TITRE XVII CONNAISSANCE DES MATÉRIELS DIVERS .pdf



Nom original: TITRE XVII - CONNAISSANCE DES MATÉRIELS DIVERS.pdfTitre: Titre XVIIAuteur: CDNBC - EA - EG - EAM

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par Acrobat PDFMaker 9.0 pour Word / Acrobat Distiller 9.0.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/09/2013 à 20:16, depuis l'adresse IP 109.12.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 8134 fois.
Taille du document: 2.2 Mo (76 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


MINISTÈRE DE LA DÉFENSE

TTA 150

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES
DE L'ARMÉE DE TERRE
SOUS-DIRECTION FORMATION ÉCOLES

TITRE XVII
CONNAISSANCE ET ENTRETIEN
DES MATÉRIELS DIVERS

Expert de domaine : CDNBC, EA, EG, EAM

Version 2012

SECTION I - EFFETS ET ÉQUIPEMENTS DE DÉFENSE
NUCLÉAIRE, BIOLOGIQUE ET CHIMIQUE (NBC)

BUT RECHERCHÉ ET
DONNÉES
ESSENTIELLES

Connaître pratiquement l’utilisation et l’entretien des matériels
de défense NBC en dotation dans les unités élémentaires et
les régiments.

CONSEILS POUR
ABORDER L'ÉTUDE

L’étude de cette section ne saurait être menée sans des
exercices pratiques répétés sur les différents matériels
présentés. Chacun d’eux fait l’objet d’une fiche comportant :
destination, composition, caractéristiques,
dotations ;
description illustrée par dessin ou photo.

RÉFÉRENCE(S)

POUR EN SAVOIR
PLUS
AVERTISSEMENT

entretien,

- MAT 11612 Notice technique, catalogue illustré, manuel de
réparation de l’ANP VP.
- MAT 1608 Notice technique de l’AP2C.
- MAT Notice technique du LODITOX.
- MAT 1595 Notice technique du DOM DOR 309.
- MAT 15511 Notice technique du XOM 490.
- MAT 15512 Notice technique du SOR 480.
- MAT 1580 Notice technique de l’APP DEC 2,5 L.
- MAT 1587 Notice technique du LS F1.
- MAT 16669 GUIDE TECHNIQUE AP4C.
http://cdnbc.terre.defense.gouv.fr

CHAPITRE 1 - MATÉRIELS DE PROTECTION
FICHE 1 : APPAREIL NORMAL DE PROTECTION À VISIÈRE PANORAMIQUE MleF1
FICHE 2 : SAC DE TRANSPORT
FICHE 3 : CARTOUCHES FILTRANTES
FICHE 4 : L’AUTO INJECTEUR BI COMPARTIMENTS (AIBC)
FICHE 5 : COMPRIMÉS DE PYRIDOSTIGMINE
FICHE 6 : TENUE DE COMBAT NBC A PORT PERMANENT
FICHE 7 : COMBINAISON NBC/FEU
FICHE 8 : TENUE LÉGÈRE DE DÉCONTAMINATION Mle 93 (TLD 93)

FICHE 1 : APPAREIL NORMAL DE PROTECTION À VISIÈRE PANORAMIQUE MLEF1
CODE EMAT : 49 11 11-12-13-14
DOCUMENTATION : MAT 11612
notice technique
catalogue illustré
manuel de réparation

COMPOSITION : 1 masque respiratoire
1 cartouche filtrante
1 sac de transport avec bretelle
1 boîtier de protection de fond de sac
1 protection visière
2 interfaces pour prise de liquide.

RÉPARTITION DES TAILLES :
10 % de taille 1
45 % de taille 2
25 % de taille 3
20 % de taille 4

DESTINATION : Assure la protection des yeux, de la peau du visage et, muni d’une cartouche filtrante, celle des voies respiratoires supérieures (le
port de la barbe, même naissante, compromet l’étanchéité)
Offre des conditions de port confortables.
Autorise une vision élargie et une bonne transmission de la voix, y compris à travers un micro.
Permet l’utilisation d’un dispositif de vision sous masque remplaçant les lunettes de vue.
Permet au combattant de s’alimenter en eau tout en restant protégé.

ENTRETIEN :

Nettoyage par l’utilisateur avec de l’eau de javel diluée à 7%, suivi d’un rinçage et d’un séchage.
Le masque sans sa cartouche peut éventuellement être lavé à grande eau puis séché.
Le chiffon utilisé pour le nettoyage doit être non pelucheux.

FICHE 2 : SAC DE TRANSPORT

FICHE 3 : CARTOUCHES FILTRANTES
CLASSIFICATION DES CF (NORMES EUROPÉENNES)
Couleur
d’identification

Type de
filtre
AX
A

COUPE D’UNE CF

Applications principales
Gaz & vapeurs organiques à point
d’ébullition < 65°
Gaz & vapeurs organiques à point
d’ébullition > 65°

B

Gaz & vapeurs inorganiques

E

Anhydride sulfureux
Acide chlorhydrique

K

Ammoniac

CO

Monoxyde de carbone

CARTOUCHE DE DOTATION

Hg

Mercure

CLASSEMENT : A2 + B2 + P3 (Normes européennes)

NO

Vapeurs nitreuses également
Oxyde d’Azote Iode radioactif

Réacteur

Également Iodure de méthane

P

Particules en suspension

CARTOUCHE « SPECTRE LARGE »
Cette cartouche est conçue pour être utilisée en présence d’un eventuel risque
technologique (mise en place sur ordre).
CLASSEMENT : A2 + B2 + E2 + K2 + P3 (Normes européennes).
Même pouvoir de filtration que la CF de dotation plus :
CODE
E ( E x : Anhydride sulfureux et acide chlorhydrique)
K (Ex : Ammoniac)

CODE

A

Vapeurs organiques
Solvants et hydrocarbures

B

Gaz, acides cyanhydrique, nitrique
Halogènes et dérivés acides
(Brome - Chlore - Fluor)
Hydrogène arsénié, phosphoré, sulfuré

FILTRE P3 Poussières radioactives
CLASSE 2 Cartouche à visser (250 ou 400 cm)
NE PROTÈGE PAS CONTRE :
Anhydride sulfureux (code E)
Ammoniac (code K)
Vapeurs de mercure (code Hg)
Monoxyde de carbone (code CO)

Limites d’emploi des cartouches filtrantes Une cartouche filtrante ne peut remplir son rôle que si elle est utilisée en présence d’un mélange
oxygène (minimum 17%) / toxique, situation généralement rencontrée en extérieur.
En atmosphère confinée: caves, souterrains, sous-sols, etc…, le manque d’oxygène (moins de 17%) sera mortel quelque soit le type de filtration
utilisé. Il faut alors lui préférer l’Appareil Respiratoire Isolant (ARI).

