AutismParents:pro .pdf


À propos / Télécharger Aperçu
Nom original: AutismParents:pro.pdf
Titre: Promouvoir le partenariat parents–professionnels dans la prise en charge des enfants atteints d’autisme
Auteur: A.-E. Krieger

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par Elsevier / Acrobat Distiller 9.0.0 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 04/09/2013 à 08:57, depuis l'adresse IP 109.190.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 960 fois.
Taille du document: 191 Ko (7 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


L’Encéphale (2013) 39, 130—136

Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com

journal homepage: www.em-consulte.com/produit/ENCEP

PSYCHOPATHOLOGIE

Promouvoir le partenariat parents—professionnels
dans la prise en charge des enfants atteints
d’autisme
Promoting family-professional partnership in institutions for children with
autism
A.-E. Krieger a,∗, T. Saïas a,b, J.-L. Adrien a
a

Laboratoire de psychopathologie et processus de santé, université Paris-Descartes, 71, avenue Édouard-Vaillant,
92774 Boulogne-Billancourt, France
b
Université du Québec à Montréal, Montréal, Québec, Canada
Rec
¸u le 21 avril 2011 ; accepté le 26 mars 2012
Disponible sur Internet le 23 aoˆ
ut 2012

MOTS CLÉS
Partenariat
parents—professionnels ;
Autisme ;
Pratiques
habilitantes ;
Pouvoir d’agir



Résumé Bien que touchant un enfant sur 150 en France, l’autisme reste un handicap dont
les modalités de prise en charge peinent à se moderniser, notamment en ce qui concerne les
relations entre équipe soignante et les familles. Cette étude a pour objectif de mettre en
exergue l’utilité du modèle de relation partenariale entre les parents et les professionnels dans
la prise en charge d’enfants autistes. L’utilité et la faisabilité de deux outils ont été évaluées
auprès de 18 parents (neuf couples) d’enfants pris en charge dans un même institut médicoéducatif (IME) où un partenariat parents—professionnels (PPP) était instauré. Le premier outil,
l’Enabling Practices Scale (EPS) évaluait la perception des parents sur la nature du soutien fourni
par l’institution. Le second, la Psychological Empowerment Scale (PES), mesurait le pouvoir
d’agir (empowerment) des parents. Les résultats mettent en évidence que plus les parents
d’enfants autistes perc
¸oivent le soutien des professionnels comme habilitant, plus le score de
pouvoir d’agir augmente. La discussion porte sur la nécessaire sensibilisation des professionnels
du handicap sur l’importance de la qualité de leur relation avec les parents dans la prise en
charge des enfants autistes, et sur la mobilisation des chercheurs afin de valider l’intérêt du
PPP et soutenir les recommandations faites en ce sens.
© L’Encéphale, Paris, 2012.

Auteur correspondant.
Adresses e-mail : anne.emmanuelle.krieger@gmail.com (A.-E. Krieger), th.saias@gmail.com, thomas.saias@inpes.sante.fr (T. Saïas).

0013-7006/$ — see front matter © L’Encéphale, Paris, 2012.
http://dx.doi.org/10.1016/j.encep.2012.06.002

