Sourate 19 Maryam. .pdf



Nom original: Sourate 19 Maryam..pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDF24 Creator / GPL Ghostscript 9.07, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 29/06/2013 à 01:37, depuis l'adresse IP 109.129.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1703 fois.
Taille du document: 3 Mo (46 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


19 - S O U R A T E D E M A R IE

9 8 V e r s e ts
R é v é lé e à L a M e c q u e
R é v é lé e à la s u ite d e la s o u r a te d e C r é a te u r

B ism i-L -L âhi-r-R ahm âni-r-R ahîm
K a f-h a-ya-‘âyn-sa d (1) d ik ru rahm ati rabbika ‘abdahû zakariyya (2) ’id
n â d â ra b b a h û nidâA’an h a fiy y a n (3 ) q â la ra b b i ’in n î w a h a n a -l-‘a z m u
m inn î w a-sta‘ala-r-ra’su sayban w a lam ’akum -bidu ‘a ’ika rabbi saqiyyan
(4 ) w a ’in n î h if tu -l-m a w â liy a m in warâA’î w a k â n a ti-m -r a ’a tî ‘âq ira n
fah ab lî m i-l-lad u n k a w aliyyan (5) yar itu n n î w a ya ritu m in ’a li y a ‘q ûba
w a-j‘alh u rabbi radiyyan (6).

A u nom d’A llah le M iséricordieu x le T rès M iséricord ieu x
K af-H a ya -A in . S ad (1) M entionne la marque de bienveillance donnée
par to n S e ig n e u r à Z ac h a rie (2 ) Z a c h a r ie ad ressa une prière se c r è te à

159

A lla h (3 ) M o n A lla h , d it - il, m e s f o r c e s d é c lin e n t e t m e s c h e v e u x
blanchissent. J e ne t’ai jam ais adressé une prière que tu n’aies exaucée. (4)
Je n’ai pas confiance dans mes héritiers. M a femme est stérile. Donne-moi
un enfant (5) qui hérite de m oi et de la famille de Jacob. E t fais, Seigneur,
qu’il soit vertueux (6).
Tel e st le récit de Zacharie que Dieu l’a gratifié de Sa m iséricorde.
Z a ch a rie é ta it l’un des P ro ph ètes illustres des fils d ’Israël qui d ’après
Al-Boukhari exerçait le m étier d ’un charpentier.

«Zacharie adressa une prière secrète à son A llah.» D ’après que lques
e x é g è te s e lle é ta it se c rè te te lle un s o u h a it a fin que sa d e m a n d e ne
so it une frivolité , ou d’après d ’au tres parce que ce ge nre de p rières et
in vo ca tio n s e st p ré fé ra b le au S e ig n eu r, ou se lo n Q ata da , p a rce que
D ieu p é n è tre d an s le tré fo n d s des cœ u rs e t e n te n d le s p lu s fa ib le s
chuchotem ents surtout s ’ils sont issus d’un cœ ur pieux.
O n a ra p p o rté aussi que Z a ch a rie se le va la n uit p o u r in v o q u e r
Dieu alors que ses com pagnons plongeaient dans un somm eil profond,
e n a p p e la n t: S e ig n e u r! E t le S e ig n e u r de lui ré p o n d re : M e v o ilà
répondre à ton appel.
Il L ’im p lo re : «m es forces déclinent» m es os s o n t a ffa ib lis «et mes
cheveux blanchissent» don t la canitie les ont envahis, qui signifie qu’il est
devenu un ve ie illa rd fa ib le . «Je ne t’ai jam ais adressé une prière que tu
n’aies exaucée» e t je n’ai ja m a is été m alh e u re ux en T e priant, C a r Tu
ne m ’as refusé aucune dem ande.

«Je n’ai pas confiance dans mes héritiers», qui so nt ses proche s. Il
e u t p e u r q u ’ils ne se c o m p o rte n t in c o n v e n a b le m e n t a v e c le s g e n s
a près sa m ort. Il dem anda d on c à Dieu de lui d o n n e r un e nfa nt, q u ’il
s o it P ro p h è te e t q u ’il a p p liq u e e t se co n fo rm e à to u t ce q u ’on lui a
révélé. D on c il ne s’ag it pas d’une rich esse à hérite r, q u ’il cra ig n ît de
p e rd re e t que se s p ro ch e s ne s ’en s ’e m p a ra sse n t, c a r un P ro p h è te
occup era un rang plus élevé et ne donnera aucuné im porta nce à une
fortune.
T elle fu t la pre m iè re in te rp ré ta tio n , q u a n t à la d e u xiè m e d ’ap rès
le s e x é g è te s , on a ra p p o rté q u e Z a c h a rie é ta it un c h a rp e n tie r qui
g a g n a it sa vie du trava il de ses m ains et n’é ta it pas un c o m m e rça n t

160

afin qu’il puisse procurer une grande richesse, et on n’a jam ais raconté
q u ’un Prophète avait amoncelé de l’argent pour s’en préoccuper.
Q u a n t à la trois iè m e , il e st d it dans un had ith cité dans les d e u x
Sa hihs que l’Envoyé de Dieu -qu ’Allah le bénisse et le sa lue- a dit: «N ou s le s P ro p h è te s, ne la is s o n s a u cu n e su c c e s s io n , to u t ce q u ’on
laisse sera une aum ône».
D on c la d em an de d ’un h é ritie r n’av a it p o u r but que la p ro p h é tie ,
v o ilà b ie n le s e n s du v e rs e t: «Q u i hérite de m oi et de la fam ille de

Jacob» co m m e D ieu a d it a ille u rs: «Salom on hérita de D avid» [C o ra n
XXVII, 16] c ’est à dire la Prophétie.
M o u ja h e d a d it q u e c e t h é rita g e é ta it la s c ie n c e , e t p o u r A lH a ssa n , il s ’a g it e t de la sc ie n c e e t de la p ro p h é tie . Q u a n t à A b o u
S a le h d o n t s o n c o m m e n ta ire fu t s o u te n u p a r Ibn J a r ir d a n s s o n
o uvrage «L’interprétation du C oran» il e st le suivant: « Po ur h é rite r ma
propre fortune et la prophétie de la fa m ille de Jacob».
Z a c h a rie d e m a n d a e n fin à D ie u « E t fa is , S e ig n e u r , q u’il s o it
v e r tu e u x » d o n t T u a g ré e s e t T u a im e s , a in s i q u e le s h o m m e s
l’agréeront et l’aimeront.

yâ zakariyyâA ’in n â n ubassiruk a b i-gu lâm in -i-sm u h u y a h y a lam n aj‘al
lahû m in qablu sam iyyan (7).
O Z acharie, nous t ’annonçons un fils. Il s’appellera Jean . C ’est un
nom qui n’a jamais été porté jusqu’ici (7).
O n entend p ar ce ve rs e t que Dieu a exau cé la prière de Z acharie
e t q u ’ il a lla it lui d o n n e r un e n fa n t co m m e il e s t d it a ille u rs : «A cette
occasion, Zacharie adressa à son Seigneur la prière suivante: «Seigneur ,
d o n n e -m o i une b e lle p o s té r ité . T u en te n d s m es p r iè r e s. D e s a n g e s
l ’interp ellèrent pendant qu’il p riait, debout dans le sanctuaire: «A llah

t ’annonce la naissance de Jean. Il croira à la parole d’A llah, sera noble,
saura dompter ses passions et sera un prophète d’entre les justes» [C ora n
III, 38-39].

161

Le nom Je an (en a ra be Y a h ia ) e s t un h o m o n ym e q u e D ieu n ’a
donné à aucun dans le passé, ou, selon M oujahed, n’a pas de pareil,
ou e n co re d ’a p rè s Ibn A b b a s, le s fe m m e s s té rile s n ’a v a ie n t ja m a is
e ng e n d ré un e nfa nt se m blable. Ce qui a p p uie les d ire s qui a ffirm e n t
que Zacharie n’eng en drait pas c ’est que sa fe m m e é ta it sté rile de puis
s a je u n e s s e , à l ’ in v e r s e d ’A b r a h a m e t S a r a h . C e q u i c a u s e
l’éton ne m en t de ce co uple la nouvelle q u ’ils ve n a ie n t de re ce vo ir des
anges, é ta n t dans un âge avancé, e t Ab rah am de le u r d ire: «E t vous
m’annoncez cela au m oment où je ne suis plus qu’un vieillard? Q u’est-ce
que vous m’annoncez là?» [Coran XV, 54]. A sa voir qu’A braham a vait un
enfant qui s’appelle Ismaël âgé de treize ans.

qâla rabbi ’ann â yakûnu lî gulâm un w a k ânati-m ra’atî ‘âqiran w aq ad
balagtu m ina-l-kibari ‘itiyyan (8) qâla rabbuka huw a ‘alayya h ayyin un
waqad halaqtuka min qablu walam taku say’an (9).
Il dit: «O mon A llah, est-ce possible que j ’aie un fils? alors que m a
femme est stérile et que moi-même j ’ai atteint l’âge des rides?» (8) Ainsi en
a décidé ton Seigneur, répondit Allah. Rien de plus simple pour moi. Je t’ai
bien créé alors que tu n’étais rien. (9).
Ayant reçu l’affirm ation de l’annonce e t l’exa uce m en t de sa prière,
Zacharie ressentit une grande joie m ais voulant savo ir co m m en t il aura
un e n fa n t au m o m e n t où il a a tte in t l’â g e de la d é c ré p itu d e e t sa
fe m m e stérile, il s ’excla m a : «O mon A llah, est-ce possible que j’aie un
en fant?» Et le S e ig n e u r de lui ré p o n d re p a r la b o u c h e d e l’a n g e m essa ge r: «Rien de plus simple pour moi» de vous a cco rd e r un e n fa n t
m êm e de ta fe m m e s té rile et v ie ille . Pu is II lui ra p p e la : Je t ’ai c ré é
au tre fo is alo rs que tu n’é ta is rien, com m e II a d it a ille u rs: «N e s’est-il
pas écoulé une longue période de temps durant laquelle l ’espèce humaine
était totalement inconnue» [C oran LXXVI, 1].

162

qâla rabbi-j‘al ÏT ’a y a ta n qâla ’a y a tu k a ’allâ tukallim a-n-nâsa ta lâ ta
layâlin saw iyyan (10) faharaja ‘alâ qaw m ihî m ina-l-m ihrâbi fa’aw h a
ilayhim ’an sabbihû bukratan wa ‘asiyyan (11).
Seigneur, d it-il, convenons alors d ’un signe. S o it, notre signe sera
celui-ci: «Tu n’adresseras la parole à personne pendant trois nuits» (10). H
sortit de l ’oratoire et, s’avançant vers le peuple, il invita à prier matin et
soir. (11).
Afin que Zacharie s’assure de la nouvelle e t ait le cœ ur apaisé, il
dem anda au Seigneur de lui accorder un signe, to ut com m e Abraham
qui Lui d e m a n d a it a u p a ra v a n t: «S eign eu r m ontre-m oi com m ent Tu
ressu scites le s m orts?» C elui-ci répondit: «A s-tu quelque doute sur ce
point?». «L oin de là , reprit Abraham , m ais mon cœur a besoin d’être
raffermi» [Coran II, 260],
Le s ig n e fu t a lo rs q u e Z a rc h a rie n ’a d re s s a p lu s la p a ro le à
q u ic o n q u e p e n d a n t tro is n u its sa ns q u ’il s o it a tte in t d ’une m a la d ie
quelconq ue. Il d e va it co n te n ir sa langue sa ns p ro fé re r aucun m ot et
s’entretenait avec les gens par les gestes. Cela ne l’em pêchait pas de
lire et de glorifier le Seigneur.
A p rè s l’é co u le m e n t de ce tte p ério de, il s o rtit de son sa n ctu a ire
p o u r se re n d re ve rs so n p e u p le en le u r o rd o n n a n t: « C é lé b re z le s
louanges de Dieu matin et soir».

lijÎ

-U-

¿ )*

H?-

f y

j

¿ {y -î

fjÿ j

A i

yâ Y a h y â h u d î-l-k itâb a biquw w atin w a ’a tayn âh u-l-h uk m a sab iyyan

163

(12) w a h an ân am -m i-l-lad u n n a w a zakâtan w a k âna taq iyy an (13) w a
barram -bi-w âlidayhi w alam yakun jabbâran ‘asiyyan (14) w a salâm un ‘alay h i yaw m a w ulid a w a yaw m a yam û tu w a yaw m a y u b ‘a t u h a y y a n
(15).

'

O Jean, étudie le Livre avec ferveur. N ou s t’avons donné la sagesse
dès ton plus jeune âge. (12) N ous t’avons donné, en outre, la douceur et la
bonté. Il était d’une nature dévote. (13) Il respectait ses parents. Il n’était
ni violent ni insoum is. (14) Q u’il soit assisté au jour de sa naissance, de sa
mort et de sa résurrection. (15).
O n d é d u it d es v e rs e ts p ré c ité s que D ie u d o n n a a Z a c h a rie un
e n fa n t q u i s ’ a p p e la Y a h ia ( J e a n ) , Il lu i e n s e ig n a le L iv r e ( le
P e n tate u qu e) que les hom m e s lisa ie n t à ce tte é po qu e. E tan t e n co re
p e tit e nfant, D ieu va nta se s m érite s e t se s q ua lité s, Il lui o rd o n n a dé
b ie n é tu d ie r le L iv re e t de le te n ir a ve c fo rc e , en m é d ita n t s u r se s
sens, de se c o n fo rm e r à se s e n se ig ne m en ts e t de fa ire les a c te s de
bie n m a lg ré sa je u n e s s e . A ce p ro p o s , A b d u lla h B e n A I-M o u b a ra k
ra p p o rte q u e le s e n fa n ts d is a ie n t à Y a h ia : « A llo n s jo u e r» . Il le u r
répondait: «Ce n’est pas pour le jeu que nous som m es créés».
D ie u a c c o rd a à Y a h ia p lu s ie u rs c a ra c tè re s d o n t la p u re té , la
d o u ce u r e t la dévotio n. Il é ta it p ur des péchés, d ou x e n ve rs se s père
e t m è re en le s tr a ita n t a v e c b ie n v e illa n c e , e t il p e r s é v é ra it d a n s
l’ad o ra tio n de Dieu en a cco m p lissa n t les œ u vres pies. Il é ta it à l’ab ri
de to ute déso bé issa n ce depuis sa naissance, p en da nt sa vie, lors de
sa m ort et quand il sera ressuscité.
Ibn Ab ba s raconte que (’Envoyé de Dieu -q u ’Allah le bénisse e t le
salue- a dit: « C h a c u n d e l a p o s t é r i t é d ’A d a m a c o m m i s u n p é c h é o u s u r l e
p o in t d e le c o m m e ttr e e x c e p té Y a h ia le f i l s d e Z a c h a r ie . I l n e c o n v ie n t p a s
à p e r s o n n e d e d i r e q u e j e s u is m e il l e u r q u e Y o u n o s B e n M a t t a » ( R a p p o r t é
pa r  hm ad)

(I).