FICHE 4 : L’AUTO INJECTEUR BI COMPARTIMENTS (AIBC)
DESTINATION : permettre à tout combattant présentant l’un des symptômes d’atteinte par les neurotoxiques de se faire luimême une injection d’antidote le plus rapidement possible à travers les vêtements.
A défaut, cette opération est réalisée par le binôme de l'intéressé.
COMPOSITION : le médicament est composé d’atropine (2 mg), de pralidoxime (350 mg) et d’avizafone (20mg).
Ces trois principes actifs se trouvent sous forme lyophilisée à l’intérieur de l’auto-injecteur.
Une phase de reconstitution doit être réalisée avant une utilisation opérationnelle de l’appareil.
DOTATION : 2 par combattant (dans le sac de transport de l’ANP VP).
EMPLOI : dès l’apparition des premiers symptômes d’atteinte par les neurotoxiques.

AIBC d’instruction

Phase de reconstitution

AIBC réelle

Phase d’injection

FICHE 5 : COMPRIMÉS DE PYRIDOSTIGMINE
DESTINATION : prétraitement bloquant de façon réversible 25 % environ de cholinestérase, empêchant ainsi
les organophosphorés de s’y fixer et de provoquer une inhibition totale.
COMPOSITION : 30 mg de bromure de pyridostigmine par comprimé.
DOTATION : 1 boîte de 30 comprimés par homme (sac de transport ANP).
EMPLOI : sur ordre, 48 heures au moins avant le début des opérations, à raison d’un comprimé toutes les 8
heures.
Nota - La libération de la cholinestérase se fera naturellement après atteinte par les neurotoxiques.
Ce prétraitement n’aura d’efficacité que contre les intoxications par neurotoxiques et sera sans effet vis-à-vis
de tout autre toxique.

FICHE 6 : TENUE DE COMBAT NBC TTE (THEATRE EUROPEEN) OU TOM (OUTRE-MER)
DESTINATION :
Protection du combattant contre les agents chimiques sous
toutes leurs formes.
COMPOSITION :
- un pantalon et une veste avec capuchon ;
- une paire de gants en cuir ;
- une paire de sous gants et de chaussettes carbonés.
Portée avec les brodequins de combat. Chaque effet est conditionné en
emballage sous vide partiel d’air (veste et pantalon ensemble).

CARACTÉRISTIQUES :
Constituée de 2 couches de protection :
- extérieur hydrofuge et oléofuge;
- intérieur mousse polyuréthane imprégné de charbon actif. Se porte
à la place des vêtements de combat.
Résiste à une concentration de 10 g/m² d’ypérite pendant ≥ 24 h.
Protège contre le flash lumino-thermique.
N’est pas décontaminable (la TTE ou TOM sont retirée par
déshabillage en respectant un protocole).
Résiste à un port en continu d’un mois.
ENTRETIEN :

Brossage.
Échange en cas de détérioration ou d’usure.

FICHE 7 : COMBINAISON NBC/FEU
DESTINATION :
Protection des équipages d’engin blindé et d’hélicoptère contre les
agents chimiques et le feu.
COMPOSITION :

- une combinaison avec sangles d’extraction et une cagoule ;
- une paire de gants en cuir ;
- une paire de sous gants et de chaussettes carbonés.
Portée avec les brodequins de combat. Chaque effet est
conditionné en emballage sous vide partiel d’air.

CARACTÉRISTIQUES :
Constituée de 2 couches de protection :
- extérieur ignifuge, hydrofuge et oléofuge;
- intérieur mousse polyuréthane imprégné de charbon actif.
Se porte à la place de la combinaison thermostable.
Résiste à une concentration de 10 g/m2 d’ypérite pendant ≥ 24 h.
N’est pas décontaminable (la combinaison est retirée par déshabillage
en respectant un protocole).Résiste à un port en continu d’un mois.
ENTRETIEN :

Brossage.
Échange en cas de détérioration ou d’usure.

FICHE 8 : TENUE LÉGÈRE DE DÉCONTAMINATION MLE 93 (TLD 93)
DESTINATION :
Tenue jetable destinée à la protection du personnel procédant à des opérations de décontamination
approfondie.
COMPOSITION :
Un bourgeron avec doubles manches
Un pantalon
Conditionnée pliée en emballage plastique sous vide.
La tenue doit être utilisée avec bottillons et gants butyle, sous gants coton et chaussettes.
CARACTÉRISTIQUES :
Adaptable à tout type de masque
Résiste à une concentration de 100g/m2 de toxique > 24h
Résiste au moins 2h30 aux acides et bases concentrés et 15 mn aux solvants
Usage unique (utilisable 4 à 5 fois en l’absence de toxique)
ENTRETIEN :
Nettoyage à l’eau chaude savonneuse et rinçage.
Rangement en sac après séchage.
À rebuter en cas de doute sur l’étanchéité.

CHAPITRE 2 - MATÉRIELS DE DÉTECTION
FICHE 9 : PAPIER DÉTECTEUR (PD F1)
FICHE 10 : DÉTECTEUR INDIVIDUEL DE NEUROTOXIQUES MLE F1 (DETINDIV F1)
FICHE 11 : APPAREIL PORTATIF DE CONTRÔLE DE LA CONTAMINATION (AP2C)
FICHE 12 : APPAREIL PORTATIF DE CONTRÔLE DE LA CONTAMINATION (AP4C)
FICHE 13 : APPAREIL PORTATIF D’ALERTE ET DE CONTRÔLE CHIMIQUE (APACC)
FICHE 14 : LOT DE DÉTECTION ET D’IDENTIFICATION DES TOXIQUES DE GUERRE
(LODITOX)
FICHE
15:
UNITÉ
COLLECTIVE
DÉCONTAMINATION DOM DOR 309

DE

CONTRÔLE

D’ALERTE

FICHE 16 : RADIAMÈTRE-DOSIMÈTRE DE BORD DUK DUR 440
FICHE 17 : RADIAMÈTRE DE BORD SUK-SUR 411
FICHE 18 : DOSIMÈTRE ÉLECTRONIQUE SOR 480
FICHE 19 : LECTEUR ENREGISTREUR XOM 490

ET

DE

FICHE 9 : PAPIER DÉTECTEUR (PD F1)
NOMENCLATURES :
Petit modèle (PM) pour le personnel 6665 14 258 2394.
Grand modèle (GM) pour les véhicules F300 OT 000 5323.
DESTINATION :
Détection d’alerte locale et de contrôle des toxiques liquides.
DESCRIPTION :
Carnets de 10 feuilles adhésives avec bordure et marquage de la couverture en
rouge.
PM : dimensions = 2,5 x 9 cm.
GM : dimensions = 14 x 9 cm.
DOCUMENTS :
IM 38306 des 21/12/82 et modificatifs suivants.
DOTATIONS :
PM : 3 carnets par homme (1 sur l’homme, 1 à l’UE, 1 au Corps)
GM : 4 carnets par véhicule (2 sur véhicule, 1 à l’UE, 1 au Corps)
UTILISATION :
Détacher les feuilles et les coller sur une surface exposée ou les mettre en
contact avec des souillures.