Partenariat parents—professionnels dans la prise en charge des enfants autistes

KEYWORDS
Parents-professionals
partnership;
Autism;
Enabling;
Empowerment

131

Summary
Objective. — The present study aims to evaluate the impact of the Family-Professional Partnership Model on parents’ perception of being enabled and empowered in the treatment of their
autistic children. In the context of treatment for children with autism, the Family-Professional
Partnership Model strives to create an egalitarian relationship between parents and mental
health professionals and it encourages parents to actively participate in their child’s treatment. To evaluate the effectiveness of the Family-Professional Partnership Model at enabling
and empowering parents of autistic children at the IME, parents of autistic children (n = 18)
completed the EPS and the PES.
Method. — For the purposes of this study, the EPS and the PES were translated into French.
Eighteen parent couples of autistic children (ages 4—13 years) receiving treatment at the IME
for 1 to 2 years agreed to participate. Participants’ responses to the EPS were correlated with
their responses to the PES.
Results. — Parent scores on the EPS significantly correlated with their scores on the PES. Father
scores on the two measurements correlated significantly, whereas the correlation between
mother scores on these measurements remained insignificant.
Conclusion. — The findings of this study are limited by the small sample size (n = 18) but they
suggest that the Family-Professional Partnership Model had a positive impact on parent enablement and empowerment in taking care of their autistic children. Future studies should evaluate
enablement and empowerment in a larger sample of subjects. They should also evaluate specific
factors in the Family-Professional Partnership that lead to parent empowerment.
© L’Encéphale, Paris, 2012.

Introduction
La question de la place et du rôle des parents d’enfants
atteints d’autisme dans la prise en charge de leur enfant
fait actuellement l’objet d’une mutation des services, en
France. On assiste à une véritable transition dans la manière
d’appréhender leur prise en charge ainsi que celle de
leur famille. Cela est particulièrement sensible en ce qui
concerne les rapports entre parents et professionnels au sein
de l’institution. Les parents ont bénéficié, depuis les années
1970, du passage d’un statut de « co-patient » à un statut de
collaborateur actif dans la prise en charge de leur enfant [1].
La prise en compte des aspects écologiques et environnementaux depuis les années 1980—1990 est venue renforcer
les prises en charges qui n’étaient alors plus uniquement
centrées sur les aspects psychopathologiques des troubles
[1]. Suite à ce renversement de point de vue, un certain
nombre d’études ont vérifié le succès de l’implication des
parents dans la prise en charge de leur enfant [2—5].
L’objet de cet article est de présenter les résultats
d’une étude pilote visant à initier un champ de recherche
et d’évaluation sur les notions d’enabling (habilitation) et
d’empowerment (pouvoir d’agir) dans ces nouveaux modes
de prise en charge.
L’enabling, qui relève de la dimension comportementale, renvoie à la nature du soutien mis en œuvre par
les professionnels de l’institution auprès des parents dont
l’enfant est pris en charge. De nombreux auteurs ont recommandé d’intégrer cette notion à la prise en charge des
personnes handicapées par le biais de certaines pratiques
professionnelles habilitantes pour soutenir les familles [6].
Sur le versant psychologique, l’empowerment concernant
les familles d’enfant handicapé pris en charge en institution peut être défini comme l’acquisition du sentiment de

compétence et de confiance en ses ressources permettant
à la famille de participer de fac
¸on originale au soutien d’un
proche, de coopérer avec les services professionnels chargés de l’éducation, de l’adaptation ou de la réadaptation et
de devenir partenaires des différents professionnels [2].
Constatant l’efficacité des prises en charge partenariales, au niveau national comme au niveau européen,
des recommandations ont été faites pour encourager les interventions reposant sur le partenariat
parents—professionnels (PPP). Présentes dans plusieurs
textes de loi depuis la fin des années 1980 (circulaire
no 89-17 du 30 octobre 1989, loi no 2002-2 du 2 janvier 2002,
loi no 2005-102 du 11 février 2005 notamment), ces recommandations fixent un double objectif aux institutions :
elles se doivent à la fois d’œuvrer auprès de l’enfant tout
en apportant un soutien aux parents, reconnaissant leurs
compétences et encourageant leur implication dans les
soins proposés à leur enfant. Les professionnels quant à
eux doivent adopter une attitude ouverte aux propositions,
questions et inquiétudes des parents et être capables de
proposer des objectifs tenant compte à la fois des demandes
parentales et des capacités de l’enfant. Ainsi, en France,
à travers leur formation, les professionnels sont désormais
sensibilisés à adopter cette démarche de collaboration avec
les parents [7]. Daudelin et Vissandjée [8] ont développé
les principes de conduites des professionnels dans le cadre
du PPP : leur manière d’agir doit consister à laisser aux
personnes concernées le soin de définir leurs problèmes
et les solutions à apporter, à encourager la participation
sociale, à renoncer, à contrôler, à adopter une attitude de
coopération et de soutien, à établir des rapports égalitaires,
à favoriser l’action des aidés, à orienter le travail des professionnels vers les causes de l’état de santé de l’enfant
ou vers les problèmes dus à la pathologie de l’enfant. Ces

