pe dengue martinique 080813 .pdf



Nom original: pe_dengue_martinique_080813.pdf
Titre: PE Martinique 2013-07_Dengue.pub
Auteur: csuivant

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 1.6.2 / GPL Ghostscript 9.05, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 20/08/2013 à 23:25, depuis l'adresse IP 92.160.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 605 fois.
Taille du document: 352 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Surveillance de la dengue
Bulletin pour la période du 22 juillet au 4 août 2013 (S2013-30 et 31)
| MARTINIQUE |

Le point épidémiologique — N° 07 / 2013

Surveillance des cas cliniquement évocateurs de dengue
par les médecins sentinelles
Le nombre de cas cliniquement évocateurs de
dengue vus en médecine de ville au cours de
la quatrième semaine de juillet et la première
d’août a nettement augmenté avec
respectivement 212 et 170 cas estimés. Les

valeurs maximales attendues pour la saison
sont largement dépassées (Figure 1). Ces
données sont à interpréter avec prudence en
raison de l’actuelle période de congés des
médecins sentinelles.

| Figure 1 |
Nombre hebdomadaire des cas cliniquement évocateurs de dengue, Martinique, janvier 2010 à août 2013. Weekly
number of dengue-like syndromes diagnosed in GP clinics, Martinique, January 2010 - August 2013
500

Nombre de cas cliniquement suspects de dengue
Niveau maximal attendu pour la période

400

300

200

2013-31

2013-25

2013-19

2013-13

2013-07

2013-01

2012-47

2012-41

2012-35

2012-29

2012-23

2012-17

2012-11

2012-05

2011-51

2011-45

2011-39

2011-33

2011-27

2011-21

2011-15

2011-09

2011-03

2010-49

2010-43

2010-37

2010-31

2010-25

2010-19

2010-13

2010-07

0

2010-01

100

Source : réseau de médecins généralistes sentinelles

Surveillance des cas cliniquement évocateurs de dengue
par SOS-médecins
Le nombre de visites pour dengue réalisées
par SOS Médecins au cours de la quatrième
semaine de juillet et la première d’août est

aussi en augmentation par rapport aux
semaines précédentes (Figure 2).

| Figure 2 |
Nombre hebdomadaire de visites médicales pour dengue réalisées par SOS Médecins, Martinique, janvier 2010 à
août 2013 / Estimated weekly number of dengue-like syndromes diagnosed by SOS Médecins, Martinique,
January 2010 - August 2013
100

Nombre de visites pour dengue effectuées par SOS médecins

90
80
70
60
50
40
30
20
10

2013-31

2013-25

2013-19

2013-13

2013-07

2013-01

2012-47

2012-41

2012-35

2012-29

2012-23

2012-17

2012-11

2012-05

2011-51

2011-45

2011-39

2011-33

2011-27

2011-21

2011-15

2011-09

2011-03

2010-49

2010-43

2010-37

2010-31

2010-25

2010-19

2010-13

2010-07

0
2010-01

CIRE
ANTILLES
GUYANE

Surveillance des cas probables* et biologiquement confirmés
Depuis maintenant 6 semaines, le nombre de
cas de dengue probables et confirmés
dépasse la valeur maximale attendue pour la
saison. Le niveau de ce dépassement a
Le point épidémio | CIRE ANTILLES GUYANE

nettement progressé au début du mois juillet.
Les données sont à compléter pour la
première semaine d’août (Figure 3).

|

N° 07 | 8 août 2013 | Page 1

| Figure 3 |
Nombre hebdomadaire des cas probables* ou biologiquement confirmés de dengue, Martinique, janvier 2010 à août 2013 / Weekly number of probable or
confirmed cases of dengue fever, Martinique, january 2010 - August 2013

180
160
140

Détection d’antigène viral (NS1)
et/ou

120



100

60
40
20

2013-31

2013-25

2013-19

2013-13

2013-07

2013-01

2012-47

2012-41

2012-35

2012-29

2012-23

2012-17

2012-11

2012-05

2011-51

2011-45

2011-39

2011-33

2011-27

2011-21

2011-15

2011-09

2011-03

2010-49

2010-43

2010-37

0
2010-01

La présence seule d’IgM spécifiques à un niveau significatif sur un
seul prélèvement correspond à un
cas probable.

80

2010-31

Séroconversion sur deux prélèvements espacés d’une semaine :
apparition ou augmentation significative (au jugement du biologiste) des IgM ou IgG spécifiques.