ATTENTION : virage noir avec SDCM Mle 1

Surveiller l’apparition de tâches

Rouge à violacé : vésicants
Jaune à orangé : produits G
Bleu-vert à noir : produits A

FICHE 10 : DÉTECTEUR INDIVIDUEL DE NEUROTOXIQUES MLE F1 (DETINDIV F1)
NOMENCLATURE : 6665 14 363 9378.

MISE EN ŒUVRE

● Sortir le détecteur de son emballage sans toucher les pastilles
avec les doigts.
DESTINATION : Contrôle de présence ou d’absence de vapeurs
● Briser l’ampoule entre le pouce et l’index, pastilles vers le bas.
de neurotoxiques, par réaction biochimique.
● Vérifier que la pastille blanche est bien mouillée.
DOTATIONS :
● Exposer à l’air pendant 5 minutes, sans agiter.
- jusqu’à 500 hommes : 1 caissette ;
● Replier la pastille rose sur la blanche et exercer 20 pressions
- de 500 à 1000 hommes : 2 caissettes ;
successives.
- plus de 1000 hommes : 3 caissettes.
● Faire la lecture au bout de 2 minutes sur la pastille blanche
d’origine :
DESCRIPTION :
Plaquettes plastiques de 8 x 2,5 cm comprenant :
● si la pastille est bleue : pas de toxique ;
- 1 ampoule en verre contenant de l’eau ;
● si la pastille reste blanche : TOXIQUE.
- 1 canal d’écoulement ;
- 1 pastille blanche imprégnée d’enzymes ;
- 1 pastille rose imprégnée de substrat.
DOCUMENTS : Instruction 38306 du 21/12/82

Le DETINDIV est conditionné en caissettes de 275 appareils.
Ceux-ci, sous enveloppe d’aluminium, sont groupés par 5 dans 55
emballages étanches, portant les instructions de mise en œuvre.

FICHE 11 : APPAREIL PORTATIF DE CONTRÔLE DE LA CONTAMINATION (AP2C)
DESTINATION :
Détection de contrôle.
Identification des matériels contaminés.
Tri des blessés contaminés.
Contrôle de la décontamination.
CARACTÉRISTIQUES :
Détecte sous forme vapeur ou liquide la présence :
- PHOSPHORE : neurotoxiques A (V) ou G (G);
- SOUFRE ; l’ypérite au soufre (HD).
Fournit une indication lumineuse et sonore sur leur
concentration.
UNITÉ COLLECTIVE :
Contenue dans une mallette plastique. Comprend un
équipement de portage. Permet un fonctionnement
continu de 2 x 12 heures.
ÉCHELON DE MISE EN PLACE :
Unité élémentaire et section.
ENTRETIEN : Nettoyage à l’aide d’un chiffon humide.

FICHE 12 : APPAREIL PORTATIF DE CONTRÔLE DE LA CONTAMINATION 4 VOIES (AP4C)
DESTINATION :
Détection de contrôle.
Recherche de contamination
Identification des matériels contaminés.
Tri des blessés contaminés.
Contrôle de la décontamination.
CARACTÉRISTIQUES :
Détecte sous forme vapeur ou liquide
Les spectres :
PHOSPHORE(P)
AZOTE(HNO)
ARSINE(AS)
SOUFRE(S)
Possède une diode (CH) détection des gaz inflamable.
Fournit une indication lumineuse et sonore sur leur
concentration.

APPAREIL
APP
EIL PORTATIF
POR ATI DE
E
CONTROLE
CON ROLE DE
E LA CONTAMINATION
CO TAM NAT ON
GAZ INFLAMMABLE
PHOSPHORE
( spectre )

AP4C

AZOTE
( spectre )

P

CH

HNO

ÉCHELON DE MISE EN PLACE :
Unité élémentaire et section.
ENTRETIEN : Nettoyage à l’aide d’un chiffon humide.

AS

SOUFRE
( spectre )

S
5

5

PANNE

PURGE
4

4
3

H2

PILES

3

2

2

1

1

PRET

G,V HN,AC

UNITÉ COLLECTIVE :
Contenue dans une mallette du type PELICASE.
Comprend un équipement de portage. Permet un
fonctionnement continu de 2 x 12 heures.

ARSINE
( spectre )

L,SA HD,HL

YPERITE
+
LEWISITE

HYDROGENE CYANIDE
SARIN ( GB )
SOMAN ( GD )
TABUN ( GA )
CYCLOHETIL SARIN ( GF )
ETHYL SARIN ( GE )

AMITON YPERITE AZOTE
VX / VS
VE/ VG
VM /

LEWISITE
HYDROGENE ARSENIE
METHYLDICHOROASINE

YPERITE
SOUFRE

FICHE 13 : APPAREIL PORTATIF D’ALERTE ET DE CONTRÔLE CHIMIQUE (APACC)
DESTINATION :
Identique à celle de l’AP2C avec déport de 400 mètres.
UNITÉ COLLECTIVE :
- 1 AP2C dans sa mallette.
- 1 mallette de même format contenant le boîtier d’alarme à distance, le
boîtier alimentation, des piles et stockeurs supplémentaires.
- 1 bobine de 400 m de KL 5 sur dérouleuse type DR 8.

FICHE 14 : LOT DE DÉTECTION ET D’IDENTIFICATION DES TOXIQUES DE GUERRE (LODITOX)
CODE EMAT : 493212
DESTINATION :
Permet d’effectuer la détection de contrôle sous forme vapeur des toxiques
suivants :
Neurotoxiques
Ypérite soufrée (HD)
Ypérite azotée (HN)
Arsine/Arsenic (AS) + Lewisite (L)
Acide cyanhydrique (AC)
Chlorure de cyanogène (CK)
Phosgène (GC)
Anhydride carbonique (pour l’entraînement)

20 tubes
20 tubes
20 tubes
20 tubes
20 tubes
20 tubes
20 tubes
10 tubes

EMPLOI :
Avant l’envoi du CBRN1 CHEM, lors des reconnaissances chimiques,
pendant le suivi du danger (CBRN4 CHEM).
Servie par le sous-officier NBC d’unité élémentaire.
DOTATION : 1 par unité élémentaire.
COMPOSITION :
1 valise, 2 pompes manuelles, 1 tuyau rallonge de 3 m,
2 dispositifs d’ouverture des tubes, 2 sabliers,
2 systèmes de réchauffage des tubes, 1 sacoche de transport,
1 porte document, 3 sacs de transport pour tubes usagés,
2 bâches imperméables aux toxiques, lots de tubes d’identification.

FICHE 15 : UNITÉ COLLECTIVE DE CONTRÔLE D’ALERTE ET DE DÉCONTAMINATION DOM DOR 309
CODE EMAT : 49 71 11
DOCUMENTS :
Notice technique : MAT 1595.
Catalogue illustré : MAT 6310.
Manuel de réparation : MAT 1611.
Tableau Unité Collective : MAT 1650.
DESTINATION :
Donner l’alerte.
Mesurer un débit de dose.
Indiquer la dose cumulée.
Contrôler la contamination.