Q a ta d a ra p p o rte q u ’A I-H a s s a n a d it: « Y a h ia e t J é s u s se s o n t

( 1) j»-» jt

-üj
•«us1* ¿ji

L*i :Jli 3IÉ! ¿jt

jJj ¿ y -L»-!
Cf

k* ¿jik ¿1

164

ù\

k? ‘k / j ù* l s ^ tri*

¿ri' ¿r*

re n con trés. Jé su s dem anda à Yahia: «Im plore le pardon p ou r m oi ca r
tu e s t m e ille u r q u e m o i» . L ’a u tre lui ré p o n d it: « P lu tô t c ’e s t to i le
m e ille u r» . E t Jé su s de rip oste r: «J’ai salué m oi-m ê m e , m ais toi, c ’est
D ieu qui t’a salué». Aussi Jésus reconnut ses mérites.

w a - d k u r fî-l-k itâ b i M a r y a m a ’id i- n t a b a d a t m in ’a h lih â m a k â n a n
sarqiyyan (16) fatahadat m in dûnihim hijâban fa’arsalna ’ilayhâ rûhanâ
fatam atta la lahâ basaran saw iyyan (17) qâlat ’innT ’a‘û d u bi-r-R ahm âni
m inka ’in kunta taqiyyan (18) qâla ’innam a ’ana rasûlu rabbiki li ’ahaba
la k i g u lâ m a n z a k iy y a n (1 9 ) q â la t ’an n â y a k û n u lî g u lâ m u n w a lam
yam sasn î basrun w alam ’aku bagiyyan (20) qâla k ad âlik a qâla rabbuki
h uw a ‘alayya hayyinu n w a linaj‘alahu *a yata-l-li-n-na' si w a rahm atam
m innâ w a kâna ’amram m aqdiyyan (21).
M entionne M arie dans le Livre. Elle s’éloigna de sa fam ille et se fixa
dans une retraite située à l ’est de la ville. (16) Elle tendit un rideau entre
elle et les passants. N ous envoyâmes notre Esprit qui lui apparut sous une
form e hum aine. (17) E lle lui dit: « J ’en appelle à la protection d’A llah, si
tant est que tu L e craignes» (18). Il répondit: «Ton Seigneur m’a envoyé
auprès de toi pour que je te donne un fils vertueux» (19) «Comment auraije un e n fa n t, d it-e lle , m oi qui n’ai ap proch é aucun hom m e e t que la
débauche n’a jam ais tentée?» (20) Ainsi en sera-t-il. Ton Seigneur a dit: «R ie n n’e st p lus fa c ile pour m oi. C et en fan t sera un sym b ole pour les
hommes et un signe de notre miséricorde». Cette décision fut réalisée. (21).
A p rè s a v o ir m en tion né l’h isto ire de Yahia, Dieu raconte d an s ces
ve rs e ts ce lle de Jésus qui fu t créé sa ns père; et les deux h isto ire s ne

fo n t que m on trer et confirm er le pouvoir de Dieu et Son om nipotence.
M arie la fille d'Im ran était de la descendance de David, que la paix
s o it s u r lui. Elle n a q u it d ’une fa m ille p ure e t bon ne parm i le s Bano u <
Is ra ë l. D ie u a ra c o n té l’h is to ire de sa m è re d a n s la s o u ra te d e la
fa m ille d ’Imran, et com m ent elle a consacré ce qu’elle portait dans son
se in p ou r se rvir dans le Tem ple de Jérusale m , co m m e cela é ta it l’une
des coutum e s suivies. Ce fu t une fille qui porta le nom de M arie. Dieu
accu e illit la p etite fille en lui fa isa n t une belle réce ption e t la fit croître
d’une belle croissance.
En effe t M arie fu t d’une bonne croissance et l’une des dévotes qui
a d o ra it D ieu avec fe rv e u r e t s ’a do nn ait a ux œ u vres pies e t p ra tiq ues
cultue lle s. Elle était à la charge du m ari de sa sœ ur Zacharie qui était
l’un d es Pro ph ète s de Bani Israël e t le u r g ra nd c h e f à qui reve na ie n t
dans toutes leurs affaires.
Z a c h a rie fu t é to n n é de v o ir M arie fa v o rs ié e p a r ta n t de ch ose s,
p a r e xe m p le : «T ou tes les fo is que Z acharie allait la yoir au T em ple, il

tr ou vait des alim en ts auprès d’e lle . Il lui d it un jour: «M ar ie , d’où te
viennent ces alim ents?» E lle répondit: «C ela me vient d’A llah, car Allah
d istrib u e se s b ien s à qui II veut sans com pter» [C o ra n III, 3 7 ]. O n a
rap po rté à ce t égard q u ’il trou vait chez elle les fru its de l’été en h iver
et ceux de l’h iver en été com m e nous en avons parlé.
C erte s la S a g e sse e t la D écisio n a p p a rtie n n e n t à D ieu. Il vo u lu t
fa ire d e Jé su s, fils de M arie, -qu e la p a ix s o it s u r e u x- un d e s cinq
gands Prophètes de forte résolution.

«E lle s ’éloigna de sa famille et se fixa dans une retraite située à l ’est
de la ville» Elle se retira en un lieu situé à l’es t du Tem ple Sa cré pour
s ’is o le r. C o m m e n ta n t l’a c te de M a rie , Ibn A b b a s a d it: «O n a v a it
prescrit la prière aux gens du Livre et de se diriger vers la M aison (à la
M e c q u e ) e t d ’y fa ire le p è le rin a g e , a in s i, p re n a n t l’a c te de M a rie
co m m e un pré texte ils se sont acqu ittés de la prière a van t le le ve r du
s o le il en se d irig e a n t v e rs l’ Est. P a r D ie u , je s u is le p lu s in fo rm é
d ’entre les hom m es au sujet de leu r agissem ent. Ils se sont basés su r
le s d ire s de D ie u -le v e rs e t p ré c ité -a in s i ils o n t p ris c o m m e q ib la
l’endroit où Jésus fu t né.

166

En p la ça n t un rideau entre elle e t les siens, Dieu envoya à M arie
G a b rie l -q u e la p a ix s o it s u r lu i- qui se p ré sen ta d e va n t e lle so us la
fo rm e d ’un h o m m e p a rfa it. A s a v o ir que l’E s p rit m e n tio n n é d a n s le
C oran d an s plusieurs ve rsets signifie Gabriel. A sa vue elle s’écria: «J ’en appelle à la protection d’A llah, si tant est que tu L e craignes». Elle
eut p eu r de lui, étan t isolée des siens par un voile, croyant qu’il allait la
co n tra in d re à a v o ir des rappo rts ave c elle. Elle lui rappela l’existe n ce
de Dieu et qu’il devait Le craindre si tant était son intention.
G a briel la rassura: «Ton Seigneur m’a envoyé auprès de toi pour que
je te donne un fils vertueux». D on c rien de ce que tu le craig n a is e t le
re d o u ta is , je su is ch a rg é de ton S e ig n e u r p o u r te d o n n e r un g arçon
p ur. A lo rs e lle s ’e x c la m a : «C om m ent aurai-je un en fant, m oi qui n’ai
approché aucun homme e t que la débauche n’a jam ais tentée?» Pour a vo ir
un e n fa n t il fa u t q ue j ’a ie de ra p p o rts se xu e ls a ve c un h om m e, moi
q u ’a ucu n m orte l ne m ’a ja m a is to uch ée et je ne suis pas une fe m m e
prostituée!» Il lui répondit que c’est une chose très facile à Dieu qui est
c a p a b le de to u t e t q u i v e u t q u e c e t e n fa n t s o it un s ig n e p o u r le s
h o m m e s e t u n e m is é ric o rd e v e n a n t de L ui. D ieu a d it a ille u rs : «O
M arie, Allah t’envoie le m essage suivant: Il se nommera le M essie, Jésus,
fils de M arie, sera intercesseur dans ce monde et dans l’autre et un des
fam iliers d’A llah» [C ora n III, 45]. Jé sus app ellera à l’ado ration de son
Se igneu r dès le berceau et à l’âge mûr.
M ou jahed a d it à ce t éga rd: «M a rie -qu e Dieu la sa lu e- d isa it: «C haque fois que je me trou vais seule, Jésus me parlait alors qu’il était
a ussi d an s m on ve ntre, e t lorsqu e q u e lq u ’un m e te n a it co m pag nie, il
glorifia it le Seign eur et pro clam ait Sa Grandeur».

« C e tte d é c is io n fu t r é a lisé e » . C e c i p o u v a it ê tre le s p ro p o s de
G a brie l en d is a n t à M arie que cette création dépend de la vo lo n té et
du v o u lo ir de D ieu, ou e n co re d es se cre ts ré vé lé s à M ou ha m m a d q u ’A lla h le b énisse e t le salue-, e t q u ’il a lla it insu ffle r à M arie de Son
E sp rit co m m e le m ontre ce verset: «Il propose aussi en exem ple M arie,

M e d’Imran, qui vécut chaste. N ous lui insufflâmes de notre esprit» [Coran
LXVI, 12]. Ibn Ishaq a d it en com m entant: «La décision fu t réalisée, et
Dieu l’a décrétée e t cela devra avoir lieu indubitablem ent».

167

fa h a m a la th u fa n ta b a d a t b ih î m a k â n an q a s iy y a n (2 2 ) f a ’ajâA’ah â -lm ah â d u ’ilâ jid ‘i-n-nahlati qâlat yâ laytanî m ittu qabla hâd â w a kuntu
nasyam -m ansiyyan (23).
E lle devint grosse. Elle se retira dans un endroit éloigné. (22) Surprise
par la douleur de l’enfantement, elle s’appuya à un tronc de palmier. «Plût
à D ieu, s’écria-t-elle, que je fusse morte avant et que l’oubli se soit fait sur
moi» (23).
D ’a p rè s la p lu p a rt d e s e x é g è te s , l’a n g e G a b rie l s o u ffla d a n s
l’enco lure de la robe de M arie e t celle-ci tom ba aussitô t enceinte avec
la p e rm is s io n de D ieu. E p ro u va n t que l’a ffa ire fu t a u -d e ssu s de ses
fo rce s et ne sachant que dire aux gens s’ils vo nt lui dem an de r au sujet
de sa g ro sse sse e t en le u r ré p on da nt ils la m écroiron t, e lle co n fia le
se cre t à sa sœ ur la fe m m e de Zacharie, ca r ce dernier avait im ploré le
S e ig n e u r de lui d o n n e r un e n fa n t e t II l’exau ça. M arie entra c h e z sa
s œ u r e t se d o n n è re n t une a c c o la d e . La s œ u r d e m a n d a : «O M arie,
t ’as-tu a perçu que je su is ence in te ?» Et M arie de rép on dre: «S ais-tu
q u e m o i a u s s i je s u is e n c e in te ? » E lle lu i ra c o n ta ce q u ’il lu i e s t
a d ve n u , à s a v o ir que to u te s le s d e u x v iv a ie n t d an s une fa m ille trè s
vertueuse et don t les parents étaient très pieux.
M alek a d it: «O n m ’a fa it s a v o ir que Jé su s fils de M arie e t Ya hia
(J e a n ) fils d e Z a c h a rie é ta ie n t d e u x c o u s in s m a te rn e ls e t a v a ie n t
pre sq ue le m êm e âge. La m ère de Yahia d it une fois à sa sœ u r Marie:
«Je sens parfois que mon foetus se prosterne devant le tien». Je crois,
p oursuit M alek, que cela fu t à cause de la supériorité de Jé sus -que la
paix de Dieu so it su r lui- su r Yahia, ca r Dieu lui a conféré le pouvoir de
g u é rir le lé p re u x e t l’a v e u g le de n a is s a n c e , a v e c la p e rm is s io n de
Dieu.
Q u a n t à la g ro s s e s s e de M a rie , e lle fu t une d u ré e n o rm a le de
n e u f m ois, d ’après l’opinion quasi unanim e des exégètes, ou h uit m ois
se lo n Mkrima. M ais Ibn A b b a s a a v a n c é q u e M a rie a u s s itô t q u ’e lle
to m b a it enceinte, elle enfanta.

168

O n a ra p p o rté q ue le s m a rq u e s de g ro s s e s s e a p p a ru re n t c h e z
M arie , e lle se tro u v a it d a n s l’o ra to ire a ve c un h o m m e p ie u x de se s
p ro ch e s p a re n ts a p p elé Y o u s s e f A n -N a jja r qui se rv a it l’o ra to ire a vec
elle. C on sta tan t la grossesse de Marie, il désavoua sa cond uite en soim êm e mais, étan t sû r de son innoncence e t de sa pureté, il cessa d ’en
pen se r. C om m e ce tte pensée lui re ve na it so uvent, il lui en fit a llu sion
et eut enfin le courage de lui dem ander: «O M arie, je va is te poser une
q u e s tio n , m a is p re n d s to u t to n te m p s a v a n t de m e ré p o n d re » . D em an d e-m o i ce que tu vo ud ra s, lui rép liq ua -t-e lle . Il lui dit: «Y a -t-il
d ’a rb re s qu i p o u s s e n t s a n s g ra in e s ? Y a -t-il d e s p la n ta tio n s s a n s
sem ence s? Un enfant pourra-t-il naître sans père?».
Elle lui rép on dit p ar l’affirm ative: «Certes oui!». Elle com p rit alors à
q uo i il v o u la it en a rriv e r. P u is e lle p o u rs u iv it: « Q u a n t a u x a rb re s et
pla nta tio ns, D ieu les a créés a va n t q u ’il n’y a it ni g ra ins ni sem ences.
D ieu le T rè s H au t n’a -t-ll pas créé A dam sans père ni m ère?» Il cru t
en ses paroles et fu t sû r de sa chasteté. C om m e M arie devina que ses
c o n cito ye n s a lla ie n t l’a ccu se r d ’a d u ltè re e t de la m au vais e co n d u ite ,
elle se retira dans un lieu éloigné afin que personne ne la rencon tre et
où elle ne verra personne.
M ou ha m m a d Ben Ishaq raconte: Un jo u r, a près a v o ir rem pli son
o u tre d ’eau e t une fo is to m b ée e nce in te , M arie reto urn a ch e z e lle et
c o n s ta ta la c e s s a tio n de se s m e n s tru e s . E lle é p ro u v a le s m ê m e s
sig n e s que s u b it une fe m m e e n ce in te à s a v o ir les e n vie s p e n d a n t la
gro ssesse et le chan ge m e nt du teint. Les gens qui visitaient so uvent la
fa m ille de Z a c h a rie c o n s ta tè re n t ce fa it e t la n o u ve lle ne ta rd a à se
ré p an dre p arm i les fils d ’ Israël qui d iv u lg u è re n t: «Le p ère de l’e n fa n t
d e va it ê te r Jo sep h (Y o u sso f A n -N a jja r) q u ’au cun a u tre ne se tro u va it
a vec elle dans l’oratoire» M arie alors se retira dans un e nd ro it éloigné
plaçant ainsi un vo ile entre elle e t les siens.

«Surprise par les douleurs de l’enfantem ent, elle s’appuya à un tronc
de palm ier». O ù se tro u va it ce p a lm ie r? A s-so u d d y a a van cé q u ’il est
situ é à l’e st de son sanctu aire, du cô té du T em ple, où elle fa is a it ses
prière s. Q u an t à W a h b Ben M ou na bb ah , il a d it qu ’il se trou ve à une
distance de huit miles de Jérusalem d an s un village appelé Beitléhem.
S e n ta n t se s d o u le u rs , M a rie s ’é c ria : «P lû t à A llah , que je fusse

169

m o rte av an t e t que l ’ou b li se s o it fa it sur m oi» A p ro p o s d e c e tte
in vo ca tio n on a d it q u 'il e st p e rm is de so u h a ite r la m o rt q u a nd il y a
une te ntatio n que lconque. M arie é ta it sûre q u ’elle a lla it être é prou vée
p a r ce t enfa nte m en t e t que les g en s a lla ie nt a vo ir de d ou tes au su je t
d e s o n e n fa n t s a n s la c ro ire , a lo rs q u ’ils la c ro y a ie n t u ne fe m m e
c h a s te e t v e rtu e u s e , e t v o ilà q u ’ils v o n t la c o n s id é re r c o m m e une
p ro stitu é e e t débauchée. Elle e sp é ra it n’ê tre plus créée, ou m orte ou
tota lem e nt oubliée.

fanâdâhâ m in tah tiha ’allâ tahzanî qad ja ‘ala rabbuki tahtaki sariyyan
(24) w a huzzT ’ilayki b ijid ‘i-n-nahlati tu sâq ît ‘alayki rutaban janîyyan
(2 5 ) fa k u lî w a-sr ab î w a qarrî ‘ayn an fa ’im â tar ay in n a m in a -l-b asar i
’ah a d a n faqûIT ’inn î n ad artu li-r-R ah m ân i saw m an falan ’u k allim a-lyaw m a ’insiyyan (26).
U n e voix lui dit: «N e t’afflige pas. T on Seigneur t ’a fa it accoucher
d’un enfant rem arquable» (24) S ec ou e le tronc du palm ier. D es d attes
succulentes tom beront à te s pieds. (25 ) M ange, bois e t réjouis-toi. S i tu
v o is un h om m e, d is-lu i: « J ’ai fa it vœu au M isé r c o r d ie u x de jeû n er.
Aujourd’hui, je ne parlerai à personne» (26).
Les opinions ont divergé quant à cette voix?
Ibn A b ba s a avan cé que c’é ta it l’ange G abriel qui l’appela. Jé sus
n ’a p a rlé q u ’a p rè s q u e sa m è re se re n d ît c h e z le s s ie n s , a lo rs il
l’appela au fond de la vallée.
A l-H a s s a n a d it: « C ’é ta it Jé s u s lu i-m ê m e , son fils . N ’a s -tu p as
m é d ité s u r le s d ire s d e D ie u : « U n e v o ix lu i d it» S e lo n u n e a u tre
interprétation, il est dit: «L’enfant qui se trouvait à ses pieds l’appela».
Q u an t au term e «Saria

i J j — » (dans le .texte arabe) Ibn Abbas,

Q a ta d a , A d -D a h a k e t A s -S o u d d y o n t a v a n c é q u ’il s ’a g it d ’un p e tit
ruis sea u ou un co urs d ’eau. Selon d’autres il e st Jésus, l’en fa nt, que
Dieu le salue. M ais il s’avère que le prem ier sens l’emporte.