Sans emploi
Sans emploi
Cadre
Employé
31
31

Cadre
Employé
Commerc
¸ant
Cadre
Cadre Supérieur
Cadre
Employé
31
15
31
31
31
31
31

1,6
1
8,6
4,0
8
9

1,5
2,1
2,1
0,7
0,7
0,10
1
9,4
7,1
7,2
13,1
6,6
10,10
4,6

Pères

1
2
3
4
5
6
7

Durée de présence
à l’IME (ans,mois)

Diagnostic
Âge (ans, mois)
Enfants

Les participants sont des volontaires recrutés par le biais
d’un même institut médico-éducatif (IME) dans lequel sont
accueillis leurs enfants autistes qui bénéficient d’une prise
en charge à temps plein basée sur les principes de la
méthode applied behavior analysis (ABA) s’inscrivant dans
un partenariat parents-professionnels. Le dispositif mis en
œuvre au sein de cet IME témoigne du PPP. Des guidances pédagogiques parentales, dont l’objectif est de créer
une alliance thérapeutique entre les professionnels et les
parent, sont proposées. Cet espace de parole permet au psychologue d’écouter la souffrance parentale, d’élaborer un
programme adapté à partir du vécu quotidien de l’enfant
et d’aider les parents à intégrer les propositions qui leur
sont faites et à les mettre en œuvre. Ces rencontres ont

Caractéristique des familles ayant participé à la recherche.

Sujets

Tableau 1

L’objectif de cette recherche est d’étudier le lien entre
pratiques habilitantes et pouvoir d’agir chez des parents
d’enfants autistes, dans un dispositif de prise en charge
institutionnelle proposé à leur enfant.
Il s’agit d’une étude pilote auprès de 18 parents dont
l’objet est de vérifier la faisabilité d’une telle évaluation
à travers laquelle on souligne l’importance de la sensibilisation des professionnels à l’importance de leur rôle auprès
de ces parents. Dans cette relation particulière qu’est le
partenariat, le professionnel joue un rôle essentiel passant
par les pratiques qu’il met en œuvre au sein de la prise en
charge. Il s’agit pour lui d’adopter des pratiques habilitantes
envers les parents avec pour objectif de renforcer le pouvoir d’agir chez ces mêmes parents qui développeront alors
un sentiment de compétences, d’efficacité et une confiance
dans leur rôle auprès de leur enfant.
Pour mettre en évidence les liens entre la qualité de
la relation famille—professionnels habilitante et le pouvoir
d’agir, cette étude pilote a cherché à étudier la corrélation
entre les deux échelles de mesure, spécifiquement adaptées
en langue franc
¸aise.

Troubles
associés/retard
mental

Étude pilote

/
/
/
/
/
/
Troubles
autistiques
/
/

Méthodologie

Syndrome de Rett
Autisme
Autisme
Autisme
Autisme
Autisme
Syndrome Di
George
Autisme
Autisme

Temps de présence
dans l’IME
(heures/semaine)

Catégories
socio-professionnelles des
parents

pratiques de soutien impliquent alors de mettre en œuvre
une relation égalitaire entre les parents dont l’enfant est
pris en charge et les professionnels. En effet, les politiques
de prise en charge qui visent à impliquer les familles et
à répondre au mieux à leurs besoins instaurent pour cela
une relation d’égal à égal et respectueuse entre parents et
intervenants.
Des recherches récentes ont démontré qu’une relation
habilitante (enabling) est susceptible d’avoir des bénéfices en termes de sentiment de compétences, de « pouvoir
d’agir » (empowerment) chez les parents [4].
Ainsi, on pose l’hypothèse qu’une relation permettant la
participation des parents à l’élaboration du projet de prise
en charge de leur enfant permettrait de promouvoir à la
fois l’enabling et l’empowerment. De plus, elle amène les
protagonistes à apprendre à travailler ensemble, à clarifier
les attentes et les rôles de chacun et à négocier de fac
¸on
ouverte et respectueuse en cas de désaccord [9].