DÉBITMÉTRIE : de 0,001 à 999,9 cGy/h.
Alarme sonore et visuelle à 0,002 cGy/h.
Dosimétrie : 0,1 à 999,9 cGy.
DOTATION :
1 par section et cellule NBC d’UE.
COMPOSITION :
1 mallette étanche contenant :
- 1 radiamètre et sa dragonne ;
- 1 sonde externe ;
- 4 piles BA 58 (hors UC) ;
- 1 canne d’exploration ;
- 1 notice technique.

FONCTIONNEMENT :
Compteurs Geiger-Muller à gestion par ENTRETIEN :
cartes
électroniques
(alimentation, Nettoyage à l’aide d’un chiffon humide.
détection, traitement et affichage digital).
CARACTÉRISTIQUES :
Boîtier étanche en alliage d’aluminium.
Dimensions : 45/90/170mm
(108/214/355 mm pour la
mallette).
Poids : 0,6 kg (avec mallette : 3,6 kg).
Alimentation : 4 piles BA 58 (LR 6) de 1,5
V.
Autonomie : 48 h.
Stockage : -30 à +70 °C.
Fonctionnement : -25 à +50 °C.
PERFORMANCES :
Détection des rayons gamma.
Réponse : < 2s.
Précision :
20 %.

FICHE 16 : RADIAMÈTRE-DOSIMÈTRE DE BORD DUK DUR 440
PRÉSENTATION :
Radiamètre-dosimètre de bord des engins blindés.
Mesure le rayonnement Gamma à l’intérieur du véhicule.
Mesure la dose absorbée par l’équipage (avec mémorisation).
Fournit une alarme lumineuse (et sonore sur certains EB).
CARACTÉRISTIQUES :
Débimétrie de 0,1 à 999,9 cGy/h.
Dosimétrie de 0,1 à 999,9 cGy.
Alarme à 1 cGy/h (réglable par atelier NTI 2, 10 ou 50 cGy/h).

CONTRÔLE PAR L’UTILISATEUR :
Commutateur de fonction sur jour ou nuit, les afficheurs indiquent zéro (si le boîtier sonde est déconnecté, ils clignotent). Commutateur
sur test, le débit de dose est compris entre 475 et 525 cGy/h, la dose entre 7,9 et 8,8 cGy en 1 minute, l’alarme fonctionne.

FICHE 17 : RADIAMÈTRE DE BORD SUK-SUR 411
PRÉSENTATION
Radiamètre de bord pour hélicoptères TIGRE.
Mesure le débit de dose de rayonnements X ou Gamma à
l’intérieur de l’hélicoptère.
Calcule en permanence la dose correspondant au débit de dose
mesuré.
Les commandes et la visualisation s’effectuent par l’intermédiaire
des périphériques de bord.
CARACTÉRISTIQUES
Détection des rayonnements d’énergie entre 80 keV et 1,5 MeV
Débimétrie de
0,1 à 999,9 cGy/h.
Dosimétrie de
0,1 à 999,9 cGy.
Dose cumulée : 1 à 999,9 cGy
DIMENSIONS
Encombrement :
Masse :

L 171 x l 127 x P 120
1,5 Kg

DESCRIPTION
1 boîtier métallique.
RÉSEAU :
Transmet les informations au bus 1553 B
Liaison bidirectionnelle ARINC 429
ÉCHELON D’EMPLOI :
Hélicoptères TIGRE ou NH90.

FICHE 18 : DOSIMÈTRE ÉLECTRONIQUE SOR 480

FICHE 19 : LECTEUR ENREGISTREUR XOM 490

CHAPITRE 3 - MATÉRIELS DE DÉCONTAMINATION
FICHE 20 : GANT DE DÉCONTAMINATION CHIMIQUE F1
FICHE 21 : APPAREIL DE DÉCONTAMINATION CHIMIQUE DE 2,5 LITRES À
RECHARGE MLE F1

FICHE 20 : GANT DE DÉCONTAMINATION CHIMIQUE F1

CODE EMAT : 49 33 11.
DOCUMENTATION
TTA 601 bis et DM 6600 DN EMAT du 21/8/79.
DESTINATION
Décontamination immédiate de la peau.
Décontamination opérationnelle des équipements et des petits matériels du
combattant.
CARACTÉRISTIQUES
Permet de décontaminer 9 m2 environ de surface.
La terre de foulon possède un pouvoir absorbant de 90%.
DOTATION
2 par homme dans le sac de transport de l’ANP.
Plus 10% de l’effectif à l’UE, plus 10 % au Corps de troupe.
COMPOSITION
1 sachet plastique translucide avec indications d’emploi. Le gant en coton
comporte :
- une face poudreuse avec 2 compartiments contenant 320 g de terre de
foulon (argile smectique, absorbant les liquides gras) ;
- une face éponge et un velcro de maintien.
MISE EN ŒUVRE
Enfiler le gant sur une main, poudrer en tapotant.
Essuyer soigneusement avec la face éponge, sans frotter.
Recommencer l’opération.

FICHE 21 : APPAREIL DE DÉCONTAMINATION CHIMIQUE DE 2,5 LITRES À RECHARGE MLE F1
DESTINATION :
Décontamination chimique opérationnelle des véhicules et de l’armement de bord.
UNITÉ COLLECTIVE :
● 1 appareil;
● 2 recharges gazeuses;
● 2 bidons de 1,6 litre de SDCM Mle 1;
1 UC par VLTT, VBL et camionnette.
2 UC par PL et engin blindé.
CARACTÉRISTIQUES :
Le contenu d’un appareil permet de neutraliser la contamination (organophosphorés et
ypérite) sur une surface de 5 m2.
MISE EN ŒUVRE :
Pulvériser la solution sur les parties du véhicule entrant en contact avec le personnel.
Laisser agir 10 minutes.
Essuyer ou rincer si possible.
PRÉCAUTIONS D’EMPLOI :
La SDCM Mle 1 est caustique et corrosive :
porter masque et gants.
Elle s’enflamme spontanément à 80°C :
ne pas pulvériser sur les parties chaudes des véhicules(pot d’échappement, …).
Elle s’enflamme au contact de l’hypochlorite de calcium sec.
ENTRETIEN :
Nettoyer toutes les pièces à l’eau savonneuse, rincer et sécher.
Graisser légèrement les filetages et huiler les pièces en métal oxydable.
N’utiliser ni outil, ni brosse pour nettoyer l’intérieur du réservoir.

