Discours d'un fou .pdf



Nom original: Discours d'un fou.pdf
Titre: Microsoft Word - Discours d'un fou...Résumé, Note d'intention, fiche tech..docx
Auteur: Thierry Tsiba Koutouma

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Adobe Acrobat 8.0 Combine Files / Adobe Acrobat 8.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 18/10/2013 à 12:32, depuis l'adresse IP 41.76.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 767 fois.
Taille du document: 886 Ko (8 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


                                                             

 
D’Arsène  Fortuné  BATEZA  

 

Idée  générale  :  
 
Le   discours   d’un   africain   peu   ordinaire   sur   les   indépendances   africaines,   qui  
selon   lui   ne   sont   qu’un   leurre.   D’après   lui,     après   cinquante   années  
d’indépendance,   l’Afrique   –   Et   ce   malgré   les   élogieux   discours   d’hommes  
politiques   -­‐   reste   totalement   dépendante     de   l’Europe,   à   tous   les   niveaux,   ou  
presque…  
Avec  sa  culture  générale  à  la  limite  de  sa  folie,  et  sa  fougue  très  au  dessus  de  la  
moyenne,   l’homme   nous   fait   comprendre   la   relation   dessus-­‐dessous   entre  
l’Europe  et  l’Afrique.  
 
 

                                                             

Note  d’intention.  
 

L’idée  d’écrire  ce  texte  est  venu  d’un  constat  sur  la  condition  générale  de  l’Afrique  50  ans  
après   les   indépendances.   Une   Afrique   qui   –   malgré   les   élogieux   et   alléchants   discours  
d’éminentes   personnalités   de   l’histoire   -­‐   est   restée   en   marge   des   grands   progrès  
scientifiques  et  technologiques  de  l’humanité.  
En   écrivant   ce   texte   et   en   le   jouant,   je   veux   ressortir   le   désespoir   dans   lequel   l’Afrique   se  
trouve,  sa  relation  avec  l’Europe.  Le  sujet  est  traité  avec  humour,  puisque  cette  dernière  a  le  
génie  d’atténuer  les  maux  dont  les  hommes  souffrent.    
Sans   avoir   la   prétention   de   rappeler   aux   gens   le   fameux   discours   du   président   français  
Nicolas  Sarkozy  à  Dakar,  dans  lequel  il  dit  que  «  l’Afrique  a  sa  part  de  responsabilité  dans  son  
propre   malheur.  »   Ou   encore   «Le   drame   de   l’Afrique,   c’est   que   l’homme   africain   n’est   pas  
assez  entré  dans  l’histoire…  Le  problème  de  l’Afrique,  et  permettez  à  un  ami  de  l’Afrique  de  le  
dire,  il  est  là.  Le  défi  de  l’Afrique,  c’est  de  rentrer  d’avantage  dans  l’histoire.  »,  Ni  même  de  
replonger  le  public  dans  l’univers  de  Jean  Marie  Adjaffi  dans  son  roman    La  carte  d’identité,  
je  veux  juste  à  travers  un  fou,  faire  rire  mon  auditoire  en  rappelant  à  l’africain  la  léthargie  
dans  laquelle  il  baigne,  et  qu’il  a  une  identité  à  conquérir.    
Déjà  soulignons  qu’Alain  Mabanckou  dans  une  interview  accordée  après  la  parution  de  son  
essai  :   «  Le   sanglot   de   l’homme   noir  »   où   il   dit   que   l’assistance   n’est   que   le   prolongement  
subreptice  de  l’asservissement,  affirme  que  «  l’aide   arrive  rarement  à  ceux  qui  en  ont  le  plus  
besoin,   et   c’est   par   le   biais   de   l’assistance   que   les   anciens   colonisateurs   tiennent   les   États  
africains.  En  ce  sens,  nous  sommes  dans  une  colonisation  déguisée.  On  a  même  l’impression  
que   c’est   l’Occident   qui   choisit   les   présidents   africains   et   décide   de   les   décapiter   lorsque  
ceux-­‐ci   essayent   d’installer   une   rupture.   Dans   ces   conditions,   les   indépendances   africaines  
ne  sont  qu’un  mot  vide  de  sens.  »  
A  travers  un  fou,  tout  simplement  parce  que  dans  cette  dimension  le  personnage  est  libre  de  
dire   ce   qu’il   pense   sans   aucune   limite.   Cette   dimension   de   l’homme   où   son   libre   arbitre  
dépasse   les   limites   de   la   censure.   D’ailleurs   l’écrivain   congolais   Paterne   Boungou   le   dit   si  
bien  dans  son  roman  La  danse  du  nombril  :  «La  folie  est  une  plaque  tournante…  en  chacun  de  
nous  sommeille  un  fou.  On  est  tous  des  fous  qui  s’ignorent…  »  

 
 
Arsène  Fortuné  BATEZA.  
 

