LeCourrier 2013 08 06 .pdf



Nom original: LeCourrier_2013-08-06.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par pdftk 1.40 - www.pdftk.com / itext-paulo-155 (itextpdf.sf.net-lowagie.com), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 17/08/2013 à 14:34, depuis l'adresse IP 188.154.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 833 fois.
Taille du document: 1.9 Mo (12 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


MARDI 6 AOÛT 2013
N 173 ➥ 146
O

E

ANNÉE

➥ CHF 2.70

JA 1211 GENÈVE 8

Prière de réexpédier sans
annoncer la nouvelle adresse

WWW.LECOURRIER.CH

L’ E S S E N T I E L , A U T R E M E N T.

PROCÈS POLITIQUE EN TURQUIE

Ergenekon: un
verdict contesté

7 SALAIRES
Travail.

Suisse exige
une hausse
de 1% à 2%
pour 2014

Des heurts ont éclaté entre les forces de l’ordre et des manifestants, venus protester contre les peines infligées aux putschistes. KEYSTONE

9

Hier, douze ex-militaires du réseau putschiste ont été condamnés
à perpétuité. L’opposition dénonce un procès politique.

éditorial

ela ressemble à un ballon d’essai. Une
commission consultative française réclame l’interdiction des signes religieux
ostentatoires dans l’enseignement supérieur. Révélé par Le Monde, le rapport du Haut
Conseil à l’intégration vise avant tout le port du
voile par les étudiantes. Depuis 2004 en France,
les signes religieux ostentatoires sont bannis de
l’école obligatoire pour les enseignants comme
pour les élèves.
La portée de ce rapport sur le respect de la
neutralité religieuse à l’université est toutefois à
nuancer. Car il a été remis à l’Observatoire de la
laïcité, un autre organe consultatif, lequel est
désormais compétent en matière de laïcité. Or le
président de cet observatoire a expliqué que ce
dernier n’avait pas mis la question du voile à
l’université à son ordre du jour.
La proposition intervient dans un contexte
déjà tendu. Car la volonté d’interdire le voile dans
d’autres sphères de la société est discutée au
plus haut niveau. Le président François Hollande
souhaite qu’une loi l’interdise dans certaines entreprises privées, en réaction à l'affaire de la crèche Baby Loup. La Cour de cassation avait annulé le licenciement d’une employée qui refusait
d’ôter son foulard. Par ailleurs, la question du
port du voile intégral dans l’espace public, dont
l’interdiction datant de 2011 est jugée difficile
à faire appliquer, n’est pas résolue puisque
les contrôles ont suscité des heurts et des
violences.
Le rapport fait état d’une montée des revendications identitaires dans certaines Unis – prosélytisme, refus de la mixité, demandes de lieux

C
LAÏCITÉ

RACHAD ARMANIOS

DOGMATIQUE

de culte... Que des réponses fermes puissent
être données à ces symptômes est légitime.
Mais elles doivent faire l’objet d’une pesée d’intérêts. Or, contrairement à la contestation de certains contenus de cours sur fond d’obscurantisme religieux, le voile ne peut être considéré, a
priori et par définition, comme «portant atteinte
aux activités d’enseignement et à l’ordre public».
Etendre son interdiction à l’université constituerait donc bien une atteinte à la liberté religieuse et
au droit à la formation.
Que la proposition fasse long feu ou pas, elle
aura déjà contribué à stigmatiser encore plus les
musulmans. Car le traitement politique et médiatique de l’islam les fait percevoir comme une
menace et pousse une partie d’entre eux à se différencier. Paradoxal, alors que le but serait de les
intégrer et que la majorité se considère avant
tout comme française. Officiellement, les restrictions visent tout le monde –à l’instar de l’interdiction de «dissimuler son visage dans l’espace
public». Mais dans les faits, c’est bien l’islam qui
est visé. Ou plutôt les musulmanes, que l’on prétend «libérer» contre leur gré.
En Suisse alémanique, la mise à l’écart d’élèves voilées a été condamnée par le Tribunal fédéral, faute de base légale. Un «vide» que plusieurs
sections de l’UDC veulent désormais combler. A
Genève, c’est un élu PLR qui a cru malin de lancer
un projet de loi. Lequel ne fait écho à aucune revendication sur le terrain et encore moins à des
tensions dans l’école genevoise.
A la veille des élections cantonales, cet opportunisme et ce cynisme ont réjoui certains qui,
à gauche, prônent l’exclusion au nom du dogme.

KEYSTONE

5

Le 7 novembre 1956,
60 000 Genevois
occupaient la place
Neuve en solidarité
avec le peuple
hongrois réprimé
par les soviétiques.

3

Au Brésil, la grogne
gagne la classe
ouvrière qui s’est
ralliée aux jeunes,
leaders des
manifestations du
mois de juin. Interview.

rédactions ➥ Genève 022 8095566 ➥ Bureau Vaud 021 683 08 85 ➥ Bureau Neuchâtel 032 724 60 50 abonnements ➥ 022 8095555 publicité ➥ 022 80952 32 courriels ➥ abo@lecourrier.ch ➥ redaction@lecourrier.ch ➥ lecteurs@lecourrier.ch ➥ pub@lecourrier.ch ➥ mortuaires@lecourrier.ch
Le quotidien Le Courrier est édité à Genève par la Nouvelle association du Courrier (NAC), association sans but lucratif • Direction, administration et rédaction à Genève: 3, rue de la Truite, case postale 238, 1211 Genève 8 • Rédaction vaudoise: 1, place Grand-Saint-Jean, case postale 6772, 1002 Lausanne •
Neuchâtel: 3, av. de la Gare, 2000 Neuchâtel • Tarifs abonnements: normal pour un an (285 éditions): CHF 389.– (promotionnel de première année: CHF 319.–); AVS/AI/chômage/moins de 26 ans: CHF 285.–; étudiantEs/apprentiEs: CHF 195.–; abonnement de soutien: CHF 520.–; essai de 2 mois: CHF 35.–. Dons: CCP 12-1254-9

2

CONTRECHAMP

LE COURRIER
MARDI 6 AOÛT 2013

INVITÉ

LE DANGER D’UN RÉFORMISME ILLUSOIRE
TURQUIE • La tentative de destruction du parc Gezi fut l’étincelle, la violence policière qui a suivi l’huile
sur le feu. Quant aux causes du soulèvement populaire en Turquie, elles s’inscrivent dans le rejet
d’un régime capitaliste vecteur d’inégalités grandissantes et d’oppression, analyse Arkan Akin.
ARKAN AKIN*, ISTANBUL

En mai 2013, des centaines de
milliers de personnes descendaient dans les rues de mon
pays natal, la Turquie. Les médias parlaient de la destruction
d’un parc et de l’islamisation de
la société; guère convaincu par
ces explications, voulant m’engager et comprendre, j’ai décidé de m’y rendre. A Istanbul, il
m’est devenu clair que la cause
profonde de ce mouvement
était le capitalisme, si développé en Turquie qu’on la surnommait Little America.

Les soulèvements
populaires
n’apparaissent pas
sans raisons
Tout a commencé quand
quelques dizaines d’activistes
du mouvement du «Droit à la
Ville» se sont opposés à la destruction du parc Gezi, à côté de
la place Taksim, en plein cœur
d’Istanbul, le 27 mai 2013. A ce
moment-là, personne ne se
doutait que cela allait être le
début d’un soulèvement populaire majeur. Quelques personnes organisées et courageuses se sont battues contre
ce qu’elles estimaient être injuste et, indignées par les violentes interventions policières,
des milliers, puis des centaines
de milliers de personnes sont
descendues dans les rues. En
quelques jours, des manifestations avaient lieu à travers tout
le pays, tandis qu’à Istanbul, les
foules avaient fait reculer les
forces de l’ordre et l’occupation
de Gezi avait démarré.
Ce n’était pourtant pas la
première fois que des manifestants faisaient face à une violente répression policière.
Quelques semaines auparavant, le gouvernement avait
empêché, également de manière extrêmement violente, le
rassemblement historique du
1er mai à la place Taksim. En ce
qui concerne la liberté d’expression, Reporters Sans Frontières a publié en 2012 un rapport intitulé «La Turquie,
première prison au monde
pour les journalistes»2.
Lors d’une de mes visites
dans le quartier de Gazi
(quartier historiquement révolutionnaire d’Istanbul) en
juin 2013, j’ai fait la connaissance d’une jeune journaliste
de Yürüyüs (La Marche), l’hebdomadaire marxiste de Gazi,
qui publie également des livres.
Cette journaliste m’a raconté de
la manière suivante l’opération
du gouvernement du 18 janvier
20131 contre l’Association des
avocats contemporains: «Une
équipe d’intervention spéciale
a fait une descente dans nos bureaux ce jour-là. Ils ont arrêté
quelques collègues et ont pris
tout notre matériel: les caméras, l’équipement technique, les
ordinateurs et même les
crayons de couleur! Pour moi, le
plus terrible était de les regarder
emmener des cartons pleins de
livres que nous avions publiés.»
Dans les quartiers comme
celui de Gazi à Istanbul, les
plus démunis et les minorités
des quatre coins du pays ont
grandi avec la répression
d’Etat: gaz lacrymogène, spray
au poivre, canons à eau, balles

Quelque 500 manifestants antigouvernementaux sont confrontés à un barrage policier sur l’avenue Istiklal qui leur bloque l’accès à la place Taksim, dans la soirée du 13 juillet
2013. Quand la foule tentera une percée, les forces de l’ordre useront de gaz lacrymogènes, de canons à eau et de billes en plastique pour repousser le cortège. KEYSTONE
en caoutchouc et, pour certains, balles réelles et interventions militaires.
La marchandisation de l’espace et des ressources publiques en Turquie n’est pas
une pratique nouvelle non
plus. Les projets «HES» de centrales hydroélectriques, qui se
multiplient rapidement ces
dernières années, en sont la
preuve: les ressources naturelles d’eau sont privatisées,
des rivières dégradées et l’environnement est sacrifié pour un
profit lui aussi privatisé.
Pour en revenir au sujet, le
parc Gezi fut un début, mais ce
n’était pas l’origine de ce mouvement de masse. Gezi fut l’étincelle qui a rassemblé des dizaines d’associations et de
partis, ainsi que des millions
d’individus à travers toute la
Turquie.

côtés des Kurdes contre la répression policière, des personnes qui ouvraient leurs
portes aux manifestants fuyant
la violence policière.
On a vu une table d’Iftar (le
repas du soir pour rompre le
jeûne durant le Ramadan) «du
peuple» s’étirant sur plus d’un
kilomètre sur les pavés de la
plus grande avenue commerciale d’Istanbul (Istiklal) où
des croyants et des athées dînaient ensemble pour manifester contre le banquet de
luxe du gouvernement sur la
place Taksim.
Tous les jours pendant plus
d’un mois, des manifestations
de solidarité ont eu lieu dans
diverses villes de la Turquie.
Des manifestations de solidarité ont également pris place au
niveau international – en Chine, en Bulgarie, en Argentine,
au Royaume-Uni, aux
Etats-Unis, en Suisse,
en Syrie, en Espagne,
au Chili, au Brésil, en
Norvège, en Allemagne, en République
tchèque
et
dans
d’autres pays. Un pianiste est
venu d’Italie, avec son piano à
queue, afin de jouer pendant
des heures pour les manifestants à la place Taksim.
Pourtant, malgré l’envie et
la force qui circulent lors de ces
rassemblements, les gens ne
restent pas dans les rues éternellement, et c’est normal. Cette vague de contestation pourrait bien finir par disparaître,
mais pas les traces qu’elle aura
laissées en souvenir. Ces souvenirs resteront gravés à jamais
dans l’esprit des gens en leur
rappelant le sentiment que
procure le fait de travailler ensemble, plus pour les uns les
autres que chacun pour soi.
Quelle que soit la suite, le
mouvement de Gezi aura diffusé une nouvelle culture de
résistance et de solidarité au

Les gens ne restent
pas dans les rues
éternellement
Depuis l’occupation de
Gezi, des manifestations de solidarité prennent place fréquemment au niveau local, national et international. Je me
souviens d’un soir où le parc
était très peuplé. Il y avait, entre
autres, une longue chaîne de
femmes qui circulaient et
chantaient: «Tayyip où es-tu?
les mamans sont là!» en réponse à l’appel télévisé du Premier
Ministre Tayyip Erdogan, qui
demandait aux mères «de rappeler leurs enfants du parc Gezi
pour leur propre sécurité». Les
gens autours de la chaîne chantaient en retour: «vos enfants
sont fiers de vous!».
On a vu des grand-mères
amener des plats au «marché
révolutionnaire» du parc où
tout était gratuit. On a vu des
nationalistes turcs se battre aux

sein de la société turque, ainsi
qu’une grande vague de politisation.
Deux points revenaient
presque à tous les coups en réponse à la question «est-ce que
quelque chose a changé depuis le début des manifestations?». Le premier était le
manque de confiance grandissant envers les institutions publiques et privées de la classe
dirigeante, comme les médias,
par exemple. Ces derniers ont
montré qu’ils mentaient, déformaient et omettaient les
faits de manière répétée et
systématique – car contrôlées
soit directement par le parti au
pouvoir, soit par des patrons
qui le soutiennent, ou encore
par d’autres imposant l’autocensure éditoriale par peur de
représailles. Le deuxième
point récurant était la chute de
ce que beaucoup surnomment
en Turquie «le mur de la terreur», qui empêchait beaucoup de manifester contre le
gouvernement.

système capitaliste –, nous perdons de vue nos objectifs4.
Beaucoup de manifestants
de la place Taksim se sont
trouvés dans cette confusion.
Durant le mois de juin à Taksim, je posais la question
«pourquoi es-tu ici?». Une jeune femme appartenant aux
«Jeunes Turcs», une organisation de jeunesse nationaliste
kémaliste, m’a répondu: «On
manifeste contre la répression
policière et pour rétablir une
Turquie d’Ataturk». Un autre
soir, lorsque je rentrais d’une
manifestation à Gezi, un chauffeur de taxi m’expliquait que «la
Turquie est le pays le plus libre
du monde». Ceci au moment
où plus de 7500 manifestants
avaient été blessés – 5 tués et
des dizaines encore dans un
état critique, selon l’Association médicale turque5. «J’ai
voyagé à travers toute l’Europe
en tant que camionneur, faismoi confiance, c’est bien pire
là-bas. Ici, tu es libre de manifester pacifiquement, personne
ne va t’en empêcher»,
a-t-il ajouté.
Lors d’un soulèvement populaire, les représentants
des
classes
dirigeantes
fournissent de grands
efforts pour nous convaincre
que le problème est spécifique
(islamisation, manque de démocratie, usage «excessif» de la
force, autoritarisme...). Le but
étant de présenter tous les problèmes socioéconomiques et
politiques comme étant indépendants et isolés. Ainsi, le
peuple ne remet pas en cause le
système dans son ensemble.
Le fait est que ces problèmes ne disparaissent pas
après des réformes du système
politique ou économique. Au
contraire, ils reviennent sans
arrêt, sous d’autres formes, car
ils sont inhérents au capitalisme. Le capitalisme est basé sur

Le problème de fond
a toujours été
le même
Nous vivons dans un monde où 1% des plus riches détiennent 40% de la richesse
mondiale et où 50% des adultes
du monde n’en détiennent que
1%, selon un article3 basé sur
un rapport de l’ONU publié par
The Guardian en 2006. Cette
concentration est inhérente à
l’économie mondiale capitaliste et la Turquie ne fait pas exception. L’exploitation et l’oppression du peuple, ainsi que la
concentration de richesses et
de pouvoir résultent tous du
système capitaliste impérialiste. Lorsque nous prenons une
conséquence – la répression
policière – pour une cause – le

l’exploitation du peuple, sa nature provoque la concentration de pouvoir et de richesses,
ce qui mène logiquement à
l’oppression du peuple. Le
problème de fond a toujours
été le même, la solution aussi:
l’anticapitalisme, avec comme
objectif la mise en place d’une
alternative réellement démocratique et socialiste.
Ce but n’est pas atteignable
sans une organisation large et
profonde de la société, une organisation populaire. La coordination au niveau international, avec un abandon du repli
nationaliste, est également nécessaire. Cela ne se fera pas du
jour au lendemain. Cependant
nous devons faire attention à
ne pas prendre des conséquences comme étant les
causes des problèmes socioéconomiques ou politiques. Le
danger, avec cette confusion,
serait de tomber dans un réformisme illusoire qui ne ferait
que modifier la forme de ces
problèmes, sans nous apporter
la liberté pour laquelle nous
nous battons.
Comme le dit le philosophe
Slavoj Zizek dans son article
«Trouble in Paradise»6: «Cette
réalisation – que l’échec pourrait être inhérent au principe
pour lequel nous nous battons – est un grand pas dans
l’éducation politique.» I
* Diplômé UniGe, étudiant en théorie
politique et militant.
1
www.bianet.org/bianet/insan-haklari/143654-avukatlara-polis-operasyonu
(en turc).
2
http://fr.rsf.org/turquie-la-turquiepremiere-prison-au-19-122012,43815.html
3
www.guardian.co.uk/money/2006/de
c/06/business.internationalnews
4
www.jadaliyya.com/pages/index/1200
9/occupy-gezi_the-limits-ofturkey%C3%ADs-neoliberal-succ
5
www.ttb.org.tr/index.php/Haberler/ve
riler-3842.html (en turc).
6
www.lrb.co.uk/v35/n14/slavojzizek/trouble-in-paradise

LE COURRIER

FOCUS

MARDI 6 AOÛT 2013

3

INTERNATIONAL

BRÉSIL Les manifestations de juin ont mobilisé une jeunesse exploitée, hasardeusement décrite
comme une «nouvelle classe moyenne». La classe ouvrière a depuis rejoint le mouvement.

