Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



Tafsîr Sourate Al Fatiha 1 .pdf



Nom original: Tafsîr Sourate Al Fatiha 1.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par / GPL Ghostscript 9.07, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 26/06/2013 à 01:46, depuis l'adresse IP 109.133.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1766 fois.
Taille du document: 665 Ko (10 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Sûratu-l-Fâtihha
M a k k iy y a w a ’â y â tu h a s a b ‘

1 -B ism i-l^Lahi-R ahm âm -R -R aM in

L’INTERPRETATION DE LA FATIHA
L e sen s de «A l-B asm ala»
An nom de Dieu le M iséricordieux, le Très M iséricordieux(l).
Ibn Ab b a s -q u e Die u l’a gré e - a dit que l’En vo yé de Die u -q u ’Alla h
le bé nisse e t le s a lu e - ne sa va it sé pa re r e nt re le s so ura t e s qu e lors­
q u ’on lui ré vé la la «B a s m a l a »: Au no m d e Die u le M isé rico rdie u x le
Tr è s M isé ricordie ux.
Le s co m pa gnons du Prophè t e ont dé but é pa r elle le Livre de Die u.
P o u r ce la il e st re co m m a ndé de la f o rm ule r a va nt tout a cte ou pa role ,
ca r l’En vo yé de Die u -q u ’Alla h le bé nisse e t le sa lue - a dit: « T o u te déci­
sion p rise av a nt de fo rm u le r la basm ala e st am putée». Il e st re co m m a ndé
é ga le m e nt de la f o rm ule r a va nt le s a blut ions e n se ré f é ra nt à ce h a dith: « T o u te ablution fa ite sans fo rm u le r la basm ala e st nulle». Qua n t à sa
pro n o n cia t io n a va nt l’é go rg e m e n t d e s bê t e s, e lle e st re co m m a n d é e
d’a prè s Al-Ch a f é 'i e t obliga toire se lon les opinions de s a utre s. Elle e st
re co m m a nd é e a ussi a va nt de m a nge r ca r le P ro phè te -q u ’Alla h le bé ­
nisse et le sa lue - a dit à un h o m m e «D is: A u n o m de D ieu, m a ng e de la
m a in d ro ite e t p re n d s de ce q u i se trou ve d e v a n t to i» (1). ( R a p p o r té p a r
M o u s ü m ) Ainsi qua nd on ve ut a voir de ra pports co njuga ux d’a prè s ce
h a dit h: « L o rsq ue l ’un d ’e ntre vous, ve u t c om m e rc er a vec sa fe m m e , q u ’il

(1)

«¿L L li* J T j

J T j cA l r - i

: J 5»

J T V l ju *
.( ^ iw i * lj j )

18

dise: «A u no m de D ieu! M o n D ieu, écarte le dém on de nous e t écarte le dé­
m o n de ce q ue T u vas n ou s ac corde r» S i un e n fa n t d e v a it se p ro d u ire de
c e tte copulation, le dém on ne lui nuirait ja m a is» (1) (R a p p o rté p a r B o uk ha r i e t M o m ü rn d ’après Ibn A b b a s).

Dieu ou Allah: e st le nom subim e du Se igne ur qui re nf e rme toutes
se s qua ltié s, co m m e II a dit: (Il est Allah, n n’y a de Dieu que Lui. Il est

celui qui connaît ce qui est caché et ce qui est apparent. Il est celui qui fait
m iséricorde, le M iséricordieux) [Co r a n LI X , 2 2 ], e t t o us le s n o m s qui
s ’e ns uive nt d a n s le s a utre s ve rse ts, sont de s qua lité s et a ttributs. Il a
dit: (L es plus beaux noms appartiennent à D ieu, Invoquez - L e par ces

noms) [Co ra n V I I , 180] e t : (D is: «Invoquez Dieu ou bien: invoquez le M i­
séricordieux. Q uel que so it le nom sous lequel vous L’invoquez, les plus
beaux noms lui appartiennent) [Co ra n X V I I , 110],
Il a é té ra pporté da ns le s de ux Sa h ih : «D ieu a quatre v in g t-d ix -n e u f
nom s, cent m oins un, quiconque les retient, ou les dénom bre- entrera au Paradis»(2) (R a p p o r té p a r B ou kh ari e t M o ustim d ’après A b o u H o uraira ).