 

                                                             

 
Fiche  technique  
 

Texte  de  :  Arsène  Fortuné  BATEZA  
Mise  en  scène  :  A.  Fortuné  BATEZA  
Genre  :  Comédie  –  Humour  
Durée  :  01  H  15mn.  
Nombre  de  comédien  :  01.  
Régie  Lumières  :  Victor  Mbila-­‐Mpassi  Lamy  
Régie  son  et  plateau  :  Espin  BAMBI  
 
Dimension  plateau.  
Ouverture  :  08  mètres  (mini)  10  mètres  (maxi)  
Profondeur  minimum  :  06  mètres  
Hauteur  minimum  :  05  mètres  
Décor  :    
Un  pied  avec  des  micros.  
Poids  du  décor  :  10  kg.  
Montage  du  décor  :  30  minutes.  
Démontage  :  10  minutes  

VENDREDI 6 SEPTEMBRE - 19H00
entrée 1000 | 2000 FCFA

COMÉDIE

DISCOURS D’UN FOU SUR
LES INDÉPENDANCES
Fortuné Batéza dans un show humoristique aux allures d’autopsie ! Le sujet : l’Afrique après 50 ans d’indépendance.
Explosif à souhait !

MINISTÈRE
DES
AFFAIRES ÉTRANGÈRES
ET EUROPÉENNES

Bulletin-Théâtre
Jeudi 18 Avril 2013 à 07:00:00
dbdk12228
(Congo-Kinshassa)

Humour : Fortuné Bateza lance sa nouvelle pièce sur les planches de Wallonie-Bruxelles
Les habitués de la salle Brel entendaient avec délices Le « Discours d'un fou sur les
indépendances » que leur délivrait en premier jeudi le comédien brazzavillois qui signait là sa
seconde scène kinoise après le Festival Toseka.
Dès les premiers instants de son apparition sur les planches, le comédien annonçait les couleurs avec « vaut mieux un
fou qui sait qu'il est fou que ces fous qui nous entourent dans les administrations, les bureaux et les marchés ». Avec
cette sentence dont l'office était de compléter la présentation de ce curieux personnage dont la mise vestimentaire
semblait un détail à ne pas négliger, le spectacle promettait d'être bien croustillant.
Le public dont le « fou » avait tout de suite allumé l'enthousiasme ne manquait pas une occasion de rire de ses propos.
L'art de la dérision à portée de main quitte à évoquer de façon simultanée les aspects plaisants et/ou insolites des
réalités africaines tant sur le plan socioéconomique que politique calquées sur le modèle occidental, une sauce qui
n'avait aucun mal à prendre. Du tout Bateza ! Hétéroclite, composée de « blancs » et de « noirs », ceux-là même qui
trouvent place dans son discours, l'assistance restait suspendue aux lèvres du « fou ».
Alors qu'il se montre intraitable avec son continent, l'Afrique, le « fou » ne fait pas non plus de quartier à l'Occident
dont il fustige le comportement vis-à-vis de « sa sœur » qu'il traite trop souvent avec très peu d'égard, se désole-t-il.
Servi de manière subtile, le discours qui de la sorte n'est pas hyper caustique a l'art d'amuser. Et comme « le fou ne se
permet aucune censure », dit dans sa note d'intention Fortuné, tout passe. Mieux, il ajoute avec malice : « Le fou va
au-delà de toute censure ».
Jeu de mots et hyperboles se succèdent, un exemple pour le moins éloquent de cette assimilation qu'il décrie
par moments en pointant du doigt ses revers. Ces subtilités de langage n'échappent pas au public et donc au
comédien de se réjouir d'avoir fait mouche. Détail qu'il n'a pu s'empêcher de faire part aux Dépêches de
Brazzaville : « Le public de Kinshasa est très chaleureux. Il était au rendez-vous et j'espère qu'il s'est bien régalé».
Dommage tout de même que pour un spectacle de pareille facture la salle Brel était au tiers vide. Le show servi, du pur
délire méritait de connaître une plus grande affluence. Également à l'affiche cette soirée de vendredi au Tarmac des
auteurs, on espère qu'il aura meilleure audience vu qu'il a tout pour plaîre. Mais qu'à cela ne tienne, Bateza n'en a pas
fini avec la capitale voisine de la sienne qu'il a en forte sympathie. « Je lui promets de bonnes choses », nous a-t-il dit
parlant avec déférence de Kinshasa. L'on sait déjà qu'avec le concours de l'ASBL Masano dont Clovis Sombete assure la
coordination, il est prêt à y revenir « bientôt ». Même s'il affirme qu'il n'y a pas encore de « date fixée » mais ce sera
dans quelques jours.
« Discours d'un fou sur les indépendances » dont le texte et la mise en scène sont signés Arsène Fortuné Bateza est un
stand up d'une heure. Nouvelle création en date dont il a offert la primeur à Kinshasa avec sa grande première du 17
avril à Wallonie-Bruxelles est appelée à « évoluer avec l'actualité ». Le comédien nous a prévenu à cet effet que « deux
ou trois questions peuvent s'ajouter au gré de l'actualité ».
Nioni Masela
Photo 1 : Le « Discours d'un fou sur les indépendances »
Photo 2 : Le fou délaissant la tribune le temps de quelques confidences au public

Siège: Les Manguiers, 84 avenue Denis Sassou N'Guesso, Brazzaville, République du Congo - Bureaux en Europe: 38 rue Vaneau,
Paris 7ème, France - Bureaux aux Etats-Unis : 1250 24th Street, Washington DC 20037 - Tél. : + 33 (1) 45 51 09 80 - Fax : + 33 (1) 45
51 03 06 - Site Internet : www.brazzaville-adiac.com - E.mail : redaction@brazzaville-adiac.com

 



Documents similaires


discours d un fou
independance et contestations de l ordre mondial
dictionn de novlangue 1
268015343 journal de l afrique 11
le tsunami de la jeunesse africaine
aaf a gsac


Sur le même sujet..