Equateur, au croisement de deux religions.pdf


Aperçu du fichier PDF equateur-au-croisement-de-deux-religions.pdf

Page 1 2 34550




Aperçu texte


 

3  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

I/  INTRODUCTION  
 
 

 

L’Occident   a   toujours   eu   deux   religions,   pour   le   meilleur   et   pour   le   pire  :   le  
Christianisme  et  l’or.  C’est  avec  ces  deux  religions  que  je  me  suis  rendu  en  Equateur.    
 
Etudiant   en   Finance   &   Stratégie   à   Sciences   Po,   je   porte   un   vif   intérêt   pour   la   micro-­‐
finance,   qui   devient   de   plus   en   plus   la   solution   face   à   l’inefficacité   de   l’aide   humanitaire.   En  
2006,   le   banquier   bangladais   Muhamad   Yunus   reçut   le   Prix   Nobel   de   la   Paix   pour  
récompenser   sa   création   de   la   Grameen   Bank,   la   première   institution   de   microcrédit   qui  
existât.  La  Grameen  Bank  opère  depuis  près  de  quarante  ans  dans  50  000  villages.  Elle  a  prêté  
4,69  milliards  de  dollars,  avec  des  taux  de  remboursement  de  99%.  La  «  banque  des  pauvres  »  
de  Muhamad  Yunus  a  grandement  œuvré  pour  la  paix,  en  offrant  la  possibilité  à  des  millions  
de   paysans   de   créer   leur   petit   commerce   et   d’accéder   à   l’indépendance   économique.   Ce   fut  
donc  avec  responsabilité,  honneur  et  curiosité  que  je  pris  l’avion  à  Toulouse  pour  me  rendre  à  
Madrid,  puis  Bogota  et  enfin  Quito,  au  terme  d’un  périple  de  près  de  24  heures  !  A  travers  mon  
stage  en  micro-­‐finance,  je  compris  comment  l’argent  pouvait  servir  la  vertu.  Je  découvris  aussi  
la  tragédie  historique  de  l’or.  
 
Par   ailleurs,   une   grande   excitation   culturelle,   linguistique   et   intellectuelle   m’anima.  
J’avais  beaucoup  voyagé  en  Europe  et  aux  Etats-­‐Unis,  mais,  pour  la  première  fois  de  ma  vie,  je  
me  rendais  dans  un  pays  hors  de  l’Occident  !    Dans  l’avion  entre  Bogota  et  Quito  se  trouvaient  
principalement   des   mestizos,   des   passagers   dont   les   ancêtres   furent   à   la   fois   indiens   et  
européens.   Avec   un   espagnol   encore   très   hésitant,   il   m’était   difficile   de   comprendre   leur