«S ecou e le tronc du palm ier» P re nd s d o n c le tro n c du p a lm ie r e t
se cou e-le. Ce tro n c é tait-il sec? C om m e a d it Ibn A bba s. D’autres o n t
ré p o n d u p a r la n é g a tive , c ’é ta it un a rb re v e rt m ais en d e h o rs de la
saison. Ce fu t une des grâces que Dieu envoya à M arie en lui donnant
d es d a tte s fra îch e s e t m ûres en deh ors de le u r saison afin q u ’elle se
n ou rrisse. A m r Ben M aym oun a conclu: Les d attes so n t les m eille u rs
alim ents pour une fem m e accouchée.

« S i tu vois un hom m e, dis-lui: « J ’ai fa it vœu au M iséricordieu x de
jeû n e r. Â u jou d ’h u i, je ne p a r le r ai à p er son n e» C e je û n e c o n s titu e
l ’ a b s te n tio n d e p a r le r c a r, c o m m e o n a r a p p o rté , le s h o m m e s
s ’abste naien t de to ut propos quand ils jeûna ient. H aritha rapporte: «Me
tro u va n t ch ez Ibn M ass'o ud, d eu x hom m e s vin re n t a uprès de lui, l’un
d ’e ux sa lu a e t l’a u tre ne le fit pas. Il lui d em an da : « Q u 'a s-tu ? » Et le
co m p a g n o n de ré p o n d re à sa p la c e : «Il a ju ré de ne p lu s p a rle r à
p e rs o n n e a u jo u rd ’hui» Ibn M a s s 'o u d lui d it: « P a rle a u x h o m m e s et
salue-les. C ette fem m e (Marie), si ella avait jeûné, savait que personne
n’a lla it la croire q u ’elle é ta it to m b ée enceinte sa ns a vo ir app ro ché un
hom m e. Elle a voulu que cela so it une excuse si q ue lq u ’un vo u la it lui
poser une question quelconque».
J é s u s d it à sa m è re : « N e t ’a ff lig e p a s» . E lle lu i ré p o n d it: «C om m en t ne pou rra is-je l’être alors que tu es a ve c moi sans a vo ir un
m ari e t sans être l’esclave de que lq u ’un? Par quoi pou rra i-je a ffro n te r
les hom m e s? «Plût à Allah, que je fusse morte avant et que l’oubli se soit

fait sur moi».

171

fa ’a ta t b ih î q aw m ah â ta h m ilu h û q â lû yâ M aryam u laq d j i ’ti s a y ’an
fariyyan (27) ya ’uhta H ârûna m â kâna ’abûki-m ra’a sû ’in w am â kânat
’um m uki bagiyyan (28) fa’asârat ’ilayhi qâlû kayfa nukallim u m an kâna
fï-l-m ahd i sab iyyan (29) qâla ’in n î ‘abd u-L -L âh i ’âAtân iya-l-k itâb a wa
ja ‘alanî nabiyyan (30) wa ja ‘alanî mubârakan ’ayna m â kuntu wa ’awsânî
b i-s -s a lâ ti w a -z -z a k â ti m â d um tu h a y y a n (31) w a b ar ram -b iw âlid atî
walam yaj‘alnî jabbâran saqiyyan (32) w a-s-salâm u ‘alayya yawm a wulitu
wa yawm a ’amûtu wa yawma ’ub‘atu hayyan (33).
Elle retourna chez les siens, emportant l’enfant sur ses bras. O M arie,
s ’e x c la m è r e n t-ils , q u el a c te ab om in ab le a s-tu com m is? (2 7 ) O sœur
d’A aron, ton père n’était pas dépravé ni ta mère une femme de mauvaise
vie. (28) Elle leur fit signe de s’adresser à l’enfant. Comment est-ce possible
de parler à un enfant au berceau, dirent-ils (29) Je suis le serviteur d’Allah,
dit Jésus. Il m’a légué le Livre et m ’a pris pour Prophète. (30) Il a voulu
que je porte la bénédiction partout oà j’irai. Il m’a recommandé de prier et
de faire la charité, ma vie durant. (31) d’être respectueux envers ma mère.
Il n’a pas voulu que je sois violent et insoumis. (32) Le salut sera avec moi
au jour de ma naissance, de ma mort et de ma résurrection. (33).
L o rs q u e M a rie fu t o rd o n n é e de je û n e r e t d e ne p lu s p a rle r à
quiconque, et qu’on la défendra contre la m édisance des gens, elle se
s o u m it aux o rd re s de D ieu - à Lui la p uis san ce e t la g lo ire , p rit son
e n fa n t d a n s s e s b ra s e t r e v in t c h e z le s s ie n s . En la v o y a n t ils
d é sa p p ro u vè re n t son a cte en l’a ccusant: «O M arie, s ’exclam èrent-ils,
quel acte abom inable as-tu commis?» Ce que tu as fa it e st une ch ose
énorm e! «O sœur d’Aaron» en la ressem blant à Aaron (H aroun) qua nt à
sa d é v o tio n «to n père n’é ta it p a s dépravé ni ta m ère une fem m e de

m auvaise vie». Ta so uch e e st trè s bonne e t pure e t q u ’au cu n de te s
p a re n ts ne s ’e st liv ré à la d é b a u ch e co m m e n t a s-tu o sé c o m m e ttre
une chose monstrueuse?.
Q u a n t à son app ellatio n « S œ u r d ’A aron» il e st conn u q u ’à ce tte
époque les gens s ’attribuaient aux Prophètes et aux hom m es vertueux

en p re na nt leurs nom s. C et A aron désigné e st un autre A aron le frère
de M o ïs e , c o m m e a a v a n c é Ib n J a rir, e t il a a jo u té q u ’il é ta it un
h o m m e p ie u x e t ju s te e t lo rs de sa m o rt q u a ra n te m ille h o m m e s
a v a ie n t su iv i son co n vo i fu n è b re e t ils p o rta ie n t to u s le nom A a ro n
parmi les fils d ’Israël.

«Elle leur fit signe de s’adresser à l’enfant. Comment est-ce possible de
parler à un enfant au berceau, dirent-ils». C om m e les gens rép rouvèrent
le fa ire de M arie en l’a ccusa nt d ’adultère et elle é ta it à jeûne , elle leu r
fit signe de dem ander cela à l’enfant. Ils lui répondirent ave c sarcasm e
c ro ya n t q u ’elle se m oqua d’eux: C om m en t p arle ro n s-n o u s à un bébé
au b e rce a u ? M êm e ils o n t co n sid é ré sa ré p on se un a cte p lus g ra ve
que sa fornication.
A ce m o m e n t Jé sus le u r ré p o n d it: «Je suis le serviteur d’A llah ».
T e ls fu re n t les p re m ie rs p ro po s de Jé sus en e xa lta n t le S e ig n e u r et
in n o ce n ta n t sa m ère. «Il m’a légué le Livre et m’a pris pour Prophète»
N auf Al-Bakali ajouta: «E ntendant les dires des gens alors qu’il téta it le
sein de sa mère, Jésus quitta le sein, s ’appuya su r son côté gauche et
dit: «Je suis le serviteur d’Allah...».

« I l a voulu que je p o r te la b é n é d ic tio n p a r to u t où j ’iraixj U n e
e xpressio n qui signifie, d ’a près M oujahed, q u ’il e st le m aître du bien.

«Il m ’a recom m andé de prier et de faire la charité m a vie durant» Un
ve rs e t qui e st pareil aux dires de Dieu en s ’a dressant à son Pro ph ète
M o u h a m m a d -q u ’A lla h le b é n is s e e t le sa lu e -: «Adore ton Seigneur
jusqu’à ce que la certitude te parvienne» [Coran XV, 99].
«D ’être respectueux envers ma mère» est une recom m andation d’être
b ie n v e illa n t à l’é g a rd d e s p a re n ts q u ’on la tro u v e s o u v e n t d a n s le
Coran join te à l’adoration de Dieu com m e par exem ple lorsque Dieu a
dit: «S ois reconnaissant envers M oi et envers tes parents. Tout revient à
M oi» [C oran XXXI, 14]. Et Jé sus d ’ajouter: «Il n’a pas voulu que je sois

v io le n t e t in sou m is» C ’e s t à d ire D ie u ne m ’a fa it ni un v io le n t e t
o rg u e ille u x de s o rte q ue je d é la is s é ou n é g lig e l’a d o ra tio n de m on
Seigneur, ni un désobé issant à ma m ère à qui je dois g arder la bonté.
On a d it autrefois: «Seuls les ty rans e t les org ue ille ux déso bé isse n t à
leurs parents».
«Le salut sera avec moi au jour de ma naissance, de ma mort et de ma

173

résurrection» U ne déclaratio n claire qu’il e st co m m e l’un des m ortels: il
naît, m eurt est sera ressuscité ainsi quç toutes les autres créatures.

d â lik a ‘Isâ b n u M aryam a q aw la -l-h aq q i-l-la d î fîhi yam tarûna (34) m â
kâna li-L-Lâhi ’ay-yattah ida m in w aladin su bhânahu ’id â qad'a ’am ran
fa ’in n am â ya q û lu lah û k un fayak û n u (35 ) w a ’in n a -L -L â h a ra b b î w a
rabbukum fa'bud ûhu h â d â siratum -m ustqîm un (36) fah talafa-l-’ahzâb u
m im baynihim faw aylu n-l-l-ladîna kafarû m im -m ashadi yaw m in ‘azîm in
(37).
V oilà ce qu’était Jésus, fils de M arie. O ui, en vérité, voilà ce qu’était
celui sur lequel on discute. (34) D est inconvenable qu’A llah se donne un
enfant. G loire à Lui. Q uand II décide une chose, Il dit: «Q ue cette chose
soit et elle est» (35) Allah est mon M aître e t le vôtre. A dorez-le. C ’e st la
voie droite. (36) L es sectes persistent dasns leurs discussions. M alheur aux
incrédules. Au grand jour de la résurrection, que leur adviendra-t-il? (37).
T e lle e st l’h is toire de Jé sus fils de M arie -qu e la p a ix s o it su r lu iv o ilà J é s u s , la p a ro le d e la v é rité d o n t ils d o u te n t e n c o re , e t le s
h o m m e s- ou u ne p a rtie -n e c e s s e n t de d is c u te r à so n su je t. Il en e st
c e u x qui o n t cru en lui e t d ’a utres o n t m écru. D ieu a ffirm e q u ’il a fa it
de lui un s e rv ite u r ju ste e t Pro ph ète en d é sa vo u a n t le s p ré so m p tio n s
d e c e u x q u i o n t d it q u ’ il s ’e s t d o n n é un e n fa n t. Q u e c e u x -c i se
rappellent que «quand II décide une chose, H dit: «Q ue cette chose soit, et

elle est» Dieu n’a-t-ll pas d it ailleurs: «Pour Allah, l’origine de Jésus est la
même que celle d’Adam. Il l’a créé de l’argile, puis H lui a dit: «Sois» e t il
a été» [C oran III, 59].
Jé sus fu t ordonné de dire aux hom m es: «Allah est mon maître et le
vô tr e . A d o r e z -L e . C ’e s t la voie d r o ite » . Il p ro fé ra c e s m o ts d è s le
b e rc e a u . Q u ic o n q u e a u ra su ivi ce tte vo ie d ro ite se ra bie n g u id é , e t

174

celui qui se s’en sera détourné, il se sera égaré et perdu.
M ais les d iffé ren te s se ctes d es g en s d ’E critu re d iv e rg è re n t entre
e lle s q u a n t à la n atu re de Jé su s a lo rs to u t é ta it c la ir e t é v id e n t q u ’il
n’était qu’un des serviteurs de D ieu, Sa parole qu’il a jetée en M arie et
un Esp rit ém ana nt de Lui. Les ju ifs refusèrent d’y croire e t persistè rent
d a n s le u r a b e rra tio n que Jé s u s n ’e s t q u ’un a d u lté rin , q u e D ieu le s
m audisse. Ils ont ajouté que les propos de Jésus fu re nt de la m agie, et
aussi une partie d’entre eux prétend irent que c’était les propos de Dieu
e t non de Jé su s. En fin ce rta in s p arm i le s g en s du L ivre a v a n c è re n t
que Jé sus e st le fils de D ieu ou l’un des tro is h ypo sta se s. En vé rité ,
Jé sus n ’é ta it que le se rv ite u r de D ieu e t Son M essage r, la p a ro le de
vérité vers laquelle II a guidé les croyants.
D ’a près le s h is to rie n s e t c h ro n iq u e u rs parm i le s g en s du L ivre,
C o n s ta n tin , l’e m p e re u r, fit ré u n ir le s g ra n d s é vê q u e s qui é ta ie n t au
nom bre de 2107 pour te nir un synode. Leurs opinions fu re nt divergées
é no rm ém e nt q ua nt à la nature de Jé sus. T ro is ce nt e t h uit pa rm i e ux
se co n co rd è re n t et in sistè re n t d an s le u r o pinion e t C on sta ntin d e va it
p a r la s u it e l ’ a d o p t e r e t c o n g é d ia le s a u t r e s . C e t te p a r t ie
d ’ec clésiastiq ue s lui co nfiè rent cette grande tâche, p lu tô t cette grande
tra h is o n , c o m m e n c è re n t à ré d ig e r le s g ra n d s o u v ra g e s , fire n t d es
lé g is la tio n s basé es s u r le u rs p ré so m p tio n s, a lté rè re n t la re lig io n de
Jé sus et la m od ifièrent. C on stantin ordon na alo rs de b â tir les é glise s
d a n s so n ro ya u m e : Le p a ys de ch â m , le p a ys de R o m a in s e t une
p a rtie de la p re s q u ’île a ra b iq u e . On c o m p ta à c e tte é p o q u e 120 00
églises environ.

«M alheur aux incrédules. Au grand jour de la résurrection, que leur
adviendra-t-il?». C ’es t un a ve rtisse m e n t e t une m enace lan cés co ntre
to us ceux qui fo rg e n t de m en so nge s su r le S e ig n eu r p ré te n d an t q u ’il
s ’e st donné un fils. G loire à Lui. Que ces gens-là atte nd en t le jo u r de
la ré su rre ctio n p ou r ê tre ju g é s , e t si D ieu ne hâte pas le u r su p p lice
dans le bas m onde c ’est p ar l’effe t de Sa m ansuétude, A ce propos, il
est cité dans les deux Sahih que (’Envoyé de Dieu -qu ’Allah le bénisse
e t le salue- a dit: « N u l ê t r e n ’e s t p l u s p a t i e n t q u e D i e u e n e n te n d a n t c e q u i
L u i n u i t , e n L u i a t t r i b u a n t u n f i l s , e t m a l g r é c e la , I l le u r a c c o r d e l e s b i e n s

175

e t le s a lu t» ( R a p p o r t é p a r B o u k h a r i e t M o u s ü m ) (1 ).

D ie u a d it a ille u rs : « N e c r o y e z p as qu’A lla h se r a in d iffér en t au x

œ uvres d es m é c h a n ts. I l retar d e so n v e r d ic t ju sq u ’au jou r où to u s le s
regards seront figé s d’effroi» [C o ra n X IV , 4 2]. D o n c c e u x -là s u b iro n t le
su p p lic e qui le u r e s t ré s e rv é au jo u r d e la ré s u rre c tio n . O u b a d a B en
A s -S a m e t -qu e D ieu l’ag rée - a rap po rté que l’E nvo yé de D ieu -q u ’A llah
le bé nisse et le sa lue- a dit: « Q u i c o n q u e a u r a t é m o i g n é q u ’i l n ’y a d ’a u t r e
d i v i n i t é q u e D i e u , l ’U n i q u e n ’a p a s d ’a s s o c i é , q u e M o u h a m m a d e s t S o n
s e r v ite u r e t so n

m e s s a g e r , q u e J é s u s e s t le s e r v ite u r d e D ie u , S o n

M e s s a g e r , l a p a r o l e q u ’i l a j e t é e e n M a r i e e t u n E s p r i t é m a n a n t d e L u i ,
q u e le P a r a d is e s t u n e v é r it é e t l'E n f e r e s t u n e v é r ité , c e lu i- là e n tr e r a a u
P a r a d i s q u e l l e s q u ’é t a i e n t s e s œ u v r e s »

(R a p p o r té p a r B o u k h a ri e t

M o u s l i m ) (2>.