La classe ouvrière s’est jointe aux jeunes
PROPOS RECUEILLIS PAR
GUY ZURKINDEN, ARACAJU (BRÉSIL)

ou métis, 69% par des femmes. L’essort de l’industrie des Call Centers, qui
a augmenté de 20% par année entre
2005 et 2009 à São Paulo, est un
exemple. Comme l’augmentation du
nombre d’employées de maison,
passées de 5,6 millions à 7,2 millions
dans le pays entre 2002 et 2010.

En juin, de gigantesques mobilisations ébranlaient le Brésil. Le pays
s’embrasait à la suite de la répression
brutale d’une manifestation contre
l’augmentation du prix des transports
publics par la police militaire de São
Paulo. Le 20 juin, plus d’un million de
manifestant-e-s descendaient dans
les rues pour dénoncer le délabrement des services publics, les inégalités et la corruption. Le 22, la présidente Dilma Rousseff, acculée,
annonçait un «pacte national» pour
améliorer les services publics et réformer le système politique.
Le 11 juillet, les centrales syndicales entraient en scène. Elles organisaient une journée nationale de grève,
revendiquant l’amélioration des services publics, la réduction de la
journée de travail, la réforme agraire, la
fin des privatisations et de la précarisation. Le Mouvement des paysans sans
terre (MST), solidaire, bloquait des dizaines de routes à travers le pays.
Le quotidien conservateur O Estado
de São Paulo1 opposait le «manque
d’adhésion de masse» à la journée syndicale, et son public «apathique» à la
spontanéité et l’énergie de la «jeunesse» au mois de juin. Une analyse largement reprise dans la presse brésilienne.
Pour le sociologue Ruy Braga, professeur à l’université de São Paulo, grévistes de juillet et manifestants de juin
ont pourtant une matrice commune:
l’insatisfaction de larges secteurs
du salariat, sous-payés et précarisés
par un développement économique
prédateur. Entretien.

Qu’en est-il du travail informel?
Il reste un élément structurel de l’économie et représente plus de 40% des
emplois totaux. Depuis 2010, il y a un
ralentissement de la dynamique de
création d’emplois formels. Conséquence: de nombreux jeunes à la recherche d’un premier emploi migrent
vers le secteur informel.
Et les conditions de travail?
Ces dix dernières années, il y a eu une
claire détérioration des conditions de
travail: la sous-traitance dans les entreprises augmente, ce qui accroît la
précarité de l’emploi; la flexibilité
de la journée de travail, le nombre
d’accidents de travail et de maladies
liées au travail sont aussi montés en
flèche. Cela montre l’aspect prédateur
du développement économique en
vigueur.

Le 11 juillet, les centrales syndicales entraient en scène. Elles organisaient une journée nationale de grève
(ici à Sao Paulo), revendiquant l’amélioration des services publics, la réduction de la journée de travail,
la réforme agraire, la fin des privatisations et de la précarisation. KEYSTONE
organisés du salariat. Des travailleurs
entrés sur le marché du travail ces dix
dernières années, principalement
dans le secteur des services. Ils sont
mal payés, leurs conditions de travail
sont très dures. Ils sont touchés de
plein fouet par la dégradation des services publics, le manque de transports, l’explosion du coût de la vie et
des loyers.
Les mobilisations du 11 juillet ont
eu un caractère plus classique. Elles
étaient convoquées par les centrales
syndicales liées au gouvernement et
celles de l’opposition. Leur impact auprès de secteurs ouvriers plus traditionnels a été important, en termes
d’heures non travaillées, de routes

Qui sont ces manifestant-e-s qui ont
secoué le Brésil?
Ruy Braga: Une enquête a été réalisée
lors de la manifestation qui a réuni
300 000 personnes à Rio de Janeiro en
juin. Résultat: la moyenne d’âge des
manifestant-e-s était de 28 ans; 50%
d’entre eux avaient un travail; 35% gagnaient jusqu’à un salaire minimum;
65% jusqu’à trois salaires minimums.
C’est le portrait des secteurs les moins

L’introuvable
«nouvelle classe moyenne»
Le 19 juin 2013, le chercheur Jean
Hébrard décrivait au quotidien Le
Monde les manifestants brésiliens
comme une «nouvelle classe
moyenne», «à l’aise dans la vie, plutôt
bien instruite». Pour Ruy Braga, la
description est trompeuse. «Nous
n’avons pas assisté à la création
d’une nouvelle classe moyenne, mais
à une transformation de la classe travailleuse, avec la création d’une
masse d’emplois au bas de la pyramide salariale.»
Le salaire minimum se situe à 678

bloquées, d’entreprises arrêtées. Entre
4 millions et 5 millions de travailleurs
ont été concernés. Cela indique que la
classe ouvrière est insatisfaite et veut
se joindre aux manifestations.
Les études notent pourtant une réduction
des inégalités
La croissance économique des années
2000, accompagnée de la création
d’emplois dans le secteur formel et
d’une augmentation régulière du salaire minimum, a eu pour conséquence une réduction des inégalités entre
les revenus. Ce qui est un fait positif.
Mais cette baisse se réalise à un rythme très lent, si on tient compte de
l’ampleur des inégalités au Brésil.

Quel type d’emplois ont été créés
dans les années 2000?
De 2003 à 2010, 2,1 millions d’emplois
par année ont été créés dans le secteur
formel. Septante pour cent de ces emplois se concentrent dans le secteur de
services. La création d’emplois formels est positive: elle augmente la
protection des salarié-e-s, qui sont
couverts par le droit du travail et les
assurances sociales.
Mais ce sont des millions d’emplois sous-rémunérés qui ont été
créés. Nonante-cinq pour cent d’entre
eux paient jusqu’à 1,5 salaire minimum, donc environ 1000 reais par
mois. Une majorité de ces emplois
sont occupés par des travailleurs noirs

Quelles sont les caractéristiques
de ce développement économique?
Cinq grands moteurs tirent l’économie
brésilienne: d’abord, les banques et
l’industrie financière; ensuite, les secteur de l’agronégoce, de la construction civile, de la minération et l’industrie pétrolière. Ces dernières activités,
à l’exception du pétrole, reposent sur
des emplois peu ou pas qualifiés.
Globalement, les secteurs rentiers
et exportateurs de commodities (pétrole, soja, minerai de fer, dont le prix
est fixé par le marché international) se
sont renforcés au détriment de l’industrie de transformation, qui abrite
les emplois les mieux rémunérés. Cela
place le Brésil dans une situation
toujours plus dépendante au sein de
l’économie globalisée. I
1

12 juillet 2013.

La dette avant les revendications

reais (environ 300 francs suisses).
Selon les calculs du Dieese, l’institut
de recherche des syndicats brésiliens,
il aurait dû se monter à 2860 reais en
juin 2013 pour couvrir les besoins de
base d’une famille de quatre personnes. Selon le Dieese, le revenu
moyen mensuel d’un travailleur
brésilien se situait, en avril 2013, à
1588 reais.
Le Brésil fait partie des 12 pays les
plus inégalitaires au monde1. GZ
1

Comunicados do Ipea, numero 155,
25 septembre 2012.

Confrontée à une levée de boucliers venue du parlement
– y compris de son propre parti, le PT (Parti des travailleurs) –, Dilma Rousseff a dû mettre sa proposition de
réforme politique au placard. La présidente a tout de
même annoncé quelques mesures concrètes pour
calmer la rue: investissements dans les transports, engagement de médecins – y compris étrangers – pour pallier
la pénurie dans les régions périphériques, octroi d’une
partie des recettes de l’exploitation des nouveaux gisements de pétrole en eaux profondes (pré-sal) au budget
de l’éducation.
Mais elles restent limitées par un puissant carcan. Fin
juillet, le ministre de l’Economie, Guido Mantega,
annonçait une coupe de 10 milliards de reais dans le
budget fédéral en 2013. Le signal était clair: le paiement
du service de la dette continue à passer avant les services

publics. En 2012, il engloutissait 47% du budget fédéral,
contre 3,98% pour la santé et 3,14% pour l’éducation.
Pendant ce temps, des mobilisations continuent à éclore.
Plus réduites, elles ont des thématiques diverses: à Rio,
des manifestations répétées exigent la démission du
gouverneur Sergio Cabral (PMDB, Parti du mouvement
démocratique brésilien), accusé de corruption et
dénoncé pour la violence avec laquelle il traite les mouvements sociaux; des manifestations de solidarité ont
éclaté à São Paulo; le 23 juillet, des membres d’une communauté pauvre occupaient le Conseil municipal de São
Luiz (capitale de l’Etat du Maranhão, nord du pays); à
Sergipe (nord-est), des mobilisations continuent à exiger
une baisse du coût des transports publics, etc. Le 30
août, les syndicats et le MST préparent une nouvelle
journée de «paralysation nationale». GZ

Oui, je m’abonne au Courrier!

ebondir autrement

35.–
219.–
520.–
319.–
285.–
195.–
129.–
189.–

Essai de 2 mois (promotion)
Abocombi (le samedi sur papier, la semaine par courriel)
Soutien*
Promotionnel 1ère année* (au lieu de 389.–)
AVS/AI/Chômage/-26 ans*
Etudiant/e/s*
Edition Week-end
Edition Web uniquement

Nom
Prénom
Adresse
NPA - Localité
Téléphone
Courriel

*sur demande, accès à notre édition web gratuitement

Coupon à retourner par poste Le Courrier - Service des abonnements - Rue de la Truite 3 - CP 238 - 1211 Genève 8, fax 022 809 55 67 ou courriel abo@lecourrier.ch

4

RÉGION

LE COURRIER
MARDI 6 AOÛT 2013

EN BREF
VILLE DE NEUCHÂTEL

Le PLR Fabio Bongiovanni
élu tacitement à l’exécutif
L’élection complémentaire au Conseil communal de Neuchâtel sera tacite. A l’échéance du dépôt des listes hier,
un seul candidat était en course pour succéder au PLR
Alain Ribaux élu au Conseil d’Etat neuchâtelois: le libéralradical Fabio Bongiovanni. Aucune candidature surprise
n’a été déposée. Fabio Bongiovanni sera donc formellement et tacitement proclamé élu conseiller communal.
Son entrée en fonction à l’exécutif de la Ville est fixée au
21 août, a annoncé la chancellerie. ATS

ÉCONOMIE

Le PIB neuchâtelois cartonne
Neuchâtel a enregistré en 2011 la plus forte hausse des
produits intérieurs bruts (PIB) de tous les cantons
suisses. La progression mesurée aux prix de l’année
précédente y a atteint 8,2%. Schaffhouse (+4%) et Jura
(+3,7%) complètent le trio de tête. La performance reflète
les excellents résultats affichés par certaines activités
dans l’industrie manufacturière, a indiqué hier l’Office
fédéral de la statistique (OFS) en dévoilant ses premières
estimations. Pour le canton de Neuchâtel, qui a le mieux
tiré son épingle du jeu en 2011, la situation est liée à l’essor
du secteur horloger. Neuchâtel a par ailleurs bénéficié de
la bonne de tenue des intermédiaires financiers. ATS

ÉVASION À ORBE, VD

Béatrice Métraux veut un
registre des criminels dangereux
Après la spectaculaire évasion de deux détenus jeudi
dernier au pénitencier d’Orbe (VD), Bétrice Métraux
estime que la première priorité est la création d’un
registre national des criminels dangereux. La ministre
vaudoise de l’Intérieur va interpeller ses homologues
cantonaux en ce sens. ATS

COURSIERS À VÉLO, LAUSANNE

Bilan «radieux» des
Championnats du monde
Pas moins de 550 coursiers à vélo de plus de 40 pays ont
participé durant six jours aux 21e Championnats du
monde à Lausanne. Les organisateurs ont tiré dimanche
un bilan enthousiaste de la manifestation. Déjà championne du monde 2012, la Lausannoise Joséphine Reitzel
a décroché un nouveau titre mondial. Chez les hommes,
le New-Yorkais Austin Horse a devancé le Lausannois
Jonas Vuille et le Berlinois Johannes Killisperger. Les finalistes ont effectués 77 livraisons pour les hommes – en
2 h 52 pour Austin Horse – et 70 livraisons pour les
femmes – en 3 h 02 pour Joséphine Reitzel. ATS

FÊTES DE GENÈVE

20 000 personnes au slowUp
Quelque 20 000 personnes ont pris part dimanche sous
un soleil de plomb au 9e slowUp organisé dans le cadre
des Fêtes de Genève. Un chiffre qui se situe dans la
moyenne des années précédentes. La majorité des participants ont parcouru les 30 kilomètres, de la rive gauche
de la rade jusqu’à village Gy et retour, à vélo. «Il y avait
aussi beaucoup de gens en roller», a relevé le responsable de l’événement genevois, Alexandre Afsary.ATS

Pénurie d’enseignants:
la rentrée s’annonce tendue
SUISSE ROMANDE • Le Syndicat des enseignants romands préconise
la mise sur pied d’une formation de «remplaçant professionnel».
La rentrée scolaire approche en
Suisse, charriant dans son sillage un thème récurrent: la pénurie d’enseignants. En Suisse romande, la situation demeure
«très tendue», notamment
concernant les remplaçants
formés, indique le Syndicat des
enseignants romands (SER).
Le développement d’une
formation spécialisée de «remplaçant professionnel» pourrait
éventuellement remédier à cette situation, suggère Jean-Marc
Haller, secrétaire général du
SER, contacté par l’ats. La gestion des effectifs s’en trouverait
toutefois alourdie: difficile par
exemple de prévoir le nombre
de ces enseignants et la durée
de leur engagement en cas
d’absence d’un titulaire.
Le SER considère par
ailleurs que certaines mesures
visant à réduire les besoins en
instituteurs et professeurs, souvent évoquées ou appliquées,
ne sont pas appropriées. Pour
lui, les établissements scolaires
doivent veiller à ne pas augmenter le nombre d’élèves
dans les classes, ni embaucher
du personnel trop peu formé.

Dilemme
Ce dernier point place toutefois l’association des directeurs d’établissements scolaires de Suisse (VSLCH) devant
un dilemme. La Constitution
fédérale prescrit qu’un enseignant doit être attribué à
chaque classe. En cas de pénurie d’enseignants, une solution
s’impose donc: engager du personnel dont le profil ne correspond pas entièrement au poste.
Il arrive de plus en plus fréquemment que des enseignants instruisent à un niveau
scolaire pour lequel ils ne sont
pas formés. Cela signifie par
exemple que des instituteurs
d’école primaire dispensent
des cours dans des classes secondaires. A la clé, de l’insatisfaction parmi les élèves et les
enseignants, et une baisse de la
qualité, selon un sondage réalisé en mai par la VSLCH.
La pénurie d’enseignants
touche davantage certains niveaux scolaires et régions que

A Genève, par exemple, un nombre inhabituellement élevé d’enseignants a demandé cette année
à bénéficier du plan d’encouragement à la retraite anticipée, craignant les durcissements à venir
de la législation dans le domaine. KEYSTONE/PHOTO PRÉTEXTE
d’autres. Elle concerne plus le
secondaire I pour certaines disciplines, les deuxièmes langues
par exemple, et certains cantons, indique M. Haller, sans
donner davantage de précisions. Les causes en sont également multiples.
A Genève, un nombre inhabituellement élevé d’enseignants a demandé cette année
à bénéficier du plan d’encouragement à la retraite anticipée,
craignant les durcissements à
venir de la législation dans le
domaine. La prochaine rentrée
n’en ressent toutefois pas les effets négatifs, et «se passe bien»,
indique Laurent Vité, président
de la Société pédagogique genevoise (SPG).

Incertitudes
pour 2014 et 2015
L’horizon s’assombrit en revanche pour les rentrées scolaires 2014 et 2015. Quelque 200
postes supplémentaires devront être repourvus pour l’au-

tomne 2014, afin de combler
les besoins créés par l’introduction de l’école le mercredi
matin pour les cinquième à
huitième années, soit environ
16 000 élèves. Une augmentation du nombre d’élèves est en
outre annoncée pour 2015.
Les esquisses de solutions
évoquées dans le canton du
bout du lac se heurtent à diverses difficultés. Pour n’en citer qu’une: il s’avère peu aisé
«d’augmenter le nombre d’étudiants, car le nombre de places
de stage devant les accueillir
pendant leur formation est actuellement trop restreint».
Dans le canton de Fribourg,
l’introduction d’une seconde
année d’école enfantine – nouvellement dénommée école
primaire – a créé de nouveaux
besoins en enseignants. En Valais, le fait que le même diplôme permette de travailler autant au secondaire I qu’au
secondaire II attire les professeurs vers le secondaire II, qui

offre des salaires plus élevés,
indique M. Haller.

