analyse socio economique .pdf



Nom original: analyse socio-economique.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Adobe InDesign CS2 (4.0.5) / Adobe PDF Library 7.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 16/11/2013 à 18:58, depuis l'adresse IP 197.205.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1652 fois.
Taille du document: 9 Mo (66 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Rapport de synthèse
Analyse urbaine et socio-économique du centre-ville de Nyon

Analyse urbaine et
socio-économique du
centre-ville de Nyon
Rapport de synthèse, novembre 2007

Analyse urbaine et
socio-économique du
centre-ville de Nyon
Rapport de synthèse, novembre 2007

1

Mandat de la SIC et de la ville de Nyon
attribué à Usine 21
SIC
La Société industrielle et commerciale (SIC) de Nyon est une
association regroupant des entreprises de l’industrie, du commerce,
de l’artisanat, des professions libérales et des prestataires de
service de Nyon et environs. Elle sert d’intermédiaire auprès des
autorités communales pour défendre les intérêts communs de ses
affiliés et promeut le développement de la cité.

Ville de Nyon
La Municipalité de Nyon soutient le projet car il s’insère dans une suite
d’études qui ont déjà été effectuées concernant le centre-ville. Elle
met à disposition des étudiants, les données, études et documents
existants. Sa connaissance du lieu et son expertise sur l’objet étudié
sont également une plus-value pour cette analyse.

Usine 21
Cette association à buts non lucratifs, propose aux entreprises et
collectivités publiques des études et projets dans une approche de
développement durable. Pour assurer une approche interdisciplinaire,
elle intègre des étudiants des différentes hautes écoles de Suisse
romande. Elle offre aux étudiants un encadrement complémentaire à
leurs études et leur permet de travailler sur des cas réels.
L’association coordonne le projet, veille à sa valorisation et soutient
ses partenaires dans leur démarche vers un développement durable.

Sujets clés
1. Qualités spatiales de la ville :
La richesse de l’espace public urbain de Nyon passe par sa
revalorisation matérielle (chapitre 2).
2. Attractivité du centre-ville :
Elle dépend d’une redéfinition identitaire de ses rues
et de ses places (chapitre 3).
3. Animation urbaine :
Une offre complémentaire et originale en restaurants
participe à l’ambiance du centre-ville (chapitre 4).
4. Offre commerciale de la ville :
Un équilibre et une diversité assurés par un « City manager »
(chapitre 4).
5. Dynamique commerciale et culturelle :
Le « City point », une boutique de services pour la promotion
(chapitre 4).
6. Activités et pratiques du centre-ville :
Une signalétique performante pour afficher leur diversité
et améliorer leur visibilité (chapitre 5).
7. Démarche nécessaire à l’aboutissement de projets urbains porteurs :
Un espace de dialogue transversal entre les acteurs
de la ville (chapitre 7).
8. Extension de l’attractivité visuelle et commerciale de la rue de la Gare :
Création d’une « Galerie Lafayette » miniature (chapitre 9).
9. Valorisation paysagère du centre-ville :
Un parc urbain à Perdtemps en densifiant la rue St-Jean
(chapitre 9).
10. Objectif « durabilité » :
Inciter les habitants à réinvestir le centre-ville comme lieu
de vie et de bien-être (chapitre 10).





Table des matières
1. Introduction
1.1
1.2
1.3
1.4
1.5
1.6

7

Objectifs du mandat d’étude. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
Zone d’intervention . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
Question de recherche. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
L’apport d’Usine 21 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Méthodologie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
Enquête auprès des consommateurs. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

2. Analyse urbanistique
2.1
2.2
2.3
2.4
2.5

13

L’état des lieux du centre-ville. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Analyse : morphologie et réseaux du centre-ville de Nyon. . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
Analyse : traitement matériel du sol, rue de la Gare et centre historique. . . . . . . . 20
Analyse : mobilier urbain et signalétique urbaine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Analyse : environnement lumineux, rue de la Gare et centre historique . . . . . . . . 24

3. Analyse socio-géographique

27

3.1 Introduction : les espaces publics mis en concurrence. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
3.2 Analyse des qualités urbaines. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
3.2.1
3.2.2
3.2.3
3.2.4

La mixité sociale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La mixité fonctionnelle. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La sociabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Conclusions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

4. Analyse économique

30
32
34
34

37

4.1 Les nouvelles tendances de la consommation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
4.1.1 Vers une clientèle solitaire et féminine. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
4.1.2 Marketing personnalisé et flexibilité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
4.1.3 Une notion de prix et de plaisir dans l’acte de l’achat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38

4.2 Les commerces du centre-ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39
4.2.1
4.2.2
4.2.3
4.2.4
4.2.5
4.2.6

Dévitalisation dû à l’absence d’animation et de mouvement. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Concurrence des centres commerciaux en périphérie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Nécessité de diminuer les coûts et de mutualiser la gestion. . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Besoin d’un centre-ville attrayant et accessible. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les consommateurs plus prodigues en voiture qu’à pied. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
L’offre en restauration attire et fidélise la clientèle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

39
39
40
40
41
41

4.3 Composition commerciale idéale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
4.3.1 Evolution de l’offre commerciale depuis 1996. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42

4.4 Manque de restauration et de divertissement. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
4.5 Horaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44
4.6 Les nouvelles tendances de redynamisation des centres-ville. . . . . . . . . . . . . . . . 45

5. Analyse des commerces

49

5.1 Une enquête bien accueillie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50
5.2 Récolte des données . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
5.3 Résultats de l’enquête. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
5.3.1 Perception du centre-ville. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 52
5.3.2 Horaires d’ouvertures. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54
5.3.3 Attractivité du centre-ville. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54

5.4 Résultats économiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56
5.5 Unis pour le marketing, non pour la gestion !. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 56

6. Analyse des pratiques et représentations

59

6.1 Les « non-usagers » du centre-ville. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60
6.2 Les usagers potentiels du centre-ville. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
6.3 Des modes de vie bien ancrés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61

7. Analyse des acteurs

63

7.1 Faiblesse des acteurs de la société civile et fragilité des alliances. . . . . . . . . . . . 64
7.2 De nouveaux espaces de gouvernance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 65

8. Analyse géographique - mobilité
8.1
8.2
8.3
8.4
8.5
8.6
8.7
8.8
8.9

9. Propositions urbaines
9.1
9.2
9.3
9.4

81

Stratégie de projet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82
Développement de projet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
Plan d’analyse et axes de projet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
Esquisses de projet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88

