Compte rendu Zoo de Pessac .pdf



Nom original: Compte-rendu Zoo de Pessac.pdfTitre: Compte-rendu Zoo de PessacAuteur: Robin

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 1.2.3 / GPL Ghostscript 9.04, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 26/09/2013 à 21:15, depuis l'adresse IP 109.222.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1678 fois.
Taille du document: 13.5 Mo (38 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


1

PRÉSENTATION
Situé en périphérie de Bordeaux, sur la commune de Pessac, le Zoo de Bordeaux-Pessac
est un parc zoologique vieux de 37 ans. Fondé en 1976 par Jean Ducuing, il accueillit à
son apogée jusqu’à un millier d’animaux. Après une période difficile de la fin des années
1990 à 2004, le Zoo de Pessac connaît maintenant une renaissance grâce au soutien du
Zoo de la Flèche. Accueillant désormais environ 130 animaux d’une cinquantaine
espèces différentes, réparties sur 5 hectares, il reçoit la visite d’environ 100 000 personnes
par an. Malgré tout, il doit être remplacé d’ici 2016/2017 par un nouveau parc
zoologique, le projet SAVE, un zoo nouvelle génération à forte ambition (300 000 visiteurs
par an), et nettement plus grand, sur l’écosite du Bourgailh. Mais avant son inauguration,
le Zoo de Pessac continue de se renouveler, avec notamment l’arrivée cette année de
chiens de prairie et la rénovation de l’enclos des panthères noires.

HORAIRES

TARIFS
Adulte (à partir de 12 ans) . . . . . . . . . . 14 €
Adulte handicapé . . . . . . . . 10,50 €
Pass 1 an adulte . . . . . . . . . . . . . 42 €
Enfant (de 3 à 11 ans inclus) . . . . . 11,50 €
Enfant handicapé . . . . . . . . . 8,50 €
Pass 1 an enfant . . . . . . . . . . . 34,50 €

2

RESTAURATION
Le Zoo de Pessac dispose d’un snack, « Le Baobab ». Salades, sandwichs, hot-dogs, frites,
desserts et boissons sont disponibles à la vente, accompagnés par une ribambelle de
produits sucrés : barbes à papa, gaufres, glaces, etc…
A noter qu’une aire de pique-nique est à votre disposition dans le parc, entre les
guépards, les tigres blancs, les magots et les tigres blancs.

BOUTIQUE
Située à la fin de la visite, dans le même bâtiment que la caisse, la boutique offre tout un
lot de produits classiques vendus dans les zoos : peluches, jouets, papeterie, objets de
décorations…

ANIMATIONS
De nombreuses animations sont proposées tout au long de la journée. Ce sont
principalement des nourrissages accompagnés d’une rencontre avec les soigneurs :
goûter des pandas roux, des loutres, des girafes, des loups…
Il existe également un spectacle de perroquets, où plusieurs psittacidés (aras, cacatoès)
exécutent des numéros d’acrobatie et d’adresse (faire du vélo sur un fil, du skate…)
tandis qu’un animateur vous parle de l’intelligence de ces oiseaux, et des menaces qui
pèsent sur eux.
NOUVEAUTÉ 2013 : LA COURSE DES GUÉPARDS
Après l’arrivée en 2012 de deux guépards dans un espace vallonné de 2500m², le Zoo de
Pessac a installé un dispositif servant à faire courir les lévriers afin de démontrer la vitesse
et l’élégance des félins les plus rapides du monde. Malheureusement, les deux spécimens
sont encore peu séduits par le dispositif, au grand dam des visiteurs !

CONSERVATION
Le Zoo de Pessac participe aux EEP et ESB suivants :
EEP
ESB
∗ Gibbon à mains
∗ Maki vari roux
∗ Cobe de Lechwe
blanches
∗ Maki vari noir et blanc
∗ Ocelot
∗ Girafe
∗ Panda roux
∗ Tapir terrestre
∗ Pélican frisé
∗ Chat pêcheur
∗ Loup à crinière
∗ Agouti d’Azara
∗ Tigre blanc (!!)
∗ Lynx d’Europe
∗ Guépard
Devant chaque enclos se trouve un panneau pédagogique, identique à ceux du Zoo de
La Flèche, présentant les différentes caractéristiques de l’espèce présentée. En toile de
bâche et fixés sur un cadran de bois à l’aide de cordes, ils comptent parmi les plus
esthétiques que j’ai pu rencontrer jusqu’ici. Il y a également de nouveaux panneaux
présentant les animaux du zoo à la manière d’un site de rencontre (voir pandas roux).

