le groupe duo.
Le quatrième paramètre qui concerne l’amélioration de l’amplitude des
foulées n’a pas été vérifié. Cependant les résultats ne sont pas interprétables car une
modification de 1 cm sur une foulée de 2,40 m n’est pas significative.
Le cinquième paramètre qui concerne l’amélioration de la régularité de
l’amplitude des foulées a été vérifié. Par rapport au groupe témoin, les groupes
cheval, duo, et cavalier ont été améliorés.
Le sixième paramètre qui concerne l’amélioration de la symétrie de
l’amplitude des foulées a été vérifié. Par rapport au groupe témoin, les groupes duo,
cheval, et cavalier ont été améliorés, notamment le groupe duo.

II.

Interprétation des résultats
D’après ces différents résultats, nous pouvons attester que nous n’avons pas

eu d’action intéressante ni sur l’amplitude de l’engagement des postérieurs ni sur
l’amplitude des foulées. En revanche, nous avons eu des améliorations
principalement sur la symétrie de l’amplitude de l’engagement des postérieurs, sur la
régularité de l’amplitude des foulées, et sur la symétrie de l’amplitude des foulées.
Comme indiqué lors des rappels théoriques, le trot étant une allure symétrique
de base, l’amélioration de la symétrie de l’amplitude de l’engagement des postérieurs
et de l’amplitude des foulées est un paramètre important. Nous pensons qu’il est
possible que l’amplitude de la foulée et de l’engagement des postérieurs ait diminué
au profit d’une meilleure régularité et symétrie. Il nous semble donc important de
d’abord stabiliser la symétrie et la régularité du cheval pour avoir une base de travail
stable. Pour qu’ensuite il soit envisageable d’améliorer l’amplitude du cheval, grâce
à un travail régulier qui peut être associé à des étirements musculaires et d’autres
séances d’ostéopathie, afin de conserver une base stable et de permettre un maximum
d’amélioration des autres paramètres.

31

Nous observons dans le mémoire effectué par Alexis DEGEZ, intitulé «
l’interaction des dysfonctions ostéopathiques du couple cheval-cavalier » soutenu en
2004, une similitude avec les résultats du questionnaire sur le ressenti du cavalier. En
effet, dans la conclusion l’auteur conclue que « le traitement des cavaliers a entraîné
dans l’ensemble une action des aides plus discrète » ce qui correspond à la réponse
du groupe des cavaliers, c’est-à-dire une amélioration de la précision des aides à
cheval.

III.

Biais de l’étude

Pendant notre étude, certains facteurs que nous ne pouvions contrôler sont
entrés en jeux, tel que :
-

Après la première séance, une participante du groupe cheval a dû se retirer de
l’étude. Ce groupe est donc constitué de neufs couples.

-

La différence des sols entre les différentes écuries (manège, carrière). De plus
en fonction de la météo, la qualité des sols a varié au cours de l’étude (sol
dur, sol mou, sol détrempé)

-

Des chutes du cavalier et/ou du cheval, ainsi que des blessures diverses
(tendinite, œdème, plaie importante…), qui ont pu nécessiter un traitement
médical ou ostéopathique, un arrêt passager du travail du couple.

-

Les humeurs du cavalier. Le cheval étant un animal très sensible, il perçoit
rapidement les changements d’humeur de son cavalier. Par exemple un
cavalier pressé ou énervé ne montera pas de la même façon que s’il était
détendu donc son cheval risque d’être stressé. De ce fait il sera peut-être
moins à l’écoute, plus tendu, plus rapide… les résultats sur un seul passage au
trot seront donc surement faussés.

Après la réalisation de notre étude, nous pensons que certains points auraient
pu être améliorés. Au niveau des mesures, afin d’être encore plus précis, il aurait
peut-être été intéressant de demander aux couples d’effectuer plusieurs passages aux
deux mains, pour obtenir plus de mesures. Il serait également intéressant de trouver
une solution pour que le couple ait une vitesse réellement identique à chaque passage
sur la ligne.

32

Un traitement complet du cavalier et de son cheval aurait pu être effectué,
cependant nous nous sommes limitées au traitement du système musculosquelettique pour que le traitement ait un résultat rapide. Lors de la monte, le cavalier
va influer directement sur le système musculo-squelettique du cheval (répartition du
poids du corps, cavalier qui tire toujours d’un côté ou de l’autre). On sait également
que le traitement du contenant aura dans tous les cas une répercussion sur les autres
systèmes par le biais de la correspondance vertèbre-organe. Dans un but scientifique,
nous avons souhaité morceler l’étude, les systèmes viscéraux et crânio-sacrés
pourront être étudiés dans un futur mémoire.
Un système de mesures et d’analyses précis existe : l’Equimetrix. Il permet de
tester entre autres la régularité et la symétrie des mouvements, les variations
d’allures, la poussée des postérieurs. Nous avons cherché à nous procurer cet
appareil afin d’avoir des mesures et statistiques précises sur la locomotion du cheval.
Cependant il est nécessaire d’effectuer une formation couteuse pour l’obtenir et
savoir l’utiliser ce qui ne nous a pas permis d’y avoir accès.