Le M iséricordieux, le Très M iséricordieux: (ou qui fait miséricorde):
qui sont de ux no m s qui dé rive nt de la misé ricorde do nt le pre m ie r a un
se ns plus va ste . Co m m e ce rta ins pré te ndire nt qu’ils ne le sont pa s a in­
si, Al-Qo u rt o u b i ré pondit e n disa nt : «L à pre uve e n e st ce hadith divin:
«D ie u a d i t « Je suis le M iséricordieux, J ’ai créé le lien de p are nté e t lui ai
donné u n dérivé de M o n n o m (3). Quiconque le m a in tien t J e le rapproche de

M o i, e t c e lu i q u i le ro m p t, J e ro m p ts avec lui», un ha dith qui ne la isse
rien à d ire »(4) (R a p p o rté p a r T irm idzi).

(1 ) jhh :Jl î

£)t Jj l

ùl

*_Ju-

jcs-

ûj

à*' ù*

Cf'

(2) .t*£>«Jl <_)■>■■»

-...Tj

OU»*«*»H Luj »-

ÂîL» iL—t

¿y

oljj) .llJjl ùUa-iit

<*—J À Ojl
^

j
ù f

ù U s A ll « I j j )

(3 ) Le Lie u de pa re nt é -o u de sa n g - signifie e n A r a b e (r -J') Qui dé crive du mot:
M isé ricordie ux, qui signifie

(4)

Ij * U-.I
¿f- '-* y - j i

(¿1*.J\),

e t ce s lettres re nie m e nt le pre m ie r mot.

C -U ij

c-âL^
çSÂ-jïll

^

19

tt»

UJI
t o ja i IfjJaî

^ <jjj
i<Ls>j

ibn Ja rir a dit: «L e M isé rico rdie ux » e n ve rs to ut e s s e s cré a t ure s, e t
«q u i f a it m is é rico rd e » ne co n ce rne qu e le s cro ya n t s. P o u r ce la Die u a
dit: (Le M iséricordieux se tient en majesté sur le Trône) [Co ra n X X , 5 ].
Il a dit a u s s i : (I l e st m iséricordieux envers le s croyan ts) [C o r a n
X X X I I I , 4 3 ].
Bre f , ce q u ’il f a ut re te nir co nsist e à s a vo ir qu e D ie u a va it qua lif ié
l’h o m m e p a r q u e l q u e s u n s d e s e s a t t rib u t s , c o m m e p a r e x e m p le :
«Ce l u i qui e n t e n d » ou «Ce lu i qui vo it », m a is II ga rda it po u r lui-m ê m e le
no m «Ce lu i qui fait m isé rico rde ».

A lh a m d u li-L -L â h i R a b b i-l-‘â la m în (2)

Louange à D ieu, le Seigneur des mondes (2).
Ibn Ja r i r a dit: «Lo u a n g e à D i e u » e st une re co n na is sa n ce e n ve rs
Die u se ul e n de h o rs de to ute s S e s cré a t ure s ca r II e s t digne d e ce tte
lo u a nge p o u r ce q u ’il a a cco rdé à S e s se rvit e urs co m m e bienf a its que
nul ne pe ut le s d é n o m b re r, e t p o u r la cré a t io n d e l’h o m m e d e so rt e
q u ’il pu is se u s e r de t o us se s m e m b re s e t a cco m p li r t o us le s d e vo irs
qui lui ont é té im po sé s. Die u a va it dispe nsé la rge m e nt S e s do n s à S e s
se rvite urs da n s le ba s m o nd e afin d ’ê tre re co nna issa nt s e n ve rs Lu i, et
p o u r ce la II le u r o rd o n n a it de Le r e m e r c i e r e n d is a n t : «L o u a n g e à
D i e u », à sa vo ir qu e ce t e rm e signif ie a ussi un é lo ge d o n t le S e ig n e u r
s’e n e st loué Lu i-m ê m e .
L ’En vo yé de Die u -q u ’Alla h le bé nisse e t le s a lu e - a dit: « L a m e il­