Cadre
Sans emploi
Sans emploi
Cadre
Sans emploi
Cadre
Sans emploi

A.-E. Krieger et al.

Mères

132

Partenariat parents—professionnels dans la prise en charge des enfants autistes
lieu toutes les deux semaines permettant de toujours ajuster le programme aux progrès de l’enfant et aux besoins des
familles. Par ailleurs, un cahier de liaison assure un dialogue
quotidien entre les parents et les intervenants. Grâce à cet
outil de communication, chaque partenaire prend connaissance des évènements de vie de l’enfant auxquels il n’a
pas assisté afin de pouvoir ajuster son propre rôle face à
l’enfant. De ces manières, l’institution reconnaît que le rôle
des parents est fondamental pour faciliter la progression de
l’enfant et s’attache à entretenir un échange régulier avec
la famille de l’enfant pris en charge.
Le protocole a été proposé à tous les parents des enfants
pris en charge dans ce même IME. Dix-huit (neuf couples) ont
accepté la participation à cette recherche. Leurs enfants
(quatre à 13 ans) étaient accueillis dans l’IME depuis un
à deux ans. L’ensemble des parents inclus vivaient au
quotidien avec leurs enfants. Le Tableau 1 présente les
caractéristiques des familles ayant participé à la recherche.

Outils
L’Enabling Practices Scale (EPS) a été développée par Dempsey [6]. Cette échelle évalue la perception des parents de
la nature du soutien fourni par l’institution. Composé de
24 items, les participants doivent coter chaque proposition
comme sur une échelle de Likert en cinq points. La variable
ici étudiée est le score global à l’EPS.
Le second outil utilisé est la Psychological Empowerment
Scale (PES), validée par Akey et al. [10]. Cette échelle
qui évalue le pouvoir d’agir des parents est basée sur les
trois dimensions de l’empowerment selon Zimmerman : les
attitudes de contrôle et de compétence, les savoirs et
savoir-faire et les comportements de participation. Cette
échelle est composée de 32 items que les participants
doivent coter sur une échelle de Likert en cinq points. La
variable étudiée était ici le score global d’empowerment.
Nous avons proposé aux parents d’enfant autiste des versions franc
¸aises de ces échelles qui ont été traduites pour
les besoins de cette recherche.

Résultats
Compte tenu de la taille réduite de l’échantillon, les données ont été analysées à l’aide d’outils non paramétriques
( de Spearman et U de Mann et Whitney).
Sur l’ensemble de l’échantillon, on observe une relation significative entre le score à l’EPS des 18 sujets et
leur score à la PES,  = 0,66, p (unilatéral) < 0,001. En
revanche, l’impact du sexe du parent semble jouer un rôle
d’importance : alors qu’on observe une relation significative
entre le score à l’EPS des neuf pères et leur score à la PES,
 = 0,78, p (unilatéral) = 0,007, cette relation ne se retrouve
pas chez les mères ( = 0,31, non significative [ns]).
Les scores d’empowerment à la PES chez les pères
(médian = 106) ne différent pas significativement des scores
des mères (médian = 125), U = 23,0, z = −1,55, ns, bien que
la taille d’effet soit modérée (r = −0,37).
De même, les scores d’enabling à l’EPS chez les pères
(médian = 89) ne différent pas significativement des scores
des mères (médian = 98), U = 25,0, z = −1,37, ns, bien que la
taille d’effet soit modérée (r = −0,32).

