CREON BC RAPPORT FINAL projet 1 .pdf



Nom original: CREON BC RAPPORT FINAL projet 1.pdfTitre: DAEAuteur: VESCHAMBRE

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Acrobat PDFMaker 7.0.7 pour Word / Acrobat Distiller 7.0.5 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 01/08/2013 à 21:24, depuis l'adresse IP 86.213.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1253 fois.
Taille du document: 362 Ko (63 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Bilan Carbone®
de la Mairie de CREON

Bilan Carbone ® de la Mairie de Créon (Gironde)
Diagnostic et plan d’action

RAPPORT FINAL

PROJET 1

Réalisé par Diagnostic Action Environnement
Auto entreprise de Daniel VESCHAMBRE
habilité Bilan Carbone® par l’ADEME
Royon 5, Route de Maurin
33670 CREON

Tel.: 05 56 23 34 82 – Mob: 06 07 79 85 42 –
E-mail : daniel.veschambre@orange.fr

Mars 2011
Convention ADEME N° 1021C0020

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 1 sur 63

Plan du rapport
Page
Objectifs et organisation de l étude
1. La commune de Créon
2. objectifs et attentes de l’étude
3. organisation de l’étude
Méthodologie et hypothèses
1. Périmètre de l’étude
2. Données prises en compte et précision
3. Exclusion du champ de l’étude
4. Données et hypothèses
ƒ Energie , Fluides frigorigènes,
ƒ Fret
ƒ Transport des personnes, Intrants
ƒ Déchets directs,
ƒ Immobilisations
ƒ Approche économique

4
4
5
7
8
9
9
9
10
11
12
13
14

Les émissions de gaz à effet de serre et pistes de réduction
a) Les émissions totales de la municipalité
b) Approche économique
c) Analyse des 7 postes d’émission
1. Energie,
2. Hors énergie
3. Intrants
4. Fret
5. Déplacements
6. déchets
7. immobilisations
d) Les émissions par administré
Proposition de plan d’action
1. Communication et éco-conditionnalité
2. Résumé du plan d’action
3. Conséquences sur les émissions

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

15
17
19
22
22
26
27
31
33
35

36
38
39

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 2 sur 63

Profil des entités
1. Services municipaux
o Administration générale
o Voirie espace verts
o Assainissement
o Ordures ménagères et déchets
2. Enseignement
o Ecole primaire
o Ecole maternelle
3. Economique, sanitaire et social
o Marché municipal
o CCAS
o RPA
o EHPAD
4. Sports
o Station vélo
o Stade de foot
o Tennis
o Judo aïkido
5. Culture et loisirs
o Eglise
o Bibliothèque
o Ludothèque
o Cinéma
o Centre culturel ( dont école de danse)
o Associations (dont école de musique, UTLC, échecs)
o Comité des fêtes
o Office de tourisme

55
56
57
58
59
60
61
62

Conclusion

63

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 3 sur 63

Objectifs et organisation de l’étude
1) La ville de Créon :
Bastide créée il y a plus de 500 ans, située à 25km à l’Est de Bordeaux, Créon n’a guère
évoluée jusqu’au milieu du XXème siècle où elle comptait encore un millier d’habitants.
C’était un bourg rural, à l’économie marquée par la viticulture, connue pour son marché et
bien reliée à Bordeaux par chemin de fer – marchandises et voyageurs - aujourd’hui
disparu.
A partir de la fin des années 60, l’urbanisation s’est développée bien au-delà des limites
initiales du bourg et en 2009 Créon compte 3970 habitants. Si une majorité des emplois
des Créonnais sont situés dans l’agglomération bordelaise, une part non négligeable se
situe dans les nombreux commerces et services présents à Créon (écoles et collège,
grande surface, banques, professions de santé diversifiées, EHPAD, artisans…). Si on y
ajoute les activités culturelles et sportives dont la ville de Créon s’est dotée depuis 30ans,
Créon constitue un centre où convergent les habitants d’une large zone géographique.
Celle ci comporte bien sur la Communauté de Commune du Créonnais ( 14 communes,
14 000 habitants), mais aussi le canton de Créon (28 communes, 42 000 habitants) et
même au-delà, une bonne partie de l’Entre-deux-Mers.
2) Objectifs de la Mairie de Créon :
La commune s’est engagée dans plusieurs démarches environnementales :
o PADD : Créon a préparé ces dernières années un Plan d’Aménagement et de
Développement Durable, dans le cadre de l’établissement du Plan Local
d’Urbanisme. Ce dernier arrive au stade de la consultation publique au moment où
le présent rapport est rédigé. Le PADD quant à lui, a fait l’objet d’une phase de
diagnostic territorial par Erea_Conseil, qui a été soumis au Conseil Municipal de
Créon le 6 mars 2008. Le volet « déplacements et équipement, économie »
propose quelques orientations, qui ont un lien avec le plan d’action proposé ici :
ƒ
ƒ
ƒ

Favoriser les liaisons « douces » alternatives à l’automobile , entre la
périphérie et le centre ville.
Effectuer des réserves foncières pour aménager des parkings supplémentaires
dans le centre ville.
Lutter contre la dilution de l’urbanisation, restreindre tout droit à construire à
plus de 800m de la place de l a Prévôté et dans les zones non desservies par le
réseau d’assainissement.

o Pacte social citoyen et durable, adopté par l’équipe municipale pour le période
2009 – 2015 et dont le volet « coordonner le développement durable » comporte entre autres - les points suivants :
ƒ Réduire significativement toutes les consommations, notamment en énergie ;
ƒ Améliorer les déplacements intra communaux et de liaison avec
l’agglomération bordelaise
ƒ Education , formation et information des citoyens de la commune pour un
développement durable.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 4 sur 63

C’est dans ce contexte que le Conseil Municipal de Créon a souhaité réaliser le Bilan
Carbone® de la Commune avec plusieurs objectifs:
• Etablir le point zéro par rapport à l’Agenda 21intercommunal porté par la
Communauté de Communes du Créonnais.
• Bâtir une approche prospective de la gestion communale, dans la perspective de la
diminution des réserves d’hydrocarbures et de l’augmentation du prix de l’énergie,
• Disposer d’éléments de communication avec les citoyens, afin de leur faire partager
les objectifs de réduction de gaz à effet de serre et accepter les efforts nécessaires.
Il était donc attendu :
ƒ une approche globale des émissions de gaz à effet de serre pour la municipalité
ƒ un plan d’action pour les réduire
ƒ une approche des émissions pour chacune des 22 entités identifiées et l’impact du
plan d’action sur chacune d’elle
La sensibilisation aux enjeux environnementaux était déjà largement engagée au sein de
l’équipe municipale avant le lancement de la réalisation du Bilan Carbone®. Cette
sensibilisation a été approfondie quant aux enjeux énergétiques et en détaillant les
différents aspects de la méthode Bilan Carbone® (grâce aux supports en Annexe) en
insistant sur :
ƒ les 3 « périmètres » (interne, externe et indirect), prenant en compte tous les
intrants depuis leur fabrication d’origine, la fabrication des produits, l’utilisation
des produits et les déchets qu’ils génèrent
ƒ les postes d’émission pris en compte (Énergie fossile, électricité, intrants,
emballages, transports des biens et de personnes, fin de vie des déchets, utilisation
des immobilisations, services extérieurs)
ƒ les conséquences économiques (importance des intrants, des déplacements et de
l’énergie dans le cas présent), avec la perspective de la réduction des gaz à effet
de serre (GES) du facteur 4 d’ici 2050

3) Organisation de l’étude
* Un comité de pilotage a été constitué, comprenant :
• Maire de Créon
o Jean-Marie Darmian
• 4 membres du Conseil Municipal:
o Pierre Gachet
o Jean Samenayre
o Georges Cazalet
o Pierre Greil
• Directeur général des services de la Mairie
o Marie-Claude Gambini
• Prestataire : Daniel Veschambre
Il s’est réuni : le 19 mai 2010 pour le lancement et l’organisation de l’étude et le 11
février 2011 pour une première présentation des résultats provisoires et valider les pistes
du plan d’action ;
La présentation finale au comité de pilotage élargi aux responsables des entités est
organisée pour le 20 avril 2011.
* Un comité technique a été institué par le comité de pilotage :
Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 5 sur 63

• Directeur Général des services :
Marie-Claude Gambini
• Directrice de l’école maternelle :
Cathy Rivier
• Directrice de l’école primaire :
Mme Gouheau
• Directrice de l’EHPAD:
Maryse Pichon
• Président du CCAS :
Pierre Huguet
• Responsable des services techniques : Jean Bato
• Président du Comité des Fêtes :
Florence Ovejero-Ballot
• Délégués aux associations :
Cathy Gallo et Jean
Marie Rambaud
• Prestataire :
Daniel Veschambre

Il s’est réuni le 25 juin 2010 , le 3 décembre 2010 et le 21 janvier 2011. Lors de cette
dernière réunion, étaient également invités tous les responsables des entités entrant dans le
périmètre de l’étude. Le but était de présenter les résultats de la phase de diagnostic et
d’évoquer les pistes pour le plan d’action.

La présentation finale au Conseil Municipal est prévue le 7 avril 2011.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 6 sur 63

Méthodologie et hypothèses
1. Périmètre de l’étude, attentes
L’étude est réalisée sur l’ensemble des entités gérées directement ou indirectement par la
Mairie de Créon pour l’année 2009.
Pour chacune des 22 entités, l’attente est une évaluation des émissions de GES exprimées
en kg équivalent CO2 par « utilisateur ».
Entités et regroupements retenus :
o Administration générale
o Services techniques :
ƒ Ordures ménagères et
déchets
ƒ Assainissement
ƒ Voirie espaces verts
o Enseignement
ƒ Ecole maternelle
ƒ Ecole primaire
o Activités sportives :
ƒ Stade foot
ƒ Station Vélo
ƒ Judo club
ƒ Tennis club

o Activités culturelles et de loisirs:
ƒ Eglise
ƒ Bibliothèque
ƒ Ludothèque
ƒ Centre culturel (dont Ecole de danse et La Rurale)
ƒ Cinéma
ƒ Office de tourisme
ƒ Comité des Fêtes
ƒ Associations diverses (dont Ecole de Musique, Echecs,
Université du temps libre choisi UTLC)
o Activités économique, sanitaires et sociales
ƒ CCAS
ƒ Résidence pour personnes âgées ( RPA)
ƒ EHPAD
ƒ Marché Municipal

