Planifer sa maitrise .pdf



Nom original: Planifer sa maitrise.pdfTitre: Microsoft Word - Planifer sa maa_trise.docxAuteur: François Cooren

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.5.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 18/10/2013 à 22:58, depuis l'adresse IP 132.204.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 666 fois.
Taille du document: 92 Ko (7 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


CAPSULES
D’INFORMATION
PRATIQUES

Planifier
sa
maîtrise

Qui
est

admissible?



N’importe
qui
peut
faire
une
maîtrise.
Cela
n’a
rien
à
voir
avec
l’intelligence
:
il

faut
seulement
être
organisé.
Plus
on
lit,
plus
on
réfléchit,
plus
on
devient

intelligent.
Gardez
en
tête
que
vous
suivez
une
formation
pour
vous
améliorer,

pas
pour
devenir
prétentieux
nécessairement.
Le
principal
défi,
c’est
d’être

financé
pour
ses
études.


Les
objectifs











La
maîtrise
est
une
étape
intermédiaire
entre
le
baccalauréat
et
le
doctorat.
Pour

les
étudiants
qui
veulent
devenir
professeurs
à
l’université,
ce
n’est
pas
une
fin

en
soi,
mais
un
moyen.
Le
mémoire
ne
demande
pas
de
faire
une
contribution

grandiose,
mais
de
maîtriser
une
approche
théorique
et
d’adopter
une
démarche

méthodologique
rigoureuse.
La
contribution
de
l’étudiant
ne
sera
probablement

pas
exploitée
pour
des
publications.

Pour
ceux
qui
veulent
améliorer
leur
carrière
professionnelle,
elle
ne
fournit

aucun
avantage
concurrentiel
pour
l’embauche.
Par
contre,
elle
développe
les

compétences
analytiques
et
rend
les
candidats
plus
compétitifs,
plus
articulés,

leur
permettant
ainsi
d’accéder
à
des
emplois
et
des
postes
plus
stratégiques.
Un

diplômé
de
la
maitrise
appliquera
pour
des
postes
de
directeur
des

communications
pour
de
grandes
institutions
comme
Hydro‐Québec
ou
Radio‐
Canada,
par
exemple.

Si
l’on
veut
aller
sur
le
marché
professionnel
après
avoir
complété
des
études

aux
cycles
supérieurs,
on
recommande
de
faire
un
travail
dirigé
ou
un
mémoire

avec
stage
plutôt
qu’un
mémoire
avec
essai.
Ceci
paraitra
mieux
sur
le
CV,
et

pourra
faire
valoir
cette
formation
à
titre
d’expérience
professionnelle.

Le
terrain
de
recherche
offre
l’occasion
d’entrer
en
contact
avec
un
employeur,

de
l’intéresser,
de
faire
valoir
sa
propre
personne.
Vous
pouvez
toujours

proposer
aux
participants
de
votre
recherche
un
quelconque
partenariat

(financier
ou
autre).
Rendez
votre
démarche
pertinente
pour
votre
parcours

professionnel.
Considérez
également
la
recherche‐action,
d’offrir
vos
services

comme
consultant.

La
maîtrise
est
un
défi
personnel.
On
ne
fait
pas
de
maîtrise
pour
plaire
à

quelqu’un.


Les
étapes
(2
ans)







Les
demandes
de
bourse

Faire
une
demande
d’application

L’acceptation
du
dossier

Le
choix
du
directeur
de
la
recherche

Suivre
les
cours
obligatoires


Étudiants
aux
cycles
supérieurs
en
communication


à
l’Université
de
Montréal



Pascal
Gagné©


CAPSULES
D’INFORMATION
PRATIQUES










Le
projet
de
mémoire

Le
dépôt
du
projet
de
mémoire

L’enregistrement
du
sujet
de
mémoire

Le
certificat
éthique

Le
terrain
de
recherche

La
rédaction

Le
dépôt
du
mémoire

L’évaluation
du
mémoire


1. Les
demandes
de
bourse
(Septembre­Octobre)






Les
étudiants
qui
ont
une
moyenne
élevée
au
baccalauréat
peuvent
faire
une

demande
de
bourse
pour
le
Conseil
de
recherche
en
sciences
humaines
(CRSH)

et
le
Fond
québécois
de
recherche
en
sciences
humaines
(FQRSC).
Il
faut

appliquer
un
an
à
l’avance.
Pour
la
maîtrise,
ces
bourses
sont
valables
pour
une

année
durant
et
ne
sont
pas
renouvelables.