Il serait intéressant de réaliser cette étude avec des cavaliers professionnels
uniquement et donc de se concentrer sur une seule discipline. Cela permettrait
d’avoir un niveau équestre et un entrainement quotidien plus uniforme. Il y aurait
également moins d’interférence dans le couple cheval – cavalier car les cavaliers
professionnels sont plus précis dans leurs aides. Cependant cela restreindrait
énormément l’étude car les professionnels sont moins disponibles, de plus ils
montent généralement de nombreux chevaux donc les influences ne seront pas les
mêmes. Nous pensons que ça serait dommage de se limiter à une seule discipline, à
moins d’envisager une étude sur chacune d’elles.
Ce mémoire nous a permis de faire connaître l’ostéopathie dans certains
centres équestres. L’ostéopathie équine étant encore en voie de reconnaissance en
France, ce type d’étude nous permet de démontrer son efficacité aux cavaliers ainsi
qu’aux professionnels du monde équestre (vétérinaire, dentiste…). Ces recherches
ont montré qu’il était important de traiter autant le cavalier que son cheval afin
d’obtenir la meilleure isopraxie possible.

33

CONCLUSION
Cette étude nous a permis de démontrer que certains paramètres de la
locomotion du couple cheval – cavalier peuvent être améliorés par une séance
d’ostéopathie.

En effet, les différents résultats nous montrent que la symétrie et la régularité
des foulées au trot ont été améliorées chez le groupe cheval et le groupe duo après
trois séances d’ostéopathie. D’après ces résultats, nous pouvons affirmer qu’il est
plus intéressant de traiter le cavalier et son cheval et non pas un seul élément du
couple, afin d’obtenir la meilleure amélioration de la locomotion.

Il serait intéressant de reprendre ces recherches en utilisant un appareil de
mesure comme l’Equimetrix, et / ou d’effectuer un traitement complet (musculosquelettique, crânien, viscéral) pour apporter plus de précision et de données à
l’étude.

34

GLOSSAIRE
Monte classique : comprend trois disciplines qui sont le dressage, l’obstacle, et le
cross.
Reining : compétition d’équitation western

Déplacement du couple à main droite / gauche : ça indique le sens de déplacement.
Un déplacement à main droite signifie que le côté droit du cavalier se trouve à
l’intérieur du cercle.
Incurvation du cheval : c’est l’inclinaison du cheval sur un cercle, sa colonne
vertébrale épouse la forme du cercle.

Cheval en place : cheval décontracté dans sa bouche, dans le mouvement en avant,
qui engage ses postérieurs, avec le chanfrein à la verticale et le dos tendu.
Cheval qui s’ouvre : cheval qui lève la tête et creuse son dos dans les transitions.

35

LISTE DE REFERENCES
1. COLLIN B., Livre d’anatomie équine, Liège : Derouaux Ordina ; 2006.700 p.
2. Cours de l’IFOREC, Paris : 2009-2011
3. CHÊNE P., Le centaure, 2004
4. PRADIER P. et SAUTEL M-O., Ostéopathie et rééducation équestre, Paris :
Vigot ; 2012. 127 p.
5. http://www.lesaboteur.com/menu-galops/galop4.php - 13/01/2013
6. http://www.utile.fr/comprendre-lequitation-explication-du-systeme-des-galops_ 32
97 - 13/01/2013
7. http://equipeda.info/debourrage.html - 13/01/2013
8. http://equitationpassion.chez.com/debourrage.htm -13/01/2013
9. http://www.alioski.ch/fers_et_ferrage.html - 27/03/2013
10.

http://www.commentcamarche.net/download/telecharger-34056040-the-hat

15/11/2012
11. http://www.centaure-metrix.com/index_equi.html - 10/09/2012
12. http://www.association-oae.com/ - 06/10/2012
13. Logiciel The Hat version 3.0.2
http://www.commentcamarche.net/download/telecharger-34056040-the-hat

36

-

ANNEXES
Questionnaire

-

Q1 : Etes-vous en équilibre sur votre cheval (penché en avant/arrière, sur le
côté…) ?

-

Q2 : Etes-vous précis dans vos aides (mains, jambes, assiette) ?

-

Q3 : Votre cheval est-il réceptif à vos demandes (transitions…) ?

-

Q4 : Votre cheval s’incurve-t-il bien à droite ? A gauche ?

-

Q5 : Votre cheval se met-il en place facilement (chanfrein à la verticale) ?

-

Q6 : Votre cheval s’ouvre-t-il dans les transitions ?

-

Q7 : Votre cheval engage-t-il bien ses postérieurs ?

-

Q8 : Votre cheval tend-il bien son dos ?