Pour l’ensemble de ces entités, la Mairie de Créon fourni les locaux et l’équipement
immobilier, le chauffage et l’éclairage, assure l’entretien courant et les investissements. Elle
fourni aussi, dans certains cas, du personnel.
La distribution d’eau a été exclue du périmètre de l’étude, la municipalité de Créon ayant
abandonné cette activité et la propriété des investissements s’y rapportant, au profit du
syndicat des eaux de Bonnetan. Elle ne supporte plus la charge ni de l’entretien ni des
investissements nouveaux.
L’attente en matière d’impact économique par augmentation du cout de l’énergie est
envisagée sur le seul surcout (sans calcul de l’impact sur le budget) en partant d’un prix de
base de 70$ le baril pour arriver à des prix de 100$, 200$ 300$ et 400$ le baril ( avec un taux
de change fixe de 1,4 € pour 1$)
L’attente concerne aussi des propositions d’actions accompagnées d’une évaluation de
l’impact potentiel de chaque action en t équ. CO2 dans l’objectif une réduction de
25% des GES en 10 ans.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 7 sur 63

2. Données prises en comptes et précision (tableau 1)
POSTES

Prise en compte

Explications

inexistant
données
données dans
l'activité
non
non
complète partielle nulle disponible précises étudiée
UTILISATION DE L'ENERGIE DANS LES LOCAUX et en amont des locaux
Combustibles
X
Vapeur
X
X
Electricité
X
PROCEDES INDUSTRIELS HORS USAGE DE L'ENERGIE
CO2
X
N2O
Fluides frigorigènes
Autres GES

X

FRET
Transport interne
Fret vers les clients
Fret depuis les fournisseurs
Fret avant les fournisseurs

X
X
X

Incertitudes
prises
en
compte

1%
1%

X

X

X

X

X

51%

1% à 10%
10%
10% à 20%
X

X

TRANSPORT DES PERSONNES
Déplacement dans le cadre
du travail
X

1 à 10 %

Déplacement domicile travail

X

10%

Déplacements des visiteurs

X

10 à 30%

MATERIAUX ENTRANTS & SERVICES AUTRES QUE MATERIAUX ENTRANTS
Papiers
X
Produits agricoles (
X
Futurs Emballages
X
Services
X

5%
5 à 30%
X

DECHETS DIRECT DE L'UNITE & EAUX USEES
Déchets direct
X
Eaux usées
X

5%
5%

AMORTISSEMENT DES IMMOBILISATIONS
Immeubles
X
Informatique
X
Outillage
X
Véhicules
X

Diagnostic
Action Environnement

1%

5%
1%
5 à 15%
5 à 10%

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 8 sur 63

3. Exclusion du champ de l’étude
N’ont pas été pris dans le champ de l’étude certains éléments car inconnus ou non
spécifiques :
• le fret entrant de certains intrants ( produits d’entretiens, papier,
marchandises vendues sur le marché) en amont du lieu d’expédition par
l’entreprise, les données étant inconnues (en revanche le fret des
marchandises des producteurs-vendeurs de produits agricoles est bien pris
en compte.)
• les déplacements des visiteurs des résidents de la RPA, considérant que
ceux-ci sont d’ordre privé (en revanche les déplacements des usagers de la
salle du foyer de la RPA ont été estimés et pris en compte).
4. Données et hypothèses
Les détails et les calculs intermédiaires sont donnés dans les tableaux de recueil des
données de chaque entité (fichier « BC Créon recueil données.xls » avec un onglet
par entité ; chaque feuille est recopiée dans l’onglet « descriptif » correspondant des
22 tableurs de calcul des émissions de GES par les 22 entités) . Des tableaux
complémentaires ont été aussi nécessaires, notamment pour le calcul des déplacements
et des diverses immobilisations.
• Energie consommée dans les entités :
En fonction de leur localisation sur le territoire de la commune, certaines
entités ont un comptage indépendant alors que d’autres sont regroupées pour
bénéficier des avantages de la tarification. Dans ce dernier cas, un prorata est
appliqué pour la gestion analytique de la Mairie. Ce prorata a été retenu pour le
BC.
Dans le cas particulier de l’électricité utilisée pour le traitement des ordures
ménagères (OM) par le SEMOCTOM sur le site de St Léon, le prorata retenu
est 5%. Il correspond à la moyenne entre la part des OM dans ce qui est traité
sur ce site de Saint Léon (6%) et la part de Créon dans l’administration
générale du SEMOCTOM située aussi à Saint Léon ( 4%).
Toutes les données sont fournies sur relevé en kWh par ERDF et par GDF.
Incertitude retenue : 1%
Pour mieux visualiser les postes « énergie fossile » (presque exclusivement
constituée de gaz naturel) et « électricité achetée », ceux-ci ont été enregistré
séparément.
• Fluides frigorigènes
On a calculé (à l’aide de l’utilitaire clim froid) les émissions des climatisations
(Mairie, administration du SEMOCTOM, EHPAD), des chambres de stockage
de la cantine scolaire et de l’EHPAD, des divers frigo et des véhicules
frigorifiques du CCAS et des commerçants du Marché municipal (au prorata
de la durée dans ce dernier cas, soit 20%).
• Fret entrant
Pour tous les intrants identifiés, le calcul des tonnes.km a été fait avec
l’utilitaire « fret_ route », à partir des tonnages et des villes d’origine.
Incertitude 10%
En revanche, lorsque les tonnages étaient imprécis ou qu’il n’y avait pas
d’intrant, l’approche par les véhicule.km a été retenue avec une incertitude
20%, pour :
Diagnostic
Bilan Carbone® Créon 2009
Action Environnement
PROJET 1
Rapport final Page 9 sur 63

o les marchandises vendues par les commerçants et les producteursvendeurs sur le marché municipal, à partir d’une enquête exhaustive
o les forains, commerçants et exposants des manifestations organisées par
le Comité des fêtes (attractions et stands de la Fête de la Rosière,
guinguettes de la « Piste sous les Etoiles », stands des exposants de
« Labelfête »), à partir des listes des inscrits en 2009
• Fret interne
Il ne concerne que 2 entités :
CCAS : véhicule possédé, calcul à partir de la consommation annuelle réelle
en carburant. Incertitude 1%
Ordures ménagères : véhicules possédés par le SEMOCTOM. Calcul à partir
des tonnes.km avec des spécificités liées aux trajets et à la nature des
matériaux transportés. Incertitude 10%.
• Fret sortant
Calcul à partir des tonnes.km de véhicules appartenant à des prestataires, avec
des spécificités de trajet. Incertitude 10 %
• Transport des personnes
Les émissions de ce poste ont été calculées en séparant bien :
o Les déplacements domicile travail des salariés et bénévoles assurant le
fonctionnement des services et associations. Les calculs ont été faits à
partir soit de fiches de renseignements remplies par les intéressés
(personnel de la mairie), soit à partir de la localisation des personnes
(salariés hors mairie, bénévoles). Incertitude 10%
o Les déplacements professionnels des mêmes salariés et bénévoles, mais
aussi des prestataires extérieurs comme les artistes rémunérés pour des
spectacles.
Pour l’emploi de la voiture, les calculs sont faits à partir des
consommations de carburant pour les véhicules possédés ou à partir des km
parcourus. Incertitude 1%, sauf dans le cas des aides à domicile du CCAS
et des bénévoles des associations diverses, où les déplacements voiture
sont estimés et non pas connus sur des états de frais; dans ce cas,
l’incertitude retenue est 10% .
Pour les autres modes de transport, l’incertitude retenue est 5 %. Dans le
cas de l’avion emprunté par les artistes venant de l’étranger, un prorata est
appliqué par rapport au nombre de spectacles programmée pendant leur
tournée.
o Les déplacements des « visiteurs » à savoir : les particuliers venant aux
services administratifs, les particuliers créonnais se rendant aux déchèteries
de St Léon et de St Caprais, les parents amenant les enfants à l’école, les
fidèles de l’église, les adhérents des associations venant s’entrainer, jouer,
faire du sport, les joueurs visiteurs, les spectateurs aux manifestations
culturelles, de loisirs ou sportives ... Pour ce faire, un estimatif a été réalisé
pour chacune des entités avec une approche spécifique et en tenant compte
du covoiturage, seule catégorie de déplacements où il est partiellement
pratiqué. Pour ce faire on a utilisé les moyens suivants :
Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 10 sur 63

* Adhérents des associations et élèves des écoles pour venir à
Créon, visiteurs des déchèteries : liste des adresses, distance moyenne
de trajet aller retour de la commue à Créon. Incertitude retenue : 15%.
* Déplacement des adhérents des associations et des élèves à
l’extérieur de Créon (matches et compétitions déplacés, sorties des
élèves, sorties culturelles de l’UTLC, concerts et spectacles déplacés) :
planning des déplacements en voiture, train, avion, bus, et estimation du
covoiturage. Incertitude retenue : 10%
* Visiteurs divers (spectateurs du centre culturel, du cinéma et
des matches, fidèles de l’église, visiteurs des pensionnaires de
l’EHPAD, du foyer de la RPA, de l’office de tourisme, de la station
vélo) : estimation du nombre et des différentes origines des visiteurs
avec les responsables de chaque entité. Incertitude retenue : 30%
* Consommateurs du marché, participants aux manifestations du
comité des fêtes: des enquêtes sur des échantillons de consommateurs
du marché (plusieurs mercredis) et de participants aux manifestations
de 2010 ( Rosière, Piste sous les étoiles, Labelfête), ont été réalisées en
été et automne 2010. Ceci a permis de faire une estimation de
fréquentation selon les origines et des moyens de déplacement (y
compris à pied et covoiturage). La fréquentation 2009 a été assimilée à
celle de 2010 ainsi estimée. Incertitude retenue : 30%
Tableau II : Distances moyennes retenues pour les trajets aller-retour en
voitures entre la résidence et Créon (hors trajets à pieds) :
Lieu ou zone de résidence

Distance AR en km

Créon même
2*
Communauté de communes du créonnais
11
Canton de Créon
20
Entre-deux-Mers
40
Agglomération bordelaise
54
Gironde
100
Proche Gironde
160
Aquitaine
250
France
1000
* cette distance est portée à 4 km aller retour dans le cas du stade de foot situé
à l’extérieur du territoire de la commune de Créon


Intrants
o Repas et boissons :
* Ceux préparés par l’EHPAD pour ses pensionnaires et ceux de la
cantine scolaire du primaire. La comptabilité a permis une ventilation
selon les entités servies (voir fichier « repas cantine.xls »). La cantine
scolaire prépare des repas non seulement pour les enfants des écoles
primaire et maternelle, mais aussi pour des employés municipaux ou
des salariés de différentes entités, et pour des personnes âgées de la
RPA ou aidées par le CCAS. Les listes de menus type revenant de
façon cyclique ont permis une ventilation selon le type de repas.
Incertitude retenue 5%.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 11 sur 63

Concernant les gouters des enfants des écoles, ils ont été assimilés à 3
gouters = un repas végétarien.
* Ceux servis à l’occasion de manifestations diverses (comité des
fêtes, entités culturelles et sportives). S’agissant d’estimation,
l’incertitude retenue est 15%.
o Produits agricoles (autres que repas)
* Denrées achetées par le CCAS à la banque alimentaire. Etat des
achats. Incertitude retenue : 10%
* Denrées vendues sur le Marché Municipal. Estimation des nature et
quantité grâce à l’enquête réalisée auprès des commerçants et
producteurs-vendeurs en 2010. Incertitude retenue 30%.



