Soutenance .pdf



Nom original: Soutenance.pdfTitre: Microsoft Word - Soutenance du 7 juin.docxAuteur: Zaza

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.6 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/09/2013 à 17:05, depuis l'adresse IP 46.218.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 652 fois.
Taille du document: 598 Ko (9 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Mémoire  d’une  mémoire,  celle  des  éléphants  
 
Introduction  
Qui  n’a  jamais  éprouvé  cette  sensation  frustrante  de  ne  pouvoir  retrouver  le  mot  exact  à  l’instant  
souhaité  ;  trouver  son  chemin  ou  se  perdre.  Quel  étudiant  n’a  jamais  cru  en  certaines  substances  
miracles  en  période  d’examen.  Il  n’y  a  qu’à  scruter  une  devanture  de  pharmacie,  certain  rayonnage  
de  supermarché  pour  se  convaincre  qu’hormis  la  frénésie  d’éliminer  sa  graisse  l’homme  reste  
vigilant  sur  le  dopage  de  sa  mémoire.  
 
La  mémoire  est  une  faculté  qui  oublie  dit-­‐on  souvent  pour  justifier  ses  absences.    
 
N’avons-­‐nous  pas  au  moins  une  fois  rêvé  d’être  dotés  d’une  mémoire  d’éléphant.    
Alors,  Légende  ou  réalité.    
Les  quelques  études  réalisées  sur  ces  pachydermes  vont  lever  un  coin  du  voile  sur  la  capacité  
suivant  l’hypothèse  qu’ils  pourraient  devenir  un  modèle  en  la  matière,    d’engranger  une  multitude  
d’informations  afin  après  analyse  d’en  ressortir  une  image  mentale  concrète.  
 
Mais  à  quel  type  de  mémoire  faisons-­‐nous  allusions  ?  
 
A. Le  cerveau  siège  de  la  mémoire  
Les  théories  de  la  mémoire  opèrent  deux  distinctions  principales  à  propos  de  la  façon  dont  nous  
apprenons  et  dont  nous  retenons  en  se  basant  principalement  sur  le  facteur  temps.    
 
I.
A  court  terme    
On  a  ainsi  identifié  une  mémoire  à  court  terme  comprenant  :  
 
1. La  mémoire  perceptive  
Mémoire  instantanée  ne  dure  que  quelques  fractions  de  seconde  et  concerne  toutes  les  
informations  perçues  par  nos  sens  (visuelles,  auditives,  cutanées…)  
 
puis  
2. La  mémoire  de  travail  
Mémoire  immédiate  stocke  des  informations  limitées  en  nombre  et  à  court  terme  (quelques  
secondes).  C’est  par  exemple  un  numéro  de  téléphone  lu  dans  le  bottin,  un  chiffre  dans  un  calcul…  
 
                                                                                                                                         et  une  mémoire  à  long  terme.  
Cette  dernière    comporte  plusieurs  subdivisions  :    
 
II.   A  long  terme  
1. Déclarative  ou  explicite  
La  mémoire  déclarative  :  ce  que  nous  savons  consiste  en  souvenirs  explicites  d’événements  de  
notre  vie  ou  de  connaissances  relatives  au  monde  ⇒  conscience,                            
Comprenant  une  mémoire  épisodique,  mémoire  autobiographique  et  contextuelle.  
                                               une  mémoire  sémantique,  mémoire  culturelle  et  décontextualisée.  
 opposée  à  
 
  2.  Non  déclarative  et  implicite  
La  mémoire  non  déclarative  :    
Comprenant  une  mémoire  procéduriale,  mémoire  des  habitudes  senso-­‐motrices  (conduire,  jouer  
du  piano)  
                                                 une  mémoire  implicite,  souvenirs  inaccessibles  à  la  conscience.  

 
 
Le  cerveau  est  à  l’origine  de  la  pensée.  Suivant  notre  modèle  l’éléphant,  comment  pouvons-­‐nous  
expliquer  sa  singularité  vs  celui  de  l’homme  ?    
 
Est-­‐ce  une  question  de  taille  ?  Avec    ses  5  kg  de  matière  cérébrale  en  moyenne,  nous  sommes  
largement  dépassés  avec  nos  1,6kg.    
 
Le  nombre  de  neurones  serait-­‐il  un  meilleur  candidat  pour  la  définir  ?  
Avec  100  milliards  de  neurones,  nous  sommes  encore  distancés  par  notre  pachyderme  qui  en  
possède  le  double  très  complexes  et  très  diversifiés.  
 
Aussi,  si  on  veut  comprendre  ce  qui  distingue  notre  cerveau  de  celui  de  l’éléphant,  il  faut  chercher  
ailleurs.  Une  autre  piste  nous  conduit  à  comparer  les  structures    étroitement  liés  à  la  mémoire.  
 