3

MA VISITE
J’ai visité le Zoo de Pessac le dimanche 22 septembre au matin, en famille. Bien qu’étant
proche du zoo, je n’y étais pas allé depuis 2010. Pas mal de nouveautés m’attendaient
donc, dont les fameux guépards, arrivés en 2012. Au final, la visite fut très sympathique. Le
beau temps étant au rendez-vous et les températures agréables pour la saison, j’ai pu
observer aisément la plupart des animaux, et même voir quelques jeunes !
Jeunes observés : paon, guanaco, chat pêcheur, maki vari roux, panda roux, chèvres
naines, âne nain et gibbon à mains blanches.
Espèces non vues : loup à crinière et chien de prairie.
Animations assistées : bien que ce ne soit pas en soit des animations, j’ai assisté à
« l’ouverture » de la pampa et aux nourrissages des gris du Gabon et de la tortue géante.

SOMMAIRE
Etang des oiseaux . . . . . . . . . . . . . . . . . p.5
Panda roux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.6
Chien de prairie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.7
Gibbon à mains blanches . . . . . . . . . . p.8
Coati commun . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.9
Pampa sud-américaine . . . . . . . . . . . p.10
Ouistiti à pinceaux blancs et agouti
d’Azara . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11
Lynx d’Europe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.12
Serval et porc-épic . . . . . . . . . . . . . . . p. 13
Loup à crinière . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 14
Tigre blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 15
Wallaby de Parma et gris du Gabon p. 16
Mangouste fauve . . . . . . . . . . . . . . . . p. 17
Tortue géante des Seychelles . . . . . . p. 18
Panthère noire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 19
Macaque berbère . . . . . . . . . . . . . . . p. 20

Ocelot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 21
Lion blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 22
Plaine africaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 23
Watusi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 25
Guépard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 26
Loup de l’Arctique . . . . . . . . . . . . . . . p. 27
Guanaco et âne nain . . . . . . . . . . . . p. 28
Mouton du Cameroun . . . . . . . . . . . . p. 29
Ara macao et ara chloroptère . . . . . p. 30
Mini-ferme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 31
Maki vari roux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 32
Parc australien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 33
Flamant du Chili . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 34
Loutre naine d’Asie . . . . . . . . . . . . . . . p. 35
Chat pêcheur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p. 36
Maki noir et blanc . . . . . . . . . . . . . . . . p. 37

4

ÉTANG DES OISEAUX
Après s’être garé sur un grand parking, malheureusement peu ombragé, le visiteur entre
dans le zoo… ou presque. Juste avant la caisse, qui sert également de boutique, se
trouve un grand étang. Celui-ci est le lieu de vie de deux pélicans frisés (Pelecanus
crispus), ainsi que de nombreux anatidés et tortues de Floride (Trachemys scripta
elegans). Ils disposent d’un large plan d’eau où se trouve un ilot en bois, et on accès aux
berges végétalisés. Ce lieu de vie est plutôt idéal pour ces animaux, en particulier les
pélicans, qui occupaient jusqu’à l’an dernier un petit enclos avec très peu d’eau.

MA NOTE : 8/10

Bien qu’il abrite désormais des espèces assez communes, cet étang était autrefois l’un
des endroits-clés du zoo. En effet, il servait de résidence à d’imposants mammifères, les
hippopotames, dont Komir, la star du zoo, à qui il arrivait de temps à autre de fuguer
pour se balader dans le zoo. Komir devint tristement célèbre en novembre 1999, lorsque,
par jalousie pour un tracteur, il tua le propriétaire et fondateur du zoo, Jean Ducuing, qui
l’avait élevé depuis ses 3 ans. Cet accident sonna le début de la descente aux enfers
pour le zoo. Quant à Komir, il mourut quelques semaines plus tard, étouffé par une balle
de tennis qu’un visiteur lui avait lancé. Il est désormais au Muséum National d’Histoire
Naturelle, à Paris, où il est empaillé.