CHAPITRE 4 - MATÉRIELS DE SIGNALISATION
FICHE 22 : ARTIFICE DE SIGNALISATION À MAIN À PARACHUTE D’ALERTE TOXIQUE
FICHE 23 : LOT DE SIGNALISATION DE ZONES CONTAMINÉES Mle F1 (LS F1)

FICHE 22 : ARTIFICE DE SIGNALISATION À MAIN À PARACHUTE D’ALERTE TOXIQUE
« AR SI MA PARA Z »
Conditionné en mallette plastique contenant 3 artifices (niveau section).
Il permet la TRANSMISSION dans un rayon de 500 à 1 000 mètres d’une ALERTE LOCALE CHIMIQUE
signifiant :
« Prise immédiate des mesures de protection Niveau 4 »
Il délivre, à une altitude de 200 mètres, un signal :



VISUEL pendant 20 s



SONORE pendant 10 s

MISE EN ŒUVRE :
Maintenir l’artifice verticalement et bras tendu, à hauteur des yeux.
Tourner la poignée d’armement à fond vers la gauche.
Attention : l’artifice est irrémédiablement armé et doit impérativement être tiré.
Tirer la poignée vers le bas.
La mise à feu intervient dans un délai de 1 à 1,5 secondes.
Après le dépotage à 200 mètres d’altitude, le conteneur en aluminium du signal retombe au sol.
Le signal en fonctionnement peut-être entraîné par le vent.
Observer les précautions habituelles en ce qui concerne le danger d’incendie.

FICHE 23 : LOT DE SIGNALISATION DE ZONES CONTAMINÉES MLE F1 (LS F1)
CODE EMAT : 49 20 10.
DOCUMENTS :
Notice technique : MAT 1587.
Unité collective : MAT 1650.

DESTINATION :
Marquage du terrain contaminé N, B ou C.
DOTATION :
1 par formation.

1 par UE.

CODE EMAT : 49 20 10.

DESTINATION :
Marquage du terrain contaminé N, B ou C.

SECTION II - MATÉRIELS D’OPTIQUE

BUT RECHERCHÉ ET
DONNÉES
ESSENTIELLES

Connaître pratiquement l’utilisation et l’entretien des divers
matériels optiques en dotation dans les unités élémentaires.

RÉFÉRENCE(S)

Voir références sur les fiches types de matériels.

CONSEILS POUR
ABORDER L'ÉTUDE

Les matériels d’optique, en service dans l’armée de terre, sont
des matériels fragiles et coûteux . Une bonne connaissance de
leur utilisation et de leurs manipulations semble indispensable
pour mener à bien des missions de combat de jour, comme de
nuit. Cette étude doit être menée de manière très pratique.

CHAPITRE1 - MATÉRIELS D'OPTIQUE

1 - GÉNÉRALITÉS
Les matériels d'optique, en service dans l'armée de terre, comprennent principalement :
- les instruments d'observation, de topographie, de reconnaissance, de photographie
et de préparation du tir ;
- les équipements de pointage et d'observation des engins blindés ;
- les appareils de pointage d'armement de petit et gros calibre ;
- les équipements de tir, de conduite, d'observation et de détection de nuit.
Les instruments d'optique sont des matériels fragiles et coûteux, leur maintien en bon état
de fonctionnement exige certaines précautions et des soins minutieux pendant leur
utilisation, leurs manipulations, leur transport et leur magasinage.

2 - PRÉCAUTIONS À PRENDRE LORS DE L'UTILISATION
Les instruments d'optique doivent être maniés sans brusquerie ni excès de force afin
d'éviter les chocs, les chutes et les détériorations de mécanismes.
Les surfaces des verres d'optique, ayant subi un traitement permettant d'accroître leur
transparence, sont très sensibles aux poussières et corps étrangers dont le frottement
occasionne rayures et opacité ; en conséquence :
L'utilisateur d'un instrument d'optique doit éviter de toucher les surfaces des verres et ne
jamais les frotter pour les nettoyer.

3 - PRÉCAUTIONS A PRENDRE APRÈS L'UTILISATION
Après usage, pour éviter les détériorations :
Les instruments doivent être replacés dans leurs étuis, coffrets, ou caisses de transport. Si
les instruments ont été mouillés, il est indispensable de :
les sécher avant de les ranger, en les essuyant, sans toucher aux verres.
Les fiches ci-après représentent les matériels optiques d'usage courant dans les unités
élémentaires.

4 - FICHE 1 : LUNETTE DE TIR FSA - FRF 1 - FRF 2 (APX L 806)
4.1. Références :
MAT 1853 Guide technique de la lunette L 806.
MAT 1046 Guide technique FRF 1.
MAT 1063 Guide technique FRF 2.
4.2. Présentation :
La lunette APX L 806, modèle 1953, équipe les fusils de précision.
L'unité collective comprend (fig. 1) :
- la lunette proprement dite (1);
- une clé de réglage (2)
- un pinceau à poils souples (versions FRF1 et FRF 2) ;
o un étui en cuir avec courroie (version FSA) (3);
o en bakélite (versions FRF 1);
dans la housse de l'arme (version FRF 2).

5 - FICHE 2 : ÉQUIPEMENT DE TIR DE NUIT À INTENSIFICATION DE LUMIÈRE DIPT 9
C POUR ARMES D’INFANTERIE
5.1. Références :
Guide technique MAT 2060.
Notice technique MAT 2110.
MAT 1063 guide technique FRF 2.
5.2. Présentation :
L'unité collective de l'équipement de tir de nuit DIPT 9 C comprend (fig. 1) :
- un coffre de transport K0646 C (A) ;
- une lunette OB25 C (B) ;
- un pare-lumière (C) ;
- trois batteries AA46 A (F) ;
- un support de lunette pour LRAC 89 mm (G) ;
- un support de lunette pour FRF1 (D) ;
- un support de lunette pour ANF1 de 7,62 (H) ;
- un support de lunette pour APILAS ;
- deux porte-lampes équipés (I) ;
- un tournevis (J) ;
- une housse de transport (E)
- guide technique MAT 2060 K.

5.3. Règles de sécurité :
La lunette ne doit jamais être utilisée de jour (Sans cache objectif) ni exposée à une
température supérieure à 50 °C, car l’élément le plus important, le tube intensificateur,
serait irrémédiablement endommagé.
Ne jamais ranger la lunette sans avoir retiré la batterie de son logement.
5.4. Emploi :
La lunette permet l'observation et le tir de nuit par l'intensification de la lumière stellaire et
lunaire. À l'aide de différents supports, elle peut être associée :
- au LRAC de 89 mm;
- au fusil FRF1 ;
- à l'arme automatique NATO F 1 de 7,62

6 - FICHE 3 : JUMELLE À PRISME
6.1. Références :
MAT 1878 - Notice d'utilisation et d'entretien.
6.2. Présentation :
La jumelle à prismes est un instrument binoculaire grossissant destiné à l'observation.
Elle permet éventuellement, grâce à un micromètre, d'effectuer des mesures de petits
écarts angulaires.
L'unité collective comprend (fig. 1) ;
- une jumelle proprement dite (1) ;
- une courroie de cou (2) ;
- un étui de transport (3) ;
- une courroie d'étui (4) ;
- deux bonnettes d'oculaires de rechange (5) ;
- deux verres colorés se fixant sur les bonnettes d'oculaires (6).

