Equateur, au croisement de deux religions .pdf



Nom original: Equateur, au croisement de deux religions.pdf
Titre: Microsoft Word - ECUADOR .docx
Auteur: Vladimir Molinié

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 19/07/2013 à 12:31, depuis l'adresse IP 86.71.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 805 fois.
Taille du document: 14.9 Mo (50 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 

1  

 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 

 
 
 

 
 

 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 

MON  STAGE  EN  MICRO-­‐FINANCE  EN  
ÉQUATEUR  :  AU  CROISEMENT  DE  DEUX  
RELIGIONS    

«  Pour  aller  aux  Indes,  la  panacée  de  tous  les  maux,  deux  solutions.  La  solution  portugaise,  la  
voie  des  sages  qui  cherchent  vers  le  sud  à  doubler  le  cap.  Celle  que  réalise  Vasco  de  Gama,  en  
1498.  Pour  aller  aux  Indes,  la  voie  d’un  fou,  par  l’ouest,  puisque  la  terre  est  ronde.  La  solution  
que  Colomb  réussit  à  faire  accepter  à  Isabelle  la  Catholique.    
Et  c’est  ainsi  qu’un  certain  11  octobre  1492,  Christophe  Colomb,  parti  à  la  recherche  du  
Cipangu  et  ses  montagnes  d’or,  des  Indes  et  de  leurs  épices,  rencontra  sur  son  chemin  une  île  
minuscule  de  l’archipel  des  Bahamas,  et  sans  le  savoir,  par  inadvertance,  découvrit  
l’Amérique.  
Au  point  d’impact  de  l’humanité  indienne  et  de  l’humanité  ibérique,  l’Amérique  latine  est  
née.1  »  

                                                                                                               
1  Pierre  Chaunu,  Histoire  de  l’Amérique  Latine,  Quadrige/Puf,  Presses  Universitaires  de  France,  «  Que  sais-­‐je  ?  »,  
1949.  P.  4  

 

2  

 

SOMMAIRE  
 

 
 

I/  INTRODUCTION  
 
 
II/  MON  STAGE  EN  MICRO-­‐FINANCE  
 
 
A)  Mon  lieu  de  vie  :  l’Equateur,  Quito  et  Sangolquí  
 
B)  La  micro-­‐finance  :  argent  et  vertu  
 
C)  Les  autres  activités  bénévoles  
 
 

III/  VOYAGES  ET  RÉFLEXIONS  

 
 
A)  Mes  visites  
 
B)  Oswaldo  Guyasamín  
 
C)  Ce  que  l’Amérique  du  Sud  peut  nous  apprendre  
 
 

IV/  CONCLUSION  

 
 
 
 
 
 
 

 

3  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

I/  INTRODUCTION  
 
 

 

L’Occident   a   toujours   eu   deux   religions,   pour   le   meilleur   et   pour   le   pire  :   le  
Christianisme  et  l’or.  C’est  avec  ces  deux  religions  que  je  me  suis  rendu  en  Equateur.    
 
Etudiant   en   Finance   &   Stratégie   à   Sciences   Po,   je   porte   un   vif   intérêt   pour   la   micro-­‐
finance,   qui   devient   de   plus   en   plus   la   solution   face   à   l’inefficacité   de   l’aide   humanitaire.   En  
2006,   le   banquier   bangladais   Muhamad   Yunus   reçut   le   Prix   Nobel   de   la   Paix   pour  
récompenser   sa   création   de   la   Grameen   Bank,   la   première   institution   de   microcrédit   qui  
existât.  La  Grameen  Bank  opère  depuis  près  de  quarante  ans  dans  50  000  villages.  Elle  a  prêté  
4,69  milliards  de  dollars,  avec  des  taux  de  remboursement  de  99%.  La  «  banque  des  pauvres  »  
de  Muhamad  Yunus  a  grandement  œuvré  pour  la  paix,  en  offrant  la  possibilité  à  des  millions  
de   paysans   de   créer   leur   petit   commerce   et   d’accéder   à   l’indépendance   économique.   Ce   fut  
donc  avec  responsabilité,  honneur  et  curiosité  que  je  pris  l’avion  à  Toulouse  pour  me  rendre  à  
Madrid,  puis  Bogota  et  enfin  Quito,  au  terme  d’un  périple  de  près  de  24  heures  !  A  travers  mon  
stage  en  micro-­‐finance,  je  compris  comment  l’argent  pouvait  servir  la  vertu.  Je  découvris  aussi  
la  tragédie  historique  de  l’or.  
 
Par   ailleurs,   une   grande   excitation   culturelle,   linguistique   et   intellectuelle   m’anima.  
J’avais  beaucoup  voyagé  en  Europe  et  aux  Etats-­‐Unis,  mais,  pour  la  première  fois  de  ma  vie,  je  
me  rendais  dans  un  pays  hors  de  l’Occident  !    Dans  l’avion  entre  Bogota  et  Quito  se  trouvaient  
principalement   des   mestizos,   des   passagers   dont   les   ancêtres   furent   à   la   fois   indiens   et  
européens.   Avec   un   espagnol   encore   très   hésitant,   il   m’était   difficile   de   comprendre   leur  

 

4  

langue   rapide  ;   aux   côtés   du   français,   de   l’allemand,   de   l’anglais   et   du   roumain,   c’était   la  
première   fois   que   je   ne   me   sentais   guère   à   l’aise   concernant   la   langue.   J’ignorais   où   j’allais  
atterrir   et   je   ne   connaissais   que   fort   peu   le   continent   sud-­‐américain,   bien   que   je   lus   beaucoup  
avant  mon  départ.  Une  fébrile  excitation  m’animait  donc  !      
 
Au-­‐delà  de  la  micro-­‐finance,  ce  séjour  en  Amérique  du  Sud  m’a  surtout  fait  découvrir  
une  nouvelle  culture  et  un  nouveau  continent,  qui  est,  me  semble-­‐t-­‐il,  peu  connu  en  Europe.  A  
l’école,   nous   n’apprenons   rien   sur   cette   partie   du   monde  :   nous   avons   entendu   parler   des  
Incas  et  des  Mayas,  nous  savons  que  les  Espagnols  et  les  Portugais  ont  conquis  ce  vaste  espace  
et   nous   n’ignorons   pas   que   les   Indiens   périrent   dans   cette   aventure   tragique.   Peut-­‐être   même  
que   certains,   dans   la   lignée   des   philosophes   des   Lumières,   nourrissent   un   possible   intérêt  
pour  le  mythe  du  «  noble  sauvage  »,  celui  qui  n’a  pas  été  corrompu  par  la  civilisation.  Mais  au-­‐
delà  de  ces  quelques  idées  spontanées,  que  savons-­‐nous  d’autre?    
En   étant   en   Equateur,   je   me   suis   rendu   compte   à   quel   point   l’attitude   de   l’Europe  
envers  l’Amérique  du  Sud  est  au  mieux  désintéressée,  au  pire  silencieusement  méprisante.  A  
l’évocation   de   cette   région   du   monde,   nous   visualisons   immédiatement   les   paysages,   des  
plages  brésiliennes  aux  Andes  ;  nous  songeons  naturellement  au  football  et  aux  sourires  des  
Sud-­‐Américains.   Mais   avant   toute   autre   chose,   les   Occidentaux   pensent   aux   incroyables  
ressources   de   l’Amérique   latine,   à   l’instar   du   bois,   des   métaux   précieux,   des   céréales,   des  
fruits   et   légumes,   du   pétrole,   et   cetera  ;   en   somme,   avant   tout   aux   matières   premières.  
L’Amérique   latine   est   pour   l’Europe   –   encore   plus   que   pour   les   Etats-­‐Unis   –   un   simple  
partenaire  économique,  fournisseur  du  monde  entier.  Telle  était  ma  représentation  spontanée  
de  cette  région.  En  général,  les  Européens  n’accordent  aucun  intérêt  à  l’histoire  politique  de  
l’Amérique  latine,  à  sa  construction  identitaire  et  aux  tragédies  subies.    
Les   conquistadores   ont   marqué   pour   des   siècles   l’histoire   de   leur   conquête   et   notre  
mentalité.  Tel  que  l’écrivit  l’historien  français  Pierre  Chaunu,  «  l’Amérique  latine  est  restée  le  
pays   que   l’on   n’exploite   pas   mais   que   l’on   pille.   L’histoire   du   Brésil   colonial   et   de   son  
économie  des  cycles    est  symptomatique,  à  cet  égard  :  quand  un  sol  s’épuise,  on  va  plus  au  sud  
ou   plus   à   l’ouest,   laissant   derrière   soi   un   pays   dévasté,   incapable   de   rendre   au   sol   ce  qu’on   lui  
a   pris.   Pays   des   El   Dorado,   l’Amérique   latine   n’a   jamais   été   qu’une   immense   carrière,   elle   l’est  
toujours.  Le  Brésil  contemporain  reste  encore  en  1948,  sur  les  9/10  d’un  territoire  plus  grand  
que   l’Europe,   le   pays   de   l’agriculture   à   la   houe   où   la   charrue   est   un   instrument   de   luxe  :  
mépris   des   ressources   naturelles,   mépris   aussi   de   la   main   d’œuvre   trop   bon   marché   pour  

 

5  

qu’on  songe  à  la  ménager.  Le  passé  d’une  société  où  l’esclavage  n’a  été  aboli  qu’en  1888  a  crée  
une  mentalité  qui  n’est  pas  encore  effacée.2  »    
 
12   millions   d’Indiens   moururent   à   la   suite   de   l’arrivée   des   Espagnols,   soit   deux   fois  
plus  que  de  Juifs  durant  la  Shoah.  Pourtant,  en  Europe,  nous  n’accordons  aucune  importance  à  
ce   drame.   Nous   ignorons   beaucoup   voire   tout   de   l’Histoire   sociale,   psychologique   et  
philosophique  des  pays  latino-­‐américains.  Derrière  ce  désintéressement  se  cache  de  fait  une  
forme  de  mépris,  aussi  inconsciente  soit-­‐elle  :  nous  pensons  que  l’Amérique  latine  n’a  rien  à  
nous  enseigner  !    
C’est   en   étant   en   Equateur   que   j’ai   découvert   en   moi   cette   forme   inconsciente   de  
condescendance   qui   est,   j’ose   dire,   partagée   par   beaucoup   d’entre   nous.   Au   gré   de   mes  
diverses   lectures   et   conversations,   j’ai   appris   à   admirer   la   construction   identitaire   et  
psychologique   des   peuples   sud-­‐américains.   Dans   sa   Lettre   de   Jamaïque,   Simon   Bolivar  
déclarait   au   XIXe   siècle   que   les   Sud-­‐Américains   n’étaient   «  ni   indiens,   ni   européens  ».   De   cette  
double   négation,   il   fallut   forger   une   identité.   Mouvement   historique,   mouvement   de  
conscience,   mouvement   prométhéen,   qui   donna   naissance   à   une   remarquable   cohésion  
sociale   que   l’on   peut   contempler   de   nos   jours   en   Amérique   latine.   On   évoque   souvent   les  
Etats-­‐Unis  pour  illustrer  le  «  melting  pot  international  »  :  à  tort.  Il  faut  regarder  plus  au  Sud  !    
 
 

Dans   ce   rapport,   je   vais   premièrement   évoquer   mon   stage   en   micro-­‐finance   (I),   en  

dépeignant  mon  lieu  de  vie,  les  activités,  les  succès  et  les  éventuelles  frustrations  rencontrées  
lors   de   nos   travaux   financiers,   et   enfin   les   enseignements   que   j’en   ai   tirés.   Je   partagerai  
ensuite  mes  impressions  culturelles,  sociales  et  anthropologiques  sur  l’Amérique  latine  (II).  
 
Ces  sentiments  résultent  de  mes  lectures,  des  dialogues  noués  et  de  mes  observations  
empiriques.  Nombre  de  mes  propos  seront  davantage  des  hypothèses  que  des  affirmations,  et  
devraient   être   confirmés   ou   infirmés   sur   une   période   de   temps   bien   plus   longue.   Certaines  
impressions  peuvent  bien  sûr  être  erronées.  Enfin,  la  très  grande  majorité  des  photos  incluses  
dans  ce  rapport  ont  été  prises  par  moi-­‐même.    

                                                                                                               
2  Pierre  Chaunu,  Histoire  de  l’Amérique  Latine,  Quadrige/Puf,  Presses  Universitaires  de  France,  «  Que  sais-­‐je  ?  »,  
1949.  P.  90  

 

6  

 
La  Virgen  de  Quito  ,  statue  monumentale  qui  surplombe  la  capitale  équatorienne.  La  Vierge  tourne  
cependant  son  dos  à  la  partie  extrêmement  pauvre  de  la  ville…  

 

 
 

II/  MON  STAGE  EN  MICRO-­‐FINANCE  
 
 

A) Mon  lieu  de  vie  :  l’Equateur,  Quito  et  Sangolquí    
 

 
Mon   stage   en   micro-­‐finance   se   déroula   en   Equateur.   Ce   petit  
pays,  situé  entre  le  Pérou  et  la  Colombie,  est  2,3  fois  plus  petit  que  
la   France.   Les   îles   Galápagos,   rendues   célèbres   par   Darwin,   se  
trouvent  à  1000  kilomètres  à  l’Ouest  et  appartiennent  au  pays.    
En  2011,  la  population  s’élevait  à  près  de  15  millions,  alors  que  
le  revenu  national  brut  par  habitant  avoisinait  les  $4200.  A  titre  de  
comparaison,   la   France   dispose   d’un   revenu   national   brut   par  
habitant  de  $42  420  ;  $8140  pour  la  Roumanie.          
 

 

7  
En  Amérique  du  Sud,  l’Equateur  est  un  des  pays  les  plus  pauvres.  De  facto,  seuls  la  

Guyane,  le  Paraguay  et  la  Bolivie  connaissent  une  pauvreté  plus  importante.    
 