5

PANDA ROUX
Après s’être acquitté de son billet d’entrée, le visiteur s’avance vers le premier enclos qui
abrite l’une des espèces stars du zoo : le panda roux. Dans ce grand espace, tout en
végétation et en branches, vivent depuis 2009 Maurice et Mauricette, accompagnés de
leur dernier jeune, né le 23 juin dernier. Celui-ci commence à s’aventurer hors de sa
cabane pour grimper aux arbres avec ses parents.
Entre l’espace au sol, les nombreuses branches et les arbres accessibles aux pandas roux,
ceux-ci disposent de l’un des meilleurs enclos du zoo. Sans être particulièrement original,
cet enclos est totalement adapté aux besoins de ses pensionnaires.

MA NOTE : 9/10

6

CHIEN DE PRAIRIE
Après avoir contourné l’enclos des pandas roux, on s’avance vers un enclos de bonne
taille, entouré de murets et de vitres. Il est le lieu de vie de chiens de prairie à queue noire
(Cynomys ludovicianus). Ces petits rongeurs doivent être parfaitement à l’aise dans ce
grand espace herbeux vallonné et partiellement ombragé, qui offre plusieurs cachettes
pour se dissimuler du regard du public. Malheureusement, lors de ma visite, et malgré mes
nombreuses tentatives, je n’ai jamais pu voir ne serait-ce qu’une patte…

MA NOTE : 8/10

7

GIBBON À MAINS BLANCHES
Juste en face de l’enclos des chiens de prairie se trouve la seule espèce de grand singe
du zoo : les gibbons à mains blanches (Hylobates lar). Malheureusement, ceux-ci
comptent parmi les plus mal logés du zoo. La petite famille composée d’un couple et de
son dernier petit, né en 2011, vivent dans une horrible petite volière ronde, sans aucune
végétation, totalement inadaptée pour ces grands primates arboricoles. Les seuls
aménagements se résument à quelques branches et une petite cabane. Dommage !

MA NOTE : 1/10

8

COATI COMMUN
Malheureusement l’installation suivante n’est pas mieux, bien au contraire. Une volière
ronde du même type que celle de gibbons est le lieu de vie de 4 coatis communs. Dans
une résidence aussi inadaptée, les coatis n’ont comme seule activité que de renifler
inlassablement le sol, en tournant en rond le long du grillage. Là encore l’enrichissement
est pauvre : quelques rochers, branches et cordes, et c’est tout. Triste spectacle.

MA NOTE : 1/10

9

PAMPA SUD-AMÉRICAINE
L’espace suivant est lui beaucoup plus satisfaisant. Considérée comme l’un des symboles
du renouveau pessacais, la pampa sud-américaine est le lieu de vie de 4 espèces
typiques d’Amérique du Sud : 2 capybaras (Hydrochoerus hydrochaeris), 2 tapirs du Brésil
(Tapirus terrestris), 2 alpagas (Lama pacos) et 3 nandous d’Amérique (Rhea americana).
Et même si la cohabitation est inexacte, les animaux n’habitant pas tous dans les mêmes
régions, la plaine est plutôt réussie. Elle est à moitié ombragée et boueuse, et ensoleillée
et herbeuse de l’autre. Un petit bassin permet aux capybaras et tapirs de s’immerger
pour se rafraichir. Au final, l’espace est plutôt sympa, et montre un condensé de la faune
sud-américaine, même si un peu plus de rigueur au niveau de la cohabitation aurait été
souhaitable.

MA NOTE : 7/10

10

OUISITI ET AGOUTI
On poursuit notre voyage en Amérique du Sud avec l’enclos suivant, situé dans un petit
renfoncement entre les loups à crinière et les coatis : la volière des ouistitis à pinceaux
blancs (Callithrix jacchus) et des agoutis d’Azara (Dasyprocta azarae). Malgré la buée sur
les vitres rendant toute observation difficile, j’ai aperçu 2 ouistitis et 4 agoutis. Si les
premiers sont assez communs, dans les zoos comme dans la nature, les seconds sont peu
représentés en parc zoologique : seuls 4 parcs en présentent en France !
La volière en elle-même est plutôt bien aménagée : de nombreuses branches ainsi que
des bambous permettent aux ouistitis de se déplacer et font de l’ombre aux agoutis. Le
sol terreux et légèrement humide recrée est idéal pour ces gros rongeurs. Et même si
l’espace au sol peut peut-être manquer, l’installation reste très bonne pour les deux
espèces hébergées !