7 - FICHE 4 : JUMELLE PASSIVE D'OBSERVATION NOCTURNE DIPT 11 A
7.1. Références :
Guide technique MAT 2063.
Notice technique MAT 2113.
7.2. Présentation :
L'unité collective de la jumelle passive d'observation nocturne DIPT 11 A comprend
(Fig. 1) :
- une jumelle OB42 A (1) ;
- un coffre de transport KO876 A (2) ;
- deux piles PS31 (3) ;
- un guide technique MAT 2063 (4).

8 - FICHE 5 : JUMELLE PASSIVE DE VISION NOCTURNE DIPT 10 A
8.1. Références :
Guide technique MAT 2061.
Notice technique MAT 2111.
8.2. Présentation :
L'unité collective de la jumelle passive de vision nocturne DIPT 10 A comprend (Fig. 1) :
- une jumelle OB41 A (1) ;
- deux piles PS31 (2) ;
- un guide technique MAT 2061 (3) ;
- un étui de transport HO193 A (4).

8.3. Emploi:
La jumelle OB 41 A permet par son effet d'intensification de la lumière stellaire et lunaire,
d'effectuer des travaux nocturnes, de conduire des véhicules, d'apporter une aide au
pilotage des aéronefs.

SECTION III - OUTILS ET ÉQUIPEMENTS « GÉNIE »

BUT RECHERCHÉ ET
DONNÉES
ESSENTIELLES

Acquérir une connaissance approfondie de la mise en œuvre
et de l'entretien des matériels en dotation.
Connaître les mesures de sécurité concernant l'emploi.

RÉFÉRENCE(S)

MAT 5006 Manuel technique concernant les flotteurs
pneumatiques.
MAT 5017 Manuel technique du flotteur pneumatique 6
hommes propulsable modèle F3.
MAT 58903 Manuel technique du flotteur pneumatique 6
hommes à fond souple DSB.
EMP 50 531_TTA 751_GEN 420 Manuel de franchissement,
de navigation et de pontage.
GEN 50 226 Mémento sur le franchissement des obstacles à
base de mines et les opérations de dépollution

CONSEILS POUR
ABORDER L'ÉTUDE

L'étude de cette section ne présente aucune difficulté mais doit
se faire conjointement avec celle du titre X, section I, chapitres
3 à 5 et du titre Xl, section III.

NOTA : La présente section dans son premier chapitre ne traite que du flotteur
pneumatique à fond souple DSB (Deutsche SchlauchBoot) qui remplace
progressivement le flotteur modèle F3 encore en dotation dans certaines unités.

CHAPITRE 1 - FLOTTEUR PNEUMATIQUE « SIX HOMMES » A FOND SOUPLE DSB

Position
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16

Description
Corps du flotteur
Plaque de plancher
Plaque de plancher
Plaque de plancher
Plaque de plancher proue
Plaque de plancher proue
Barre de rigidité
Quille
Pagaies
Sac de transport flotteur
Sac de transport des accessoires
Ecope
Corne de brume
Kit de réparation
Amarre longueur 5m
Gonfleurs à pied

Fig.1 - Flotteur pneumatique « six hommes » à fond souple DSB

Le flotteur pneumatique « six hommes » à fond souple DSB (Deutsche SchlauchBoot) est
un moyen léger de franchissement destiné à :
➲ l'exécution de reconnaissances tactiques et techniques ;
➲ la construction de passerelles et de portières légères d'infanterie modèle 1949
(modifiées 1961 et 1963).
Son emploi en support flottant de passerelles et de portières fait l'objet des manuels
propres à ces matériels.

La propulsion est assurée soit à l'aide de deux avirons, soit à la pagaie, soit par
propulseur.
Propulsé par avirons ou à la pagaie, il permet de transporter six hommes équipés et
armés ou deux hommes d'équipage et une charge de 400 kg. Cet emploi doit être limité
aux courants inférieurs à 3 m/s pour éviter une dérive trop importante.
Au-dessus de 1,5 m/s ou sur des rivières de plus de 50 m de largeur, il est préférable
d'équiper le flotteur d'un propulseur de 10 ch environ. La force portante est alors réduite à
cinq hommes y compris le conducteur d'embarcation.
Le flotteur pneumatique « six hommes, modèle F2 » est constitué d'un boudin en tissu
nylon-néoprène, de section circulaire, en forme de U, fermé à l'arrière par un tableau
vertical en bois. Les extrémités des deux branches de l'U sont coniques. L'avant est
légèrement relevé.
Avec ses accessoires, le flotteur se présente sous forme de deux fardeaux ayant
respectivement pour masse :
➲ premier fardeau (flotteur dans sa bâche) : 35 kg.

Fig. 2 - 1er fardeau

➲ deuxième fardeau (accessoires et leur sac de transport) : 35 kg.

Fig. 3 - 2e fardeau

1 - CARACTÉRISTIQUES
1.1. Données numériques :
Ses caractéristiques sont :
➲ Longueur : 3,70m ;
➲ Largeur :
1,80m ;
➲ masse du flotteur équipé pour la navigation : 70 kg.
1.2. Performances (ordre de grandeur) :
1.2.1. Propulsion à la pagaie ou à l'aviron.
La propulsion à la pagaie ou à l'aviron peut être utilisée pour le franchissement de rivière
de l'ordre de 50 m et par courant inférieur à 1,5 m/s. La vitesse de déplacement est
fonction du degré d'entraînement du personnel embarqué.
1.2.2. Propulsion avec un moteur d'environ 10 ch (rivière de plus de 50 m).

PERSONNEL transporté
Cinq hommes dont un
conducteur d’embarcation.
Quatre hommes dont un
conducteur d’embarcation.

DÉRIVE
VITESSE
VITESSE
MINIMUM
du courant en de passage en
L = largeur de
m/s
m/s
la rivière
1,8

2,5

Nulle

2,5

1,5

Nulle

3

1,0

L/10 à L/5

2 - MESURES DE SÉCURITÉ
La navigation à pleine charge est à éviter dans un courant de vitesse supérieure à
2,50 m/s.
Dans le cas de la propulsion à la pagaie ou à l'aviron, la dérive du flotteur est
généralement supérieure à la largeur de la rivière dès que le courant est de l'ordre de 1,5
m/s. Au-delà de cette vitesse ce mode de propulsion est à éviter.
La navigation doit se faire directement vers la rive d'arrivée sans chercher à « donner à
passer » (1) car la longueur du flotteur ne permet pas de bénéficier de l'action du courant
pour faciliter la traversée du cours d'eau.
Le port du gilet de sauvetage est obligatoire, lors de l'emploi du matériel.
(1) « Donner à passer », c'est orienter une embarcation de manière que l'action conjuguée du courant et du
système de propulsion provoque le déplacement de cette embarcation dans la direction choisie.

