introduction au droit tapé.pdf


Aperçu du fichier PDF introduction-au-droit-tape.pdf - page 3/61

Page 1 2 34561



Aperçu texte


3

On reproche à ces théories idéalistes leur inexactitude. En effet, la diversité des
systèmes juridiques que ce soit au sein d'un même pays (à partir des analyses
chronologiques, développement historique) ou d'un pays à un autre, démontre qu'il
n'y a pas de droit universel et immuable, mais un droit propre à chaque pays, à
chaque époque, à chaque civilisation, etc …
On reproche également à ces théories leur inneffectivité. Si l'on considère que le
droit naturel est variable mais que ses principes sont éternels (liberté, justice…), il ne
devient plus qu'une simple morale car il ne contient pas suffisamment de précisions
pour donner des règles juridiques, d'où son inutilité puisqu'il n'est qu'un ensemble de
principes vagues. Ce second argument est irréfutable dans la mesure où l'existence
d'une règle précise de droit naturel - à supposer qu'il y en ait une - ne présente
aucun intérêt si elle ne peut être invoquée devant les tribunaux. Par conséquent, à
défaut d'être incorporée dans le droit positif, une règle de droit naturel reste
totalement inefficace.

.

2. Les doctrines réalistes
Ces doctrines sont fort nombreuses. On peut les classer approximativement en deux
grandes tendances, le positivisme juridique qu'on dit aussi étatique avec ses
différentes tendances, et le positivisme scientifique avec les bifurcations qu'on lui
connaît.
a. Les courants positivistes
Le positivisme juridique
Afin de présenter ce que l'on entend par positivisme juridique, il y a lieu de se
référer en premier à la définition avancée par le juriste et philosophe anglais Herbert
H. dans son ouvrage intitulé "Le Concept du Droit" où il affirme que les lois sont des
commandements émanant d'êtres humains et qu'il n'y a guère de relation nécessaire
entre droit et morale ou entre le droit tel qu'il est et le droit tel qu'il devrait être
(séparation du droit positif de la morale). Le système juridique est un système
logique fermé dans lequel les décisions juridiques correctes peuvent être déduites
par des moyens logiques qui sont des règles juridiques prédéterminées n'ayant de
surcroît aucun rapport avec des finalités, que celles-ci soient sociales, politiques, ou
morales. Ainsi, le positivisme apparaît comme une approche du droit dont le pari est