 
B. L’anatomie  comparée  
 
Paul  MacLean  dans  les  années  50  avait  forgé  l’idée  que  dans  le  crâne  humain  coexisteraient  trois  
cerveaux.  Selon  sa  théorie,  ce  cerveau  triunique  se  serait  construit  au  cours  de  l’évolution  en  trois  
grandes  étapes.  
 
 
I.  Théorie  du  cerveau  triunique  de  Paul  MacLean  
1.   Le  cerveau  pulsionnel  ou  reptilien  
Un  cerveau  «  reptilien  »,  le  plus  ancien,  responsable  des  comportements  archaïques  qui  assure  les  
fonctions  vitales  de  l’organisme  :  se  nourrir,  se  reproduire,  fuir  ou  combattre.  Ces  comportements  
instinctifs  et  réflexes,  de  bases  des  reptiles  et  des  poissons  sont  gérés  par  le  tronc  cérébral  et  le  
cervelet.  
2. Le  cerveau  limbique  ou  sentimental  
Un  cerveau  «  limbique  »,  apparu  avec  les  premiers  mammifères  et  venu  se  greffer  sur  le  cerveau  
reptilien  est  capable  de  mémoriser  les  comportements  agréables  ou  désagréables,  peur,  colère.  Il  
comprend  principalement  l’hippocampe  et  l’amygdale.    
3.   Le  cerveau  des  représentations  imaginaires  ou  verbales  et  de  la  commande  
volontaire  ou  néocortex.  
Un  «  néo-­‐cortex  »,  apparu  plus  tardivement  dans  l’évolution  prend  de  l’importance  chez  les  
primates  supérieurs  et  culmine  chez  l’humain  avec  ses  deux  gros  hémisphères  cérébraux  qui  
prennent  une  importance  démesurée.  Pour  Paul  MacLean  le  néocortex  était  le  siège  des  activités  
cognitives  les  plus  élaborées.  
 
Or  on  sait  maintenant  que  ces  «  trois  cerveaux  »  ne  fonctionnent  pas  de  manière  indépendante  et  
ont  tissé  de  nombreuses  connexions  par  lesquelles  ils  peuvent  s’influencer  mutuellement.  
Nous  allons  en  détail  étudier  leurs  structures  et  leur  rôle.  
 
 
 
 
A  la  doctrine  de  l'unité  d'action  du  cerveau,  centre  de  l'intelligence,  on  a  alors  substitué  celle  des  
localisations  cérébrales,  qui  fait  du  cerveau,  non  un  organe  homogène,  mais  une  fédération  
d'organes  dont  les  propriétés  et  les  facultés  sont  distinctes.  

 

II.

Divisions  fonctionnelles  du  cortex  cérébral  
 
1. Le  lobe  frontal  
a. Le  cortex  préfontal  
b. Le  cortex  frontal  

Le  lobe  frontal  est  une  région  du  cerveau  des  vertébrés.  Il  est  situé  à  l'avant  des  lobes  pariétal  et  
temporal.  Le  lobe  frontal  intervient  essentiellement  dans  la  planification,  le  langage  et  le  
mouvement  volontaire.    
On  subdivise  le  lobe  frontal  en  trois  grandes  structures  depuis  le  sillon  central  jusqu'au  pôle  
frontal,  la  partie  la  plus  antérieure  du  lobe  frontal  :  
• Le  cortex  moteur  situé  juste  en  avant  du  sillon  central  
• Le  cortex  prémoteur  en  avant  du  précédent  
• Le  cortex  préfrontal  qui  regroupe  toutes  les  autres  régions  du  lobe  frontal.    Le  cortex  
préfrontal  est  la  partie  antérieure  du  cortex  du  lobe  frontal  du  cerveau,  située  en  avant  des  
régions  prémotrices.  Cette  région  est  le  siège  de  différentes  fonctions  cognitives  dites  
supérieures  (notamment  le  langage,  la  mémoire  de  travail,  le  raisonnement,  et  plus  
généralement  les  fonctions  exécutives).    
 