Le
texte
de
votre
demande
de
bourse
pourra
être
réutilisé
pour
votre
demande

d’application
à
la
maîtrise.

Si
vous
appliquez
pour
une
demande
de
bourse
CRSH
ou
FQRSC
pour
la
première

année
de
votre
maitrise,
il
faudra
approcher
votre
directeur
de
recherche
dès
la

troisième
année
du
baccalauréat.
Il
ne
vous
fera
probablement
pas
de
lettre
de

recommandation,
par
contre.
Il
confirmera
néanmoins
le
sérieux
de
votre

démarche
auprès
de
ses
collègues
siégeant
sur
le
comité
d’évaluation
de
votre

demande.


2. Faire
une
demande
d’application
(Décembre­Janvier)









Le
formulaire
d’application
départemental

Le
formulaire
d’application
à
l’Université
de
Montréal

Une
esquisse
du
projet
de
mémoire
de
5
pages

Un
court
texte
de
200
mots
sur
une
thématique
reliée
au
domaine
des

communications
(du
genre
:
«
la
communication,
ce
n’est
pas
de
l’information
»)

2
lettres
de
recommandations

Des
relevés
de
notes
officiels
(c'est‐à‐dire,
des
copies
imprimées
et
étampées
par

le
bureau
du
registraire
moyennant
6$,
et
non
pas
une
photocopie).

Le
tout
remis
à
la
technicienne
de
gestion
des
dossiers
du
Département.


3. L’acceptation
du
dossier
(Mars)




Deux
bourses
d’excellence
à
l’entrée
sont
remises
aux
meilleurs
candidats.

Un
atout
pour
se
qualifier
pour
ses
bourses
:
avoir
un
directeur
en
tête
pour
le

projet
de
mémoire,
et
l’avoir
contacté
préalablement;
rédiger
une
esquisse
de

projet
de
mémoire
qui
se
démarque
par
sa
rigueur.


Étudiants
aux
cycles
supérieurs
en
communication


à
l’Université
de
Montréal



Pascal
Gagné©


CAPSULES
D’INFORMATION
PRATIQUES

4. Le
choix
du
directeur
de
la
recherche
(Mai)















Vous
pouvez
choisir
un
directeur
de
recherche
très
tôt
dans
votre
démarche,

mais
cela
ne
sera
officiel
que
lorsque
vous
aurez
signé
le
formulaire
en
question

(enregistrement
du
choix
du
directeur
de
la
recherche).
Ne
le
signez
pas
trop

rapidement.

Votre
directeur
doit
être
sympathique.
Vous
allez
travailler
avec
cette
personne

pendant
2
ans
:
assurez‐vous
de
bien
vous
entendre
avant
de
vous
engager,
que

le
courant
passe
bien.
Toutefois,
il
faut
aussi
être
ouvert
d’esprit
et
accepter
la

critique.

Choisissez
une
personne
que
vous
trouvez
admirable
selon
vos
critères

personnels
:
intelligence,
pertinence
de
la
recherche,
accomplissement

professionnel,
grande
humanité,
etc.

Lisez
les
recherches
du
professeur
qui
vous
intéresse
avant
de
rentrer
en
contact

avec
lui.

Idéalement,
vos
intérêts
de
recherche
devraient
coïncider
avec
ceux
du

professeur
qui
vous
intéresse,
mais
cela
n’est
pas
obligatoire.
Ceci
aura
un

impact
sur
le
type
de
commentaires
que
ce
professeur
peut
émettre
sur
vos

textes.
Par
exemple,
en
caricaturant
quelque
peu,
si
votre
professeur
est

féministe,
il
ou
elle
vous
rappellera
constamment
les
enjeux
de
pouvoir
relatifs
à

votre
recherche;
si
votre
professeur
est
un
positiviste,
il
sera
très
peu
réceptif
à

une
démarche
exploratoire
et
discréditera
les
auteurs
philosophiques
ou
post‐
modernes.

