ELU Lettre ouverte Daryna .pdf



Nom original: ELU - Lettre ouverte Daryna.pdf
Titre: Lettre ouverte Daryna - 06082013
Auteur: Violeta MOSKALU

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 06/08/2013 à 14:13, depuis l'adresse IP 80.8.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 969 fois.
Taille du document: 634 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


ECHANGES    LORRAINE    -­‐    UKRAINE  
Association  franco-­‐ukrainienne  de  formation,  culture  et  solidarité  
  inscrite  au  registre  des  associations  du  Tribunal  d’Instance  de  Metz,  volume  137,  
folio  95,  
reconnue  Organisme  d'  Intérêt  Général  en  date  du  18  Mai  2009  (Articles  200  et  
238bis  du  CGI)  
adhérente  à  la  Fédération  Echanges  France  Ukraine  
Siège  social  :  2  rue  Pioche,  F-­‐57000  Metz,  tél.  :  +33  (0)6  51  42  32  59,  
elorrraineukraine@yahoo.fr  
 
 
 
Saint-­‐François,  06  août  2013    
 
 
 
LETTRE  OUVERTE  A  DARYNA  
 
 
 
Mademoiselle,  
 
 
Fin  juillet  2013  vous  avez  lancé  à  Tchernivtsi  une  nouvelle  association  Konstella  Network,  dans  
le   but   de   «  développer  des  relations  culturelles,  économiques  et  sociales  entre  les  villes  de  Metz  et  
de  Tchernivtsi  ».  Une  des  actions  organisées  à  l’occasion  de  ce  lancement,  ce  fût  la  projection  du  
film   «  Trou   de   mémoire  »   du   réalisateur   lorrain   Monsieur   Dominique   Hennequin   (vous   n’êtes  
pas   sans   le   savoir   que   l’association   franco-­‐ukrainienne   Echanges   Lorraine   –   Ukraine   avait   été  
sollicitée  pour  aider  lors  du  tournage  de  ce  film  et  qu’une  étudiante  ukrainienne  de  l’Université  
de  Lorraine  avait  servi  d’interprète  lors  des  tournages,  il  s’agit  de  Margaryta  Kalancha,  étudiante  
en   Lettres   et   Langues   à   Metz).   En   tant   que   présidente   de   l’association   franco-­‐ukrainienne  
Echanges  Lorraine  -­‐  Ukraine,  je  ne  peux  que  me  réjouir  de  la  projection  dans  notre  ville  d’origine  
de  ce  film  historique  ayant  réussi  à  illustrer  une  partie  de  l’histoire  commune  de  nos  deux  pays,  
la  France  et  l’Ukraine  ;  histoire  peu  connue  à  cause  d’un  bizarre  «  trou   de   mémoire  »  que  le  film  
interroge  fort  remarquablement…  
 
Cette  présente  lettre  concerne  toutefois  un  autre  «  trou  de  mémoire  »,  plus  récent  mais  tout  aussi  
surprenant  fût-­‐il  -­‐  le  vôtre  !  -­‐  en  ce  qui  concerne  l’histoire  plus  récente  de  la  coopération  franco-­‐
ukrainienne   et   du   développement   des   échanges   entre   les   villes   de   Metz   (France)   et   de  
Tchernivtsi   (Ukraine).   Et   c’est   afin   d’éviter   que   de   tels   «  trous   de   mémoire  »   puissent   se  
reproduire  à  l’avenir  que  je  m’adresse  à  vous  en  toute  transparence  en  exposant  publiquement  
les  trois  points  suivants  :  
 
1. Vous  dites  dans  une  des  interviews  accordées  aux  média  ukrainiens  de  Tchernivtsi  «  vouloir,  
pour   commencer,   montrer   la   ville   de   Tchernivtsi   aux   Français,   et   la   ville   de   Metz   –   aux  
habitants   de   Tchernivtsi  ».   Vous   n’êtes   pas   sans   le   savoir,   Mademoiselle,   que   l’histoire   des  
relations   entre   les   villes   de   Metz   et   de   Tchernivtsi   ne   date   pas   d’hier   car   ces   deux   villes  
développent   des   programmes   d’échanges   et   de   partenariats   depuis   plus   de   15   ans  
maintenant,   principalement   –   à   partir   de   la   signature   d’une   convention   d’échanges  
universitaires   que   l’Université   Paul   Verlaine   –   Metz   et   l’Université   Nationale   Yuriy  
Fedkovych  de  Tchernivtsi  ont  signée  en  1998.  
 

