Lettre au noms de toute l'Europe .pdf


Nom original: Lettre au noms de toute l'Europe.pdf
Auteur: Krys

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft® Office Word 2007, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 28/09/2013 à 17:57, depuis l'adresse IP 90.52.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 845 fois.
Taille du document: 214 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Nous, citoyens Français et européens, rédigeons cette lettre-pétition pour vous faire part de
notre indignation et de notre révolte face à l’adoption de ce décret autorisant le massacre des chiens
errants de Roumanie.
La surpopulation canine existe depuis le début des années 80, causant de multiples problèmes au
peuple Roumain mais n’a jamais été traitée par des solutions adaptées.
Seule l’extermination a été mise en place :
Ainsi, ANIMAL PEOPLE écrit dans sa parution de Janvier 2002 :
« Les données fournies par notre correspondant indépendant et ancien bénévole de la clinique de
stérilisation de Bucarest , Chuck TODAR, indique que les équipes de « tueurs » déployés par le maire
de Bucarest », Traian BASESCU, ont tué plus de 50000 chiens en Janvier 2002.
En Novembre 2001, le gouvernement national Roumain a promulgué une loi obligeant les
départements de contrôle des animaux à garder les chiens pendant une période de 7 jours pour
permettre leur réclamation avant de les tuer. De plus, ces chiens ne devaient être tués « QUE » par
injection et « NON PAS » en utilisant des méthodes d’empoisonnement et de matraquage.
Ignorant cette loi, les pouvoirs publics de BASESCU pratiquent toujours l’éradication de
masse. Le nombre d’abattages a doublé et, est passé à 500 chiens par jour puisque la fourrière de
CIASNA a ré-ouvert ses portes, « après une fermeture temporaire » suite à un reportage de la
télévision locale montrant le personnel tuant les chiens avec les mains et les pieds, rapporté par
TODARO le 31 Janvier 2002 ».
Nous, peuple Européen, sommes soumis à une convention appelée « Convention Européenne
pour la protection des animaux de compagnie ». La Roumanie, faisant également partie de cette
union, elle doit la respecter.
Par ailleurs, à travers une participation financière accordée par l’Etat Français, et d’autres membres de
l’Union Européenne, nous avions tenté d’aider la Roumanie à trouver des solutions acceptables.
La Fondation Brigitte BARDOT avait à l’époque proposé son aide. Aujourd’hui elle s’indigne contre
ce massacre barbare auprès du président du Conseil Européen et nous joignons notre voix à la sienne :
« En 2000, Traian BASESCU a mis en échec notre programme de stérilisation des chiens de
Bucarest, il est donc aujourd’hui responsable de la prolifération des chiens et des accidents qui en
découlent. Ce tyran ne pense qu’à tuer et je condamne sa politique dictatoriale, indigne d’un Etat
membre de l’Union Européenne. Nous n’avons pas le droit moral de laisser ce génocide animalier
se perpétrer sous nos yeux, on se croirait revenu sous Ceausescu. Je lance un ultime appel, non pas
au Président/dictateur mais aux parlementaires et sénateurs qui peuvent encore faire annuler,
avant sa promulgation, cette loi arbitraire. Il serait scandaleux, injuste, de condamner à mort tous
les chiens innocents pour un accident isolé, dont on ignore toujours les circonstances réelles".
En 2011 déjà, la Cour Européenne des Droits de l’homme avait condamné la Roumanie pour
l’insuffisance des mesures prises pour traiter le problème des chiens errants.
Nous, en tant que peuple de l’Union Européenne, demandons aujourd’hui des comptes à la
Roumanie car comme le stipule le rapport final de la DG SANCO sur l’audit réalisé en Roumanie du

21 au 25 Mai 2012, pour évaluer la mise en œuvre du programme d’éradication de la rage, il apparait
que ce programme a été financé par des fonds européens…
Où est l’utilité d’utiliser ces fonds pour faire vacciner et stériliser des milliers de chiens pour
ensuite, tous les faire massacrer ?
Nous vous demandons donc d’user de votre pouvoir et de toute votre influence pour nous aider
à stopper ce génocide canin en mettant en place, comme l’ont proposé certains pays et associations de
protection des animaux, de vastes campagnes de stérilisation et de vaccinations.
Comme le dit Madame Brigitte BARDOT, dans sa lettre du 13/09/2013 adressée au Président
du conseil Européen à Bruxelles, : « se taire c’est être complice, alors nous comptons sur votre
intervention et votre « humanité », car si la Roumanie rejette les bases éthiques d’une Union
Européenne progressive, ce pays n’est pas digne d’en faire parti ».
Nous sommes très nombreux à compter sur une réaction positive et décisive de votre part, il en
va de la vie de millions de chiens ainsi que de l’opinion de millions d’européens envers la Roumanie.
"On note la grandeur d'une nation à la façon dont elle traite ses animaux " disait Gandhi .
Recevez, avec nos remerciements anticipés, l’expression de nos plus respectueuses salutations.

NOM / Prénom

Profession

Adresse

Pays

Signature

NOM / Prénom

Profession

Adresse

Pays

Signature


Aperçu du document Lettre au noms de toute l'Europe.pdf - page 1/3

Aperçu du document Lettre au noms de toute l'Europe.pdf - page 2/3

Aperçu du document Lettre au noms de toute l'Europe.pdf - page 3/3




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00194006.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.