o

Matériaux et fournitures diverses
Il s’agit des papiers, plastiques, métaux et produits chimiques achetés
par les différentes entités. Etat des achats (mairie, écoles, voirie espaces verts, EHPAD) : incertitude retenue 1% portée à 10% pour les
autres entités (données issues de dires). Concernant les couches en
cellulose achetées par l’EHPAD, le facteur d’émission a été assimilé au
papier non issu du recyclé

o

Services
Il s’agit des dépenses d’assurances, téléphone, consommables et
maintenance informatique, des dépenses de location de chapiteau, de
publicité et de communication, de blanchisserie.
Ont été également mis dans cette rubrique, les dépenses de
fleurissement, de feu d’artifice, de produits et petit matériel d’entretien
des locaux et de fournitures scolaires (en dehors du papier, des livres et
cahiers pris e compte dans le poste papier). Pour ces données issues de
la comptabilité des différentes entités, l’incertitude retenue est 1%.
Déchets directs

Les données sont issues de la comptabilité matière du SEMOCTOM et de la
Lyonnaise des eaux, qui traitent d’une part les différents déchets de
l’ensemble de la commune et d’autre part les eaux usées.
Ils sont constitués des :
- eaux usées,
- matériaux mis en centre d’enfouissement (« encombrants » apportés aux
déchèteries, refus au tamis de la station d épuration),
- matériaux mis en compostage (déchets verts apportés aux déchèteries,
graisses et boues de la station d’épuration),
- ordures ménagères incinérées à Bègles,
- matériaux recyclés (verre, plastiques, métaux, papiers et cartons issus du tri
sélectif et des apports en déchèteries) .
La quotte part de Créon dans les déchets traités par le SEMOCTOM sur le
centre de St Léon est de 6% ; La quotte part de Créon dans le fonctionnement
général du SEMOCTOM est de 4.3%. Ces prorata ont été appliqués. ( Voir
fichier spécifique SEMOCTOM «OM et dechets Créon 2009.xls ».
Pour toutes les données des déchets, l’incertitude retenue est de 5 %.
Il n’y a pas de comptes séparés pour les entités et les particuliers ; seules les
quantités d’eaux usées de l’EHPAD et de la RPA sont identifiées. En dehors de
ces 2 cas, il n’apparaît donc pas de déchets dans l’analyse des émissions des
entités, autres que « assainissement » et « ordures ménagères et déchets ».
Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 12 sur 63



Immobilisations

o Pour les bâtiments utilisés par les 22 entités, on a utilisé la méthode des
surfaces (base de l’inventaire de l’assureur, complétée par l’état de permis de
construire de l’EHPAD et de la RPA) . Voir fichier « immobilisations municip
creon.xls)
L’incertitude retenue pour ces données est de 5% .
L’amortissement est fait sur 30 ans dans le cas général, 35 ans pour l’EHPAD
(construction récente terminée en 2007, objet d’un emprunt sur cette durée).
Dans le cas de l’église, amortie depuis longtemps, on a pris en compte les
travaux réalisés depuis une vingtaine d’années avec un amortissement sur 20
ans ou 30 ans selon la nature. Dans le cas du SEMOCTOM, il s’agit de la
quotte part de Créon.
o Pour les routes et parkings, un inventaire des voies et parking de la
commune a été réalisé (voir fichier « routes et parkings municipalité
Créon.xls) . Incertitude retenue 10%. Amortissement 50ans. Dans le cas des
courts de tennis, assimilation à la catégorie TC1 « béton » amortis sur 30ans.
o Pour les infrastructures, on a utilisé la méthode des poids selon la nature.
Les amortissements retenus sont :
20 ans pour le mobilier urbain (jardinières béton, panneaux routiers, bornes et
gardes corps), les réverbères et lignes électriques (voir fichier « luminaires
creon.xls »), les protections grillagées du tennis, l’abri vélo, les fauteuils du
cinéma. Incertitude retenue 10%.
30 ans pour les installations en béton de la station d’épuration.
L’incertitude retenue pour les données est de 15%
o Pour l’informatique, on a utilisé la méthode du nombre d’appareils .
amortissement 3 ans , incertitude retenue : 1%
o Pour les matériels et véhicules, on a utilisé la méthode des poids selon la
nature. Les amortissements retenus sont:
5 ans pour le matériel plastique (tatami du judo, bâches des stands du marché)
et pour le petit matériel à moteur ( tondeuse, tronçonneuse, broyeur)
incertitude 15%
7 ans pour les véhicules possédés et les pompes et turbines. Incertitude 5%
8 ans pour les conteneurs métal et plastique incertitude 15%
12 ans pour le mobilier courant et le matériel roulant (tracteur, pèle à godet) ,
incertitude 15%
15 ans pour le concentrateur de boues et les remorques, les remorques-stands
des commerçants du marché ( au prorata 20% du temps) incertitude 15%
20 ans pour le mobilier spécialisé de l’EHPAD ( lits et baignoires
médicalisées) Incertitude 5%

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 13 sur 63

ƒ Approche économique :
4 scénarios ont été retenus à partir d’un prix du baril de 70 $ , avec un taux de change $/€
identique
Tableau III : Hypothèses économiques
Taux de change
Pétrole
Prix initial du baril (en dollars)
Prix futur du baril (en dollars)
Surcout en euros par tonne équ. CO2

70 -> 100 $
1,4

70 -> 200 $
1,4

70 -> 300 $
1,4

70 -> 400 $
1,4

70
100

70
200

70
300

70
400

47

204

362

519

Gaz
Monnaie de référence
% de répercussion sur prix du gaz par défaut
Prix initial du gaz en $ par MMBTU
Prix futur du gaz en $ par MMBTU
Surcout en euros par tonne équ. CO2

Source prix initial : NYMEX, www.wtrg.com
$ par MMBTU
80%
80%
80%
5,0
5,0
5,0
6,7
12,4
18,1

80%
5,0
23,9

218

313

Charbon
% de répercussion sur prix du charbon
Prix initial du charbon ($ par tonne)
Prix futur du charbon ($ par tonne)
Surcout en euros par tonne équ. CO2

Source prix initial : NYMEX, www.eia.doe.gov
90%
90%
90%
60
60
60
83
160
237

90%
60
314

Electricité
% de fossiles dans la production électrique
part du charbon dans le CO2 électrique
part du gaz dans le CO2 électrique
Répercussion sur prix de marché électricité ?
Carburants
TVA non récupérable / carburants dom-travail ?
Taux de TVA applicable
Intrants
Pétrole matière première prend la hausse ?
% gaz dans métallurgie
% charbon dans métallurgie
% par défaut ex-gaz reste industrie
% par défaut ex-charbon reste industrie
% de CO2 dans GES agricoles

Diagnostic
Action Environnement

20

7

123

30

52

10% Par défaut en France
75% Par défaut en France
20% Par défaut en France
oui

oui
19,60%

oui
10%
80%
20%
40%
20%

PROJET 1

Par défaut
Par défaut
Par défaut
Par défaut
Par défaut

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 14 sur 63

75

Résultats des calculs des émissions de gaz à effet de serre
a) Les émissions totales de la commune de Créon
Les émissions des 22 entités s’élèvent à près de 4570 tonnes équ. CO2, réparties selon
les postes d’émission suivants :
Graphique 1: Emissions totales, tonnes équivalent CO2

1 600

1 497

1 400

1 229

1 200
1 000
800
615

659

600
300

400

135

108

200

25

ts
m
ob
ili
sa
tio
ns

di
re
c
et
s

D

Im

D

H

éc
h

ép
la
ce
m

en
ts

Fr
et

In
tr
an
ts

1
én
er
gi
e

or
s

él
ec
tr
iq
ue

En
er
gi
e

En
er
gi
e

fo
ss
ile

0

L’incertitude des résultats (1900 tonnes équivalent CO2 au total) est surtout sensible pour
les intrants, liée pour l’essentiel à l’incertitude sur les facteurs d’émission des produits
agricoles. Ceci conduit à rester prudent sur les conclusions et les préconisations
concernant ce poste.
Graphique 2: Total, barres d'erreur, tonnes équivalent CO2
3 000

2 500

2 000

1 500

1 000

500

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1


pl
ac
em
en
ts

ch
et
s
di
re
ct
s
Im
m
ob
ili
sa
tio
ns

Fr
et

In
tra
nt
s

1
én
er
gi
e
Ho
rs

él
ec
tri
qu
e

En
er
gi
e

En
er
gi
e

fo
ss
ile

0

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 15 sur 63

Le tableau IV et les graphiques 3 et 4 et donnent ces mêmes émissions selon les entités
principales et les postes. Ils mettent en évidence le poids majeur des intrants pour les
entités regroupés dans «Economique, sanitaire et social » mais aussi des déplacements
pour toutes les entités (en dehors de l’administration générale).
Tableau IV : Emissions en tonnes équivalent CO2 par poste selon les entités principales
Entités
principales /
Postes

ADMINISTR.
GENERALE

CULTURE ET
LOISIRS

ECONO. SANIT.
ET SOCIAL

ENSEIGNEMENT

SERVICES
TECHNIQUES

SPORTS

TOTAL

Energie fossile
Energie
électrique

5

19

213

57

1

4

300

6

10

33

5

49

6

108

Hors énergie 1

5

1

11

7

1

24

57

1 270

102

32

0

7

64

0

64

Déplacements
Déchets
directs
Immobilisation
s

15

435

400

138

61

27

83

142

82

279

47

659

TOTAL

77

612

2 152

391

1 082

251

4 565

Intrants
Fret

21

25
13

1 498
135

180

1 230

594

615

Graphique 3: Emissions en t équ.CO2 selon les postes
1 600

t équivalent CO2

1 400

Entités principales:

1 200

SPORTS

1 000

SERVICES TECHNIQUES
ENSEIGNEMENT

800

ECONO. SANIT. ET SOCIAL

600

CULTURE ET LOISIRS

400

ADMINISTRATION GENERALE

s

m
ob
ili

sa

tio
n

ct
s
di
re
Im

D

éc
h

ép
l
D

et
s

ac
em

en
ts

Fr
et

ra
nt
s
In
t

1
er
gi
e

or
s

én

tr
iq
H

gi
e
En
er

En
er

gi
e

él
ec

fo
s

si
le

ue

200

Postes d'émissions

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 16 sur 63

Graphique 4: Emissions en t équ. CO2 selon les entités principales
2 500
Postes
d'émission

t équivalent CO2

2 000
Immobilisations
Déchets directs
Déplacements
Fret

1 500

Intrants
Hors énergie 1
Energie électrique
Energie fossile

1 000

RT
S
SP
O

VI
C

ES

TE

EN
SE

IG

CH

N

IQ
U

ES

NE
M
EN
T

CI
AL
SO
ET
IT
.
SA
N
.