2010-25



Niveau maximal attendu pour la période

200

2010-19

Détection du génome viral (RTPCR)
et/ou

Nombre de cas de dengue probables ou confirmés biologiquement

2010-13



220

2010-07

*Suite au retour d’expérience mené
en 2011 sur les épidémies de
dengue, les définitions de cas ont
été actualisées:
Un cas de dengue est biologiquement confirmé en cas de :

Répartition géographique
Jusqu’à la troisième semaine de juillet, l’intensification de la circulation du virus se traduisait par l’apparition de foyers de plus
en plus nombreux dans un nombre croissant de communes.

Bellefontaine-Basse Pointe sont épargnées ; au sud, les Anses
d'Arlet et Sainte Luce sont les seules communes où aucun cas
n'a été enregistré pendant ces deux semaines.

Au cours de la période du 22 juillet au 4 août, on observe que la
circulation de la dengue tend à se généraliser sur une importante
partie de la Martinique. Ainsi, des cas probables ou confirmés
sont enregistrés dans la majorité des communes de Martinique
(21 sur 34) : Au nord, seules les communes au delà d'une ligne

Pour cette même période, l’incidence attendue des cas probables ou confirmés est dépassée dans 19 communes. Les communes les plus touchées sont, dans l'ordre décroissant, Saint
Esprit, Le Lorrain et Diamant.

| Figure 4 |
Carte de l’incidence cumulée des cas probables ou confirmés, Martinique, semaines 2013-30 et 2013-31 / Geographical representation of
cumulated incidence of probable or confirmed cases of dengue, epi-weeks 2013-30 and 2010-31, Martinique

Page 2 — N° 07| 08 août 2013

CIRE ANTILLES GUYANE | Le point épidémio

Surveillance des passages pour dengue aux urgences
Le nombre de passages aux urgences pédiatriques de la Maison
de la Femme, de la Mère et de l’Enfant (MFME) a légèrement

progressé au cours de la première semaine d’août avec six passages dont un a donné lieu à une hospitalisation. (Figure 5).

| Figure 5 |
Nombre hebdomadaire des passages aux urgences pédiatriques pour dengue à La MFME, Martinique, janvier 2010 à août 2013 / Weekly number of dengue like
syndromes in the emergency pediatric unit, MFME, Martinique, Jan 2013 - Aug. 2013

35

Nombre de passages aux urgences pédiatriques pour dengue
Nombre d'hospitalisations pour dengue suite à un passage aux urgences pédiatriques

30

25

20

15

10

5

2013-31

2013-25

2013-19

2013-13

2013-07

2013-01

2012-47

2012-41

2012-35

2012-29

2012-23

2012-17

2012-11

2012-05

2011-51

2011-45

2011-39

2011-33

2011-27

2011-21

2011-15

2011-09

2011-03

2010-49

2010-43

2010-37

2010-31

2010-25

2010-19

2010-13

2010-07

2010-01

0

Surveillance des cas hospitalisés et des cas sévères
Le nombre de cas probables ou confirmés de dengue hospitalisés a progressé au mois de juillet en totalisant 9 cas dont un cas

sévère (Figure 6). Parmi ces cas, 7 sont des enfants de moins
de 15 ans.

| Figure 6 |
Nombre mensuel de cas probables ou confirmés hospitalisés selon leur sévérité, Martinique, mars 2010 à août 2013 / Monthly number of hospitalized dengue
cases, all age category, according to severity 2, Martinique, Jan 2013 – Aug 2013

35

Non classées
Formes communes
Formes sévères

30

25

20

15

10

5

mars-10
avr-10
mai-10
juin-10
juil-10
août-10
sept-10
oct-10
nov-10
déc-10
janv-11
févr-11
mars-11
avr-11
mai-11
juin-11
juil-11
août-11
sept-11
oct-11
nov-11
déc-11
janv-12
févr-12
mars-12
avr-12
mai-12
juin-12
juil-12
août-12
sept-12
oct-12
nov-12
déc-12
janv-13
févr-13
mars-13
avr-13
mai-13
juin-13
juil-13
août-13

0

CIRE ANTILLES GUYANE | Le point épidémio

N° 07 | 08 août 2013 — Page 3

Le point épidémio

Surveillance des sérotypes
Depuis le début de l’année 2013, on observe une prédominance du sérotype DENV-2 (94%)
parmi les sérotypages effectués (Figure 7). De moins de 10 par mois, le nombre de sérotypages
réalisés en juillet est passé à 35 parmi lesquels cette prédominance se confirme avec 31 DENV2 détectés, les 4 autres étant du DENV-4.

