introduction au droit tapé.pdf


Aperçu du fichier PDF introduction-au-droit-tape.pdf - page 1/61

Page 12361



Aperçu texte


1

INTRODUCTION AU DROIT

Les fondements du Droit
1. Les doctrines idéalistes
Il n'y a pas une seule école de droit naturel mais plusieurs. Elles considèrent que
l'ordre juridique ne se réduit pas au seul droit positif, mais qu'il existe au-dessus du
droit, des lois non écrites, établies par la nature des choses et qu'on appelle droit
naturel. Ces lois non écrites sont universelles, éternelles et immuables. Toute
définition du droit suppose un effort de justification et c'est à partir de la nature que
l'on peut définir l'essence des conceptions juridiques. Par ailleurs, une définition du
droit émerge toujours à partir de l'interrogation sur les conditions qui font qu'une loi
soit acceptée et respectée en tant que loi. Cependant, il y'a lieu de rappeler qu'avant
Aristote, les Grecs privilégiaient les lois humaines des ancêtres et considéraient qu'il
y avait une opposition entre le chaos qui règnait dans la nature et l'ordre social qui
jouissait d'une stabilité certaine. Ce n'est qu'au Vème siècle a. J.-C. qu'un revirement
s'est opéré par rapport à cette vision des choses. En effet, les physiciens ont soutenu
que le chaos de la nature n'est qu'apparence et qu'en vérité, la nature est régit par
un ordre parfait.
a. Les différentes doctrines de droit naturel
La Pensée grecque
Socrate a revendiqué la possibilité pour la raison d'atteindre la vérité. Sa pensée est
continuée et développée par Platon et Aristote, pour qui la raison humaine est
capable de découvrir l'ordre de l'univers, et ce, grâce à la réflexion et à l'observation
de la nature. Dans "Ethique à Nicomaque", Aristote développe une théorie de la
justice en tant que théorie morale qu'il qualifie de vertue absolue nécessaire à
l'instauration d'un équilibre entre les hommes. Pour Aristote, toute législation
comporte en son sein des principes généraux exprimant la nature à côté d'un
contenu particulier déterminé par la volonté humaine (1). Son oeuvre a été d'une
influence certaine sur les juristes romains. Aussi retrouvons-nous l'idée d'une justice
supérieure à la loi positive dans la pensée juridique romaine et notamment chez
Cicéron qui a vulgarisé la pensée grecque sur le droit naturel.