livret 5 enseigner mathematiques.pdf


Aperçu du fichier PDF livret-5-enseigner-mathematiques.pdf - page 4/42

Page 1 2 3 45642



Aperçu texte


Constat général

ENSEIGNER LE FRANÇAIS POUR
LES MATHÉMATIQUES ET PAR LES MATHÉMATIQUES

ENSEIGNER LE FRANÇAIS POUR
LES MATHÉMATIQUES ET PAR LES MATHÉMATIQUES

Constat général

Objectifs

Le français joue un rôle capital dans l’apprentissage des enfants congolais, et ce dans toutes les disciplines à partir de l’école maternelle. C’est non seulement une langue que les enfants congolais apprennent
à l’école, mais aussi, et d’une manière générale, la langue dans laquelle les différentes disciplines sont
enseignées en République démocratique du Congo (désormais RDC). Cela crée une situation particulière,
car le français n’étant pas la langue maternelle des enfants congolais, ils doivent donc apprendre cette
nouvelle langue avant de pouvoir accéder aux autres disciplines enseignées.

Les objectifs de ce livret sont, pour le maitre :

Voir aussi la fiche n° 1 du livret Mémento : « Langue maternelle, langue étrangère, langue seconde »
Dans le système éducatif congolais, le programme national classe le français et les mathématiques dans
le premier groupe sur le plan évaluatif, c’est-à-dire parmi les disciplines à forte pondération. La maitrise
de ces deux disciplines, le français et les mathématiques, est donc très importante en termes de réussite
scolaire.
L’importance accordée par le système scolaire congolais à ces deux disciplines n’est pas le seul élément
qui les lie entre elles. En effet, les mathématiques introduisent dans le vocabulaire de l’élève des notions
théoriques importantes, spécifiques à cette discipline (consignes, énoncés, corrections, problèmes  ; figures, opérations, grandeurs, point, ligne, équation, numération…). La non-maitrise du sens de ces termes,
l’incapacité à les utiliser correctement peut constituer un handicap à la compréhension des mathématiques
par l’élève congolais. Il s’ensuit que cette matière scolaire constitue la « bête noire » de la plupart d’entre
eux, et ce même jusqu’au niveau universitaire, où la filière mathématique est moins prisée que celle des
langues.
Ceci attire l’attention sur le fait que la compréhension du langage est la première condition de succès face
à une difficulté ou à un obstacle dans un apprentissage. Dans la situation particulière de l’enseignement
en RDC, les difficultés de la langue maternelle de l’élève se mêlent à celles du français courant avant de
déboucher sur celles liées aux activités mathématiques.
Nous venons d’évoquer les difficultés liées au vocabulaire propre aux mathématiques. Il y en a d’autres.
Ainsi, même si la langue courante utilise bien souvent les mêmes mots et symboles que le langage mathématique, elle ne les emploie pas toujours de la même façon que les mathématiques. La maitrise de la
langue courante et son adaptation progressive au langage mathématique sont capitales pour comprendre
les mathématiques. Le langage mathématique exige en outre une grande rigueur syntaxique.
La compréhension et l’utilisation adéquate des objets et méthodes mathématiques dépendent donc du
degré de maitrise de la langue courante d’abord, et du langage mathématique ensuite.
Il faut nécessairement passer par des explications, s’appuyer sur des définitions pour arriver au sens, c’està-dire à la compréhension. Néanmoins, si les problèmes de compréhension peuvent se résoudre par des
explications et par la mémorisation des définitions, cela ne suffit pas pour réussir en mathématiques. Il faut
aussi être capable de montrer qu’on a compris et ce qu’on a compris. C’est le passage à l’expression orale
ou écrite de la réponse au problème, en d’autres termes la solution du problème mathématique.
Pour parer aux obstacles et autres difficultés, sources d’erreurs menant à l’échec scolaire et parfois à
l’abandon des études, ce livret a comme objectif de sensibiliser les maitres aux interférences entre l’apprentissage de la langue française et celui des mathématiques. Ce livret vise donc à les aider à enseigner
les mathématiques en s’appuyant sur la langue française. L’objectif final est de favoriser la compréhension
du métalangage mathématique, c’est-à-dire la compréhension du langage propre aux mathématiques par
l’élève congolais.

6

Objectifs

- l ui apprendre à identifier l’origine des problèmes que rencontre l’élève congolais dans son apprentissage
des mathématiques ;
- l ui apprendre à y remédier.
Les étapes pour atteindre ce double objectif sont les suivantes :
- apprendre au maitre à repérer les termes mathématiques ;
- lui apprendre à éviter de confondre le sens courant et le sens mathématique d’un mot ;
- lui apprendre à utiliser les termes mathématiques correctement dans l’enseignement des mathématiques ;
- l ui apprendre à transmettre ses compétences linguistiques aux élèves, c’est-à-dire à :
- amener l’élève à acquérir le langage mathématique ;
- amener l’élève à se servir adéquatement du langage mathématique ;
- a pprendre au maitre à remédier aux difficultés que rencontre l’élève dans la compréhension des énoncés
et consignes mathématiques.
Les objectifs de ce livret sont, pour l’élève :
- a ssimiler les différents concepts mathématiques et les symboles qui les représentent ;
- d istinguer le sens mathématique du sens courant d’un mot donné ;
- a cquérir le langage mathématique ;
- c omprendre un énoncé ou une consigne mathématique ;
- f ormuler la réponse à un énoncé mathématique en utilisant adéquatement le langage mathématique.

Tout au long de ce livret tu pourras te référer au livret Mémento pour approfondir les notions
traitées

7