 
3  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
San   Francisco   de   Quito,   la   capitale,   compte   plus   de   2   millions   d’habitants,   perchée   à  

2850  mètres  d’altitude,  au  pied  du  colossal  volcan  Pichincha  et  de  son  sommet  enneigé.  Ainsi  
Quito  est-­‐elle  la  seconde  plus  haute  ville  du  monde  après  La  Paz,  capitale  de  la  Bolivie.  C’est  
une   ville   dynamique   à   forte   croissance   qui   s’étale   sur   50   kilomètres   de   longueur.   Ville  
d’histoire,   ville   de   beauté,   c’est   aussi   une   ville   de   contrastes,   entre   ciel   et   terre,   entre   richesse  
et  pauvreté.    
 

                                                                                                               

3  http://www.indexmundi.com/map/?v=67&r=sa&l=fr  

 

8  

 
 
 
Quito  se  trouve  dans  la  Sierra  («  montagne  »  en  espagnol),  colonne  vertébrale  rocheuse  
constituée   par   la   cordillère   des   Andes.   La   Sierra   équatorienne   occupe   le   quart   du   pays  ;   à   une  
altitude  moyenne  de  3000  mètres,  elle  regroupe  45%  de  la  population  équatorienne,  qui  vit  
principalement  de  l’agriculture  et  de  l’élevage.    
 
C’est  donc  dans  la  Sierra  que  j’ai  passé  l’intégralité  de  mon  temps.  Les  paysages  étaient  
époustouflants,  constitués  de  montagnes  imposantes,  de  nuages  volumineux  et  de  rayons  de  
soleil  se  déversant  dans  les  vallées.  Il  est  très  rare,  dans  la  Sierra,  de  voir  un  ciel  entièrement  
bleu.   Le   temps   est   le   plus   souvent   nuageux,   et   la   température   presque   toujours   comprise  
entre  15  et  20°,  ce  qui  est  fort  agréable.        

 

9  

 

 
 

En  haut,  Basílica  del  Voto  Nacional  ;  en  bas,  centre  historique  de  Quito.    

 

 

10  

 

 
Vue  d’un  quartier  résidentiel  lorsque  l’on  arrive  à  Quito  
 
 

 

L’association   humanitaire   avec   laquelle   j’ai   travaillée,   Manna   Project   International,  

était   basée   à   Sangolquí,   une   ville   de   80   000   habitants   située   à   25   kilomètres   de   Quito.  
L’agglomération   était   peuplée,   néanmoins   on   pouvait   se   retrouver   très   vite   en   milieu   rural.   Je  
suis   heureux   d’avoir   vécu   dans   pareille   location,   entre   la   capitale   et   la   campagne,   car   cela  
m’offrit  une  perspective  diversifiée  du  pays.    
 

Le  premier  jour,  nous  sommes  allés  au  marché  de  Sangolquí.  Une  grande  quantité  et  

diversité  de  fruits  et  légumes  s’offrirent  à  nos  yeux.  Le  climat  très  tempéré  et  humide  favorise  
en   effet   une   production   constante,   conséquente   et   variée   de   fruits   et   légumes.   Aussi  
l’Equateur  est-­‐il  le  premier  producteur  de  bananes  au  monde,  que  l’on  trouve  partout.  Un  fruit  
qui   m’a   très   agréablement   surpris   fut   la   grenadilla,  entre   la   grenadine   et   le   fruit   de   la   passion.  
L’aspect  n’est  pas  particulièrement  appétissant,  mais  le  goût  délicieux  !    
 

 
 
 
 
 

 

11  

 

 
Le  marché  de  Sangolquí  
 
 

 
 

Je   vivais,   avec   tous   les   autres   membres   de   l’association   humanitaire,   dans   une   très  

grande  maison.  Il  y  avait  une  Directrice  de  Pays  –  responsable  et  seule  salariée  –  ainsi  que  8  
Directeurs   de   Programmes.   Il   s’agissait   de   jeunes   âgés   de   22   à   25   ans   bénévoles   durant   13  
mois  et  chargés  du  déroulement  des  programmes,  tels  que  la  micro-­‐finance  ou  l’enseignement  
de  l’anglais.  Durant  l’été,  l’organisation  reçoit  donc  des  bénévoles  saisonniers.  Cette  année,  il  y  
avait   7   filles   et   2   garçons,   moi   inclus.   Les   filles   partageaient   ensemble   une   très   grande  
chambre   avec   des   lits   superposés,   tandis   que   je   me   trouvais   dans   la   même   chambre   que  
Charles.  Tous  étaient  Américains  à  l’exception  d’une  fille  mexicaine.    
 

Nous  vivions  en  communauté  dans  la  maison.  Chacun  avait  une  tâche  quotidienne  à  

effectuer  –  pour  ma  part,  sortir  les  poubelles.  Un  soir  par  semaine,  deux  personnes  devaient  
également   cuisiner   pour   l’ensemble   des   bénévoles,   soit   une   bonne   quinzaine   de   personnes.  
L’ambiance  fut  très  amicale,  parfois  trop  même,  tant  le  niveau  sonore  atteignait  des  sommets  
chaque  soir  !  Il  faut  dire  que,  lorsqu’ils  sont  en  groupe,  les  Américains  ont  tendance  à  parler  

 

12  

très  fort  et  à  converser  de  tout  –    et  de  rien  !  Aussi  ai-­‐je  parfois  regretté  le  silence  et  le  faible  
intérêt  des  conversations.    
 

Je  fus  impressionné  par  le  dévouement  des  Directeurs  de  Programme,  qui  ont  passé  

13   mois   sur   place   à   œuvrer   pour   les   Equatoriens.   J’ai   pu   nouer   des   amitiés   sincères   qui  
perdureront  dans  le  temps.    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La  maison,  avec  grillage  électrique  sur  la  clôture  pour  des  raisons  de  sécurité  (en  haut  à  gauche)  ;  le  
jardin  derrière  la  clôture  (en  haut  à  droite)  ;  une  salle  commune  (en  bas  à  gauche)  et  un  colibri  que  je  
réussis  à  photographier  dans  le  jardin  (en  bas  à  droite)  !  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 

 
 

 
 

 

 

 
 

 
 

 
 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 
 
 

13  

B) La  micro-­‐finance  :  argent  et  vertu  
Manna  Project  International  (MPI)  est  implantée  dans  

trois   pays  :   le   Guatemala,   le   Nicaragua   et   l’Equateur.   Au  
Nicaragua,  le  programme  en  micro-­‐finance  gère  $30  000,  ce  qui  
représente   une   somme   importante,   a   fortiori   en   milieu   rural.  
En   Equateur,   le   programme   Small   Business   Development  
n’existe   que   depuis   un   an.   A   mon   arrivée,   l’association   venait  
de  se  faire  rembourser  les  crédits  du  premier  cycle  de  prêts.      
 

MPI   Ecuador   œuvre   dans   la   communauté   de  

Rumiloma,  dans  la  Valle   de   los   Chillos,  qui  se  trouve  au  sud-­‐est  
de  Quito,  entre  la  capitale  et  le  volcan  Cotopaxi.  C’est  une  région  propice  au  développement  de  
la  micro-­‐finance,  en  raison  des  conditions  socio-­‐économiques  et  de  la  structure  de  l’offre  et  de  
la   demande   des   services   bancaires.   Par   exemple,   dans   la  Valle  de  los  Chillos,   de   nombreuses  
institutions  de  crédits  –  appelées  coopératives  de  crédit  –  offrent  des  micro-­‐prêts,  mais  leur  
but  est  avant  tout  d’être  rentable  et  de  gagner  un  maximum  d’argent  avec  les  intérêts,  qui  sont  
en   moyenne   de   24%,  la   limite   nationale   en   matière   de   taux   d’intérêt   sur   les   micro-­‐crédits  
s’établissant   à   27,5%  !   De   plus,   les   procédures   de   demande   de   prêt   sont   compliquées  :   les  
candidats   doivent   fournir   de   nombreux   papiers   que   beaucoup   de   paysans   ne   possèdent   pas   –  
par  exemple  des  fiches  de  salaires  ou  des  garanties  financières.  Bien  que  cela  demeure  assez  
rare,  il  arrive  également  que  certaines  personnes  ne  sachent  ni  lire  ni  écrire.    
 

Il   y   actuellement   1,5   million   de   micro-­‐entreprises   en   Equateur.   Néanmoins,   en   raison  

des   taux   d’intérêt   importants   et   de   la   lourdeur   des   procédures,   seuls   15%   de   la   clientèle  
potentielle   sont   servis.   Il   y   a   donc   un   réel   problème   d’accès   aux   services   financiers.   Aussi,  
même   s’ils   se   trouvent   peu   à   peu   évincés   du   marché,   les   usuriers   continuent   de   jouer   un  
certain   rôle,   étant   la   solution   en   dernier   recours   pour   des   petits   entrepreneurs   ayant  
désespérément   besoin   de   capital.   En   Equateur,   il   existe   même   un   mot   pour   désigner   les  
usuriers  :  los  chulqueros,  qui  imposent  des  taux  de  crédit  de  l’ordre  de  100  à  120%!  Une  étude  
démontra  en  ce  sens  que  21%  des  vendeurs  informels  sur  les  marchés  de  Quito  sollicitèrent,  
par    défaut,  des  crédits  auprès  de  chulqueros.  
 

MPI   Ecuador   représente   donc   une   solution   très   attractive   pour   les   Equatoriens   qui  

vivent   en   milieu   rural  :   l’organisation   a   avant   tout   un   but   humanitaire   et   offre   des   taux  
d’intérêt  qui  relèvent  du  symbolique  (9%,  comparé  à  24%  en  moyenne),  grâce  à  une  structure  

 

14  

de   coûts   très   compétitive   (association   à   but   non-­‐lucratif   dont   la   force   de   travail   est  
entièrement   bénévole).   En   revanche,   MPI   Ecuador   n’offre   à   l’heure   actuelle   que   des   micro-­‐
crédits,  et  pas  de  «  micro-­‐assurances  »  ou  de  «  micro-­‐comptes  épargne  »,  car  les  deux  derniers  
types   de   produits   sont   plus   complexes.   Enfin,   l’association   humanitaire   n’étant   pas   accréditée  
pour   recevoir   des   dépôts   d’argent,   un   partenariat   fut   créé   avec   une   coopérative,   afin   de  
pouvoir  gérer  les  fonds.  
 
 

Deux   facteurs   macro-­‐économiques   me   semblent   intéressants   pour   comprendre  

l’intérêt   de   la   micro-­‐finance   en   Equateur.   D’une   part,   l’inflation   représentait   un   énorme  
problème   pour   le   pays,   avec   un   taux   atteignant   les   100%   en   2000.   Néanmoins,   grâce   à   la  
dollarisation  de  l’économie  en  2000  –  introduction  du  $US  Dollar  comme  monnaie  nationale  –,  
l’inflation  fut  rapidement  maîtrisée  et  s’aligne  désormais  sur  celle  des  Etats-­‐Unis.  Le  contrôle  
de   l’inflation   est   absolument   indispensable   pour   créer   un   climat   de   confiance   au   sein   de  
l’économie  et  pouvoir  prêter  de  l’argent  sans  risquer  une  dépréciation  massive.    
 

 
 

 
Le  taux  de  chômage  représente  une  autre  donnée  importante,  se  situant  actuellement  

entre   8   et   10%.   Le   chômage   touche   particulièrement   les   jeunes,   concernant   21,6%   d’entre  
eux.   Il   était   très   révélateur   de   voir   principalement   des   femmes   solliciter   des   micro-­‐crédits  
auprès   de   MPI   Ecuador.   En   effet,   en   2006,   70%   des   femmes   équatoriennes   n’avaient   pas   de  
revenu  propre,  alors  que  pareille  situation  ne  concernait  que  34%  des  hommes4.  Les  femmes  
constituent   seulement   40%   de   la   force   de   travail,   bien   qu’étant   majoritaires   dans   la  
                                                                                                               
4  Ces  données  sont  issues  du  rapport  Oxford  Microfinance  Initiative,  Expansion  of  the  Small  Business  Development  
Programme,  Oxford,  Juillet  2012,  p.  15  

 

15  

population.   Leur   taux   de   chômage   est   double   voire   triple   à   celui   des   hommes.   Enfin,   les  
femmes   gagnent   14%   de   moins   que   les   hommes   par   heure.   Par   ailleurs,   la   différence   entre  
milieu  rural  et  milieu  urbain  est  particulièrement  frappante  en  Equateur,  et  visible  à  l’œil  nu.  
En  2008,  le  taux  de  pauvreté  dans  l’Equateur  rural  s’élevait  à  60%  ;  à  seulement  23%  dans  les  
villes5  !    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
Localisé   à   Sangolquí,   MPI   Ecuador   a   décidé   de   travailler   à   long-­‐terme   avec   deux  

communautés   rurales,   situées   à   Cotogchoa   et   Rumipamba.   Afin   d’assurer   au   maximum   le  
succès   du   programme   en   micro-­‐finance,   il   fallut   établir   une   relation   de   confiance   entre  
débiteur  et  créditeur.  La  confiance  est  une  notion  cruciale,  particulièrement  en  milieu  rural.  
Le  comté  de  Cotogchoa  possède  par  exemple  3927  habitants.  Par  ailleurs,  afin  de  se  protéger  
autant  que  possible  vis-­‐à-­‐vis  d’un  défaut  de  paiement,  MPI  Ecuador  a  eu  recours  à  un  système  
                                                                                                               
5  Ibid.,  p.  18  

 

16  

de   prêts   en   groupe  :   si   un   membre   de   la   communauté   ne   remboursait   pas   son   emprunt,   les  
autre   membres,   qui   avaient   également   souscrit   à   un   crédit,   devaient   le   rembourser   à   sa   place.  
Il   s’agissait   de   petits   prêts   (de   $200   à   $400)   offerts   sur   de   petites   périodes   (4   mois)   avec  
remboursement  mensuel,  afin  de  responsabiliser  au  maximum  les  emprunteurs.  La  confiance,  
la   mutualisation   des   prêts,   la   petite   taille   et   la   fréquence   représentent   les   notions-­‐clés   du  
micro-­‐crédit.  
 