Quelques
chiffres
à retenir

| Figure 7 |
Répartition annuelle des sérotypes circulant du virus de la dengue, Martinique, 2005-2013 / Annual
distribution of dengue circulating serotypes, Martinique, 2005-2013.
100%

Durant la quatrième
semaine de juillet
et la première d’août
(S2013-30 et 31)

90%



80%

383 cas de dengue
cliniquement évocateurs

70%



60%
DEN-4

probables ou confirmés

DEN-3

50%

84 cas de dengue

DEN-2
DEN-1
40%



2 cas confirmés
hospitalisés

30%

• Nombre de décès : 0

20%

10%

• Sérotypes circulants :

DENV-2 et DENV-4

0%
2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

Analyse de la situation
*

Depuis la troisième semaine de juillet, la situation épidémiologique de la
dengue en Martinique correspondait à la Phase 2 niveau 2 du PSAGE*
dengue : circulation active du virus. Cette circulation s’est traduite jusqu’à la
fin du mois de juillet par la survenue de multiples foyers.
Ce changement de phase a eu pour conséquence une intensification des
actions de surveillance, de lutte antivectorielle et de mobilisation sociale
Au cours des deux dernières semaines, on observe un dépassement des
valeurs maximales attendues pour le nombre hebdomadaire de cas
cliniquement évocateurs et pour le nombre de cas probables ou confirmés.
La tendance des autres indicateurs disponibles (consultations pour dengue
des médecins de SOS-médecins, passage pour dengue aux urgences
pédiatriques) confirme l’intensification de la circulation de la dengue en
Martinique. La circulation de la dengue tend à se généraliser puisqu’elle a pu
être observée dans 21 communes sur 34, situées au centre et au sud de la
Martinique.
Cette situation correspond maintenant à la Phase 3 du PSAGE*, phase de
risque épidémique.

Situation dans les DFA
• Guyane : épidémie sur
l’ensemble du territoire,
excepté sur l’Ouest

• Guadeloupe continentale :
épidémie confirmée

• Saint-Martin : épidémie
confirmée

• Saint-Barthélemy :
épidémie confirmée

Directeur de la publication

* PSAGE :programme de surveillance, d’alerte et de gestion des épidémies (de dengue)

Dr Françoise Weber,
Directrice générale de l’InVS

Rédacteur en chef
Mme Martine Ledrans, Coordonnateur
scientifique de la Cire AG

Maquettiste
Claudine Suivant
* Échelle de risque épidémique :
Cas sporadiques
Foyers isolés ou foyers sans lien(s) épidémiologique(s)
Foyers à potentiel évolutif ou foyers multiples avec lien(s) épidémiologique(s) entre eux
Franchissement du niveau maximum attendu par les cas
cliniquement évocateurs
Épidémie confirmée (niveau 1) ou épidémie avec fréquence élevée de formes sévères (niveau 2)
Retour à la normale

Remerciements à nos partenaires
au service départemental de démoustication, au réseau de médecins généralistes sentinelles, à SOS Médecins,
aux services hospitaliers (urgences, laboratoires, services d'hospitalisation), au CNR de l’Institut Pasteur de Guyane,
aux LABM, à l’EFS ainsi qu’à l’ensemble des professionnels de santé qui participent à la surveillance épidémiologique.

Martinique

N° 07 | 08 août 2013 | Page 4

Le point épidémio | CIRE ANTILLES GUYANE

Comité de rédaction
Yvette Adélaïde, Jessie Anglio, Fatim
Bathily, Alain Blateau, Elise Daudens,
Maguy Davidas, Martine Ledrans,
Corinne Locatelli-Jouans, Marion
Petit-Sinturel, Marie-Josée Romagne,
Jacques Rosine

Diffusion
Cire Antilles Guyane
Centre d’Affaires AGORA
Pointe des Grives
CS 80656
97263 Fort de France Cedex
Tél. : 596 (0)596 39 43 54
Fax : 596 (0)596 39 44 14
http://www.invs.sante.fr
http://www.ars.martinique.sante.fr


pe_dengue_martinique_080813.pdf - page 1/4
pe_dengue_martinique_080813.pdf - page 2/4
pe_dengue_martinique_080813.pdf - page 3/4
pe_dengue_martinique_080813.pdf - page 4/4

Documents similaires


pe dengue martinique 080813
kgbm28l
formation zika afops
cv asv aurelie scheidegger
cv complet asv aurelie scheidegger
programme jdig 2017


Sur le même sujet..