c. Le  cortex  olfactif  
 
Le  bulbe  olfactif  (BO),  parfois  appelé  lobe  olfactif,  est  une  région  du  cerveau  des  vertébrés  dont  la  
fonction  principale  est  de  traiter  les  informations  olfactives  en  provenance  de  neurones  
chémorécepteurs  olfactifs.  Le  bulbe  olfactif  effectue  un  traitement  et  un  codage  de  l'information  
avant  de  l'envoyer  vers  les  cellules  mitrales.  Les  axones  qui  en  sortent  se  rendent  en  partie  au  
bulbe  opposé  et  en  partie  vers  le  noyau  olfactif  antérieur.  Les  fibres  ré-­‐émises  vont  au  cortex  
olfactif,  vers  le  cortex  limbique,  vers  l'hippocampe  ou  les  corps  mamillaires.  On  comprend  ainsi  le  
rôle  inconscient  de  l'olfaction  dans  beaucoup  de  comportements  fondamentaux  dépendants  de  
l'hypothalamus  et  du  système  limbique.    Les  voies  olfactives  sont  les  seules  voies  à  ne  pas  faire  
relai  d'abord  dans  le  thalamus.  Mais  des  informations  traitées  dans  le  cortex  olfactif  entrent  dans  
le  thalamus  antérieur,  de  sorte  que  nous  avons  souvent  une  mémoire  associative  des  odeurs  plutôt  
qu'une  mémoire  absolue.  Le  souvenir  d’une  odeur  renvoie  d’une  manière  particulièrement  nette  
aux  souvenirs  des  évènements  qui  y  sont  associés.  
 
d. Les  neurones  Von  Economo  
 
Comme  chez  l’homme,  des  neurones  en  fuseaux  ont  été  principalement  localisés  en  abondance  
dans  le  cortex  fronto-­‐insulaire  et  en  moins  grand  nombre  dans  le  cortex  cingulaire  antérieur,    en  
couronne  des  circonvolutions  cérébrales.  Ces  neurones  von  Economo    du  nom  de  son  découvreur,    
en  1925  ont  été  mis  en  cause  en  1999  par  John  Allman  et  ses  collègues  de  l’institut  de  Technologie  
de  Californie,    dans  les  fonctions  cognitives  supérieures.  Ils  faciliteraient  également  une  
communication  rapide  sur  une  longue  distance  dûe  à  sa  morphologie.  D’autre  part,  le  cortex  
fronto-­‐insulaire  FI  est  étroitement  liée  à  l’insula.  Ces  régions  font  partie  du  cortex  orbito-­‐frontal  
dans  lequel  un  circuit  complexe  est  associé  à  la  perception  spatiale,  le  sens  du  toucher,  la  
conscience  de  soi  et  la  complexité  des  émotions.    
Les  auteurs  ont  également  trouvé  des  signaux  provenant  d  cortex  cingulaire  antérieur  ACC  reçus  
dans  l’aire  de  Brodman  dans  le  cortex  frontal.  Ce  relais  de  neurones  semble  véhiculer  la  motivation  
à  agir  et  concerne  la  reconnaissance  discriminante.  
Ces  énormes  neurones  sont  caractérisés  par  une  grande  broche  en  forme  de  soma  s’amincissant  
graduellement  en  un  seul  axone  apical  avec  une  dendrite  unique  face  à  face.    
 

Mais  continuons  notre  examen  des  structures  restantes.  
 
 
2. Le  cortex  somato-­‐sensoriel  
a. Le  lobe  pariétal  
Le  lobe  pariétal  (ou  cortex  pariétal)  est  une  région  du  cerveau  des  vertébrés.  Il  est  situé  en  arrière  du  lobe  frontal,  au-­‐
dessus  des  lobes  temporal  et  occipital.  Le  lobe  pariétal  est  considéré  comme  un  cortex  associatif  hétéromodal.  C'est-­‐à-­‐
dire  qu'il  joue  un  rôle  important  dans  l'intégration  des  informations  issues  des  différentes  modalités  sensorielles  (vision,  
toucher,  audition).  Cette  région  du  cerveau  est  notamment  impliquée  dans  la  perception  de  l'espace  et  dans  l'attention  
et,  plus  particulièrement,  le  cortex  pariétal  supérieur  est  impliqué  dans  la  voie  dorsale  du  système  visuel.  

 
b. Le  lobe  occipital  
Situé  à  l'arrière  de  la  tête,  à  côté  du  lobe  pariétal  et  du  lobe  temporal.  C’est  le  centre  visuel.  Il  
permet  la  reconnaissance  des  orientations  et  des  contours  des  images  en  ce  qui  concerne  les  
premiers  traitements  d'analyse  visuelle.  Bien  développé  chez  l’homme,  le  lobe  occipital  chez  
l’éléphant  est  presque  mal  défini  lié  à  un  développement  médiocre  de  ce  sens,  malgré  que  sa  
vision  ne  soit  pas  mauvaise  en  lumière  mate.  
c. Le  lobe  temporal  
Le  lobe  temporal  est  une  région  du  cerveau  des  vertébrés  située  derrière  l'os  temporal  (l'os  situé  
derrière  les  tempes),  dans  la  partie  latérale  et  inférieure  du  cerveau.  
C'est  une  zone  importante  pour  de  nombreuses  fonctions  cognitives,  dont  notamment  l'audition,  
le  langage  et  la  mémoire  et  la  vision  des  formes  complexes.  
On  peut  trouver  une  similitude  pour  la  superficie  du  lobe  temporal  de  l’éléphant  à  la  superficie  
occupé  dans  le  cortex  cérébral  par  le  lobe  frontal  chez  l’humain.  On  peut  noter  aussi  que  
l’orientation  du  lobe  temporal  humain  est  presque  horizontal,    tandis  que  celui  de  l’éléphant  
nettement  plus  postérieur  est  horizontal.    
 