10. Conclusion


67

Une enquête par questionnaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
Un fort ancrage régional. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
Le domicile comme origine principale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Des actifs mais beaucoup de jeunes et de retraités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
Une fréquence d’achat élevée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Une répartition modale équilibrée. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Bonne accessibilité en transports individuels motorisés (TIM) . . . . . . . . . . . . . . . . . 72
Une accessibilité en transports non motorisés (TNM) à compléter et organiser. . 76
Renforcer l’information sur l’accessibilité en transports en commun (TC). . . . . . . 78

125

Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128

4.6.1 City management : garantir l’attractivité du centre-ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
4.6.2 Boutique de services pour les usagers du centre-ville : « City point ». . . . . . . . . . . . . . 46





1
Introduction

« … comment donner 
une cohérence et une attractivité
à l’ensemble du centre-ville? … »





1. INTRODUCTION

La rue de la Gare est à plus d’un titre la rue centrale de Nyon. Elle relie les
fonctions vitales de la ville avec les interfaces de transports publics et son centre
administratif avec l’ensemble de ses commerces. Au niveau historique, elle est
la porte de la ville sur sa région et son arrière-pays. Grâce au passage sous voie
et au futur développement du quartier de la Gare (Plans de quartier MartinetMorâche et Gare), elle sera le moyen privilégié de cohésion entre la ville nouvelle
et la ville ancienne.

1.1 Objectifs du mandat d’étude
Les rôles stratégiques de la rue de la Gare ne sont plus à démontrer. Cependant,
il semble aujourd’hui nécessaire de repenser sa mise en valeur ainsi que celle de
l’ensemble du centre-ville. En effet, si les atouts et attraits de la rue de la Gare
sont évidents, les rues adjacentes (rue St-Jean, place du Château, Grand Rue, rue
du Collège, etc.) n’en bénéficient pas directement. Ces dernières souffrent d’un
manque de fréquentation ; phénomène observable par des surfaces commerciales
au “turn-over” important ou inoccupées.

1.2 Zone d’intervention
La zone d’investigation de l’étude s’est portée sur les rues suivantes : la rue de
la Gare (de la Gare jusqu’au Château) et les rues adjacentes (rue Juste-Olivier,
rue Neuve, rue Perdtemps, rue du Collège, Grand Rue et Promenade du Jura).

1.3 Question de recherche
Pour équilibrer l’attractivité du centre-ville - au-delà de la rue de la Gare - et faire
face à la concurrence directe ou indirecte des centres commerciaux - situés au
centre ou en périphérie de la ville - les questions suivantes se posent :
– Comment donner une cohérence et une attractivité à l’ensemble du centre-ville ?
– Quels sont les moyens à mettre en place pour que le centre-ville reste attractif
face à la concurrence des centres commerciaux en périphérie ?
– Est-il possible de transformer le centre-ville en centre commercial à ciel ouvert
tout en respectant les principes du développement durable ?

1.4 L’apport d’Usine 21
Dans le cadre de ce mandat d’étude , l’association Usine 21 a coordonné les
travaux de recherche des étudiants en fonction de leur discipline d’étude. Elle a
assuré l’encadrement des étudiants, la coordination entre les différentes parties,
la rédaction du rapport et la valorisation de ses conclusions.
Les travaux de recherche ont été encadrés par les experts suivants :
– Daniel Dubas, politologue, Président d’Usine 21, Lausanne,
– Dr. Edgard Dezuari, architecte EPFL, membre du comité d’Usine 21, Genève ,
– David Prudente, architecte RegA, urbaniste FSU et diplômé en sciences
naturelles de l’environnement, étude Envar, Nyon ,
– Laurent Bertschi, architecte ETS et sociologue, étude Envar, Nyon ,
– Frederik de Cock, économiste et consultant, Genève ,
– Sébastien Fellay, licencié en sociologie, spécialiste en mobilité, Genève.
Relecture du rapport de synthèse : Adrienne Prudente, licenciée en lettres,
spécialiste en relations publiques et rédactrice en communication d’entreprise,
chargée de mandats au bureau Cadence Conseils, Lausanne.
Pour ce projet, Usine 21 a coordonné les travaux des étudiants provenant des
hautes écoles suivantes :
– Université de Genève (UniGe) ,
– Université de Lausanne (UniL) ,
– Université de Neuchâtel (UniNe) ,
– École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) ,
– Haute École Valaisanne (HEVs).

1.5 Méthodologie
Mise en place des différents projets :
1. Elaboration d’un projet de travail de semestre ou de diplôme par chaque
étudiant, engagé selon un cahier des charges et une méthodologie discutés
avec Usine 21.
2. La réalisation des travaux de recherche des étudiants s’est effectuée avec
l’encadrement d’experts. Ces recherches ont suivi une méthodologie précise :
état de la question et bibliographie, collectes des données sur le terrain,
analyse et conclusions.
Voir mandat attribué à Usine 21 par la SIC et la Ville de Nyon en septembre 2006.





1. INTRODUCTION

3. Onze étudiant(e)s ont participé à ce mandat d’étude :
Discipline : Architecture et urbanisme
Encadrants :
MM. Bertschi et Prudente
Etudiant(e)s en architecture :
Beaudoin L. (EPFL)

Badin N. (EPFL)

Joud Ch. (EPFL)
Etudiants en urbanisme :
Smyth R. (UniL, géographie)

Carvignesi S. (UniL, géographie)
Discipline : Economie
Encadrant :
M. De Cock
Etudiante en économie :
Solioz M. (HEVs)
Etudiante en sciences sociales : Perez N. (UniL, SSP)
Discipline : Sciences-sociales
Encadrant :
M. Dubas
Etudiante en géographie :
Iseli A. (UniNe, géographie)
Etudiante en sciences sociales : Pulzer N. (UniL, SSP)
Discipline : Mobilité
Encadrant :
Etudiante en géographie :

M. Fellay
Boni A. (UniNe, UniGe, géographie)

1.6 Enquête auprès des consommateurs
Afin d’obtenir des résultats représentatifs, des enquêtes  auprès des consommateurs
et des prestataires de biens et services ont été effectuées au centre-ville de
Nyon et à Signy Centre. Pour atteindre plusieurs types d’utilisateurs, elles se
sont déroulées le samedi 2 décembre 2006 et le mardi 5 décembre 2006 pour le
centre-ville ; le samedi 12 décembre 2006 et le mardi 13 janvier 2007 pour Signy
Centre. Le choix de ces deux jours est motivé comme suit :
– la journée du mardi : un jour de semaine de basse affluence avec la totalité des
commerces ouverts ,
– la journée du samedi : un jour d’affluence où la majorité de la population a congé.
Précision sur les jours écartés de l’étude afin de ne pas fausser les résultats : le
lundi (certains commerces fermés), le mercredi après-midi (congés scolaires), le
jeudi (nocturnes à Signy Centre), le vendredi (trop proche du week-end) et les
jours avec des animations particulières.
L’enquête a permis de récolter 271 questionnaires valides  , 125 questionnaires
pour le centre-ville de Nyon et 146 pour Signy Centre.