Idéalement,
l’étudiant
travaillera
comme
auxiliaire
de
recherche
pour
son

directeur
durant
son
premier
été.
Ensuite,
il
sera
auxiliaire
d’enseignement
pour

ses
cours.
De
manière
générale,
quand
on
professeur
vous
offre
de
travailler

pour
lui
comme
auxiliaire
d’enseignement
ou
de
recherche,
il
désire
être
le

directeur
de
votre
mémoire.

Les
professeurs
ont
des
sabbatiques
tous
les
quatre
ans.
Ils
sont
alors

indisponibles
pendant
6
mois.
D’autres
professeurs
ou
collègues
peuvent
alors

répondre
à
vos
questions.
S’il
est
gentil,
votre
directeur
vous
supervisera
tout
de

même
durant
sa
sabbatique,
du
moins,
s’il
reste
au
Québec
(ce
qui
est
rarement

le
cas).
L’important,
c’est
que
votre
professeur
ne
prenne
pas
sa
sabbatique

pendant
votre
période
de
rédaction.
Néanmoins,
discutez‐en
avec
lui
avant
de

prendre
une
décision.
Dans
la
plupart
des
cas,
il
sera
surement
disponible
pour

vous
aider
ou
vous
diriger.

Votre
relation
avec
un
directeur,
c’est
un
partenariat;
ce
n’est
pas
un
mariage.
En

tous
cas
de
différend
(harcèlement
sexuel,
conflit
interpersonnel,
indifférence
à

l’égard
du
projet
de
l’étudiant,
négligence
et
manque
de
respect,
etc.),
il
est

possible
de
changer
de
directeur
:
vous
voulez
finir
votre
mémoire
à
tout
prix.

Prenez
les
décisions
en
conséquence.


Étudiants
aux
cycles
supérieurs
en
communication


à
l’Université
de
Montréal



Pascal
Gagné©


CAPSULES
D’INFORMATION
PRATIQUES

5. Les
cours
obligatoires
(Septembre­Mai)









Le
directeur
de
mémoire
(ou
le
directeur
du
programme)
conseille
l’étudiant

dans
le
choix
de
ses
cours.
Il
faut
avoir
une
idée
générale
du
type
de
projet
qu’on

veut
faire,
et
choisir
les
cours
en
fonction
de
ce
qu’ils
pourront
apporter
à
la

problématique
du
mémoire.
Par
exemple,
si
on
fait
son
mémoire
sur
les

nouvelles
technologies,
il
ne
sert
à
rien
de
suivre
un
cours
sur
les
organisations.
Il

faut
lire
les
plans
de
cours
du
programme
avant
de
faire
un
choix.
Gardez
en
tête

que
les
références
du
cours
seront
probablement
des
références
que
vous

voudrez
citer
dans
votre
cadre
théorique
plus
tard.

Si
vous
voulez
aller
au
doctorat,
il
est
impératif
que
vous
obteniez
une
excellente

moyenne.
Une
bonne
moyenne
à
la
maîtrise
et
au
doctorat,
c’est
A.

Vous
travaux
ne
sont
pas
intrinsèquement
bons
ou
mauvais
:
ils
doivent

correspondre
aux
standards
d’excellence
des
professeurs
qui
vous
évaluent.

C’est
crucial!
Assurez‐vous
que
ceux‐ci
explicitent
leurs
critères
de
corrections;

qu’ils
vous
expliquent,
dès
le
premier
travail,
quel
critère
vous
avez
satisfait
ou

non;
et
enfin,
que
vous
compreniez
comment
satisfaire
ces
critères
lors
de
votre

prochain
travail.
Demandez
à
vos
évaluateurs
des
exemples
de
travaux
qui

satisfont
leurs
critères
d’excellence.
Ainsi,
vous
pourrez
parfaire
votre
écriture,

adopter
un
discours
conséquent,
soigner
votre
style
d’écriture
et
opter
pour
un

type
de
raisonnement
qui
leur
convient
(inférence,
déduction,
etc.).

Si
vous
obtenez
une
mauvaise
note
lors
d’une
évaluation
(un
C,
par
exemple),

essayez
de
vous
entendre
avec
le
professeur
pour
reprendre
ce
travail.

Pour
toute
situation
difficile,
rappelez‐vous
que
les
professeurs
sont
humains

eux
aussi
:
ils
peuvent
comprendre
que
vous
vivez
une
situation
difficile.
C’est
du

cas
par
cas.