 
3. Le  système  limbique  ou  cortex  cingulaire  de  Paul  Brocca  
a. Présentation  
Le  terme  limbique  (latin  :  bord,  bordure)  a  été  forgé  par  le  neurologue  Paul  Brocca  pour  désigner  
les  régions  situées  sur  le  pourtour  du  cortex  cérébral.  Dressant  une  analogie  avec  le  cerveau  des  
animaux  et  remarquant  la  réduction  du  lobe  olfactif  chez  les  primates  humains  et  non  humains,  il  
associe  cette  aire  au  comportement  bestial  par  opposition  aux  facultés  intellectuelles  situées  dans  
le  reste  du  cortex.  
   
Révisée  par  la  suite  cette  notion  exempte  des  régions  olfactives  prend  en  charge  les  émotions  
agressivité,  peur,  plaisir),  les  apprentissages  et  la  mémoire.  C’est  le  siège  de  les  jugements  de  
valeur,  souvent  inconscients,  qui  exercent  une  grande  influence  sur  le  comportement  
principalement  dans  la  vie  en  commun.    
Ce  circuit  de  Papez  présent  chez  tous  les  mammifères  contrôle  également  le  système  endocrinien  
et    le  système  nerveux  autonome.  
 
b. Ses  différentes  structures  et  leur  rôle  
                                     (Fornix,  hippocampe,  circonvolution  cingulaire,  hypothalamus,  amygdale,  septum)  
l'hippocampe  (du  grec  ancien  hippocampos,  signifiant  "  cheval  courbé  ")  :  rôle  dans  l'apprentissage  
et  le  stockage  d'une  information  en  mémoire  à  long  terme.    
l'amygdale  (du  latin  amygdala  qui  signifie  "  amande  ")  :  rôle  dans  l'agressivité,  la  colère,  la  peur,  
l'anxiété  et  la  mémoire  émotionnelle  

le  fornix  (du  latin  fornix  signifiant  "  arche")  :  ensemble  de  neurones  qui  relie  l'hippocampe  à  
l'hypothalamus  
le  cortex  limbique  (gyrus  cingulaire,  cingulum,  insula  et  gyrus  parahippocampique)  :  rôle  dans  le  
contrôle  conscient  du  comportement.  
le  septum  (du  latin  saeptum  qui  signifiant  "barrière"):  rôle  dans  le  contrôle  des  émotions?  
Corps  mammillaires  :    ils  jouent  un  rôle  très  important  dans  la  mémoire  
 
c. Relation  du  système  limbique  avec  les  autres  structures  corticales.  
Le  cortex  associatif  comprenant  (pariéto-­‐temporo-­‐occipital  et  préfrontal)    envoie  des  efférences  
vers  le  cortex  limbique  et  ce  dernier  en  reçoit  à  son  tour  des  afférences.  Grâce  aux  ganglions  de  la  
base,  amas  de  cellules  nerveuses  plusieurs  circuits  cependant  non  moteurs,  mais  impliqués  dans  la  
mémorisation  et  le  traitement  des  processus  cognitifs  et  émotifs  sont  étroitement  interconnectés.    
Aussi   on   peut   montrer   le   rôle   du   cortex   par   rapport   au   système   limbique.   Un   chat   est   privé   de  
cortex   préfrontal   et   frontal   continue   à   manifester   des   réactions   émotionnelles   mais   exagérées   à   la  
vue   d’un   chien   ou   d’un   rat.   Le   cortex   préfrontal   et   frontal   intervient   dans   les   réactions  
émotionnelles,   avec   un   rôle   de   contrôle   (modulation,   atténuation).   On   ne   peut   déclencher  
volontairement  une  émotion,  la  sensibilité  consciente  et  la  motricité  volontaire  ont  leur  siège  dans  
le  cortex.  Le  cortex  serait  source  d’informations  pour  le  système  limbique,  il  agirait  aussi  dans  le  
sens  d’une  modulation.  
Le  système  limbique  serait  un  centre  d’analyse,  de  confrontation,  de  prédiction,  puis  de  décision.  
 