MA NOTE : 8/10

11

LYNX D’EUROPE
Après avoir contourné l’enclos des loups à crinière, dont d’autres points de vue nous
serons offerts plus tard nous arrivons dans l’ancienne allée « noire » du zoo, constituée de
petites cages en parpaing et d’imposants barreaux. Mais aujourd’hui, l’allée a changé :
les barreaux ont été remplacés par des panneaux en bois et des vitres. C’est ainsi que le
premier enclos, totalement refait l’an dernier, héberge un couple de lynx d’Europe (Lynx
lynx). Et malheureusement, même si l’enclos et plutôt bien végétalisé, il est bien trop petit
pour les deux félins. D’ailleurs, le seul individu que j’ai vu était stéréotypé et tournait en
rond devant la vitre principale. A mon avis, y mettre des petits félins type chat sauvage
ou chat des sables aurait été bien plus adapté.
Cet enclos avec d’autres pensionnaires aurait été une belle nouveauté, mais le fait d’y
avoir mis des lynx est malheureusement du gâchis. Dommage.

MA NOTE : 4/10

12

SERVAL ET PORC-ÉPIC
Juste après les lynx se trouve une cohabitation pour le moins originale : 2 servals
(Leptailurus serval) et 2 porcs-épics (Hystrix cristata) se partagent un double enclos. En
effet, les deux derniers enclos de « l’allée noire » ont été rassemblés grâce à un passage
dans le mur. Ainsi, les servals, habitant principalement dans la partie gauche et herbeuse,
peuvent rejoindre les porcs-épics, qui résident généralement dans la partie droite, plus
sableuse. Et même si au final l’espace accordé aux deux espèces, plutôt communes en
zoo, est plutôt bon, l’enrichissement n’est pas très poussé : quelques branches et des
petites cabanes avec ouverture face aux visiteurs. C’est au final plutôt un bon
réaménagement, même si un peu plus d’enrichissement et d’intimité aurait été profitable
aux animaux.

MA NOTE : 6/10

13

LOUP À CRINIÈRE
Visible par trois points de vision (à côté des ouistitis, en face des servals et en face des
tigres blancs), l’enclos des loups à crinière (Chrysocyon brachyurus) abrite deux individus
de cette étrange espèce. Ils disposent d’un espace de bonne taille, très végétalisé, avec
de nombreux bosquets pour se dissimuler du public. L’enclos est très réussi, il est même
très difficile d’apercevoir les deux canidés !

MA NOTE : 8/10

14

TIGRE BLANC
Au bout de l’ex-allée noire se trouve la nouveauté 2008 du zoo : la taïga des tigres
blancs. Bien que cette dénomination soit incorrecte (les tigres blancs venant du Bengale,
en Inde, et non pas de la taïga), l’enclos est plutôt de bonne qualité, avec un grand
bassin, des rochers, des troncs et des branches, ainsi que pas mal de végétation.
Néanmoins, on peut relever deux points négatifs : une trop grande proximité avec le
public (trois points d’observation qui entourent l’enclos) et la taille de l’enclos, un peu
trop petit. Néanmoins, les 2 tigres blancs (Panthera tigris) qui vivent ici disposent d’un bon
enclos, peut-être l’un des meilleurs du parc.

MA NOTE : 7/10

15

WALLABY DE PARMA ET GRIS DU GABON
En se déplaçant sur sa droite, le visiteur peut ensuite découvrir un petit enclos totalement
encerclable qui abrite une étrange cohabitation : deux wallabies de Parma (Macropus
parma) vivent avec deux perroquets gris du Gabon (Psittacus erithacus). Les 4 individus
disposent d’un petit enclos terreux, agrémenté de quelques plantes grasses et d’arbres.
Les perroquets ont également accès à un réseau de branches où se trouve une petite
cabane qui leur sert d’abri. Malheureusement, cet enclos est loin de convenir aux besoins
des deux espèces, et compte parmi les plus mauvais du zoo…

MA NOTE : 3/10

16

MANGOUSTE FAUVE
Juste en face de l’enclos précédent se trouve celui des mangoustes fauve (Cynictis
penicillata). Deux individus occupent un petit espace sableux et terreux, visible pardessus un muret et à travers une vitre dans celui-ci. Et même si l’espace est plutôt réduit,
l’aménagement est plutôt bon : rochers, troncs et plantes permettent aux mangoustes de
grimper et de se cacher. Le rendu final est bon, et doit convenir aux deux individus qui
peuplent cet enclos.