’a sm i‘ b ih im w a ’ab sir yaw m a y a ’tû n a n â la k in i-z-zâ lim û n a-1-y aw m a fî
d alâlim -m u b în in (38) w a ’an d irh um yaw m a-l-hasrati ’id q u d iy a -l-’am ru
w a h um fî gaflatin w ahum lâ y u ’m inû na (39) ’inn â n ah n u n a r itu -l-’arda
w am an ‘alayhâ w a ’ilaynâ yu ija‘ûna (40).
C ’e s t a lo r s q u ’ils e n te n d r o n t b ie n e t v e r r o n t b ie n le jou r où i ls
com paraîtront devant nous! M a is actuellem ent les m échante sont dans une

(1)

4Îjt

(2 )

J l ï c j l i AiP
j

‘Jü

¿ y

**j j

o Jl æ

^

ù lj t*J
üîj

ÏjL c-

M ùl

¡y t

J—
c-

ç .j*
JA

176

^

ti-jju i-l '"¿j

4jul

¿ X ijZ * ^
ç jj j

jÜIj «ojl J

t*

i-L>-

Îf
• M

ùîj
I 4Jül

in s o u c ia n c e m a n if e s te . (3 8 ) M e t s - le s en ga r d e c o n tr e le jo u r d e la
d é c e p tio n , le jour où , s ’é x é c u te ro n t le s d é crets d’A lla h . I ls viven t dans
l’indifférence e t l’im piété. (39) L a terre et tout ce qu’elle porte finira par
nous échoir en héritage. Tout nous fera retour. (40).
D ieu fa it co nnaître à Son Pro phète -qu ’Allah le bénisse et le sa luele s o rt d e s in cré d u le s au jo u r de la ré su rre ctio n : C ’e s t p a r e ux q u e tu
d o is e n te n d re e t v o ir le jo u r o ù ils c o m p a ra îtro n t d e v a n t n o u s. C e s
p ré v a ric a te u rs d a n s ce b a s m o n de ne v iv e n t que d a n s un é g a re m e n t
total.

« M e ts-le s en garde contre le jour de la d éception» le jo u r où ils se
la m e n te ro n t e t où «s’exécuteront le s décrets d’A llah» où on sé pa rera les
é lu s du P a ra d is d es ré p ro u v é s d e l’ E n fe r où les u n s e t le s a u tre s y
v iv ro n t é te rn e lle m e n t, a lo rs que ce s incréd u le s v ive n t a u jo u rd ’hui dans
l’ind iffé re nce e t l’im piété.
L ’ E nvo yé de D ieu -q u ’A llah le bén isse e t le salue-, ra p po rte Ab ou
Sa 'id A l-K h o u d ry, a dit: « L o r s q u e l e s é l u s d u P a r a d i s s e r o n t a u P a r a d i s e t
l e s r é p r o u v é s à l ’E n f e r , o n a m è n e r a l a m o r t s o u s l a f o r m e d ’u n b é l i e r
b i g a r r é , l e p l a c e r a e n t r e l e P a r a d i s e t l ’E n f e r , e t o n i n t e r p e l l e r a : « O
h a b i t a n t s d u P a r a d is , c o n n a is s e z - v o u s c e la ? » I ls p o r t e r o n t la t ê t e h a u te ,
r e g a r d e r o n t e t r é p o n d r o n t : « O u i , c ’e s t l a m o r t » . P u i s o n i n t e r p e l l e r a l e s
h a b i t a n t s d e l ’E n f e r : « C o n n a i s s e z - v o u s c e l a ? » I l s p o r t e r o n t l a t ê t e h a u t e ,
r e g a r d e r o n t e t d i r o n t : « O u i , c ’e s t l a m o r t » A l o r s o n o r d o n n e r a d e l ’é g o r g e r
e t o n d ir a : « O h a b ita n ts d u P a r a d is , v o u s y r e s te r e z é te r n e lle m e n t s a n s
m o u r i r » e t : « O h a b i t a n t s d e l ’E n f e r , v o u s y d e m e u r e r e z é t e r n e l l e m e n t s a n s
m o u r i r » . P u i s l ’E n v o y é d e D i e u - q u ’A l l a h l e b é n i s s e e t l e s a l u e - r é c i t a :

« M e ts -le s en garde le jour de la d éception, le jour où s ’ex éc u ter on t les
décrets d’Allah. U s vivent dans l’indifférence et l’inpiété». Il ajo uta ensuite
en fa is a n t s ig n e p a r sa m a in : « C e u x q u i o n t p r é f é r é l e b a s m o n d e y
v i v e n t d a n s l ’in s o u c i a n c e » ( R a p p o r t é p a r B o u k h a r i e t M o u s l i m ) ( I ) .

(1) jU l Jjkîj tïjj-l

Jjbî J_>o !•>!» :;^§| *i)l
b iJUL»

(J ü

Jj» jUl JaI b :JU J :Jlî tO jil l-i*

177

J

JU i j l i

>—

¿ j*

I j U!
ù jjià ijj

t jl î ?IJl»

Ib n M a s s 'o u d , en c o m m e n ta n t ce v e rs e t, a d it: « L e s é lu s du
P a ra d is , v o y a n t la m o rt é g o rg é e , se ré jo u iro n t de s o rte q u e si l’un
d ’e n tre e u x d e v a it m o u rir de jo ie , il ne m o u rra it plus. T a n d is q ue les
d am né s de l’E nfe r sa ng lo te ro nt de sorte que si l’un d ’entre e ux d eva it
m ou rir du sanglot, ils auraient trouvé tous la mort».
A b d u l R a h m a n B e n Z a ïd , q u a n t à lu i, a d it q u e le jo u r d e la
déceptio n signifie le jo u r de la résu rrection e t il récita à l’appui: «Evitez

d’exprimer ce regret: «Q uel malheur d’avoir négligé la cause d’Allah et de
m ’être montré si frivole» [Coran XXXIX , 56],
P u is D ie u ra p p e lle a u x h o m m e s q u ’ il e s t, en v é rité , c e lu i qui
h é rite ra la te rre e t to u s ce u x qui s ’y tro u ve n t é ta n t don né q u ’ il e s t le
se ul cré a te u r qui dispose de to u t ce qu’ il a créé, ta nd is que to utes les
a u tre s créa tu re s a uro n t péri e t nul ne p artagera a vec Lui quoi que ce
soit. Nul n’en sera lésé serait-ce l’aile d’un m oustique.

w a -d k u r fî-l-k itâb i ’Ibrâjim a ’in n ah û kâna sid d iq an n ab iyyan (41) ’id
q â la li’abîhi yâ ’ab ati lim a ta‘b udu m â lâ yasm a‘u w alâ yu b siru w alâ
yu gn î ‘anka sa y’an (42) y a ’abati ’in n i qad ja',anî m in a-l-‘ilm i m â lam
y a ’tik a fattab i‘nT ’ahdika sirâtan saw iyyan (43) ya ’abati lâ ta ‘budi-ssaytâ n a ’in na-s-saytân a kâna li-r-R ahm âni ‘asiyyan (44) ya ’abati ’innT

JLüjj

Jui

aj

i

tju c o jll IJüb

0j

j

tjü

m &
tjli h_j ôA-o

V
.flü-ül aIìp ^ Lîj JI

178

’ah âfu ’ay -yam assak a ‘a d â b u n m in a -r -R ah m ân i fa ta k û n a li-s -s a y tâ n i
waliyyan (45).
M entionne Abraham dans le Livre. Il était sincère et Prophète. (41) Il
dit à son père: «O mon père, pourquoi adores-tu des divinités qui ne voient
ni n ’entendent e t dont tu ne peux rien tirer» (42 ). O m on père, j ’ai des
lum ières que tu n’as pas. Suis-m oi, je te m ettrai sur le bon chem in» (43)
«O mon père, n’adore pas Satan, car Satan, s’est révolté contre l’Allah de
la clém ence» (44) «O mon père, je crains que le châtim ent du clém ent ne
t’atteigne et que tu ne deviennes un suppôt de Satan» (45).
O M ouh am m ad, lui d it D ieu, m en tio nne a ux hom m es qui a do re nt
d e s d iv in té s en d e h o rs d e M o i, l ’h is to ire d ’A b ra h a m q u i é ta it un
Proph ète ju ste e t sincère e t ce qui en e st avec son père et co m m en t il
l’a e xh o rté à ne p lu s a d o re r le s sta tu es. P o urq uo i, ô père, tu ado re s
qui e st sourd, ave ugle e t ne se rt à rien. J ’ai reçu une science de mon
S e ig n eu r qui ne t’e st pas parvenue, m êm e si je suis né de tes reins et
p lu s je u n e q u e to i. S u is -m oi d o n c e t je te d irig e ra i s u r un vo ie d ro ite
p o u r a rr iv e r au b u t v is é e t é v ite r ce q u i c a u s e ra la p e rte . C e s s e
d’a d o re r Satan qui e st notre ennem i déclaré e t qui s ’e st rebellé contre
D ieu. Je crains q u ’un ch âtim en t du M isé rico rd ie u x ne t ’afflige à ca use
de ta désobéissa nce e t ton idolâtrie, e t que tu ne deviennes un suppôt
du D ém on . E t a lo rs tu ne tro u v e ra s ni m a ître , ni se c o u re u r, ni a id e
sinon Ibliss le m au dit qui ne fa it qu ’em b ellir les m auvaises actions aux
h o m m e s e t il s u b ira a v e c c e u x q u i l ’a u r o n t s u iv i le c h â tim e n t
im placable.

q â la ’a r â g ib u n ’a n ta ‘an ‘âAlih a tî yâA ’Ib r â h îm u l ’i 1-llam ta n ta h i
la’arjum annaka w ahjum î m aliyyan (46) qâla salâm un ‘alayka sa’astagfiru
laka rabbT ’innahu kâna b î hafiyyan (47) w a ’a‘tazilukum w am â tad‘ûna

179

m in d û n i-L -L â h i w a ’a d d ‘û ra b b î ‘asâA ’alla" ’ak û n a b id u ‘âA’i r a b b î
saqiyyan (48).
V as-tu m aintenant, répliqua son père, faire fi de m es divinités? C esse
te s critiques, ô A braham , sinon je te ferai lapider. V a, je te bannis pour
toujours. (46) Adieu, répondit Abraham, j’intercéderai néanmoins auprès de
m on A llah pour toi. C ar, sa bienveillance ne m ’a jam ais manqué. (47) Je
vous abandonne ainsi que les divinités que vous adorez. M o i, j ’invoquerai
mon Seigneur. Q u’Il fasse que ce ne soit pas en pure perte. (48).
Q u elle fu t la répon se du père sino n un refu s a ux e xh o rta tio n s du
fils: E prouverais-tu de l’aversion p o u r m es die ux ô Ab rah am ? Si tu ne
ve ux pas les a dorer et être agréé p ar eux, cesse de les critiq ue r et de
les d énigrer, ca r à la fin je te don ne rai une leçon de co nd uite e t je te
lapiderai. Va, éloigne-toi de moi p ou r quelque tem ps - ou pou r toujours
selon les dires de quelques exégètes.
A lo rs A braham ne put que d ire en respecta nt la pié té filiale: Sa lut
su r toi ô père, j ’intercé derai néanm oins au près de m on S e ig n eu r p ou r
toi. Je ne te causerai aucune nuisance. J’invoquerai m on S eigneur afin
qu ’il te pardonne et te m ette su r la voie droite.
O n a rap po rté q u ’Ab rah am q uitta son pays e t é m igra au pays de
C hâm où il b âtit la M osq ué e sa crée. A p rè s la naissan ce de ses d eu x
fils Ism aïl e t Isaac, ils im p lo rè re n t D ieu: «Seigneur, sois indulgent pour

m oi, m a fam ille et tous les croyants, au jour du jugement dernier» [C oran
XIV, 41]. A ce propos on a dit aussi, que les m usulm ans, au d ébut de
l’Islam , im p lo ra ie n t le pardo n de D ieu p o u r leu rs fa m ille s e t proche s,
ju s q u ’à la révélation de ce verset: «Suivez le bel exem ple d’Abraham et
de ses partisans lorsqu’ils dirent à leur peuple: «N ous som m es sans attache

avec vous e t le s divinités que vous adorez en dehors d’A lla h ... ju s q u ’à
N éanm oins, Abraham concéda à son père: « J’implorerai le pardon d’Allah
pour toi mais sans rien te garantir de S a part» [C oran LX, 4].
D ieu a d it ailleu rs en m on tran t q u ’Ab rah am cessa plu s ta rd to ute
im p lo ra tio n en fa v e u r de sond p ère: «S i A braham im plora le pardon

d’A llah en faveur de son père, c’est qu’il le lui avait promis. Lorsqu’il se
ren d it com p te que son père é ta it l ’ennem i d’A lla h , il le d ésav ou a . E t
pourtant Abraham était compatissant et bon» [Coran IX, 114].

180

Enfin Abraham dit: «je vous abandonne ainsi que les divinités que vous
adorez». Je va is m ’éloign er de vous en désavouant ce que vous adorez
en d e h o rs d e D ie u . Je n ’a d o re ra i q u e m on S e ig n e u r q u i n ’a p a s
d ’as so cié s, p e u t-ê tre ne se ra is -je pas m alh e u re ux d an s m es p riè re s
que j ’adresserai à mon Seigneur.

falam m a ‘tazalahum w am â ya ‘budûna m in d ûni-L -L âhi w ahabnâ lah ïï
’Ishâqa wa ya‘qûba wa kullan ja'alnâ nabiyyan (49) w a w ahabnâ lahum
m i-r-rahm atinâ w a ja‘alnâ lahum lisâna sidqin ‘aliyyan (50).
P our avoir abandonné son père e t ceux qui invoquaient de fau sse s
divinités, nous lui donnâmes Isaac et Jacob, que nous élevâm es tous deux
au rang de P rop h ètes. (49 ). N o u s le s adm îm es aux p rivilèges de notre
grâce. N ous les douâmes d’un franc et sublime parler. (50).
En s ’é lo ig n a n t de son père e t se s co n cito ye n s p o u r la ca u se de
Dieu, le Seign eu r lui donna en échange des g en s m eilleurs, il s’a g it de
son fils Isa ac e t Jaco b le fils de ce dernie r. C eci e st m en tion né d an s
plusieu rs versets du Coran, et les exégètes s ’accordent qu’lsaa c e st le
père de Ja cob e t ils c ite n t à l’appui ce verset: «Etiez-vous présents aux

derniers m om ents de Jaco b lorsqu’il in terpella ainsi se s enfan ts: «Q u i
adorerez-vous après moi?». Ils répondirent: «N ous adorerons ton Seigneur.
Le Seigneur de tes pères Abraham, Ism aël et Isacc le Allah unique; et nous
nous soumettrons à lui» [Coran II, 133].
D a n s le v e rs e t de c e tte s o u ra te Is a a c e t J a c o b fu re n t s e u ls
m ention nés p ou r m on trer que l’un e t l’autre e uren t des fils Proph ètes.
Si du tem ps d’Abrah am on n’avait pas annoncé cette nouvelle à Jaco b
-que la paix de Dieu so it su r lui- Joseph aurait été aussi m entionné ca r
il était un Prophète.

«N ous les admîmes aux privilèges de notre grâce. N ous les douâm es
d’un franc et sublime parler». En d ’au tre term e, nous le u r assig nâ m es
un e la n g u e s u b lim e d e v é rité , c a r d a n s to u te s le s re lig io n s e t le s
sectes on fait leu r éloge.