Discipline : Sciences politiques
Encadrant :
M. Dubas
Etudiante en sciences politiques : Piccard S. (UniL, SSP)
4. Ateliers d’interdisciplinarité : pour assurer le lien entre les disciplines, l’échange
des connaissances et les données récoltées, quatre ateliers interdisciplinaires
d’une demi-journée ont été organisés (13.03.2006, 04.11.2006, 24.02.2007
et 24.03.2007).
5. Sur la base des travaux de recherche des étudiant(e)s, Usine 21 remet au
mandant un rapport de synthèse contenant les principales conclusions et
recommandations relatives au mandat d’étude. Elle assure la publication des
résultats.



Les enquêtes ont été menées avec des questionnaires dits « d’administration directe » ; c’est-à-dire,
un questionnaire rempli par l’enquêteur lui-même.
L’échantillon n’est pas issu d’un système de quotas mais aléatoire.

10

11

2
Analyse urbanistique

« … Les matériaux de sol d’une
rue permettent de délimiter des
fonctions et suggèrent une utilisation
potentielle de l’espace … »

12

13

2. ANALYSE URBANISTIQUE

2.1 L’état des lieux du centre-ville
Trois étudiant(e)s en architecture  ont effectué un état des lieux de la configuration
spatiale du centre-ville. Il a été abordé par l’analyse des caractéristiques formelles
(relation espace construit et non construit), matérielles (mobilier, matériaux)
et symboliques (représentation signalétique, esthétique urbaine), constitutifs du
tissu urbain.
L’analyse des caractéristiques morphologiques a mis en évidence la relation
entre les bâtiments construits et les espaces publics extérieurs qu’ils définissent,
tels que : les rues, les places, etc. (photo 1 et image 1). Le mode d’investigation de
ces espaces publics (par les voitures, les piétons, etc.) ainsi que leur relation à la
topographie de la ville ont également été relevés. L’ensemble des observations est
répertorié dans le tableau de synthèse n°1, page 18.
L’analyse des caractéristiques matérielles a rendu compte des seuils, des limites
et des usages donnés par les matériaux du sol (image 2). En effet, ces derniers
permettent de délimiter des fonctions et suggèrent une utilisation potentielle de
l’espace. Ils jouent un rôle de signifiant : indiquer la nature fonctionnelle du sol
que l’usager emprunte. Les formes et les lignes dessinées par ces matériaux
participent à l’identité du lieu et à son utilisation. L’ensemble des observations se
trouve dans le tableau de synthèse n°2, page 20.

Badin Nicolas, Beaudoin Lorraine et Joud Christophe, « Projet pour la rue de la Gare : analyse
architecturale et urbanistique », Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, février 2007, 43 p.

14

Photo 1
Place Bel-Air : exemple
de relation entre
les bâtiments
et l’espace public.

Image 1
Reproduction graphique
de la morphologie
du tissu urbain.
Place St-Martin et
place Bel-Air.

Image 2
Reproduction graphique
des revêtements
de sols utilisés dans
l’espace public.

15

2. ANALYSE URBANISTIQUE

L’analyse des caractéristiques symboliques s’est concentrée sur le mobilier et
l’éclairage urbain.
En premier lieu, le mobilier urbain est situé en deux points déterminés de la rue
de la Gare : le premier au début de la zone piétonne et le second sur la place
St-Martin.
Pour ces deux emplacements le constat est similaire : les mobiliers et accessoires
sont positionnés sans ordre apparent, ni logique avec le contexte urbain dans
lequel ils sont insérés. Leur style éclectique renforce une perception confuse de
l’aménagement et de ces espaces. Cependant, sans logique d’implantation et
cohérence stylistique du mobilier, ces espaces sont néanmoins très biens investis
par les usagers (photo 2). Voir tableau de synthèse n°3, page 22.
L’éclairage urbain, quant à lui, s’appuie sur un concept avec des lumières placées
en applique le long des façades, à hauteur des rez-de-chaussées. D’aspect traditionnel, les luminaires sont positionnés de façon dissymétrique, majoritairement sur
un seul côté de rue et parfois en quinconce. La lumière produite est généralement
modeste, de couleur jaune-orange (ampoules au sodium) et en éclairage indirect
(photo 3). Les sources lumineuses ponctuent le parcours, alors que leurs halos
mettent rarement en valeur les façades. Les arbres ou le mobilier urbain ne font
généralement pas l’objet d’une mise en lumière (photo 4). Pour l’ensemble des
observations, se référer au tableau de synthèse n°4, page 24.
Les quatre tableaux de synthèse suivants restituent l’ensemble des analyses du
diagnostic urbain effectué sur le site de la rue de la Gare et de ses environs proches.
Ils relèvent les points forts et les points faibles par thème d’étude.

Photo 2
Exemple de mobilier urbain
dans la zone piétonne de
la rue de la Gare.

Photo 3
L’éclairage de la rue
de la Gare.

Photo 4
L’éclairage de l’esplanade
de la place du Château.

16

17

2. ANALYSE URBANISTIQUE

2.2 Analyse : morphologie et réseaux du centre-ville de Nyon
Tableau de synthèse n°1.
Situation
Qualités et aspects à valoriser :

Faiblesses et difficultés :

Situation géographique idéale
(panorama sur l’arc lémanique).

Topographie, rupture de pente entre le « haut »
et le « bas » de la ville.
Traversée de la voie de chemins de fer, rupture
de liens entre ville ancienne et ville nouvelle.

Caractéristiques
Qualités et aspects à valoriser :

Faiblesses et difficultés :

Densité du bâti (image 3).
Tissu cohérent et persistance de tracés
historiques (ex : Promenade du Jura).
Diversité des fonctions et des offres
(culturelles, commerciales, etc.).
Diversité des formes urbaines
(places, parcs urbains, belvédères, etc.).
Bonne desserte du centre-ville, offre attractive
de places de parc.