leure m e n tion de D ie u c onsiste à dire: « I l n ’y a d ’a u tre d iv in ité qu e D ieu »,
la m e ille ure invocation est: « L ouange à D ie u» (I) (R a p p o rté p a r T irm id zi).
Il a dit a ussi: « L o rsq u e le se rv ite u r re ç o it un b ie n fa it de D ie u e t d it:

« L o u a n g e à D ie u » , c e q u ’il d o n n e e s t m e ille u r q u e c e q u ’il a p r i s » (2)
(R a p p o rté p a r Ib n M a ja ).

(1 ) J-saiÎj là t

M JÎ1}\ J-saiî» :JU

<Ult J j —j ¿ f «-iij -iJ'
ji\

20

e tjj) («jb JU j>JI ¿IpJÜI

Ibn O m a r a ra pporté que l’En o vyé de Die u -q u ’Alla h le bé nisse e t
le sa lu e - a dit: «U n h o m m e a d it: « O Seigne ur , à T o i la louange c om m e

il sie d à 1a m a je sté de T a Face e t à la grandeur de Ton pouvoir». L e s d e ux
anges- q u i a c com pagne nt toujours l ’h o m m e e t q u i inscrivent ses bonnes e t
m auvaises actions- trouvèrent une d iffic ulté dans son inscription. Ils m o ntè ­
re nt au ciel e t dirent: «Seigneur, un de Tes serviteurs a p ro fé ré des m o ts e t
nous ne savons p a s com m e nt nous devons les inscrire». D ieu leur dem anda:
« Q u ’a d it M o n serviteur?» Ils répondirent: « Il a dit: « Se ig n e ur , à T o i la
lo u an ge c o m m e il s ie d à la m a je s té de T a F ace e t à la g ra n de u r de T on
p ou voir» D ie u répliqua: «Inscrivez-les c om m e tels ju s q u ’à ce q u ’il m e ren­
contrera p o u r le récom penser»(1) (R a p p o rté p a r Ibn M a ja ).

«Le Seigneur des mondes»: le Se igne ur dé signe celui qui pe ut dispo­
se r de tout ce qu’il po ssè de : «D e s m o n d e s» un te rme qui e nglobe tout
ce qui se t ro uve da ns ce t unive rs e xce pté Die u. Al-F a rra ‘ et Ab o u O u ba id ont d i t «L e m o t «m o n d e » se ra pporte à toute s le s cré a ture s qui
sont do ué e s d’inte lligè nce telles: le s hum a ins, les gé nie s, le s a n ge s e t
le s d é m o n s ». Al-Za jja j a va it une opinion contra ire e t dit: «I l re nf e rm e
tout ce que Die u a cré é da ns ce ba s m onde et da ns la vie f ut ure ». A lQo urt o u bi é ta it de l’a vis de c e de rnie r e t dit: «L e m o t «m o n d e s » e n­
gl o b e t o ut c e qui s e t ro u ve d a n s le s d e u x m o n d e s , c a r D ie u a dit:

(Pharaon dit: «Qui donc est le Seigneur des mondes?» M oire dit: «C’est le
Seigneur des d eu x et de la terre et de ce qui se trouve entre les deux. Si
seulmenet vous le croyiez fermement) [Co ra n X X V I , 2 3 -2 4 ].