3 - ENTRETIEN
3.1. En cours d’utilisation :
➲ Éviter l'entrée du sable dans les soufflets, pour maintenir l'étanchéité du flotteur au
niveau des clapets antiretour,
➲ Éviter d'exposer longuement le flotteur gonflé en plein soleil, sauf nécessité,
➲ Surveiller la pression et dégonfler légèrement si le flotteur devient trop dur.
3.2. Après utilisation :
➲ Laver le flotteur à l'eau douce propre ; ne jamais employer d'essence, ni de gas-oil,
ni d'alcool,
➲ Le laver à l'eau savonneuse pour faire disparaître les taches d'huile ou d'essence,
puis rincer à l'eau douce,
➲ Le laisser sécher avant pliage,
➲ Ne pas mettre de charge sur un flotteur plié.

4 - CONTRÔLE
4.1. Flotteurs en service :
Le contrôle doit porter sur :
➲ la tenue correcte de la pression ;
➲ le bon fonctionnement des gonfleurs ;
➲ l’absence de déchirure sur la toile de fond ;
➲ le bon assemblage des éléments d'aviron ;
➲ le bon état des cordages, des poignées de portage et des divers accessoires de
navigation.

4.2. Flotteurs stockés :
4.2.1. Les flotteurs stockés pliés sont à vérifier au moins une fois tous les
deux ans.
La vérification comprend :
➲ le dépliage et le gonflage ;
➲ les essais décrits dans le manuel technique MAT 5006 (1), suivis éventuellement
d'une réparation ou d'un traitement ;
➲ le dégonflage et le rangement.
4.2.2. Les flotteurs stockés gonflés sont vérifiés et regonflés environ chaque
mois.
Tous les deux ans ils sont soumis aux mêmes essais que ceux mentionnés ci-dessus.
(1) Essais à entreprendre dans les établissements du matériel « génie ».

5 - RÉPARATIONS
5.1. Réparations de 1er échelon :
5.1.1. Objet
Les réparations de 1er échelon (niveau NTI1) ne concernent que les détériorations
susceptibles d'être traitées avec la trousse de réparation d'urgence pour flotteurs légers,
c'est-à-dire :
➲ déchirure de 6 cm au plus ;
➲ accroc de 3 cm x 3 cm au plus ;
➲ trou de diamètre égal, au plus, à 2 cm.
5.1.2. Mode opératoire.
Se conformer aux prescriptions de la notice d'emploi placée à l'intérieur de chaque
trousse.
5.2. Réparations des 2e et 3e échelons :
Ces réparations concernent les trous, accrocs ou déchirures de dimensions supérieures à
celles indiquées ci-dessus et le remplacement d'éléments détériorés (soufflets de
gonflage, poignées de portage, etc.).
Elles sont effectuées conformément aux prescriptions du matériel technique.

CHAPITRE 2 - MOYENS DE DÉTECTION ET DE DÉMINAGE

L’étude de cette section ne saurait être menée sans des exercices pratiques répétés sur
les différents matériels présentés. Chacun d’eux fait l’objet d’une fiche mentionnant :
➲ Composition, caractéristiques, entretien, dotations ;
➲ Description illustrée par dessin ou photo.

1 - LOT DE SONDAGE DE MINES MODÈLE F1
1.1. Composition :
Le lot de sondage de mines, modèle F1, est en dotation dans les unités toutes armes. Il
est livré dans deux sacoches de toile portables.
La première sacoche (masse 5 kg) contient cinq sondes de déminage amagnétiques.
La seconde sacoche (masse 9 kg) contient :
➲ 20 repères de mines ;
➲ 1 plastron dérouleur avec 220 m de drisse de nylon rouge et blanche (diamètre
3 mm) ;
➲ 2 bobines de 110 m de ruban de nylon jaune (largeur 30 mm) ;
➲ 50 cavaliers.
1.2. Description :
1.2.1. Les sondes.
Les sondes sont en métal amagnétique afin de ne pas provoquer le déclenchement des
allumeurs à influence magnétique.
La longueur utile de la lame est de 300 mm.
Le fourreau protecteur de la lame peut être encliqueté à l'extrémité de la poignée pour
servir de rallonge.

Fig. 4. - Sonde de déminage

1.2.2. Le repère de mine.
Le repère de mine est un cône de tôle d'aluminium de 250 mm de diamètre environ. Il est
recouvert d'une peinture réflectorisante de couleur jaune qui le rend visible de nuit et sur la
neige.

Fig. 5 - Repère de mine
Le repère de mine sert à marquer clairement, sur le terrain, I’emplacement d'une mine
repérée.
1.2.3. Le plastron dérouleur de drisse de nylon.
La drisse nylon rouge et blanche est montée sur un plastron dérouleur qui facilite sa mise
en œuvre. Elle est utilisée pour déclencher, à distance, les fils pièges fonctionnant à
traction et les fils électriques de surveillance.

Fig. 6 - Plastron dérouleur et bobine de drisse nylon

1.2.4. Le ruban de nylon jaune.
Le ruban de nylon jaune est utilisé pour matérialiser clairement les bords d'un
cheminement ou d'une trouée. Sa couleur jaune le rend plus visible par temps de
brouillard ou de nuit.
1.2.5. Les cavaliers.
Les cavaliers, clous en forme de U, servent à fixer sur le terrain le ruban nylon.

Fig. 7 - Cavalier
1.3. Entretien :
Nettoyage des composants du lot :
- Graissage des parties métalliques (lames).

2 - DÉTECTEUR ÉLECTROMAGNÉTIQUE, PORTABLE, DE MINES
Pour faire face aux menaces du champ de bataille, les unités du génie et les unités toutes
armes sont dotées de détecteurs électromagnétiques portables de mines. Deux modèles
sont en dotation :
➲ DHPM 2A, FOERSTER, quelques exemplaires,
➲ DHPM 3A, le plus répandu.
Pour la mise en œuvre de ces matériels, il convient de se référer aux manuels d’utilisation.
Ce chapitre présente les caractéristiques générales du DHPM 3A.
2.1. Présentation, destination :
Le détecteur électromagnétique, portable, de mines, modèle F3 A (DHPM 3 A) est en
dotation dans la plupart des unités toutes armes. Il sert à déceler la présence de mines
métalliques ou comportant des parties métalliques. Equipé d’une boucle de détection et
d’un manche télescopique, le DHPM3A est mis en œuvre par un seul homme. Un signal
visuel indique la taille de l'alarme de détection. Un signal vibreur complète les signaux
acoustiques et visuels. Il permet une excellente détection même sur sol minéralisé.
Le tout est contenu dans une mallette de transport.

DÉTECTEUR ÉLECTROMAGNÉTIQUE PORTABLE DE MINES (DHPM-3 A).

2.2. Caractéristiques numériques :
Les principales caractéristiques numériques du détecteur DHPM3A sont les suivantes :
➲ position de transport :
● masse de la mallette avec détecteur : environ 4,8 kg
● dimensions de la mallette : 845 x 260 x 325 mm ;

➲ position de travail :
● masse du détecteur (seul) : 2,5 kg,
● longueur, manche court : 79 cm,
● longueur, manche déployé : 138 cm.