Zone piétonne mal définie, peu de cohérence
d’ensemble.
Aucune mise en réseau du tissu urbain
(image 4).

Usages
Qualités et aspects à valoriser :

Faiblesses et difficultés :

Lieu de rencontre et organisations
d’évènements divers
(marché des producteurs, etc.).
Lieu de discussions
(notamment lors des votations).
Rue de la Gare = lieu de vie de la ville
de Nyon.

La rue de la Gare ne crée pas de lien entre le
« haut » et le « bas » de la ville.
Peu de liens entre la rue de la Gare et ses rues
adjacentes.
Conflits d’usages :
- Traversées automobiles sur la place
St-Martin,
- Rue de la Gare hésitant entre statut de
rue piétonne ou semi-piétonne.

18

Image 3

Image 4

Légende:
piéton
semi-piéton
automobile

19

2. ANALYSE URBANISTIQUE

2.3 Analyse : traitement matériel du sol, rue de la Gare
et centre historique
Tableau de synthèse n°2.
Situation
Qualités et aspects à valoriser :

Faiblesses et difficultés :

Marquage des entrées des places Bel-Air
et du Marché.

Différence de traitement entre les entréessorties Nord/Sud de la rue de la Gare. Pas
de perception d’une cohérence d’ensemble
des matériaux utilisés (image 5).

Caractéristiques
Qualités et aspects à valoriser :

Faiblesses et difficultés :

Utilisation de matériaux pour définir des
fonctions de l’espace (rôle informateur du
sol) : partie piétonne/partie semi-piétonne.
Présence de différents types de matériaux :
- Présence d’un matériau générique,
- Bon état des matériaux.

Paradoxe : délimitation claire des fonctions
mais limites de la rue mal définies.
Présence d’un large panel de matériaux.
Mise en œuvre parfois hasardeuse des
matériaux.
Calepinage des matériaux ne tenant pas
compte de l’environnement physique de la rue
(entrées d’immeubles non marquées, etc.).

Usages
Qualités et aspects à valoriser :

Faiblesses et difficultés :

Différentes sensations au contact du sol.
Différents marquages influencent la lecture
de l’espace et la présence de l’usager dans
l’espace.

Différenciation trop claire et hasardeuse de
certaines zones : conflits sur la place St-Martin
entre piétons et automobiles.
Espace peu flexible : ne peut accueillir de
manière efficiente plusieurs activités en un
même lieu.
Lecture peu claire de l’espace.
Les trames dessinées par les dalles ne
tiennent pas compte des différentes entrées
d’immeubles ou de magasins (photo 5).

Image 5
Illustration de la diversité des revêtements de sols
utilisés dans l’espace public.

Photo 5
Exemple de conflit entre
l’entrée d’un commerce et le
revêtement de sol de la rue.

20

21

2. ANALYSE URBANISTIQUE

2.4 Analyse : mobilier urbain et signalétique urbaine
Tableau de synthèse n°3.
Situation
Qualités et aspects à valoriser :

Faiblesses et difficultés :

Mise en place de mobiliers au niveau des lieux
stratégiques : marquage des places, etc.

Absence de mobilier urbain au niveau des
entrées de la rue de la Gare (photo 6).
Positionnement des éléments selon des
logiques individuelles et empiètement
des pancartes sur la rue (photo 7).

Caractéristiques
Qualités et aspects à valoriser :

Faiblesses et difficultés :

Diversité des fonctions du mobilier urbain
représenté:
- mobilier fonctionnel,
- mobilier d’agrément,
- mobilier signalétique.

Eclectisme des styles, hétérogénéité du
mobilier existant.
Caractère peu esthétique et obsolète de
certains éléments de signalétique et de
mobilier (abri bus, marquage rue piétonne, etc.)

Photo 6
Vue depuis la Gare CFF.

Photo 7
Vue depuis la rue Juste-Olivier.

Photo 8
Vue de la place St-Martin.

Photo 9
Vue depuis la rue de la Gare.

(photo 8).

Profusion de signaux urbains (drapeaux, etc.).
Profusion de pancartes commerciales peu
esthétiques.
Absence d’infrastructures fédératrices
(halle de marché couvert, etc.).
Faible lisibilité et faible prégnance des
panneaux informatifs (musées, etc.).
Usages
Qualités et aspects à valoriser :

Faiblesses et difficultés :

Bancs largement utilisés.

Profusion de pancartes commerciales gênant
le parcours sur la rue (photo 9).
Quantité insuffisante de bancs en réponse
à la demande (notamment à midi sur la
Promenade du Jura).
Espaces sous-exploités (place Bel-Air).

22

23

2. ANALYSE URBANISTIQUE

2.5 Analyse : environnement lumineux, rue de la Gare
et centre historique
Tableau de synthèse n°4.
Situation
Qualités et aspects à valoriser :

Faiblesses et difficultés :

Augmenter les apports lumineux dans les
zones de dilatation spatiale qui en manquent
(p. ex. : place St-Martin (image 6, photos 2-3)).

Positionnement déséquilibré (dissymétrique)
des appliques le long de la rue de la Gare
(image 6).

Luminaires ponctuels hétérogènes : leur
positionnement hésitant ne met pas
en évidence la qualité spatiale de la rue.
Caractéristiques
Qualités et aspects à valoriser :

Faiblesses et difficultés :

Les vitrines participent à l’animation
nocturne de la rue de la Gare.
Lumière = sécurité.

Caractère obsolète des luminaires en applique.
Hétérogénéité des styles de luminaire.
Luminaires à éclairage direct : pollution
lumineuse et éblouissement.
Faiblesse de l’apport lumineux dans les
zones de dilatation spatiale.

Usages
Qualités et aspects à valoriser :

Faiblesses et difficultés :

Equilibrer et rythmer les sources lumineuses
le long des rues et places.
Valoriser les façades des rues par un
éclairage indirect.
Ambiance nocturne : marquer des seuils,
délimiter des espaces de passage et de
rencontre.
Ambiance diurne : structurer et ponctuer
les parcours.

Les luminaires ne participent pas à la mise
en lumière de la rue.
Pas de mise en valeur des bâtiments phares
ou avec un cachet architectural à valoriser.
Pas de mise en valeur de la végétation
(arbres isolés, groupes d’arbres, etc.).
Pas de mise en valeur du mobilier.
La rue a un caractère de rue passante.

Image 6
Position des luminaires de la rue de la Gare.