Pire en Suisse
alémanique
La Suisse alémanique a
longtemps présenté des problèmes d’effectifs encore plus
importants que la Suisse romande. Cela pourrait être dû au
fait que les cantons d’outre-Sarine ont été pendant longtemps, contrairement aux romands, «plus rigoureux», et ont
refusé d’engager des enseignants ne disposant pas des
qualifications adéquates pour
occuper les postes vacants, explique M. Haller.
Contraints de remédier à la
situation, ils sont revenus sur
leur position ces dernières
années. Berne offre par exemple
la possibilité aux étudiants en
dernière année de prendre
en charge une classe, soutenus
parallèlement par la direction
des écoles et les hautes écoles
pédagogiques. ATS

GENÈVE

Meinier abrite le plus vieux noyer hybride de Suisse
Trente-cinq mètres de hauteur, une
couronne de 113 mètres de circonférence et un tour de taille de plus de six
mètres à un mètre du sol: le noyer de
Meinier impressionne par ses dimensions. Et par son âge. Cet hybride fête
cette année ses 150 ans. «Il est connu
comme étant le plus vieux noyer hybride de Suisse», indique Nicolas Hasler, chef du service des arbres et de la
nature en ville à la Direction du paysage du canton de Genève. Selon lui, des
recherches dans les écrits de l’époque
ont permis de découvrir qu’il a été
planté en 1863.
Ce géant est un Juglans intermedia, croisement naturel entre un
noyer commun et un noyer noir
d’Amérique du Nord. Il a vraisemblablement été planté pour des raisons
ornementales sur un terrain privé,
derrière l’église de Meinier. Il n’a pas
été taillé pour faire du bois, et ses
noix, petites avec une coquille très

dure et alvéolée, ne peuvent être valorisées pour l’alimentation.
Très vigoureux, ce noyer frappe davantage par sa densité que par sa hauteur. Pour ressentir sa splendeur, mieux
vaut se tenir en dessous, estime Yves Bischofberger, un familier des lieux.
«C’est un arbre d’intimité, peut-être à
cause du système de voûtes qu’il développe spontanément. Je suis impressionné chaque fois que je viens», relève
le géographe et historien du paysage.
Avec des branches comparables à de
grands arbres, ce noyer connaît des
problèmes statiques. Une des
branches est d’ailleurs soutenue par
un énorme tuteur à deux jambes, tandis qu’une autre redescend et s’appuie
sur le sol. Et tout un réseau de câbles et
de sangles a été mis en place pour assurer son équilibre.
Ces travaux ainsi que des tailles
ont été effectués par le canton pour

éviter les chutes de branches mais
aussi pour préserver l’arbre le plus
longtemps possible. «La béquille en
bois est une première à Genève. Elle a
ouvert la voie à une réflexion sur la
manière d’accompagner ces arbres remarquables, notamment en ce qui
concerne leur accessibilité», explique
Nicolas Hasler.
Héritages de l’histoire botanique
de Genève, les grands arbres du canton ont été très taillés pour présenter
un tronc droit et une couronne. Alors
que la culture anglo-saxonne favorise
le port naturel, l’approche française a
permis l’intégration de ces colosses
dans la ville. Mais elle a aussi ouvert
un espace à leurs pieds qui leur est
néfaste.
Pendant longtemps, les chevaux
ont brouté à l’ombre du noyer de Meinier, tassant la terre et limitant ainsi
l’apport en oxygène. Un mélange de
copeaux de bois a donc été récem-

ment répandu sur le sol pour lui apporter des nutriments et favoriser l’activité microbiologique. Mais ses racines sont aussi affaiblies par un
champignon. «Il se défend très bien,
au risque de s’épuiser», relativise
M. Hasler.
La présence de ce magnifique spécimen a été l’occasion, pour la commune, d’accueillir une allée conservatoire de noyers de tous les cantons
romands. A l’initiative d’Yves Bischofberger, plus de soixante variétés ont
été plantées le long d’un chemin. Cette collection d’importance nationale,
un duplicat de celle de Saint-Légier
(VD), est due à l’Association pour la
sauvegarde du patrimoine fruitier
Fructus.
Chaque arbre est muni d’une plaquette qui indique son positionnement, son lieu d’origine et son numéro d’inventaire. Les caractères

phénologiques (précocité du débourrement et floraison, notamment) et
morphologiques (port, feuilles, fruits)
font l’objet de descriptions régulières
de la part de spécialistes de Fructus.
Yves Bischofberger et son bureau de
conseil In Situ Vivo travaillent sur un
projet similaire de réserve génétique
du châtaignier. «Il est primordial de
conserver la plus grande diversité biologique locale. Certaines variétés présentent peut-être des caractères exceptionnels qui permettront à
l’espèce de s’adapter au changement
climatique», souligne-t-il.
Jeunes et vieux noyers seront au
cœur des festivités de Meinier le 28
septembre. Au programme de ce 150e
anniversaire: vins de la région, tartes
aux noix, brisolée, visite guidée de
l’allée conservatoire et exposition de
souvenirs des villageois sur leur incroyable aïeul. ATS

LE COURRIER

GENÈVE

MARDI 6 AOÛT 2013

5

En 1956, on se décarcasse pour les Hongrois
PLACE NEUVE • La répression soviétique de l’insurrection de Budapest a provoqué l’indignation de l’Occident
et une vague de solidarité inouïe. A Genève, jusqu’à soixante mille personnes sont descendues dans la rue.
ux
Liee la sd onten
c tio
ta

UNE VAGUE
ANTISOVIÉTIQUE DÉFERLE
SUR L’EXTRÊME GAUCHE
Les communistes suisses
connaissent des heures difficiles après l’insurrection de
Budapest en 1956. Leur soutien presque indéfectible à
l’Union soviétique les isole
encore davantage. En plus de
leur coûter l’appui des socialistes et des syndicats, cela
déclenche une vague d’attaques. Au niveau suisse,
le Parti du travail ne s’en
relèvera pas.

PAULINE CANCELA

Les volets sont clos et les lumières éteintes. Le 7 novembre
1956, Genève retient son souffle.
Alors que toutes les cloches du
canton résonnent solennellement, une foule silencieuse envahit la place Neuve. Soixante
mille Genevois observent une
minute de recueillement au
pied de la statue du général Dufour. Puis l’hymne national magyar inonde l’esplanade. «Vive
la Hongrie!»
Comme le reste du monde,
Genève crie son soutien aux
«combattants de la liberté» que
la répression soviétique est en
train d’écraser brutalement à
Budapest. La révolution initiée
le 23 octobre contre le régime
communiste prend fin dans
un bain de sang. Le bloc occidental est horrifié. Aux mains
des manifestants, flottent de
larges calicots sur lesquels il est
écrit: «Tanks rouges, misère et
tyrannie» ou encore «Soviets go
home».

«Silence total
dans le pays»
A part les communistes, la
société civile dans son ensemble a convié le peuple. C’est
donc une foule monstre qui défile du Monument national, au
Jardin anglais, jusqu’a la place
Neuve, qui n’arrive pas à contenir la totalité des manifestants.
Une «grandiose et émouvante
cérémonie», écrit alors Le
Courrier.
Mais, à l’instar d’autres
grandes villes de Suisse, la liesse
populaire se termine dans le
désordre. Des éléments perturbateurs n’hésitent pas à s’en
prendre aux symboles communistes, dont la Voix Ouvrière, le
journal du Parti du travail, seule force politique à ne pas
condamner les agissements de
l’URSS (lire ci-contre).

A Genève, la plus violente
manifestation anticommuniste
a lieu au soir du rassemblement populaire du 7 novembre.
Les locaux de la Voix Ouvrière
(VO) ainsi que l’Hôtel BeauRivage, où des Russes sont
réunis pour fêter la révolution
bolchévique, sont attaqués.
Des vitrines volent en éclats
sous le poids des pavés.
Bombes lacrymogènes,
lances-incendie, la police sort
l’artillerie lourde. Bilan: une
vingtaine de blessés et cinq
arrestations.

Le 7 novembre 1956, une foule silencieuse envahit la place Neuve. Soixante mille Genevois observent une minute de recueillement
au pied de la statue du général Dufour. KEYSTONE
Le soutien des Genevois
aux combattants magyars est
indéfectible. Une semaine plus
tard, la cité de Calvin se fige à
nouveau pour trois minutes de
silence, coordonnées à l’échelle
nationale. A midi ce jour-là,
toutes les cloches du pays retentissent et les trains sont momentanément stoppés. La
«une» du Journal de Genève
titre le lendemain: «Silence total dans le pays entier».
L’Ouest avait fondé beaucoup d’espoir dans l’insurrection hongroise, premier soulèvement populaire d’envergure
contre le régime soviétique.
Après douze jours d’euphorie,
l’intervention de l’Armée rouge, dès le 4 novembre, provoque une onde de choc internationale.
Alors
que
la
résistance capitule face aux
Russes le 10 novembre, on se

«Je dois tout à la Suisse»
Fan du Servette,
membre du PLR et
marié à une grande
famille genevoise,
Egon Kiss-Borlase
était un révolutionnaire en novembre
1956. Il a quitté Budapest à l’âge de 19 ans.
De ce sombre épisode, il garde une
aversion certaine
pour toutes les
Egon Kiss-Borlase. ASSOCIAformes de socialisme.
TION DES HONGROIS DE GENÈVE
Et se montre plutôt
fier d’avoir «réussi»
tout seul, alors qu’il est arrivé à Genève sans le sou.
«Je dois tout à la Suisse», confie-t-il avec émotion,
alors qu’il nous livre son témoignage.
Sa vie genevoise, M. Kiss-Borlase l’a passée entre les
bancs de l’université et les chantiers de construction, avant de devenir patron d’une importante fiduciaire de la place. Aujourd’hui à la retraite, il préside
l’Association des Hongrois du canton et habite une
maison cossue.
«Les Russes cherchaient les contestataires. J’ai
dû fuir avec un ami. Des paysans nous ont cachés
dans du foin. Personne à cette période ne pouvait
dire qu’il était en sécurité. J’ai choisi la Suisse, car
ma sœur était sur place. L’accueil a été extraordinaire. A cette époque, il suffisait d’entrer dans un
magasin en disant que vous étiez hongrois et l’on
vous faisait moitié prix sur la marchandise... quand
on ne vous la donnait pas gratuitement. Nous avons
été reçus comme des rois.» PCA

prépare déjà à accueillir les réfugiés. Et l’on se décarcasse.
Entre novembre 1956 et
décembre
1957,
200 000
Hongrois fuiront le pays,
dont 12 000 seront accueillis en
Suisse.

Une intégration éclair
Genève admet un demimillier de réfugiés par le biais
de ses œuvres caritatives. Ils arrivent en train des structures de
la Croix-Rouge et de l’armée
suisse, où ils ont été hébergés
après un premier répit en Autriche. Les importantes donations matérielles et financières
témoignent d’un engouement
spectaculaire des acteurs publics comme privés. Le canton
et la Ville mettent de leur
poche, tout comme les élus des
partis socialiste, radical, national-démocratique (libéraux) et

indépendant chrétien social.
Ces derniers cèdent une partie
de leurs jetons de présence
(plus de 2000 francs actuels).
Même la Tribune de Genève fait
don de dix fois cette somme!
Les bourgeois de la cité vont
jusqu’à ouvrir leur propre foyer
aux exilés. Certains logeront
plusieurs années chez l’habitant. On met les nouveaux venus au travail en un temps
éclair – plus de la moitié des
actifs ont déjà un emploi en
février 1957.
Quant aux étudiants, qui
étaient aux premiers rangs
dans les combats de Budapest,
ils ont vite suscité la solidarité
de leurs homologues genevois
et des Jeunesses politiques. En
multipliant les actions de soutien, ces derniers engrangent
près de 50 000 francs (l’équivalent de 200000 francs aujour-

d’hui), sans compter les dons
privés.
La collecte permet de financer sans traîner des études à
chacun. L’alma mater compte
alors 102 étudiants hongrois.
On leur donne de l’argent de
poche (80 francs mensuels à
l’époque) et une bourse qui
couvre le loyer et la nourriture.
Ce soutien durera jusqu’en
1963.
Dans les milieux modestes,
cet élan de solidarité provoque
des réactions réservées. La Voix
ouvrière est le seul journal à
s’en faire l’écho. Si le quotidien
d’extrême gauche, mis à rude
épreuve par les événements,
participe finalement à l’effort
collectif, il n’oublie pas de demander, dans ses colonnes,
pourquoi d’autres tragédies
n’ont pas justifié de telles actions de soutien par le passé. I

La presse bourgeoise n’est
pas plus clémente. Elle lance
une campagne de dénigrement
plutôt agressive.
Les communistes suisses
dénoncent une instrumentalisation politique. «Il est assez
clair que la campagne hystérique montée au sujet de la
Hongrie [doit] servir à écraser
le mouvement ouvrier d’extrême gauche», écrit la VO en
novembre 1956. Si le parti est
durablement affaibli, poursuitelle, «il sera plus facile au
patronat de résister à toutes
les revendications ouvrières
[ainsi qu’] aux lois sociales,
[et] plus facile de faire ratifier
un accord atomique qui
consacre la sujétion de
notre pays à l’impérialisme
américain». PCA

Guerre froide, réfugié modèle
et «miracle humanitaire»
En moins de six mois, les 200 000
réfugiés de la révolution hongroise
ont été pris en charge par 29 pays
occidentaux. Un exploit que le
Haut Commissariat des Nations
Unies, chargé de coordonner l’accueil des exilés au niveau international, a pu réaliser non sans un
travail d’organisation colossal, le
soutien des Etats ainsi que l’approbation passionnée de l’opinion publique. Pour un coût total
estimé à plus de 1 milliard de
dollars, estime l’historien hongrois Gusztáv Kecskés. Cela tient,
selon lui, du «miracle humanitaire». Explications.
Guerre froide
et anticommunisme

En 1956, le monde est manichéen. L’anticommunisme fait
l’unanimité à l’ouest du rideau de
fer. Venir en aide aux «combattants
de la liberté» ne fait aucun doute.
«Lorsque la révolution hongroise
est matée par le régime de Moscou,
la déception des Occidentaux est
énorme», explique le professeur
Gusztáv Kecskés, que nous avons
rencontré à Genève.

Au niveau stratégique, les Etats
ont tout intérêt à collaborer à cet
élan de solidarité. L’OTAN veille à ce
que l’effort se maintienne tout au
long de l’année 1957. En termes de
politique intérieure aussi, les atrocités du régime communiste donnent du grain à moudre à l’antisoviétisme, permettant d’affaiblir les
fractions d’extrême gauche qui se
distancient avec peine de Moscou.
Quant à la Suisse, relève M.
Kecskés, «cela lui permet d’afficher
son soutien au camp occidental
sans trahir sa légendaire neutralité».
L’après-guerre

Après les horreurs de la Seconde
Guerre mondiale, l’opinion publique est déterminée à éviter que
l’histoire ne se répète. On vient
également de signer la Convention
de 1951 relative au statut des réfugiés. La Suisse est d’autant plus ouverte à l’asile que «la publication
du rapport Ludwig provoque un
malaise», note le professeur de
géographie Etienne Piguet. La
Confédération
a
mauvaise
conscience après sa politique restrictive envers les réfugiés juifs.

Enfin, l’Europe a besoin de
main-d’œuvre pour se reconstruire. «Les Hongrois tombaient bien
car l’Occident était en pleine expansion économique.»
Les réfugiés modèles

«Blancs et anticommunistes,
les Magyars étaient les parfaits demandeurs
d’asile»,
reprend
Gusztáv Kecskés. Ils arrivent en
général bien formés, célibataires,
en bonne santé et jeunes. Même religion, même culture, les occidentaux n’ont aucun mal à s’identifier.
«Le Hongrois est d’ailleurs devenu le symbole du bon réfugié»,
rappelle M. Piguet. Sauf que,
même fuyant pour des motifs légitimes, ils n’étaient pas tous persécutés individuellement – c’est un
des critères actuels pour obtenir
l’asile en Suisse. D’après M.
Kecskès, moins de 5% des réfugiés
pouvaient réellement craindre des
mesures de rétorsion en vertu de
leur participation aux combats de
Budapest.
A l’époque, on a toutefois jugé
que l’absence totale de perspective
et le contexte global de violence

étaient des motifs suffisants. Les
temps ont changé, regrette Etienne
Piguet: «C’était l’âge d’or de l’asile.
Bien des requérants qu’on classe
actuellement dans les ‘faux’ réfugiés, ou envers lesquels on observe
une politique d’accueil restrictive,
sont dans la même situation.» PCA
Sources écrites:
- Presse genevoise de 1956
- Patrick Genoud, Entre solidarité et anticommunisme. Les répercussions des événements de Hongrie de 1956 en Suisse et à
Genève, Mémoire de license, université de
Genève, 2001.

LES LIEUX DE LA
CONTESTATION (10/15)
On les traverse sans un regard.
On les visite sans se douter qu’ils
ont été témoins d’une histoire
sociale plus agitée qu’on ne le
croit. Cet été, Le Courrier met le
focus sur une histoire locale,
incarnée dans notre paysage quotidien, et pourtant bien loin de
l’image paisible et ordonnée que la
Suisse aime à donner. CO

6

SUISSE

LE COURRIER

LA LIBERTÉ • MARDI 6 AOÛT 2013

«Eliminer les craintes des deux côtés»
ISLAM • Après l’échec du projet fribourgeois, professeurs et musulmans sont à la recherche d’une université
pour accueillir une filière de formation des imams. Le point avec Antonio Loprieno, égyptologue.
CHRISTIAN RAAFLAUB, SWISSINFO

Alors que la communauté musulmane
du monde entier célèbre le ramadan, des
milliers de croyants pratiquent un mois
de jeune et de prières en Suisse. L’imam
joue un rôle important, puisqu’il appelle
et participe à la prière.
En mars dernier, il a été décidé que
les grandes écoles suisses élaboreraient, en collaboration avec les communautés musulmanes, des bases pour
la formation des imams. Le groupe de
travail dirigé par le Professeur bâlois
d’égyptologie Antonio Loprieno est en
train de chercher une université qui
pourrait accueillir cette nouvelle filière.
Vous ne parlez pas explicitement de
formation des imams. Pourquoi?
Antonio Loprieno: Le mot imam désigne une profession exercée au sein
de la communauté musulmane. Les
universités suisses ne forment pas de
curés ou de pasteurs, mais des théologiens. De même, nous voulons développer un cursus de théologie musulmane. C’est-à-dire que nous espérons,
si ce cursus est d’un bon niveau qualitatif, que les communautés musulmanes puissent engager ces diplômés
comme imams.
On a déjà tenté de former
des intervenants qui
travaillent déjà parmi
les musulmans. A Fribourg,
ce projet a été interrompu
avant même de
commencer. Etait-ce dû à
un manque de confiance du
côté musulman?
La confiance est une composante très importante. Dans ce groupe
de travail mixte, nous avons dû aller les
uns vers les autres et établir un rapport
de confiance. Les tentatives précédentes
ont probablement échoué parce qu’elles
ne faisaient pas l’unanimité des deux
parties.
A Fribourg, la question de la langue s’était
notamment posée. Ne serait-ce pas aussi
une raison pour proposer la filière dans
plusieurs universités?
Il sera probablement difficile de tenir
compte des trois langues nationales.
Mais nous voulons proposer différents
aspects de cet enseignement au moins
dans deux langues, en allemand et en
français.