 

 

A   mon   arrivée,   le   programme   de   micro-­‐finance   venait   de   célébrer   la   clôture   de   son  

premier  cycle   de   prêt.     MPI   Ecuador   ne  possédait  alors  que  $2000  à  consacrer  à  cette  activité.  
Travailler  dans   un   programme   encore  naissant  présenta  pour  moi  des  avantages  mais  aussi  
quelques  inconvénients.  Je  reviendrai  sur  cet  aspect  plus  tard.      
 

Sur  ces  $2000  de  fonds  propres,  l’organisation  accorda  5  micro-­‐crédits  sur  9  demandés  

pour  un  montant  total  de  $1500.    
 

 

 
Sur   cet   extrait,   on   constate   que   Señora   Morales   emprunta   $200   afin   d’acheter   de   la  

nourriture   pour   ses   cochons,   tandis   que   Señora   Pinto   utilisa   $300   pour   bâtir   une   serre.   Ces  

 

17  

activités   sont   très   représentatives   des   commerces   des   communautés   dans   lesquelles   nous  
travaillions.    
 

 
Comme   on   peut   le   constater   sur   cette   image,   les   jointures   de   la   serre   semblent   très  
fragiles.   Rosa   Maria   Pinto   nous   expliqua   ainsi   qu’à   la   moindre   averse   conséquente,   le  
plastique  s’affaissait  et  le  bois  risquait  de  se  briser.    De  plus,  la  serre  était  petite  et  travailler  
dedans  peu  commode.  Ainsi,  elle  souhaitait  solliciter  un  nouveau  micro-­‐crédit  de  $500  afin  de  
la  renforcer  et  de  l’agrandir  !    
 
 

 
En  Equateur,  les  cochons  

de   guinée,   appelés   cuys,   sont  
considérés   comme   un   plat   de  
luxe.   Ils   sont   vendus   par   les  
éleveurs  

$10/pièce  

aux  

restaurants,   qui   les   proposent   à  
$25  dans  leurs  menus.  A  titre  de  
comparaison,   le   salaire   moyen  
est  de  $300.  

 
   

18  
Les  cuys  sont  donc  d’une  grande  valeur  et  

une   source   de   revenus   importante   pour   les  
éleveurs!     Ils   sont   grillés   à   la   braise   et   présentés  
directement   à   la   vue   des   passants   devant   les  
restaurants.  On  dit  leur  chair  tendre  et  goûteuse,  
mais   je   n’ai   personnellement   pas   tenté  
l’expérience  gustative  !    
 
 

 

 
«  L’argent  est  la  semence  de  l’argent,  et  la  première  pistole  est  quelque  fois  plus  difficile  à    
gagner  que  le  second  million.  »  
Jean-­‐Jacques  Rousseau  
 
L’exemple   des   Señoras   Morales   et   Pinto   est   représentatif   de   l’ensemble   de   la  
communauté,   chacun   travaillant   principalement   son   huerto   (potager,   verger).   D’autres  
emprunteurs  élevaient  également  de  la  volaille  et  des  cochons  ;  certains  revendaient  du  bois  
et   du   compost  ;   d’autres,   enfin,   produisaient   du   miel   et   fabriquaient   des   savons   et   du  
shampoing  qu’ils  revendaient  localement.    
A  cet  effet,  lors  de  mon  stage,  nous  avons  travaillé  à  la  mise  en  place  d’un  marché  de  
produits   artisanaux   à  Sangolquí   pour   la   communauté   de   Cotogchoa.   La   création   de   ce   marché  
avait   pour   but   d’offrir   des   débouchés   aux   paysans   et   de   régler   leur   problème   de  
surproduction.   En   effet,   une   grande   majorité   produit   par   exemple   des   tomates,   et   chacun  
essaie   ensuite   de   revendre   le   surplus   de   sa   consommation   personnelle   aux   voisins.   Tout   le  
monde   produisant   la   même   chose   et   ayant   un   surplus,   il   saute   aux   yeux   qu’il   y   a   des   pertes  
conséquentes  !    
Néanmoins,  la  mise  en  place  du  marché  relève  d’un  long  processus,  car  elle  nécessite  
l’accord   de   la   mairie   et   une   logistique   importante   pour   que   tous   les   paysans   puissent   se  
rendre   au   même   lieu   au   même   moment   avec   leur   production.   Lors   de   nos   réunions,   les  
paysans   nous   confiaient   qu’ils   étaient   très   intéressés   par   cette   idée  ;   néanmoins,   ils  
expliquaient   aussi   qu’ils   travaillaient   toute   la   journée   sur   leur   parcelle   de   terre   et   que,   par  
conséquent,  le  temps  et  les  moyens  de  déplacements  étaient  pour  eux  un  problème.      
 

 

19  

 
Le   graphique   illustre   bien   à   quel   point   aussi   bien   les   femmes   que   les   hommes   se  
consacrent  principalement  aux  activités  agricoles  (agriculture,  bétail,  production  de  lait  et  de  
fromage,  fruits  et  légumes,  entretien  de  la  maison).    
 
Un   problème   majeur   des   paysans   consistait   en   leur   manque   de   diversification   et   de  
bon  sens  économique.  Produisant  tous  les  mêmes  légumes  (des  produits  à  très  faible  valeur  
ajoutée),   ils   se   faisaient   une   concurrence   destructrice,   uniquement   basée   sur   une   chute  
perpétuelle  des  prix.    
Un   des   grands   axes   de   mon   stage   fut   donc   de   préparer   une   série   de   cours   en  
«  business  »,   afin   de   sensibiliser   les   emprunteurs   à   des   notions   économiques   telles   que   la  
compétitivité,  la  différenciation,  la  rentabilité,  la  comptabilité,  et  cetera.  Aussi  incroyable  que  
cela   puisse   paraître,   les   Equatoriens   n’ont   aucune   pratique   de   la   comptabilité,   du   moins  
concernant   les   petits   commerces.   En   d’autres   termes,   ils   ne   gardent   aucune   trace   de   leurs  
dépenses  et  de  leurs  revenus,  si  bien  qu’il  est  impossible  de  savoir  si  leur  affaire  est  rentable  
ou   pas.   Cette   absence   d’informations   ne   semblait   pas   perturber   les   Equatoriens   en   général  ;   à  
la   question   «  quels   sont   vos   revenus  ?  »,   ces   derniers   avaient   pour   habitude   de   répondre  

 

20  

vaguement  «  assez  pour  vivre  ».  Cette  réponse  qui  prête  à  sourire  est  néanmoins  révélatrice  
de  la  mentalité  sud-­‐américaine.  Je  développerai  ce  point  dans  la  seconde  partie.  
 

Par   ailleurs,   un   autre   élément   qui   me   surprit   fortement   fut   l’absence   de   la   notion   de  

rentabilité/compétitivité   dans   l’esprit   des   Equatoriens.   Par   exemple,   il   était   inconcevable  
dans  l’esprit  des  paysans  de  devenir  plus  rentable  que  le  voisin  et  de  l’évincer  du  «  marché  ».    
Les   paysans   ne   se   voyaient   nullement   comme   des   compétiteurs,   bien   qu’ils   produisaient   et  
vendaient  les  mêmes  choses.    
 

Durant  nos  réunions  hebdomadaires,  nous  enseignions  donc  les  principes  de  bases  de  

la   comptabilité   (tracer   les   sorties   et   les   rentrées   d’argent)   ainsi   que   des   stratégies   de  
diversification/spécialisation.   Par   exemple,   on   mettait   en   exergue   le   fait   que   si   un   paysan  
choisissait   de   focaliser   sa   production   sur   un   seul   type   ou   deux   de   légumes,   alors   le   prix  
unitaire   diminuerait   et   il   aurait   un   avantage   comparatif   sur   le   marché.   Inversement,   si   un  
paysan   se   mettait   à   produire   un   produit   unique   (des   poivrons   par   exemple),   il   pourrait   le  
revendre  avec  une  marge  intéressante.  
 

       
Exemple  d’une  réunion  en  micro-­‐finance  dans  le  comté  de  Cotogchoa  ;  au  bout  de  deux  semaines,  le  
nombre  de  participants  explosa  –  voir  ci-­‐contre  !  
 

 

 
 

21  

 

 
En  conclusion,  lors  de  mon  stage  en  micro-­‐finance,  j’ai  travaillé  sur  plusieurs  aspects  

en  parallèle,  qui  se  recoupaient  tous  dans  leur  finalité.    
La   confiance   étant   une   valeur   fondamentale,   il   fallait   se   rendre   hebdomadairement  
chez   les   paysans.   Ceci   nécessitait   un   certain   temps.   L’aller   durait   une   trentaine   de   minutes   en  
bus,   et   une   fois   arrivée,   on   n’était   pas   sûr   de   les   trouver   chez   eux.   Tous   n’avaient   pas   de  
téléphone.   Nous   avions   également   un   nombre   importants   de   réunions   avec   divers  
interlocuteurs,  à  l’instar  de  la  mairie,  de  la  coopérative  de  crédit  avec  qui  nous  avions  établi  
un   partenariat,   ou   encore   avec   un   ingénieur   agricole   qui   viendra   donner   des   cours   pour  
expliquer   aux   paysans   comment   augmenter   la   fertilité   des   terres.   Ces   rendez-­‐vous   étaient  
menés  par  un  Directeur  de  Programme,  que  j’accompagnais  à  chaque  fois.    
Une   autre   partie   du   travail   consistait   à   préparer   et   rédiger   la   série   de   cours   en  
business.   Il   fallait   également   préparer   les   questionnaires   et   formulaires   pour   les   personnes  
désireuses  d’obtenir  un  crédit.  Les  questions  devaient  être  les  plus  simples  et  les  plus  précises  
possibles,   autrement   les   réponses   auraient   été   trop   vagues,   et   ainsi   inutilisables.   Certaines   de  

 

22  

nos   questions   visaient   également   à   tester   la   lucidité   des   candidats.   On   leur   demandait   par  
exemple  :  «  selon  vous,  quelles  pourraient  être  les  sources  d’échecs  de  votre  entreprise  ?  »    
Durant   le   mois   que   j’ai   passé   en   Equateur,   MPI   préparait   le   second   cycle   de   micro-­‐
crédits,   qui   débutera   vers   la   fin   de   juin.   Le   premier   cycle   fut   couronné   de   succès,   puisque  
l’association   fut   totalement   remboursée.   Néanmoins,   l’objectif   de   MPI   Ecuador   n’est   pas  
simplement  de  prêter  de  l’argent  et  de  se  faire  rembourser.  L’association  souhaite  améliorer  
la  situation  à  long-­‐terme,  et  c’est  précisément  pourquoi  elle  adopte  une  approche  holistique,  
qui  se  concentre  sur  la  finance  et  la  rentabilité,  mais  aussi  sur  la  compréhension  du  business  
et  de  l’économie  au  sens  large,  ainsi  que  sur  la  confiance.    
Les  paysans  n’ayant  tenu  aucune  trace  écrite  de  leurs  dépenses/entrées  d’argent  lors  
du  premier  cycle  de  prêts,  ni  même  aucune  trace  de  leurs  ventes,  MPI    n’était  pas  en  mesure  
de  savoir  si  les  prêts  améliorèrent  vraiment  la  situation.  Prenons  l’exemple  de  Señora  Pinto,  
qui   avait   bâti   une   serre  :   certes,   l’abri   fut   construit,   mais   cela   a-­‐t-­‐il   vraiment   augmenté   le  
rendement  de  ses  terres  ?  Et  finalement,  a-­‐t-­‐elle  gagné  plus  d’argent  ?    
Par  conséquent,  lors  du  second  cycle  de  micro-­‐crédits,  MPI  Ecuador  souhaita  adopter  
une  approche  quelque  peu  différente.  Lors  du  premier  cycle,  par  mesure  de  sécurité,  les  prêts  
furent  accordés  avant  tout  sur  la  base  de  la  solvabilité  –  l’intérêt  économique  du  prêt  ne  fut  
pas   vraiment   pris   en   compte.   En   revanche,   pour   le   second   cycle   de   prêts,   l’association  
souhaitait   privilégier   l’intérêt   économique   et   l’imagination,   même   si   cela   supposait   de  
prendre  un  peu  plus  de  risques  concernant  les  remboursements.    C’est  pourquoi  j’ai  beaucoup  
travaillé  sur  la  rédaction  des  cours  en  finance/comptabilité  ainsi  que  sur  l’ébauche  de  business  
plans,  afin  que  les  paysans  soient  capables  de  se  fixer  un  objectif  précis  à  atteindre.    
Enfin,   le   dernier   aspect   de   mon   travail   fut   sans   doute   le   moins   stimulant  
intellectuellement,  mais  néanmoins  nécessaire.  Il  s’agissait  de  parcourir  des  dizaines  de  sites  
internet   de   banques   internationales   et   d’organisations   gouvernementales   et   non-­‐
gouvernementales   afin   de   voir   auprès   desquelles   il   était   possible   pour   MPI   Ecuador   de  
soumettre  une  demande  de  donations.    
 
Contrairement  au  Nicaragua  où  MPI  gère  $30  000  de  micro-­‐crédits,  le  programme  en  
Equateur  était  naissant.  Mon  stage  présenta  donc  des  aspects  fascinants,  mais  aussi  quelques  
éléments  plus  regrettables.    
Ce   qui   m’a   beaucoup   plu   fut   de   voir   à   quel   point   le   contact   humain   était   primordial.  
N’ayant  que  $1500  de  micro-­‐crédits,  les  membres  de  MPI  passèrent  la  plus  grande  partie  de  

 

23  

leur   temps,   et   moi   avec   eux,   à   rendre   visite   aux   emprunteurs.   L’association   ne   se   contentait  
pas   seulement   de   gérer   des   prêts,   mais   aussi   d’éduquer   un   village   entier   à   la   finance.   Nous   ne  
passions  donc  pas  notre  temps  à  analyser  des  relevés  de  comptes  bancaires  ;  nous  étions  sur  
le  terrain  !    
 