(1 )

ùtS”

ni

:J lîi

J-t- jjIp 4j)l

Ui :Jli ajI jjjjjÊ ¿I ks -j
a'jj)

(2)

liÜ
L ^ îL ï^ j

Ij :Jli 4>l jLp ¿j * Llp Ol»

U iS' bj-b

- Àl Jli tlt ;*^i jj tj f i S ^ îJLiL* Jli JS
«—>j Ij
^ î i ^UL ^

Jj*-

¿ I ^ L J L c J - s â « j tliliU aJ-v |

¿JU :Jli

Ij

l p

¿1 Jy * j Dl
tiiJ^^»J
ùj lijj b ;Vl»

11- ■

l^ :Vli ?çsjlp Jli liL. . oJUp Jli Lj ^JpÎ

çsxp Jli UT UMSl :L«J ¿1 JUi (¿JblU- ¡J â tj
• (M * j i [ » 'jj)

21

Ar- Rahmâni- R- Rahîm(3)
Le M iséricordieux, Celui qui fait miséricorde (3)
Al-Qo u rt o u b i a dit: «D ie u s’e st qualif ié de ce s d e ux attributs a prè s:
«L e Se ig n e u r d e s m o n d e s » p o u r joindre l’e xhorta t ion à la cra int e , e t il
tira a rgum e nt de ce ve rse t : (Informe M es serviteurs que Je suis, en vérité,

celui qui pardonne, le M iséricordieux et que M on châtim ent est le châti­
m ent douloureux) [C o r a n X V , 4 9 -5 0 ] e t c e ve rs e t : (T on Seigneur est
prompt dans Son châtiment, H est aussi celui qui pardonne, Il est miséricor­
dieux) [Co ra n V I I , 1 6 5].
L ’E n v o y é de D ie u -q u ’Alla h le b é n is s e e t le s a l u e - a dit : « S i le

c r o y a n t sa v a it ce q u ’il y a a up rè s d e D ie u c o m m e c h â tim e n t, n u l n 'a u r a it
a m b itio n n é le P a r a d is . S i l ’in c ré d u le s a v a it c e q u ’il y a a u p rè s d e D ie u
c o m m e m isé ric ord e , n u l n e se ra it d é sé sp éré de S a m isé ric o rd e » (1)
p o r té p a r M o u s ü m ).

(R a p ­

m â lik i yaw m i-d -d în (4 )

Souverain au jour du jugement dernier (4)
Die u, é ta nt «L e Se ig n e u r d e s m o n d e s », Il e st d o n c le So u ve ra in
ou le R oi de ce m o n de pré se nt e t ce lui de l’a u -de là o ù nul ne pourra it
l’e n dispute r o u pa rle r sa ns S a pe rm ission co m m e II a dit: (... Us ne par­
leront pas sauf celui à qui le M iséricordieux l’aura permis et qui prononce­
ra une parole juste) [Co ra n LX X V III, 3 8 ] et: (Le jour où cela arrivera, nul
ne parlera, sans la permission de Dieu) [Co ra n X I , 1 0 5 ].
Ibn Ab b a s a dit: «L e jo u r du ju ge m e n t e st le j o u r de co m pt e f inal
o ù t o ut e s le s c ré a t u re s s e ro n t j u g é e s s e lo n le u rs œ u v r e s q u ’e lle s
a va ie nt co m m ise s, si e lle s é ta ie nt bonne s, e lle s se ro nt ré co m p e n sé e s,
si e lle s é ta ie nt m a uva is e s, e lle s se ro nt ch â t ié e s à m o ins q u e D ie u ne
le s p a rd o n n e ».

(1 )

Aïisr ^

4|l •Xif’ U
¿jA Ja i L»

.

22

¡* J* i
J\ ¿j» ¿I JLP t*

Le m o t : «S o u v e r a i n -o u R o i -» e st un a t t ribut qui se ra p p o rt e à
Die u se ul, m a is a u f iguré , o n ie d o n n e à d e s pe rso n ne s qui so nt a u
pouvoir. Il a é té me ntionné da n s le s de ux Sa h ih s que l’En vo yé de Die u
-q u ’Alla h le bé nisse e t le s a lu e - a dit: «D ieu saisira la terre e t p lie ra les