Chez  les  macaques  privés  de  système  limbique,  les  réactions  émotionnelles  disparaissent,  ce  qui  
confirme  le  rôle  de  ce  système  dans  l’émotion.  
Dans   les   conditions   normales,   système   limbique   et   hypothalamus   interviennent   ensemble,   le  
système   limbique   assure   la   modulation   des   comportements   émotionnels,   leur   ajustement   à  
l’expérience  du  sujet  et  à  ses  possibilités.  Car  pendant  la  stimulation  électrique  de  l’hypothalamus  
d’un  chat,  on  déclenchera  une  colère  spectaculaire  vis-­‐à-­‐vis  d’un  chien  par  exemple.  
 
On  sait  aujourd'hui  qu'il  n'existe  pas  de  "centre  de  la  mémoire",  mais  plusieurs  sites  du  cerveau  
impliqués  dans  le  traitement  et  la  conservation  des  informations.  
La  mémoire  répond  ainsi  au  même  schéma  que  les  autres  fonctions  supérieures  du  cerveau  (la  
motricité,  le  langage,  la  perception,  l'intelligence...)  
Pour  simplifier,  on  peut  préciser  que  :  
-­‐  la  mémoire  à  court  terme  fait  intervenir  le  cortex*  préfrontal,  
-­‐  la  mémoire  sémantique  met  en  jeu  le  néocortex,  
-­‐  les  corps  striés*  et  le  cervelet*  sont  très  impliqués  dans  la  mémoire  procédurale,  
-­‐  la  mémoire  déclarative  intéresse  l'hippocampe*,  
-­‐  l'hippocampe  est  également  sollicité  par  la  mémoire  épisodique  (en  même  temps  que  le  
thalamus*  et  le  cortex  préfrontal).(long  terme  déclarative)  
Les  neurobiologistes  s'accordent  pour  conférer  à    l'hippocampe  un  rôle  essentiel.  Situé  au  coeur  du  
cerveau,  il  assure  la  mise  en  relation  des  informations  stockées  en  différentes  zones  cérébrales.  
Son  intervention  est  nécessaire  pour  faire  passer  les  souvenirs  de  la  mémoire  à  court  terme  vers  la  
mémoire  à  long  terme.  
 
En   analysant   ce   tableau   récapitulatif   d’après   la   comparaison   des   différentes   structures   faite  
précédemment,  nous  remarquons  que  l’homme  ne  se  démarque  pas  à  chaque  fois.  
Paul   broca   a   donné   le   nom   de   mammifères   osmatiques   ceux   dont   la   prédominance   du   sens   de  
l’odorat   est   attestée   par   un   impressionnant   développement   du     lobe   olfactif   au   cours   de  
l’évolution   chez   de   nombreux   mammifères   non-­‐humains   et   bien   sûr   l’éléphant.   Pour   les  

anosmatiques,   hormis   la   cause   déterminante   de   cette   atrophie   due   à   la   conséquence   d’   une   vie  
aquatique,  le  sens  de  l’olfaction  chez  l’homme  s’est  réduit  à  une  simplicité  de  l’appareil  olfactif  et  
ses  dépendances.  Par  contre,  par  l’examen  du    cerveau  l’auteur  nous  montre  que  la  raison  de  cette  
modification  anatomique  est  due  à  l’immense  développement  du  lobe  frontal,  cause  déterminante  
de   cette   diminution   de   fonction   entrainant   également   un   amoindrissement   du   grand   lobe  
limbique.  Ce  siège,  en  se  référant  aux  travaux  d’Alexandre  Luria  dans  les  années  60,  de  la  pensée  
abstraite,   du   raisonnement   complexe   et   du   contrôle   du   comportement,   a   exproprié   à   l’étage  
antérieur  du  crâne  la  masse  sensorielle  qui  gênait  son  expansion.  
Nous   ne   sommes   donc   pas   étonnés   que   l’odorat   qui   joue   un   rôle   supérieur   dans   la   majorité   des  
mammifères  pour  la  poursuite  de  proie,  le  choix  de  la  nourriture,  la  fuite  du  danger…  prédomine  
grâce  à  ses  structures  bien  développées  chez  notre  éléphant.    
 (allusion  au  lobe  frontal  avec  une  mémoire  à  court  terme  limité  jusqu’à  l’âge  de  20-­‐30  ans  article  
the  brain)  
Bien  que  les  éléphants  soient  connus  pour  avoir  un  sens  du  contact,  la  taille  du  lobe  pariétal  qui  
chez  l’homme  est  lié  au  cortex  somato-­‐sensoriel  est  relativement  petit.    
Le   degré   de   développement   des   sens   chez   l’éléphant   change   avec   l’âge.   Nous   éluderons     la   vue   qui  
par   rapport   à   l’ouïe   nous   l’avons   vu   (lobe   occipital)   reste   basique.   La   sensibilité   gustative   reste  
inconnue  malgré  une  sélectivité  certaine.  
 