 

1  

 

Vous   n’êtes   pas   sans   le   savoir,   j’en   ai   plus   que   la   certitude   Mademoiselle,   car   vous-­‐même,  vous  
faîtes   partie   de   ces   quelques   50   étudiants   ukrainiens   qui   ont   eu   l’opportunité   de   poursuivre   une  
partie  de  leurs  études  à  Metz  grâce  à  ce  partenariat   universitaire   entre   les   villes   de   Metz   et  
de  Tchernivtsi,  partenariat  que  vous  omettez  bizarrement  de  citer  dans  vos  différents  échanges  
avec  la  presse  bucovinienne.  
 
Comme   vous   le   savez,   il   s’agit   donc   de  :   a)  un  programme  d’échange  d’étudiants   (sachant   par  
ailleurs  que  cet  échange  vit  dans  les  deux  sens  car  plusieurs  étudiants  français  ont  aussi  réalisé  
des  stages  de  fin  d’études  ou  des  séjours  de  découverte  de  la  culture  ou  de  l’histoire  ukrainienne  
à   Tchernivtsi   en   15   ans,   idem   pour   les   échanges   réalisés   par   le   corps   professoral   français   et  
ukrainien)  ;  b)   un   programme   d’échange   de   professeurs   invités  (au  moins  deux  douzaines  de  
professeurs  de  la  chaire  du  français  ou  encore  plus  récemment  de  la  chaire  de  management  de  
l’Université   de   Tchernivtsi   sont   venus   enseigner   ou   se   former   à   l’Université   de   Metz)  ;   c)  
l’organisation   conjointe   par   nos   deux   universités,   dans   nos   deux   villes   simultanément,  
d’une   université   d’été   («  summer  school  »)   franco-­‐ukrainienne  regroupant  à  chaque  fois,  sur  
chaque   site,   plus   d’une   douzaine   de   professeurs   de   FLE   (français   langue   étrangère)  ;   d)   j’ai  
mené  moi-­‐même  deux  délégations  officielles  de  l’Université  de  Lorraine  (en  mai  2010  et  
en   octobre   2012)   à   Tchernivtsi   pour   renforcer   et   pour   développer   ce   partenariat  
universitaire  qui  a  retenu  l’attention  et  qui  bénéficie  depuis  des  années  maintenant  du  soutien  
de  l’Ambassade  de  France  et  de  l’Institut  Français  de  Kiev  par  ailleurs.    
 
J’énumère   ici   très   rapidement   les   principaux   axes   de   ce   partenariat   universitaire   (sans   souci  
d’exhaustivité   car   ce   n’est   pas   le   propos),   juste   pour   vous   faire   part   de   mon   interrogation,  
Mademoiselle  :  comment  est-­‐il  possible  d’omettre  d’évoquer  ce  lien  fort  qui  existe  depuis  plus  
de  15  ans  entre  les  villes  de  Tchernivtsi  et  de  Metz,  que  ce  soit  lors  des  manifestations  que  
vous   organisez   à   Tchernivtsi   en   tant   que   présidente   de   cette   nouvelle   association   franco-­‐
ukrainienne   créée   récemment   ou   bien   encore   dans   les   médias  ?   Vous   ne   mentionnez   nulle  
part,   à   aucun   moment,   cette   histoire   récente   que   vous   n’êtes   pas   sans   connaître   pour   autant…  
Quel  drôle  de  «  trou  de  mémoire  »  plus  que  maladroit  de  votre  part,  autant  je  ne  peux  pas  oser  
croire  qu’il  puisse  être  volontaire  !  
 
2. Deuxièmement,   je   m’interroge   par   rapport   à   un   autre   «  oubli  »   de   votre   part   (tout   aussi  
révélateur   que   le   premier  !)  :   laissant   entendre   que   vous   partez   de   zéro,   avec   cette   forte  
ambition  qui  est  la  vôtre  de  développer  –  enfin  !  –  des  projets  afin  de  rapprocher  nos  deux  
villes,   vous   glissez   néanmoins   du   bout   des   lèvres   «  qu’il   existe   déjà   des   contacts   et   des  
projets   communs   franco-­‐ukrainiens,   mais   qui   n’ont   qu’un   seul   but   –   populariser   le  
folklore  »  !  Votre  ambition  étant  de  développer  autre  chose,  «  sur  les  axes  culturels,  sociaux  
et  économiques  »  (fin  de  citation).  
 