6. Le
projet
de
mémoire
(Juillet­Août)








Le
séminaire
d’encadrement
vise
à
déposer
le
projet
de
mémoire.

Avant
de
le
commencer
les
rencontres,
votre
directeur
exigera
une

problématique
de
5
pages
de
vous
afin
de
préciser
votre
pensée.
Forcez‐vous
:
le

meilleur
que
sera
ce
texte,
le
mieux
sera
votre
encadrement.
Ne
vous
inquiétez

pas
trop,
votre
réflexion
pourra
changer
en
cours
de
route.
Soyez
néanmoins

sérieux
dans
votre
démarche.


Enregistrez
vos
rencontres
avec
votre
professeur.
Prenez
des
notes
au
fur
et


À
mesure.
Faites
un
compte‐rendu
de
chaque
rencontre,
et
envoyez‐les
à
votre

directeur.
Ceci
mettra
au
clair
ce
que
vous
avez
dit
et
fait.
Enfin,
relisez
ces

comptes‐rendus
avant
chaque
rencontre
et
assurez‐vous
d’avoir
accomplit

toutes
les
tâches
bien
concrètes
qui
vous
ont
été
assignées.
Ainsi,
vous
éviterez

de
vous
répéter
lors
de
vos
rencontres
et
de
tourner
en
rond;
vous
pourrez

également
suivre
l’évolution
de
votre
démarche.

Faites
des
fiches
de
lecture
(points
importants,
citations
intéressantes,
idées

générales
qui
vous
viennent
à
l’esprit).
Envoyez
ces
fiches
de
lecture
à
votre

directeur
après
chaque
rencontre.
Celui‐ci
pourra
corriger
l’interprétation
que


Étudiants
aux
cycles
supérieurs
en
communication


à
l’Université
de
Montréal



Pascal
Gagné©


CAPSULES
D’INFORMATION
PRATIQUES





vous
faîtes
de
ces
textes
et
vous
suggérer
d’autres
lectures
sur
la
base
de
vos

notes.

Un
projet
de
mémoire
peut
avoir
plusieurs
objectifs
:
développer
le
cadre

théorique,
préparer
la
méthodologie
du
terrain,
élaborer
un
design
de
recherche

ou
encore
établir
un
échéancier
du
programme
de
la
recherche.
Vérifiez
auprès

de
votre
directeur
de
recherche
comment
celui‐ci
voit
cette
entreprise.


Le
projet
de
mémoire
doit
faire
une
quinzaine
de
pages
environ.


7. Le
dépôt
du
projet
de
mémoire
(Septembre)






C’est
votre
directeur
de
recherche
qui
décide
quand
le
projet
est
prêt
à
être

déposé.
Il
choisira
aussi
pour
vous
le
comité
qui
l’évaluera.
Deux
autres

professeurs
le
liront
et
l’annoteront.
Si
votre
directeur
approuve
le
dépôt
de

votre
mémoire,
vous
aurez
probablement
peu
de
commentaires.
On
ne
dépose

pas
son
projet
de
mémoire
sans
l’accord
de
son
directeur.


Demandez
à
rencontrer
les
professeurs
siégeant
sur
votre
comité

immédiatement
après
l’évaluation
de
votre
projet.
Ces
professeurs
pourront

vous
commenter
votre
projet
à
voix
haute.

Lorsqu’on
dépose
le
projet
de
mémoire,
on
dépose
également
:

o 
le
formulaire
d’enregistrement
du
sujet
de
mémoire


o les
formulaires
relatifs
à
l’obtention
du
certificat
d’éthique.


8. Le
certificat
d’éthique
(Septembre)







Si
vous
faites
de
la
recherche
documentaire,
si
votre
contribution
consiste
en

une
réflexion
philosophique,
et
que
vous
n’avez
pas
de
sujets
humains,
vous
ne

souffrirez
pas
d’avoir
à
obtenir
un
certificat
d’éthique
pour
la
rédaction
de
votre

mémoire.
Ceci
peut
être
une
alternative
en
cas
de
drame
:
prévoyez
des

alternatives
au
cas
où
vous
ne
respectez
pas
l’échéancier
que
vous
vous
êtes

fixé,
au
cas
où
l’expérience
de
votre
terrain
de
recherche
tourne
au
vinaigre.