Différents courants de l’islam cohabitent
en Suisse. La communauté musulmane
est moins homogène que dans d’autres
pays. Est-ce que les différentes fractions
pourraient toutes être prises en compte
dans un tel cursus?
Je crois que la réponse la plus simple
à votre question est: non. Mais ce
n’est pas non plus notre but. Nous
voudrions franchir une première étape, donner un signe. Pour cela, nous
cherchons la personne la mieux qualifiée pour diriger ce cursus. Nous souhaitons que cette personne soit ouverte et animée d’un esprit d’ouverture
et de tolérance à l’égard des autres
courants.
L’idée d’offrir une formation
n’implique-t-elle pas aussi celle de
contrôler les musulmans,
voire les activités des imams?
Nous ne voulons ni sélectionner n’importe comment ni exercer de censure.
Mais il y a déjà certaines exigences qui
font que l’offre doit être conforme à
l’esprit de la tradition suisse de tolérance et de transparence et qu’elle
contribue jusqu’à un certain point à
améliorer la qualité de la vie des communautés et du débat musulman en
Suisse.

«L’offre doit être
conforme à l’esprit
de tolérance et de
transparence»
ANTONIO LOPRIENO

Quelles sont les résistances et les peurs
que vous vous attendez à rencontrer dans
votre travail?
Nous aurons à éliminer des craintes
dans les deux parties. Il y a des résistances du côté académique, parce que
cette branche n’a jamais été enseignée
dans les universités. Certains collègues
s’inquiètent de savoir si nous pouvons
réussir à organiser quelque chose qui
corresponde aux exigences élevées de
la théologie dans les universités
suisses. D’autre part, il y a certaines réserves dans les communautés musulmanes, précisément aussi parce que cet
ancrage académique de la formation
du clergé n’existe pas non plus chez
elles.

L’imam appelle et participe à la prière. Au centre, l’imam de la mosquée de Lugano-Viganello durant une prière. KEYSTONE-A
Est-il donc possible de réduire l’écart
entre les exigences des communautés
islamiques et le système de Bologne?
Compte tenu de la rigidité actuelle du
système de Bologne, il serait difficile
d’organiser du jour au lendemain un
cursus. C’est pourquoi nous songeons
pour l’instant à un Master of Advanced
Studies. En espérant que, si cette offre

s’étoffe au cours des années, nous pourrons ensuite également proposer des
bachelor et master selon le système de
Bologne.
L’islam n’est pas une Eglise nationale.
Pourquoi les contribuables devraient-ils
contribuer à son enseignement?
C’est une question tout à fait légitime.

UBS

FLUX DE PASSAGERS

Projet pilote dans les gares Le spectre d’une bulle
Les CFF veulent améliorer le
flux des passagers qui montent et
descendent des trains. Ils ont
présenté hier à Laufon (BL) un
projet pilote qui durera une
année dans cinq gares de BâleCampagne sur la ligne BâleDelémont, soit Aesch, Duggigen,
Grellingen, Zwingen et Laufon.
Aux heures de pointe, douze
gares atteignent actuellement les
limites de leur capacité, a indiqué
hier à Laufon Philippe Gauderon,
directeur des infrastructures des
CFF. Les passagers perdent du
temps lorsqu’ils montent et descendent des trains, ce qui met en
danger la stabilité de l’horaire.
La situation va encore s’aggraver ces prochaines années. D’ici
2040, le nombre de passagers devrait en effet augmenter de 70%,
selon les CFF.
La compagnie ferroviaire a
donc décidé de lancer le 16 août
un projet pilote. Dans les cinq
gares choisies, afin de mieux définir l’endroit où s’arrêtent les wagons, les quais seront divisés en
secteurs de 50 à 55 mètres. Chacun d’entre eux disposera d’un
tableau d’information. A Laufon,

immobilière s’éloigne

Les différents secteurs seront
marqués au sol dans la gare
de Laufon. KEYSTONE
les secteurs seront marqués au
sol, une première en Suisse.
Pour que le système fonctionne
bien, les conducteurs de locomotive devront s’arrêter exactement à
l’endroit prévu et marqué au sol, a
souligné M. Gauderon. Les tableaux d’information sur les quais
indiqueront aux voyageurs la disposition des wagons du convoi. La
commission interne pour le personnel des locomotives a donné
son accord au test. ATS

La perspective de voir se former une bulle immobilière en
Suisse s’éloigne quelque peu,
juge UBS. L’indicateur du numéro
un bancaire helvétique confirme
une accalmie du marché au 2e trimestre, même si celui-ci demeure en zone à risque.
L’indice des bulles immobilières UBS est demeuré stable
entre avril et fin juin, a indiqué
hier la grande banque. Il se situait
ainsi à 1,20 point à l’issue du trimestre sous revue, en hausse très
modeste de 0,03 point par rapport aux trois mois précédents.
«Ce tassement relatif
confirme le constat largement répandu d’accalmie progressive du
marché résidentiel», précise le
communiqué. Contrairement à
la crise immobilière des années
1990, la probabilité qu’une bulle
se forme, puis éclate dans les trimestres à venir s’est quelque peu
atténuée.
Prudente, la banque zurichoise relève toutefois que si l’accalmie ne devait pas durer, le
risque de bulle devrait à nouveau

augmenter du fait que le marché
se situe au sommet d’un cycle
des prix qui dure depuis quinze
ans. Les signes de surévaluation
sont clairs.
UBS explique la légère hausse
de l’indice par l’augmentation
toujours soutenue des prix de
l’immobilier résidentiel et des
crédits hypothécaires, alors que
les revenus des ménages et les
prix à la consommation stagnaient dans le même temps. En
comparaison annuelle, les prix
des logements en propriété ont
bondi de 5,4%. Toutefois, la légère correction intervenue en juin
2012 a favorisé à la hausse.
Le volume des prêts hypothécaires a pour sa part cru de 4,3%
ou 29 milliards de francs. En parallèle, les revenus des ménages
ne se sont étoffés que de 1,4% ou
près de 5 milliards de francs. Un
endettement
croissant
qui
constitue un risque supplémentaire pour l’économie suisse en
cas de forte hausse des taux
d’intérêts, observe UBS. ATS

Je voudrais souligner que la Confédération n’a eu aucune obligation jusqu’à
maintenant. Vis-à-vis du contribuable,
je dirais que cette initiative garantit en
fin de compte une structure plus pacifique et mieux organisée pour l’islam
en Suisse, ce qui justifie aussi un modeste engagement financier de la
Confédération. I

EN BREF
ÉVOLUTION TECHNOLOGIQUE

La révolution numérique n’a pas
décimé les salles de cinéma
Malgré son coût élevé, le passage à la projection numérique ne fera disparaître que peu de cinémas helvétiques.
Les subventions fédérales ont permis d’éviter le pire et
94% des salles sont désormais digitalisées. Sur les
514 salles modernisées, 160 ont pu le devenir grâce à
l’aide de la Confédération. ATS

ANIMAUX

Knie soupçonné de cruauté
La fondation de protection des animaux Pro Tier estime qu’un
numéro de l’actuel spectacle du Cirque Knie fait preuve de
cruauté envers des éléphants et a déposé une plainte. Dans le
numéro en question, un éléphant placé sur un socle tombe
avec ses pattes avant sur une bascule. Etant donné le poids de
l’animal, ce numéro pourrait causer des dommages à ses articulations, dénonce Pro Tier. L’Office vétérinaire du canton de
Saint-Gall a mandaté des experts afin d’examiner le cas.
Franco Knie a rejeté les critiques. ATS

ARMÉE DU SALUT

Un Suisse élu au plus haut niveau
L’Armée du Salut internationale a élu samedi à Londres
un Suisse de 59 ans pour la diriger. André Cox devient le
20e général de cette Eglise. Né au Zimbabwe d’un père britannique et d’une mère suisse, il a été officier de paroisse
à Morges (VD) et aux Ponts-de-Martel (NE). ATS

LE COURRIER

ÉCONOMIE

LA LIBERTÉ • MARDI 6 AOÛT 2013

7

Salaires: ce que 2014 nous réserve
HAUSSE DES SALAIRES • Malgré un environnement difficile, l’économie suisse s’en tire plutôt bien.
Grâce aux travailleurs, soulignent les syndicats, qui veulent une augmentation en conséquence.
KESSAVA PACKIRY ET
GUILLAUME MEYER

MAINTENIR LE
POUVOIR D’ACHAT

Pour les syndicats, il est temps que
les employés soient récompensés
de leur «infatigable engagement».
Un engagement qui a permis à l’économie suisse d’afficher sa vigueur malgré un environnement
défavorable. Hier, Travail.Suisse a
ainsi réclamé des augmentations
de 1 à 2% pour 2014 (voir ci-après),
en fonction des branches.
Selon Syna, syndicat affilié à
Travail.Suisse et qui demande, lui,
des augmentations de 2% en
moyenne, les faits sont là: entre
2007 et 2011, le salaire réel (celui
qui tient compte de l’inflation) a
évolué bien en dessous de la croissance effective du produit intérieur
brut (PIB). «Entre 2007 et 2011,
alors que les prévisions du Secrétariat d’Etat à l’économie (seco) n’étaient que de 6,1%, le PIB a crû de
14,5%. En comparaison, la hausse
des salaires réels n’a été que de
3,9%. La différence est vraiment très
grande!», relève Arno Kerst, viceprésident de Syna.

Le syndicat Travail.Suisse juge le moment
particulièrement propice à une hausse générale des salaires. Une hausse qu’il a placée
hier entre 1 et 2%, en vue des négociations
salariales de l’automne pour 2014.
La Suisse est sortie rapidement de la crise
financière de 2008, la croissance étant revenue dès 2010. Gabriel Fischer, responsable de
la politique économique à Travail.Suisse, a
rappelé que cette capacité s’était manifestée
malgré des marchés extérieurs en récession
et un franc suisse surévalué. Situation possible grâce à la consommation privée: la
preuve qu’il faut maintenir le pouvoir d’achat.

Ne pas délocaliser
Pour le syndicat, il est temps de
réparer cette injustice. Et de profiter
d’un renchérissement qui devrait
rester stable, et se situer autour du
zéro en 2014, comme en 2013. «Ainsi, les hausses obtenues ne seront
pas «mangées» par l’inflation.» Et
Arno Kerst d’insister à nouveau:
«L’économie suisse est restée forte.
Et ceci, elle le doit à l’engagement et
à la qualité de travail des employés!»
Il est vrai que la productivité a
augmenté dans le pays: Wolfgang
Martz, vice-président de l’Union
patronale suisse, l’admet bien volontiers. Mais il s’agissait d’une
question de survie: «Comme nous
vendons grosso modo la moitié de
notre production à l’étranger et
que nous devons la vendre moins
cher en raison du franc fort, il
nous a fallu gagner en productivité pour rester compétitifs. Cela
nous a permis de maintenir la force de travail en Suisse et de ne pas
délocaliser.»

Augmentation nette
Pour Wolfgang Martz, l’argument du «rattrapage» (le besoin
d’associer davantage les salariés
aux fruits de la croissance) avancé
par les syndicats est déplacé. «On a

Il est temps que les employés soient récompensés de leur «infatigable engagement», réclament les syndicats. KEYSTONE
construction, qui
traversent une
phase difficile.»
Guy Suchet,
d i re c t e u r d e s
ressources
humaines de la
Fédération
des
entreprises
romandes Genève (FER Genève),
avance de son côté: «Les syndicats
demandent beaucoup pour obtenir
peu, c’est le jeu des négociations.
Généralement, de ce que j’ai vu ces
dernières années, les augmentations salariales sont inférieures
d’environ 1% à ce qui est demandé.
Il faut voir que les salaires n’ont pas
diminué malgré l’inflation négative. L’année passée, les salaires réels
ont augmenté. Et le pouvoir d’achat
devrait être considéré plus globalement, quand on sait par exemple
que les gens dépensent aujourd’hui
beaucoup moins pour l’alimentation que par le passé.»
Vu la conjoncture actuelle, Guy
Suchet ne s’attend pas à de fortes
hausses salariales. «Le ralentissement est moins fort que ce qu’on

Le syndicat Travail.Suisse
réclame des augmentations
de 1 à 2% pour 2014
eu une inflation négative ces dernières années (ndlr: elle l’a été en
2009 et 2012; en 2007 et 2010, l’inflation était de 0,7%, de 0,3% en
2011, de 2,4% en 2008). Mais cela
n’a pas empêché de grosses augmentations de salaires, de l’ordre
de 1 à 2% à plusieurs reprises. Il y a
donc eu une augmentation nette
du pouvoir d’achat plusieurs
années de suite. Au surplus, avec
un salaire horaire nominal parmi
les plus élevés du monde, je ne
pense pas qu’on puisse dire que les
travailleurs suisses sont mal lotis.»
Dans ce contexte, conclut le représentant patronal, il faut tenir
compte de la situation propre à
chaque branche: «Je peux m’imaginer que l’industrie horlogère
consente des efforts plus importants que les arts graphiques ou la

avait imaginé, la Suisse reste privilégiée par rapport au reste de
l’Europe. Mais si les autres pays
sont en crise, nous en subissons
aussi les conséquences.»

Tableau incomplet
George Sheldon, professeur
d’économie du travail à l’Université
de Bâle, n’est pas non plus partisan
de l’argument du «rattrapage»: «On
ne peut pas nécessairement dire
que les gains de productivité doivent se traduire par des hausses de
salaires. Le tableau n’est pas complet car l’allocation des salaires dépend aussi de la concurrence et de la
situation exacte de chaque entreprise. L’argument des gains de productivité est en fait un préargument, qui fait partie du jeu des
négociations.»
Reste que, selon George Sheldon, «les hausses de salaires décidées ces dernières années en
Suisse n’ont pas pénalisé l’emploi.
L’évolution du chômage, qui reste
bas en comparaison européenne,
en témoigne.» I

Aujourd’hui, tous les signaux sont positifs.
La croissance devrait atteindre 1,3% pour
l’année en cours et 2,1% l’an prochain. «Et il
est de tradition, au Secrétariat d’Etat à l’économie (seco), de publier des prévisions qui se
révèlent ensuite beaucoup trop prudentes»,
note Arno Kerst, vice-président du syndicat
affilié Syna. Bref, avec un pronostic de 2,1%
pour 2014, on peut y aller.
Syna revendique des augmentations
moyennes de 2%. Un besoin de rattrapage
existe dans l’industrie d’exportation. Dans la
construction aussi, mais Syna insiste sur la
nécessité de remonter les salaires minimaux
dans la convention collective. Dans les services, notamment la santé, le syndicat veut
des hausses générales. Les hausses individuelles sont trop exposées à l’arbitraire. Mais
il faudra aussi enfoncer le clou concernant l’égalité hommes-femmes, qui reste en panne.
Autre syndicat affilié, Transfair annonce de
son côté des augmentations entre 1 et 2%.
Les bénéfices enregistrés au premier trimestre par La Poste (222 millions) et Swisscom (445 millions) «montrent qu’il y a de la
marge», commentait hier Matthias Humbel,
responsable politique au syndicat. Mais il
s’agit aussi d’étendre à La Poste les nouveaux
systèmes salariaux, déjà appliqués aux CFF et
à Swisscom.
Hotel et Gastro Union, de son côté, rappelle
que beaucoup a été obtenu ces dernières
années, avec une convention collective étendue à toute la branche et une progression
salariale de 2,4% en 2012. Le syndicat entend
aussi consolider la convention en vigueur
dans la boulangerie-pâtisserie-confiserie.
Tout va donc se jouer entre 1 et 2%, sachant
que la hausse nominale accordée pour 2013
n’a été que de 0,8%, selon l’enquête UBS. Un
chiffre à nuancer du fait de l’inflation négative
en 2012.
FRANÇOIS NUSSBAUM

FRANCE, LINGERIE

Pari gagné: des ex-Aubade créent leur propre entreprise
C’est l’histoire de trois cadres, anciens
d’Aubade, société acquise par Calida en
2005, licenciés à la faveur d’une délocalisation. Une histoire qui se termine bien:
trois ans plus tard, ils ont gagné leur pari,
en créant leur propre entreprise de lingerie fine, Indiscrète, made in France et
avec le vent en poupe.
Indiscrète emploie aujourd’hui 23
personnes, dont 18 ex-Aubade (lingerie
fine) dans un atelier de confection à
Chauvigny (département de la Vienne),
et a créé 105 emplois de conseillères de
vente en France et un en Belgique. Dans
le bâtiment de 900 m2 construit par la
communauté de communes de Chauvigny, on n’entend que le bruit des machines à coudre.
Didier Degrand, ancien directeur de
production d’Aubade, ne cache pas son
émotion: «L’histoire est magnifique! On
est en train de réaliser ce que nous avons
écrit sur le papier. En chiffre d’affaires, en
création d’emplois et en volume.» Avec
Christelle Bois et Béatrice Mongella,
elles aussi licenciées par Aubade, ils dé-

La création d’Indiscrète a redonné
du baume au coeur à Martine Lebrun, 55
ans, mécanicienne en confection, licenciée après 36 ans de carrière chez Aubade. «Je suis fière de participer à ce projet.
Je ne pensais plus jamais pouvoir retrouver du travail. Chez Aubade, j’effectuais
une tâche répétitive sur une seule machine. Ici, je travaille sur six machines
pour réaliser un produit haut de gamme
de A à Z. C’est très valorisant», dit-elle.

cident en 2010, forts de leur savoir-faire,
de créer Indiscrète. «Notre prime de licenciement et nos économies sont
passées dans cette création au capital de
195 000 euros. On a été beaucoup aidés
par les banques locales mais également
la région Poitou-Charentes et le Conseil
général de la Vienne», explique le directeur, âgé de 50 ans.
Le concept d’Indiscrète: la fabrication
de lingerie fine, haut de gamme, adaptée
à toutes les silhouettes. Les produits sont
réalisés à la commande et exclusivement
distribués lors de présentations privées à
domicile. La société propose des soutiens-gorges qui vont de la taille 85 à 120,
de la profondeur A au F, et pour les culottes, slip, string, shorty ou nuisette, du
36 au 58.
L’entreprise, par le biais des
conseillères de vente et de la fabrication
française, peut personnaliser les produits. «La personnalisation peut être assez basique sur un catalogue assez exhaustif. D’autres correspondent à des

Indiscrète emploie 23 personnes,
dont 18 ex-Aubade. KEYSTONE
personnes qui souhaitent allaiter, qui
ont par exemple une différence importante entre le sein droit et le sein gauche
et d’autres qui ont une mastectomie partielle ou totale», souligne Didier Degrand. Il faut compter en moyenne autour de 100 euros (un peu plus de 120
francs) pour s’offrir une parure sur mesure réalisée par des professionnelles
expérimentées.