SE
R

NO
EC
O

UL
T
C

A

DM
IN
IS

TR

AT
I

UR

E

O
N

G

ET

EN

ER

LO
IS
I

A

RS

LE

500

Entités principales

b) Approche économique
L’application des hypothèses d’évolution du prix du baril et de ses répercussions sur les
biens et services ( voir page 13) permet de chiffrer l’impact sur les différents postes :

Tableau IV : augmentations des couts
en €
Postes impactés

Energie fossile
Energie électrique
Intrants
Fret
Déplacements
Immobilisations
TOTAL
Par créonnais

Diagnostic
Action Environnement

Augmentation du prix du baril en $
1 : 70 -> 100
$

2 : 70 -> 200
$

3 : 70 -> 300
$

4 : 70 -> 400
$

16 906
3 057
9 175
7 180
61 144
12 240
109 421
28

73 259
13 245
39 759
31 115
264 957
53 041
474 158
120

129 612
23 433
70 342
55 049
468 769
93 843
838 896
212

185 965
33 622
100 926
78 983
672 582
134 644
1 203 633
304

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 17 sur 63

Graphique 5: Contrepartie d'une hausse des hydrocarbures, en euros; base 70 $ le
baril en 2009
Immobilisations

Déplacements

4 : 70 -> 400 $
3 : 70 -> 300 $
2 : 70 -> 200 $
1 : 70 -> 100 $

Fret

Intrants

Energie électrique

Energie fossile

0

100 000

200 000

300 000

400 000

500 000

600 000

700 000

800 000

Il apparaît que le poste déplacements est de loin le plus impacté. Il faut cependant nuancer
ce résultat en considérant que les postes « déplacement » et « intrants » impactent peu le
budget de la commune proprement dite et celui des entités ayant un budget séparé. En
effet les déplacements professionnels ne représentent que7% de ce poste, le reste étant
constitué des déplacements domicile-travail et des déplacement des visiteurs ( voir plus
loin analyse du poste déplacement page 26 ) . Les intrants liés aux mêmes budgets ne
représente que 32 % de ce poste (l’essentiel étant constitués par les produits agricoles
vendus sur le marché municipal ; voir plus loin l’analyse du poste intrants page 21 )

L’impact sur les budgets serait le suivant :
Tableau V : impact budgétaire de
l’augmentation du prix du baril
Energie fossile
Energie électrique
Hors énergie 1
Hors énergie 2
Intrants
Fret
Déplacements
Immobilisations
TOTAL

Augmentation du prix du baril en $
1 : 70 -> 100
$

2 : 70 -> 200
$

3 : 70 -> 300
$

4 : 70 -> 400
$

16 906
3 057
0
0
4 584
7 180
4 774
12 240
48 460

73 259
13 245
0
0
19 863
31 115
20 689
53 041
209 995

129 612
23 433
0
0
35 143
55 049
36 603
93 843
371 530

185 965
33 622
0
0
50 422
78 983
52 518
134 644
533 065

Ceci met en lumière le fort impact budgétaire du poste énergie et tout particulièrement
l’énergie fossile.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 18 sur 63

Graphique 6: Contrepartie d'une hausse des hydrocarbures, en euros; base 70 $ le baril en 2009
Immobilisations

Déplacements
4 : 70 -> 400 $
3 : 70 -> 300 $
2 : 70 -> 200 $

Fret

1 : 70 -> 100 $
Intrants

Energie électrique

Energie fossile

0

20 000

40 000

60 000

80 000

100 000 120 000 140 000 160 000 180 000 200 000

c) Analyse des sept postes d’émission et axes du plan d’action
1. Energie
L’ensemble des entités consomment 1 250 000 kWh de combustibles fossiles ( combustion
directe, 99% de gaz naturel) et 1 800 000 kWh d’électricité achetée, dont les émissions sont
respectivement de 300 t équ. CO2 et 110 t équ. CO2, soit 9% des émissions totales. Il est
intéressant de ramener ces consommations aux surfaces qui sont chauffées et éclairées.
(tableau VI ). Il fait apparaître des disparités parfois surprenantes. Certains bâtiments sont,
ou étaient encore en 2009, mal isolés voire pas du tout isolés (comme la maternelle). Ceci
constitue des pistes d’amélioration pour le plan d’action. La consommation de l’EHPAD, fini
de construire fin 2007 selon la norme HQE apparaît bien élevée quand on considère la
somme gaz + électricité ( 360 kWh /m²). Un audit énergétique sera un préalable à tout plan
d’action pour cette entité, mais les gains sont potentiellement importants. Les chaudières gaz
sont toutes âgées, 25 ans à 30 ans (Ecole de musique) , sauf celle de la ludothèque âgée de
7ans. Le tableau VI indique pour chaque entités l’économie potentielle estimée et les actions
à mettre en œuvre .

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 19 sur 63

Tableau VI : Consommations annuelle en kWh au m² des différentes entités et économies potentielles
GAZ
ENTITE
ADMIN GENE ( + CCAS)
Salle Mille club

ELECTRICITE

Surface

kWh TOTAL
kWh/m²
986
0
174
21000
121

ECOLE PRIMAIRE

2600

93728

36

ECOLE MATERNELLE
SEMOCTOM
SERVICE TECH ATELIER

1531
78
553

148541

97
0
0

EHPAD

3403

885860

260

RPA
CENTRE CULTUREL
CINEMA
EGLISE
BIBLIOT

1921
1813
360
1058
200

LUDOT
OFFICE TOURISME

300
188

23544

78
0

ASSOC DIVERSES
FOOT
JUDO
TENNIS
VELO

1220
369
400
160
31

57700
2638
10927
4109

47
7
27
26
0

éclairage public
assainissement

consommation totale
Diagnostic
Action Environnement

0
0
0
0
0

650 lampadaires
270860 m3

1 248 047

PROJET 1

kWh TOTAL
kWh/m²
éco
108590
108 25% gestion, isolation , pare soleil
100%
29432
169 100% suppression
Isolation gestion
15%
69560
27 15% Changement 2 chaudières
isolation, gestion
Changement 1 chaudière
75%
26680
17
9652
124
NS
11058
20
Isolation ?
80%
339717
100 25% Chaudières ?
Responsabiliser résidents
288950
150 50% (sauf salle )
29503
16
37131
103 30% isolation
3959
4
29703
149 30% isolation
isolation
50%
13340
44
Changement 1 chaudière
28226
150 30% isolation
isolation, gestion, Changement 2
15%
41048
34
chaudières E. musique
64658
175 50% isolation
18800
47
20954
131 40% isolation
13731
443 75% isolation
Econ.
377 999
582 kWh/lampadaire
65% gestion, amp. Basse conso
242430
0,90 kWh /m3
5% éliminer eaux pluviales
éco

1 805 121
Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 20 sur 63

Les axes du plan d’action concernant l’énergie sont les suivants :
„ Gaz et fuel : éco. 205 t équ.CO2
• Isolation nouvelle norme RT 2015 (tous bâtiments) à terme (travaux engagés
en 2009 aux écoles)
• Gestion (abaissements WE, nuits, vacances)
• Changement des chaudières sur certaines entités, en fonction de l’âge par
des chaudières à condensation :
A court terme : Ecole primaire : 2
Ecole maternelle : 1
Ecole de musique : 2
A long terme ( 8-10 ans :) Ludothèque : 1

„ Electrique : éco 45 t équ. CO2
• Isolation RT 2015 sur la plupart des bâtiments, , pare soleil sur le bâtiment
principal de la Mairie et ludothèque
• Gestion éclairage public,( 1 ampoule sur 2 après 22h) comme engagé en
2010
• ampoules basse conso. (éclairage public)
• responsabiliser RPA (contribution / surconsommation par rapport à un
seuil à définir)
„ Audit énergétique de l’EHPAD
„ Suppression de la salle du Mille Club posant trop de difficultés pour l’isolation
„ Tableau de bord annuel : consommation unitaire ( cf tableau VI)

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 21 sur 63

2. Emissions de GES hors énergie .
L’essentiel est constitué par les fuites des fluides frigorigènes des climatisations de la
Mairie et de l’EHPAD. Ces gaz ( R410) ne peuvent être changés pour un autre moins
émetteur.
En revanche, il serait intéressant de poursuivre le renouvellement des frigos
anciens par des appareils pourvus du gaz « vert » R600 très peu émetteur, en
commençant par les installations de la cantine du primaire et du centre culturel,
actuellement pourvues en gaz R12 très émetteur.
Le gain potentiel est de 6 tonnes équivalent CO2
Tableau VII : Emissions de GES hors énergie selon les entités principales
CULTURE ECONOMIQUE
ET
SANITAIRE ET
LOISIRS
SOCIAL

ADMINIST.
GENERALE

SERVICES
TECHNIQUES

ENSEIGN.

Halocarbures de
Kyoto

1

0

3

1

Gaz hors Kyoto

0

0

0

1

SPORTS

TOTAL,
tonnes
équivalen
t CO2

0

5

3. Intrants
Les intrants émettent 1500 tonnes équivalent CO2. Ils sont constitués principalement de
produits agricoles pour prés de 1400 t équ. CO2, soit plus de 30% de l’ensemble des
émissions des 22 entités. A noter toutefois que ces valeurs sont à considérer comme ordre de
grandeur, compte tenu de la forte imprécision sur ce poste, qui est de loin le plus émetteur.
o Les produits agricoles représentent 30% de l’en ensemble des émissions. Ils sont
constitués des repas pour 300 tonnes équivalents CO2, et des denrées alimentaires
vendues sur le marché pour 1000 tonnes équivalent CO2. Parmi ces dernières, les viandes
de ruminants (bœuf, veau, mouton) représentent des émissions de l’ordre de 400 tonnes
équivalent CO2. (graphique7)

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

20

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 22 sur 63

Graphique 7: émissions des Intrants , t équ CO2
1 600
1 365

1 400
1 200

Dont :
Repas 300 t
Aliments marché 1000 t
(bœuf 400 t)

1 000
800
600
400
200
8

17

8

82

12

4

s,
2
m
on
ét
ai
re
s

m
on
ét
ai
re
R

at
io
R

at
io

s

od
ui
ts
Pr

Pr

s,
1

ag
ri c
ol
es

es
od
ui

ts

Pa
pi
er
s

&

ca
rt

ch
im
iq
u

on
s

s
as
tiq
ue
Pl

M

ét
au
x

0

Il est intéressant de détailler les repas qui font partie des intrants a priori maitrisables par la
Mairie et les entités, à l’inverse des denrées alimentaires vendues sur le marché.
Tableau VII : repas servis sur la commune de Créon
Répartition
Préparés par l’EHPAD
Préparés par la cantine scolaire
Autres (associations)
Total

Nombre de repas
72 220
80 930
7 330
160 480

La répartition selon les entités est la suivante :
Graphique 8: Emission des repas et boissons en t équ.CO2
180
160
140
120
100
80
60
40
20
0
Culture et
loisir

Sports

Admin. et ST

CCAS

EHPAD

RPA

Ec. Maternelle Ec. Primaire

Entités

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 23 sur 63

La composition des repas à une importance significative sur les émissions de GES . En se limitant
aux repas préparés par la canine scolaire et l’EHPAD, on remarque que le changement de
type de menu en remplaçant la viande de ruminant soit par une volaille soit par une viande
autre ( porc , cheval) permettrait un gain substantiel .
Tableau VIII : Emissions des repas selon le type en tonnes équivalent CO2
Type de repas
Animal + bœuf
Animal + poulet
classique avec poulet
classique avec bœuf
moyen
Végétal + bœuf mouton
végétal + poulet
végétarien
Total

Nombre total
de repas

Emissions en t
équ. CO2

5 159
6 388
5 159
10 317
61 281
20 484
22 770
21 587
153 145

29
8
6
47
139
34
15
9
286

o Les services représentent une part non négligeable des émissions, notamment ceux dits
« fortement matériels », regroupés pour la plupart dans la rubrique « ratios monétaires 2 »
.
Les principaux postes d’émission sont les suivants :
Tableau IX : Emission des services
Postes
Consommables informatique et maintenance
Publication et communication
Entretiens divers
Prestations et services
Total

Tonnes équivalent CO2
39
3
22
12
76

Les consommables informatiques représentent un part essentielle, provenant principalement de
l’Administration Générale et de l’EHPAD (respectivement 11,5 t et 10 t équ. CO2).