133

Discussion
Dix-huit parents d’enfants autistes ont participé à cette
étude pilote évaluant le lien entre pratiques habilitantes
et pouvoir d’agir dans le cadre de la prise en charge de leur
enfant basé sur un PPP.
Bien qu’il s’agisse d’un échantillon trop restreint pour
généraliser les résultats obtenus, la réplication partielle
des résultats de Dunst et Dempsey permet d’argumenter en
faveur de l’intérêt de ces échelles et de la nécessité d’une
réplication sur de plus larges échantillons.
Les résultats obtenus suggèrent que, dans un contexte
de PPP, les pratiques habilitantes adoptées par les professionnels d’une institution impactent positivement le pouvoir
d’agir des parents.
Ils soulignent également une différence (ns) des scores et
du lien entre les scores selon le sexe des parents. Les pères
sembleraient ainsi plus sensibles à une hausse de leur score
de pouvoir d’agir en fonction de leur perception du soutien
fourni par l’institution. Si ces résultats étaient répliqués, ils
constitueraient un élément contrastant avec les résultats
produits à ce jour et poseraient la question du rôle spécifique des mères dans la prise en charge quotidienne de leur
enfant. Celles-ci pourraient être moins sensibles au soutien
de l’institution, étant soumises à davantage de pressions
liées aux soins quotidiens.
Il conviendra ainsi de répliquer ces résultats dans le cadre
d’une validation complète des échelles et afin d’intégrer
davantage de variables intermédiaires pour élaborer une
modélisation des processus de pouvoir d’agir à l’œuvre dans
le PPP.
Cette étude démontre la faisabilité d’un questionnement
utilisant des notions nouvelles dans la prise en charge des
enfants autistes. Les échelles EPS et PES proposent une évaluation à la fois simple et fidèle du ressenti des parents
quant aux pratiques mises en œuvre par les professionnels
et de leur pouvoir d’agir dans le contexte de la prise en
charge de leur enfant autiste. Aucune réticence n’a été formulée lors de la mise en place et du déroulement de la
recherche, confirmant que ces deux notions d’habilitation
et de pouvoir d’agir correspondent à une réalité vécue et
perc
¸ue par les parents d’enfants autistes. Il conviendra ainsi
de réaliser une étude de validation de ces outils traduits
et de tester leur pertinence dans le cadre de l’évaluation
des PPP en s’appuyant sur des groupes contrôles de parents
d’enfants pris en charge dans différents dispositifs institutionnels. L’impact de l’enabling et de l’empowerment sur
la qualité de vie et sur les troubles du comportement des
enfants seront également des pistes de recherche à explorer
à travers l’utilisation de ces nouveaux outils.

Déclaration d’intérêts
Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d’intérêts en
relation avec cet article.

Remerciements
Les auteurs tiennent à remercier les parents ayant participé à la recherche, ainsi que Mme Emilie Lerner pour sa
participation à la rédaction de cet article.

134

A.-E. Krieger et al.

Annexe 1. Échelle d’auto-détermination (Enabling Practices Scale, EPS)