J’ai  aussi  découvert  à  quel  point  le  temps  et  la  durée  sont  intimement  liés  à  la  micro-­‐

finance,   a   fortiori   en   Equateur.   Les   emprunteurs   avaient   de   nombreux   soucis   au   quotidien,  
qu’il   s’agisse   de   cultiver   le   champ,   s’approvisionner   en   nourriture   pour   le   bétail,   ou   encore  
pouvoir   payer   l’école   pour   les   enfants.   Bien   qu’important,   le   rendez-­‐vous   en   micro-­‐finance  
n’était   pas   vital   pour   eux.   C’était   à   nous   d’organiser   l’événement,   de   les   motiver   et   de   se  
préparer  à  leurs  absences.  Les  paysans  avaient  également  besoin  d’un  délai  pour  réfléchir  –    
soit   une   semaine   –,   d’autant   plus   que   les   Equatoriens   sont   des   spécialistes   pour   tout   reporter  
au   lendemain  !   N’étant   sur   place   que   quatre   semaines,   le   temps   s’écoula   extrêmement  
rapidement.    
 

Ainsi   donc,   l’état   quasi-­‐embryonnaire   du   programme   en   micro-­‐finance   me   permit   de  

travailler  sur  tous  les  fronts  :  sur  le  terrain,  dans  la  salle  de  cours,  lors  des  réunions  avec  les  
différents   partenaires   (coopératives   de   crédit,   ingénieurs   agricoles)   et   devant   l’ordinateur  
pour  rechercher  des  subventions.  J’ai  beaucoup  apprécié  cette  hétérogénéité  des  tâches  et  –  je  
le  répète  –  le  poids  prédominant  du  contact  humain.    
 
 

Néanmoins,  bien  souvent,  il  n’y  avait  pas  grand  chose  à  faire  :  il  fallait  attendre  !  Si  la  

taille   modeste   du   programme   me   permit   de   toucher   à   tout,   j’ai   regretté   d’un   autre   côté   que   le  
programme   ne   fusse   pas   plus   grand,   afin   d’avoir   plus   de   choses   à   faire,   même   si   cela   aurait  
signifié   sacrifier   la   diversité   à   l’analyse   financière   (des   relevés   bancaires,   des   projets  
d’entreprise).   En   moyenne,   j’ai   travaillé   3   heures   par   jour   en   micro-­‐finance.   Certaines  
journées  étaient  entièrement  consacrées  à  ce  domaine,  mais  d’autres  jours,  il  n’y  avait  rien  au  
programme.   Le   faible   volume   horaire   consacré   à   la   micro-­‐finance   fut   une   petite   déception.  
Cependant,  mes  attentes  étaient  peut-­‐être  irréalistes  :  dans  un  milieu  rural,  où  la  population  
est   financièrement   illettrée,   et   où   la   durée   d’attente   est   un   paramètre   qu’on   ne   peut  
supprimer,    était-­‐il  possible  de  travailler  plus  ?    
 

 

24  

   
 

 
 
«  Donnez  moi  un  point  d’appui,  je  soulèverai  le  monde.  »    
 
Archimède  

 
 
 

Mon  stage  m’a  fait  prendre  conscience  du  pouvoir  de  la  micro-­‐finance  pour  résorber  la  

pauvreté  mondiale.  Les  chiffres  actuels  demeurent  alarmants  :  3  milliards  d’individus  vivent  
avec  moins  de  $2  par  jour  ;  2,5  milliards  n’ont  jamais  utilisé  de  banque.    
 

Pour   ma   part,   je   suis   convaincu   que   la   micro-­‐finance   est   le   meilleur   instrument   et  

investissement  pour  aider  les  gens  à  sortir  de  la  pauvreté.  Je  salue  bien  sûr  et  admire  le  travail  
des  associations  de  charité  traditionnelles,  à  l’instar  de  la  Croix  Rouge,  et  il  est  évident  qu’en  
cas   d’urgence   ces   organisations   soulagent   énormément   les   populations   touchées.   Néanmoins,  
à   long   terme,   la   charité   engendre   de   nombreux   effets   contre-­‐productifs.   Par   exemple,  
lorsqu’une   catastrophe   naturelle   survient   dans   des   pays   en   voie   de   développement,   les  
Occidentaux,   de   bon   cœur,   envoient   des   habits   et   des   chaussures,   qui   sont   reçus   avec   joie   par  
les   populations   locales   en   détresse.   Toutefois,   une   fois   que   ces   gens-­‐là   reçoivent   gratuitement  
des   chaussures,   ils   ne   vont   plus   en   acheter   aux   fabricants   et   cordonniers   autochtones.   Par  
conséquent,   à   long-­‐terme,   c’est   tout   le   marché   des   chaussures   qui   est   localement   affecté,  
menant   à   la   faillite   de   nombreux   commerçants.   Plutôt   que   de   donner   des   habits   et   des  
chaussures,  il  vaut  mieux  donner  les  moyens  aux  populations  de  les  fabriquer  eux-­‐mêmes,  ce  
qui  signifie  leur  offrir  un  accès  au  capital  !  Le  même  raisonnement  s’applique  à  la  nourriture.  
 

Dire   que   la   pauvreté   est   reliée   à   l’argent   serait   un   pléonasme.   En   revanche,   elle   est  

intimement   reliée   à   la   gestion   de   l’argent.   Les   gouvernements,   l’ONU   et   les   «  experts  »   ne  
purent  y  mettre  un  terme  car  ils  ne  savent  pas  gérer  l’argent  de  façon  optimale.  Les  financiers  
le  savent.    

 

25  

 

Un   grand   nombre   de   citoyens   donnent   de   l’argent.   Par   exemple,   aux   Etats-­‐Unis,   les  

activités  à  but  non-­‐lucratif  représentent  $900  milliards,  et  9  familles  sur  10  font  une  donation  
annuelle6.   Malheureusement,   l’immense   majorité   de   ces   donneurs   sont   finalement   quelque  
peu   cyniques,   ne   s’intéressant   pas   aux   résultats.   Les   gens   contribuent   de   bon   cœur,   et   ils  
espèrent  sincèrement  que  leur  donation  va  améliorer  la  situation,  même  s’ils  se  disent  qu’au  
fond  il  n’y  a  que  de  faibles  chances  de  réussite.  De  fait,  il  y  a  une  différence  fondamentale  entre  
l’investisseur   et   le   spéculateur.   Lorsqu’on   donne   de   l’argent   à   des   associations,   souvent,   on  
spécule  ;  pour  masquer  la  réalité,  on  dit  qu’on  «  espère  »…  Dans  la  philanthropie,    on  n’évoque  
concrètement   les   résultats   que   dans   1%   des   cas.   Et   pour   preuve  :   avons-­‐nous   déjà   regardé  
dans  le  détail  le  bilan  de  la  Croix  Rouge  ou  de  Médecins  Sans  Frontière  ?  Avons-­‐nous  analysé  
leurs  bilans  financiers,  afin  de  voir  
efficace  ?    

Risque  de  
l’investissement  

 
 
 
 

«  On  résiste  à  l’invasion  des  armées  ;  on  ne  résiste  pas  à  
 

 

             l’invasion  des  idées  ».  

 

 

                       Victor  Hugo  

 
 

Philanthropie  

si  leurs  fonds  sont  gérés  de  manière    

Microcrédit  
Retours  sur  
l’investissement  

 

 
Au  contraire,  les  institutions  de  micro-­‐crédits  sont  clairement  un  investissement,  avec  
des  objectifs  précis  et  des  résultats  mesurables.  Elles  se  battent  avec  les  mêmes  règles  que  les  
banques  traditionnelles  –  les  lois  du  marché  capitaliste  –  mais  pour  un  tout  autre  dessein  :  le  
bien   collectif.   Les   agences   de   micro-­‐finance   se   doivent   d’être   rentables   pour   survivre   et   ne  
peuvent  gaspiller  aucune  ressource.    
 

                                                                                                               
6  Phil  Smith  &  Eric  Thurman,  A  Billion  Bootstraps  –  Microcredit,  Barefoot  banking  and  the  Business    Solution  for  

Ending  Poverty,  Foreword  by  Muhammad  Yunus  

 

26  
Lors  de  mes  recherches  sur  internet,  je  fus  très  agréablement  surpris  par  le  nombre  de  

banques   travaillant   exclusivement   en   micro-­‐finance,   et   ce   même   sur   le   sol   européen.   Ces  
banques  gèrent  des  millions  d’euros  d’actifs,  en  combinant  objectifs  économiques  et  éthiques.  
A  l’avenir,  je  serai  très  heureux  de  travailler  pour  de  telles  institutions.    
 
 

C)  Les  autres  activités  bénévoles  
 
Au-­‐delà  du  travail  en  micro-­‐finance,  je  me  suis  impliqué  autant  que  possible  dans  les  
autres   projets   menés   par   MPI   Ecuador.   L’association   possédait   une   bibliothèque   dans   la   Valle  
de   los   Chillos,   ce   qui   était   unique   pour   les   enfants   présents   sur   place.   Des   cours   d’anglais   y  
étaient  dispensés,  ainsi  que  diverses  activités  ludiques  et  intellectuelles.  J’ai  donc  animé  des  
cours  d’anglais  et  de  français  –  me  rendant  d’ailleurs  compte  à  quel  point  le  français  est  une  
langue  difficile  à  débuter  !  
 
Le  22  Mai  est  la  journée  internationale  de  la  biodiversité.  En  raison  de  ses  nombreux  
microclimats,   l’Equateur   est   un   pays   à   la   faune   et   à   la   flore   luxuriantes.   Par   exemple,   il   y   a  
25000  catégories  de  plantes  dans  la  «  République  du  Cacao  »,  alors  qu’il  n’y  en  a  que  17000  
dans   tous   les   Etats-­‐Unis  !   Malheureusement,   la   pollution   est   un   véritable   fléau.   Les   détritus  
s’amoncellent  sur  les  rues,  sur  les  trottoirs  et  dans  les  espaces  verts.  Le  pays  est  très  sale,  et  
malheureusement,  cela  ne  semble  pas  déranger  outre  mesure  les  Equatoriens.    
Le   problème   de   la   pollution   est   culturel.   Ma   professeur   d’espagnol   m’expliqua   ainsi  
qu’il  y  une  vingtaine  d’années  encore,  il  était  écrit  dans  les  bus    «  por  favor,  tirar  la  basura  a  
través   de   las   ventanas  »   (Prière   de   jeter   les   déchets   par   les   fenêtres),   afin   de   garder   ces  
derniers   propres  !   De   nombreux   Equatoriens   croient   encore   que   les   ordures   ne   sont   pas  
nuisibles   à   l’environnement  ;   certains   pensent   même   que   les   bouteilles   de   Coca-­‐Cola   en  
plastique   sont   bénéfiques   pour   la   Nature  !  
C’est  incroyable,  hélas,  c’est  vrai.    
En   ce   sens,   nous   organisâmes   dans   la  
semaine  du  22  mai  des  sessions  de  ramassage  
de  résidus  avec  les  enfants.    
 

 

27  
Nicole  enfilant  ses  gants  avant  de  ramasser  les  
ordures  ;  Livres  dans  la  bibliothèque  
 

J’ai  

également  

assisté  

quelques  

matinées   un   docteur   dans   un   hôpital   public,  
qui   souhaitait   améliorer   son   anglais.   A  
quelques   reprises,   j’ai   aussi   jardiné   dans   un  
champ   et   dans   le   jardin   d’un   centre   spécialisé  
pour   les   enfants   handicapés.   Les   infirmières  
sur   place   n’avaient   ni   le   temps   ni   la   force  
physique  pour  effectuer  ces  tâches.  Enfin,  j’ai  aidé  plusieurs  fois  des  jeunes  enfants  à  faire  leur  
devoir  :   ils   s’agissaient   d’enfants   qui   avaient   travaillé   et   avaient   été   maltraités.   Une  
organisation  chrétienne  travaille  à  leur  réinsertion  à  présent.    
Ces   différentes   activités   furent   très   intéressantes,   car   elles   m’ont   permis   d’avoir   une  
vision   complète   de   la   société   équatorienne,   qu’il   s’agisse   du   système   d’éducation   ou   du  
système  de  santé,  ainsi  qu’un  contact  direct  et  différent  avec  d’autres  parties  de  la  populations  
–  enfants,  étudiants,  militaire  gradé  qui  apprenait  l’anglais  avant  de  partir  aux  USA,  et  cetera.    
 
 

 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 

II/  VOYAGES  ET  RÉFLEXIONS  
 
 
 
 
 
 

 

 
 

Activités  de  jardinage  ;  enfants  dans  la  bibliothèque  

 

28  

III/  VOYAGES  ET  RÉFLEXIONS  
 
A)  Mes  visites  
 
Nous  travaillions  le  samedi,  car  c’était  une  bonne  occasion  pour  nous  de  rencontrer  les  
actifs,   nous   laissant   dimanche   et   lundi   en   guise   de   week-­‐end.   A   trois   reprises,   nous   avons  
voyagé.    
Le   premier   week-­‐end,   nous   nous   sommes   rendus   à   Otavalo,   une   ville   à   majorité  
indigène,   réputée   pour   son   marché   de   produits   artisanaux.   Otovalo   est   particulièrement  
réputée   pour   ses   textiles  ;   aussi   ai-­‐je   profité   de   l’occasion   pour   acheter   quelques   écharpes.    
Son   marché   est   un   des   plus   grands   marchés   indigènes   d’Amérique   du   Sud.    
 