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 24 sur 63

Les axes du plan d’action concernant les intrants sont les suivants :
„ Réduction de la viande de ruminants: économie estimée 310 t équ. CO2


Réduire bœuf, mouton et surtout veau dans les menus de la cantine scolaire
et à l’EHPAD en lien avec les diététiciens, remplacement possible par du
porc, de la volaille (magret, escalope de dinde ) , du cheval.



Campagne de sensibilisation auprès de la population sur les émissions liées
aux ruminants (viandes, fromage et laitage)



Incitations des associations à réduire la viande de ruminants dans les
repas, dans le cadre d’une éco-conditionnalité des aides

„ Réduction des papiers, documents publicitaires et consommables informatiques:
économie estimée 12 t équ. CO2


Dématérialisation progressive des documents d’information et de
communication( en partie )



Réglage des imprimantes par défaut ( 2 pages par feuille et/ou recto verso,
impression en noir & blanc), couleur réservée aux courriers et documents
officiels . A faire partager et appliquer par toutes les entités.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 25 sur 63

4. Fret
Il représente un poste d’émission relativement modeste de 134 tonnes équivalent CO2.
Graphique 9: Fret, tonnes équivalent CO2
80
67

70
61
60
50
40
30
20
6

10

Fret routier
entrant

Fret routier
sortant

Fret routier
interne

0

Les émissions proviennent pour l’essentiel :
* du fret interne du SEMOCTOM (57 tonnes équivalent CO2) pour la ramasse des
ordures ménagères et recyclables, et pour le transport des ordures ménagères et des déchets
verts et encombrants aux centres de traitement (incinération, enfouissement, compostage)
* du fret entrant du Marché municipal (60 tonnes équivalent CO2) pour le transport des
denrées alimentaires.
Il n’est pas prévu de plan d’action spécifique pour ce poste. Toutefois le plan d’action pour
réduire la quantité de déchets et créer une plateforme de compostage (voir ce poste) induit une
réduction du fret interne estimée à 13 tonnes équivalent CO2.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 26 sur 63

5. Déplacements
Les déplacements sont le 2ème poste émetteur de CO2, avec 27% des émissions, et les
visiteurs représentent à eux seuls plus de 20 %.
La caractéristique principale est l’importance des déplacements en voiture
individuelle : 5 millions de km sont parcourus pour le trajet domicile-travail et les
visiteurs (respectivement 900 000 km et 4,1 millions de km).
Graphique 10 : Déplacements de personnes, tonnes équ CO2
1 000

941

900
800

5 millions de km
voiture

700
600
500
400
300
197
200

84

100

3

5

Travail, autre
mode routier

Travail, avion

0
Domicile-travail Travail, voiture

Visiteurs,
adhérents,
spectateurs
(tout mode)

La pratique du covoiturage est limitée :
* Inexistante ou rare pour les trajets domicile-travail et pour les trajets réguliers
(quotidiens ou hebdomadaires, pour se rendre aux écoles et dans les associations
sportives ou culturelles) .
* Relativement bien assurée pour les déplacements de groupes pour une destination
extérieure précise (matches et tournois extérieurs, sorties UTLC… )
Les autres modes de transport sont presque négligeables, sauf l’usage de l’avion par les
visiteurs (34 tonnes équivalent CO2, dont 29 par les adhérents de l’UTLC) .
En regard de ça, les déplacement à pieds se limitent aux personnes qui sont proches du
centre ville (voire quasiment au centre ) mais représentent malgré tout 45 % de la
fréquentation du Marché municipal. Ceux en vélo sont très peu usités, même par les
enfants de l’école primaire (une dizaine par jour en moyenne sur 356 élèves).
Les déplacements en bus (émissions de 8 tonnes équivalent CO2 pour les visiteurs) sont
réservés aux sorties en groupe (écoles de Créon, quelques manifestations sportives et
culturelles dont le cinéma par des écoles de l’Entre-deux-Mers)

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 27 sur 63

Il est intéressant aussi de noter le kilométrage moyen fait lors de chaque déplacement par
ceux et celles qui se déplacent en voiture :
Tableau X : Déplacements de quelques catégories de « visiteurs » en voiture individuelle
Activités
fréquentées

Nombre moyen de km Nombre de km parcouru Nombre de km
aller-retour parcouru par chaque séance ou jour annuel
personne
d’activité par l’ensemble
des personnes
Danse *
7
1082
43 000
Musique *
14
3286
170 000
Judo *
14
3164
220 000
Tennis *
11
1320
46 000
Foot *
12
3800
194 000
Ecole primaire
5,6
1716
240 000
Echecs *
12
624
19 000
Marché municipal
17
17300
900 000
* il s’agit des entrainements et répétitions, hors spectacles, sorties, compétitions et
tournois qui s’ajoutent à ces chiffres

Ces chiffres expliquent la raison de l’impact des déplacements des « visiteurs » sur
l’ensemble des entités à travers les déplacements
de routine, journaliers ou
hebdomadaires.
Graphique 11: Culture et loisirs, déplacements de personnes, tonnes équ
CO2
450
400
400

dont 1 690 000 km
en voiture

350
300
250
200
150
100
50

20

7

3

0,05

5

Employés et
bénévoles,
voiture

Employés ,
autre route

Employés,
train

Employés,
avion

0
Domiciletravail

Adhérents et
visiteurs, tous
modes

A signaler quelques particularités :
Les déplacements des Créonnais aux déchèteries nécessitent plus de 90 000 km de
voiture générant 20 tonnes équivalent CO2
La station vélo pour son approche, génère prés de 250 000 km de voiture, soit plus de 50
tonnes équivalent CO2.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 28 sur 63

Graphique 12: Sports, déplacements de personnes, tonnes équ CO2

180

165

160
140

dont 760 000
km en voiture

120
100
80
60
40
15

20

1

0

0
Domicile-travail

Salariés bénévoles,
voiture

Salariés bénévoles, Adhérents et visiteurs
autre route
tous modes

Graphique 13: Enseignement, déplacements de personnes, tonnes équ
CO2
120

109

100

80

dont trajet
domicile école
des élèves:
480 000 km

60

40
28
20
1

0

0

0

0

Employés,
voiture

Employés,
autre route

Employés,
train

Employés,
avion

Employés
bateau

0
Domiciletravail

ELEVES /
PARENTS,
tous modes

Graphique 14: Economique et social, déplacements de personnes, tonnes
équ CO2
300

239

250

200

dont 1 090 000
km en voiture

150
113
100
48
50
0

0

0

0

Employés,
autre route

Employés,
train

Employés,
avion

Employés
bateau

0
Domiciletravail

Employés,
voiture

Visiteurs,
tous modes

Dans le cas des activités économiques et sociales, la part du trajet domicile- travail est plus
importante en raison du nombre plus important des salariés que dans les autres secteurs
(EHPAD , CCAS).
Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 29 sur 63

Les éléments du plan d’action concernant les déplacements sont les suivants :
D’une façon générale, les solutions collectives ont toujours un impact largement favorable
par rapport aux déplacements individuels.
„ Dissuader l’emploi de la voiture particulière
Il s’agit de deux propositions couplées:
D’une part :


Instituer des limitations et interdictions de zones (notamment proche de
l’école primaire, comme c’est déjà le cas au collège) : sera testée en 2011



Créer des parkings de proximité (boulevards et centre ville) en mettant à
profit des réserves foncières communales. L’aménagement de ces nouveaux
parkings et le réaménagement d’une partie des boulevards sera conçu avec
l’emploi de végétaux à faible croissance (entretien réduit par rapport aux
platanes)

D’autre part :


Favoriser la création de transports en commun interne CDC, en commençant
par le transport des élèves des communes voisines (négociations avec les
municipalités de St Léon, Le Pout, Blésignac)



Prise en charge d’une partie des frais de transport collectif pour les salariés
(municipaux et des entités à budget autonome)

„ Inciter au covoiturage dans les associations et à la préférence du train/avion et du
bus / voiture pour les loisirs : mise en place d’un système d’éco-conditionnalité des
aides
„ Améliorer les transports en commun sur la liaison Créon/Bordeaux: navettes
Citram (déjà engagé avec un plus grand nombre de fréquences) puis BHNS ( bus à
haut niveau de service en site propre) qui auront un impact sur tous les types de
déplacement en voiture ( domicile-travail et visiteurs) . A étudier un site propre
longeant la piste cyclable Bordeaux- Créon, permettant non seulement une approche
de la station vélo, mais aussi une bonne déserte des points d’entrée sur la piste.
„ Organiser au niveau municipal


le ramassage des encombrants et du verre comme cela était le cas par le passé



Le broyage sur place des déchets verts des particuliers avec restitution des
broyats

Ces propositions permettraient à 10 ans de réduire les émissions de 450 t équ. CO2

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 30 sur 63

6. Déchets directs
Graphique 15: Déchets directs, tonnes équ CO2
500
440

450

Dont 1160 tonnes
d'ordures ménagères
générant 420 tonnes
équ. CO2

400
350
300
250
200

144

150
100
50

21

9

Eaux usées

Déchets
recyclés ou
valorisés

Incinération

CET

0

Les émissions des déchets sont marquées avant tout par l’incinération des ordures
ménagères dont le tonnage total est de 1160 tonnes. Ramassées 2 fois par semaine et
rassemblées à St Léon, elles sont ensuite transportées à Bègles pour incinération. Celle-ci
permet de produire de l’électricité pour un total de 600 000 kWh
Les émissions des déchets recyclés sont loin d’être négligeables. Ils proviennent
principalement des 830 tonnes de boues et graisses de la station d’épuration ( dont
l’émission est de 100 tonnes équ. CO2) et des 344 tonnes de déchets verts des
particuliers, qui les apportent directement aux déchèteries de St Léon et de St Caprais.
Ces déchets sont valorisés par compostage, les boues étant transportées à Saint Selve,
tandis que les déchets verts sont transportés à St Jean d’Illac pour compostage.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 31 sur 63

Les éléments du plan d’action concernant les déchets sont les suivants :
„ Réduction des OM de 10% en 5ans kg/hab./an et 20% au bout de 10 ans ( ce qui va
au-delà du contrat ADEME/SEMOCTOM qui est de 7% en 5 ans)
Economie estimée 84 t équ. CO2


Relance du plan de distribution de composteurs alimentaires auprès des
créonnais. Mise en place des composteurs dans les services de la Mairie et les
associations.