c ie u x de S a m ain, p u is I I dira: « J e su is le Souverain, où so n t donc les rois
de la terre? O ù so n t les tyrans? O ù so n t les orgueilleux?}/J) (R a p p o rté p a r
B o uk h ari e t M o u s tim ).
«L e juge m e nt de rnie r» signif ie la rétribution e t le com pt e . Die u, e n
pa rla nt d e s h o m m e s , a dit : (serons-nous jugé s?) [Co r a n X X X V I I , 5 3 ].
L ’En v o y é d e D ie u -q u ’Alla h le bé n is se e t le s a lu e - a dit: « L ’h o m m e
sensé e st celui q ui ju g e soi-m êm e e t enivre p o u r la vie fu tu r e » (2). (R a p p o rté

p a r A h m e d T im à d z i e t Ib n M a ja ) O m a r -q u e Die u l'a gré e - a dit: «Ju g e z
vo u s-m ê m e s a va nt d’ê tre ju g é s ».

iyyaka na‘budu wa ’iyyâka nasta‘în(5)
C’est T oi que noos adorons, c’est T oi dont nous Implorons le secours (5)
L’a dora t ion signif ie humilité . D ’a prè s la loi re ligie use , e lle signif ie
l’a m o ur idéa l, la soumission, la cra inte ... O n pe ut do nc dire e n inte rpré ­
ta nt ce ve rse t : N o u s n’a do ro ns pa s un a utre Die u que To i e t no us ne
nous conf ions q u ’e n To i , telle e st la parfaite soum ission. La religion e st
a x é e su r de ce s de ux se ns: le pre m ie r e st le dé sa ve u du polyté hism e ,
et le se cond l’a ve u qu’il n’y a ni puissa nce ni f orce qu ’e n Die u à qui on
conf ie notre sort. O n t ro uve ce se ns da ns plusie urs ve rse t s du Co r a n
tels que : (Adore-Le donc et confie-toi à hn) [Co ra n XI, 123] et: (Dis: «Lui

le M iséricordieux, noos croyons en Lui, nous nous confions en L ui...) [C o -

(1 )

f rU-JI lSjJoîj

jf-

Jjj)

A* tShk*

¿¿î ŸOjjUJI

Jy » j

¿1jL» ¿¿î ¿1LJI ü! :J
C'jt j*

(2 ) ù* 'j

ùij j )

^

23

y jj

ra n LX V I I , 2 9 ], Ce la e s t c o m m e un o rdre d o n n é a u s e rvit e u r a f in de
s’a d re sse r a u Se ig n e ur dire ct e m e nt co m m e si o n se t rouve de va nt lui.
Si l’a dora tion e st le but que doit vise r ch a que croya nt , la conf ia nce
e n Die u e st le m o ye n p o u r y a rrive r. P e ut -ê t re o n se d e m a n d e : p o u r­
quo i un ind ivid u qui prie se ul e t ré cit e ce ve rs e t dit: «C ’e s t To i qu e
no u s a d o ro n s » a u lieu de dire : «C ’e st To i qu e j ’a d o r e », la ré p o n se e st
la sui va nt e : Af in qu e l’h o m m e ne se co n sid è re pa s se ul co m m e é ta nt
un a do ra t e u r de Die u e n de h o rs d e s a ut re s, e t d ’a ut re pa rt, p o u r que
son invoca tion co nce rne a ussi se s f rè res croya nts.
P a r a ille u rs , le t e rm e «n o u s a d o r o n s » a un s e n s p lu s m o d e s t e
d'hum ilit é que de dire : «N o u s t’a vo ns a d o ré », ca r le se rvit e ur ne ce sse
d ’a d o r e r le S e i g n e u r t a nt q u ’il e s t e n vie , e t p a rce q u e l’h o m m e ne
pourra pa s, e n vé rité , a do re r Die u co m m e il sie d à S a M a je sté .
M a lgré le s qua ltité s idé a le s dont jouissa it notre P ro phè t e -q u ’Alla h
le b é n is s e e t le s a lu e - D ie u l’a a p pe lé S o n s e rvit e u r (à s a vo ir q u ’e n
la n gu e a ra b e le m o t se rvit e u r d é rive de l’a do ra t io n c o m m e o n le re ­
m a rque da ns le s ve rse t s suiva nt s: (Louange à Dieu qui se fait descendre
le Livre sur Son serviteur) [Co ra n X V I I I , 1] e t (Quand le serviteur de Dieu
s’est levé pour l’invoquer) [Co ra n LX X I I , 1 9 ] a ussi (G loire à celui qui a
fait voyager de nuit Son serviteur) [Co ra n X V I I , 1j. Te l s sont trois ca s où
Die u a no m m é So n M e ssa ge r «u n se rvit e ur».