 
 
 
 

A   Otavalo,   nous   avons   mangé   dans   un   petit   restaurant   indigène.   Voici   un   repas  

équatorien   typique,   composé   de   divers   types   de   maïs,   d’avocat,   de   viande   de   porc   et   de  
fromage  blanc.    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La  photo  suivante  présente  un  repas  typiquement  équatorien,  constitué  de  différents  

types  de  maïs,  de  légumes,  d’avocat,  de  fromage  blanc  ainsi  que  de  viande  –  habituellement  
porc  et  volaille.      

 

 

29  

 

 
 
Notre  hôtel  se  trouvait  en  altitude,  au  milieu  des  nuages,  offrant  une  vue  magnifique  
sur  un  vallon.    
 

 

30  

 

 
 
 

Le  lendemain,  nous  effectuâmes  une  randonnée  de  4  heures  autour  du  lac  Cuicocha.  Il  
s’agit  d’un  lac  formé  dans  le  cratère  d’un  volcan  désormais  éteint,  le  volcan  Cotacachi.  Le  lac  se  
trouve   à   3200   mètres   d’altitude,   et   il   y   avait   un   dénivelé   de   plusieurs   mètres   lors   de   la  
promenade  !    
 
Comme  tous  les  autres  noms  de  volcans  et  lieux    naturels,  Cuicocha  vient  du  quechua  
(langage  indigène)  et  signifie  en  espagnol  «  el  Lago  del  Cuy  »,  soit  le  lac  du  cochon  de  guinée.  
Si  la  beauté  du  nom  demeure  discutable,  la  majesté  du  lieu,  elle,  était  certaine  !  
 
Le   week-­‐end   suivant,   nous   gravîmes   le   plus   haut   volcan   équatorien,   Cotopaxi,   qui  
signifie   en   quechua   «  le   cou   coupé  ».     Ce   volcan   actif   culmine   à   5897   mètres   d’altitude   et   se  
trouve   à   seulement   28km   de   Quito.   Pourtant,   s’y   rendre   nécessite   plusieurs   heures,   et   j’eus  
l’impression   de   me   retrouver   loin   de   toute   civilisation.   C’est   un   des   souvenirs   les   plus   forts  
que  je  garde  de  mon  séjour  !  

 

31  
 

 
Le  lac  Cuicocha  

 
La   Nature   en   Equateur   est   splendide.   Lors   de   notre   deuxième   week-­‐end,   nous   sommes  
allés  sur  le  volcan  Cotopaxi,  le  plus  grand  volcan  d’Equateur.  Situé  à  28  kilomètres  de  Quito,  il  
atteint   5897   mètres,   si   bien   qu’un   glacier   et   des   neiges   éternelles   illuminent     son   sommet.  
Cette  sortie  fut  époustouflante  et  me  marquera  pendant  longtemps.    
 

Avec  le  groupe  de  bénévoles  

 

32  

 
Le  volcan  Cotopaxi  

 

 

 

 

33  
Enfin,   pour   notre   dernière   sortie,   nous   avons   visité   Baños   de   Agua   Santa,   une   ville  

touristique   qui   se   trouve   aux   portes   de   la   jungle.   A   Baños,   l’altitude   avoisinait   seulement,   si  
l’on   peut   dire,   les   1800   mètres,   ce   qui   fut   plaisant   pour   moi,   car   c’était   la   première   fois   que   je  
descendais   sous   les   3000   mètres  !   La   flore   se   différenciait   nettement   de   celle   de   la   Sierra,  
même  si  elle  n’était  pas  encore  exotique.    
 

 

 

 
 
 
 

B)  Oswaldo  Guayasamín  
 
 

Toutes   ces   visites   furent   très   intéressantes   et   m’offrirent   des   panoramas   naturels  

époustouflants.    
 
Néanmoins,  la  visite  qui  me  marqua  le  plus  fut  celle  du  Musée  d’Oswaldo  Guayasamín,  
à   Quito.   Guayasamín   (1919-­‐1999)   est   le   plus   célèbre   peintre   et   sculpteur   équatorien.   Ses  
toiles  représentent  l’extrême  souffrance  des  Indiens  à  la  suite  de  l’arrivée  des  Conquistadores.  
Son  art,  inspiré  du  cubisme  de  Picasso,  est  expressif,  vibrant,  troublant.    
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

34  

Cabeza  

Napalm  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Lagrimas  de  sangre  

Mutatis  Mutandis  

Face   à   l’horrible   beauté   de   ces   toiles,   je   réalisai   à   quel   point   mon   insouciance   était  
grande,  concernant  la  mort  de  millions  d’Indiens  provoquée  par  l’arrivée  des  Conquistadores,  
qu’il  s’agisse  de  la  conquête  militaire,  de  la  mise  en  esclavage  ou  encore  des  maladies.    

 

35  
Estimer   le   nombre   d’Indiens   vivant   en   Amérique   du   Sud   avant   l’arrivée   des   Européens  

relève  forcément  de  l’approximation  ;  néanmoins,  il  est  certain  qu’ils  furent  plusieurs  millions.  
On   a   coutume   d’accepter   le   chiffre   de   12   millions.   La   grande   majorité   succomba   en   raison   des  
germes  et  virus  inconnus  apportés  par  les  Espagnols.  En  outre,  les  Indiens  se  donnèrent  eux-­‐
mêmes  la  mort  en  masse,  les  mères  tuant  leur  propres  enfants,  afin  de  les  sauver  d’un  avenir  
sombre,  incompréhensible  et  insensé.  Les  peintures  de  Guayasamín  reflètent  admirablement  
ce  désespoir  indicible  qui  me  serra  le  cœur.      
En  1815  eut  lieu  l’éruption  du  Tambora,  en  Indonésie.  Ce  fut  l’éruption  volcanique  la  
plus   violente   des   temps   historiques.   Ressentie   jusqu’à   2000   kilomètres,   elle   engendra   des  
conditions  climatiques  extrêmes.  La  Chine  ne  connut  aucun  été,  ainsi  que  l’hémisphère  Nord,  
particulièrement   l’Europe   et   les   Etats-­‐Unis.   En   1816,   200   000   personnes   moururent   sur   le  
Vieux   Continent   en   raison   du   froid   provoqué   par   l’éruption.   1816   fut   alors   appelé   «  l’année  
sans   été  »,   et   la   décennie   1810   fut   une   des   plus   froides   que   l’Humanité   ait   connue.   Ce   qu’il   est  
intéressant   de   noter,   c’est   qu’à   l’époque,   les   Européens   ignoraient   l’origine   de   cette  
catastrophe   climatique.   Ils   pensaient,   particulièrement   les   marins,   qu’ils   avaient   eux-­‐mêmes  
provoqué   cette   malédiction,   cette   colère   de   Dieu,   en   raison   du   commerce   des   esclaves   et   de  
l’or.   «  L’Europe   s’est   elle-­‐même   infligée   ce   fléau.   C’est   le   prix   à   payer   pour   le   pacte   qu’elle   a  
signé   avec   le   diable  »   était   une   réplique   alors   présente   dans   toutes   les   bouches.   Les   marins  
étaient  particulièrement  effrayés.  La  légende  racontait  que  des  navires  remplies  des  âmes  des  
esclaves  africains  sillonnaient  les  mers,  annonçant  la  fin  du  monde...  7    
Ces   pensées   illustrent   à   quel   point   la   conquête   de   l’Amérique,   et   les   commerces   qui   en  
résultèrent,   constituèrent   un   véritable   traumatisme,   pour   les   victimes,   mais   également   pour  
les  Européens,  du  moins  certains  d’entre  eux.    Dans  son  célèbre  poème  Darkness  (Ténèbres),  
Lord  Byron  témoigna  de  cet  esprit  du  temps  :        
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
                                                                                                               
7  Oscar  Guardiola-­‐Rivera,  What  if  Latin-­‐America  ruled  the  world  ?  –  How  the  South  will  take  the  North  into  the  
22nd  century,  Bloomsburry  Publishing,  Published  in  2010.  P  150  

 

36  

 
Darkness,  by  Lord  Byron    
I  had  a  dream,  which  was  not  all  a  dream.  
The  bright  sun  was  extinguished,  and  the  stars  
Did  wander  darkling  in  the  eternal  space,  
Rayless,  and  pathless,  and  the  icy  earth  
Swung  blind  and  blackening  in  the  moonless  air;  
 
Morn  came  and  went,  and  came,  and  brought  no  
day,  
And  men  forgot  their  passions  in  the  dread  
Of  this  their  desolation;  and  all  hearts  
Were  chilled  into  a  selfish  prayer  for  light:  
 
And  men  were  gathered  round  their  blazing  homes  
To  look  once  more  into  each  other's  face;  
Happy  were  those  who  dwelt  within  the  eye  
Of  the  volcanos,  and  their  mountain-­‐torch:  
A  fearful  hope  was  all  the  world  contained;  
Forests  were  set  on  fire—but  hour  by  hour  
They  fell  and  faded—and  the  crackling  trunks  
Extinguished  with  a  crash—and  all  was  black.  
 
The  brows  of  men  by  the  despairing  light  
Wore  an  unearthly  aspect,  as  by  fits  
The  flashes  fell  upon  them;  some  lay  down  
And  hid  their  eyes  and  wept;  and  some  did  rest  
Their  chins  upon  their  clenched  hands,  and  smiled;  
And  others  hurried  to  and  fro,  and  fed  
Their  funeral  piles  with  fuel,  and  looked  up  
With  mad  disquietude  on  the  dull  sky,  
The  pall  of  a  past  world;  and  then  again  
With  curses  cast  them  down  upon  the  dust,  and  
gnashed  their  teeth  and  howled(…)  
 
And  War,  which  for  a  moment  was  no  more,  
Did  glut  himself  again:  a  meal  was  bought  
With  blood,  and  each  sate  sullenly  apart  
Gorging  himself  in  gloom:  no  love  was  left;  
All  earth  was  but  one  thought—and  that  was  
death,  immediate  and  inglorious.    
 
And  the  pang  of  famine  fed  upon  all  entrails—men  
Died,  and  their  bones  were  tombless  as  their  flesh  
(…)  
 
Even  of  their  mutual  hideousness  they  died,  
 Unknowing  who  he  was  upon  whose  brow        
 

Ténèbres,  Lord  Byron  
J’eus  un  rêve  qui  n’était  pas  tout-­‐à-­‐fait  un  rêve.  
L’astre  brillant  du  jour  était  éteint  ;  les  étoiles,  
désormais  sans  lumière,  erraient  à  l’aventure  dans  
les  ténèbres  de  l’espace  éternel  ;  et  la  terre  
refroidie  roulait,  obscure  et  noire,  dans  une  
atmosphère  sans  lune.    
Le  matin  venait  et  s’en  allait,  —  venait  sans  
ramener  le  jour.    
Les  hommes  oublièrent  leurs  passions  dans  la  
terreur  d’un  pareil  désastre  ;  et  tous  les  cœurs  
glacés  par  l’égoïsme  n’avaient  d’ardeur  que  pour  
implorer  le  retour  de  la  lumière.  Les  hommes  se  
rassemblaient  autour  de  leurs  demeures  
enflammées  pour  s’entre-­‐regarder  encore  une  fois.  
Heureux  ceux  qui  habitaient  sous  l’œil  des  volcans,  
et  qu’éclairait  la  torche  du  cratère  !  Il  n’y  avait  plus  
dans  le  monde  qu’une  attente  terrible.    
Les  forêts  étaient  incendiées  ;  —  mais,  d’heure  en  
heure,  elles  tombaient  et  s’évanouissaient  ;  —  Les  
troncs  qui  craquaient  s’éteignaient  avec  fracas  ;  —  
et  tout  était  noir.    
Les  figures  des  hommes  près  de  ces  feux  
désespérés,  n’avaient  plus  une  apparence  humaine,  
quand  par  hasard  un  éclair  de  lumière  y  tombait.  
Les  uns  étendus  par  terre,  cachaient  leurs  jeux  et  
pleuraient  ;  les  autres  reposaient  leurs  mentons  
sur  leurs  mains  entrelacées,  et  souriaient  ;  d’autres  
enfin  couraient  çà  et  là,  alimentaient  leurs  
funèbres  bûchers,  et  levaient  les  yeux  avec  une  
inquiétude  délirante  vers  le  ciel,  voile  d’un  monde  
anéanti  ;  puis,  avec  d’horribles  blasphèmes,  ils  se  
laissaient  rouler  par  terre,  grinçaient  les  dents  et  
hurlaient  (…)  
Et  la  guerre  qui,  pour  un  moment,  avait  cessé,  
dévorait  de  nouveau  maintes  victimes.  —  Un  repas  
ne  s’achetait  qu’au  prix  du  sang,  et  chacun,  assis  à  
l’écart,  se  rassasiait  dans  les  ténèbres  avec  une  
morne  gloutonnerie.  Il  n’y  avait  plus  d’amour  :  la  
terre  entière  n’avait  plus  qu’une  pensée,  —  et  
c’était  la  pensée  de  la  mort,  de  la  mort  sans  délai  et  
sans  gloire.    
Les  angoisses  de  la  famine  dévoraient  toutes  les  
entrailles  ;  —  Les  hommes  mouraient  ;  et  leurs  
ossements  n’avaient  pas  de  tombeaux  (…)  
 
Ils   moururent   du   hideux   aspect   qu’ils   s’offrirent  
l’un  à  l’autre,  ignorant  chacun  qui  était  celui  sur  le    

 

37  

 
Famine  had  written  Fiend.    
 
 
The   world   was   void,    the   populous   and   the  
powerful   was   a   lump,   seasonless,   herbless,  
treeless,  manless,  lifeless;  a  lump  of  death  –  a  chaos  
of  hard  clay.    The  rivers,  lakes,  and  ocean  all  stood  
still,    and  nothing  stirred  within  their  silent  depths;  
 Ships   sailorless   lay   rotting   on   the   sea,  and   their  
masts  fell  down  piecemeal:  as  they  dropped  ;  They  
slept  on  the  abyss  without  a  surge.      
 
