Mimoun par Jazy.PDF


Aperçu du fichier PDF mimoun-par-jazy.pdf - page 5/7

Page 1 2 3 4 5 6 7



Aperçu texte


MES

VICTOIRES,

MES DÉFAITES,

MA

VIE

J'ai passé trois semaines au village olympique
avant ma course sans jamais aller à Melbourne.
Je ne connus de l'Australie que l'enclos vert d u
village. Avec Alain nous étions souvent sur le
terrain d'entraînement. Je pus ainsi voir et connaître les plus grands cracks : KUTS, ZATOPEK, P I R I E , J U N G W I R T H , BOYSEN, tous...
Le 1 décembre approchait, le j o u r de m a
série de 1 500 mètres. I l faisait terriblement
chaud, le grand été austral. Je n'étais pas t r o p
ému en m'alignant aux ordres d u starter car je
n'avais aucune chance de me qualifier. Mais je
voulais justifier la confiance que l ' o n avait mis
en m o i en m'envoyant aux jeux Olympiques
pour m ' i n s t r u i r e . De ce point de vue, avec
M i m o u n , je n'avais pas perdu m o n temps.
Je t e r m i n a i 7 en 3'49"8 égalant m o n record
d u 1 500 mètres.
— C'est bien, me d i t Alain à m o n retour au
village. T u as été égal à toi-même. Mais ce q u ' i l
faut c'est être au-dessus de soi-même.
Le j o u r d u marathon était proche. Plus
l'heure se rapprochait, plus M i m o u n devenait
d'une humeur massacrante.
I l n'a jamais été d u genre « rigolo » mais
là, i l battait les records. I l s'engueulait avec
absolument tout le monde. I l menait une vie
impossible aux dirigeants et aux athlètes. I l
er

e

..." '

92
A

Rome

Percy

de

ça ».

// ova/7 raison. Pourtant

étions

fou

génial,

Cerrutti,

sorte

sceptiques.

voyait

l'entraîneur
son

d'Elliot,

élève

Hussen

«


une

grand
droite)

comme
et

moi

•••