ih d in a -S -S r â ta -l-m u sta q îm (6 )

M ontre-nous le chemin droit (6)
Le ch e m in droit, e n la ngue a ra be , signif ie le ch e m in cla ir o ù o n ne
re nco nt re a u cu n e t ortuosit é . Du point d e vu e re ligie ux plusie urs inte r­
pré ta tions o nt é t é do n n é e s à so n suje t à s a vo ir q u ’il s ’a git to ujo urs de
suivre Die u e t So n M e s sa ge r -q u ’Alla h le bé nisse e t le sa lue - O n a dit:
\
- Il e st le Livre de Die u.
- Il e st l’Isla m.
- D ’a p rè s I bn Ab b a s : il s ’a git d e la re ligio n d e D ie u qui ne re n ­
f e rm e a ucu ne tortuosité.

24

D ’a p rè s I bn Al-H a n a f ia : il e st la re ligion de Die u e t a u cu n e a ut re
ne se ra it a cce pt é e .
- A n -N a w a s Be n S e m ‘a n a ra ppo rt é que l’En vo yé de Die u -q u ’A I la h le bé n is se e t le s a lu e - a dit: « D ie u d o n n e la p a r a b o le d ’un c h e m in

droit, to u t a u long de ses bords se tro uv en t d e u x m urailles m u nies d es p o r ­
te s o u v e rte s m a is c ou v erte s p a r d e s rid ea u x . S u r ce che m in, un h o m m e se
tie n t e t s ’écrie: « O h om m e s! E m p ru n te z ce c he m in sans se dévier». Un a u ­
tre crieur au-dessus de ce chem in, q u a nd un h o m m e essaie d ’ouvrir l ’une de
ces p o rte s, le m e t en g arde en lui disant: « M a lh e u r à toi». N e l ’ouvre p a s.
S i tu l ’ouvres, tu dois y accéder». O r ce chem in n ’e st que l ’islam , les d e u x
m u ra ille s so n t les lim ite s de D ieu , les p o rte s S e s in terdictio ns, la p e rso n n e
su r le ch em in e s t le livre d e D ie u e t le c rieu r d ’en h a u t, le serm o n n e u r de
D ie u q u i se trouv e dans le cœur de chaque m u sulm a n»

( R a p p o r té p a r A h ­

m e d / 1J.
- M o uja he d a dit: «L e che m in droit e st la vé rit é », e t ce tte int e rpré ­
tation pa ra it ê tre la plus logique qui ne contra rie pa r le s a utre s.
- Ibn Ja r i r dit: Le ch e m in droit e st ce lui do nt Die u a a gré é à S o n
s e rvit e u r qui s ’y tie nt f e rm e a p rè s a vo i r re çu S e s bie nf a it s e t qui le s
tra duit e n a cte s e t pa role s, qui se ra pa rmi de ce ux que Die u a co m blé s
de bie nf a its, a ve c le s P ro ph è t e s, le s just e s , le s t é m o ins e t le s sa int s,
e n le dirige a nt ve rs l’Isla m.
O n pe ut se d e m a n d e r: P o urquo i le cro ya n t d e m a n d e d ’ê tre da n s
la voie droite ta nt q u ’il o bse rve toujours la priè re ?
La ré p o n s e : Le se rvit e ur a be so in d ’ê t re gu idé à ch a q u e m o m e n t
e t ve rs le ch e m in droit e t y re ste r. Die u lui m o nt re le m o ye n p o u r ê tre
toujours a insi afin qu ’il lui a cco rde le se cours, la f e rm e t é e t la ré ussite ,