24

25

3
Analyse
socio-géographique

« … le centre-ville de Nyon doit
aujourd’hui affirmer son identité par 
des attractivités particulières incitant 
les usagers à se rendre en 
ville plutôt qu’en périphérie … »

26

27

3. ANALYSE SOCIO-GÉOGRAPHIQUE

3.1 Introduction : les espaces publics mis en concurrence
L’étude des aspects socio-géographiques (sociabilité et mobilité) a été effectuée
afin d’observer l’utilisation de l’espace public du centre-ville de Nyon par les usagers.
Malgré les qualités reconnues et appréciées des espaces urbains du centre-ville,
ce dernier doit faire face à une concurrence de plus en plus vive, notamment face
à l’attractivité des centres commerciaux situés en périphérie. Le centre-ville de
Nyon doit aujourd’hui affirmer son identité par des attractivités particulières
incitant les usagers à se rendre en ville plutôt qu’en périphérie.
Pour saisir les enjeux de cette bipolarité concurrente, une étude comparative 
- entre le centre-ville de Nyon (photo 10) et le centre commercial de Signy (photo 11) a permis de comprendre les motivations qui incitent les usagers à investir ces lieux.



Image 7
Deux conceptions
différentes de centres
commerciaux.

Une analyse des ressemblances et différences entre ces deux espaces commerciaux
a été réalisée. Elle a permis de tester la pertinence des slogans de chacun d’eux :
« Nyon, le plus grand centre commercial à ciel ouvert » et « Signy Centre, ma ville
à la campagne » (image 7).
Dès leur apparition dans les années 1970, les centres commerciaux périphériques
se sont positionnés comme concurrents des centres-ville traditionnels regroupant,
auparavant, l’essentiel des commerces et services. Aménagés au départ dans
un style souvent rudimentaire, les centres commerciaux s’efforcent, aujourd’hui,
d’attirer la clientèle en imitant les centres-ville à grand renfort de fontaines,
plantes vertes, places avec café et activités de plus en plus diversifiées.

Photo 10
La rue de la Gare,
un jour de marché.

Photo 11
Espace central du centre
commercial Signy Centre.
Iseli Aude, « Le centre-ville de Nyon : un centre commercial à ciel ouvert ? », Mémoire de licence,
Université de Neuchâtel, septembre 2007, 89p.

28

29

3. ANALYSE SOCIO-GÉOGRAPHIQUE

3.2 Analyse des qualités urbaines
Parmi les nombreuses dimensions de la qualité urbaine associées aux espaces
publics (p.ex. urbanité, densité, etc.), trois d’entre elles sont retenues et
analysées dans le cadre de ce travail : la mixité sociale, la mixité fonctionnelle et
la sociabilité.
En problématisant les différentes qualités urbaines potentielles liées aux deux
espaces publics étudiés, les différences entre ces derniers ont pu être mises en
évidence grâce à une observation empirique sur place.
3.2.1 La mixité sociale
Le concept de mixité sociale vise à rendre compte de l’hétérogénéité des personnes
dans un espace donné (p. ex. âge, origine ethnique ou culturelle, niveau de
formation, statut socio-économique, etc.). La mixité sociale « absolue » dans un
espace donné n’existe pas. Cependant, « si la présence de l’altérité peut conduire
au développement d’une certaine forme de tolérance, les espaces publics sont
des lieux privilégiés pour cette confrontation entre des modes de vie différents ».

100%
90%

Cependant, des différences réelles existent par rapport à l’âge des usagers des
différents espaces publics (graphique 3). Le nombre de personnes âgées, et surtout
d’enfants et de familles, est nettement supérieur au centre commercial. A l’inverse,
le pourcentage des 20-30 ans est relativement faible, et celui des moins de
20 ans l’est plus encore. Cette différence s’explique en grande partie par la
problématique de l’accessibilité ; cette dernière catégorie d’âge est généralement
peu ou pas motorisée.

70%

En triangulant différentes méthodes d’investigation (observation directe, questionnaires quantitatifs,
entretiens semi-directifs qualitatifs). Pour la méthodologie des enquêtes, voir travail de mémoire
de A. Iseli, cf. note de bas de page 5, p.28.

30

37,4%

36,4%

Enfants

60%

Hommes

50%

Femmes

40%

Graphique 1
La répartition moyenne
des usagers selon le lieu
en fonction du genre.

30%

55,6%

51,5%

Centre-ville

Signy Centre

17,7%

22,6%

20%
10%
0%

100%
90%
80%
60%
50%

Graphique 2
La répartition moyenne des
usagers selon le lieu en
fonction de leurs revenus.

30%

18,6%

100-130’000 CHF

22,9%
23,7%

23,7%
18,8%

0%

70-100’000 CHF
40-70’000 CHF

27,1%

20%
10%

+ de130’000 CHF

13,5%

40%

- de 40’000 CHF

11,9%

Centre-ville

Signy Centre

12,9%

15,8%

100%
90%
80%
70%

En résumé, la mixité sociale du centre commercial se singularise par une part
très faible de jeunes et par une proportion d’enfants et de familles plus
élevée qu’au centre-ville.

12,1%

80%

70%

Les analyses ont révélé aucunes différences significatives en termes de mixité
sociale par rapport au genre (plus de femmes dans les deux espaces publics,
graphique 1), par rapport au revenu (mesuré par intervalles de revenu, graphique 2),
et par rapport au type d’accompagnement (couple, familles, amis, etc.).

7%

29,5%

60%
50%

Graphique 3
La répartition moyenne des
usagers selon le lieu en
fonction de l’âge.

15%
20,3%

20%
10%

13,6%

0%

8%
Centre-ville

+ de 60 ans
41-60 ans
31-40 ans

15,7%

40%
30%

36,1%

14,1%
2,3%

20-30 ans
- de 20 ans
Enfants

16,7%
Signy Centre

31

3. ANALYSE SOCIO-GÉOGRAPHIQUE

3.2.2 La mixité fonctionnelle
La mixité fonctionnelle est ici entendue comme la diversité des fonctions (commerciales, résidentielles, culturelles, échange d’idées, etc.) remplie par un espace
donné, et par conséquent, des usages qu’il suscite.