Pour Didier Degrand, il reste encore du
chemin à parcourir même si les chiffres
laissent augurer de belles perspectives.
«En 2011, on avait prévu 320’000 euros
hors taxe de chiffre d’affaires, on a fait
304’000, en 2012 on avait prévu 635’000,
on a fait 700’000. Pour 2013, on prévoit un
million. Nous sommes en pleine crise, si
la crise cesse, on a aura du mal à fournir».
Il espère atteindre la rentabilité en vingtquatre mois.
Chez Indiscrète, il n’y pas de stock.
N’est fabriqué que ce qui est commandé
par la centaine de conseillères qui cou-

vrent toutes les régions de France, sauf la
Corse et les Dom Tom. Elles ont à disposition plus de 30 produits de présentation et une gamme de 35 produits d’essayage qui leur permettent de bien
définir la taille de la cliente.
Claudie Blanchard, la cinquantaine, licenciée après 25 ans chez Aubade,
contrôle le travail de l’atelier et les expéditions chez les vendeuses: «C’est un joli
pied de nez à Aubade qui nous a licenciées pour partir fabriquer à moindre
coût en Tunisie», dit-elle. «S’ils avaient
creusé un peu, les dirigeants auraient pu
éviter ce gâchis. J’espère que notre réussite aura valeur d’exemple», dit-elle.
Aubade, rachetée par la marque lucernoise Calida en 2005, comptait alors
472 employés en France. Les différents
plans sociaux n’avaient laissé à Aubade
Saint-Savin, l’usine historique, qu’une
trentaine de personnes. En mars, 66 anciens salariés ont obtenu des dommages
et intérêts pour avoir été licenciés sans
motif économique. ATS

8

INTERNATIONAL

LE COURRIER

LA LIBERTÉ • MARDI 6 AOÛT 2013

Voici le hamburger créé in vitro

EN BREF
NIGERIA

Des affrontements
font 35 morts

ALIMENTATION • Le premier hamburger fait avec des cellules souches a été dégusté hier.
Pas d’un grand intérêt gastronomique, il répond toutefois au défi alimentaire mondial.
Il pesait 142 grammes et a coûté
300 000 francs. Le premier burger créé
«in vitro» à partir de cellules souches
de vache a été cuisiné et dégusté hier
à Londres lors de la mise en scène
d’une expérience potentiellement
révolutionnaire.
Deux goûteurs dûment assermentés, une Autrichienne «chercheuse
en tendances culinaires» et l’auteur
américain d’un livre sur «les goûts de
demain», ont eu l’honneur d’être les
premiers à manger en public un steak
créé de toutes pièces en laboratoire,
cuisiné sous leurs yeux et ceux de son
créateur, un scientifique néerlandais de
l’Université de Maastricht, Mark Post.
Verdict: «Goût assez intense»,
«même texture» et un profil général
«proche de la viande» malgré un
«manque de gras» certain, ont tranché
les deux «volontaires» qui n’ont cependant pas fini leur repas malgré son coût
de fabrication prohibitif.
Mark Post, qui a lui-même englouti
un petit morceau lors de cette présentation en public diffusée sur internet, a
tout de même conclu à un «très bon
départ» pour son burger. Celui-ci a aussitôt été surnommé «Frankenburger»
par la presse britannique, en référence à
Frankenfood, terme péjoratif désignant
la nourriture génétiquement modifiée
et faisant allusion à Frankenstein.

FRANCE

La fille du président
ouzbek visée par
une enquête

Le scientifique néerlandais Mark Post a lui-même englouti un petit morceau de son hamburger de laboratoire. Verdict: un goût
proche de la viande malgré un manque de gras certain. KEYSTONE

Cellules souches
Avec son équipe, Mark Post a mis
six semaines pour confectionner ce
steak à partir de cellules souches de
vache cultivées en laboratoire. Ils y ont
ajouté de la chapelure, du sel, de la
poudre d’œuf ainsi que du jus de betterave et du safran pour la couleur.
Le
chef
cuisinier
Richard
McGowan a déclaré pendant l’émission qu’il préparait le steak «comme
d’habitude» avec de l’huile de tournesol et du beurre dans une poêle.
Si pour l’instant le processus de
fabrication complexe rend l’entreprise
particulièrement longue et onéreuse
(250 000 euros), la technologie est
censée offrir à l’avenir des solutions à
même de régler des «problèmes
majeurs pour la planète».
Selon ses concepteurs, qui tablent
sur une commercialisation dans un
délai de dix à vingt ans, la technologie

Des affrontements entre les forces
de sécurité et des membres de la
secte islamiste Boko Haram ont fait
au moins 35 morts ce week-end
dans le nord du Nigeria, a indiqué
hier l’armée. Les attaques ont eu
lieu dans l’Etat de Borno, près de la
frontière avec le Cameroun. ATS/RTF

Son créateur a aussitôt été
surnommé «Frankenburger»
par la presse
permettra de répondre à une demande
croissante,
alors
que
l’Organisation des Nations Unies
pour l’alimentation et l’agriculture
(FAO) table sur une augmentation de
la production de viande de 229 millions de tonnes en 1999/2000 à 465
millions de tonnes en 2050.
Et cela sans les inconvénients de
l’élevage industriel qui pollue, demande de grosses quantités d’eau, émet des
gaz à effet de serre et mobilise 70% des
terres agricoles mondiales.
L’association de défense des droits
des animaux Peta a également fait

remarquer que la
viande in vitro
signifierait «la fin
des batteries de
poulets, des abattoirs et des usines
d’élevage».

Vache écotaxée
«Dans vingt ans, on pourra avoir
dans nos supermarchés deux produits
ayant exactement le même goût et la
même apparence. L’un provenant de la
vache qui comportera une écotaxe et
impliquera que des animaux aient été
tués. L’autre venant du labo sans que personne n’ait eu à souffrir et potentiellement moins cher», a résumé Mark Post.
«D’un point de vue écologique et
éthique, la technologie in vitro ne présente que des avantages», a insisté le
chercheur néerlandais, qui a assuré

qu’il donnerait à manger «sans hésiter»
un tel steak à ses enfants, ne voyant pas
comment il pourrait être plus nocif que
de la viande normale «puisqu’en fin de
compte c’est de la viande normale».
Au contraire, l’absence de gras,
séparé de la chair au début du processus, et le choix de la «bonne» cellule au
départ offrent la possibilité d’une nourriture plus saine que la «vraie».
Sergey Brin, cofondateur de Google
qui a financé le projet de Mark Post,
pense que ce hamburger peut «transformer le monde». «On est en gros
devant trois scénarios: on devient tous
végétariens mais je n’y crois pas. On
ferme les yeux et on aura des problèmes environnementaux. Ou on
essaye quelque chose de nouveau», at-il dit lors d’une petite vidéo diffusée
juste avant que le chef n’allume la cuisinière. ATS/AFP

La justice française enquête depuis plusieurs mois visant Gulnara Karimova, la
fille aînée du président ouzbek Islam
Karimov, pour «blanchiment en bande
organisée» et «corruption d’agent
étranger», a indiqué en fin de semaine à
l’AFP une source judiciaire. Une instruction est également en cours en Suisse.
Auparavant, la France avait été saisie
d’une demande d’entraide internationale de la part de la Suisse. Le Ministère
public de la Confédération (MPC) a
confirmé à l’ats avoir adressé une telle
requête dans le cadre d’une affaire de
blanchiment visant notamment Mme
Karimova. Mais il refuse de donner
davantage de précision. Le MPC avait
indiqué en octobre 2012 avoir gelé plusieurs centaines de millions de francs
dans différentes banques suisses dans
le cadre de cette enquête. ATS/AFP

MÉDIAS

Le «Washington
Post» racheté
Le groupe Washington Post a
annoncé hier la cession de ses
activités d’édition, y compris le
quotidien portant son nom, au
patron-fondateur du groupe de
distribution en ligne Amazon, Jeff
Bezos, pour 250 millions de dollars. «L’acheteur est une entité
qui appartient à M. Bezos en tant
qu’individu, et pas Amazon Inc»,
précise le communiqué du
groupe. ATS/AFP

SYRIE

LACTOSÉRUM CONTAMINÉ

Assad écrasera
la rébellion

Fonterra tente de rassurer sur ses produits laitiers

Le président syrien a exprimé
dimanche soir sa détermination
à écraser d’une «main de fer» la
rébellion, quelques jours après
avoir affiché l’image d’un régime
sûr de la victoire. Ceux que Bachar al-Assad nomme les «terroristes» tentent depuis deux ans
de le renverser. «Aucune solution ne peut être trouvée avec le
terrorisme, excepté en le réprimant avec une main de fer», a
déclaré le président Assad au
cours d’une rare allocution à la
télévision publique.

Le géant néo-zélandais Fonterra a présenté hier à Pékin ses
«profondes excuses» tout en
niant avoir tardé à réagir après la
découverte dans ses produits laitiers d’une bactérie, ravivant les
craintes des consommateurs chinois et d’autres pays asiatiques
notamment. Plusieurs Etats ont
pris des mesures pour que les lots
soient retirés de la vente.
Fonterra a révélé ce week-end
que trois lots de petit-lait (lactosérum), utilisé pour la fabrication de laits maternisés et de
boissons pour les sportifs, contenaient une bactérie pouvant causer le botulisme, une intoxication
susceptible de provoquer la paralysie, voire la mort.
Pour le moment, aucune victime n’est à déplorer, selon Fonterra. Néanmoins, la Chine ainsi
que Singapour, la Malaisie, la
Russie et l’Arabie saoudite ont
pris des mesures pour que les lots
de produits laitiers contenant
cette bactérie soient retirés de la
vente.

Sur le front humanitaire, Médecins sans frontières (MSF) tire
la sonnette sur la situation précaire des réfugiées syriennes, en
particulier des femmes enceintes. Face à l’urgence, l’organisation humanitaire a ouvert un
projet de santé reproductive dans
la vallée de la Bekaa au Liban, à la
frontière avec la Syrie. Depuis
avril, MSF gère trois cliniques offrant des soins de santé reproductive dans la Bekaa, a indiqué
hier l’organisation. A la fin juin,
près de 850 consultations ont été
fournies par des sages-femmes libanaises qualifiées.
ATS/AFP

L’autorité chinoise de régulation pharmaceutique et alimentaire a enjoint dimanche trois sociétés agroalimentaires ayant

utilisé ces lots de Fonterra de
«cesser immédiatement de
vendre» et de «rappeler tous les
produits» pouvant contenir des
éléments incriminés.
Soucieux de rassurer les
consommateurs chinois et préserver l’image du groupe dans le
pays, où le marché des produits
laitiers est en plein essor, le patron de Fonterra s’est déplacé en
personne à Pékin.
Theo Spierings a affirmé
hier que sa coopérative avait
donné l’alerte dès confirmation
de la contamination. Il répondait au premier ministre néozélandais John Key, qui a souligné «les risques» pris par le
groupe, plus grosse coopérative
laitière dans le monde en terme
de production.
«Je m’étonne qu’en mai 2012,
lorsque le petit-lait en question a
été produit, (Fonterra) ait remarqué quelque chose lors de tests,
mais que cela n’ait manifestement pas été jugé suffisamment
inquiétant, puisque l’entreprise a
autorisé» les lots à sortir de l’usine, a déclaré M. Key.
De son côté, M. Spierings a
affirmé que les premiers signes

tous les produits quittant la Nouvelle-Zélande, par mesure de
précaution».
Parmi les entreprises visées
par les autorités chinoises pour
avoir acheté les lots de lactosérum incriminés figurent l’américain Coca-Cola et le groupe chinois Wahaha – dont les
processus de fabrication auront
tué la bactérie, selon Theo Spierings –, ainsi que le fabricant de
lait infantile Dumex, filiale du
français Danone. Dumex a assuré avoir «isolé de toute urgence» les lots concernés encore en
sa possession.

La Chine a réagi très vivement à la menace d’un nouveau scandale
alimentaire lié au lait maternisé. Mais aucune victime n’est pour
l’instant à déplorer. KEYSTONE
d’une contamination des lots n’étaient apparus que lors d’analyses réalisées en mars dernier,
dix mois après la production, et
que des tests supplémentaires
avaient été nécessaires pour
identifier «la racine» du problème et «la souche exacte» de la
bactérie.
«(Les tests) ont confirmé (une
contamination) le 31 juillet. Et

autant que je me souvienne, nous
avons été mis au courant (de ces
résultats) ce même jour et, en
l’espace de 24 heures, nous avons
informé comme il convenait nos
consommateurs et le Gouvernement néo-zélandais», a insisté le
directeur général de Fonterra.
M. Spierings a précisé que la
coopérative projetait de «tester

Nestlé, le géant suisse de l’alimentation, a indiqué n’être pas
touché par le rappel des lots du
groupe néo-zélandais. En Asie,
Singapour et la Malaisie ont rappelé «par mesure de précaution»
certains des laits infantiles de
marques clientes du groupe.
En Russie, les autorités ont
annoncé l’interdiction des produits laitiers de Fonterra, tandis
qu’en Arabie saoudite un lot de
lait maternisé contenant la
bactérie a été saisi avant qu’il ne
soit distribué sur le marché.
ATS/AFP

LE COURRIER

INTERNATIONAL

LA LIBERTÉ • MARDI 6 AOÛT 2013

9

Lourdes peines contre les putschistes
TURQUIE • La justice a lourdement condamné hier les membres du réseau putschiste Ergenekon, avec au moins
douze condamnations à la prison à vie. Le procès a été dénoncé par l’opposition comme une chasse aux sorcières.

PLUSIEURS HAUTS
GRADÉS CONDAMNÉS

MARC SEMO

L’interminable et très contestée enquête Ergenekon est un révélateur
de la nature du pouvoir de l’Akp
(parti de la justice et du développement) qui gouverne la Turquie depuis 2002 et de sa dérive. L’autoritarisme croissant du premier ministre
Recep Tayyip Erdogan irrite une
bonne partie de l’opinion comme l’a
montré la vigueur de la contestation
dans la rue en juin dernier et inquiète les Européens longtemps fasciné
par un «modèle turc» qui semblait
concilier islam et démocratie.
La procédure qui a abouti aux
très lourdes condamnations pour
«complot» de bon nombre des
quelque 300 accusés dont l’ancien
chef d’Etat major Ilker Basbug a été
entachée par de très nombreuses
irrégularités donnant des arguments à ceux qui dénoncent le verdict avant tout politique d’un appareil judiciaire repris en main par les
islamo-conservateurs. «C’est une
occasion gâchée car ce procès censé
faire la lumière sur nombre des
crimes et des complots de ces dernières années est devenu le symbole
même de l’injustice d’une justice
qui ne respecte pas les droits de la
défense, ne s’arrête pas aux faits et
aux preuves mais réprime des délits
d’opinion», affirme Ahmet Insel,
universitaire et directeur de la revue
«Birikin» s’inquiétant «d’une logique pénale qui ne vise plus seulement les auteurs d’actes répréhensibles mais cherche à combattre
ceux que le pouvoir considère comme ses ennemis». Les avocats ont en
effet dénoncé de nombreuses bavures, preuves fragiles, témoins anonymes, écoutes téléphoniques douteuses, etc...

Le Tribunal de Silivri, à l’ouest d’Istanbul, a
prononcé hier de lourdes peines contre les
membres du réseau putschiste Ergenekon.
Il a notamment condamné à la réclusion à
perpétuité l’ancien chef d’état-major des
armées, le général Ilker Basbug, pour «tentative de renversement de l’ordre constitutionnel par la force».
D’autres anciens généraux, comme l’exchef de la gendarmerie Sener Eruygur et
l’ex-chef de la Première armée Hürsit Tolon,
le journaliste Tuncay Özkan et le chef du
petit Parti des travailleurs (IP, nationaliste)
Dogu Perinçek ont également été
condamnés à la prison à vie.
Le journaliste renommé du quotidien de
gauche «Cumhuriyet» Mustafa Balbay, élu
pendant sa détention député du principal
parti d’opposition, le CHP (pro-laïcité), a été
condamné à 35 ans de prison. Des dizaines
d’autres condamnations à la prison ont été
prononcées ainsi que 21 acquittements.