(1 )

L

l

f

f

l

¿

i

cSL>-j * jjï* » i_jIj j 'J î
3 j

i4-*w

t l j JC ^ o î

M

N j

Jip lj

(

- l »l J ^ z j l

I j JL ^ j l

:J l î <_>>I^Vt ¿X lj

<»1 ;â » Il i_j|^ / illj i<u)l
¿ ]l

l

-l o i ^ a JI

J (

O

l

» * •» ¿jJ (J-I^J-ÜI)

<JjI_jjI 1» 4 ■ » ûlj_j—* J»I^æJI

(j j i

¿ J*

lxJjt
û l j j —Jl j

^ I j J I j

(¿ )l

25

LjjI

L>

__«

J^ l i

ùl

J »l J* a i \

j I j I làl*

t ^ L * y i J»I^ saJU
i »l j -^ J l

^

J

(^ p l ^ JI

< _jb

J j i ¿y*
ù l ûJLili
¿1 1 ¿ j

(¿ i l

e n lui o rdo nna nt d’ê tre un vrà i croya nt. Il dit: (O vous croye z! Cro ye z en

Dieu et en Son Prophè te) [Co ra n I V, 1 3 6 ]. Ce t t e cro ya nce qui pe ut ê tre
tra duite pa r la f e rme t é e t la pe rsé vé ra nce da ns l’a cco m plisse m e nt de s
œu vre s bonne s dé signé e s. Et c ’e st Die u qui e st le m ie ux imf ormé .

S ir â t a - l- la d în a ’a n ‘a m ta ‘a la y h im g a y r i- l-m a g d û b i ‘a la y h im w a la -d dâllîn(7).

Le chemin de ceux envers qui Tu t’es montré généreux, non le chemin
de ceux qui ont encouru Ta colère, non le chemin des égarés (7).
D a n s ce ve rse t , Die u pré cis e ce ch e m in ré s e rvé a u x g e n s ve r ­
t ue ux co m m e le m ontre ce ve rse t : (Ceux qui obéiront à Dieu et au Pro­

phète, ceux-là, Dieu leur donnera pour com pagnons-les élus de Sa Grâce,
ses Prophètes, les justes, les martyrs et les vertueux. 11 n’y a pas de plus
belle société) [Co ra n I V, 69]. Te ll e e st a ussi l’inte rpré ta tion d ’a prè s Ibn
Ab b a s qui dé duit que ce la ne po urra ê tre a cquis qu e grâ ce à l’a d o ra ­
tion de Die u et la soumission à Sa volonté .
C e ve rs e t de la so u ra t e , dist ingu e le ch e m in d e s ve rt u e u x qu e
Die u a com blé s de se s bienf aits, de celui de ce ux qui e nco ure nt la co ­
lère de Die u qui sont da ns l’é ga re m e nt et qui ne sont plus dirigé s ve rs
la vérité.
Se lo n le s inte rpré ta tions de s e xé gé te s, les pre m ie rs so nt les juif s
d ’a prè s ce ve rse t : (Dieu a transformé en singes et en porcs ceux qu’i l a

maudits, ceux contre lesquels 11 est courroucé) [Co ra n V , 60] Q u a n t a ux
de rnie rs, ils sont le s chré t ie ns co m m e Die u les a m e nt ionné s da ns ce
ve rse t : (Q ui se sont égarés autrefois et qui en ont égaré beaucoup d’autres

hors du droit chemin) [Co ra n V , 7 7 ]. Ce ci a é té conf irmé a ussi pa r le h a dith suiva nt: «A d y Be n Ha te m a dit: «J ’ai de m a ndé l’En vo yé de Die u qu ’Alla h le bé nisse e t le sa lue - a u suje t de ce ux qui sont dé signé s pa r
ce ve rse t : (N on le chemin de ceux qui ont encouru Ta colère), il m e ré ­
pondit: « Ils so n t les ju ifs , quant a u x égarés ils sont les chrétiens».
Il

e s t r e c o m m a n d é à ce lu i qui ré cit e la Fa t ih a d e d ire a p r è s :