80%

60%
50%

Pour la fonction commerciale, un nombre nettement plus élevé de personnes se
rend au centre commercial dans l’objectif prioritaire de faire des achats par rapport
au centre-ville (74.7% à Signy Centre, contre 53.6% au centre-ville, graphique 4). Il
est également intéressant de noter l’importance de la variété (22.6% contre 6.4%)
comme de la qualité de l’offre (11.6% contre 8.1%). Elles figurent parmi les motifs
principaux des usagers pour privilégier l’un ou l’autre de ces lieux (graphique 5).
Enfin, les usagers sont plus satisfaits de l’offre globale du centre commercial que
de celle du centre-ville (59% contre 47%).
Ces résultats contrastent nettement avec les données sur la variété « réelle » au
centre-ville, nettement supérieure en nombre et en diversité « objective ». Cette
perception différenciée est sans doute liée au fait que « la concentration de
commerces en un lieu restreint et délimité exacerbe cette impression de variété
chez les usagers. […] Au centre-ville, les boutiques, réparties sur une plus
grande surface, sont parfois peu visibles ou, selon les achats envisagés,
situées à une certaine distance les unes des autres ». De plus, il manque au
centre-ville un système d’information permettant aux usagers d’identifier
rapidement l’emplacement des différents commerces. Ce fait renforce le
sentiment d’une offre commerciale limitée (graphique 6).

32

53,6%

Centre-ville
Signy Centre

40%
30%

Graphique 4
Buts de la visite liés à la
culture et aux loisirs.

20%
11,2%

10%

8,2%

6,4% 5,5%

0%
Achats

Services

Restauration

25%
22,6%
20%
Centre-ville

15%

Signy Centre

11,6%
10%

Graphique 5
Buts de la visite liés à la
variété et à la qualité
de l’offre commerciale.

Concernant la fonction d’accessibilité en transports individuels, les usagers du
centre commercial lui accordent bien évidemment une plus grande importance
que ceux du centre-ville (23% contre 6.9% seulement, concernant les usagers pour
qui ce critère est déterminant).
Inversement, les usagers du centre-ville évoquent comme critère de choix l’envie de
s’y rendre pour l’offre en restauration ou en services, pour les activités culturelles,
de loisirs (4.8% au centre-ville contre 0.7% au centre commercial) et pour la
ballade/lèche-vitrine (32% contre 21.9%) (graphique 7, p. 35).

74,7%

70%

5%
0%
Variété de l’offre

100%
90%

5,5%
6,8%

Qualité de l’offre

2,8%
2,8%
6,9%
6,9%

80%

6,8%

70%

13,7%

60%

5,5%

11,1%

17,8%

19,4%

50%
40%

Graphique 6
Les types de commerces
manquant selon
les usagers.

8,1%
6,4%

30%
20%

11,1%

Loisirs, animations
Restaurants, cafés
Equipement de la maison
Divers
Bricolage

11%

Alimentation, épicerie
32,9%

38,9%

10%

Librairie, papeterie, disques
Vêtements, chaussures

0%
Centre-ville

Signy Centre

33

3. ANALYSE SOCIO-GÉOGRAPHIQUE

Enfin, la proximité géographique est déterminante pour le choix de l’espace public
privilégié. Le pourcentage de personnes choisissant un lieu en raison d’une proximité
avec leur lieu de travail (20% contre 8.9%) ou de résidence (53.6% contre 43.2%)
est clairement plus élevé au centre-ville (graphique 8).

35%
32%
30%
25%
21,9%

20%

En matière de mixité fonctionnelle, les potentialités du centre-ville sont donc plus
étendues et les pratiques de ses usagers plus diversifiées.

Centre-ville
Signy Centre

15%
10%

3.2.3 La sociabilité
Le concept de sociabilité peut être analysé par rapport aux interactions sociales
conscientes et inconscientes entre les personnes. Dans le cadre de cette étude,
et pour des questions de faisabilité, seules les interactions conscientes sont prises
en compte.

Graphique 7
Buts de la visite liés à la
culture et aux loisirs.

5%

4,8%
0,7%

0%

Culture, loisirs

Balade, flânerie,
lèche-vitrine

60%

Il est relativement difficile de mesurer la sociabilité dans un espace public,
notamment en raison du changement de comportement des personnes se sentant
observées. Dans le cas présent, la méthode choisie est de comptabiliser les
rencontres au sein des flux, ainsi que leur durée moyenne.

53,6%

50%
43,2%

40%

Centre-ville

30%

Le résultat principal de cette observation montre un nombre de rencontres et
une durée des interactions sociales en moyenne légèrement plus importants
au centre-ville qu’au centre commercial. Ceci est corroboré par l’objectif du
choix du lieu des personnes interrogées (graphique 9). A noter encore que le
marché du centre-ville le samedi matin est une période particulièrement propice
aux rencontres.

Signy Centre
20%

20%

Graphique 8
Motifs du choix du lieu
liés à la proximité.

3.2.4 Conclusions
Le centre-ville de Nyon et le centre commercial de Signy Centre possèdent
chacun des potentialités et des qualités urbaines développées de manière
différente. Ces deux espaces sont difficilement comparables. Concernant le
slogan du centre-ville, sa diversité et ses potentialités dépassent largement la
dénomination de « centre commercial à ciel ouvert ».

10%

8,9%

0%

Proximité du
domicile

Proximité
du travail

Proximité de
l’école

14%
12%

11,5%

10%
Centre-ville

8%

Signy Centre

6%
4,7%

5,3%

4%

Graphique 9
Un rendez-vous comme
but principal de la visite.

34

6,4%

0%

2,9%

2%
0%
Mardi

Samedi

35

4
Analyse économique

« … aujourd’hui les clients cherchent
la flexibilité. Ils veulent faire leurs
courses où et quand ils le souhaitent.
Ils attendent une solution
personnalisée à leurs besoins … »

36

37

4. ANALYSE ÉCONOMIQUE

4.1 Les nouvelles tendances de la consommation
4.1.1 Vers une clientèle solitaire et féminine
Les commerçants sont tenus de prendre en compte l’évolution de la structure de
leur clientèle :
– augmentation de la proportion d’acheteurs solitaires 
62% en 2000 ‡ 67% en 2004
– féminisation accélérée
63% en 2000 ‡ 71% en 2004
En quelques années, l’unité de référence classique, la famille, a fusionné
dans sa plus petite unité : l’individu.
4.1.2 Marketing personnalisé et flexibilité
Aujourd’hui les clients cherchent la flexibilité. Il veulent faire leurs courses où et quand
ils le souhaitent. Ils attendent une solution personnalisée à leurs besoins : c’est la
philosophie du « plaire à chacun » (par opposition au « plaire à tous » des années 1960).
Un phénomène d’individualisation peut s’observer dans la consommation des biens
et des services :
– les produits disponibles aujourd’hui dans les centres commerciaux ne correspondent plus à ceux des années 60-70,
– l’individualisation confronte les producteurs (et les prestataires de services)
à une segmentation des marchés de plus en plus fine et fluctuante, qui les
obligent à développer un marketing personnalisé,
– les articles se vendent de plus en plus à l’unité et si possible « prêt à consommer »
ou à réchauffer.
4.1.3 Une notion de prix et de plaisir dans l’acte de l’achat
Pour le client, si le prix est toujours un critère important il n’est plus déterminant.
Les consommateurs recherchent à nouveau :
– un service personnalisé et convivial,
– des produits plus authentiques, plus frais, biologiques, locaux, régionaux,
sains, etc.
Depuis quelques années, les achats s’effectuent de plus en plus par plaisir. La
mise en valeur du patrimoine historique et les divers lieux culturels d’une ville ont
un impact positif sur le chiffre d’affaire des commerces de proximité :
– le commerce urbain devient à la fois culturel et commercial,
– le lèche-vitrine au centre-ville est une activité fortement appréciée, voire un loisir.