Et   là,   je   ne   vous   cache   pas   la   stupéfaction   qui   fût   la   nôtre,   les   membres   fondateurs   (et   vos  
anciens   amis   par   ailleurs  !)   de   l’association   franco-­‐ukrainienne   de   formation,   culture   et  
solidarité   Echanges   Lorraine   –   Ukraine  (ELU),  qui  œuvre  depuis  10  ans  maintenant  pour  le  
développement   des   relations   entre   la   Lorraine   et   l’Ukraine   en   général,   et   entre   Metz   et  
Tchernivtsi   en   particulier  !   Une   telle   condescendance   de   votre   part   envers   les   membres   d’une  
association   (créée   par   des   anciens   étudiants   de   l’Université   de   Tchernivtsi   d’ailleurs  !)   qui   se  
sont   investis   sans   compter   pour   faire   vivre   et   développer   le   partenariat   universitaire   cité   plus  
haut,   mais   pas   seulement,   car   en   dix   ans   d’activité,   son   bilan   est   plus   qu’honorable   et   mérite  
d’être  reconnu  comme  tel.  
 
Car   ELU   a   fait   venir   en   France   beaucoup   d’artistes   de   Tchernivtsi,   des   scientifiques,   de  
professeurs,   de   jeunes   apprenant   le   français,   etc.  ;   en   organisant   à   Metz   des   expositions   de  
peinture,   des   concerts,   projections   de   films   sur   l’Ukraine   et   sur   la   révolution   orange,   des  
conférences  débats,  des  colloques  scientifiques,  festivals  et  tables  rondes,  universités  d’été,  etc.  
Sans   compter   le   nombre   de   formations   au   FLE   (français   langue   étrangère)   que   nous   avions  
 

2  

organisées   en   Ukraine,   dans   les   écoles   ou   dans   les   établissements   d’enseignement   supérieurs   de  
la  Ville  et  de  la  Région  de  Tchernivtsi.  Cette  condescendance  et  ce  manque  de  respect  de  votre  
part  sont  d’autant  plus  choquants  que  vous  avez  bénéficié  vous-­‐même  -­‐  il  y  a  deux  ans  à  peine  !  -­‐  
de   l’aide   et   du   soutien   total   d’ELU   au   moment   de   votre   arrivée   à   Metz,   que   ce   soit   pour   le  
montage   de   votre   dossier   d’inscription   à   l’université,   ou   pour   la   préparation   de   l’entretien   de  
sélection,   ou   bien   pour   l’obtention   de   votre   visa   d’études   auprès   de   l’Ambassade   de   France   à  
Kiev,   ou   encore   pour   la   réservation   d’une   chambre   dans   la   résidence   universitaire,   ou   encore  
pour   venir   vous   chercher   à   l’arrivée   de   votre   bus   à   Metz,   ou   encore   pour   la   réalisation   de   toutes  
les  démarches  administratives  après  votre  arrivée  à  Metz,  etc.  L’association  ELU  et  ses  membres  
vous   ont   accueillie   les   bras   ouverts,   comme   elle   a   accueilli   tant   d’autres   étudiants   ukrainiens  
avant  vous  et  après  vous.  
 
Vous  connaissez  donc  le  rôle  que  notre  association  joue,  grâce  à  son  formidable  réseau  tissé  
depuis   toutes   ces   années,   en   France   et   en   Ukraine,   pour   développer   les   liens   et   les   échanges  
entre  Metz  et  Tchernivtsi  et  ceci  -­‐  sur  différents  axes,  qu’il  s’agisse  de  projets  universitaires  
ou   économiques,   culturels   ou   encore   humanitaires,   on   s’adresse   à   nous   car   on   reconnaît  
notre   capacité   d’action   et   parce   qu’ELU   a   fait   ses   preuves   comme   une   association   forte   de  
par  son  esprit  d’action  et  de  solidarité  qui  nous  lie  et  qui  nous  réunit  !  
 