181

« £5S 0
/ / / >/
Ub Ô j f j J *

>/i
*U

%

¡&
y*.

uJLf^j ¿£ /U

à %%

ùf A fe i

////

/ 'T

^V* îf

t^iï*

ix
*>V^’

w a-d k u r fî-l-k itâb i M û sa ’in n ah û kâna m u hlasan w a kâna rasûlan -n nabiyyan (51) w a nâdaynâhu min jânib i-t-tû ri-l-’aym ani w a qarrabnâhu
najiyyan (52) w a wahabnâ lahû m i-r-rahm atina ’ahâhu H ârûna nabiyyan
(53).
M entionne M oïse dans le Livre. Il était sincère. Ce fut un Prophète
(51 ) N ou s l ’appelâm es du versant droit du S in a ï et nous en fîm es notre
confident. (52) Par un effet de notre grâce, nous lui adjoignîmes son frère
Aaron comme Prophète (53).
M oïse fu t aussi un Prophète sincère e t un Envoyé d’après le texte
arabe, e t ceci en vertu de son rang éle vé c a r il fu t parm i les En voyés
d ou és de fe rm e ré so lu tio n qui so nt: N oé, A b rah am , M oïse, Jé sus et
M ouham m ad -que Dieu leur accorde Sa grâce et Sa paix-.

«N ous l’appelâmes du versant droit du Sinaï» quand il se dirigea vers
le feu qu’il a vait vu pour en prendre une braise. Arrivé au ve rsant droit
du M o n t S in a ï, D ie u l’in te rp e lla , le ra p p ro c h a d e L ui e t en f it Son
in terlo cu te u r. A ce pro pos, Ibn A bi H atem rap po rte d ’ap rès ‘A m r Ben
M a‘d Yakreb, que lorsque Moïse arriva à ce t end roit le S eigneur lui dit:
«O M oïse, quand Je t’accorde un cœ ur reconn aissant, une langu e qui
in vo q u e to u jo u rs D ieu et une é po use qui t ’aid e à to u t a cte de bie n,
sache que Je t ’ai accordé to ut le bien. C ar lorsque Je prive q u e lq u ’un
de tout cela, ça veut dire que Je lui ai privé de tout le bien».

«nous lui adjoignîmes son frère Aaron comme Prophète» p a r un e ffe t
de la m iséricorde de Dieu en exauçant sa prière quand il lui a dem andé
de le faire com m e tel, en s’adressant au Seigneur: «M on frère Aaron est
plus éloquent que m oi. E nvoie-le avec moi pour me soutenir et attester la

sin cé rité de m es p ar oles» [C o ra n X X V III, 3 4], et D ie u l’e xa u ç a . A ce
p ro p o s o n a d it: « D a n s to u te l ’ h is to ire h u m a in e la p lu s g ra n d e
inte rcessio n qui fu t exau cée é ta it celle de M oïse quand il dem an da au
Seigneur d ’a voir son frère Aaron à côté de lui comm e Prophète».

182

w a -d k u r fî-l- k itâ b i ’Ism â ‘îla ’in n a h û k â n a s â d iq a -l-w a ‘d i w a k â n a
rasûlan-n-nabiyyan (54) wa kâna ya’muru ’ahlahû bi-s-salâti w a-z-zakâti
w a kâna ‘inda rabbihî m ardiyyan (55).
M entionne Ism aël dans le Livre. Il respectait la foi jurée. Ce fut un
P rophète. (54) Il recom m andait la prière et la charité aux siens. Il éta it
l’élu de son Seigneur. (95).
D ans ce ve rse t Dieu fa it l’éloge d ’Ism aël fils d ’Ab rah am - que Dieu
les sa lu e - e t qui e st le «père» d es A ra be s viv a n t d’abord à H ijaz. «Il

respectait la foi jurée». Ibn Jouraïj a expliqué cela en d isa n t que Ism aël
n ’a ja m a is fa it une p ro m e s s e à D ieu sa n s la te n ir e t l’e x é c u te r. En
d ’a u tre te rm e s to u t ce q u ’il a p ro m is c o m m e a c te s de d é v o tio n s e t
d ’adoration, il s ’en est acquitté à la perfection.
A in s i fu t sa c o n d u ite à l’é g a rd d e s m o rte ls . S a h l B e n ‘A q il a
rapporté à ce pro pos qu’lsm aël donna un rendez-vous à un hom m e en
lui fix a n t le lieu de ren con tre: Ism aïl se ren dit à ce re n d e z-v o u s m ais
l’au tre l’ou b lia . Il dem eu ra ju s q u ’au len de m ain dans le m êm e e n d ro it
lo rsqu e l’hom m e se so uvin t e t arriva. Il lui dem an da : «Tu n’as ja m a is
q u itté ce lie u d e p u is h ie r? » E t Is m a ë l de ré p o n d re : « J a m a is » - Je
m ’excuse, d it l’hom m e, j ’ai oublié. Ism aël lui répliq ua : «Je ne co m p te
ja m a is q u itte r ce lie u a v a n t de te re n con trer». V o ilà p ou rq u o i Ism aë l
était sincère en ses promesses.
A b o u D ao ud ra p p o rte d an s se s S u na n q u ’A b d u lla h ben A b i A lH am sa' a dit: «J’avais fa it un négoce avec l’Envoyé de D ieu -q u ’A llah
le bénisse et le sa lue- a van t le M essage. C om m e je lui de va is e ncore
u ne p e tite so m m e , je lui ai p ro m is de la lui d o n n e r d a n s un e n d ro it
fixé. Je m ’en suis rappelé après deux jours. En me rendant à ce lieu le
tro is iè m e jo u r, je le tro u v a i a tte n d a n t m a v e n u e . Il m e d it: « J e u n e
hom m e, tu m ’as causé ta nt de peines, ça fa it trois jou rs que j ’attends».
C e rta in s e x é g è te s o n t d it q u 'ls m a ë l a v a it a c q u is c e tte é p ith è te
p arce q u ’il a va it d it à son père, le jo u r où ce lu i-ci lui avoua q u ’il a lla it

183

l’égorger: «F ais ce qui t’est ordonné. Tu me trouveras patient, si A llah le
ve u t» [C o ra n X X X V II, 1 0 2 ], e t* il p ro u v a q u ’ il é ta it s in c è re e n sa
pro m e sse, e t ce fu t l’une de ses bonnes q ua lité s. D ieu, en critiq u a n t
c e u x q ui ne tie n n e n t p as le u rs p ro m e sse s: « O croyan ts, pourquoi ne
faites-vous pas ce que vous dites» [Coran LXI, 2],
Le M essage r de Dieu -qu ’Allah le bénisse et le salue- a dit: « T r o i s
c h o s e s c a r a c t é r i s e n t l ’h y p o c r i t e : q u a n d i l p a r l e , i l m e n t ; q u a n d i l f a i t u n e
p r o m e s s e , il n e la tie n t p a s , q u a n d on lu i c o n fie u n e c h o s e , il la tr a h it» ( R a p p o r t é p a r B o u k h a r i , M o u s l i m , T i r m i d z i e t N a s s a ï d ’a p r è s A b o u

Ism aë l fu t un M e s s a g e r e t un P ro p h è te , e t il a a c q u is
grâce à ces deux m issions la supériorité su r son frère Isaac qui n’était
H o u r a i r a ) (1 )

qu’un Prophète.

«Il recommandait la prière et la charité aux siens. Il était l’élu de son
S e ig n e u r » . C e c i c o n s titu e un é lo g e , c a r Is m a ë l fa is a it m o n tre de
p a tie n c e en s ’a c q u itta n t de se s o b lig a tio n s e n v e rs D ie u , e t en les
re c o m m a n d a n t a u x s ie n s . C a r p a rfo is l ’a c q u itte m e n t d ’ un d e v o ir
p re s c rit e xig e de la p a tie n ce . Il e s t cité à c e t é ga rd d a n s un h ad ith
rappo rté p ar A bou H ouraira que l’Envoyé de Dieu -q u ’Allah le bénissê
et le sa lue- a dit: « Q u e D i e u f a s s e m i s é r i c o r d e à u n h o m m e q u i s e l è v e l a
n u it p o u r f a i r e u n e p r iè r e n o c tu r n e e t é v e ille s a f e m m e . S i c e lle -c i r e fu s e , il
a s p e r g e s o n v i s a g e d ’e a u . Q u e D i e u f a s s e a u s s i m i s é r i c o r d e à u n e f e m m e
q u i s e lè v e la n u it p o u r p r ie r e t é v e ille s o n m a r i. S i c e d e r n ie r r e fu s e , e lle
a s p e r g e s o n v i s a g e d ’e a u » ( R a p p o r t é p a r A b o u D a o u d e t I b n M a j a » (2\

D an s un a u tre h a d ith ra p p o rté p a r A b o u H o u ra ira , l’E n vo yé de
Dieu -q u ’Allah le bénisse e t le salue- a dit: «Lorsque l’hom m e s ’éveille
la nuit p ou r p rie r et éveille sa fem m e, fo n t tous les deux d eu x rak'a ts,
ils sero nt inscrits parmi ceux et celles qui invoquent souvent Dieu».

(1) ¿r-fjt

x .f-j

lilj ti-ji-S*

¿j X j -

•(¡¡Xr*

lil
-Uî-lj

(2)

(jJLJJ o îj

¿bl J_j— JL»
jJ—
¿ r*

JJJI ^

a' jj)
i j

C -Ii M
.(4^-U

J j b j sljj) «çlll

184

^1 ÙÜ

C-Jüjij

w a -d k u r fî-l-k itâb i ’Idrîsa ’in n ah û k ân a sid d îq an -n -n ab iyy an (56) w a
rafa‘nâhu m akânan ‘aliyyan (57).
M entionne Enoch dans le Livre. Ce fut un Prophète sincère. (56) Nous
l’avons élevé à un rang insigne. (57).
A pro po s d ’Enoch (en arabe; Idris), il e st cité d an s le Sahih que
l’ E n vo yé de D ieu -q u ’A lla h le b é n is s e e t le s a lu e -, lo rs du v o y a g e
n o c tu rn e e t de son a sce n sio n au cie l, passa au q u a triè m e cie l e t y
tro u v a E n o ch . Il é ta it un ta ille u r q u i ne p iq u a it un tis s u a v e c u n e
aig uille sa ns g lo rifie r D ieu. Nul parm i les créature s su r terre ne ve n a it
au s o ir e t a v a it a cco m p li d es œ u vre s b on n e s plus q u ’En och d u ra n t
to ute la jo u rn é e. M oujahed a d it q u ’E n o ch -ld ris s- ne m ou ru t p as m ais
D ieu l’é le va v e rs Lui c o m m e II a é le vé - p lu t ta rd - Jé su s. D ’a u tre s,
com m e Al H assan, ont avancé que ce rang insigne n’était autre que le
Paradis.

’ûlâA’ik a -l-la d în a ’an ‘am a-L -L â h u ‘alay h im m in a -n -n a b iy y în a m in d
urriyyati ’A dam a w a m im m an ham alnâ m a1^ N û h in w a m in durriyyati
’Ibrâhîm a w a ’IsrâA’îla w a m im m an hadayn â w ajtabaynâA ’id â tu tlâ ‘alayhim ’ayâtu-r-R ahm âni harrû sujjadan w a bukiyyan (58).
V o ilà le s P r op h è te s qu’A llah a com b lés de se s faveurs parm i le s
descendants d’Adam. Ils descendent des rescapés de l’arche de N o é, de la
postérité d’Abraham et d’Israël. Ils sont de ceux que nous avons dirigés et
choisis. Lorsqu’on leur récite les versets de leur Seigneur, ils se prosternent
à terre en pleurant. (58).
C es P ro p h è te s c ité s d an s ce tte s o u ra te n’é ta ie n t p as le s se u ls
d o n t D ieu a v a it co m b lé s de Ses g râ ces. Si nous d e vo ns in te rp ré te r
litté ra le m e n t le v e rs e t p ré cité , n ou s n ou s lim ito n s à ce u x-ci: E n och -

Idris-de la p o sté rité d ’A d am ; Ab rah am de ce lle de N oé; Isaac, J a c o b
(Is ra ë l) e t Ism aël de ce lle d ’Ab rah am ; e nfin M oïse, A a ro n , Z a c h a rie ,
Je an (Y a h ia ) e t J é su s de la d e sce n d a n ce de Ja co b . A s a v o ir q u ’ils
descenden t tous d ’Adam , et qu’Enoch était le grand père de N oé selon
les dires d ’Ibn Jarir.
Il e st cité d an s le S ahih de B oukhari q ue M o u ja h ed d e m a n d a à
Ibn A b b a s: «Y a -t-il d an s la so u ra te de Sad un v e rs e t qui e xig e une
p ro s te rn a tio n ? » - O u i, ré p o n d it-il, p u is il ré c ita : «C e so n t c e u x -là
qu’Allah a mis dans la bonne voie. M odèle ta conduite sur la leur» [C o ran
V I, 9 0 ] e t p o u rs u iv it: « V o tre P ro p h è te fu t p a rm i c e u x q u ’on d o it se
d iriger d ’après sa conduite, et David était aussi l’un d’eux».

«Lorsqu’on leur récite les versets de leur Seigneur, ils se prosternent à
terre en pleurant» ca r dans ces versets qui so nt les paroles de D ieu on
y trou ve les argum en ts e t les signes é viden ts e t on d o it se p ro ste rn e r
p a r s o u m is s io n e t re c o n n a is s a n c e d e s b ie n fa its q u e le S e ig n e u r a
accordé s aux hom m es. D onc cette prosternation selon les u lém as e st
d’oblig aiton pou r suivre e t im ite r ces Prophètes. A ce p ro po s S oufiane
A l-T h a w ri ra p p o rte q u ’O m a r B en A l-K h a tta b ré c ita c e v e rs e t, se
p ro s te rn a e t d it: « C ’e s t la p o s te rn a tio n , m a is c o m m e n t fa ire p o u r
pleurer?».

fa h a la fa m im b a'd ih im h alfu n ’a d â ‘û -s-sa lâ ta w a -t-ta b a ‘u -s-sa h a w â ti
fa sa w fa y alq aw n a g a y ya n (59 ) ’illâ m an tâb a w a ’âAm a n a w a ‘a m ila
sâlihan fa’û la ’ika yadhulûna-l-jannata w alâ yuzlam ûna say’an (60).
D ’autres générations le s suivirent. E lles délaissèrent la prière pour
s ’abandonner à leurs penchants. U n tr iste d estin leur e s t réservé. (5 9 )
E xception sera faite pour ceux qui, repentants, feront acte de croyants et
pratiqueront le s bonnes œuvres. Pour ceu x-là, ils entreront en P arad is e t
leurs moindres actes leur seront comptés. (60).

186

Après avoir m entionné les Prophètes -que la paix de Dieu soit sur
e u x - e t c e u x q u i le s o n t s u iv is en o b s e rv a n t les p re s c rip tio n s e t
obtem pérant aux ordres, Dieu parle des générations qui ont délaissé la
prière et suivi leurs passions. Ceux-là qui sont satisfatis de la vie de ce
m onde e t y tro u ve n t la tra n q u illité , se ro n t les pe rdants au jo u r de la
résurrection.
Q u a n t à la n é g lig e n ce de la p riè re , s ’a g it-il d ’un d é la is s e m e n t
total? Les opinions ont divergé:
, Il s ’a v è re d es d iffé re n ts a v is d e s u lé m a s , les a n c ie n s e t le s
contem porains, de Mouhamm ad Ben Ka'b Al-Qouradhi et Ibn Jarir que
c ’est le délaissement total. Ahmed, quant à lui s’est référé à ce hadith:
« R ie n q u e la n é g lig e n c e d e la p riè re q u i fa it d ’ un h o m m e un
polythéiste». D onc, d ’après lui, ce t hom m e est considéré com m e un
mécréant.
Al-Aw za'i, de sa part, a avancé qu’il est question de la négligence
en n’observant pas ses heures m arquées. Q uant à son délaisse m e nt
total il est une incrédulité.
On a dit à Ibn M ass'oud: «Dieu parle souvent de la prière dans le
Coran, Il dit par exem ple: «Q ui néglige de faire la prière» [C oran CVII,
5]; «ceux qui sont constants dans leur prière» [Coran CVII, 5]; «ceux qui
so n t c o n sta n ts dans leu r p rière» [C o ra n L X X , 2 3 ] e t: «Q u i p rient
consciem m ent» [C o ra n X X III, 9]. Il ré p o n d it: «Il s ’a g it de c e u x qui
o bse rve nt la prière et l’accom plissent dans leurs heures m arquées. Nous croyons que ceci concerne le délaissem ent? - Ce sera alors une
incrédulité.
M asrouq a dit: «Quiconque observe les cinq prières ne sera pas
inscrit parm i les insouciants. Q u an t à celui qui les retarde, sans une
excuse valable, courra à sa perdition».
Ibn J a rir, en c o m m e n ta n t ce v e rs e t: « D ’autres gén ération s le s
suivirent. Elles délaissèrent la prière pour s’abandonner à leurs penchants»
a d it: « C e s o n t d e s g e n s de c e tte c o m m u n a u té e t d ’a u tre s qui
co m m ettro nt l’adu ltè re au grand jo u r et dans les rues à la fa çon des
bêtes, ne crain d ron t plus le Seign eu r qui est au ciel et n’a uron t plus
honte des hommes».