Des échauffourées ont eu lieu hier entre des manifestants et la police près du tribunal de Silivri, à l’ouest d’Istanbul.
Les défenseurs de la laïcité et des militants des droits humains dénoncent ces procès comme un montage visant à écarter
du champ politique les opposants. KEYSTONE
battre par des moyens parallèles les
ennemis de la république laïque jacobine et quelque peu autoritaire
fondée par Mustapha Kemal en
1923.

de renom dont certains comme Ahmet Sik et Nedim Sener – finalement
relaxés – avaient été les premiers à
révéler la nuisance d’Ergenekon.
«Cette enquête qui visait au début une organisation
illégale a rapidement
dérivé», s’indignait
déjà une année plus
tard Muammar Aydin, à l’époque bâtonnier d’Istanbul, alors
que des éditorialistes
tel Rusen Cakir, spécialiste de l’islam politique turc avertissaient: «Veut-on vraiment mettre
fin à une organisation terroriste ou
veut-on liquider un bloc qui mène
l’opposition la plus virulente contre
le parti au pouvoir?»

D’abord, l’espoir

L’instruction s’est élargie de plus en plus
avec finalement
plus de 300 inculpés

L’enquête commencée en 2007
après la découverte de 27 grenades à
Umraniye, lointaine banlieue asiatique d’Istanbul avait d’abord suscité un immense espoir. «Des choses
dont nous n’aurions même pas rêvé
ont commencé à se produire», s’exclamait encore en 2009 Baskin Oran,
professeur de science politique et
intellectuel engagé depuis des
années dans les combats pour les
droits de l’homme. Le travail des
juges mettait au jour les rouages de
«l’Etat profond» comme l’appellent
les Turcs, une structure occulte où
agissaient de concert d’importants
responsables militaires, les services
secrets, des représentants de la haute bureaucratie, ou même des parrains du crime organisé afin de com-

Ergenekon, selon les juges, était
«une organisation terroriste» qui visait à renverser le gouvernement en
créant le chaos par des attentats afin
de légitimer une intervention de
l’armée. Les noms des premiers
grands inculpés de l’affaire, dont Veli
Kucuk, ex-général de gendarmerie,
et l’avocat ultranationaliste Kemal
Kerinçsi n’avaient guère surpris.
Puis l’instruction commença à s’élargir de plus en plus avec finalement plus de 300 inculpés en même
temps que l’acte d’accusation se
gonflait pour atteindre quelque
10 000 pages. Des militaires de haut
rang furent emprisonnés mais aussi
des universitaires apparemment
irréprochables, puis des journalistes

EN BREF
ESPIONNAGE AMÉRICAIN

L’UE doit se donner les moyens
La ministre allemande de la Justice Sabine LeutheusserSchnarrenberger plaide pour que l’Union européenne se
donne les moyens de sanctionner les groupes américains
espionnant des services secrets étrangers. «Nous avons
besoin d’un ensemble de mesures au niveau de l’UE
contre l’espionnage massif par les services secrets étrangers», a affirmé la ministre dans un entretien au quotidien conservateur «Die Welt» publié hier. «Les
entreprises américaines qui ne respecteraient pas
ces mesures doivent être exclues du marché européen»,
a-t-elle ajouté. ATS

TERRORISME

Les ambassades restent fermées
Après les Etats-Unis, la France et l’Allemagne, la GrandeBretagne prolonge à son tour la fermeture de son ambassade au Yémen. Ses portes resteront closes au moins
jusqu’à la fin de la fête musulmane de l’Aïd par mesure de
sécurité après des menaces d’attentats crédibles d’alQaïda, a indiqué hier une porte-parole. ATS

Hiérarchie décapitée
Le verdict de l’affaire Ergenekon
tombe un peu moins d’un an après
celui de l’enquête Balyoz (masse de
forgeron) qui visait encore plus spécifiquement des conspirateurs supposés au sein des forces armées, notamment de la marine, soupçonnés
d’avoir préparé en mars 2003 un
plan visant à renverser le gouvernement. Le verdict avait déjà été très
lourd. Ces enquêtes qui ont décapité

une bonne partie de la hiérarchie
ont permis aux islamo-conservateurs de prendre totalement en
main une armée qui s’était toujours
considérée comme la gardienne
des valeurs républicaines n’hésitant
pas, par trois fois, à prendre le pouvoir (1960, 1971, 1980) ou à faire démissionner comme en 1997 le premier ministre islamiste Necmettin
Erbakan, qui fut le mentor de Recep
Tayyip Erdogan.
L’Akp a peu ou prou démantelé
le vieil Etat profond qui lui était hostile et il est peu à peu en train de
créer le sien au sein de la police et
surtout de la justice déjà pronfondément infiltrée par les fidèles
de la confrérie islamiste de Fetullah
Gülen. «Nous sommes passés en
quelques années d’un régime de tutelle militaire, où l’armée avait le
pouvoir mais restait au second plan,
à un pouvoir direct toujours plus
hégémonique et autoritaire de
l’Akp», note l’universitaire Ahmet
Insel. La Commission européenne
dans son rapport annuel sur la Turquie critique toujours plus clairement depuis cinq ans les lacunes
de l’Etat de droit y compris dans
les enquêtes judiciaires comme
Ergenekon et Balyoz. © LIBÉRATION

Concernant la condamnation de Mustafa
Balbay, le président en Turquie de l’association Pen, Tarik Günersel, a estimé qu’il
s’agissait d’«un scandale». «C’est une décision politique», a renchéri l’éditeur norvégien William Nygaard, membre également
de l’association Pen International. «C’est
terrifiant de voir comment des preuves ont
été manipulées», a ajouté l’éditeur, présent
à Silivri.
Symbole de la lutte contre les élites
laïques engagée par le premier ministre
Recep Tayyip Erdogan depuis son arrivée
au pouvoir en 2002, l’affaire Ergenekon a
ciblé non seulement la hiérarchie militaire
mais aussi des responsables politiques,
des universitaires et des journalistes.
Quelque 275 accusés étaient jugés dans le
cadre du procès, premier d’une longue
série visant à déjouer des complots supposés contre le gouvernement islamoconservateur.
Malgré un imposant dispositif de sécurité, des échauffourées ont eu lieu hier à la
mi-journée entre des manifestants et la
police près de Silivri. La police a répondu
aux jets de pierre par des jets d’eau et des
gaz lacrymogènes, a constaté un photographe de l’AFP, qui a estimé à environ
10 000 le nombre de manifestants.
La lecture du verdict a été accueillie par un
tollé de l’assistance. «Maudite soit la dictature de l’AKP», ont scandé avocats et
députés, conspuant le Parti de la justice et
du développement (AKP) au pouvoir,
dénoncé par l’opposition laïque comme le
commanditaire de ce procès, pour faire
taire les critiques contre M. Erdogan.
ATS/RTF/AFP

ENQUÊTE PÉRIODIQUE DU COMITÉ DES DROITS DE L’ENFANT

Le Saint-Siège doit répondre à l’ONU
sur sa gestion des affaires de pédophilie
Comme tous les pays signataires de
la Convention de l’ONU relative aux
droits de l’enfant, le Saint-Siège doit
rendre périodiquement compte de son
action devant le comité onusien. Les
experts de l’ONU ont publié le 8 juillet
2013 une liste de questions sur la gestion des affaires de pédophilies auxquelles le Vatican devrait répondre
avant le 1er novembre.
Le Saint-Siège sera ensuite entendu
par l’ONU en janvier 2014 à Genève.
C’est la première fois que des questions
détaillées sont posées au Vatican sur ce
sujet, a indiqué une porte-parole du
Comité, interrogée par l’afp.
Le Saint-Siège, qui dispose d’un siège d’observateur permanent à l’ONU,
devra rendre compte des mesures de

prévention mises en place pour lutter
contre le fléau de la pédophilie et sa gestion des crimes avérés. Le comité pour
les droits de l’enfant souhaite connaître
les mesures prises par l’Eglise pour punir
les coupables d’abus sexuels sur des enfants. Les experts veulent aussi savoir ce
que le Vatican a fait pour qu’aucun
membre du clergé accusé de pédophilie
ne puisse être en contact avec des enfants. Une troisième série de questions
concerne le soutien aux victimes.
L’éventualité de châtiments corporels dans des établissements scolaires
catholiques ainsi que les discriminations entre les sexes dans l’éducation
seront aussi examinées.
APIC/IMEDIA/AG/MP

L’ONU attend des réponses du Vatican. JPDS

10

TÉLÉVISION

LE COURRIER
MARDI 6 AOÛT 2013

MARDI
RTS Un

RTS Deux

TF1

France 2

France 3

M6

ARTE

Quel temps fait-il ?
Euronews
Plus belle la vie
Top Models 8
Inspecteur Barnaby
Série. Le mystère du bois des
Moines.
10.45 Euronews
10.55 Fais pas ci, fais pas ça
11.50 Scènes de ménages
12.15 Plus belle la vie
12.45 Le journal
13.10 Toute une histoire
14.10 Bateau de rêve
Série. L’amour au fil de l’eau.
16.00 Les Cordier, juge et flic
Série. Combinaison mortelle.
17.45 Monk
Série. Monk joue les papas.
18.30 Top Models 8
18.55 Couleurs d’été 8
19.30 Le journal 8

6.30 Minimabule
7.30 Mabule
11.00 Quel temps fait-il ?
12.00 RTSinfo
12.45 Quel temps fait-il ?
13.20 Le journal
13.40 RTSinfo
14.50 How I Met Your Mother

5.45
6.15
6.25
6.30
8.30
9.15
10.05

Eliot Kid 8
Gaspard et Lisa 8
Ouf le prof 8
Tfou
Téléshopping
Secret Story 8
Quatre mariages
pour une lune de miel 8
10.55 Au nom de la vérité 8
12.00 Les 12 coups de midi ! 8
13.00 Journal 8
13.55 Les feux de l’amour 8
14.55 American Wives 8
Série. 2 épisodes.
16.30 Quatre mariages
pour une lune de miel 8
17.20 Bienvenue chez nous 8
18.15 Secret Story 8
19.05 Money Drop 8
20.00 Journal 8
20.40 Nos chers voisins 8
Feuilleton.

9.30 Amour, gloire et beauté
9.55 Le jour

6.00
6.40
8.30
12.00
12.55

Euronews 8
Ludo 8
Ludo vacances 8
12/13
Nous nous sommes
tant aimés 8
13.30 Un cas pour deux 8
14.40 Maigret : Maigret
et les témoins
récalcitrants HH 8
Film TV. Policier. Fra. 1993. Réal. :
Claude Goretta, Michel Sibra.
1h30. Avec Bruno Cremer.
16.10 Des chiffres
et des lettres 8
16.55 Harry 8
17.30 Slam 8
18.10 Questions
pour un champion 8
19.00 19/20
20.00 Tout le sport 8
20.15 Plus belle la vie 8

M6 Music
Glee
M6 boutique
Malcolm
Série. 4 épisodes.
11.50 Desperate Housewives
12.45 Le 12.45
13.05 Scènes de ménages
13.45 Un million de raisons
Film TV. Comédie. 2013. Réal. :
David S. Cass Sr.. 1h45. Avec
Diane Neal, Alaina Huffman.
15.30 La mémoire
du cœur HH
Film TV. Drame. EU. 1997. Réal. :
Judith Vogelsang. 1h50. Avec
Mädchen Amick, Tom Schanley.
17.15 En famille
17.35 Un dîner presque parfait
18.45 100 % mag
19.45 Le 19.45
20.05 En famille

8.55

7.00
7.30
8.20
8.50
9.10

Série. Inachevé - La guerre des
transports - L’architecte de la
destruction.
15.55 Bye bye la Suisse 8
16.40 Pardonnez-moi
17.10 La vie secrète
d’une ado ordinaire
17.55 Heartland
Série. Chevaux sauvages.
18.40 Gossip Girl 8
Série. Échange standard.
19.30 Le journal signé 8
20.00 Trio Magic & Banco
20.10 New Girl 8

où tout a basculé 8
Magazine. J’ai été témoin d’un
meurtre - Mon père a disparu.
10.55 Motus 8
11.25 Les z’amours
11.55 Tout le monde veut
prendre sa place 8
13.00 Journal
13.50 Euro Millions
13.55 Toute une histoire 8
14.55 Comment ça va bien !
15.50 Dernier recours 8
16.15 The Closer : L.A.
enquêtes prioritaires
17.50 On n’demande
qu’à en rire 8
18.55 Avec ou sans joker 8
19.30 Le cube 8
20.00 Journal
20.40 Euro Millions

6.00
7.20
9.00
10.05

Les combattants
de l’ombre 8
10.40 Arte reportage
10.55 Douces France(s)
11.45 Arte reportage
12.00 Vins à la carte
12.30 Arte journal
12.40 Sur les toits du Caire
13.35 L’agence n° 1 des dames
détectives
15.25 Arte reportage
15.35 Les montagnes
du monde 8
16.20 L’énigme Diesel
17.15 X:enius
17.40 Mystères d’archives 8
18.05 Ports d’attache 8
19.00 Bavière dans
tous les sens
19.45 Arte journal
20.05 Les montagnes
du monde 8

20.05 FILM TV

20.30 SPORT OU FILM

20.50 SÉRIE

20.45 MAGAZINE

20.45 SÉRIE

20.50 SÉRIE

20.50 DOCUMENTAIRE

L’amour en jeu

Football ou
Kingdom of Heaven

Joséphine,
ange gardien

Secrets d’histoire

Famille d’accueil

Jessica King

Le maréchal
Hindenburg

Film TV. Comédie. Fra. 2010.
Réal. : Jean-Marc Seban. 1h25.
Avec Bruno Madinier. Franck,
ancien grand espoir du football
français, a quitté le milieu à
vingt ans, après une blessure.

Ligue des champions. 3e tour
qualificatif, match retour.
En direct.
OU
Film. Historique. EU-GB. 2004.
VM. Réalisation : R. Scott. 2h19.

Série. Comédie dramatique. Fra.
2008. Saison 12. Les braves.
Avec Mimie Mathy. Soigneur
d’une équipe de rugby, Joséphine aide un jeune d’un quartier difficile à être recruté.

Magazine. 1h05. Inédit. Sarah
Bernhardt, sa vie, ses folies....
Stéphane Bern nous emmène
sur les pas de l’immense
comédienne Sarah Bernhardt,
à la Belle Époque.

Série. Comédie dramatique.
Fra. 3 épisodes. Avec Virginie
Lemoine. Un adolescent est
placé chez les Ferrière, après
s’en être pris violemment à
son frère aîné.

Série. Drame. Can. 2012. 3 épisodes. Inédits. Avec Amy PriceFrancis. Après l’assassinat
d’une famille indo-canadienne,
la piste du crime d’honneur
est d’emblée envisagée.

Documentaire. Historique. All.
2012. Réalisation : Christophe
Weinert. 1h35. Le portrait sans
concession du militaire et
président allemand Paul von
Hindenburg.

21.45 Crossing Lines
Série. Policière. Fra. 2013. Saison
1. 2 épisodes. Inédits. Avec
William Fichtner, Marc Lavoine,
Gabriella Pession.
23.20 J’ai oublié de te dire H
Film. Drame. Fra-B. 2008. Réal. :
L. Vinas-Raymond. 1h40. Avec
Omar Sharif, Emilie Dequenne.
1.05 Couleurs d’été 8
1.25 Le journal 8
2.00 Euronews

Tirage Euro Millions
Trio Magic & Banco
Banco
Les femmes
de ses rêves
Film. Comédie. EU. 2007. Réal. :
Peter Farrelly, Bobby Farrelly.
1h55. Avec Ben Stiller.
1.00 Les experts 8
Série. Un sommeil éternel.
1.40 Couleurs d’été 8
2.00 Le journal signé 8

22.30 Vendredi, tout est permis

avec Arthur 8
Divertissement. Prés. : Arthur.
1h55. Les moments forts.
0.25 Spéciale Bêtisier 8
Divertissement.
1.55 Tous ensemble 8
2.50 Le cou
de la girafe HH 8
Film. Drame. Fra. 2004. Réal. :
Safy Nebbou. 1h28. Avec Sandrine Bonnaire, Claude Rich.