Oui,   en   effet,   nous   avions   fait   découvrir   la   ville   de   Metz   et   la   Région   Lorraine   à   tant   d’Ukrainiens  
(venus   de   Tchernivtsi   ou   d’ailleurs),   s’agissant   entre   autre,   pour   ne   citer   que   quelques   noms  
parmi  les  plus  connus,  de  Monsieur  Stépan  Kostychyn,  le  Recteur  de  l’Université  de  Tchernivtsi,  
Monsieur  Michel  Popovych,  le  Directeur  de  la  Chaire  du  Français  de  l’Université,  Madame  Nina  
Kovpak,  l’ancienne  responsable  du  français  au  sein  de  l’Institut  de  Perfectionnement  des  Maîtres  
dans  la  Région  de  Tchernivtsi,  Madame  Svetlana  Kurysh,  l’actuelle  Directrice  du  même  institut,  
et  tant  d’autres  encore  ;  quoi  qu’il  en  soit  -­‐  tous  ceux  qui  ont  un  lien  de  près  ou  de  loin  avec  le  
Monde  de  la  Francophonie  dans  la  Région  de  Tchernivtsi  connaissent  l’association  ELU  !  Idem  en  
Lorraine,   dès   qu’il   s’agit   de   l’Ukraine,   on   pense   à   ELU  !   La   preuve,   nos   actions   ont   été  
remarquées   et   soutenues   aussi   par   les   acteurs   de   la   vie   politique,   ELU   ayant   été   reçue   de  
multiples  fois  par  la  Ville  de  Metz  ;  tandis  que  la  délégation  officielle  de  l’Université  de  Lorraine  
en  visite  à  Tchernivtsi  en  octobre  2012  avait  été  à  la  rencontre  des  représentants  de  la  Ville  de  
Tchernivtsi   afin   d’évoquer   déjà   les   grandes   lignes   de   ce   que   pourrait   être   un   jumelage   entre   nos  
deux  villes  qui  se  ressemblent  beaucoup  sur  tant  d’aspects.  Ce  qui  fût  notamment  l’objet  d’une  
réunion   de   travail   avec   Mme   Tetyana   Tatarchuk   au   sein   de   la   Direction   des   Relations  
Internationales   de   la   Villes   de   Tchernivtsi.   L’opportunité   d’un   jumelage   entre   nos   deux   villes   a  
dès   lors   pris   forme   et   ELU   continue   à   œuvrer   dans   ce   sens,   cela   devrait   se   concrétiser   dès   la  
rentrée   prochaine   par   ailleurs,   ce   qui   serait   un   résultat   plus   que   remarquable   venant   couronner  
tout  le  travail  réalisé  par  les  membres  d’ELU  sur  le  terrain  depuis  des  années  maintenant.  
 
 
Bref,  encore  une  fois,  il  ne  s’agit  pas  d’énumérer  de  façon  exhaustive  tous  les  projets  d’ELU  car  
comme   je   l’ai   déjà   souligné,   elle   a   déjà   fait   ses   preuves.   Mais,   à   titre   personnel   cette   fois-­‐ci,   et  
dans  le  contexte  qui  vient  d’être  rappelé,  c’est  vraiment  anecdotique  de  vous  entendre  dire,  vous  
et  votre  manager,  qu’ELU  ne  fait  que  «  populariser  le  folklore  »  :  vous  avez  oublié,  de  votre  coté  
Mademoiselle,  et  à  titre  personnel,  tout  ce  que  notre  association  a  déjà  fait  pour  vous  aider  en  
deux  ans  ;  puis,  votre  manager  a  dû  oublier,  lui  aussi,  que  la  première  fois  où  il  a  mis  les  pieds  en  
Ukraine,  c’était  il  y  a  trois  ans,  et  c’était  grâce  à  une  action  de  solidarité  d’ELU,  en  faisant  partie  
du   groupe   d’étudiants   (venant   de   l’Université   de   Lorraine   et   d’ICN   Business   School   de   Lorraine)  
qui   a   mené   une   mission   humanitaire   dans   la   région   de   Tchernivtsi,   sous   la   responsabilité   de   son  
ancien   professeur,   Monsieur   Nicolas   Brücker,   membre   actif   de   notre   association   Echanges  
Lorraine  -­‐  Ukraine.  
 

 

3  

Donc,   oui  !   -­‐   ELU   fait   plus   que   «  populariser  le  folklore  »   et   vous   n’êtes   pas   sans   le   savoir  !   Car  
vous  connaissez  très  bien  les  différents  axes  historiques  de  nos  projets  associatifs,  qu’ils  soient  
universitaires,  culturels  ou  encore  socio-­‐économiques.  
 
