introduction au droit tapé.pdf


Aperçu du fichier PDF introduction-au-droit-tape.pdf - page 6/61

Page 1...4 5 67861



Aperçu texte


6

qui est sensé devoir être?

3. La conception marxiste du Droit
a - la doctrine marxiste du droit
La pensée marxiste est née au milieu du XIXe et s'est largement imposée dans le
domaine politique en reléguant au second plan les théories traditionnelles. Elle a été
jusqu'à récemment la doctrine officielle de certains Etats (ex URSS et les pays du
bloc de l'est), et continue de l'être pour un nombre de plus en plus réduit d'Etats
(notamment en Amérique Latine). Cette doctrine exerce une influence - et non des
moindres - sur une partie des intellectuels et des classes ouvrières du reste du
monde. La doctrine marxiste est fondée sur un certain nombre de principes de base :
pour Marx, la société est un tout structuré dont la base est l'économie, elle constitue
le premier niveau sur lequel est placé un second niveau, politico-juridique, et un
troisième niveau, idéologique. Pour le marxisme, c'est le mode de production,
autrement dit le système économique ou les structures économiques qui constituent
les structures de base ou l'infrastructure. Tout le reste n'est que superstructure. Ainsi
l'idéologie, la religion, le droit sont des superstructures, c'est à dire des composantes
qui, tout en étant parfois essentielles dans la vie et l'évolution sociale, et, tout en
jouant des rôles importants, sont fondées sur une structure de base qui est
l'économie. Ils agissent en général au profit de cette infrastructure et sont, en tout
cas, largement déterminées par elle. L'avènement du capitalisme a engendré une
lutte des classes, celle de la bourgeoisie, détentrice des modes de production, et
celle des ouvriers, composant le prolétariat. L'Etat et le droit sont perçus comme
étant les instruments de contrainte de la classe dominante, un moyen pour la
bourgeoisie de contenir les affrontements sociaux pour assurer et maintenir sa
suprématie. Même les libertés, elles ne profitent en fin de compte qu'à la
bourgeoisie. L'Etat et le droit seraient donc essentiellement des instruments
d'oppression intimement liés à la lutte des classes. Le remède préconisé est le
communisme. Ce dernier prêche une collectivisation des moyens de production et
partant la suppression de la division de la société en classes. L'Etat et le droit
perdront alors leurs raisons d'être et seront appelés à dépérir.
b – Critique
En affirmant que le droit est déterminé par les facteurs économiques et qu'il constitue
une arme entre les mains de la classe dominante, le marxisme exclut de son champ