«A m e n » qui signif ie : «Ex a u c e m a p riè re ». Ab o u Ho ura ira a ra ppo rt é :
Qu a n d l’En vo yé de Die u -q u ’Alla h le bé nisse et le sa lue - f inissa it la ré ­

26

cita tion de ce ve rse t : (Non le chemin de ceux qui ont encouru Ta colère,

non le chemin des égarés), il disait: «A m e n » de sorte qu ’il f a sse e nt e ndre
ce ux qui se trouva ie nt a u pre m ie r ra n g».

D e ce que cette sourate a renfermé
Ce t t e soura t e f ormé e de se pt ve rse t s re nf e rme : la loua nge à Die u,
S a glorif ica t ion, qu e lqu e s uns de se s a tt ributs, le ra s se m b le m e n t qui
e st le jo u r du juge m e n t de rnie r, l’unicité de Die u e t So n a dora t io n sin­
cè re , l’a tte sta tion qu ’il e st loin d ’a voir un é ga l ou un pa re il, la d e m a n de
d ’ê t re dirigé ve rs le ch e m in droit a f in d ’y ê tre a f f e rm i, de t ra ve rse r le
po nt (Le sira t ) e t d ’a c cé d e r a u P a ra dis de dé lice s p o u r ê tre a ve c le s
P rophè t e s, le s juste s, les m a rtyrs e t le s sa ints se rvite urs.
Elle re nf e rm e é ga le m e n t l’e xh orta tion à f a ire le s b o n n e s œ u vr e s
a f in d ’e n ê tre bie n ré t ribué a u j o u r de la ré surre ct io n , e t la m ise e n
g a r d e d ’e m p ru n t e r le ch e m in de l’é g a re m e n t p o u r ne p a s ê t re ra s ­
se m blé a ve c le s é ga ré s ~ët ce u x qui ont e ncouru la colè re de Die u. C a r
il a ppa rt ie nt à Die u se ul d ’a cco rde r le s bienf a its e t de dirige r, ce lui qui
Die u é ga re , nul ne pourra le guide r.
Le s «Q a d a r y a » -qui re nie nt le d e s t in - e t qui dise nt qu e le s s e rvi­
t e urs choisisse nt e t a cco m plisse nt e u x -m ê m e s le urs œ u vre s , tire nt a r­
gu m e n t , p o u r re nf o rcé r le ur innova t ion, de s ve rse t s qui pe uve nt prê t e r
a u do ut e , e n la issa nt le s f o nda m e nt a ux , f o rm e nt sa n s do ut e le s ge n s
qui se sont é ga ré s e t qui é ga re nt.
Se lo n un ha dith a uthe ntif ié , le P ro ph è t e -q u ’Alla h le bé nisse e t le
sa lue - a dit: « L o rsqu e vous rencontrez c e u x qu i suive nt les versets q ui p r ê ­

te n t au doute, ils so n t c e u x que D ieu a désignés -M é fie z- vous d ’e ux ». Ca r
le Co ra n a bie n distingué e ntre la vé rit é e t l’e rre ur, la bo nne dire ct ion
e t l’é ga re m e nt, e t ne contie nt ni contra diction ni dispa rité pa rce qu ’il e st
une ré vé la tion d ’un sa ge e t digne de loua nge s.

27


Documents similaires


Fichier PDF khotba cheikh abdelhadi sur la perseverance
Fichier PDF khotba cheikh abdelhadi sur la perseverance pdf
Fichier PDF khotba cheikh abdelhadi
Fichier PDF khotba cheikh abdelhadi attentats pdf
Fichier PDF khotba cheikh abdelh di 3 1
Fichier PDF khotba cheikh abdelh di pdf


Sur le même sujet..