Le  nombre  de  neurones  Von  economo  trouvé  chez  l’éléphant  est  d’environ  20.000,  chiffre  inférieur  
au  193000  trouvés  chez  l’homme.  
Concernant  les    circonvolutions  du  cortex  cérébral,  siège  de  compétences  cognitives  améliorées  
comme  la  mémoire  de  travail,  la  planification,  l’orientation  spatiale    sont  aussi  nombreuses  que  
chez  l’homme.  Leur  complexité  leur  confère  une  grande  aptitude  au  traitement  des  informations  
sensorielles.  
Si   on   se   concentre   sur   le   système   limbique,   dont   l’hippocampe.   Sa   taille   nettement   supérieure   à  
celle  de  l’homme  sert  à  fixer  de  nouveaux  souvenirs,  dont  de  nature  spatiale  qui  seront  stockés  par  
la  suite  dans  les  lobes  temporaux  également  de  taille  plus  importante.    
Le   lobe   temporal   médian   joue   un   rôle   fondamental   dans   la   mémoire   et   les   émotions.  
Plus   particulièrement,   l'hippocampe   et   les   structures   adjacentes   sont   impliqués   dans   la   mémoire  
dite  épisodique  ou  déclarative,  notamment  dans  la  mémoire  spatiale.  On  admet  généralement  que  
c'est   la   plasticité   de   la   modification   des   synapses   et   des   circuits   neuronaux   de   cette   zone   qui  
permet  la  formation  de  la  mémoire    
Le   volume   relatif   de   ces   deux   structures   pourrait   peut-­‐être   expliquer   alors   la   capacité   qu’ils   ont  
d’engranger  une  quantité  importantes  et  une  diversité  de  souvenirs  (des  lieux,  des  personnes,  des  
événements),  mémoire  sociale  et  chimique  à  long  terme    ainsi  que  leur  capacité  de  naviguer  sur  de  
longues  distances.  
 
Ces  structures  associées  à  un  apprentissage  complexe  de  fonctions  comportementales  peuvent  
fournir  le  substrat  pour  les  compétences  cognitives  acquises  par  les  éléphants.    
 
Par  des  exemples  observés  et  analysés  par  des  scientifiques,  j’illustrerai  des  acquis.  
 
 
C. Les  profits  cognitifs  acquis  par  les  éléphants  
 
I. La  mémoire  
 
1. Mémoire  sensitive  (visuelle,  olfactive,  auditive)  

Mémoire  visuelle  
Une  série  d’expériences  réalisées  démontraient  qu’une  éléphante  après  avoir  appris  sur  deux  
séries  d’images  celles  qui  étaient  correctes,  pouvaient  mémoriser  ses  symboles  et  les  différencier  
avec  succès  après  8  ans.  (L’éléphant  d’Asie  Eve  Mourier)  
Mémoire  olfactive  
Un  éléphant  est  capable  de  reconnaitre  l’urine  de  sa  mère  après  27  ans  de  séparation.  
Mémoire  auditive  
Une  éléphante  était  capable  d’apprendre  3  notes  successives  d’une  mélodie  pour  arriver  au  bout  
d’un  an  au  total  à  une  vingtaine  de  sons.  
 
2. Mémoire  spatiale  et  écologique  
Les  matriarches  sont  capables  de  se  souvenir  des  trajets  qu'ils  empruntent  chaque  année,  captant  
les    périodes  où  certains  végétaux  et  fruits  parviennent  à  maturité.  Ils  se  déplacent  et  parcourent  
parfois  des  centaines  de  kilomètres,  juste  pour  les  manger  au  bon  moment.  Retrouver  les  points  
d’eaux  en  évitant  certains  couloirs  qui  en  sont  démunis  en  période  de  sècheresse  sauvant  ainsi  la  
harde  d’une  mort  certaine.  
 
3.  Mémoire  sociale  (apprentissage  vocal,  utilisation  et  modification  d’outil)  
Les  exemples  d’utilisation  d’outil  parmi  les  éléphants  incluent  l’utilisation  d’un  bâton  pour  rayer  
leur  dos,  placer  des  brindilles  et  des  branchages  pour  éviter  à  leurs  pieds  de  passer  dans  de  la  terre  
molle,  placer  un  cube  de  bois  sous  un  arbre  et  s’aidant  d’un  bâton  pour  y  décrocher  des  fruits  
mûrs.  
 
