Equateur, au croisement de deux religions.pdf


Aperçu du fichier PDF equateur-au-croisement-de-deux-religions.pdf

Page 1 2 3 45650




Aperçu texte


 

4  

langue   rapide  ;   aux   côtés   du   français,   de   l’allemand,   de   l’anglais   et   du   roumain,   c’était   la  
première   fois   que   je   ne   me   sentais   guère   à   l’aise   concernant   la   langue.   J’ignorais   où   j’allais  
atterrir   et   je   ne   connaissais   que   fort   peu   le   continent   sud-­‐américain,   bien   que   je   lus   beaucoup  
avant  mon  départ.  Une  fébrile  excitation  m’animait  donc  !      
 
Au-­‐delà  de  la  micro-­‐finance,  ce  séjour  en  Amérique  du  Sud  m’a  surtout  fait  découvrir  
une  nouvelle  culture  et  un  nouveau  continent,  qui  est,  me  semble-­‐t-­‐il,  peu  connu  en  Europe.  A  
l’école,   nous   n’apprenons   rien   sur   cette   partie   du   monde  :   nous   avons   entendu   parler   des  
Incas  et  des  Mayas,  nous  savons  que  les  Espagnols  et  les  Portugais  ont  conquis  ce  vaste  espace  
et   nous   n’ignorons   pas   que   les   Indiens   périrent   dans   cette   aventure   tragique.   Peut-­‐être   même  
que   certains,   dans   la   lignée   des   philosophes   des   Lumières,   nourrissent   un   possible   intérêt  
pour  le  mythe  du  «  noble  sauvage  »,  celui  qui  n’a  pas  été  corrompu  par  la  civilisation.  Mais  au-­‐
delà  de  ces  quelques  idées  spontanées,  que  savons-­‐nous  d’autre?    
En   étant   en   Equateur,   je   me   suis   rendu   compte   à   quel   point   l’attitude   de   l’Europe  
envers  l’Amérique  du  Sud  est  au  mieux  désintéressée,  au  pire  silencieusement  méprisante.  A  
l’évocation   de   cette   région   du   monde,   nous   visualisons   immédiatement   les   paysages,   des  
plages  brésiliennes  aux  Andes  ;  nous  songeons  naturellement  au  football  et  aux  sourires  des  
Sud-­‐Américains.   Mais   avant   toute   autre   chose,   les   Occidentaux   pensent   aux   incroyables  
ressources   de   l’Amérique   latine,   à   l’instar   du   bois,   des   métaux   précieux,   des   céréales,   des  
fruits   et   légumes,   du   pétrole,   et   cetera  ;   en   somme,   avant   tout   aux   matières   premières.  
L’Amérique   latine   est   pour   l’Europe   –   encore   plus   que   pour   les   Etats-­‐Unis   –   un   simple  
partenaire  économique,  fournisseur  du  monde  entier.  Telle  était  ma  représentation  spontanée  
de  cette  région.  En  général,  les  Européens  n’accordent  aucun  intérêt  à  l’histoire  politique  de  
l’Amérique  latine,  à  sa  construction  identitaire  et  aux  tragédies  subies.    
Les   conquistadores   ont   marqué   pour   des   siècles   l’histoire   de   leur   conquête   et   notre  
mentalité.  Tel  que  l’écrivit  l’historien  français  Pierre  Chaunu,  «  l’Amérique  latine  est  restée  le  
pays   que   l’on   n’exploite   pas   mais   que   l’on   pille.   L’histoire   du   Brésil   colonial   et   de   son  
économie  des  cycles    est  symptomatique,  à  cet  égard  :  quand  un  sol  s’épuise,  on  va  plus  au  sud  
ou   plus   à   l’ouest,   laissant   derrière   soi   un   pays   dévasté,   incapable   de   rendre   au   sol   ce  qu’on   lui  
a   pris.   Pays   des   El   Dorado,   l’Amérique   latine   n’a   jamais   été   qu’une   immense   carrière,   elle   l’est  
toujours.  Le  Brésil  contemporain  reste  encore  en  1948,  sur  les  9/10  d’un  territoire  plus  grand  
que   l’Europe,   le   pays   de   l’agriculture   à   la   houe   où   la   charrue   est   un   instrument   de   luxe  :  
mépris   des   ressources   naturelles,   mépris   aussi   de   la   main   d’œuvre   trop   bon   marché   pour