Annexe 1 : Photos d’empreintes de différents chevaux
Schéma de l’auteur
37

Annexe 2 : Correction d’une lombaire en structurel

Annexe 3 : correction d’une vertèbre cervicale en structurel
38

TABLE DES MATIERES
INTRODUCTION ------------------------------------------------------------------------- 5

RAPPELS THEORIQUES -------------------------------------------------------------

7

I. Le couple cheval – cavalier -------------------------------------------------- 8
II. Comparaison anatomique entre l’homme et le cheval -------------------- 11
III. L’équitation -------------------------------------------------------------------- 11
IV. Le trot --------------------------------------------------------------------------- 11
V. L’engagement des postérieurs ------------------------------------------------ 12
VI. Ostéopathie équine ------------------------------------------------------------ 14

MATERIEL ET METHODES ------------------------------------------------------------ 15

I. Population étudiée ------------------------------------------------------------

15

1) Eligibilité ---------------------------------------------------------------------- 15
2) Echantillon sélectionné ------------------------------------------------------ 15
3) Exclusion ---------------------------------------------------------------------- 15
II. Matériel utilisé ------------------------------------------------------------------ 16
III. Méthodes ----------------------------------------------------------------------- 16
1) Sélection et répartition de l’échantillon ----------------------------------- 16
2) Protocole ---------------------------------------------------------------------- 17
3) Mesures ----------------------------------------------------------------------- 18
a. Amplitude de l’engagement des postérieurs -------------------------- 19
b. Régularité de l’amplitude de l’engagement des postérieurs -------- 19
c. Symétrie de l’amplitude de l’engagement des postérieurs ---------- 19
d. Amplitude des foulées --------------------------------------------------- 20
e. Régularité de l’amplitude des foulées ---------------------------------- 20
f. Symétrie de l’amplitude des foulées ----------------------------------- 20
g. Questionnaire ------------------------------------------------------------- 21

39

RESULTATS ET ANALYSES ---------------------------------------------------------- 22
I. Amplitude de l’engagement des postérieurs --------------------------------- 22
II. Régularité de l’amplitude de l’engagement des postérieurs -------------- 23
III. Symétrie de l’amplitude de l’engagement des postérieurs --------------- 24
IV. Amplitude des foulées -------------------------------------------------------- 25
V. Régularité de l’amplitude des foulées --------------------------------------- 26
VI. Symétrie de l’amplitude des foulées ---------------------------------------- 27
VII. Questionnaires sur le ressenti du cavalier -------------------------------- 28

DISCUSSION ------------------------------------------------------------------------------- 30

I. Les paramètres étudiés --------------------------------------------------------- 30
II. Interprétation des résultats ---------------------------------------------------- 31
III. Biais de l’étude ---------------------------------------------------------------- 32

CONCLUSION ----------------------------------------------------------------------------- 34

GLOSSAIRE -------------------------------------------------------------------------------- 35

LISTE DE REFERENCES ---------------------------------------------------------------- 36

ANNEXES ---------------------------------------------------------------------------------- 37

TABLE DES MATIERES ---------------------------------------------------------------- 39

RESUME ------------------------------------------------------------------------------------ 41

40

RESUME
Le but de ce mémoire est de démontrer qu’une séance d’ostéopathie musculosquelettique sur le couple cheval – cavalier peut améliorer sa locomotion.
Nous avons effectué des mesures sur plusieurs paramètres de la foulée du
cheval au trot, à partir des empreintes que celui-ci a laissé dans le sable.
Cette étude a démontré que la régularité et la symétrie de la foulée du cheval
au trot ont été améliorées après trois séances d’ostéopathie du cavalier et de son
cheval ou du cheval seul. Cependant, l’engagement des postérieurs et l’amplitude de
la foulée ont été aggravés.
Afin d’obtenir des résultats optimums il est intéressant de traiter le cavalier et
son cheval.
Mots clés : couple cheval – cavalier, dysfonctions musculo-squelettiques, locomotion
du cheval.

ABSTRACT
The aim of this master’s thesis is to demonstrate that a musculoskeletal
osteopathic session of the horse and its rider can improve their locomotion.
We took measurement on several parameters of the trotting horse’s stride,
from the tracks left in the sand.
This study demonstrated that the regularity and the symmetry of the trotting
horse’s stride were improved after three osteopathic sessions of both the rider and his
horse, or the horse alone. However, the hindquarters’ engagement ant the stride’s
amplitude were compounded.
To obtain optimum results it is useful to treat the horse and its rider.
Keywords : horse – rider couple, musculoskeletal dysfunction, horse locomotion


Aperçu du document Mémoire internet.pdf - page 1/41

 
Mémoire internet.pdf - page 3/41
Mémoire internet.pdf - page 4/41
Mémoire internet.pdf - page 5/41
Mémoire internet.pdf - page 6/41
 




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


memoire internet
equidee article2 juin2014 03 1
protocole master b reprise internationale 2016 traduite
novilla 2018 ecurie brennus
primera 2018 ecurie brennus
7sn100y

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.011s