A noter encore que la durée des achats de première nécessité (ou les denrées
alimentaires) tend à se réduire avec l’utilisation de plus en plus fréquente du
e-commerce et des livraisons à domicile.

4.2 Les commerces du centre-ville
4.2.1 Dévitalisation dû à l’absence d’animation et de mouvement
Historiquement le centre-ville constituait le « cœur » de la ville. Il concentrait
l’essentiel des animations, événements, rencontres et échanges. Aujourd’hui, la
notion de centre-ville s’est éloignée de ces représentations :
– chute de la vitalité dû au manque d’animation et d’attractivité,
– désertification des rues du centre et disparition de nombreux petits commerces
de proximité.
Il ne faut toutefois pas confondre le dynamisme d’une ville avec sa rentabilité
économique. En effet, un centre-ville riche en sociétés de service peut se révéler
très rentable économiquement, mais peut néanmoins laisser apparaître des vitrines
« vides » et une ambiance froide et aseptisée.
Ainsi, l’absence d’animation et de mouvement dans les rues de la ville est au
cœur de son dépérissement, indépendamment du chiffre d’affaires généré par
ces mêmes lieux.
4.2.2 Concurrence des centres commerciaux en périphérie
Le déclin du commerce de détail dans les quartiers, les villages et les centres-villes
est la conséquence logique de l’évolution de la périphérie.
Les groupes Coop et Migros appliquent par ailleurs depuis plusieurs années une
stratégie qui consiste à regrouper plusieurs petits magasins de quartier en un seul
supermarché plus grand et plus attractif, souvent implanté en périphérie.
Quant aux commerces spécialisés (boucherie, charcuterie, etc.), ils ont tendance
à disparaître car ils sont incapables d’aligner leurs prix sur ceux des grandes surfaces.
L’assortiment proposé dans les magasins de quartier s’appauvrit et fait place,
depuis plusieurs années, à une « textilisation » du commerce urbain. De plus, en
raison des loyers élevés au centre-ville, la présence de résidents au-dessus des
magasins et boutiques est de plus en plus rare. Ceci péjore encore plus l’animation
des rues lorsque les commerces sont fermés.

Swiss Retail Federation : 
http://www.swiss-retail.ch/PHPKIT/content/download/Medienmitteilung_F.pdf

38

39

4. ANALYSE ÉCONOMIQUE

4.2.3 Nécessité de diminuer les coûts et de mutualiser la gestion
De manière générale, l’activité commerciale dans les centres-ville - laminée par
les grands centres commerciaux - se trouve cantonnée dans une ou deux rues
piétonnes.
Les commerces indépendants, de plus en plus rares, sont peu a peu remplacés
par des filiales de grandes chaînes ou des magasins franchisés. Ces derniers ont
l’avantage de bénéficier des moyens financiers de leur société mère ainsi que
d’un système de gestion centralisé notamment du marketing, de la publicité et de
l’approvisionnement.
Les commerces de services, quant à eux, subsistent difficilement sans intégrer des
chaînes leur assurant des prix compétitifs (pressings, clés-minute, opticiens, etc.).
Les conditions de survie des petits magasins sont ainsi durcies par cette nouvelle
situation économique. Elle les oblige à recentrer leurs activités et à compresser
au maximum leurs charges.
Or, au centre-ville, ces dernières s’alourdissent par les loyers des surfaces
commerciales nettement plus élevés qu’en périphérie.
4.2.4 Besoin d’un centre-ville attrayant et accessible
Selon une enquête réalisée durant l’automne 2004 par l’Association des moyennes
et grandes entreprises du commerce de détail suisse (Swiss Retail Federation) 
dans les grandes agglomérations du pays, le cœur des villes demeure un lieu
d’intérêt et d’achat attractif pour les consommateurs.
Ces derniers apprécient en effet les prestations des commerces de centre-ville,
en terme de qualité de l’offre et du choix, mais aussi en termes de service et
d’atmosphère d’achat. Il devient toutefois difficile d’attirer suffisamment de clients
au centre-ville, tant leurs exigences ont fortement augmenté en raison de l’offre
proposée par les grandes surfaces périphériques et les shopping centers.
En comparaison avec les centres commerciaux, les principales critiques des
consommateurs à l’encontre des centres-villes visent :
– l’accessibilité,
— les prix pratiqués,
— la signalisation des commerces,
— le manque d’attractions et d’animations.

4.2.5 Les consommateurs plus prodigues en voiture qu’à pied
Cette enquête met également en évidence la baisse de fréquentation des visiteurs
au centre-ville de 13% entre 2000 et 2004.
Les clients se déclarent majoritairement insatisfaits par l’accès au centre-ville (62%)
et par l’insuffisance des places de stationnement. De 2000 à 2004, la part des clients
motorisés a sensiblement diminué pour tomber de 27% à 17%. Inversement, celle
des clients empruntant les transports publics pour se rendre aux centres-villes
est passée de 54% à 70%.
Ces nouveaux comportements représentent une diminution potentielle du chiffre
d’affaire : le client en voiture dépense en moyenne deux fois plus qu’un usager
des transports publics (CHF 155.- contre CHF 73.-). A noter encore que le
montant moyen d’achat a également diminué de 21% entre 2000 (CHF 113.-)
et 2004 (CHF 88.-).
4.2.6 L’offre en restauration attire et fidélise la clientèle
Selon le recensement fédéral de l’année 2000, plus de 5’000 personnes par jour
entrent dans le district de Nyon pour y travailler. Un nombre important d’entre
eux prennent leur repas de midi hors domicile. Dès lors, l’offre de restauration
revêt une importance non négligeable pour attirer des consommateurs potentiels
au centre-ville. Par manque de temps, les pendulaires choisissent en effet de se
restaurer près de leur lieu de travail.
Dans ce contexte, les hôteliers/cafetiers/restaurateurs doivent présenter un profil
clair, caractéristique et unique s’ils souhaitent assurer leur pérennité. Les petits
établissements doivent, quant à eux, se concentrer sur une offre limitée, mais
spécialisée.
Ainsi, pour attirer les clients, les établissements publics sont poussés à
proposer une restauration adaptée aux nouvelles attentes des consommateurs.
L’originalité de l’offre constitue un élément d’attractivité significatif pour
rendre le centre-ville séduisant et animé en dehors des heures d’ouverture
des commerces.