 
The   waves   were   dead;   the   tides   were   in   their  
grave,    The  moon  their  mistress  had  expir'd  before;  
 The  winds  were  withered  in  the  stagnant  air,    And  
the   clouds   perish’d;   Darkness   had   no   need    Of   aid  
from  them  –  She  was  the  Universe.  
 
 
 
 
 
 
 

 
front  duquel  la  famine  avait  écrit  démon.    
 
Le  monde  était  vide  :  là  où  furent  des  villes  
populeuses  et  puissantes,  plus  de  saison,  plus  
d’herbe,  plus  d’arbres,  plus  d’hommes,  plus  de  vie  ;  
rien  qu’un  monceau  de  morts,  —  un  chaos  de  
misérable  argile.  Les  rivières,  les  lacs,  l’Océan,  
étaient  calmes,  et  rien  ne  remuait  dans  leurs  
silencieuses  profondeurs  ;  les  navires,  sans  
matelots,  pourrissaient  sur  la  mer  ;  leurs  mâts  
tombaient  pièce  à  pièce  ;  chaque  fragment,  après  
sa  chute,  dormait  sur  la  surface  de  l’abîme  
immobile.    
 
Les  vagues  étaient  mortes,  le  flux  et  le  reflux  
anéanti,  car  la  lune  qui  le  règle  avait  péri  ;  les  vents  
avaient  expiré  dans  l’atmosphère  stagnante,  et  les  
nuages  n’étaient  plus  ;  les  ténèbres  n’avaient  pas  
besoin  de  leur  aide,  —  Elles  étaient  l’univers  lui-­‐
même.  
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Statue  incas  sur  la  place  centrale  de  Sangolquí  

 

38  

C) Ce  que  l’Amérique  du  Sud  peut  nous  apprendre  
 
 

Nous   visitâmes   le   musée   de   Guayasamín   le   jour   suivant   mon   arrivée,   si   bien   que   ces  

images   suppliciées   m’infligèrent   un   certain   remords   tout   au   long   de   mon   séjour.   Dès   lors,   je  
voulus  comprendre  quelles  étaient  les  conséquences  de  cette  Histoire  tragique,  quel  impact  la  
conquête  européenne  eut  sur  la  société  d’antan  et  d’aujourd’hui,  et  surtout,  quelles  leçons  nous  
pouvons   en   tirer.   Tout   devint   donc   source   d’analyse  :   les   paysages,   les   bruits,   les   odeurs,   les  
regards…  devant  moi  se  rejouaient  le  massacre  et  l’exploit.    
 
 

Ma  quête  du  passé  et  ma  recherche  de  l’âme  équatorienne  se  soldèrent  paradoxalement  

par  une  grande  déception,  ainsi  qu’une  certaine  admiration.    

 

 
 

Déception  tout  d’abord,  car  je  me  suis  effrayé,  durant  tout  mon  séjour,  de  l’amnésie  du  

peuple  équatorien,  amnésie  partagée  sans  doute  par  l’Amérique  latine.  En  réalité,  au  quotidien,  
je  n’ai  retrouvé  presque  aucune  trace  de  leur  vécu  douloureux.  Les  Equatoriens  ne  pensent  pas,  
ou   plus,   au   passé.   Le   massacre   des   Indiens   n’est   qu’un   souvenir,   douloureux   certes,   mais  
surtout  très  vague.  Bien  sûr,  je  ne  m’attendais  pas  rencontrer  un  peuple  obsédé  et  hanté  par  
son  Histoire  ;   néanmoins,   un   tel   désintéressement   et   une   telle   léthargie   m’ont   troublé,   dérangé  
et  même  révolté.  
 

   

J’ai   eu   l’occasion   d’aborder   ce   thème   avec   quelques   autochtones,   ainsi   qu’une   amie  

mexicaine,   capable   d’une   prise   de   recul   sur   l’Amérique   latine.   Ainsi   mon   amie   m’a-­‐t-­‐elle  
raconté   qu’à   l’école,   les   enfants   apprennent   l’Histoire   des   empires   indiens,   tels   que   les   Incas   et  
les   Mayas   dans   l’Amérique   centrale,   et   les   Aztèques   dans   l’Amérique   du   Sud.   Mais   enfants   et  
adultes   ignorent   généralement   un   des   points   cruciaux   pour   comprendre   l’Histoire   du  
continent  :  l’absence  de  la  propriété  !    

 

En   effet,   en   Amérique   latine,     «  la   propriété   individuelle   du   sol   n’existait   pas  ;   force   et  
faiblesse.  Force,  puisque  le  régime  incas  a  permis  la  réalisation  de  prodigieux  travaux  d’ordre  
collectif,   palais,   temples,   systèmes   de   routes   dallées,   forteresses   aux   points   stratégiques,  
cultures   en   terrasses,   aqueducs   pour   l’alimentation   des   villes   et   pour   l’irrigation  ;   faiblesse  
peut-­‐être  aussi,  puisqu’il  préparait  un  peuple  de  paysans  moutonniers  à  se  soumettre  à  toutes  

 

39  

les  exigences,  en  fait,  à  changer  de  maître.8  »  Les  Indiens  n’avaient  en  effet  aucun  système  de  
propriété   et   travaillaient   pour   la   collectivité,   autrement   dit   l’empire.   Ce   point   fascina  
particulièrement   l’Europe   et   ses   philosophes.   Sur   le   Vieux   Continent,   la   propriété   était   en   effet  
dépeinte   comme   une   source   de   maux,   même   si   elle   permettait   le   meilleur   développement  
économique  par  la  maximisation  des  richesses.    Je  songe  par  exemple  à  Pascal,  qui  écrivait  dans  
ses   Pensées   «  Mien,   tien.   «  Ce   chien   est   à   moi,   disaient   ces   pauvres   enfants  ;   c’est   là   ma   place   au  
soleil.  »  Voilà  le  commencement  et  l’image  de  l’usurpation  de  la  terre  entière.9  »    
La   propriété,   vieux   démon   de   l’homme   occidental,   cédait   sa   place   au   mythe   du   noble  
sauvage  dans  le  Nouveau  Monde.  Le  Supplément  au  Voyage  de  Bougainville,  œuvre  de  Diderot  
parue   à   titre   posthume   en   1796,   relate   par   exemple   un   débat   fictif   entre   un   Européen   et   un  
Indien  ;  ce  dernier,  par  la  simplicité  et  le  naturel  de  ses  propos,  sonne  juste.    
En   me   rendant   en   Amérique   du   Sud,   j’étais   extrêmement   curieux   de   voir   ce   que   les  
sociétés  contemporaines  pensent  de  ce  passage  révolutionnaire  effectué,  passage  d’un  système  
de   collectivité   à   un   système   de   propriété   individuelle.   Hélas,   non   seulement   personne   ne   sut  
formuler   une   analyse   ni   même   partager   un   sentiment  ;   pire   encore,   nul   ne   savait   –   ne   se  
souvenait  –  que  jadis  les  Indiens  n’avaient  pas  de  propriété…    
 
 

L’absence   de   propriété   explique   pourquoi   les   Indiens   bâtirent   des   chefs   d’œuvres  

architecturaux  et  disposaient  d’un  réseau  de  villes,  de  routes  et  d’aqueducs  important.  En  effet,  
les   citoyens   travaillaient   pour   leur   empereur   et   pour   la   communauté,   sans   que   ces   deux  
notions  ne  soient  contradictoires  dans  leurs  esprits,  même  si  elles  l’étaient  certainement  dans  
les   faits.   En   réalité,   au-­‐delà   de   toute   chose,   ils   œuvraient   pour   le   futur   –   j’aborderai   très  
prochainement   cette   notion,   indispensable   pour   comprendre   la   mentalité   indienne   et   même  
l’âme   sud-­‐américaine   actuelle.   Néanmoins,   cette   même   absence   de   propriété   explique  
également   pourquoi   des   millions   d’Indiens   et   un   continent   entier   furent   vaincus   par   une  
poignée   d’Européens.   En   effet,   c’est   avec   seulement   11   navires,   100   canons,   16   chevaux,   2  
interprètes  et  600  soldats  que  Cortès  s’empara  de  ce  qu’on  nommait  alors  la  Nouvelle  Espagne  
(le   Mexique   actuel)  !   Il   faudra   seulement   180   hommes   à   Pizarro   pour   conquérir   la   Nouvelle  
Castille,  aussi  appelée  l’Empire  des  Andes  (l’Amérique  du  Sud  actuelle).    
Lorsque  les  Espagnols  déclarèrent  que  ce  territoire   devint  leur  propriété,  les  Indiens  ne  
comprirent   ni   la   signification   ni   les   conséquences   d’une   telle   affirmation.   Toutefois,   ils  
                                                                                                               
8  Pierre  Chaunu,  Histoire  de  l’Amérique  Latine,  Quadrige/Puf,  Presses  Universitaires  de  France,  «  Que  sais-­‐je  ?  »,  

1949.  P.  15  
9  Pascal,  Pensées,  Edition  de  Michel  Le  Guern,  Gallimard,  2004.  P.90  

 

40  

réalisèrent   bien   assez   vite   l’ampleur   de   leur   tragédie.   D’une   manière   similaire,   les   Indiens  
virent   rapidement   pourquoi   et   comment   les   Européens   faisaient   de   l’or   un   système   de  
paiement.  Néanmoins,  ils  ne  comprirent  pas  –  ou  beaucoup  trop  tard,  lorsque  tout  était  perdu  –  
que  pareille  soif  d’or  était  insatiable.    Ainsi,  Atahualpa,  le  dernier  empereur  inca  indépendant,  
donna  à  contrecœur  des  informations  précieuses  aux  Espagnols  –  ces  mangeurs   d’or  -­‐    sur  les  
mines  d’argent  et  d’or  situées  à  l’intérieur  des  terres.  Il  pensait  garantir  paix  et  sécurité  à  son  
peuple,  car,  se  disait-­‐il,  les  conquistadores  repartiraient  une  fois  un  peu  d’or  amassé!    
Il   avait   tort.   Une   fois   que   l’or   devient   un   instrument   financier,   son   accumulation   est  
potentiellement   infinie.   Comment   Atahualpa   aurait-­‐il   pu   satisfaire   les   Européens,   lorsque  
Christophe   Colomb   écrivait   dans   une   lettre   de   1503,   à   propos   du   métal   jaune,   que   «  son  
propriétaire  est  le  maître  de  tous  ses  désirs10  »  ?  Les  Espagnols  ne  voulaient  pas  d’un  peu  d’or  ;  
leurs  désirs  étaient  infinis.  Ils  comptaient  bien  exploiter  la  terre  jusque  dans  ses  entrailles,  et  le  
peuple   indien   jusqu’à   la   dernière   goutte   de   sueur   et   de   sang,   pour   avoir   la   quantité   d’or   la   plus  
importante  possible.    De  fait,  «  la  production  de  l’argent  du  Nouveau  Monde  (…)  sauve  l’Europe  
d’un   nouveau   Moyen   Âge   en   reconstituant   son   stock   métallique.   L’argent   du   Mexique   et   du  
Pérou   s’écoule   régulièrement   depuis   Séville,   son   point   de   départ,   à   travers   l’Espagne,   puis  
gagne   la   France,   l’Italie,   l’Angleterre,   l’Allemagne,   les   Pays-­‐Bas…   vivifiant   partout   l’économie  
sur   son   passage.   (…)   Au   XVIIIe   siècle,   l’or   des   Minas   Geraes   (Brésil),   puis   le   renouveau   de  
l’extraction   argentifère   au   Mexique,   provoquent   en   Europe   le   passage   d’une   phase   B   à   une  
phase   A  :   abondance   des   signes   monétaires,   lente   et   fructueuse   montée   des   prix  ;   au  
pessimisme   du   XVIIe   siècle   fait   place   l’optimisme   du   XVIIIe   siècle.   Responsabilité   américaine  
dans   l’histoire   européenne   et   dans   l’histoire   mondiale,   puisque   si   nous   devons   en   croire  
Humboldt,  à  la  fin  du  XVIIIe  siècle,  la  quantité  d’or  et  d’argent  que  le  nouveau  continent  envoie  
annuellement   en   Europe   fait   plus   des   9/10   de   la   production   totale   des   mines   dans   le   monde  
connu.  11»    
Atahualpa  n’avait  pas  compris  cela.  Pas  même  une  montagne  entière  n’aurait  comblé  la  
fosse   des   cœurs   de   ces   mangeurs   d’or   et   d’argent…   Pour   les   Indiens,   l’or   et   l’argent   étaient   des  
matières  nobles  et  précieuses,  avec  laquelle  ils  élaboraient  divers  objets  d’une  grande  beauté  :  
vases,   assiettes,   pots,   et   cetera.   Mais   l’or   et   l’argent,   appelés   par   les   Indiens   respectivement   les  
larmes  du  Soleil  et  les  larmes  de  la  Lune,  ne  constituaient  qu’une  fin  en  soi.  En  revanche,  pour  
                                                                                                               
10  Oscar  Guardiola-­‐Rivera,  What  if  Latin-­‐America  ruled  the  world  ?  –  How  the  South  will  take  the  North  into  the  22nd  

century,  Bloomsburry  Publishing,  Published  in  2010.  P  78  
11  Pierre  Chaunu,  Histoire  de  l’Amérique  Latine,  Quadrige/Puf,  Presses  Universitaires  de  France,  «  Que  sais-­‐je  ?  »,  
1949.  P.  52-­‐53  

 

41  

les  Européens,  ces  matières  premières  représentaient  un  moyen.  Une  légende  maya12  racontait  
ainsi  que  lorsque  les  hommes  furent  créés,  à  la  différence  des  animaux,  un  trou  se  trouvait    à  la  
place  de  leur  cœur.  Il  était  impossible  de  combler  ce  trou.  Terrible  légende  annonciatrice.    
 