21.50 Un bal masqué
Opéra. Composition : Giuseppe
Verdi. Réal. : Dominique Thiel.
2h10. Avec Kristin Lewis.
Pour fêter le bicentenaire de la
naissance de Verdi, l’opéra «Un
Bal masqué» est filmé en direct.
0.10 La bande à Baader HH
Film. Drame. All-Fra. 2007. Réal. :
Uli Edel. 2h45. Avec Martina
Gedeck, Moritz Bleibtreu.
2.35 Toute une histoire 8

23.25 Soir/3 8
23.50 Je retourne vivre chez

22.25 Le business du

mes parents 8
1.20 L’ombre d’un doute 8
Magazine. Prés. : Franck Ferrand.
Nostradamus : la vérité sur ses
prophéties 8
2.35 Soir/3 8
3.05 Plus belle la vie 8
3.30 Nous nous sommes
tant aimés 8
4.30 Les matinales

23.20 Jessica King
Série. Drame. Can. 2012. Saison
2. Avec Amy Price-Francis, Alan
Van Sprang, Gabriel Hogan, Rossif Sutherland.
2 épisodes.
Jessica King découvre que le fils
de l’ancien chef de la police est
impliqué dans un meurtre.
1.05 Dollhouse
Série. La belle au bois dormant.
2.10 Les nuits de M6

RTL 9

TV5MONDE

FRANCE 5

ARD

SF2

RAI 1

LÉMAN BLEU

17.35 Les destins du cœur
18.35 Top Models 19.00 Le
bonheur en héritage 19.45
112 Unité d’urgence 20.45 Star

19.35 Tout le monde veut
prendre sa place 20.30 Le
journal de France 2 21.00 Le
Bourgeois Gentilhomme Film TV.
Comédie 22.45 TV5 monde, le
journal 23.00 Le journal de la
RTS 23.35 Partir autrement 0.30
TV5 monde, le journal - Afrique

19.00 La maison France 5 8
19.50 Expédition tigre 8 20.40

20.15 Heiter bis tödlich Hubert und Staller 21.00
In aller Freundschaft 21.45
Exclusiv im Ersten 22.15
Tagesthemen 22.45 Menschen
bei Maischberger 0.00
Nachtmagazin 0.20 Alfons und
Gäste 0.50 Lolita HHH Film

20.00 Kung Fu Panda HHH
Film. Animation 21.20 Pixar’s
Lifted 21.30 30 Rock 22.20
sportaktuell 22.45 Rules of
Engagement 23.10 Two and
a Half Men 23.30 Focus «Blind
Date» 0.05 Der Spitzel - 50
Dead Men Walking HH Film

16.50 Telegiornale 17.00 TG 1
17.10 Che tempo fa 17.15
Estate in diretta 18.50 Reazione
a catena 20.00 Telegiornale
20.30 TecheTecheTé, vista la
rivista 21.15 Ritorno al lago Film
TV. Comédie sentimentale 23.05

Rediffusion des programmes
Léman Bleu Cinéma: Une
pure affaire
ADN, le
mag de la science
Les nouveaux explorateurs
National Geographic
Autrefois Genève
Tueurs
nés: le requin blanc

Trek V : l’ultime frontière H Film.
Science-fiction 22.35 Catch.
Catch américain : Raw 0.30
Charme Academy 1.35 STF

22.55
22.58
23.00
23.10

Les routes de l’impossible 8
21.35 Les routes de l’impossible
8 22.25 C dans l’air 8 23.30 La
déroute des templiers 8 0.25
Mastodontes - L’énigme des
titans de l’âge de glace 8

TG1 60 Secondi

TMC

EUROSPORT

RSI 1

ZDF

TVE I

MEZZO

9.05 Alerte Cobra 8 10.00

18.30 Football. Ligue 2. 1ère
journée 20.00 Boxe. Combat

19.25 Die Rosenheim-Cops
20.15 ZDFzeit 21.00 Frontal
21 21.45 heute-journal 22.15

20-40-60: Drei Generationen drei Jahre 23.00 Arschkalt HH
Film. Comédie 0.25 heute nacht
0.45 Lock Up - Überleben ist
alles HH Film. Action

17.50 España en 24 horas
18.15 Camara abierta 18.30
España directo 20.15 Corazón
21.00 Telediario 2° Edicion
22.15 El tiempo 22.30
Españoles en el mundo 23.30
Fabricando made in Spain 0.15

17.00 Le Convenienze ed
inconvenienze teatrali 19.00
Choeur en Europe 19.50
Intermezzo 20.30 Carmen
23.10 Intermezzo 23.30 Seu

Morirás en Chafarinas. Film

Jorge and Almaz au festival
Nancy Jazz Pulsations 0.45 Les
musiciens du Nil à Paris

RSI 2

RTPI

MTV

La symphonie de l’amour 8
Film TV. Drame 11.40 Alerte
Cobra 8 13.25 TMC infos 8
13.40 Hercule Poirot 8 15.15
Arabesque 8 17.45 Alerte Cobra
8 20.45 90’ enquêtes 8 1.30
Les nouvelles filles d’à côté 8

poids mi-lourd. Sergey Kovalev/
Cornelius White 21.00 Watts
22.00 Boxe. Combat poids
lourd. Yakup Saglam/Odanier
Solis 23.30 Automobile.
Les 24 Heures de Spa

18.55 Il quotidiano flash 19.00
Fiumi del mondo 19.30 Il Quotidiano 20.00 Telegiornale
20.40 Cash 21.05 Grey’s
Anatomy 21.50 The Good Wife
22.30 Necessary Roughness
Film TV. Action 23.15 Telegiornale notte 23.30 Meteo notte

CANAL+

PLANETE +

SF1

18.20 Mon oncle Charlie 18.45
Le JT de Canal + 19.05 Made
in Groland 19.30 WorkinGirls
19.50 Le News Show 20.55

30° Couleur H 8 Film. Comédie
22.25 Lady Vegas - Les
mémoires d’une joueuse H 8
Film. Comédie dramatique

15.20 Brûlez Rome ! 17.05
Le gang des lémuriens 18.00
Manimal 18.50 Les nouveaux
explorateurs 19.45 Afrik’art
20.45 Les grands mystères de
l’Egypte 22.35 Les ailes secrètes
0.10 Vol Rio-Paris : enquête

sur le crash

Théâtre
La Grange de Dorigny

18.15 Schwiizer Chuchi mit
Ivo Adam 18.40 glanz &
gloria 19.00 Schweiz aktuell
19.30 Tagesschau 20.05 Der

Kommissar und das Meer HH
Film TV. Policier 21.50 10vor10
22.20 Club 23.45 Tagesschau
Nacht 0.00 Nachtwach

7.15 Cop Dog - Il mio cane è
un fantasma 8 Film TV. Policier
18.40 Agente speciale Sue Thomas 8 19.30 Numb3rs 8 20.15
Family Law 21.00 Citta estreme
8 21.50 Il giardino di Albert
22.35 Damages 23.20 Avo Session Basel 0.25 Il Quotidiano 8

18.45 Noticias RTP Madeira
19.00 Portugal em Direto
20.00 Ler +, ler melhor 20.15
Baía das Mulheres 21.00
Telejornal 22.00 O Nosso
Tempo 22.30 Anticrise 22.55
Portugal Aqui Tão Perto 0.00

Lusitania expresso

15.15 Je veux travailler pour
Diddy 16.00 Mon incroyable
anniversaire 16.55 Ma maison
de ouf 17.40 Rencard d’enfer
19.00 Hard Times 19.55 Room
Raiders 20.45 Stupid Web
21.35 Ridiculous 22.25 Jersey
Shore 0.00 Beavis & Butthead

commerce équitable 8
Doc. Société. Fra. 2013. Réalisation : Donatien Lemaître. 1h20.
Le business de l’éthique brasse
des milliards d’euros. Mais qui
s’enrichit réellement ?
23.45 I love Democracy
1.15 Shaft, les nuits rouges
de Harlem HH
Film. Policier.
2.55 Twin Peaks 8

RADIOS
La Première
On en parle
Bille en tête
CQFD
Vacarme
Les
dicodeurs
Journal
Chacun
pour tous
Détours
Entre
nous soit dit
Passagère
Pentagruel
Vertigo
Forum
Paradiso
Histoire vivante
Dernier rêve avant la nuit
La ligne de cœur
Journal
Vacarme

Espace 2
De 6 à 7
Les matinales
Babylone
Musique en
mémoire
Entre les lignes
Magma
Journal
L’humeur
vagabonde
Fauteuil d’orchestre
Imaginaire
A vue d’esprit
D’un air entendu
De 6 à 7
Babylone
Concert du
mardi
Journal
JazzZ
Musique en mémoire

LE COURRIER

11

MÉMENTO

MARDI 6 AOÛT 2013

CHANTAL ET GABY GLASSEY, FUSING, EXPOSITION, Jusqu’au 24.08.2013.

FESTIVAL CRANS MONTANA CLASSICS.
03.08.2013-17.08.2013.

VALAIS

Crans-Montana

MONSIEUR MOZART, 20h30, 12.07.2013 10.08.2013.

JURA
FESTIVAL DE PIANO À SAINT-URSANNE,
02.08.2013-11.08.2013.

Le Bouveret, Le Bouveret

BIENNE ET JURA BERNOIS
SUR L’ÎLE SAINT-PIERRE AVEC ROUSSEAU,
20h (ve), 10h40 et 15h45 (di), Les vendredis et
les dimanches (sauf les 26 et 28 juillet) jusqu’au
08.09.2013.
Ile Saint-Pierre, réserv. nécessaire 0900 101 102

«EAU FIL DE L’ART», Vernissage samedi 29 juin
dès 17h. 29.06.2013-17.08.2013.

Balexert, av. Louis-Casaï

Morgins, salle de l’Eau Rouge, www.efaexpo.com

Saint-Ursanne

VALAIS
CIRQUE HELVETIA, Ma:20h00, Me:20h00 ,
06.08.2013 - 07.08.2013.

NEUCHÂTEL
MARDI DU RUCKERS - CONCERT, 12h15,
06.08.2013.

Au village d’Anzère, Anzère

Théâtre de l’Orangerie, parc La Grange, Genève, 022 700 93 63,
www.theatreorangerie.ch

FESTIVAL «MUSIQUES EN ÉTÉ» 2013, été
2013.

Café du Cerf, Neuchâtel ☎ 032 724 27 44

ANIMATIONS MUSICALES LE LONG DE LA
RUE PRIÉTONNE DU VILLAGE, Selon programme, 26.07.2013 - 24.08.2013.

Thyon-Région

SPECTACLE DU «FANG SHIANG DANCE
THEATRE», 15h30-16h30, 06.08.2013.
Château de Chillon, Veytaux ☎ 021/966 89 10

VALAIS

Saillon, place des Remparts, www.saillon.ch, www.bayardine.ch

HERMISSIA - OPÉRA ROCK, 21h00, 18.07.2013 07.09.2013.
Château de la Bâtiaz, Martigny, www.martigny.ch

NEUCHÂTEL
4 SAISONS DE CONTES À LA FERME, Dès 19 h
30, 26.04.2013 - 18.01.2014.
Ferme de Fontaine-André, Neuchâtel

VALAIS
LE LAC EN FÊTE, animations. 22.06.201318.08.2013.
Sierre, lac de Géronde, www.sierre.ch, www.ads-sierre.ch,
www.feuaulac.ch

LAUSANNE & ENV.
LES CONTES DU MERCREDI AU MUSÉE
MONÉTAIRE, Mercredi 15h30-16h00, 10.04.2013
- 11.12.2013.

Champéry

Musée Monétaire cantonal, Lausanne ☎ 021/316 39 90

6 août
GENÈVE

, cérémonie en la chapelle de l’Ange de la
Consolation, cimetière de SaintGeorges, à 15h.
,
cérémonie à la chapelle du Centre
funéraire de Saint-Georges à 14h15.
, cérémonie en la clapelle du Centre funéraire
de Saint-Georges à 15h.
, culte au temple de Russin à
16h.
,
cérémonie en la chapelle B du Centre
funéraire de St-Georges à 9h45.
, cérémonie en la clapelle du
Centre funéraire de Saint-Georges à
14h.
, cérémonie à la
chapelle du Centre funéraire de SaintGeorges à 11h.
, cérémonie à la chapelle du
Centre funéraire de Saint-Georges.
, cérémonie au
séminaire adventiste de Collongessous-Salève à 14h30.
, la cérémonie a déjà eu lieu.
, la cérémonie a déjà
eu lieu.
VAUD

,
décédée à 79 ans, culte d’adieu au
temple de Baulmes à 14h.
, cérémonie en la clapelle SaintJean Baptiste de Gland à 14h30. Marie-Louise LYON, cérémonie au temple
de Bellevaux à 14h.
, cérémonie au Centre funéraire
de Montoie, Chapelle B à 15h.
, cérémonie en
l’église Catholique d’Aigles à 14h.
, cérémonie au Centre
funéraire de Montoie, Chapelle A à
16h.
, la cérémonie a
déjà eu lieu.
, la cérémonie a déjà eu lieu.
, la
cérémonie a déjà eu lieu.
, la cérémonie a déjà eu lieu.
, la cérémonie a déjà eu lieu.
, la cérémonie a déjà eu lieu.
, la cérémonie a déjà eu
lieu.
, la cérémonie a déjà eu lieu
VALAIS

, messe de sépulture
en l’église de Montana-Station à 17h.
, cérémonie en la
chapelle funéraire de Platta à 15h.
, cérémonie en l’église paroissiale du Châble à 15h.
, cérémonie en
l’église de granges à 16h30.
, cérémonie au Temple réformé de Sierre à 15h.
, cérémonie en l’église de
Sembrancher à 14h30.
,
cérémonie en la chapelle de NotreDames-des-Marais à 10h30.
, la cérémonie a déjà eu lieu.
, la cérémonie à
déjà eu lieu.
, la cérémonie a déjà eu lieu.
, la
cérémonie a déjà eu lieu.
, la cérémonie a déjà eu lieu.
,la cérémonie a
déjà eu lieu.

Corédacteurs en chef:
Rachad Armanios, Benito Perez, Christiane
Pasteur.
Directrice administrative: Anne-Marie Cruz.
Editeur: Nouvelle Association du Courrier
(NAC), Genève. Président: Bernard Tissot.
Imprimeur: Atar Roto Presse, Genève.
Tirage contrôlé REMP 2012: 7791.

BIENNE ET JURA BERNOIS

, cérémonie en
la chapelle du cimetière de Bienne
Madretsch à 14h.
JURA

, céremonie
en l’église de Courgenay à 14h

7 août
GENÈVE

(-BUSER), cérémonie en l’église de Corsier à 10h.
, cérémonie en la
clapelle du Centre funéraire de SaintGeorges à 14h.
, cérémonie en l’église St-Joseph (Eaux-Vives)
à 14h.
, cérémonie en l’église St-Josphe (EauxVives) à 15h30.
, cérémonie en la chapelle de la Cluse à 10h.
, cérémonie au
Centre funéraire de Saint-Georges à
10h
VAUD

, cérémonie en la
chapelle du Centre funéraire d’Yverdon à 15h.
,
cérémonie au Temple de Leysin à 14h.
,
cérémonie en l’église Catholique du
Brassus à 13h30.
, cérémonie en la Chapelle StRoch à 14h.
, cérémonie au temple de
La Tour-de-Peilz à 14h15.
VALAIS

, cérémonie
au Temple de Leysin à 14h.

8 août
GENÈVE

, cérémonie du
souvenir à l’EMS des Franchises, 10
Cité Vieusseux, Genève, à 14h.
VAUD

, cérémonie au temple d’Eysins à 14h.
, cérémonie en l’église de
Bavois à 14h.

9 août
BIENNE ET JURA BERNOIS

, cérémonie d’adieu à
l’église Saint-Nicolas-de-Flüe à Bienne
(86, rue Aebi) à 14h30.
VALAIS

, cérémonie en la chapelle de Notre-Dame-des-Marais à
18h15

10 août
VALAIS

, cérémonie en l’église de Chamoson à 19h.

13 août
BIENNE ET JURA BERNOIS
, cérémonie à Courrendlin à 14h

DIVERSES ANIMATIONS HORS MURS (ORG.:
ASLEC), Jusqu’au 31.08.2013.

VAUD
«SOUVENIRS DU FUTUR», Exposition. mardivendredi 14h-18h, samedi-dimanche 11h-18h. Et
jusqu’au 25 août, événements estivaux, CHASSE
AUX INDICES interactives (enfants 5-12 ans) +
VISITES ESTIVALES GRATUITES tous les vendredis matin de 11h à 12h. 03.03.201325.08.2013.
Maison d’Ailleurs, Yverdon-les-Bains, 14 place Pestalozzi,
www.ailleurs.ch

MUSIQUE CLASSIQUE À CHAMPÉRY,
04.08.2013-17.08.2013.

Administration et rédaction à Genève:
3, rue de la Truite, CP 238, 1211 Genève 8
Réd. ☎ 022/809 55 66 – fax: 022/329 42 74
Adm. ☎ 022/809 55 55 – fax: 022/809 55 67
Internet: www.lecourrier.ch

SPECTACLE DES FAUCONNIERS DE SAILLON
(LA BAYARDINE), gratuit, à 18h30 les 2, 9 et 16
août, spectacle d’1h30. 02.08.2013, 09.08.2013.
et 16.08.2013.
VISITE COMMENTÉE PAR LES FAUCONNIERS
DE SAILLON. Les mercredis à 18h30 et les dimanches à 17h. Août 2013.

VAUD

CHRISTINE ANN WILLIAMSON, «PAYSAGES
DE LEYSIN», Exposition de peintures, jusqu’au
27.10.2013.
Leysin, boutique L’Atelier l’Art Partout, www.leysin.ch

www.ville-ge.ch/culture/musiques/agenda_concerts.html

VALAIS

«MONTAGN’ART», 7ÈME SYMPOSIUM INTERNATIONAL DE SCULPTURES SUR BOIS,
05.08.2013-10.08.2013.

OPEN MIC NIGHT, 21.00h, 05.08.2013.

VAUD

GENÈVE

Eglise luthérienne de Genève, place du Bourg-de-Four,
Vieille Ville

Fully, cabane du Demècre (2360 m.), repas en soirée et nuit sur
place, rés. 078 793 41 72, www.demecre.ch

Martigny, Fondation Louis Moret, www.martigny.ch

NEUCHÂTEL

Au village, Leysin, www.leysin.ch

RÉCITAL DE CHANT, HÉLÈNE MCCLELLAN,
ALTO, ET LUC BAGHDASSARIAN, PIANO. MUSIQUE TCHÈQUE, OEUVRES D’ANTON DVORAK ET LEOS JANACEK le 06.08.2013. / RÉCITAL DE PIANO, SONIA IGITYAN. SONATES DE
SCHUBERT ET DE BEETHOVEN LE.
07.08.2013./ SONATES DE MOZART ET SCHUMANN, MARIETTE SCHWAB & ANDRÉ RAWYLER le 08.08.2013. / OEUVRES DE DEBUSSY,
POULENC ET WIENIAWSKI, RÉMY WALTER &
STÉPHANIE GURGA le 09.08.2013. / TC DUO,
EDUARDO KOHAN & MONIKA ESMERODE, de
la musique classique à nos jours par un duo inédit.le 10.08.2013.
12h30-13h30, entrée libre, collecte

EXPOSITION D’OLIVIER TARAMARCAZ, UN
PÉRIPLE TRANS-ALPIN DE SLOVÉNIE EN
FRANCE, Exposition à voir jusqu’au 28 septembre.Jusqu’au 28.09.2013.