2.3. Utilisation :





retirer le détecteur de son coffre,
ajuster la longueur du manche télescopique,
mettre les batteries,
régler le DHPM3A sur l’une des quatre positions du sélecteur de mode :
● off :
détecteur éteint,
● normal :
détecteur allumé,
● minéral :
détecteur allumé, détection sur sol minéralisé ou contenant des
pierres minéralisées,
● position
: détecteur allumé, ajuster le volume sonore avec les boutons
« + » ou « - » de l’unité de commande,

Sélecteur de mode
➲ L'unité de commande et d'affichage est intégrée dans la poignée et très facilement
opérable avec le pouce,
➲ Le réglage précis du détecteur se fait au moyen des boutons poussoirs suivants :
● - : diminuer (volume, sensibilité),
● + : augmenter (volume, sensibilité),
● C : compensation (sol).

Unité de commande et d’affichage
2.4. Précaution de stockage :





Enlever les piles et vérifier qu’aucune n’a coulée dans le compartiment.
Nettoyer le détecteur et vérifier qu’il n’y a pas de détérioration.
Replier le détecteur et le mettre dans son sac de transport.
Vérifier que tous les accessoires soient présents dans leur logement.

3 - LOT LÉGER DE BALISAGE DE CHAMP DE MINES, MODÈLE F1
3.1. Composition :
Il comprend :
➲ un sac de toile, portable à l'épaule, contenant :
● 10 piquets métalliques de 1,40 m,
● 4 piquets de haubanage,
● 1 masse (utilisée pour l'enfoncement des piquets) ;
➲ une musette de toile contenant :

● 10 panneaux de balisage blancs, comportant chacun deux fenêtres fermées par
deux rideaux,
● 16 lampes clignotantes (alimentées par une pile BA 30), dont dix à feu vert et six
à feu blanc,
● 1 boîte de dix ampoules de rechange,
● 2 coiffes blanches de rechange,
● 1 bobine contenant 220 m de drisse nylon rouge et blanc,
● 2 rouleaux de ruban nylon jaune (110 m chacun),
● 1 notice de mise en œuvre.
➲ Les masses sont les suivantes :
● sac : 7,900 kg ;
● musette : 11,000 kg ;
● ensemble du lot : 18,900 kg environ.
3.2. Entretien :
Nettoyage des composants des lots.
Graissage des parties métalliques.
Enlever les piles des lampes clignotantes.
Vérifier l'état des contacts.

SECTION IV - EFFETS ET ARTICLES D’HABILLEMENT, DE COUCHAGE, DE
CAMPEMENT ET D'AMEUBLEMENT (HCCA), MATÉRIELS D’INFRASTRUCTURE ET
DE CAMPAGNE, VIVRES CONDITIONNEES, COMPTABILITÉ DES MATÉRIELS.

BUT RECHERCHÉ ET
DONNÉES
ESSENTIELLES

Donner aux gradés et aux sous-officiers un minimum de
connaissances sur :
- l’habillement, le couchage, le campement et l’ameublement
(HCCA) ;
- les matériels d’infrastructure et de campagne ;
- les rations conditionnées,
et les rendre capables :
- de vérifier la bonne utilisation des effets et matériels, et leur
entretien au niveau des utilisateurs ;
- de provoquer les opérations d’entretien, de réparation ou
de remplacement incombant aux autorités administratives
du corps.

RÉFÉRENCE(S)

BOEM 702 : Administration et comptabilité intérieures des
corps de troupe (matériels relevant du commissariat et du
budget de fonctionnement).
En particulier :
- instruction n° 1654/DEF/DCCAT/AG/CT du 24 juin 1985
relative à la gestion et à la comptabilité dans les corps de
troupe des matériels relevant du commissariat de l’armée
de terre et du budget de fonctionnement (régime des
masses) ;
- instruction n° 10105/DEF/DCCAT/AP/R du 12 juillet 1991
(NI BOC) relative à la gestion de l’habillement dans les
corps de troupe et formations et assimilées, en cours de
refonte ;
- instruction

278/DEF/EMAT/SOUT/ASH-DEF/
DCCAT/LOG/REG du 16 octobre 2007 relative à
l’habillement dans l’armée de terre.
BOEM 557- 0 : Tenues et uniformes dans l’armée de terre.
En particulier :
- instruction

10300/DEF/EMAT/LOG/ASH-DEF
/DCCAT/LOG/REG du 13 juin 2005 relative aux tenues et
uniformes des militaires des armes et services de l’armée
de terre.
BOEM 550- 2 : Maîtres ouvriers des armées.
En particulier :
- instruction n° 30550/DEF/DCCAT/ORH/PM du 1er juillet
2002 relative à la gestion et à l’emploi des maîtres ouvriers
de terre et de l’air.

RÉFÉRENCE(S)
(suite)

BOEM 540-0 : Service des approvisionnements
du
commissariat de l’armée de terre.
En particulier :
- instruction n°20031/DEF/DCCAT/LOG/REG du 9 mai 2005
relative à la comptabilité et à la gestion des matériels du
commissariat de l’armée de terre sur les théâtres
d’opérations extérieures.
BOEM 461 : La réparation amiable ou judiciaire des
dommages causés ou subis par les armées (à l’exception des
dommages contractuels).
En particulier :
- décret n° 66-594 du 27 juillet 1966, modifié, relatif aux
délégations de pouvoirs et de signature pour le règlement
des dommages causés ou subis par les armées ;
- arrêté du 27 juillet 1966, modifié, fixant les limites de
compétence prévues par le décret relatif aux délégations
de pouvoirs et de signature pour le règlement des
dommages causés ou subis par les armées (version n°4 du
24 janvier 2008, en vigueur).
BOEM 300 : Dispositions statutaires générales applicables aux
militaires. Discipline générale.
En particulier :
- loi n° 2005-270 du 24 mars 2005 portant statut général des
militaires et ses décrets d’application.
BOEM 112 : Organisation générale de l’armée de terre.
En particulier :
- décret n° 90-144 du 14 février 1990 relatif à la comptabilité
des matériels de la défense.

CONSEILS POUR
ABORDER L'ÉTUDE

Les notions succinctes relatives aux effets et matériels HCCA
ne peuvent être considérées comme suffisantes pour une
préparation aux différents examens.
Il appartient à chacun de parfaire ses connaissances pratiques
par un court stage effectué dans les magasins du matériel du
commissariat, en groupement de soutien des bases de
défense (GSBdD) ou antenne.


Aperçu du document TITRE XVII - CONNAISSANCE DES MATÉRIELS DIVERS.pdf - page 1/76

 
TITRE XVII - CONNAISSANCE DES MATÉRIELS DIVERS.pdf - page 3/76
TITRE XVII - CONNAISSANCE DES MATÉRIELS DIVERS.pdf - page 4/76
TITRE XVII - CONNAISSANCE DES MATÉRIELS DIVERS.pdf - page 5/76
TITRE XVII - CONNAISSANCE DES MATÉRIELS DIVERS.pdf - page 6/76
 




Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


titre xvii connaissance des matEriels divers
ondulmig300
9p16yy0
mc l1
graviflex
cy236mp 336 436 536

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.009s