Serait-­‐ce  également  un  autre  «  trou  de  mémoire  »1  de  votre  part  ?!  
 
3. Je   vais   m’arrêter   là   pour   éviter   que   la   liste   ne   soit   pas   trop   longue   avec   la   demande  
suivante,   Mademoiselle  :   ayez   au   moins   l’honnêteté   intellectuelle   –   faute   d’avoir   eu   la  
loyauté  morale   de   nous   faire   part   de   votre   projet   avant,   dans   un   esprit   de   coopération   et  
de   solidarité   qui   est   le   nôtre,   mais   pas   le   vôtre   apparemment  !   –   ayez   donc   au   moins  
l’honnêteté  intellectuelle  d’éviter  de  tels  «  trous   de   mémoire  »  à  l’avenir  en  prenant  bien  
soin   de   décrire       o   b   j   e   c   t   i   v   e   m   e   n   t       le   contexte   historique   du   développement   des  
relations  franco-­‐ukrainiennes  entre  les  villes  de  Metz  et  de  Tchernivtsi,  développement  
initié  et  renforcé  par  beaucoup  d’autres  personnes  bien  avant  vous,  parce  que  ce  serait  
honteux  et  plus  que  malhonnête  de  chercher  à  vous  attribuer  (ou  à  récupérer  de  quelque  
façon  que  ce  soit  !)  les  fruits  de  tout  ce  travail  réalisé  depuis  1998  !  
 
J’ai   souhaité   vous   alerter   sur   ces   récents   «  trous  de  mémoire  »,   Mademoiselle,   par   respect   pour  
mes   parents   qui   m’ont   inculqué   depuis   mon   plus   jeune   âge   le   sens   de   la       j   u   s   t   i   c   e,       valeur  
fondamentale   pour   la   vie   en   société   et   pour   la   civilisation.   Et   aussi   par   respect   pour   tous   ceux   et  
pour   toutes   celles,   Français(e)s   et   Ukrainien(ne)s,   qui   ont   œuvré   et   qui   continuent   à   œuvrer  
aujourd’hui   pour   le   développement   de   la   coopération   entre   Metz   et   Tchernivtsi   en   particulier   et  
de   la   solidarité   franco-­‐ukrainienne   en   général  ;   par   respect   profond   pour   leurs   actions   et   pour  
leurs   efforts   qu’il   serait   vraiment   trop   injuste   de   laisser   tomber   dans   un   autre   «  trou   de  
mémoire  »  !  
 
Maintenant,   il   ne   me   reste   plus   qu’à   espérer,   Mademoiselle,   que   vous   n’omettrez   plus   jamais   à  
l’avenir   de   veiller   à   toujours   «  rendre  à  César  ce  qui  est  à  César  »  ;   puis   –   à   vous   souhaiter   bon  
courage  pour  la  suite.  
 
 
 
Madame  Violeta  MOSKALU  
 
Présidente   –   Fondatrice   de   l’association   franco   –  
ukrainienne  de  formation,  culture  et  solidarité    
Echanges  Lorraine  –  Ukraine  
 
 
 

 
                                                                                                                         
1  Par   ailleurs,   on   pourrait   aussi   s’interroger   (mais   ce   n’est   pas   le   propos   ici)   quand   à   la   valeur   ajoutée   ou   aux  

traits  distinctifs  de  votre  nouvelle  association  par  rapport  aux  champs  d’activité  d’ELU  connus  et  reconnus  de  
tous   depuis   une   dizaine   d’années   maintenant  :   pourquoi   créer   une   deuxième   association   qui   reprendrait  
exactement  les  mêmes  axes  du  travail  d’une  association  existante  et  reconnue  comme  légitime  par  l’ensemble  
des  acteurs  cités  auparavant  ?  

 

4  


ELU - Lettre ouverte Daryna.pdf - page 1/4
ELU - Lettre ouverte Daryna.pdf - page 2/4
ELU - Lettre ouverte Daryna.pdf - page 3/4
ELU - Lettre ouverte Daryna.pdf - page 4/4


Télécharger le fichier (PDF)

ELU - Lettre ouverte Daryna.pdf (PDF, 634 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


elu lettre ouverte daryna
programme forum ukraine
echanges 21nov2014 programme
programme congres franco ukrainien 2015 francais 10 04
article st louis des invalides le dimanche 1er mars 2015
de

Sur le même sujet..