Si
votre
recherche
implique
des
participants
humains,
vous
rédigerez
trois

documents
pour
obtenir
un
certificat
d’éthique:


o un
questionnaire
d’évaluation
éthique
du
projet
(c’est
un
formulaire

modèle
que
vous
adaptez
à
votre
recherche)

o un
formulaire
de
consentement
pour
les
participants
de
votre
recherche

o un
résumé
du
projet
de
recherche
(2
pages).

Il
faut
avoir
le
certificat
d’éthique
avant
de
pouvoir
commencer
le
terrain
de

recherche.
Cela
peut
prendre
autour
de
2
mois
avant
de
l’avoir,
et
même
jusqu’à

8
mois
dans
le
pire
des
cas.
Il
faut
faire
des
suivis
à
ce
sujet!
Soyez
pro‐actifs!
Un

certificat
d’éthique,
c’est
un
document
hyper
crucial
afin
de
vous
donner
de
la

crédibilité
et
vous
protéger
légalement.


9. L’application
au
doctorat
(Octobre)



Si
vous
voulez
appliquer
au
doctorat
au
Canada,
il
faut
prévoir
une
période
de

travail
d’environ
un
mois
pour
rédiger
les
formulaires
d’application
et
appliquer


Étudiants
aux
cycles
supérieurs
en
communication


à
l’Université
de
Montréal



Pascal
Gagné©


CAPSULES
D’INFORMATION
PRATIQUES

pour
les
demandes
de
bourses
nécessaires.
Si
vous
appliquez
ailleurs,
c’est
une

période
de
4
à
6
mois.


10.





Votre
problématique
peut
changer
en
cours
de
route.
Vous
avez
le
contrôle
sur

votre
théorique
et
votre
chapitre
de
méthodologie.
Par
contre,
vous
n’avez
pas

de
contrôle
sur
vos
participants.
Souvenez‐vous
que
ce
sont
eux
qui
ont
le

dernier
mot,
et
que
leur
participation
à
votre
recherche
nourrit
votre
démarche

intellectuelle.
Si
vous
n’arrivez
pas
à
entrer
en
contact
avec
eux
ou
à
mener
votre

recherche
à
terme,
essayez
autre
chose.
Un
terrain,
c’est
un
terrain
:
il
vaut

mieux
avoir
accès
à
des
données

plutôt
«ordinaires
»
que
de
contacter
des
gens

super
importants,
mais
n’avoir
rien
à
leur
dire
ou
devoir
attendre
6
mois
avant

de
les
interviewer.

Expliquez
votre
projet
clairement
à
ceux
que
vous
voulez
étudier.
Faites
valoir
les

avantages
dont
ils
pourront
avoir
à
collaborer
avec
vous.
Discutez
de
stratégies

avec
votre
directeur
de
recherche
avant
de
les
aborder.

Contactez

les
participants
à
votre
recherche
au
milieu
ou
vers
la
fin
de
votre

séminaire
d’encadrement.


11.












Le
terrain
de
recherche
(Janvier­Février)


La
rédaction
(Mars­Juin)


C’est
le
moment
le
plus
agréable
et
le
plus
difficile.
Vous
n’avez
pas
de
cours,

vous
pouvez
vous
lever
à
l’heure
que
vous
voulez.
Le
danger,
c’est
de
se
sentir

isolé,
de
perdre
toute
notion
du
temps
et
de
ne
pas
se
fixer
d’objectif.


Il
faut
avoir
une
routine
et
se
laisser
des
plages
horaires
pour
relaxer.

il
faut
étudier
et
écrire
dans
un
lieu
public.

il
faut
parler
avec
vos
collègues
de
vos
recherches.

Il
faut
intégrer
des
réseaux
sociaux
académiques
et
des
cercles
professionnels

rattachés
à
vos
intérêts
de
recherche
pour
communiquer
vos
idées.

il
faut
participer
à
des
colloques
et
publier
vos
résultats
préliminaires
afin
de

rendre
visible
votre
contribution.

Il
faut
se
fixer
des
objectifs
à
court
terme.
Ainsi,
on
peut
se
donner
un
mois
pour

collecter
ses
données,
un
mois
pour
traiter
ses
données,
et
deux
semaines
pour

écrire
chacun
des
chapitres
de
votre
mémoire.
L’important,
c’est
de
ne
pas

dépasser
ces
dates.
Par
exemple,
si
l’on
n’a
pas
fini
de
traiter
les
données
après

deux
semaines,
on
commence
tout
de
même
à
analyser
afin
d’avoir
des
résultats

concrets.