MA NOTE : 7/10

17

TORTUE GÉANTE DES SEYCHELLES
En continuant sur son chemin, le long des wallabies et des mangoustes, le visiteur arrive
alors devant un petit enclos herbeux, là aussi totalement encerclable qui abrite le seul
reptile du zoo : une tortue géante des Seychelles (Aldabrachelys gigantea). Planté de
plusieurs arbres qui apportent ombre et fraîcheur à son unique pensionnaire, l’enclos,
bien que n’ayant rien d’exceptionnel et de surface réduite, amène une touche
d’originalité au milieu de tous ces mammifères et oiseaux.

MA NOTE : 6/10

18

PANTHÈRE NOIRE
Après avoir contourné l’enclos de la tortue, le visiteur se retrouve face à l’un des points
de vue de l’enclos des panthères noires (Panthera pardus), que le zoo indique comme
originaires de l’île de Java, en Indonésie. Cet espace, en réalité une volière, est fortement
végétalisé et comporte une petite colline. Les deux individus y vivant sont deux femelles :
une vieille, âgée de 28 ans, et une jeune, âgée de 8 ans.
Malheureusement, la végétation et le relief ne compensent pas la faible superficie de
l’enclos, trop petit pour ces deux grands félins. Et même si le rendu final est plutôt sympa,
la taille moyenne de l’enclos reste le gros défaut de cet espace.

MA NOTE : 7/10

19

MACAQUE BERBÈRE
En remontant depuis les panthères noires jusqu’aux tigres blancs, on débouche sur l’un
des plus mauvais enclos du zoo : celui des macaques berbères (Macaca sylvanus), aussi
appelés magots. En effet, le groupe de 4 individus vit dans un vieil enclos bétonné, qui fait
plus penser à une cage. Quelques branches et cordes viennent agrémenter cet espace,
mais c’est surtout le pop-corn que distribuent les visiteurs (ce qui est pourtant interdit) qui
distrait les singes. Cet enclos est pour moi l’un des plus tristes du zoo.

MA NOTE : 2/10

20

OCELOT
L’enclos suivant, tout proche de celui des magots, abrite une nouvelle espèce de félin :
l’ocelot (Leopardus pardalis). Les deux individus vivent dans une installation identique à
celle des magots, à ceci près que celle des ocelots est herbeuse, et aménagée de
grosses branches et de petites buttes. L’installation est correcte, mais un peu plus
d’aménagement aurait été profitable aux deux ocelots.

MA NOTE : 5/10
J’ai malheureusement oublié de prendre l’enclos des ocelots. Mais pour vous donner une petite
idée, c’est exactement le même que celui des magots, la seule différence étant la présence
d’herbe au sol.

21

LION BLANC
C’est encore une espèce de félin qui nous accueille pour la suite de notre visite ! En effet,
deux lions blancs (Panthera leo krugeri), un frère et une sœur nés à La Flèche il y a 3 ans,
se partagent un enclos herbeux de taille moyenne, aménagé de troncs nus et
partiellement ombragé par la végétation environnante. Visible à travers plusieurs vitres,
l’enclos est bien aménagé, mais là encore de taille trop restreinte pour ces deux fauves.