187

Ka'b Al-Ahbar, en comm entant le m ême verset, a dit: «Par Dieu je
tro u v e d a n s le L ivre de D ieu le co m p o rte m e n t e t les q u a lité s d es
hypo crites: «Ceux qui s’adonnent aux boissons alcooliques, négligent
la priè re , p ra tiq u e n t le je u du hasard, ne se lè ve n t pas la n uit p o u r
prier, font la grasse matinée et se séparent de la communauté».
Abou Al-Achhab a dit: «Dieu révéla à Son Prophète David -que la
p a ix s o it a v e c lu i-c e c i: «O D a v id ! A v e rtis e t m e ts en g a rd e te s
c o m p a g n o n s c o n tre la p e rs é v é ra n c e d a n s l ’a s s o u v is s e m e n t d e s
passions, car ceux dont le cœ ur s’attache aux plaisirs de ce m onde ne
pensent guère à Moi. Il m ’est très facile de priver de Mon obéissance
quiconque s’adonne à ses plaisirs et suit ses penchants».
Quant au term e «Ghay L l _p cité dans le verset précité, plusieurs
interprétations ont été données à son sujet:
- Ibn Abbas: C ’est la perdition.
- Qatada: Tout le mal.
- Ibn M ass’oud et Abou ‘Atad: C’est une vallée à l’Enfer pleine du
sang et de pus.

«E x ce p tion sera fa ite pour ceu x qui, repentants, feront a c te s de
croyants...» C ’e st à dire ceux qui revien n en t à Dieu re p en ta nts p o u r
reprendre leurs prières avec assiduité en délaissant leurs penchants.
C eux-là, Dieu accepte leu r repentir, am ende leu r fin et les fe ra parmi
les héritiers du Paradis. «Ils entreront en Paradis et leurs moindres actes
leur seront comptés» C ar le repentir fera absoudre les péchés. Tout acte
de bien sera récom pensé et nul ne sera lésé. Tell est l’une des grâces
du Miséricordieux.

jann âti ‘ad n in -i-l-latî w a'ad a-r-R ah m ânu ‘ib âdahû b i-l-gayb i ’in n ah û
kâna w a'duhû m a’tiyyan (61) lâ yasma'ûna fïhâ lagwan ’illâ salâm an wa

188

la h u m r iz q u h u m fïh â b u k r ata n w a ‘a siy y a n (6 2 ) tilk a -l-ja n n a tu -l-la tî
n û ritu m in ‘ibâdinâ m an k âna taqiyyan (63).
C e paradis sera l’Éden promis par le M iséricordieux à S e s fidèles. L es
prom esses d’A llah se réalisent toujours. (61) L es bienheureux n’y entendent
aucun p ropos fr ivo le , m ais de p aisib les hom m es. L eur n ourriture y sera
a ssu r é e m atin e t s o ir . (6 2 ) T e l e s t le P a r a d is q ue n ou s d o n n er on s en
héritage à ceux d’entre nos serviteurs qui nous craignent. (63).
D ie u a p ro m is le s ja r d in s d ’ E d e n à c e u x q u i r e v ie n n e n t à L ui
re p e n ta n ts e t c ro ie n t au M y s tè re , to u t ce q u i e s t in v is ib le e t c e là à
c a u s e d e la fe rm e té de le u r fo i, les p ro m e sse s de D ieu s ’a c c o m p liro n t
to ujo urs.
D a n s c e s ja rd in s le s fid è le s n ’e n te n d ro n t p lu s de p a ro le s fu tile s
m ais to u jo u rs le m ot: «Paix» com m e II a d it ailleurs: «Us n’entendront ni

propos fu tiles ni propos obscènes. S eu ls retentiront les m ots: « P a ix . P a ix »
[C o ra n LV I, 2 5 -2 6 ] L’e xpressio n «Leur nourriture y sera assurée m atin et

so ir » n e s ig n ifie p a s q u 'a u P a ra d is il y a u ra jo u r e t n u it, m a is d e s
lum iè res e t d es éclats, ils y m an ge ro nt à discrétion .
A c e p ro p o s A b o u H o u ra ira ra p p o rte q u e l ’ E n v o y é d e D ie u q u ’A lla h le b é n is se e t le sa lu e - a d it: « L e p e r m i e r g r o u p e q u i e n t r e r a a u
P a r a d i s a u r a l ’é c l a t d e l a lu n e q u a n d e l l e e s t p l e i n e . I l s n ’y c r a c h e r o n t p a s ,
n e m o u c h e r o n t p a s e t n ’i r o n t p a s a u x s e l l e s . L e u r s v a s e s s e r o n t e n o r , l e u r s
p e i g n e s e n o r e t a r g e n t , l ’a l o è s b r û l e r a d a n s l e u r s c a s s o l e t s , e t l e u r s u e u r
s e r a d u m u s c . C h a c u n a u r a d e u x é p o u s e s , e l l e s s o n t t e l l e m e n t b e l l e s q u ’o n
p o u r r a v o i r l a m o e l l e d e s o s d e c h a c u n e d ’e l l e s à t r a v e r s l a c h a i r d e s e s
j a m b e s . I ls n e c o n n a îtr o n t n i d is c o r d e n i h a in e , le u r s c œ u r s s e r o n t c o m m e
u n s e u l c œ u r, ils g lo r i f ie r o n t D ie u m a ti n e t s o ir » ( R a p p o r t é p a r B o u k h a r i
M o u s lim e t A h m e d / 1 ).

5

¿:.it
frljj

¿y

îL-i^c-j « ¿ 1 ) 1

i

ù

J ^ -j s-J-*
.( ifijijA

ijjj*

^

¡

tS ji

çl a

^>\

189

-Lo-I s ljjj

j-L»

j

elfe*

C)j )o ?*-±Z î

LÿJ

A l- W a lid B e n A s la m a d it: « J ’ a i d e m a n d é à Z o u h a ïr B e n
M ouham m ad le sens du verset: «Leur nourriture y sera assurée matin et
soir», il m e répondit: «Il n’y aura plus de nuit au Paradis, les hab itan ts
y vivro nt dans une lum ière perm anente. M ais ils connaîtront les durées
du jo u r ou de la n uit p a r l’e n lè ve m e n t e t l’a b a is se m e n t du vo ile e t la
ferm eture et l’ouverture des portes».
C es ja rd in s avec tous leurs sp le nd eu rs e t fé lic ité s s e ro n t do nné s
en héritage aux saints serviteurs de Dieu, qui Lui obéissent, aussi bien
d a n s l’a is a n c e q ue d a n s l’in d ig e n c e , q ui m a îtris e n t le u r c o lè re , qui
pardo nn en t a ux a utres e t qui craig n e nt D ieu. «Ce sont eux les héritiers
indiscutables, auxquels échoira le P aradis pour l ’éternité» [C o ra n X X III,
10 - 11 ],

w am â natanazzalu ’illâ bi ’amri rabbika lah û m â b ayna ’aydinâ w am â
halfanâ w am â bayna d âlik a w am â kâna rabbuka nasiyyan (64) rabbu-ssam âw âti w a-l-’ardi w am â baynahum â fa'budhu w astabir li‘ibâdatihî hal
tal‘lam lahû sam iyyan (65).
N ous ne descendons du ciel que sur l’ordre de ton Seigneur. Il est le
seul maître du présent, du passé et de l’avenir. Il n’omet jam ais rien. (64) Il
est le maître des cieux et de la terre et de l’espace qui les sépare. Adore-Le
avec persévérance. Connais-tu quelque divinité qui l’égale. (65).
Ibn Abba s rapporte que l’Envoyé de Dieu -qu ’Allah le bénisse e t le
sa lue- dem anda à Gabriel: «Pourquoi ne nous visites-tu pas souvent?»
A lo rs ce ve rs e t fu t révélé com m e réponse: «N ous ne descendons du ciel
que sur l ’ordre de ton S eigneur » Il Lui a p p a rtie n t ce q ui e s t d e v a n t
n o u s , ce q u i e t d e rriè re n o u s e t ce q ui se tro u v e e n tre le s d e u x .
D ’a p rè s Ikrim a, M ou ja h ed e t A s-S o u d d y: « T o ut ce qui a eu lie u d es
te m p s p a ssé s e t ce q u ’il y a ura ju s q u ’à la fin du m onde » «Il n’om et
jam ais rien» e t n’oublie quoi que ce soit.

190

A b o u A d -D a rd a ‘ a ra p p o rté ce h a d ith q u ’il le re m o n te à l’ E n vo yé
d e D ieu -q u ’A lla h le b é n isse e t le sa lu e-. Il a d it: « T o u t ce que D ieu a
p e rm is d a n s S o n L iv re e s t lic ite , e t to u t ce q u ’ il a in te rd it e s t illic ite .
T o u t c e q u e s u r q uo i II s 'e s t tû e s t un s a lu t p o u r vo us, a c c e p te z -le e t
sa ch e z q ue D ieu n’oub lie ja m a is rien».
C e rte s D ieu e s t le c ré a te u r e t le M aître d e s cie u x e t de la te rre et
d e c e q u i le s s é p a r e , L u i c o n n a is s e z - v o u s u n h o m o n y m e ? L u i
r e c o n n a is s e z -v o u s u n é g a l? . Ib n A b b a s a d it: « C o n n a is s e z -v o u s
q u e lq u ’un qui s ’app elle le M isé ricordieux autre que Lui?».

w a y a q û lu -l-’in sân u ’a ’id â m â m ittu lasaw fa ’uhraju h a y y a n (66) ’aw alâ
y a d k u r u - l - ’in s â n u ’a n n â h a lq n â h u m in q a b lu w a y a k u s a y ’an (6 7 )
fa w arab b ik a lan ah su ran nah um w a-s-saÿ atîn a tu m m a la n u h d iran n ah u m
h a w la ja h a n n am a jitiy y a n (68) tu m m a lan an zi‘ann a m in k u lli si‘atin
ay yu h u m ’asad d u ‘alâ -r-R ah m ân i ‘itiyyan (69) tu m m a la n a h n u ’a ‘lam u
b i-l-lad în a hum ’aw lâ bihâ siliyyan (70).
L ’hom m e dit: «U n e fois m ort, vais-je revivre à nouveau?» (66) N e se
rappelle-t-il p as, cet homme, que nous l’avons créé une première fois et que
nous l’avons tiré du néant? (67) J e jure que je rassem blerai le s hom m es et
le s gén ies e t que je le s ferai agenouiller devant l’enfer. (68) P u is je tirerai
de chaque sec te ceu x qui se seront m ontrés le s plus irréductibles envers le
M is é r ic o r d ie u x . (6 9 ) N o u s c o n n a is so n s m ie u x que p e rson n e c e u x qui
encourent l’enfer. (70).
L ’h o m m e s ’é to n n e c o m m e n t il se ra so rti d e la to m b e v iv a n t une
fo is ré d u it en p ou ssiè re, puis ram en é à la vie! D ieu, en co n firm a tion de
c e tte ré s u rre c tio n , n ’a -t-ll p a s d it: « S i quelque chose e st étonnant, c ’est

bien le s p ropos de certains: «C om m ent, d isen t-ils c ’est au m om ent m êm e
que nous tom bons en poussière que nous recom m ençons une nouvelle vie» [-

191

C oran X III,5] et: «L ’homme oublie-t-il que nous l’avons créé d’une goutte

de sperme? L e voilà qui se dresse en véritable adversaire oubliant sa propre
or igin e, il nous pose des q uestions de ce genre: «qui peut ranim er le s os
tom b és en p oussière?» [C o ra n X X X V I, 7 7 -7 8 ]. En ré p o n s e a u s s i à la
q u e s tio n

de ce t h o m m e ,

D ieu

lui f a it c o n n a î t r e

que

le

re c o m m e n c e m e n t de la créa tion e s t une ch o se qui Lui e st trè s fa cile :

« C ’e st Lui qui fa it renaître la création. Il Lui e st encore plus facile de la
faire renaître» [C oran XX X, 27],
A c e t é g a r d il e s t c ité d a n s le S a h ih q u e P E n v o y é d e D ie u q u ’A lla h le b én isse e t le sa lu e - a dit: « D i e u l e T r è s H a u t a d i t : « L e f i l s
d ’A d a m m ’a a c c u s é d e m e n s o n g e s a n s a v o i r l e d r o i t d e l e f a i r e . I l m ’a n u i
s a n s a v o i r l e d r o i t d e l e f a i r e . I l m ’a a c c u s é d e m e n s o n g e e n d i s a n t : « D i e u
n e m e f e r a p a s r e n a î t r e c o m m e I I m ’a c r é é » , o r l a p e r m i è r e c r é a t i o n n ’é t a i t
p a s p l u s f a c i l e p o u r m o i q u e s o n r e c o m m e n c e m e n t. Q u a n t à s a n u is a n c e ,
e l l e c o n s i s t e à d i r e : « D i e u s ’e s t d o n n é u n e n f a n t » ; o r J e s u i s l ’U n i q u e ,
l ’i m p é n é t r a b l e , e t J e n e s u i s p a s e n g e n d r é , J e n ’e n g e n d r e p a s e t n u l n e
m ’e s t é g a l » ( R a p p o r t é p a r B o u k h a r i ) ( 1 ) .

«Je jure que je rassemblerai les hommes et les génies» D ieu a ju ré par
Sa p ro p o re e t N ob le p e rso n n e q u ’ il ra sse m b le ra les h o m m e s e t le u rs
d é m o n s q u i le s a d o ra ie n t en d e h o rs de L u i. Ils s e ro n t a g e n o u illé s
a u to u r de la G éhenne, et de chaq ue gro up e II extraira d ’abord ce ux qui
é ta ie nt les plus obstin és contre Lui, le M iséricord ieu x, puis les m oins et
a in s i d e s u ite ju s q u ’à ce q u e le u r n o m b re s o it c o m p le t. Q u a n d ce s
g é n é ra tio n s d ’infidèles se se ro nt to ute s re jo in te s en e nfer: «la dernière,

m ontrant la précédente, dira: «Seigneur, voilà les gens qui nous ont égarés.
D ou b le-le u r le supplice du feu » [C o ra n V II, 3 8], e t D ie u de ré p o n d re :
n o u s c o n n a is s o n s p a rfa ite m e n t c e u x q u i m é rite n t p lu s d ’y b rû le r, e t
ce ux qui m ériten t un double supplice.