Campagne sensibilisation sur la réduction des OM



Aide au tri sélectif (conteneurs plus nombreux pour le verre )

„ Déchets verts et boues et graisses de la station d’épuration: économie estimée 19 t
équ. CO2


Mise en place d’un service broyage des déchets verts sur place dans les
lotissements et distribution aux particuliers.



Information sur l’usage du bois raméal fragmenté ( BRF) au jardin



Mise en place d’une unité de compostage permettant de composter les surplus
de déchets verts et les boues de la station d’ épuration, en lien si besoin avec
les centres hippiques proches.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 32 sur 63

7. Immobilisations
Graphique 16: Immobilisations, t équ CO2
350
317
300

Immeubles : 18 000m²

250

230

200

dont 13 ha de
routes et parkings

150

100

79

50

32

0
Bâtiments

Infra hors bâtiments

Véhicules,
machines, mobilier

Informatique

Ce graphique met en lumière l’importance du patrimoine immobilier, qui se réparti de la
façon suivante :
Tableau XI : répartitions des immeubles
Propriétaire
total immeubles en


Mairie

Logevi (RPA)

12771

EHPAD

1921

total
3668

18360

Les infrastructures hors bâtiments sont constituées principalement des routes et parking
dont les émissions s’élèvent à 170 tonnes équivalent CO2 . Les autres infrastructures hors
bâtiment sont constituées :
• des équipements d’assainissement (canalisations, cuves et pompes), dont les
émissions sont estimées à 27 tonnes équivalent CO2
• du mobilier urbain (panneaux de signalisation notamment), dont les émissions
sont estimées à 9 tonnes équivalent CO2.
Le parc informatique est relativement important, de nombreuses entités étant équipées de
façon indépendante.
Tableau XII : Equipements informatiques et assimilés
Photocopieurs
PC avec écran plat
imprimantes
téléviseurs écran plat
PC écran cathod.
télécopieurs

Diagnostic
Action Environnement

6
63
35
93
14
1

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 33 sur 63

Les éléments du plan d’action concernant les immobilisations sont les suivants :
Les bâtiments ne sont pas pour la plupart amortis ou ont fait l’objet de travaux importants et
plus ou moins récents, notamment la Mairie elle-même et l’EHPAD
Il sera pourtant nécessaire d’envisager à terme le passage aux nouvelles normes d’isolation,
occasion de reprendre le bâti de certaines entités, pour le rendre moins émetteur, notamment
en privilégiant le bois. Il s’agit d’investissements lourds à prévoir d’ici 10 à 15 ans .
Un seul bâtiment pourrait être démoli à court terme, car trop difficile à réhabiliter, la salle du
Mille club. L’emplacement permettrait d’étendre le parking où il est situé.
La réduction des émissions ne serait que de 3 tonnes équivalent CO2 (avec en outre une
disparition des émissions liées à l’énergie - gaz et électricité - diminution prise en compte
dans ce poste).
Certaines entités sportives et culturelles devraient légitimement, compte tenu de leur
fréquentation, devenir des entités de la CDC du créonnais. Il s’agit notamment : du foot, du
judo, de la station vélo, de la ludothèque, de l’office de tourisme, de l’école de musique.
Ce changement de périmètre n’effacerait pas pour autant les émissions de ces entités mais
permettrait de n’en affecter qu’environ 1/7ème à Créon.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 34 sur 63

d) Les émissions par administré et par utilisateur
Les émissions ramenées à chacun des habitants de Créon s’élèvent à 1150 kg
équivalent C02 .
Cependant ce ratio n’est pas vraiment pertinent, dans la mesure où certaines entités
ont un usage bien plus étendu qu’aux seuls habitants de Créon.
Les ratios suivants permettent une vision plus nuancée :
Tableau XIII : Emission de GES rapportées aux personnes
Entités ou regroupement
Emissions annuelles en kg équivalent CO2
d’entités
Par administré de Par administré
Par utilisateur *
Créon
de la CDC
Services municipaux (S.
Admin., S. techniques,
316
CCAS)
Enseignement ( mat. et
100
700
prim. )
RPA
14
1260
EHPAD
6800
Marché municipal
330
92
720
Station vélo
16
4.5
30
Tennis
10
3
330
Judo
18
5
310
Foot
19
5
230
Centre culturel (dont
38
11
580
danse)
Associations diverses
37
10
700
(dont musique et UTLC)
Cinéma
13
4
Bibliothèque
9
2
46
Ludothèque
12
3
82
Eglise
2
35
Office de tourisme
31
9
19
Comité des fêtes
9
8
* utilisateurs : élèves des écoles, pensionnaires, résidents, adhérents
associations sportives et culturelles, fidèles réguliers, clients réguliers du
marché ; il ne s’agit pas des spectateurs.
On peut remarquer que les entités ayant des activités sensiblement similaires, présentent
des émissions de GES à peu près du même ordre de grandeur.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 35 sur 63

Proposition d’un plan d’action
Plusieurs pistes ont été détaillées poste par poste. Elles sont reprises ici sous la forme d’un
plan en les étalant sur 5 ans (court terme) et 10 ans (long terme). D’autres pistes sont
également possibles, mais leur faisabilité posent la question du financement, en particulier
quand in s’agit d’investissements immobiliers.
Les propositions d’action visent un double objectif :
* réduire les émissions de GES ,
* diminuer la vulnérabilité des finances de la Commune de Créon à l’accroissement
du cout de l’énergie,

1. Communication et éco-conditionnalité
Le plan comporte des actions que la Mairie peut mettre en œuvre de sa propre
décision, d’autres relèvent de la décision des administrés ou même de personnes
extérieures à la commune. C’est le cas notamment des visiteurs extérieurs, dont les
déplacements pèsent fortement dans les émissions de GES de Créon. La réussite du
plan d’action suppose donc qu’au-delà des décisions propres au Conseil municipal,
les incitations et l’information soient suffisamment fortes.
Une étape préalable consistera en la définition d’un plan de communication et la
mise au point de méthodes incitatives pour réduire les émissions de GES.
Quelques propositions peuvent être formulées :
a) Plan de communication :
- Le plan d’action sera expliqué et motivé en priorité aux associations de la façon
la plus large possible, au-delà de celles considérées comme des entités dans la présente
étude. L’objectif et de faire partager ce plan à tous les responsables des entités.
- Le plan d’action sera affiché, motivé et expliqué aussi souvent que possible au
niveau de toutes les entités. Pour chacune, sera annoncer le plan général et comment
l’entité considérée s’inscrit dans le plan général Il s’agit d’utiliser au mieux le canal
des associations, pour faire passer l’information au plus grand nombre .
- Le plan d’action fera l’objet de réunions publiques, renouvelées régulièrement
pour informer des étapes.
- Le plan d’action sera porté à connaissance des créonnais par tous les moyens
habituels de communication: Sud-Ouest, Créon Hebdo, site www.mairie-creon.fr

Il s’agit de mettre en place et développer dans toute la population la culture et la
pratique de la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 36 sur 63

b) L’incitation par l’éco-conditionnalité
L’idée est de conditionner les aides municipales à la mise en œuvre du plan d’action.
Dans aides, il convient d’inclure aussi celles en nature, telles que mise à disposition de
locaux, prise en charge de dépenses de chauffage et d’électricité... Pour ce faire, une
charte pourra concrétiser l’engagement des structures aidées. Cette charte constituera
un engagement formel de l’entité à faire les efforts envisagés. Les éléments de cette
charte pourraient être les suivants :
¾ Inciter à maitriser les consommations d’énergie : Seuil de consommation
énergétique au-delà duquel la Mairie ne prend plus en charge les dépenses.
Suggestion : 100kWh/m²/an toutes énergies confondues
¾ recommander le covoiturage
¾ Inciter à l’usage des transports collectifs pour les projets collectifs: bus ou
train/TGV à la place de la voiture, pas de transport avion.
¾ Limiter voire supprimer la viande de ruminants dans les repas servis lors de
toutes les manifestations.
¾ Limiter les consommations de papier et les intrants informatiques (réglage par
défaut des imprimantes sur 2 pages/ feuille et/ou recto-verso).
¾ Limiter les déchets en veillant à : utiliser les composteurs, pratiquer le tri
sélectif

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 37 sur 63

2. Résumé du plan d’action
Tableau XIV : Grandes lignes du plan d’action
(détaillé au niveau de chaque poste d’émission )

Actions proposées
1

Potentiel de
réduction associé

Réduction des consommations énergétiques :
- Isolation des bâtiments non ou mal isolés
250 t équ. CO2
- changement des chaudières gaz anciennes par des
chaudières à condensation ( 5 à court terme, 1 à long terme)
- amélioration de la gestion des abaissements de température
et de l’éclairage public ( court terme)
- Audit énergétique EHPAD et travaux consécutifs (court terme)

2

Réduction progressive de la consommation de viande 310 t équ. CO2
de ruminants :
- Modification de la composition des menus de la cantine et de
l’EHPAD (court terme)
- Mise en place d’une charte d’éco-conditionnalité des aides
aux associations
- Campagne de sensibilisation de la population sur les facteurs
d’émission des viandes de ruminants

3

450 t équ. CO2
Réduction des déplacements en voiture individuelle
- Dissuasion de l’emploi de la voiture individuelle : création de
zones d’interdiction de circuler et de parkings de proximité.
- Recommandation du covoiturage
- Mise en place d’une charte d’éco-conditionnalité des aides aux
associations ( court terme)
- Création de transports en commun internes à la Communauté
de Communes
- Amélioration des transports en commun sur la liaison Créon Bordeaux ( fréquence à cout terme, BHNS à long terme)
- Organisation de la collecte de certains déchets ( court terme)

4

115 t équ. CO2
Réduction progressive des déchets
- Réduction des ordures ménagères de 20% en 10 ans, par
développement du compostage et amélioration du tri sélectif
- Mise en place d’un service de broyage décentralisé des
déchets verts (court terme)
- Création sur place d’une plate forme de compostage des
boues et déchets verts (court terme)