EUGÈNE PEDROLI, 29.06.2013-18.08.2013.

Musée d’Art et Histoire, Neuchâtel ☎ 032 717 79 25

GENÈVE
REQUIEM DE SALON, Les 31 juillet, 2, 7 et 9 août
à 19h / Les 1, 3, 4, 6, 8, 10 et 11 août à 20h, tout
public dès 14 ans. Par la Cie Angledange,
31.07.2013 - 11.08.2013.

Nendaz, sous les Arcades

GENÈVE
«LE MONDE DU CIRQUE», 29.07.201317.08.2013.

«LE VALAIS VU PAR RAINER MARIA RILKE»,
mardi-dimanche de 14h à 18h. Jusqu’au
27.10.2013.
Sierre, Fondation Rainer Maria Rilke, 027 456 26 46, www.fondationrilke.ch

USD
EUR
GBP
JPY

0.9025
1.2070
1.3910
0.9010

BIENNE ET JURA BERNOIS
EXPOSITION D’ÉTÉ - ROMAIN CRELIER. Du
lundi au vendredi de 10h à midi et de 14h à 18h,
samedi et dimanche de 10h à 17h. 23.07.201315.09.2013.
Abbatiale de Bellelay, www.bellelay.ch

EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIES DES RENCONTRES INTERNATIONALES DE L’ANARCHISME. Jusqu’au 25.08.2013.

HORIZONTALEMENT
1. Comme elles font leur lit, elles se couchent. 2. Totalement interdite. 3. Agréable à toucher. N’échappe pas à la saturation.
4. Grande division. Minces, alors! 5. Le titane. Parties récemment.
6. Prit un repas en famille. Dame de cœur. 7. Mieux vaut en avoir
un pour le donner. En rien différent. 8. En mauvaise forme sportive. En bonne forme à Madrid. 9. Noté sur l’ardoise. Fait glisser.
Officiellement là. 10. Ils travaillent dans l’ombre du chef.

Saint-Imier, galerie de l’Espace Noir

VALAIS

USA
Europe
RoyaumeUni
Japon

Sierre, lace du Cheval, Cité Aldrin, Lac de Géronde, SkateparkCalcetto, etc. Plus d'informations sont disponibles ici : ASLEC
027 455 40 40

0.9745
1.2690
1.4910
0.9830

VERTICALEMENT
1. Elle fait bonne figure en Suisse. Agrément slave. 2. Péninsule
méridionale. Type vague. 3. Ville de Carnaval. Luth moyen-oriental.
4. Observatoire européen austral. Chouchou. 5. On ne la quitte pas
sans quelques désagréments. Elle était sa propre belle-sœur.
6. Protecteurs de la pupille. Le platine. 7. Père de l’Eglise grecque.
Une corde lui enserre la gorge. 8. Quartier de Londres. Que l’on
rencontre souvent. 9. La verte Irlande. Par essence, difficile à définir. 10. Candidates à la licence.

JURA
DELÉMONT PLAGE, tout le mois
d’août..08.2013.
Delémont

SOLUTIONS DU N° 2602
Or

1 kg

39’776

40’276

Argent

1 kg

600.50

615.60

Prévision pour la Suisse romande et le Valais,
jusqu'au samedi 10 août:
: quelques averses ou orages possibles en début de matinée dans le Jura. A part cela, bien ensoleillé, malgré des passages
nuageux. En cours de journée, formation de cumulus sur les reliefs.
En seconde partie de journée, quelques orages d'abord en montagne,
pouvant ensuite déborder sur les régions de plaine. Températures :
18 degrés à l'aube, 30 degrés l'après-midi, 32 en Valais. Isotherme du
0 degré vers 4200 mètres. En montagne, vent du sud-ouest modéré.
Rafales à proximité des foyers orageux.
: le plus souvent très
nuageux. Averses ou orages fréquents, parfois intenses. Précipitations localement abondantes. Dégradation plus lente en Valais avec
une tendance au foehn en début de journée. Maximum 24°, 27 en Valais.
: très nuageux avec avec de fréquentes précipitations, localement abondantes et parfois encore orageuses dans les Alpes. Maximum 21°.
: devenant assez ensoleillé. Quelques averses
résiduelles possibles. Maximum 23°.
: bien ensoleillé. Maximum 25°. Tendance pour dimanche 11 août et lundi 12 août : Indice
de confiance modéré, 4 sur 10.
: bien ensoleillé. Averses ou
orages isolés pas exclus.
: assez ensoleillé. Averses ou orages
possibles.

Suisse alémanique, Nord et Centre des Grisons:
: temps ensoleillé et très chaud. En fin de journée, orages
isolés parfois violents surtout dans les Alpes. Températures cet
après-midi : 32 degrés. Isotherme du 0 degré vers 4400 mètres. En
montagne, vent du sud-ouest faible à modéré. Rafales à proximité
des orages.
: bien ensoleillé et très chaud. En cours de journée,
orages parfois violents d'abord en montagne puis pouvant également
affecter les régions de plaine. Températures : 18 degrés à l'aube, 32
degrés l'après-midi. Isotherme du 0 degré vers 4300 mètres. En
montagne, vent faible à modéré du sud à sud-ouest. Rafales à proximité des orages.
: encore en partie ensoleillé avec du foehn
dans l'Est. En cours de journée, arrivée de précipitations parfois orageuses et intenses depuis l'ouest. Maximum 24 à 29°.
: très
nuageux avec des précipitations fréquentes et localement abondantes. Maximum 19°.
: encore nuageux et dernières précipitations le matin, puis amélioration en cours de journée depuis
l'ouest. Maximum 22°.
: bien ensoleillé. Maximum 25°. Tendance pour dimanche 11 août et lundi 12 août: Indice de confiance
modéré, 4 sur 10.
: probablement assez ensoleillé. Orageux
l'après-midi en montagne.
: encore en partie ensoleillé avec une
tendance orageuse en augmentation, surtout en montagne.

Sud des Alpes et Engadine:
: bien ensoleillé et très chaud. Cet après-midi, formation
de cumulus en montagne. En soirée, orages isolés possibles. Températures cet après-midi : 33 degrés. Isotherme du 0 degré vers 4400
mètres.
: bien ensoleillé et chaud. En cours de journée, formation de cumulus sur les reliefs. En suite, quelques orages isolés avec
des débordements possibles jusque sur le Tessin central. Températures : 20 degrés à l'aube, 32 degrés l'après-midi. Isotherme du 0 degré vers 4400 mètres. En montagne, vent faible à modéré du sudouest.
: nébulosité variable le long des Alpes. Ailleurs,
encore assez ensoleillé malgré des nombreux cumulus. Quelques
averses ou orages parfois violents, notamment en montagne. Maximum 30°.
: nébulosité changeante avec des averses ou orages
parfois violents. Maximum 23 à 26°.
: passage à un temps
bien ensoleillé par vent du nord. En Engadine, plus nuageux avec des
précipitations résiduelles en matinée. Maximum 27°.
: bien
ensoleillé. Maximum 28°. Tendance pour dimanche 11 août et lundi
12 août: Indice de confiance modéré, 4 sur 10.
: bien ensoleillé.
: bien ensoleillé.

HORIZONTALEMENT
1. EGAREMENT. 2. NAVIGATEUR. 3. ARENA. EPÉE. 4. MEUGLER. E.V.
5. ON. SIGNE. 6. UNE. SOURIS. 7. REINE. EROS. 8. DORÉ. EDE. 9. EDEN.
TOUER. 10. SAR. RÉCRÉA.
VERTICALEMENT
1. ENAMOURÉES. 2. GARENNE. DA. 3. AVEU. EIDER. 4. RINGS. NON.
5. EGALISER. 6. MA. EGO. ETÉ. 7. ETERNUE. OC. 8. NEP. ERREUR.
9. TUÉE. IODÉE. 10. RÊVASSERA

PISCINE DE VAREMBÉ: Lundi 7h30 -20h, mardi
12h-20h, mercredi 7h30 - 20h, jeudi 7h30 - 20h,
vendredi 7h30 - 20h, samedi 7h30 - 19h, dimanche 9h - 19h.
av. Giuseppe-Motta 46,

☎ 022 733 12 14

PISCINE DE PLAN-LES-OUATES: Horaire hors
vacances disponible sur http://www.plan-lesouates.ch/node/227. Horaire habituel hors vacances scolaires: lundi 11h145-13h15, mardi
11h145-13h15, mercredi 11h45-19h30, jeudi
11h145-13h15, vendredi 11h45-13h15, samedi
11h45-16h, dimanche 10h-15h.
Route des Chevaliers-de-Malte,

☎ 022 884 64 90

GENÈVE-PLAGE: Ouvert tous les jours de 10h à
20h du 15 mai au 15 septembre 2012.
Port-Noir, Cologny,

☎ 022 736 24 82

PISCINE DE LANCY: Juin-juillet et août de 9h30
à 20h, mai et septembre de 10h à 19h, tous les
lundis ouverture à 10h.
30, avenue Eugène-Lance, Grand-Lancy,

☎ 022 794 22 11

PISCINE DES VERNETS Lundi 12h -18h, mardi
7h30-20h, mercredi 7h30 - 20h, jeudi 7h30 20h, vendredi 7h30 - 20h, samedi 7h30 - 19h, dimanche 9h - 19h.
4-6 rue Hans-Wilsdorf

☎ 022 418 40 00

PISCINE DE MEYRIN: Ouvert tous les jours de
10h à 20h jusqu’à mi-septembre 2012.
7-9, av. Louis-Rendu, Meyrin

☎ 022 787 13 00

PISCINE DE MAISONNEX Ouvert tous les jours
de 10h à 20h jusqu’au 16 septembre 2012.
2, ch. de la Berne, Meyrin

☎ 022 782 91 31

PISCINE DES AILES: Ouvert tous les jours de
11h à 20h jusqu’à mi-août et de 11h. à 19h. jusqu’à fin août. Samedis, dimanches et jours fériés: ouvert dès 10h.
35, ch. des Ailes, Cointrin

☎ 022 798 72 98

BAINS DE CRESSY: Ouvert du lundi au vendredi
de 17h. à 21h., mercredi de 12h. à21h. et samedi
et dimanche de 9h. à 18h. jusqu’à fin septembre
et de 9h. à 20h. d’octobre à avril.
99, rte de Loëx, Confignon

☎ 022 727 15 15

PISCINE MUNICIPALE D’ONEX-PARC: Fermée
jusqu’au 19 août pour travaux. Lundi et mardi de
11h30 à 21h, mercredi de 9h à 20h, jeudi de
11h30 à 20h, vendredi de 11h30 à 17h, samedi et
dimanche de 9h à 17h.

PISCINE DE MARIGNAC: Ouvert tous les jours
de 9h.30 à 20h jusqu’à fin août et de 10h. à 19h.
en mai et septembre. Tous les lundis, ouvert dès
10h.

5, rue desBossons. Onex,

30, av. Eugène-Lance, Grand-Lancy

☎ 022 792 93 56

☎ 022 794 22 11

BAINS DES PÂQUIS: Ouvert tous les jours de
9h. à 20h. jusqu’au 26 août et du 27 août au 14
septembre: de 10h. à 18h.

PISCINE DU LIGNON: Ouvert tous les jours jusqu’au 9 septembre de 9h.30 à 20h. Lundi: de
11h. à 20 h.

30, quai du Mont-Blanc, Pâquis

30, rte du Bois-des-Frères

☎ 022 730 29 74

☎ 022 306 07 70

Permanence Servette, av. Wendt 60
☎ 022 733 98 00
Lu-Ve 8h-19h, Sa 8h-17h
Les Di & jours fériés 9h-17h
Champel ou Servette en alternance

GENÈVE
AUBONNE & ROLLE
Pharmacie Amavita 18 boulevard Carl-Vogt,
Jonction, 058 851 30 18
PharmaciePlus des Pâquis, 10 rue des Pâquis, 022 732 29 59
week-end + chaque nuit de 19h à 8h:
appelez le 144 ou 1818
☎ 022 372 33 11 ou téléphone
☎ 022 382 33 11. Hôpital cantonal,
Rue Micheli-du-Crest 24, 24h24
☎ 022 748 49 50. 24h24,
☎ 022 420 24 64. 24h24
☎ 022 382 42 36,
(Obstétrique/accouchements)
☎ 022 382 68 16 (Gynécologie)
Bd de la Cluse 32. 24h24
☎ 022 382 45 55 , Hôpital des
enfants, rue Willi-Donzé 6 24h24
Lu-ve de 18h à 24h, week-end et jours fériés
de 08h à 24h (téléphone obligatoire):
☎ 022 305 04 58 ,Clinique des Grangettes,
ch. des Grangettes 7, Chêne-Bougeries
☎ 022 719 61 00, Hôpital de la Tour,
av. J.-D. Maillard 3, Meyrin
☎ 022 305 41 11.
Belle-Idée, 2 ch. Petit-Bel-Air,
Chêne-Bourg. 24h24.
☎ 022 346 64 44
Permanence Champel, ch. Malombré 5
☎ 022 346 64 44

dimanche de 10h à 12h & de 17h à 18h :
Pharmacies d’Aubonne ou du Marché à
Aubonne ou Pharmacie de l’Ile à Rolle.
Renseignements ☎ 079 301 27 28
Aubonne
☎ 0848 877 987
Rolle
☎ 021 822 11 11

LAUSANNE
A la Gare, pl. de la Gare 9,
☎ 021 324 20 20
24 SA, av. de Montchoisi 3,
☎ 021 613 12 24
☎ 021 213 77 77
☎ 02 /345 22 22.
Policlinique médicale universitaire,
rue du Bugnon,
☎ 021/314 60 60
Urgences: ☎021 314 66 66
(entrée rue du Bugnon 44) 24h24
☎ 021/213 77 77. 24h24
☎ 021/314 35 05,
(Obstétrique/accouchements),
av. Decker 24h24
☎ 021 627 28 29,
Hôpital de l’enfance, Montétan 16, 24h24

12

EN IMAGES

LE COURRIER
MARDI 6 AOÛT 2013

ITALIE. Silvio
Berlusconi salue
1500 de ses partisans, rassemblés
dimanche devant sa
résidence romaine.
Ils sont venus
soutenir l’ancien
premier ministre,
condamné à un an
de prison pour
fraude fiscale.
M. Berlusconi a
promis «de continuer à se battre»,
mais a exclu un
retrait de son parti
de la coalition
gouvernementale
gauche-droite,
mise en péril par
le jugement.
M. Berlusconi
semble espérer un
compromis lui
permettant d’être
candidat aux prochaines législatives.
En cas d’échec, il
pourrait déclencher
une crise politique
et provoquer des
élections anticipées
en octobre.
RA/KEYSTONE

VIETNAM. Entre 200 et 400 militants ont défilé dimanche à vélo et moto à Hanoi pour la deuxième gay pride
annuelle du pays. L’homosexualité reste taboue au Vietnam, où les médias représentent les homosexuels comme
des malades ou des objets de moquerie. Mais les autorités paraissent disposées à autoriser les unions
homosexuelles, un projet qui pourrait être débattu au parlement avant la fin de l’année et qui ferait du
Vietnam un précurseur en Asie. ATS/KEY

ÉTATS-UNIS. Le gouvernement Obama a
mis samedi son veto
à une décision de la
justice étasunienne
empêchant Apple de
vendre certains téléphones intelligents
iPhone, tablettes
iPad et baladeurs
iPod sur son marché
domestique. Apple
était coupable
d’avoir violé des
brevets de son
concurrent sudcoréen Samsung.
Séoul a déploré hier
la mesure étasunienne, que les
médias du pays ont
qualifiée de
«protectionnisme».
RA/KEYSTONE

MAROC. Mohammed
VI a retiré dimanche
soir sa grâce à un
pédophile espagnol,
dont la libération a
provoqué de vives
protestations dans
le royaume depuis le
milieu de la semaine
passée. Leur répression et l’absence
d’excuses de la part
du roi n’avaient fait
qu’alimenter la colère.
Cet Espagnol a été
condamné en 2011
à 30 ans de prison
pour des viols sur
11 mineurs. Le roi
n’avait pas été mis au
courant de l’atrocité
de ses crimes, a
expliqué le Palais
royal. Le criminel fait
partie de 48 prisonniers libérés au nom
des bonnes relations
entre le Maroc et
l’Espagne – le Parti
socialiste espagnol a
demandé des
comptes à Madrid.
Le pédophile a été
arrêté hier en
Espagne. RA/KEY

LAUSANNE. Une bataille d’eau géante a eu lieu dimanche à Lausanne. La flashmob, qui a duré dix minutes,
avait été organisée via Facebook. RA/KEY


Aperçu du document LeCourrier_2013-08-06.pdf - page 1/12
 
LeCourrier_2013-08-06.pdf - page 3/12
LeCourrier_2013-08-06.pdf - page 4/12
LeCourrier_2013-08-06.pdf - page 5/12
LeCourrier_2013-08-06.pdf - page 6/12
 




Télécharger le fichier (PDF)


LeCourrier_2013-08-06.pdf (PDF, 1.9 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


lecourrier 2013 08 06
newsletter2291
newsletter1967
newsletter1870
newsletter 2253
newsletter1810

Sur le même sujet..