Consigne : vous trouverez ci-dessous différentes propositions. Vous devrez indiquer votre degré d’accord ou de désaccord avec
ces différentes affirmations, en entourant le chiffre correspondant sur l’échelle graduée de 1 à 5 accompagnant chaque phrase :
1 : pas du tout d’accord ; 2 : plutôt pas d’accord ; 3 : neutre ; 4 : plutôt d’accord ; 5 : tout à fait d’accord.
L’équipe et moi sommes d’accord sur ce qui est le plus
important dans le programme de mon fils/ma fille
Il est facile de suivre les conseils de l’équipe
Il est facile de travailler avec l’équipe lorsque nous planifions
le programme de mon fils/ma fille
L’équipe accepte les valeurs et les croyances de notre famille
L’équipe prend soin de mon fils/ma fille et de ma famille
Je me sens à l’aise avec les suggestions de l’équipe
concernant la prise en charge de mon fils/ma fille
Je me sens à l’aise pour donner des conseils à l’équipe si elle
me demande de l’aide
Je pense que je peux ne pas accepter les suggestions de
l’équipe
Les suggestions que l’équipe fait sont positives
Je suis un partenaire égal dans la relation que j’ai avec
l’équipe
L’équipe est heureuse d’accepter mes suggestions
Avec le soutien de l’équipe, je suis capable de résoudre les
problèmes rapidement
L’équipe prend en compte ma famille et mes amis quand nous
discutons du programme de mon fils/ma fille
Travailler avec l’équipe me fait me sentir plus capable auprès
de mon enfant
L’équipe m’encourage à m’appuyer sur ma famille et mes amis
quand j’ai besoin d’un conseil
En suivant les conseils de l’équipe, j’ai appris comment gérer
les inquiétudes de ma famille
L’équipe offre son aide pour répondre aux besoins de notre
famille
Les suggestions de l’équipe pour travailler avec mon fils/ma
fille à la maison produisent des résultats rapides
L’équipe anticipe les besoins et les inquiétudes de ma famille
L’aide que l’équipe donne respecte les besoins de notre famille
Je décide des programmes pour mon fils/ma fille
Je suis la personne qui prend les décisions les plus importantes
concernant le programme de mon fils/ma fille
Je pense que je serais le/la plus à même de reconnaître les
progrès que mon fils/ma fille fait
Je suis la personne la plus responsable des changements les
plus importants dans la vie de mon fils/ma fille

1

2

3

4

5

1
1

2
2

3
3

4
4

5
5

1
1
1

2
2
2

3
3
3

4
4
4

5
5
5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1
1

2
2

3
3

4
4

5
5

1
1

2
2

3
3

4
4

5
5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1
1
1
1

2
2
2
2

3
3
3
3

4
4
4
4

5
5
5
5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

Partenariat parents—professionnels dans la prise en charge des enfants autistes

135

Annexe 2. Échelle de pouvoir d’agir (Psychological Empowerment Scale, PES)
Consigne : vous trouverez ci-dessous différentes propositions. Vous devrez indiquer votre degré d’accord ou de désaccord avec ces
différentes affirmations, en entourant le chiffre correspondant sur l’échelle graduée de 1 à 5 accompagnant chaque explication :
1 : pas du tout d’accord ; 2 : plutôt pas d’accord ; 3 : neutre ; 4 : plutôt d’accord ; 5 : tout à fait d’accord.
Je pense que je fais les bons choix par rapport aux besoins de ma
famille
Je crois que j’ai le pouvoir de procéder à des changements positifs
pour les besoins de ma famille
J’estime que je prends de bonnes décisions par rapport à ce dont ma
famille a besoin
Je pense que mon avis a une influence importante sur la fac
¸on dont
les décisions sont prises dans le service fourni à ma famille
Je pense que je prends les bonnes décisions pour le bien-être de ma
famille
Je crois que mes capacités d’organisation sont une force
Je me vois comme quelqu’un qui a l’habitude d’atteindre les
objectifs qu’il s’est fixé
Quand je dois faire quelque chose, je pense qu’il est nécessaire d’y
travailler
Si je n’ai pas fait quelque chose de bien, j’essaierais de faire mieux
la prochaine fois
J’échange efficacement avec l’École ABA
Je sais à qui m’adresser quand il y a un problème avec ma famille
Je sais comment utiliser les ressources disponibles pour ma famille
Je sais où trouver les informations sur les ressources dont ma famille
a besoin
Je fais des recommandations efficaces concernant mon enfant
auprès des professionnels
J’aimerais me prononcer sur les questions politiques importantes
concernant les familles d’enfants handicapés
Je comprends comment l’École ABA et les associations de parents
fonctionnent
Je me tiens activement au courant des avancées sur les droits légaux
de ma famille
Je connais mes droits en tant que parent d’un enfant avec un
handicap
Je passe du temps avec d’autres parents à parler de ma famille
Ma famille rencontre souvent d’autres familles
Ces autres familles comprennent la situation de ma famille
Je partage des stratégies avec un ou plusieurs autres parents, pour
les soins ou l’entretien de la maison par exemple
Il y a au moins un autre parent qui peut m’apporter un soutien
émotionnel
Il y a d’autres parents sur lesquels je peux compter pour aider ma
famille si elle en a besoin
Je me sens isolé(e) des autres parents
Je pense qu’il y a un sens de la communauté avec les autres parents
qui ont un enfant avec un handicap
J’essaie d’apporter un soutien émotionnel aux autres parents
Je participe en tant que parent expérimenté dans une association de
parents
J’aide à mener un groupe d’entraide formel ou informel pour les
autres parents
Je suis activement impliqué(e) dans une association de parents
Je participe à un comité consultatif pour une association de parents
ou pour l’École ABA