5

Réduction des intrants administratifs et modification 20 t équ CO2
des fluides frigo (à court terme )
- papier et consommables informatiques (configuration par
défaut des imprimantes)
- changement de fluide frigorigène et/ou d’appareils
- réduction du nombre de photocopieurs

Soit au total 1145 tonnes équivalent CO2, représentant 25% des émissions actuelles

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 38 sur 63

3. Conséquences du plan d’action sur les émissions de GES de CREON

a) Récapitulatif des réductions par poste
Les propositions de réductions sur 10 ans conduisent à une réduction de 1140 tonnes équ.
CO2, soit 25% des émissions initiales. Ceci ne permet pas d’atteindre l’objectif du facteur 4
pour 2050, qui nécessite une réduction de 30% en 10 ans (3,5% par an) .
Ceci peut s’expliquer :
Par l’importance des intrants dont une majeure partie, constituée par des achats de
produits agricoles sur le Marché, ne sont pas maitrisables par le Mairie ; un plan d’action
n’aurait pas de sens dans ce cas, en dehors d’actions de sensibilisation.
Par l’importance des immobilisations notamment les bâtiments, sur lesquels un plan
d’action se heurte à la question du financement pour refaire ou réhabiliter le patrimoine
immobilier dans les 10 prochaines années.
Tableau XV : récapitulatif
des réductions

Emissions, t
équ.CO2

Réd. long terme t
équ. CO2

% de réduction

Energie fossile

300

205

68%

Energie électrique

108

41

38%

25

6

26%

1 497

326

22%

135

13

7%

1 229

448

36%

Déchets directs

615

103

20%

Immobilisations

659

3

0%

4 567

1 144

25%

Hors énergie 1
Intrants
Fret
Déplacements

TOTAL

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 39 sur 63

b) Emissions résiduelles
Graphique17 : Total, réductions long terme et émissions résiduelles, t equ CO2
1 600

Réductions long terme
Emissions résiduelles

1 400
1 200
1 000
800
600
400
200

Immobilisations

Déchets directs

Déplacements

Fret

Intrants

Hors énergie 1

Energie fossile

Energie électrique

0

Les intrants restent le poste le plus émetteur, tandis que les déplacements voient leur
émissions particulièrement réduites. L’effort pour réduire la consommation de gaz permet
de ramener les émissions à un tiers de celle de 2009 .
Selon les entités, la meilleure réduction est obtenue pour l’enseignement, la moins bonne
pour les services techniques, marqués par les immobilisations.
Graphique 18 : Réductions long terme et émissions résiduelles, selon les entités principales
t equ CO2

700

600
Réductions long term e
Em issions résiduelles

28%
500

400

14%

300

28%

200

34%
100

27%

PROJET 1

SP
O
R
TS

TE
C
H
N
IQ
UE
S
S
ER
V
IC
E
S

EN
S
EI
G
N
EM
E
N
T

SO
C
IA
L
E
T
S
A
N
IT
A
IR
E

ET

Diagnostic
Action Environnement

E
C
O
N
O
M
IQ
U
E

C
U
LT
U
R
E

A
D
M
IN
IS
TR
A
TI
O
N

G
E
N
ER
AL

LO
IS
IR
S

E

29%

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 40 sur 63

Profil de chaque entité
1. Les services municipaux

o

Administration Générale : L’émission de cette entité est de 81 tonnes équ. CO2,
soit à peine 2% des émissions de la Municipalité. Ces émissions sont largement
dominées par les intrants et les immobilisations qui, outre le bâtiment de l’hôtel de
ville, incluent la salle du Mille club. La suppression de celle-ci est proposé, entrainant
une diminution des dépenses d’énergie fossile ( gaz) . En revanche le bâtiment de
l’hôtel de ville profondément rénové en 2007- 2008, notamment coté isolation, ne sera
pas repris dans le court terme. En revanche des travaux complémentaires façade sud
seront nécessaires pour limiter le soleil estival qui fait surconsommer la climatisation.
Les intrants sont notamment constitués du papier et des consommables informatiques,
objets de propositions de réductions (réglage par défaut des imprimantes sur « noir et
blanc » et « impression 2 pages par feuille et/ou recto verso »).

Graphique 19: Administration générale: objectifs de réduction par poste, en
tonnes équivalent CO2

30

objectifs de réduction
vale urs résiduelle s

25

20

15

10

5

D
ép
la
ce
m
en
ts
Im
m
ob
ili
sa
tio
ns

Fr
et

In
tra
nt
s

1
e
én
er
gi
Ho
rs

él
ec
tr
iq
ue

En
er
gi
e

En
er
gi
e

fo
ss
ile

0

L’objectif de réduction global est de 23 t équ. CO2 soit 29%
Total des émissions résiduelles : 58 tonnes équ. C02

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 41 sur 63

o Voirie, espaces verts, transport : l’émission est de 313 tonnes équ. CO2.
Les immobilisations en représentent l’essentiel ( 330 t). Elles sont constituées
principalement par les routes et parkings ( 206 t). Le plan d’action concerne la
consommation d’électricité de l’éclairage public par réduction du nombre de
lampadaires éclairés la nuit et par le passage en lampes à basse consommation.
Graphique20: Voirie, espaces verts, objectifs de réduction par poste, en
tonnes équivalent CO2
250

obje ctifs de réduction
v ale urs résidue lle s

200

150

100

50

Im
m
ob
ili
sa
tio
ns

di
re
ct
s
D
éc
he
ts

D
ép
la
ce
m
en
ts

In
tr
an
ts

1
én
er
gi
e
H
or
s

2
E
ne
rg
ie

E
ne
rg
ie

1

0

L’objectif de réduction est de 22 tonnes équ. CO2 , soit 63% du poste électricité
achetée et 12% des émissions totales
Total des émissions résiduelles : 290 tonnes équ. C02

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 42 sur 63

Assainissement (géré par la Lyonnaise des eaux) : l’émission est de 190
tonnes équ. CO2.
Les immobilisations (réseau d’assainissement et station d’épuration) en
représentent 19%. Celles-ci sont presque en fin d’amortissement et la station
d’épuration, saturée, devrait être renouvelée et /ou agrandie pour faire face à
l’accroissement des volumes liés à celle de la population de Créon.
Les déchets représentent 64% des émissions de CO2. Ils sont constitués des
boues et graisses destinées au compostage, et des eaux usées (celles de l’EHPAD
et de la RPA sont comptabilisées dans ces entités). La DBO des effluents de 12,4
g/m3 est dans la normale. Dans cette perspective, il n’est pas envisageable de
prévoir une réduction sensible des émissions pour ce poste.
Le plan d’action ne prévoit qu’une réduction minime portant sur :
L’électricité achetée, grâce à l’élimination des eaux pluviales dans le réseau
d’assainissement (5 % des 270 000 m3 traités), soit une réduction d’une tonne
équ. CO2).
Le fret pour le transport des boues de la station d’épuration à la plateforme de
compostage qui serait créée sur place, soit une réduction de 3 tonnes équ. CO2

o

Graphique 21: Assainissement, objectifs de réduction par poste, en tonnes
équivalent CO2

140obje ctifs de réduction

vale urs résidue lle s
120

100

80

60

40

20

Diagnostic
Action Environnement

D
ép
la
ce
m
en
ts
D
éc
he
ts
di
re
ct
s
Im
m
ob
ili
sa
tio
ns

Fr
et

In
tr
an
ts

1
én
er
gi
e

2
H
or
s

E
ne
rg
ie

E
ne
rg
ie

1

0

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 43 sur 63

o Ordures ménagères et déchets
Cette entité donne la part de Créon assurée par le SEMOCTOM.L’émission est de
577 tonnes équ. CO2, soi prés de 13% du total des émissions. Elle est dominée par
les déchets directs qui émettent plus de 470 tonnes équ.CO2, principalement par
les ordures ménagères incinérées (voir graphique 15 page 30) . Ceci fait l’objet de
propositions de réduction (développement du compostage individuel) permettant
une réduction de 20% des ordures ménagères soit 100 tonnes équ. CO2.
La réduction des déchets verts par le broyage sur place d’une large part,
complétée par la création d’une plate forme de compostage sur Créon, permettrait
de réduire ces émissions de 19 tonnes équivalent CO2.
Ceci induit aussi une diminution du fret interne et des déplacements visiteurs.
Il en est de même de la mise en place d’un service municipal de collecte des
encombrants
A remarquer le bas niveau des investissements, largement mis en commun dans le
cadre de la structure regroupant 95 communes.
.
Graphique 22: OM et déchets , objectifs de réduction par poste, en tonnes
équivalent CO2
500

obje ctifs de réduction
v ale urs résidue lle s

450

400

350

300

250

200

150

100

50

Im
m
ob
ili
sa
tio
ns

di
re
ct
s
D
éc
he
ts

D
ép
la
ce
m
en
ts

Fr
et

In
tr
an
ts

1
én
er
gi
e
H
or
s

él
ec
tr
iq
ue

En
er
gi
e

En
er
gi
e

fo
ss
ile

0

L’objectif de réduction est de 122 t équ.CO2 soit une réduction de 21%
Total des émissions résiduelles : 455 tonnes équ. C02

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 44 sur 63

2. Enseignement
o Ecole primaire
L’émission de cette entité est de 242 tonnes équ. CO2. Les postes les plus
émetteurs sont les intrants, constitués par les repas de la cantine, et les
déplacements, en particulier ceux des élèves amenés en voiture par les parents. Le
covoiturage est quasi absent (en dehors des élèves du CLIS amenés à 3 ou 4 par
taxi ). Sur 356 élèves, 10 viennent à vélo en moyenne et une trentaine à pied.
Seules les sorties sont faites en bus.
Le plan d’action prévoit :
Le remplacement des 2 chaudières vétustes par 2 chaudières à condensation.
Une réduction des intrants par modification des menus servis (remplacement
progressif de la viande de ruminants par d’autres viandes) pour 23 t équ CO2
Une diminution des déplacements des parents pour amener les enfants en
voiture (dissuasion de prendre la voiture individuelle, covoiturage, transport en
commun des enfants extérieurs à Créon représentant 1/3 des km parcourus) pour
39 t équ. CO2
Une amélioration de l’isolation et une gestion fine des abaissements (nuits et
absences de personnes) permettant d’économiser gaz et électricité pour 4 t équ.
CO2 (poursuite des travaux de remplacement des fenêtres)
Le remplacement des fluides frigorigènes et /ou des frigos par des appareils
fonctionnant au gaz vert R 600 pour 6 tonnes équ. CO2
A terme, la réhabilitation de nombreuses salles de classe reste posée.
Graphique 23: Ecole primaire, objectifs de réduction par poste, en tonnes
équivalent CO2
100