II.
La  conscience  
 
1. Perception  de  la  mort  (émotions)  
Nous  ne  savons  pas  si  l’éléphant  a  une  perception  précise  de  la  mort,  dans  le  sens  philosophique  
du  terme.  Quoi  qu’il  en  soit  les  comportements  relatés  devant  des  carcasses  d’éléphants  n’ont  pas  
été  observés  devant  des  carcasses  de  buffle.  
 Le  biologiste  kenyan  Joyce  Poole,  qui  étudie  les  éléphants  d'Afrique  depuis  1976,  fait  état  d’une  
mère  ayant  perdu  son  nouveau-­‐né  :  «  En  observant  la  façon  dont  Tonie  veillait  sur  son  nouveau-­‐né  
mort,  j’ai  eu  pour  la  première  fois  la  conviction  que  les  éléphants  pleuraient.  Je  n’oublierai  jamais  
l’expression  de  son  visage,  ses  yeux,  sa  bouche,  la  position  de  ses  oreilles  et  de  sa  tête  et  sa  
posture.  Tout,  en  elle,  indiquait  le  chagrin.  »  
Cynthia  Moss  en  1976  a  observé  un  rituel  devant  le  cadavre  d’une  femelle  du  groupe  :les  éléphants  
autour  du  cadavre,  le  touchent  délicatement  avec  leur  trompe  et  leurs  pieds,  grattent  la  terre  pour  
en  déposer  sur  le  cadavre  ainsi  que  des  branchages.  
Une  chose  est  certaine,  l'éléphant  possède  une  formidable  mémoire.  Dans  un  autre  documentaire  
du  National  Geographic,  une  matriarche  qui  a  perdu  son  éléphanteau,  revient  à  l'endroit  où  le  
petit  corps  s'est  décomposé,  un  an  après  la  tragédie.  Pendant,  un  long  moment,  elle  manipule  avec  
sa  trompe  les  ossements  comme  si  elle  voulait  rendre  la  vie  à  son  petit.  Il  s'agissait  d'un  véritable  
cérémonial.    
Comment  interpréter  un  tel  geste  ?  L’animal  a-­‐t-­‐il  compris  que  la  mort  est  définitive  ?  A-­‐t-­‐il  voulu  
exprimer  son  chagrin  ?  
 
2. Motivation  (notion  de  vengeance)  
Ils  ont  appris  que  :  

Pour  éradiquer  une  surpopulation  sur  un  territoire  voisin,  en  Afrique  du  Sud  dans  le  parc  de  
Pilanesberg,  des  éléphants  y  ont  été  transférés.  Or  à  l'époque,    on  ne  possédait  pas  encore  de  
techniques  très  avancées  pour  déplacer  des  éléphants  adultes,  aussi  seuls  les  éléphanteaux  furent  
transférés.  Aussi  après  capture  de  harde  entière,  les  parents  intransportables,  furent  abattus  sous  
les  yeux  de  leur  progéniture,  puis  attachée  aux  corps  de  leurs  mères,  le  poids  de  ces  dernières  
préservant  d’une  éventuelle  fuite.  Comme,  il  n’y  a  pas  de  petit  profit,  ils  les  dépecèrent  sous  le  
regard  des  éléphanteaux.  Transférés  à  Pilanesberg,  traumatisés  par  ce  qu'ils  avaient  vécu  et  sevrés  
trop  tôt  de  l’apprentissage  social,  ces  rescapés  ont  manifesté  en  1994,  un  comportement  violent  
par  des  attaques  mortelles  sur  les  rhinocéros  blancs,  animaux  protégés  très  rares  et  intrus  sur  le  
territoire.  
Pour  créer  une  réserve  protégée  au  Kenya  dans  le  parc  d'Amboseli  pour  les  éléphants,  il  avait  été  
décidé  de  déplacer  des  populations  massaï,  les  déracinant  ainsi  de  leurs  terres.  Mécontents  de  
devoir  quitter  les  terres  de  leurs  ancêtres,  ils  massacrèrent  de  nombreux  éléphants,  les  
responsabilisant  de  leur  exode.  Quelques  années  plus  tard,  en  1996,  les  éléphants  majoritairement  
juvéniles  témoins  et  traumatisés  du  massacre  de  leur  parent  ont  éventrer  les  vaches  des  troupeaux  
Massai.  
Dans  le  Parc  Queen  Elisabeth  en  Ouganda,  après  plusieurs  attaques  mortelles  d'éléphants  sur  des  
hommes,  l'explication  n'était  pas  bien  difficile  à  trouver.  Sous  le  dictateur  Idi  Amin  Dada,  les  
éléphants  ont  été  massacrés  à  90%,  notamment  pour  la  revente  de  l'ivoire.  Les  éléphanteaux  ont  
été  épargnés,  n'ayant  pas  encore  de  défenses.  En  2006,  devenus  adultes,  ils  ont  alors  mené  des  
attaques  contre  des  hommes.  
 
 
3.  Etude  associative  ou  raisonnement  causal  (critiques)  
Aussi  est-­‐il  possible  de  faire  chez  l’éléphant  une  corrélation  entre  la  mémoire,  la  conscience  et  
l’intelligence.  A  savoir  si  leur  comportement  découle  d’une  étude  associative  ou  d’un  
raisonnement  causal,  question  d’interprétation  différente  ou  pas  des  observateurs  ?  
 