Une
stratégie
de
rédaction
consiste
à
écrire
un
petit
nombre
de
mots
tous
les

jours.
Si
vous
écrivez
mal,
écrivez
de
la
merde;
vous
pourrez
toujours
réécrire
ces

passages
plus
tard.
Plus
on
écrit,
mieux
on
écrit.
Un
bon
mémoire,
c’est
un

mémoire
qui
est
déposé.

Une
autre
stratégie
:
ne
faites
pas
les
corrections
vous
suggère
votre
directeur
au

fur
et
à
mesure.
Écrivez
tous
vos
chapitres,
et
faites
les
corrections
d’un
coup.


Étudiants
aux
cycles
supérieurs
en
communication


à
l’Université
de
Montréal



Pascal
Gagné©


CAPSULES
D’INFORMATION
PRATIQUES



Autrement,
vous
pourriez
demeurer
paralysés
sur
un
chapitre
et
ne
pas
avancer

du
tout.

Le
mémoire
doit
faire
entre
120
et
150
pages
environ,

ni
plus,
ni
moins.


12.


C’est
votre
directeur
qui
décidera
quand
vous
pourrez
déposer
votre
mémoire.

Celui‐ci
sera
lu
par
deux
autres
professeurs.
Ils
vous
feront
parvenir
leurs

commentaires
par
écrit.
Vous
y
répondrez,
et
déposerez
ensuite
une
version

finale
votre
mémoire.
Enfin,
vous
déposerez
votre
mémoire
en
ligne
sur
papyrus,

le
dépôt
institutionnel
de
l’Université
de
Montréal.



12.









Le
dépôt
du
mémoire
(Juillet)


Rentabiliser
le
mémoire
(Août)


Dans
le
meilleur
des
mondes,
votre
mémoire
débouchera
sur
une
publication,

rédigée
conjointement
avec
votre
directeur.
Ce
n’est
pas
toujours
le
cas,
et
c’est

correct
aussi.
La
contribution
du
mémoire
ne
mérite
pas
toujours
d’être
publiée
:

cela
n’en
fait
pas
un
mauvais
mémoire
pour
autant.

On
peut
aussi
communiquer
ses
résultats
à
d’autres
chercheurs
lors
de
colloques

scientifiques.
On
essaie
d’appliquer
aux
mois
d’octobre.
En
ordre
d’importance
:

1)
International
Communication
Association
(ICA);
2)
National
Communication

Association
(NCA);
3)
Association
francophone
pour
le
savoir
(ACFAS).
On

annonce
quelque
chose
de
vaguement
en
lien
avec
son
projet
de
mémoire,

quelque
chose
d’assez
souple
pour
se
laisser
une
marge
de
manœuvre,
mais

assez
précis
pour
être
sélectionné
par
le
comité
d’évaluation
des
résumés

(abstract).
Ceci
fera
une
différence
pour
les
demandes
de
bourses
ultérieures.


Si
le
mémoire
est
résumé
et
publié
sous
la
forme
d’un
article
scientifique,
on

l’envoyer
aux
personnes
susceptibles
d’être
intéressées
par
son
sujet

(professeurs,
employeurs,
journalistes).

Il
faut
transformer
ses
connaissances
et
compétences
en
expertise.
Ainsi,
on

devient
spécialiste
d’un
sujet,
et
on
capitalise
là‐dessus.
On
peut
alors
offrir
ses

services
de
consultant
par
rapport
à
une
niche
de
marché
bien
précise.


Étudiants
aux
cycles
supérieurs
en
communication


à
l’Université
de
Montréal



Pascal
Gagné©



Planifer sa maitrise.pdf - page 1/7
 
Planifer sa maitrise.pdf - page 2/7
Planifer sa maitrise.pdf - page 3/7
Planifer sa maitrise.pdf - page 4/7
Planifer sa maitrise.pdf - page 5/7
Planifer sa maitrise.pdf - page 6/7
 




Télécharger le fichier (PDF)


Planifer sa maitrise.pdf (PDF, 92 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


indignes uqam0001
memoire goundo djare darkoa
planifer sa maitrise
m sigue
pv cruest 16 01 14
memoire akpade tadagbe mathias

Sur le même sujet..