MA NOTE : 6/10

22

PLAINE AFRICAINE
Après les lions, c’est un autre symbole de l’Afrique qui s’offre au visiteur : la désormais
traditionnelle plaine africaine. Celle de Pessac rassemble 16 animaux de 6 espèces : 3
girafes (Giraffa camelopardis), 1 mâle et 2 femelles, 3 zèbres des plaines (Equus
burchelli), 3 cobes de Lechwe mâles (Kobus leche), 2 autruches femelles (Struthio
camelus), 2 grues couronnées (Balearica pavonina) et 3 pélicans blancs (Pelecanus
onocrotalus). Tous cohabitent sur une grande plaine herbeuse, légèrement vallonnée et
totalement encerclable, qui comporte en son centre une haute mangeoire pour les
girafes. Le gros point négatif ? Il manque un bassin, pour les pélicans notamment. Ceux-ci
ne peuvent pas se baigner, tout comme les grues et cobes qui apprécient l’eau. On peut
également déplorer que les individus soient peu nombreux par espèce. Malgré tout, la
plaine est plutôt belle et spacieuse, ce qui compense son manque de réalisme.

A noter qu’actuellement, les cobes et les zèbres sortent alternativement sur la plaine. En
effet, les cobes sont encore en phase d’acclimatation (de nouveaux individus sont
arrivés récemment), et pour éviter tout conflit avec les zèbres, les soigneurs ont préféré
séparer les deux espèces.

MA NOTE : 7/10

23

24

WATUSI
L’enclos suivant est un petit espace terreux accueillant deux animaux : un très beau
watusi (Bos taurus), bovin domestique d’Afrique, et un cheval (Equus caballus). Les deux
individus sont loin d’être les mieux lotis du zoo : peu voire pas d’ombre, pas d’herbe, et
comme simple aménagement un abri avec du foin et un tronc nu. Cet espace, vestige
de l’ancien enclos des watusis, n’aurait, selon moi, pas dû être utilisé. C’est également
regrettable de laisser ce watusi seul, bien qu’un cheval lui tienne compagnie. Là encore,
c’est du gâchis…

MA NOTE : 1/10

25

GUÉPARD
L’espace suivant est lui de bien meilleure qualité. Il s’agit de l’enclos des guépards
(Acinonyx jubatus). Arrivés en 2012, les deux individus disposent d’un grand espace de
2000 m², vallonné et herbeux, aménagé de nombreux buissons et troncs, ainsi qu’un arbre
couché entier ! Un dispositif pour les faire courir est installé, mais je ne connais pas son
efficacité étant donné que je n’étais pas présent lors de l’animation. Grâce au point de
vue principal, les guépards peuvent observer la plaine africaine, ce qui est troublant
quand on se trouve entre les deux ! Et malgré qu’on puisse une nouvelle fois encercler les
animaux à cause des différents points de vue, cet enclos est parmi les meilleurs du zoo.

MA NOTE : 9/10

26

LOUP DE L’ARCTIQUE
Après avoir observé les guépards, le visiteur peut traverser l’aire de pique-nique,
apercevoir par deux autres points de vue les tigres blancs et les panthères, avant d’arriver
sur la nouveauté 2010 : les loups blancs de l’Arctique (Canis lupus arctos). La meute est
composée de trois vieux loups : Amarok et Nootka, le couple dominant, et Squaw, une
femelle. Ils occupent un territoire très ombragé de 1000 m², agrémenté de nombreux
rochers, branches et arbres, ainsi que d’un bassin. La végétation très présente ainsi que
l’aménagement poussé offrent aux loups un beau cadre de vie. Seul point noir : les
différents points de vue autour de l’enclos, qui donne un sentiment d’encerclement aux
loups et qui les empêche de se cacher.

MA NOTE : 8/10

27

GUANACO ET ÂNE NAIN
Au détour de l’enclos des loups de l’Arctique se trouve un petit enclos abritant deux
espèces d’herbivores : des guanacos (Lama guanicoe) et des ânes nains (Equus asinus).
Les premiers sont représentés par un couple et son dernier jeune, né le 31 juillet, tandis
que les seconds sont représentés par 4 adultes et une jeune ânesse, née le 21 février
dernier. Les deux espèces se partagent un petit enclos terreux et ombragé, coincé entre
la route et les jeux pour enfants. On peut déplorer le manque de place et de relief,
notamment pour les guanacos. Se séparer d’une des deux espèces pourrait être une
bonne idée.