En   réalité,   pour   les   Indiens,   la   matière   la   plus   précieuse   se   trouvait   dans   le   textile,  

réalisé   à   partir   du   coton   ou   de   la   laine.   Cette   folie   de   l’or,   pour   les   Européens,   et   cet  
attachement   au   tissu   est   extrêmement   symbolique.   Le   mot   textile   provient   du   vieux   latin  
«  textum/textus  »,   qui   signifiait   «  faire,   entrelacer,   aller   bien   ensemble  ».   Le   mot   textum  
renvoyait   donc   à   l’idée   de   lien   et   de   filet,   en   somme   de   communauté13.   Pour   les   Indiens,   qui  
vivaient   dans   des  empires   basés   sur  la  collectivité,  c’est  le  textile  qui  importait  plus  que  tout  
autre  chose,  métaphore  du  lien  social  extrêmement  fort  qui  prédominait  dans  leurs  vies.  Pour  
les   Européens,   c’était   l’or   et   l’argent,   qui   permettaient   de   se   rendre   maître   de   ses   désirs,   et  
surtout  des  autres.      
 

La  chute  des  empires  indiens  a  ainsi  été  provoquée  par  une  collision  entre  deux  rêves.  

Le  rêve  de  l’or,  absolu,  insatiable  et  dévorant,  côté  européen.  Le  rêve  du  retour  du  Prophète  de  
la  Forêt,   côté   indien.   En   effet,   dans   les   mythologies   mayas,   incas   et   aztèques,   il   était   annoncé  
qu’un   jour,   des   hommes   débarqueraient   depuis   l’autre   rive   de   l’océan,   avec   des   armures   et   des  
casques   flamboyants.   Ils   seraient   guidés   par   le   Prophète   de   la   Forêt,   appelé   le   «  Serpent   à  
plumes  »,  un  Dieu  jadis  parti  qui  reviendrait  gouverner  ses  sujets.  Les  conquistadores,  Hernan  
Cortés  en  tête,  furent  mis  au  courant  de  cette  légende  ancienne,  et  surent  admirablement  bien  
en  jouer.  Aux  prêtres  de  Moctezuma  –  un  empereur  aztèque  -­‐,  Cortés  déclara  :  «  Nous  sommes  
des  mangeurs  d’or,  car  seul  l’or  nourrit  les  Dieux  !  »  En  un  sens,  la  prophétie  se  réalisa…    
 

Cette   légende   ancienne,   accompagnée   de   la   fascination   et   la   peur   provoquées   par   les  

chevaux,  les  armes  à  feux,  l’acier  et  le  fer,  inconnus  dans  le  Nouveau  Monde,  ainsi  que  l’absence  
de  propriété,  expliquent  pourquoi  les  empires  indiens  furent  disloqués  par  seulement  quelques  
centaines  d’Européens.    
 
 
 

Alors,   de   nos   jours,   que   reste-­‐t-­‐il   de   cet   héritage   dans   le   cœur   et   l’esprit   des   Sud-­‐

Américains  ?  Comment  caractériser  l’âme  latino-­‐américaine  ?    
 
                                                                                                               
12  Oscar  Guardiola-­‐Rivera,  What  if  Latin-­‐America  ruled  the  world  ?  –  How  the  South  will  take  the  North  into  the  22nd  

century,  Bloomsburry  Publishing,  Published  in  2010.  P  71  
13  Ibid.    p.  52  

 

42  

 

L’amnésie   historique,   je   le   répète,   m’a   fortement   déçu   et   révolté.   Les   Equatoriens  

célèbrent   bien   sûr   leurs   batailles   militaires   pour   l’indépendance   ainsi   que   leurs   coutumes  
ancestrales.   Néanmoins,   ce   folklore   s’inscrit   surtout   dans   le   moment   donné,   traduisant   un  
plaisir  de  l’instant,  et  non  pas  une  introspection  dans  le  passé.    
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Danse  folklorique  à  Sangolquí  

 
 

Néanmoins,   cet   amour   du   présent   et   ce   désintérêt   pour   le   passé   traduisent   un  

formidable   optimisme,   un   merveilleux   espoir   dans   l’avenir.   Là   se   trouve   peut-­‐être   la   plus   belle  
forme  de  reconnaissance  des  Equatoriens  envers  leurs  ancêtres.    
 

Si   l’héritage   indien   n’est   pas   visible   à   première   vue,   il   se   révèle   petit   à   petit,   pour   le  

meilleur  et  pour  le  pire.    
 

 

Les  Latino-­‐Américains  sont  dans  une  certaine  mesure  un  peuple  apathique,  qui  se  plaît  à  

se  laisser  guider.  Le  moment  présent  est  ce  qui  importe  le  plus  à  leurs  yeux.  L’emphase  sur  la  
communauté,  sur  les  repas  en  famille,  sur  les  plaisirs  partagés  est  extrêmement  importante.  A  
titre   d’anecdote   personnelle,   je   me   trouvai   une   fois   à   midi   dans   un   magasin   de   tableaux.  
Souhaitant   en   acheter   un,   j’interpelai   le   gérant,   mais   ce   dernier   me   pria   de   patienter,   car   il  

 

43  

déjeunait  !   J’attendis   alors   près   d’une   demi-­‐heure.   En   Equateur,   il   est   impensable  
d’interrompre  un  repas  de  famille,  fût-­‐ce  pour  les  affaires  !    
 

De  fait,  c’est  leur  rapport  au  temps  qui  est  totalement    différent  du  nôtre.  Par  exemple,  je  

voyais   chaque   jour   des   hommes   de   trente,   quarante   et   cinquante   ans   jouer   au   football   en   plein  
milieu   de   la   journée,   au   lieu   d’être   au   travail.   Dans   ce   continent,   le   repos   et   la   convivialité   sont  
tout  aussi  valorisés  que  le  labeur.  Par  exemple,  le  gouvernement  équatorien  a  récemment  mis  
en  place,  chaque  matin  vers  9  heures,  des  cours  de  sport  gratuits  à  l’attention  de  la  population.  
 

D’ordre   général,   les   individus   m’ont   semblé   plus   détendus   et   plus   heureux   que   les  

Occidentaux.   Néanmoins,   il   s’agit   d’une   épée   à   double-­‐tranchants.   Ce   laxisme   constant  
engendre   un   grand   manque   d’efficacité,   de   productivité   et   de   rentabilité   –   des   mots   peu  
présents   dans   la   bouche   des   Equatoriens  !   Le   retard   est   également   un   véritable   fléau  ;   il   faut  
comprendre   par   là   qu’un   retard   d’une   heure   voire   deux   est   généralement   considéré   comme  
tout  à  fait  normal.  
 

Ce  rapport  au  temps  très  particulier,  tantôt  positif,  tantôt  négatif,  est  directement  issu  

de  la  culture  indienne  ancestrale.  En  effet,  les  Indiens  avaient  coutume  de  considérer  le  temps  
comme   une   suite   de   cycles,   infiniment   faite   de   naissance,   développement   et   destruction.   Ils  
pensaient  que  la  Nature  et  le  Temps  allaient  de  pair,  dans  une  harmonie  éternelle.  Ainsi,  le  plus  
important   était   d’œuvrer   pour  ces  deux   entités  en   préservant  leur   communion.  C’est  pourquoi  
les   Indiens   acceptèrent   sans   difficulté   leur   statut   de   sujets/esclaves   dans   leurs   empires,   et  
pourquoi  les  grandes  civilisations  mayas,  aztèques  et  incas  bâtirent  tant  d’édifices  en  rapport  
avec   la   Nature,   à   l’instar   de   gigantesques   canaux   d’irrigation.   Finalement,   peu   importe   ce   qui  
arrivait,   il   fallait   toujours   regarder   vers   le   futur   et   travailler   pour   que   l’harmonie   endommagée  
ici  renaisse  là14.    
 

Cette   représentation   du   temps   est   diamétralement   opposée   à   celle   de   l’Occident.   Les  

Indiens   regardaient   vers   le   futur  ;   les   Européens   étaient   obsédés   par   le   passé.   Pour   les  
Espagnols,   il   fallait   amasser   de   l’or   et   être   certain   que   la   richesse   accumulée   hier   perdure  
aujourd’hui.  Les  Européens  étaient  –  le  sont  toujours  –  animés  par  le  souvenir  de  la  grandeur  
des   empires   –   grec   ou   romain.   Déjà   à   Athènes   existait   le   mythe   de   l’âge   d’or,   raconté   par  
Hésiode   dans   Les   Travaux   et   les   Jours.   Au   contraire,   dans   le   Nouveau   Monde,   le   passé  
n’importait  pas  :  seule  la  préservation  de  l’harmonie  future  comptait.    

                                                                                                               
14  Oscar  Guardiola-­‐Rivera,  What  if  Latin-­‐America  ruled  the  world  ?  –  How  the  South  will  take  the  North  into  the  22nd  

century,  Bloomsburry  Publishing,  Published  in  2010.  P  184  

 

44  

 

Cette  différence  de  civilisation  s’est  très  vite  faîte  sentir,  et  marquera  jusqu’à  nos  jours  

le   continent   sud-­‐américain.   Au   XVIème   siècle,   lors   des   premières   conquêtes,   la   différence  
majeure  entre  l’Europe  et  l’Amérique  du  Sud  –  disons  entre  Pizarro  et  Atahualpa  –  reposait  sur  
le   Christianisme   et   le   paganisme.   Au   XVIIIème   siècle   déjà,   la   disparité   principale   devint   tout  
autre  :  c’était  celle  des  usuriers  et  des  débiteurs  !    
 
 

Cet   optimisme   à   tout   épreuve   et   cette   confiance   en   l’avenir   constituent   le   plus   bel  

héritage  des  Indiens  ancestraux.  Encore  de  nos  jours,  ils  marquent  profondément  les  sociétés  
latino-­‐américains.    
 

Certes,   de   nombreux   éléments   m’ont   fortement   déplu   dans   la   culture   sud-­‐américaine  ;  

les   stéréotypes   sont   souvent   vrais.   J’ai   regretté   la   pollution   de   l’environnement,   qui   est   aux  
antipodes   de   la   pensée   indienne   traditionnelle   –le   développement   économique   a   corrompu  
tout   le   monde  !   J’ai   déploré   l’inefficacité,   la   corruption   et   les   retards   constants.   Je   fus   surtout  
révolté   par   le   machisme.   Les   femmes   sud-­‐américaines   sont   plus   ou   moins   subtilement  
opprimées   par   la   gente   masculine,   qu’il   s’agisse   du   travail,   de   l’accès   à   l’éducation   ou   de   la  
propriété.  Le  fait  que  le  mari  trompe  la  femme  est  considéré  au  pire  comme  une  exception  qu’il  
faut   pardonner,   au   mieux   comme   quelque   chose   de   banal   et   qui   amuse.   Ainsi,   la   très   grande  
majorité  des  hommes  sont  infidèles,  ce  qui  provoque  de  grandes  souffrances  chez  les  femmes.    
 

A   cet   effet,   je   souhaite   souligner   un   point.   Penser   que   les   Sud-­‐Américains   sont  

massivement  chrétiens  et  fervents  est  totalement  faux.  Il  est  vrai  qu’il  y  a  beaucoup  d’églises,  
que   chaque   bus   affiche   un   portrait   de   la   Vierge   Marie,   et   chaque   voiture   un   crucifix.   Il   est   aussi  
vrai  que  presque  tout  le  monde  se  revendique  chrétien.  Pour  autant,  ce  sont  bien  souvent  de  
simples  apparences.  Cen  Equateur,  ce  sont  principalement  les  femmes  qui  se  rendent  à  l’Eglise.  
Le   christianisme   est   bien   plus   présent   qu’en   Occident,   mais   beaucoup   demeurent  
malheureusement  très  éloignés  de  sa  vertu.    
 
 

Revenons   aux   aspects   positifs   et   à   cet   optimisme   intimement   sud-­‐américain.   C’est   lui  

qui   a   permis   à   ce   continent   de   survivre.   C’est   aussi   lui,   j’ose   dire,   qui   offre   au   monde   un  
admirable  exemple.    
 

L’Amérique   du   Sud   fut   un   des   premiers   –   si   ce   n’est   le   premier   –   théâtres   de   la  

mondialisation.  Des  millions  d’Indiens  périrent  dans  le  processus  de  conquête,  de  colonisation,  
de   mise   en   esclavage   des   hommes,   de   mise   en   culture   des   sols,   d’exploitation   des   ressources  

 

45  

premières,   et   de   mélange   des   sangs   et   des   cultures   avec   les   esclaves   noirs-­‐africains.   Quel  
bouleversement,  et  ô  combien  important  dans  son  ampleur  !    
 

Comment   les   Indiens   ont-­‐ils   su   se   relever   d’un   tel   cataclysme  ?   Surtout,   comment  

cohabiter  avec  les  colons  européens  et  les  esclaves  noirs  ?  Comment  devenir  un  seul  peuple,  un  
pays   de   mestizos  ?   En   somme,   comment   bâtir   une   société   unie,   créer   une   nouvelle   culture,  
écrire  un  nouveau  roman  continental  ?    
 

En   1815,   dans   sa   Lettre   de   Jamaïque,   le   général   et   homme   politique   Simón   Bolivar  

dénonça  le  «  despotisme  oriental  »,  en  d’autres  termes  l’Empire  espagnol.  Très  inspiré  par  les  
idéaux  des  Lumières  et  en  particulier  l’ouvrage  De  L’esprit  
des   Lois   de   Montesquieu,   il   milita   pour   l’indépendance  
sud-­‐américaine.   La   description   qu’il   donne   alors   du  
Nouveau  Monde  est  poignante  :  il  explique  que  l’Amérique  
latine   est   presque   hors   de   l’Histoire,   que,   politiquement  
parlant,   elle   souffre   de   non-­‐existence,   ou   du   moins   d’un  
statut   d’exception,   celui   d’une   perpétuelle   enfance.   Il   n’y   a  
même   pas   de   tyrannie   active,   poursuit   Bolivar,   car   nous  
ne  serions  pas  capables  de  la  servir.  En  fait,  les  habitants  
de  

l’Amérique  

du  

Sud  

seraient  

des  

simples  

consommateurs,   et   avant   tout   des   «brutes   du   travail  15»  ;  
autrement  dit,  des  marchandises.  La  formule  est  restée  célèbre.    
 

