Les dialogues des tontons flingueurs.pdf


Aperçu du fichier PDF les-dialogues-des-tontons-flingueurs.pdf - page 1/76

Page 12376


Aperçu texte


Les dialogues des tontons flingueurs

Dans l’usine
M. Fernand

C’est quand même pas la première fois, non ?

Le 1er ouvrier J’dis pas que c’est la première fois que vous montez à paris M. Fernand, j’dis que ça
tombe mal. Si le vent est frisquet, vous avez une couverture à l’arrière et germaine a mis du thé dans le
thermos.
M. Fernand
au Tibet.

Et pourquoi pas de la quinine et un passe montagne ? On croirait vraiment que je pars

Le 2e ouvrier

Au revoir M. Naudin.

M. Fernand

Au revoir Gustave.

Le 1er ouvrier
être là.

M. Fernand, la foire battra pas son plein avant dimanche, si vous pouviez quand même

M. Fernand
Je t’ai déjà dit que j’en avais pour 48 heures maximum, et puis enfin bon dieu quoi,
vous avez quand même pas besoin de moi pour aligner 10 tracteurs dans un champs non ? Hein ? ...
Tachez plutôt qu’elle tombe pas en panne comme la dernière fois.
Le 1er ouvrier

Qu’est-ce qui a été en panne ?

M. Fernand

La dépanneuse.

Le 1er ouvrier

Oh ! M. Fernand ...

Monologue de M. Fernand
M. Fernand
Louis de retour : présence indispensable. « Présence indispensable » après 15 ans, y en
a qui poussent un peu quand même. 15 ans d’interdiction de séjour ; pour qu’il abandonne ses cactus
et qu’il revienne à paris, faut qu’il lui en arrive une sévère au vieux louis ; ou qu’il ait besoin de mon
pognon, ou qu’il soit tombé dans une béchamel infernale.

Dans le bowling
Henri Eh bien ma vieille, tu nous fais attendre, la route a pas été trop toc ?
M. Fernand

Ben, suffisamment.

Henri Ça fait plaisir de te revoir, le Mexicain commençait à avoir des impatiences.
M. Fernand

La preuve qu’il est revenu c’est pas un char.

Henri Oh ben, je me serais pas permis.