l*Jj jUL^

(_£JUI

LjIj Lüj

192

Ol

stil U lj

iij^ \

¿¿A

s-

wa ’in minkum ’illâ wâriduhâ kâna ‘alâ rabbika hatm am -m aqdiyyan (71)
tum m a nunajjî-l-ladîna-t-taqaw wa nadaru-z-zâlim îna fîhâ jitiyyan (72).
C eux-là seront tous précipités sans exception. L a décision est arrêtée
irrévocablement par ton Seigneur. (71) Je sauverai ensuite les soumis et Je
laisserai les méchants agenouillés dans l’enfer. (72).
C ette p ré cip ita tion en e n fe r -ou l’arrivée aup rè s de lui-a su scité
une d iv ergence dans les opinio ns d o n t nous allo ns m on trer ci-a prè s
com m ent les ulémas ont avancé leurs interprétations:
L ’im am A hm ed ra p po rte q u ’Ab ou Sa m ia a d it: «En d is c u ta n t la
q u e s tio n de la p ré c ip ita tio n , c e rta in s o n t d it q u e les c ro y a n ts n ’y
entreront plus, et d ’autres ont répondu que tous les hom m es y seront
p récipité s sans exception, puis Dieu sauvera ceux qui o nt auron t cru.
Je rencontrai Jabe r Ben Abdullah et, en lui posant la m ême question il
rép on dit: «Tous sans exceptio n». Puis il boucha ses o re ille s de ses
m ains et poursuivit: «Que Dieu me frappe de surdité si je n ’avais pas
entendu l’Envoyé de Dieu -qu ’Allah le bénisse et le salue- dire: «Aussi
b ie n le s p ie u x q u e le s p e rv e rs e n tre ro n t en E n fe r q u i, p o u r le s
p re m ie rs , se ra p aix e t fra îc h e u r com m e le fe u é ta it p o u r A b rah am .
M ê m e un g ra n d b ru it s e ra e n te n d u en E n fe r à c a u s e d e c e tte
fra îc h e u r. P u is D ie u en fe ra s o rtir le s c ro y a n ts e t y la is s e ra le s
prévaricateurs agenouillés».
- Q aïs Ben Abi Hazem raconte: «M ettant sa tête dans le giron de
sa femm e, Abdullah Ben Abi Rawaha pleura et sa femm e fit de même.
Il lui dem anda: «Pourquoi pleures-tu?» Et elle de répondre: «Je t’ai vu
p leurer et j ’ai pleuré à mon tour». Il répliqua: «Je pleure parce que je
m e ra p p e lle des d ire s de D ieu : «C eu x-là seront tous précipités sans
exception» Je ne sais pas si je serai sauvé ou non».
- A b o u Is h a q ra p p o rte : « L o rs q u e A b o u M a y s a ra v o u la it se
coucher, il d is a it souvent: «Q ue ma m ère ne m ’e ût pas e nfa nté» et
ple urait. On lui dem anda: «Pourquoi pleures-tu ô Abou M aysara?». Il

ré p o n d it: «C e v e rs e t n ou s a n n o n c e q u e n o u s s e ro n s p ré c ip ité s en
Enfer m ais il ne nous affirm e pas que nous en serons sauvés!».
- Abdu llah ben M ass'oud rapporte q ue l’Envoyé de D ieu -q u ’A llah
le bén isse e t le sa lu e- en co m m e n ta n t le ve rs e t p ré cité - à d it: « To us
les hom m es y seront précipités, puis ils en sero nt sauvé s grâce à leurs
œ uvres.
- D a n s une a u tre v e rs io n , A b d u lla h Ben M a s s 'o u d a d it: « L e s
hom m es seront tous rete nus su r le p on t (Sira t) a u to u r de la G éhenne,
puis ils se ro n t sa uvés en fo n ctio n de le u rs œ u vres: II y a ura ce u x qui
tra v e rs e ro n t le p o n t à la v ite s s e de l’é c la ir, d 'a u tre s à la v ite s s e du
vent, d ’autres com m e un vol d’oiseau, d’autres à la vite sse de chevaux
de ra c e s o u de c h a m e a u x , d ’a u tre s à la v ite s s e d e la c o u rs e d e
l’h om m e, e t le u r d e rn ie r a ura une lu m iè re qui ne d é p a s s e ra pas le s
pouces de ses orteils, il glissera e t to m bera . Ce p on t e st une glissa de
m unie des arê te s, su r les d e u x bords se tro u v e ro n t d e s a n g e s te n a n t
des cram pons en feu par lesquels ils saisiront les hom m es».
- O u m M o u b a c h ir la fe m m e d e Z a ïd Ben H a rith a ra p p o rte q u e
l’ E n voyé de D ieu -q u ’A lla h le b é n is s e e t le s a lu e - se tro u v a it d a n s
l’a p p a rte m e n t de H a fsa q u a n d je l ’a i e n te n d u d ire : « Q u ic o n q u e a
particip é à la bataille de B adr e t a prê té se rm e n t d’a llé g e a n ce le jo u r
de H o u da ybya , n’e n tre ra p lus en E n fe r». H afsa lui d it: «D ieu n ’a -t-ll
pas dit: «C eux-là seront tous précipités sans exception». Il lui rép ondit: «M ais II a d it à la suite: «Je sauverai ensuite les soumis».
U ne fo is les hom m es a u ro n t passé s u r le p o n t à une v ite sse qui
se ra p ro p o rtio n n e lle à leu rs œ u vres, le s a u tre s to m b e ro n t en En fe r.
Puis les ang es, les Pro ph ètes e t les croya nts in te rcé d e ro n t en fa v e u r
des (a u tres croya nts ) qui a u ro n t co m m is des g ra n d s p é ch é s d an s le
bas m onde, et, grâce à cette intercession, une g ra nd e fo ule so rtira du
Feu ca lcin ée sa uf la partie du visag e qui sera m arqu ée p a r les traces
des pro ste rn atio ns. Se uls re ste ron t en E n fe r ce u x qui y s e ro n t vo u é s
pour l’éternité.

194

w a ’id â tutlâ ‘alayhim ’a y â tu n â bayyinâtin q âla-l-lad în a kafarû li-l-lad
în a 'a m antî ’ayyu-l-farîqayni hayrum m aqâm an w a ’a h san u n ad iyyan
(73 ) w akam ’ah lak n â q ablahu m m in qarnin hum ’a h sa n u ’a t â t a n w a
ri’yan (74).
Quand on récite nos versets aux infidèles, ils disent à ceux qui croient:
Q u i d es c r oy an ts ou d es in c ro yan ts occu p e le ran g le p lus é le vé , qui
représente la meilleure société? (73) Q ue de générations n’avons-nous pas
anéanties avant eux et qui cependant les surpassaient en confort et en luxe?
(74).
En e n te n d a n t le s v e rs e ts de D ie u ré c ité s , q ui re n fe rm e n t le s
s ig n e s e t le s p re u v e s é v id e n ts , le s im p ie s s ’e n d é to u r n e n t e n
s ’e n o rg u e illis s a n t p ré te n d a n t que le u r re lig io n e s t m eille u re , e t q u ’ils
jo u isse n t du m eille u r sé jo ur e t de la m eille ure com pagnie . En d’a utres
te rm e s ils v iv e n t d an s d es d e m e u re s p lu s lu x u e u s e s , o c c u p e n t d es
ra n g s p lu s é le v é s e t fré q u e n te n t la m e ille u re s o c ié té . D ie u a d it
a illeurs: «L es incrédules disent à propos des croyants: «S i ce Coran avait
vraiment une valeur, nous l’aurions adopté avant eux» [C oran XLVI, 11].
En ré p o n s e à le u r p ré s o m p tio n , D ie u d it: «Q u e de g én ér ation s
n’avons-nous pas anéanties avant eux» ce ux qui o n t ren ié le s sign es «et
qui cependant le s surpassaient en con fort e t en lu x e» . C e u x -là é ta ie n t
m eille u rs q u ’eux, viva ie n t dan l’opule nce, et: «Combien de jardins et de
s o u r c e s n’o n t-ils p a s la is s é s ! Q u e de p la n ta tio n s e t de m a g n ifiq u e s
dem eures!» [C o ra n X L IV , 2 5 -2 6 ]. T o u t c e la ne le u r s e rv a it à rie n e t
fu rent anéanits.

l*

]^ J

(Svp I l4

\j

U

¿
’ \j 662



Ô *

%\3\

js

Càxà\

qui m an kâna fî-d -d a lâ la ti falyam dud lah u-r-R ahm ân u m addan h a tta
’id â m â r a ’a w m â y u ‘a d û n a ’i m m â - l- ‘a d â b a w a ’im m â - s - s â ‘a ta
fasayaiam û m a m an huwa sarrum m akânan wa ’ad ‘afu jundan (75).

D is: L e s éga ré s, le M isé ric ord ieu x con tinu era à le s la isse r jo u ir ,
jusqu’au moment où ils verront se réaliser ses m enaces soit sur terre, soit
au jour du jugem ent dernier. Ils apprendront alors qui des fid èles ou des
infidèles a le plus mauvais sort et le moins de puissance. (75).
D ieu o rd o n n e à Son
p ré te n d e n t ê tre d a n s le
p ro lo n g e un p e u la v ie
c o n s id è re n t e n fin s o it le

P ro p h è te d e d ire à ce s id o lâ tre s , c e u x q ui
v ra i e t le s a u tre s d a n s l’e rre u r: Q u e D ie u
a u x u n s e t a u x a u tr e s ju s q u ’à c e q u ’ ils
ch â tim e n t q ui le u r se ra in flig é , s o it l’H e u re

don t ils so nt m enacés qui surviendra. Ils sauront alors qui sera dans la
pire des situations, sera l’im puissant e t le plus faible.

w a y a z îd u -L -L â h u -l-la d în a -h ta d a w h u d a n w a -l-b â q iy a tu -s -s â lih â tu
hayrun ‘inda rabbika taw âban w a hayrum maraddan (76).
Allah raffirmera encore dans la bonne voie ceux qui y sont déjà. L es
bonnes œuvres ne sont jam ais perdues pour ton Seigneur. E lles trouvent
auprès de Lui la plus belle et la plus avantageuse récompense. (76).
Si D ie u la is s e le s é g a ré s d a n s le u r é g a re m e n t, Il a c c r o it la
re ctitu de e t la foi de ceux qui su ive nt le d ro it chem in. Il a d it a illeu rs:

«Q uand une nouvelle sourate e st révélée, il en e st qui disent: «D u qu el
d’entre vous cette sourate a augmenté la foi» [Coran IX, 124].
Q u an t a u x bonne s œ u vres im p éris sab le s, D ieu ne p e rd ra ja m a is
la réco m p en se à ce ux qui les a u ro n t a ccom plies. A ce p ro po s, A bou
S a la m a Ben A b d u l R a h m a n ra c o n te : « U n j o u r , l ’E n v o y é d e D i e u q u ’A l l a h l e b é n is s e e t l e s a lu e - s ’a s s i t p a r m i n o u s , p r i t u n p e t i t b â t o n d u q u e l
i l e n l e v a l e s f e u i l l e s e t d i t : « D i r e : « I l n ’y a d ’a u t r e d i v i n i t é q u e D i e u , D i e u
e s t G ra n d , G lo ir e à D ie u e t lo u a n g e à D ie u » , c e s p a r o le s f e r o n t e f f a c e r le s
f a u t e s c o m m e l e v e n t q u i d é f e u i l le u n a r b r e . R e t i e n s - l e s ô A b o u A d - D a r d a ' ,
a v a n t q u ’u n e m p ê c h e m e n t q u e l c o n q u e n ’i n t e r v i e n n e . E l l e s s o n t l e s œ u v r e s
im p é r is s a b le s e t f o n t p a r t i e d e s tr é s o r s d u P a r a d is » . P lu s ta r d , A b o u A d D a r d a ', en s e r a p p e la n t d e c e h a d ith d is a it: « J e n e c e s s e r a i d e p r o c la m e r

196

l ’u n i c i t é d e D i e u , s a g r a n d e u r e t s a g l o i r e m ê m e s i u n t e l i g n o r a n t m e
p r e n d r a p o u r u n f o u » ( R a p p o r t é p a r I b n M a .j a ) ( , ) .

’a fa r a ’a y t a - l- la d î k afar a b i’âAy â tin â w a q â la la ’û tay an n a m âla n w a
w alad an (77) ’a t t a la ‘a-l-gayb a ’am -i-ttahad a ‘ind a-r-R ah m ân i ‘ahdan
(7 8 ) k a llâ s a n a k tu b u m â y a q û lu w a n a m u d d u la h û m in a -l-‘ad âb i
m addan (79) w anarituhû m â yaqûlu w a ya’tînâ fardan (80).
Tu n’es pas sans avoir rencontré ces gens qui, ayant nié nos signes,
disent: « J ’aurai m algré to u t rich esses et enfan ts» (77 ) P our être aussi
catégoriq u es, sans doute, co n n aissen t-ils l ’avenir ou bien détiennent-ils
ferme une prom esse d’Allah? (78) Q ue non pas. N ous prenons acte de tels
propos et leur châtim ent ne sera que plus rigoureux (79) S es richesses et
ses enfants, c’est nous qui en hériterons. Q uant à lui, ü comparaîtra devant
nous, aussi. (80).
L’im am Ah m ed rap porte que Khabbab Ben A l-A rat a raconté: «Un
artisan a vait une d ette su r A l-‘A s Ben W aèl. Un jo u r j ’allai chez lui pour
la récu pérer, il m e répondit: «Non p ar Dieu, je ne te la donne avant de
m é cro ire en M ouha m m ad» - N on p a r D ieu, rép liq ua i-je , je ne le fe ra i
ju s q u ’à c e q u e tu s o is m o rt e t re s s u s c ité . Il ré to rq u a : « V ie n s d o n c
après m a m ort e t m a résu rre ction p ou r la récu pé rer, ca r a lors, j ’aurai

(1) LmoVj

I(J\j

Ô

i4 Î jj

¿jj*

ùt J-»* stijjJI LI L

lÀjb

tjj

s —^

!4 •l «i

j j \

yJÏj

^



(Jlj

«¿jt

ji\

i

Jl •■ i*

^

J j j

Jaȟ

JU - T

U-UiJI
¿1

¿PLuSl J li

sljj) «0

197

d e s b ie n s e t d es e n fa n ts» . D ieu à c e tte o cca sio n fit ce tte ré vé la tio n .

«Tu n’es pas sans avoir rencontré...».
Q u a n t à Ib n A b b a s , s a v e r s io n f u t la s u iv a n t e : « C e r ta in s
c o m p a g n o n s de l’ E n vo yé de D ie u -q u ’A lla h le b é n is s e e t le s a lu e a v a ie n t une d e tte s u r A I-'A s Ben W a ë l. C om m e ils a llè re n t c h e z lui
p o u r la récupé rer, il le u r rép on dit: «Ne d ites-vou s pas q u ’au Pa rad is il
y a a u ra d ’o r, d ’a rg e n t, de so ie e t de to u s le s fru its ? » - C e rte s o ui,
ré p liq u è re n t-ils. - D onc, re p rit-il, notre re n de z-v o us sera la v ie fu tu re .
Pa r D ieu, j ’aurai des biens e t des enfants ainsi on m’y révélera un livre
com m e le vôtre». Dieu alors fit descendre ce verset.

«C onn aissent-ils l ’avenir» une q u e stio n so us fo rm e de b lâ m e , en
d is a n t q u e « j’aurai m algré to u t r ic h e sse s e t e n fa n ts» au jo u r de la
ré s u rre c tio n . C e t h o m m e o s e -t-il ju r e r p a r D ie u ou b ie n lui e t s e s
se m b la b le s «détiennent-ils ferm e une promesse d’A llah» O u su iv a n t une
a utre in te rpréta tio n «O nt-ils pris un eng ag em en t auprès de D ieu», ce t
e n g a g e m e n t qui e st, d ’a près Ibn A b ba s, l’a tte stio n q u ’il n’y a d ’au tre
d iv in ité que D ieu, en e sp é ra n t ê tre réco m p en sé s une fo is pro no ncée.
«Q ue non pas» fu t la réponse de Dieu «nous prenons acte de tels propos»
e t d e s e s s o u h a its q u ’il a fo rm u lé s du m o m e n t q u ’ il a re n ié le
S eigneur, ca r le «châtiment ne sera que plus rigoureux» e t sera prolongé
lo n g te m p s . D ie u h é rite ra de c e t h o m m e to u t ce q u ’il a u ra p o s s é d é
d a n s le b as m o n d e c o m m e ric h e s s e s e t e n fa n ts e t «il com p araîtra

devant nous seul» dan s l’au-delà.

w a-t-tah ad û m in dûni-L-Lâhi ’a lihata-l-liyakûnû lahum ‘izzan (81) kallâ
sayakfurûna bi ‘ibâdatihim wa yakûnûna ‘alayhim diddan (82) ’alam tara
’anna ’arsalnâ-s-sayâtîna ‘alâ-l-kâfirîna ta’uzzuhum ’azzan (83) falâ ta ‘jal
‘alayhim ’innam â na'uddu lahum ‘addan (84).
S ’ils s e d on n e n t d ’au tr e s d iv in ité s q u’A lla h , c ’e s t d an s l ’esp o ir

198

d’accroitre leurs appuis. (81) Q uelle erreur! C es divinités renieront leurs
adorateurs e t se retourneront m êm e contre eux (82) N e vois-tu pas que
nous envoyons des dém ons auprès des infidèles pour attiser leur révolte?
(8 3 ) N e t ’em porte p as contre eu x. N o u s réglerons leur com pte en son
temps. (84).
C es p o ly th é is te s q u i a d o re n t d e s d iv in ité s en d e h o rs de D ieu,
p en se nt les prend re pou r une puissance e t secoureurs, ils se trom pent,
ca r ja m a is de ça, d an s la vie fu tu re elles «renieront leurs adorateurs et
se retou rn eron t m êm e contre e u x » . D ’a ille u rs D ie u a c o n firm é ce la
q u a n d II a d it d a n s un a u tre v e rs e t: «L or sq u e le s h om m es se r o n t

rassem blés, le s id ole s se révéleront leurs ennem is e t renieront les cultes
qu’on leur aura voués» [C o ra n X L V I, 6], Q u atad a a co m m en té cela en
d is a n t: « C e s d iv in ité s e t le u rs a d o ra te u rs s e ro n t p ré c ip ité s to u s en
Enfer où les uns m audiront e t renieront les autres».
Q u a n t à l ’e n v o i d e s d é m o n s a u p rè s d e s in c ré d u le s , le b u t fu t
interprété de d ifféren te s fa çon s en le s résu m ant ainsi: pou r a ttis er leu r
révo lte , p o u r les e x c ite r au m al, p ou r les in cite r co ntre M ou ham m ad q u ’A lla h le b é n is s e e t le s a lu e - e t s e s c o m p a g n o n s e t e n fin p o u r
accroître leu r aberration.
P uis D ieu d it à M ou ha m m d: «N e t’emporte pas contre eux» ou ne
hâte pas de les co m battre «N ous réglerons leur compte en son temps». Si
o n le u r a c c o rd e un ré p it, c ’e s t q u e n o u s le s p re n d ro n s p o u r le u rs
péchés et subiront le châtim en t qui leu r e st réservé. Dieu a d it ailleurs:
«A ccord e un répit au x incrédules. A ccorde-leur un court répit» [C o ra n
L X X X V I, 17] e t «L e d éla i que nous leur accordons augm entera leu rs
péchés» [C o ra n III, 178]. T ô t au tard, ils se ro nt inflig és d ’un ch âtim en t
exem plaire.

yaw m a n ah su ru -l-m u ttaq în a ’ilâ -r-R ah m ân i w afdan (85) w a nasûqu-1m ujrim îna ’ilâ jahannam a wirdan (86) lâ yam likûna-s-safâ‘ata ’illâ m an-ittah ad a ‘inda-r-R ahm âni ‘ahdan (87).