MA NOTE : 2/10

28

MOUTON DU CAMEROUN
Entre les loups de l’Arctique et l’aire de jeux se trouve un autre enclos pour herbivore
domestique : les moutons du Cameroun (Ovis aries). Un bélier et deux brebis se partagent
ce tout petit enclos terreux et partiellement ombragé, ayant pour simple aménagement
quelques rochers et des branches plantées dans le sol. Il est bien dommage que ces
herbivores ne puissent jamais voir un brin d’herbe…

MA NOTE : 1/10

29

ARA MACAO ET ARA CHLOROPTÈRE
Malheureusement, les deux espaces suivants ne sont guère mieux. En effet, sur deux petits
enclos ouverts ronds, totalement identiques, vivent deux espèces de perroquets rémigés :
ara macao (Ara macao) d’un côté, et ara chloroptère (Ara chloroptera) de l’autre. Les
premiers disposent d’un arbre et de branches, tandis que les seconds disposent de
branches, d’un tonneau et d’un « parasol » en brande. Les conditions de vie ne sont
vraiment pas idéales pour ces grands perroquets : ils ne pourront jamais voler ! Hélas,
c’est le cas de tous les oiseaux du zoo…

MA NOTE : 3/10

30

MINI-FERME
Juste derrière les aras se situent le seul enclos de contact du zoo : la mini-ferme. Enfin, elle
n’a de ferme que l’appellation : l’enclos est en fait sableux, et constitué d’un chemin qui
le traverse en longueur. C’est pour les enfants le traditionnel moment de caresser les
chèvres naines (Capra aegagrus hircus) et de rencontrer les quelques poules Sebright
(Gallus gallus domesticus) qui se baladent entre la mini-ferme et le parc australien
mitoyen. Et même si l’enclos est plus que moyen, le moment de rencontre avec les
animaux est toujours apprécié par les plus petits, et parfois même les plus grands !

MA NOTE : 5/10

31

MAKI VARI ROUX
En sortant de la mini-ferme, le visiteur débouche sur petite volière ronde, similaires à celles
des gibbons et des coatis, qui accueille cette fois-ci des lémuriens : les makis vari roux
(Varecia rubra). Les 4 spécimens, 3 adultes et 1 jeune nés le 3 juillet dernier, vivent dans
cet étroit espace, avec comme seuls aménagements des branches et un tas de rochers.
Certes la végétation qui entoure la volière donne un air « plus vert » à cette volière, mais
elle reste totalement inadaptée.

MA NOTE : 1/10

32

PARC AUSTRALIEN
L’espace qui s’offre ensuite au visiteur est des plus classiques en zoo : la plaine
australienne, nommée ici « parc australien ». Il se compose d’un large espace semiherbeux semi-terreux où habitent au moins 5 wallabies de Bennett (Macropus rufogriseus)
et 4 émeus (Dromaius novaehollandiae). Une grande partie ombragée permet aux
animaux de se mettre à l’abri de la lumière. Si l’enclos en lui-même est plutôt bon, un peu
d’aménagement et d’enrichissement aurait été bénéfique, la plaine nue donnant un
rendu négligé.

MA NOTE : 6/10

33

FLAMANT DU CHILI
Tout au bout de cette allée se trouve l’enclos qui autrefois marquait l’entrée du zoo : il
s’agit de celui des flamants du Chili (Phoenicopterus chilensis). L’enclos est de petite
taille, pratiquement totalement ombragé et entouré de bambous. Il est composé d’une
berge en terre et d’un petit bassin peu profond. Mais le plus gros défaut reste la taille du
groupe : seulement 8 individus ! C’est trop peu pour une espèce qui vit en groupe de
plusieurs centaines d’individus dans la nature ! Et même si l’enclos est un écrin d’exotisme,
tout est vu trop petit pour les flamants.

MA NOTE : 4/10

34

LOUTRE NAINE D’ASIE
Une fois arrivé au bout de l’allée, le visiteur fait demi-tour pour revenir au niveau des
pandas roux, puis continue tout droit vers la boutique pour arriver devant les loutres
naines d’Asie (Aonyx cinerea). Un groupe bachelor de 4 loutres, tous de la même famille,
occupent un enclos divisé en deux parties. La première est une berge herbeuse en pente
douce, aménagée avec de nombreux rochers, branches, cachettes et arbustes, ainsi
qu’une petite cascade. La seconde, visible après les chats pêcheurs, est uniquement
constituée d’un bassin, dans lequel les loutres aiment nager et où se déroule le
nourrissage. Et même si celui-ci n’a pas un aspect très naturel, le reste de l’enclos est très
réussi, et offre aux loutres un bel environnement.