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1
1

2
2

3
3

4
4

5
5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1
1
1
1

2
2
2
2

3
3
3
3

4
4
4
4

5
5
5
5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1
1
1
1

2
2
2
2

3
3
3
3

4
4
4
4

5
5
5
5

1

2

3

4

5

1

2

3

4

5

1
1

2
2

3
3

4
4

5
5

1
1

2
2

3
3

4
4

5
5

1

2

3

4

5

1
1

2
2

3
3

4
4

5
5

136

Références
[1] Chatelanat G, Pelgrims G. La notion de partenariat en
éducation spéciale. In: Chatelanat G, editor. Éducation et
enseignement spécialisés : rupture et intégration. Bruxelles:
De Boeck; 2003.
[2] Boudreault P, Kalubi JC, Sorel L, et al. Recherches sur
l’appropriation des savoirs et des savoir-faire entre parents
et intervenants. In: Éthier L, Alary J, editors. Comprendre
la famille. Trois-Rivières: Presses de l’Université du Québec;
1998.
[3] Brookman-Frazee L. Using parent/clinician partnerships in parent education programs for children
autism.
J
Posit
Behav
Interv
2004;6(4):
with
195—211.
[4] Dunst CJ, Dempsey I. Family-professional partnerships and
parenting competence: confidence, and enjoyment. Int J Disabil Dev Educ 2007;54(3):305—18.

A.-E. Krieger et al.
[5] Kerr KP, Mulhern F, McDowell C. Applied behavior analysis. It
works, it’s positive; now what’s the problem? Early Child Dev
Care 2000;163:125—31.
[6] Dempsey I. The enabling practices scale: the development of
an assessment instrument for disability services. Aust N Z J Dev
Disabil 1995;20(1):67—73.
[7] Rogé B. Autisme, comprendre et agir. Paris: Dunod; 2008.
[8] Daudelin G, Vissandjée B. L’empowerment comme technique
d’intervention dans le domaine de la santé. Montréal: Centre
d’excellence pour la santé des femmes; 2001.
[9] Chatelanat G, Panchaud Mingrone I, Niggl Domenjoz G. Partenariat entre professionnels et parents d’enfants avec une
déficience intellectuelle : expériences et attentes des parents.
Educ Francophonie 2003;31(1):56—74.
[10] Akey TM, Marquis JG, Ross ME. Validation of scores on the psychological empowerment scale: a measure of empowerment
for parents of children with a disability. Educ Psychol Meas
2000;60(3):429—38.


Aperçu du document AutismParents:pro.pdf - page 1/7

 
AutismParents:pro.pdf - page 2/7
AutismParents:pro.pdf - page 3/7
AutismParents:pro.pdf - page 4/7
AutismParents:pro.pdf - page 5/7
AutismParents:pro.pdf - page 6/7
 




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00189940.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.