199

Le jour où nous appellerons les fidèles à comparaître en grand pompe
devant le M iséricordieux. (85) L e jour où nous pousserons les criminels en
troupeau dans l ’enfer. (86) N ul ne pourra intercéder auprès d’Allah s’il n’a
acquis un titre auprès du M iséricordieux. (87).
Les fid è le s qui a uron t cra in t D ieu, suivi ses Proph ètes, tenu p ou r
v é rid iq u e s le s m e s s a g e s q u e ce s d e rn ie rs o n t a p p o rté s , o b é i a u x
o rd re s de le u r S e ig n e u r en s ’in te rd is a n t de to u t ce q u ’ il a p ro h ib é ,
ce u x-là s e ro n t ra sse m b lé s aup rè s de le u r S e ig n e u r en g ra nd pom pe
ou com m e in vité s de m arque. Ils se ro n t te lle une dép uta tio n, m on tés
su r des ch a m e lle s en lum iè re p o u r ê tre reçus dans les d em eu re s de
l’honne ur e t de la haute considération.
Q uant aux incrédules qui se sero nt révoltés contre leurs Prophètes
et les a uron t traités de m enteurs, ils seront poussés vers l’enfe r tels de
troupea ux conduits vers l’abreuvoir.
En co m m en ta nt le verset: «Le jour où nous appellerons les fidèles...»
Ibn M arzou q a dit: «Lors de sa sortie de la tom be le cro ya n t ve rra un
ê tre d ’un a s p e c t re s p le n d is s a n t e t d ’une o d e u r trè s a g ré a b le . Il lui
d e m a n d e ra : « Q u i e s -tu ? » . L ’a u tre de ré p o n d re : « N e m ’a s -tu p a s
re c o n n u ? » - N on, m ais D ieu t ’a d o n n é un trè s bea u v is a g e e t une
o d e u r très agréable. - Je suis tes bonnes actio ns que tu as co m m ises
dans le bas m onde. T ellem e nt j ’étais à ta charge dans ta vie, viens e t
m onte su r m on dos.
Ibn A n-N ou‘man, qua nt à lui, a raconté: «E tant assis chez Ali -que
D ie u l ’a g r é e - il r é c ita : « L e jou r où n ou s a p p e lle r o n s le s f id è le s à
co m p araître...» e t d it: «N on p a r D ieu , ce n ’e st p as d e b o u t s u r le u rs
pieds qu ’ils sero nt rassemblés, m ais plutôt su r des cham elles qu’on n ’a
ja m a is vu de pareilles, dont leurs selles sero nt en or. Ils les m on tero nt
ju s q u ’à le u r a rriv é e d e v a n t le s p o rte s du P a ra d is q u i le u r s e ro n t
ouvertes».
Les crim in e ls tels des bêtes a ssoiffé es conduite s vers l’abreuvoir,
n ’a u r o n t a u c u n in te r c e s s e u r , à l ’ in v e rs e d e s c r o y a n ts d o n t l ’ un
intercédera en fa veu r de l’autre. Dieu a dit à leur propos dans un autre
ve rset: «L es méchants ne trouveront aucun ami ni intercesseur influent» [C oran XL, 18].

200

«.. S ’il n’a acquis un titre auprès du M iséricordieux» Q ue sign ifie ce
« titre ? » o u « e n g a g e m e n t? » Ib n A b b a s d e ré p o n d r e : « li e s t le
té m oignage q u ’il n’y a d’autre divinité que Dieu» en avouant aussi q u ’il
n’y a ni puissance ni force qu’en Dieu et n’invoque autre que lui.
Q u a n t à A b d u lla h B e n M a s s ' o u d , il a d i t : « A u j o u r d e la
ré s u r r e c tio n , D ie u d ira a u x h o m m e s : « Q u ic o n q u e a u r a p ris un
e n g a g e m e n t a u p rè s de M o i, q u ’il se lè v e » . O n lu i d it: «O A b d u l
R a h m a n , c o m m e n t on d o it p re n d re c e t e n g a g e m e n t? » Il ré p o n d it:
«D ites: G rand D ieu, cré a te u r des d e u x et de la terre, Toi qui co nn ais
ce qui e s t c a ch é e t ce qui e st a pp a re n t, je m ’e ng ag e a u p rè s de Toi
que , si tu m e co n fie s à m oi-m ê m e , fa is que to u te s m es œ u vre s me
rap prochen t du bien e t m ’éloignen t du mal. C ar je n’ai co nfiance q u ’en
Ta m iséricorde. Conclue avec moi une alliance que Tu T ’en acquitteras
e n v e rs m oi au jo u r de la ré su rre ctio n , Tu ne m an qu es ja m a is à T es
prom esses».

w a q âlû -t-tah a d a-r-R a h m ân u w aladan (88) laq ad ji’tum say’an ’idd an
(89) tak â d u -s-sam âw âtu y a ta fa tta r n a m in hu w a ta n sa q q u -l-’a r d u w a
tahirru-1-jibâlu haddan (90) ’an d a‘aw li-r-R ahm âni w aladan (91) w am â
ya m b a g î li-r -R ah m ân i ’a y -y a tta h id a w alad an (92) ’in k u llu m an fî-ssam âw âti w a-l-’ardi ’ilia *a tî-r-Rahm âni ‘abdan (93) laqad ’ahsâhum wa
‘addahum ‘addan (94) wa kulluhum *a tîhi yawm a-l-qiyâm ati fardan (95).
Ils disent: «L e M iséricordieux s’est donné un enfant». (88) «Vous avez
proféré là un blasphème m onstrueux» (89) A ces m ots, les cieux ont failli
s ’entrouvrir, la terre se fendre, les m ontagnes crouler. (90) O ser attribuer
un Fils au M iséricordieux? (91) L e M iséricordieux ne saurait avoir un fils.

201

(9 2 ) T o u t ce qui e x is te dans le s c ie u x e t sur la terre e st asse r v i au
M iséricordieux (93) Il a tout repéré, Il a tout recensé (94) Chaque créature
comparaîtra devant Lui au jour du jugement dernier. (95).
D ans ce tte s o u ra te , D ieu ne fa it q u e c o n firm e r la s e rv itu d e de
J é s u s -q u e la p a ix s o it s u r lu i- a p rè s a v o ir m o n tré q u e M a rie l’a
e n fa n té sa ns père. Il réfu té to u s le s d ire s de ce ux qui o n t p ré te n d u
q u ’ il s ’e st d o n né un fils . Q u ’ Il s o it e x a lté e t é le vé a u -d e s s u s de ce
qu’ils lui imputent.
Les cieux, la terre e t les m ontagnes, é ta n t des création s de Dieu,
peu s ’en fa u t q u ’elles ne soient to uch ée s p a r les pro po s des p ervers
p a rm i le s h u m a in s , p a r v é n é ra tio n e t re s p e c t du S e ig n e u r, q u i
c o n s titu e n t un bla sp hèm e, en d is a n t q u ’ il s ’e s t don né un e nfa n t. Ce
polythéism e fa it effrayer toutes les créations à l’exception des hum ains
e t des génies: Peu s ’en fa u t que les cieux ne se fendent, que la terre
ne s ’entrouvre et que les m ontagnes ne s ’écroulent.
C om m e to u t acte de ch arité n’e st a ccep ta b le d ’un id o lâ tre , nous
e sp é ro n s que D ieu a b so lve les p éch és de ce u x qui p ro cla m e n t Son
unnicité. A ce propos l’Envoyé de Dieu -qu’Allah le bénisse et le saluea d it: « D ic te z à vo s m orts (les m o rib o n d s) de té m o ig n e r q u ’il n ’y a
d ’a utre d ivin ité que Dieu. Q uiconque aura proféré cette a tte sta tio n, le
P a ra d is lui se ra dû.». On lui d em a n d a : « Q u ’en s e ra -t-il de ce lu i qui
l ’a u ra p ro fé ré en é ta n t bie n p o rta n t? » . Il ré p o n d it: « C e la ne fe ra
q u ’a ffe rm ir ce tte nou ve lle» . P uis il p o u rs u iv it: « P ar ce lu i qui d é tie n t
m on âm e, si on a m ène les c ie u x e t la te rre e t ce qu i se tro u v e s u r
eux, e ntre e ux e t au-de ssou s d ’eux, q u ’on m ette su r le pla te au de la
Balance, et qu’on pose ensuite l’attestation qu’il n’y d’autre divinité que
D ieu dans l’autre, cette attestation fera pencher la Balance».
Abou M oussa -que Dieu l’agrée - a rapporté que l’Envoyé de Dieu
-qu ’Allah le bénisse e t le salue- a dit: «Nul n’e st plus patie nt que Dieu
en lui nuisant. C ette nuisance consiste à prendre d ’autres d ivin ités en
dehors de Lui et à dire qu’ il s ’est donné un fils. Et m algré to ut, Il leu r
accorde de ses biens, le salut et les défend contre les maux».
Il ne convient nullem ent au M iséricordieux de se donner un enfant,

202

c a r c e c i n e s ie d p lu s à S a M a je s té e t à S a G ra n d e u r, c a r to u te s les
cré a tu re s s o n t S e s se rv ite urs: «T out ce qui ex iste dans le s cieux et sur la

terre e st asservi au M iséricord ieu xc. Il a tou t repéré, I l a to u t recensé».
D e p u is le u rs c ré a tio n s ju s q u 'à ia fin d e s te m p s. T o u t vie n d ra à L ui e t
co m p a ra îtra d e v a n t Lui, un à un, non a cco m p a g n é ni d ’un p ro te cte u r,
ni d ’u n p a tro n ni d ’un s e c o u re u r. Il le s ju g e ra a v e c é q u ité s a n s lé s e r
person ne.

’in n a -l-lad în a ’a'm anû w a ‘am ilû -s-sâlih âti sayaj‘alu lah u m u -r-R ah m ân u
w uddan (96) fa ’in n am â ya ssam âh u bilisânika litubassira bihi-l-m u ttaqîna
w a tu n d ir a b ih î q a w m a-l-lu d d an (97 ) w a k am ’a h la k n â q ab lah u m m in
q am in hal tu h issu m inhum m in ’ahadin ’aw tasm a‘u lahum rikzâ (98).
A ceu x qui croient e t pratiquent le s bonnes œuvres, le M iséricordieux
accord era sa so llic itu d e . (9 6 ) E n le révélant dans ta lan gu e n ous avons
rendu le Livre fac ile . I I est une bonne nouvelle pour ceu x qui craignent et
un a v e r tis s e m e n t pou r le s fo r te s t ê t e s . (9 7 ) C o m b ien d e g é n é r a tio n s
n’avons-nous p as an éanties avant eux? D écou vrez-vous la trace d ’un seul
d’entre eux? Percevez-vous le moindre bruit venant d’eux? (98).
A u x c ro ya n ts , ce ux qui fo n t les b onne s œ u vres e t la ch arité, D ieu
sè m e d a n s les c œ u rs d es a u tre s le u r a ffe c tio n . P lu sie u rs h a d ith s o n t
é té ra p p o rté s à c e p ro p o s . N o u s a llo n s n o u s lim ite r à c e c i q u i fu t
ra p p o rté p a r A b o u H o u ra ira . Le P ro p h è te -q u ’A lla h le b é n is s e e t le
sa lu e- a dit: « L o r s q u e D i e u a i m e u n s e r v i t e u r , I l a p p e l l e G a b r i e l e t l u i d i t :
« J ’a i m e u n t e l , a i m e - l e a u s s i ô G a b r i e l » . G a b r i e l l ’a i m e p u i s i n t e r p e l l e l e s
h a b i t a n t s d e s c i e u x : « D i e u a i m e u n t e l , a i m e z - l e » C e u x - c i l ’a i m e n t p u i s
l ’a c c e p t i o n ( d e c e t a m o u r ) l u i s e r a a c c o r d é e s u r t e r r e . L o r s q u e D i e u h a ï t
q u e l q u ’u n , I l a p p e l l e G a b r i e l e t l u i d i t : « O G a b r i e l , J e h a ï s u n t e l , h a ï s - l e »
G a b r ie l le h a ït p u is in te r p e lle le s h a b ita n ts d u c ie l e t le u r d it: « D ie u h a ït un
t e l , h a i s s e z - l e » C e u x - c i le h a ï s s e n t , e t s a h a i n e l u i s e r a a c c o r d é e s u r t e r r e » »

203

( R a p p o r té p a r B o u k h a r i, M o u s lim

e t A h m e d d o n t la v e r s io n e s t la

s i e n n e ) (1 ).

«En le révélant dans ta langue nous avons rendu le Livre facile» Le
C oran fu t ré vé lé en la n gu e a ra be a fin q ue le P ro ph ète -q u ’A lla h le
bé n is se e t le sa lu e - e t les h om m es le co m p re n n e n t fa c ile m e n t. Le
P ro p h è te fu t c h a rg é , p a r c e tte ré v é la tio n , d ’a n n o n c e r le s b o n n e s
nouvelles aux croyants qui craignent Dieu et répondent à son appel, et
d ’a ve rtir les idolâtres, le peuple hostile, qui pen chent ve rs l’e rre u r en
se détournant de la voie droite.
En fintJD ie u r a p p e lle a u x m é c ré a n ts q u ’ il a a n é a n ti ta n t de
générations avant eux, qui ont m écru en lui et traité les Prophètes de
m enteurs. Voit-on un seul survivant parmi ces générations? Perçoit-on
le moindre murmure ou bruit venant de lui?

0)

1« W

t jl

<L>!

\jÿ ï

'¿1

¿1»

(%j :JÜ t j i j &

îH
r

^

à *

û jij*

tsU—Jl J>l
J-»'

^ ‘Jist*- ******
*J

JaiJ
cju

(i j

204

à *

V “*i* —
Jlî
li :JUi

¿il

i*.L—Jl


Aperçu du document Sourate 19 Maryam..pdf - page 1/46
 
Sourate 19 Maryam..pdf - page 3/46
Sourate 19 Maryam..pdf - page 4/46
Sourate 19 Maryam..pdf - page 5/46
Sourate 19 Maryam..pdf - page 6/46
 




Télécharger le fichier (PDF)


Sourate 19 Maryam..pdf (PDF, 3 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


la vie du prophete
8 sourate du butin
61 sourate de l ordre de bataille
32 sourate de la prosternation
56 sourate de l echeant
2 sourate la vache