MA NOTE : 8/10

35

CHAT PÊCHEUR
Avant de rejoindre le second point de vision des loutres, l’un des plus beaux enclos du
zoo s’offre au visiteur : il s’agit de celui des chats pêcheurs (Prionailurus viverrinus). Le
couple et leur dernier jeune, né le 29 juillet dernier, occupent une belle volière très
végétalisée, aménagée d’un cours d’eau, de nombreuses branches et troncs nus ainsi
que de rochers, qui offrent de multiples cachettes aux félins. Observables à travers des
vitres, ceux-ci semblent bien s’y plaire ! C’est sûrement l’un des enclos les plus réussis du
zoo !

MA NOTE : 9/10

36

MAKI VARI NOIR ET BLANC
Enfin, après avoir peut-être observé le ballet des loutres dans leur bassin, le visiteur peut se
diriger vers la pampa où l’attend le dernier enclos du zoo : la volière des makis vari noir et
blanc (Varecia variegata variegata). Ces derniers partagent provisoirement leur espace
avec un jeune maki vari roux (Varecia rubra), né en 2009 et élevé à la main, avant qu’il
ne rejoigne les siens dans sa volière. Malheureusement, comme ceux-ci, les makis varis
noir et blanc sont très mal logés : une énième petite volière ronde pauvre en
aménagement. C’est une nouvelle fois inadapté, et c’est bien dommage de terminer la
visite sur un mauvais point…

MA NOTE : 1/10

Le visiteur a maintenant vu tous les animaux du zoo. Il peut désormais contourner la
pampa ou revenir sur ses pas pour regagner la sortie en passant par la boutique et
l’étang des oiseaux.

37

CONCLUSION
Le Zoo de Pessac est un parc qui a su, à travers de nouveaux enclos, se renouveler et
renaître de ses cendres. Malheureusement, il existe encore un contraste trop fort entre les
meilleurs et les pires enclos, et certaines décisions restent à mon sens incompréhensible
(garder les gibbons, petit enclos des lynx, watusi solitaire…). Et même si le spectacle des
perroquets et la présence d’individus mélaniques et leucistiques, il reste un parc
agréable, très végétalisé, qui reflète bien la diversité animale, et dans lequel il fait bon se
promener.

MA NOTE SUR LE ZOO : 7/10

LES POINTS NÉGATIFS
-

Les anciennes et hideuses volières rondes des coatis, gibbons et makis, ainsi que les
autres enclos ancien (serval, guanacos…) indignes des zoos modernes
La petitesse de la plupart des enclos (lynx, panthère…) et le fait de pouvoir les
entourer
Les incohérences de présentation : animaux de la pampa, wallabies/gris du Gabon,
mini-ferme sableuse, petit groupe de flamant, perroquets éjointés

LES POINTS POSITIFS
-

Les enclos récents : chats pêcheurs, pandas roux, chiens de prairie, loups de
l’arctique, guépards, loutres…
Le cadre du zoo : beaucoup de végétation, allées en substrat…

5 ESPÈCES CARACTÉRISTIQUES

Panda roux

Chat pêcheur

Loup de
l’Arctique

Guépard

Tigre blanc

38


Aperçu du document Compte-rendu Zoo de Pessac.pdf - page 1/38
 
Compte-rendu Zoo de Pessac.pdf - page 2/38
Compte-rendu Zoo de Pessac.pdf - page 3/38
Compte-rendu Zoo de Pessac.pdf - page 4/38
Compte-rendu Zoo de Pessac.pdf - page 5/38
Compte-rendu Zoo de Pessac.pdf - page 6/38
 




Télécharger le fichier (PDF)


Compte-rendu Zoo de Pessac.pdf (PDF, 13.5 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


compte rendu zoo de pessac
dossier de presse 2013peaugres 1
brochure professionnels du tourisme 2016
journal 10
relation 20homme 20chien 20nouvelles 20hypoth c3 a8ses
le puy du fou 2014

Sur le même sujet..