Il  est  fascinant  de  constater  à  quel  point  la  description  de  Bolivar,  de  1815,  garde  une  

modernité   certaine.   Depuis   le   XVIIIème   siècle,   l’attitude   de   l’Europe   envers   ce   continent   fût  
tantôt  teintée  de  sympathie,  tantôt  d’indifférence.  Et  derrière  le  silence  se  cache  bien  souvent  
le   mépris.   Puisqu’ils   sont   de   simples   fournisseurs   de   denrées,   et   qu’ils   n’existent   pas  
politiquement,   les   pays   latino-­‐américains   et   leurs   habitants   ne   signifient   rien,   pensent   les  
Européens  ;  n’étant  rien,  ils  peuvent  devenir  tout  et  rien  à  la  fois,  selon  les  besoins  du  marché.    
 

Avant   de   me   rendre   en   Amérique   du   Sud,   c’est   ainsi   que   je   considérais   plus   ou   moins  

cette  partie  du  monde.    
 
 

Pourtant,   je   pense   que   ce   continent   a   beaucoup   à   nous   enseigner.   Dans   sa   Lettre   de  

Jamaïque,  Bolivar  se  confiait  sur  l’impasse  politique  et  sociale  :  «  désormais,  nous  ne  sommes  
                                                                                                               
15  Oscar  Guardiola-­‐Rivera,  What  if  Latin-­‐America  ruled  the  world  ?  –  How  the  South  will  take  the  North  into  the  
22nd  century,  Bloomsburry  Publishing,  Published  in  2010.  P  121  

 

46  

ni   des   Indiens   ni   des   Européens16  ».   Alors   que   faire  ?   Comment   se   forger   une   identité,   quand  
tout  a  été  ravagé,  aussi  bien  les  édifices  que  les  cœurs  ?    
 

 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le  drapeau  équatorien  

 

Il   me   semble   que   ces   mestizos   naissants   ont   puisé   leurs   racines   dans   deux   sources  

principales.   L’héritage   des   Indiens   d’abord,   avec   cette   foi   dans   le   futur   et   cette   importance  
accordée   au   temps   présent,   au   lien   social,   à   la   famille.   L’Espagne   ensuite,   qui   a   donné   au  
Nouveau  Monde  ses  deux  marqueurs  identitaires  les  plus  importants  :  sa  langue,  l’espagnol,  et  
sa  religion,  le  christianisme.    
 

Je   m’attendais   à   trouver   en   Equateur   un   certain   ressentiment   à   l’égard   de   l’Espagne,  

puissance   colonisatrice.   Mais   quelle   fut   ma   surprise  !   A   mon   grand   étonnement,   les  
Equatoriens  admirent  le  pays  de  Don  Quichotte,  qu’ils  considèrent  en  quelque  sorte  comme  la  
«  patrie  mère  »,  à  laquelle  ils  doivent  beaucoup.  Ils  pensent  sincèrement  que  l’Espagne  leur  a  
apporté   le   progrès   et   la   modernité,   et   que   sans   elle,   ils   ne   seraient   rien.   Ces   propos   peuvent  
paraître   incroyables   à   des   Européens   très   (trop  ?)   habitués   à   s’infliger   remords   et  
autocritiques,     mais   ils   sont   véridiques.   Les   latino-­‐américains   n’ont   aucune   rancœur,   ou  
presque,  envers  l’Espagne  –  et  le  Portugal.  Il  est  aussi  vrai  que  de  nos  jours,  c’est  désormais  les  
Etats-­‐Unis   qui   tiennent   dans   leur   esprit   le   rôle   de   la   puissance   impérialiste   contre   laquelle   il  
faut  s’unir  et  lutter.    
 

Ainsi   existe-­‐t-­‐il   en   Amérique   du   Sud,   du   moins   en   Equateur,   un   véritable   complexe  

d’infériorité   vis-­‐à-­‐vis   de   l’Occident,   qu’il   s’agisse   des   Etats-­‐Unis   ou   de   l’Europe.   Par   exemple,  
certains   habitants   m’ont   dit   que   leur   espagnol   est   moins   beau   et   élégant   que   celui   des  
                                                                                                               
16  Oscar  Guardiola-­‐Rivera,  What  if  Latin-­‐America  ruled  the  world  ?  –  How  the  South  will  take  the  North  into  the  22nd  

century,  Bloomsburry  Publishing,  Published  in  2010.  P  124  

 

47  

Espagnols,  alors  que  les  Equatoriens  sont  justement  connus  pour  leur  espagnol  très  pur  et  leur  
accent  très  clair.    
 

En   outre,   un   exemple   en   particulier   a   révélé   au   mieux   ce   complexe   d’infériorité,   voire  

cette  certaine  forme  de  fatalisme,  qui  existe  parmi  la  société.  Le  29  Mai  se  jouait  en  Equateur  
un  match  de  football  amical  mais  important  :  il  opposait  la  sélection  nationale  à  l’Allemagne.  On  
pouvait   vraiment   ressentir   l’effervescence   dans   la   rue,   car   les   Equatoriens   étaient   excités   à  
l’idée   d’en   découdre   avec   une   nation   européenne,   pour   voir   de   quoi   ils   étaient   capables.  
Malheureusement,   au   bout   de   24   minutes   de   jeu,   l’Allemagne   pulvérisait   le   petit   pays   sud-­‐
américain,   menant   déjà   4-­‐0  !   Le   lendemain,   on   pouvait   lire   la   déception   sur   les   visages,   mais  
aussi   cette   passivité,   ce   fatalisme.   «  Ce   sont   les   Allemands,   ce   sont   les   Européens,   ce   sont   les  
Blancs,  comment  lutter  ?  On  n’est  pas  comme  eux,  on  n’est  pas  à  leur  niveau,  nous  ne  pouvons  
pas  rivaliser…  »,  tels  étaient  les  commentaires  qui  animaient  les  rues  de  Quito  et  de  Sangolquí.    
 
 

Néanmoins,  en  dépit  de  ce  complexe  d’infériorité  qui  refait  surface  de  temps  en  temps,  

les   Equatoriens   font   preuve   d’une   grande   confiance   envers   le   futur.   Le   pays   profite   depuis  
quelques  années  d’une  croissance  économique  soutenue,  en  raison  des  prix  élevés  du  pétrole,  
qui  représentent  33%  des  revenus  de  l’Etat.  Le  pays  bénéficie  également  enfin  d’une  stabilité  
politique.  Le  Président  actuel,  Rafael  Correa,  fut  élu  en  2007.  Avant  lui  s’étaient  succédés  pas  
moins  de  7  présidents  en  10  ans  !  Correa  jouit  d’une  grande  popularité,  car  ses  résultats  sont  
très  satisfaisants  :  assurance-­‐santé  pour  tous,  développement  massif  des  infrastructures,  lutte  
contre  la  corruption,  et  cetera.  L’avenir  dira  si  pareil  développement  est  tenable  à  long  terme,  
particulièrement  si  le  cours  du  pétrole  venait  à  chuter  sévèrement.    
 

Cependant,   je   fus   personnellement   impressionné   par   le   dynamisme   qui   anime   le   pays.  

Un   réseau   d’autoroutes   fut   construit   à   l’initiative   du   Président   Correa,   ainsi   qu’un   nouvel  
aéroport   international   à   Quito.   Partout,   des   constructions   prennent   place.   Les   maisons   des  
Equatoriens   sont   en   général   de   bien   mauvaise   qualité   –   aucune   isolation,   eau   chaude   parfois  
inexistante,   murs   non   peints…-­‐   même   si   le   climat   extrêmement   clément   explique   cette  
situation.   En   revanche,   leur   parc   automobile   est   remarquablement   moderne   et   neuf,   presque  
comparable   au   nôtre.   Le   secteur   immobilier   connaît   une   explosion,   avec   une   pléthore   de  
logements,   parfois   luxueux,   en   construction.   Par   exemple,   el  Valle  de  Los  Chillos   a   connu   une  
telle  urbanisation  que  la  localité  ne  produit  plus  que  40%  de  ce  qu’elle  cultivait  il  y  a  30  ans  
encore.  La  modernisation  à  toute  vitesse  est  visible  à  l’œil  nu  en  Equateur.  Ce  fut  pour  un  moi  
un  spectacle  fascinant.    

 

48  

 

 
 
 
 
 
IV/  CONCLUSION  
 
«  I  made  a  list  of  people  who  needed  just  a  little  bit  of  money.  And  when  the  list  was  complete,  
there  were  42  names.  The  total  amount  of  money  they  needed  was  $27.  I  was  shocked.  »    
Muhamad  Yunus  
 

 

«  Injustice  somewhere  is  a  threat  to  justice  anywhere.  »  
Martin  Luther  King  Jr.  

 
 

C’est   avec   ces   deux   citations   en   tête   que   je   partis   en   Equateur.   In   fine,   mon   stage   en  

micro-­‐finance   fut   une   expérience   extrêmement   enrichissante,   me   permettant   de   comprendre  
comment   la   finance   pouvait   être   utilisée   pour   le   bien   de   tous,   et   non   pour   le   simple  
enrichissement   personnel.   J’ai   regretté   la   petite   taille   du   programme   ainsi   que   le   manque   de  
technicité   financière,   mais   cela   me   donna   l’occasion   d’être   sur   le   terrain   la   plupart   du   temps   et  
de  mettre  l’accent  sur  le  contact  humain,  ce  qui  est  peut-­‐être  le  plus  important.  Je  fus  témoin  
directement   sur   place   du   développement   économique   soutenu   dont   jouit   l’Equateur   depuis  
quelques  années,  dynamisme  qui  contrasta  fortement  avec  la  morosité  européenne.    
 

Il   est   évident   que   mon   travail   sur   place   ne   fut   qu’une   goutte   d’eau   dans   un   océan   de  

nécessités.   Mais   tout   voyage,   aussi   long   soit-­‐il,   commence   toujours   par   un   petit   pas,   et   l’impact  
de   cette   expérience,   courte   mais   intense,   sera   durable   sur   moi.   Je   n’oublierai   pas   toutes   ces  
poignées  de  mains  serrées,  ces  regards  croisés  et  ces  rires  partagés.  Surtout,  je  me  souviendrai  
toujours  de  cette  fierté  et  de  cette  dignité  que  les  paysans  avaient  lorsqu’ils  remboursaient  un  
prêt,   ou   qu’un   prêt   leur   était   accordé.   Leur   esprit   entrepreneurial,   aussi   basique   soit-­‐il,   fut  
toujours  une  source  d’admiration  à  mes  yeux.    

 

49  

 

Au-­‐delà  de  la  micro-­‐finance,  je  fus  passionné  par  la  construction  sociale  et  politique  de  

l’Amérique   du   Sud,   ainsi   que   par   la   psychologie   collective.   Je   fus   ébloui   par   l’optimisme   à   toute  
épreuve  des  Latino-­‐Américains,  bien  que  cela  induise  une  certaine  forme  de  passivité  politique  
également.   En   tant   que   stoïque,   je   suis   très   attiré   par   les   peuples   qui   ont   souffert,   et   qui   ont   su  
toujours  garder  espoir  et  aller  de  l’avant,  malgré  les  peines  et  les  injustices  subies.  Jusqu’ici,  les  
Africains-­‐Américains   représentaient   pour   moi   l’exemplarité   du   stoïcisme,   ainsi   que   du  
christianisme.   Désormais,   j’ai   découvert   dans   les   Indiens,   désormais   mestizos,   un   autre  
exemple  vivant  d’un  peuple  stoïque  dans  son  Histoire,  certes  peut-­‐être  plus  épicurien  dans  son  
quotidien.    
 

Premier   théâtre   de   la   mondialisation,   l’Amérique   du   Sud   est   un   laboratoire   social   et  

historique.   Je   pensais   sottement   que,   d’un   point   de   vue   politique,   l’Europe   n’avait   rien   à  
apprendre   d’elle.   Cependant,   alors   que   le   Vieux   Continent   souffre   d’une   crise   profonde,   aussi  
bien   économique   qu’identitaire,   l’Amérique   latine   montre   au   monde   entier   comment   les   plus  
grandes   tragédies   peuvent   être   surmontées   avec   succès,   et   comment   une   réelle   cohésion  
sociale  peut  être  construite  à  partir  de  quelques  marqueurs  identitaires  forts  (héritage  indien,  
langue  espagnole,  christianisme).    
 

Que  l’on  s’en  souvienne  le  moment  venu.    

 
 
 
 
 

J’ai  écrit  ce  rapport  avant  tout  pour  moi-­‐même,  pour  toujours  pouvoir  me  rappeler  de  

cette   expérience   et   de   ce   qu’elle   m’a   appris.   Je   l’ai   aussi   écrit   pour   vous,   en   guise   de  
reconnaissance   et   de   remerciements.   Sans   votre   aide,   je   n’aurais   pu   travailler   un   mois   en  
Equateur.    
 

Je  vous  remercie  du  fond  du  cœur  et  espère  que  le  rapport  vous  a  plu.    

 

   

 

 

 

 

 

   

 

 

 

Bien  à  vous,    

   

 

 

 

 

 
 
 
 
 

 

Vladimir  

 

50  

 
Dans  l’avion  lors  de  mon  départ,  entre  Quito  et  Guayaquil  




Télécharger le fichier (PDF)

Equateur, au croisement de deux religions.pdf (PDF, 14.9 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


un monde sans argent 3
scenario la prophetie v0
fiac final
aseal note de lecture dossier 2
dossier candidature fr 1
tintin en absurdie

Sur le même sujet..