objectifs de réduction
v ale urs résidue lle s

90

80

70

60

50

40

30

20

10

lis
at
io
ns
Im
m
ob
i

D
ép
la
ce
m
en
ts

Fr
et

In
tr
an
ts

1
én
er
gi
e
H
or
s

Q
U
E
E
LE
C
TR
I

E
ne
rg
ie

E
ne
rg
ie

FO
S
S
IL
E

0

L’objectif global de réduction est de 73 t équ.CO2 soit 30%
Total des émissions résiduelles : 170 tonnes équ. C02
Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 45 sur 63

o Ecole maternelle
L’émission de cette entité est de 150 tonnes équ. CO2.
Comme pour l’école primaire, déplacements et intrants se trouvent parmi les
postes les plus émetteurs et pour les mêmes raisons : repas de la cantine, les
déplacements, en particulier ceux des élèves amenés en voiture par les parents.
Sur 203 élèves, 6 viennent à vélo et une vingtaine à pied. Seules les sorties sont
faites en bus.
En revanche, le poste énergie fossile (gaz) est nettement plus émetteur, la
consommation en kWh ramenée au m² étant nettement plus élevée qu’en primaire .
En 2009, le bâtiment qui date des années 60, n’était pas isolé en toiture. Les
travaux nécessaires ont été faits depuis..
Le plan d’action prévoit :
Le remplacement de la chaudière vétuste par une chaudière à condensation
Une réduction des intrants par modification des menus servis (remplacement
progressif de la viande de ruminants par d’autres viandes) pour 11 t équ CO2
Une diminution des déplacements des parents pour amener les enfants en
voiture (dissuasion de prendre la voiture individuelle, covoiturage, transport en
commun des enfants extérieurs à Créon représentant la moitié des km parcourus)
pour 24 t équ. CO2
Une amélioration de l’isolation et une gestion fine des abaissements (nuits et
absences de personnes) permettant d’économiser le gaz pour 24 t équ. CO2
A terme se posera la nécessité d’une réhabilitation plus large quant à l’isolation
des portes et baies vitrées.

60

Graphique 24 : école maternelle, objectifs de réduction par poste, en tonnes
équivalent CO2
obje ctifs de réduction
v ale urs résidue lle s

50

40

30

20

10

Im
m
ob
ili
sa
tio
n
s

D
ép
la
ce
m
en
ts

In
tr
an
ts

1
én
er
gi
e
H
or
s

E
LE
C
TR
IQ
U
E
E
ne
rg
ie

E
ne
rg
ie

FO
S
S
IL
E

0

L’objectif global de réduction est de 60 t équ.CO2 soit 40%
Total des émissions résiduelles : 90 tonnes équ. C02

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 46 sur 63

3. Economique, sanitaire et social
o Marché municipal
L’émission de cette entité est de 1300 tonnes équ. CO2 provenant pour l’essentiel
des produits agricoles vendus sur marché :
Tableau XVI : produits vendus sur le marché municipal en tonnes par an
Tonnes
vendues
350
16
10
2
12
4
55
16
10

Nature
Frits et légumes
poulets
viande bœuf veau
Viande de veau
viande porc cheval
pain
poisson
fromages
COTON

Emission tonnes
équ. CO2
156
76
268
117
62
2
101
170
65

L’émission de ces produits s’élève à un peu plus de 1000 tonnes équ. CO2, dont
385 tonnes pour les viandes de ruminants (bœuf , mouton , veau ).
Accueillant environ 80 commerçants dont plusieurs producteurs- vendeurs proches
( poulets, fruits et légumes) le marché est fréquenté en moyenne par 1850 clients .45%
d’entre eux sont créonnais, 28% viennent à pied, 72% en voiture ( dont 18% de
créonnais). Le panier moyen pèse environ 5 kg.
Le plan d’action prévoit :
Une diminution des déplacements, grâce à plusieurs actions (dissuasion à utiliser
la voiture, sensibilisation au covoiturage, amélioration des transports en commun)
pour 78 tonnes équ. CO2
Une incitation à réduire la consommation de la viande de bœuf et surtout de veau,
au profit d’autres viandes (porc, magret, escalope de dinde, volaille,cheval) , pour 154
t équ. CO2

1 200

Graphique 25 : Marché municipal, objectifs de réduction par poste, en
tonnes équivalent CO2
objectifs de réduction
valeurs résiduelles

1 000

800

600

400

200

Fr
et
D
ép
la
ce
m
en
ts
D
éc
he
ts
di
re
ct
s
Im
m
ob
ili
sa
tio
ns

In
tr
an
ts

1
én
er
gi
e

H
or
s

E
le
ct
ri
ci


E
ne
rg
ie

fo
ss
ile

0

L’objectif global de réduction est de 232 t équ.CO2 soit 18%
Total des émissions résiduelles : 1064 tonnes équ. C02
Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 47 sur 63

o CCAS
L’émission de cette entité est de 91 tonnes équ. CO2. L’origine est liée en
premier lieu aux intrants : produits agricoles en provenance de la banque
alimentaire et distribués aux familles en difficulté, repas venant de la cantine et
distribués aux personnes en difficulté.
Les déplacements sont une autre source d’émission non négligeable, liée
notamment aux déplacements des 35 aides ménagères pour se rendre chez les
particuliers.
Le CCAS aide ainsi environ 250 personnes, sous une forme ou une autre.
Le plan d’action prévoit :
Une diminution des déplacements, grâce à plusieurs actions (dissuasion à utiliser
la voiture, amélioration des transports en commun) pour 14 tonnes équ. CO2
Une incitation à réduire la consommation de la viande de bœuf et surtout de veau,
au profit d’autres viandes, aussi bien dans les repas que dans les denrées en
provenance de la banque alimentaire, pour 12 t équ. CO2
45

Graphique 26 : CCAS, objectifs de réduction par poste, en tonnes équivalent
CO2
obje ctifs de réduction

40

v ale urs résidue lle s

35

30

25

20

15

10

5

Im
m
o
bi
lis
at
io
n
s

D
ép
la
ce
m
en
ts

F
re
t

In
tr
an
ts

1
én
er
gi
e
H
or
s

E
le
ct
ri
ci


ac
he

e

0

L’objectif de réduction est de 26 t équ.CO2
Total des émissions résiduelles : 65 tonnes équ. C02
.

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 48 sur 63

o

Résidence pour personnes âgées (RPA)
L’émission de cette entité est de 54 tonnes équ. CO2.la source principale est
constituée par les immobilisations. La résidence, construite il y a 25 ans, héberge
43 résidents. La municipalité prends en charge la totalité de la consommation
électrique ( chauffage , éclairage) , qui constitue le 2ème poste émetteur. Certais
résidents bénéficient des repas de la cantine municipale La résidence comporte
aussi un foyer, recevant des visiteurs de diverses associations ou club, source
d’émissions par les déplacements
Le plan d’action prévoit :
Une diminution des déplacements, grâce à plusieurs actions (dissuasion à utiliser
la voiture, sensibilisation au covoiturage, amélioration des transport en commun )
pour 2 tonnes équ. CO2
Une réduction la consommation de la viande de bœuf et surtout de veau, au profit
d’autres viandes, en modifiant les menus de la cantine, pour 1 t équ. CO2
Une diminution de la consommation électrique en responsabilisant les résidents
(paiement de la consommation réelle au dessus de 100 kWh/m² et par an )
Se posera à terme la question de la mise aux normes pour une isolation plus efficace
sur l’ensemble de la résidence

Graphique 27 : RPA objectifs de réduction par poste, en tonnes équivalent
CO2
35

obje ctifs de réduction
v ale urs résidue lle s

30

25

20

15

10

5

lis
at
io
ns
Im
m
ob
i

In
tr
an
ts

D
ép
la
ce
m
en
ts

E
ne
rg
ie

E
LE
C
TR
IQ
U
E

0

L’objectif de réduction est de 11 t équ.CO2 soit 20%
Total des émissions résiduelles : 43 tonnes équ. C02

Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 49 sur 63

o EHPAD
L’émission de cette entité est de 710 tonnes équ. CO2 .
L’établissement accueille 105 pensionnaires et a recours à 85 salariés.
L’installation actuelle est récente, finie de construire en 2007, selon les normes
HQE.
Le poste le plus émetteur est celui de l’énergie, qui est anormalement élevé pour
une construction de cette qualité : 260 kWh/m² pour le gaz, 100kWh/m² pour
l’électricité. Les besoins en chaleur et climatisation pour des pensionnaires âgés,
ne suffisent pas à explique cela, ni même un éventuel disfonctionnement de la
production de chaleur. Potentiellement, les gains sont importants, évalués ici à 212
tonnes équivalent CO2 pour le gaz et 16 tonnes équivalent CO2 pour l’électricité.
Un audit énergétique approfondi reste nécessaire pour expliquer et apporter les
corrections nécessaires.
Les intrants sont le second poste émetteur, où les 72 000 repas servis par an
représentent 80% des émissions soit 164 tonnes équivalent CO2. Le plan d’action
propose de remplacer pour une large part la viande de ruminants par d’autres
viandes (volailles diverses notamment dinde à la place du veau, magret de canard,
cheval, porc maigre). Ceci ne peut être envisagé qu’en lien avec les diététiciens.
La réduction des émissions serait de 97 tonnes équivalent CO2.
Les autres propositions du plan d’action concernent :
Les autres intrants, papier et consommables informatiques (réglage par défaut
des imprimantes sur « noir et blanc » et « impression 2 pages par feuille »). Pour 6
tonnes équivalent CO2
Les déplacements (domicile-travail et visiteurs) grâce à plusieurs actions
(dissuasion à utiliser la voiture, sensibilisation au covoiturage, amélioration des
transports en commun) pour 54 tonnes équivalent CO2.
Graphique 28: EHPAD, objectifs de réduction par poste, en tonnes
équivalent CO2

250

obje ctifs de réduction
v ale urs résidue lle s

200

150

100

50

Im
m
ob
ili
sa
tio
ns

D
ép
la
ce
m
en
ts

Fr
et

In
tr
an
ts

1
én
er
gi
e
H
or
s

ac
he

e
E
le
ct
ri
ci


G
az

et
fio
ul

0

L’objectif de réduction globale est de 330 t équ.CO2 soit 46%
Total des émissions résiduelles : 384 tonnes équ. C02
Diagnostic
Action Environnement

PROJET 1

Bilan Carbone® Créon 2009
Rapport final Page 50 sur 63


Aperçu du document CREON BC  RAPPORT FINAL projet 1.pdf - page 1/63
 
CREON BC  RAPPORT FINAL projet 1.pdf - page 3/63
CREON BC  RAPPORT FINAL projet 1.pdf - page 4/63
CREON BC  RAPPORT FINAL projet 1.pdf - page 5/63
CREON BC  RAPPORT FINAL projet 1.pdf - page 6/63
 




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP




Documents similaires


creon bc rapport final projet 1
carbon footprint current methods of estimation
chiffres cles 2010
aurora geoengineering final report flight science the university of calgary
5307 sujet nelle caled nov
projet tutore sports carbone groupec lpmci

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.223s