En  ce  qui  concerne  les  impliquant  des  éléphants  assoiffés  de  vengeance,  nous  pouvons  émettre  un  
doute.  En  effet  le  massacre  des  troupeaux  Massaï  fait  intervenir  un  troisième  facteur  :  cibler  
indirectement  un  coupable  en  massacrant  son  troupeau.  Ont-­‐ils  la  faculté  d’élaborer  des  stratégies  
aussi  complexe  à  seule  fin  de  se  venger  ?  
Dans  le  cas  du  caisson  servant  de  tabouret  et  du  bout  de  bois,  l’éléphant  doit  imaginer  ce  dont  il  a  
besoin,  savoir  ou  le  trouver…  Tout  ceci  va  bien  au-­‐delà  du  modèle  d’apprentissage  classique  de  la  
plupart  des  animaux.  Ce  qui  peut  quand  même  nous  faire  penser  que  les  éléphants  sont  capables    
de  compréhension  de  cause  à  effet  et  de  résolution  mentale  d’un  problème.  
 
Conclusion  
Si  le  cerveau  des  éléphants  s’est  développé  de  façon  particulière  au  cours  de  l’évolution  
comparativement  à  d’autres  espèces  animales,  ce  n’est  pas  le  fait  d’un  ajout  à  l’architecture  
cérébrale,  mais  plutôt  un  mode  d’organisation  particulier  impliquant  un  surdéveloppement  de  
structures  très  ciblées  et  l’essor  de  certaines  fonctions  dû  à  une  nécessité  principalement  liée  à  la  
survie.  Le  modèle  du  cerveau  triunique  de  Mac  Lean  malgré  son  succès,  est  donc  faux.  
Pendant  de  nombreuses  années,  le  manque  de  tissu  de  cerveau  d’éléphant  bien  adapté  à  l’analyse  
histologique  ont  contribué  à  appauvrir  un  manque  de  données  neuroscientifiques.  Les  recherches  
sur  les  neurones  von  economo  sont  récentes.  L’observation  selon  laquelle  ces  neurones  en  fuseau  
sont  produits  dans  un  groupe  restreint  et  pour  certain  proche  de  l’homme,  a  mené  à  la  spéculation  
qu’ils  ont  une  grande  importance  dans  l’évolution  humaine  et/ou  le  fonctionnement  du  cerveau.  
La  restriction  parmi  les  primates  pour  les  grands  singes    et  les  baleines  conduit  à  l’hypothèse  selon  
laquelle  il  y  a  eu  une  éventuelle  adaptation  il  y  a  15  à  20  millions  d’années  (divergences  des  
primates)  obligatoire  dans  les  cerveaux  de  grande  taille,  leur  permettant  hormis  la  contrainte  

géométrique,  un  traitement  et  le  transfert  rapide  de  l’information  permettant  des  comportements  
intelligents  émergeant.  Aussi,  pour  continuer  dans  notre  raisonnement  d’une  spécialisation  
comportementale  commune  aux  hominidés,  éléphants  et  baleines  de  déterminer  si  des  
mammifères  tels  que  la  girafe  ou  l’hippopotame  possèdent  des  neurones  von  Economo  dans  la  
partie  FI  et  ACC  de  leur  cerveau.  
D’autres  part  de  nombreux  exemples  bien  documentés  dans  lesquels  des  éléphants  semblent  
répondre  à  de  l’empathie,  une  attitude  rituelle  devant  la  mort  (Poole  et  Mousse,  2008)  ont  prouvé  
que  les  neurones  Von  Economo  localisés  dans  le  cortex  fronto-­‐insulaire  et  le  cortex  cingulaire  
antérieur    augmentent  le  fonctionnement  des  circuits  et  les  structures  relatives  impliquées  dans  la  
conscience  sociale  intensifiant  la  vigilance  devant  la  détresse  de  leur  congénères.  
Compte-­‐tenu  des  résultats  surprenants  obtenus,  d’autres  recherches  toujours  sur  les  éléphants,  
sortant  ainsi  du  cadre  des  primates  et  des  souris,  se  sont  actuellement  orientées  sur  d’autres  types  
de  neurones  et  sur  le  cervelet.  Nous  ne  sommes  pas  à  l’abri  de  nouvelles  surprises.  


Aperçu du document Soutenance.pdf - page 1/9
 
Soutenance.pdf - page 3/9
Soutenance.pdf - page 4/9
Soutenance.pdf - page 5/9
Soutenance.pdf - page 6/9
 




Télécharger le fichier (PDF)


Soutenance.pdf (PDF, 598 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


soutenance
les trois cerveaux
presentation du 7 juin 2012
presentation du 11 mai 2012
roneo snc 9h 10h
neurosciences c5 part1

Sur le même sujet..