Voir note de bas de page 7, p.38.

40

41

4. ANALYSE ÉCONOMIQUE

4.3 Composition commerciale idéale

4.3.1 Evolution de l’offre commerciale depuis 1996
La fonction de centralisation de la ville de Nyon absorbe une grande partie du
pouvoir d’achat de la région alentour. Grâce à la proximité de la gare, le centre-ville
bénéficie d’un important trafic de personnes grâce aux transports publics. La
proximité du centre commercial « La Combe » (Migros) attire également la clientèle
au départ de la rue de la Gare.
Les changements observables entre 1996 10 et 2007 11, en termes d’offre commerciale,
sont surprenants : les variations sont relativement peu importantes du point de
vue de la composition commerciale (tableaux 5 et 6). En effet, les catégories les plus
importantes ont connu une évolution positive : légère augmentation du nombre de
commerces d’alimentation et des établissements liés à la restauration/hôtellerie,
petite diminution des boutiques de vêtements et baisse très nette des surfaces
vacantes (nombreuses semble-t-il en 1996 selon le rapport de M. Ruschetta).
D’autre types de commerces se sont multipliés pendant cette période : beauté,
hygiène, soins du corps. Par contre, le nombre de coiffeurs est resté strictement
identique et proportionnellement important. Ce constat est également valable pour
les pharmacies, drogueries et opticiens. Bien que leur nombre ait peu progressé,
le rapport d’étude de M. Ruschetta faisait déjà état de récriminations que nous
retrouvons à l’heure actuelle chez les commerçants : trop de pharmaciens,
d’opticiens et de salons de coiffures !

http://www.fondationruesprincipales.qc.ca/popupMDERR/etudeMDERR2.pdf (05/01/07)
10 L’étude d’Usine 21 compare un recensement des commerces datant de 1994 et 1996 (rapport
de M. Ruschetta) à celui opéré par les étudiants. A noter que la ville de Nyon n’a pas pu fournir
de fichier sur le recensement des commerces.
11 Solioz Murielle, « Dans une optique de développement durable, les centres-ville peuvent-ils
fonctionner sur le modèle d’un “centre commercial à ciel ouvert ?” », travail de diplôme
Haute École Valaisanne, filière économie d’entreprise, 2006, 121p.

42

13%

18%

Une étude canadienne récente (2004) - effectuée au Québec par la « Fondation Rues
Principales   » - a démontré une composition commerciale des artères dynamiques
relativement semblable (graphiques 10 et 11), alors que les centres-ville en difficulté
présentent peu de ressemblances entre eux. Par contre, aucune différence marquée
n’est constatée entre une ville touristique et une autre qui l’est moins.

Commerces

38%

43%

18%

Achats
semi-courants

Services

39%

Achats
réfléchis

Restauration et
divertissement

Restauration et
divertissement

31%

Achats
courants

Graphique 10

Graphique 11

Répartition moyenne des commerces et services des
artères commerciales dynamiques selon la catégorie.

Répartition moyenne des commerces et services des
artères commerciales dynamiques selon la typologie.

Tableau 5. Diversité commerciale à la rue de la Gare par typologie.
Typologie

Nombre de
places d’affaires

Diversité commerciale
relative

Diversité commerciale
« idéale »

Constats

Courant

13

14%

10% à 15%

==

Commerces
Services

12
1

92%
8%

66%
34%

++
––

Semi-courant

28

29%

29% à 34%

=

Commerces
Services

17
11

61%
39%

65%
35%


+

Réfléchi

51

53%

33% à 42%

++

Commerces
Services

13
38

25%
75%

35%
65%

––
+

Restauration

4

4%

16% à 21%

––

TOTAL

96

Achats de type courant : achats fréquents réalisés avec un minimum d’efforts et situés à courte distance ,
Achats de type semi-courants : achats fréquents mais moins impulsifs qui demandent une comparaison des prix ,
Achats de type réfléchi : achats peu fréquents qui nécessitent souvent un investissement d’argent plus important.

Tableau 6. Diversité commerciale à la rue de la Gare par catégorie.
Catégorie

Nombre de
places d’affaires

Fréquence

Diversité commerciale
« idéale »

Constats

Commerces

42

44%

40% à 46%

==

Courants
Semi-courants
Réfléchis

12
17
13

12%
18%
14%

40% à 46%

==

Services

50

52%

34% à 44%

++

Courants
Semi-courants
Réfléchis

1
11
38

1%
11%
40%

34% à 44%

++

Restauration

4

4%

16% à 21%

––

TOTAL

96

43

4. ANALYSE ÉCONOMIQUE

Le domaine du divertissement/loisirs a connu quant à lui une baisse importante.
Des huit établissements comptabilisés en 1996, il n’en reste plus que deux en 2007 :
un lieu dédié à la location de films vidéo et le cinéma. Les magasins de jouets et
de jeux électroniques ont totalement disparu, ainsi que les deux salons de jeux et
le second magasin de location vidéo. Cependant, ces quelques considérations et
les données à disposition ne permettent pas de déterminer la vitesse de rotation
des commerces pendant cette période.

4.4 Manque de restauration et de divertissement
Les établissements de type restauration et divertissement représentent tout juste
un quart du ratio idéal préconisé dans l’étude de la « Fondation Rues Principales » !
Certes, le taux calculé ne prend pas en compte la restauration « sur le pouce »
proposée par le grand magasin Manor ou par les diverses boulangeries - pâtisseries.
Cependant, même en incluant ces établissements dans le calcul, le taux reste
inférieur au ratio préconisé selon le constat des tableaux précédents 5 et 6.
Même si des établissements de ce type se situent dans les rues adjacentes, leur
sous-représentation dans la rue de la Gare peut être l’une des causes de son manque
d’animation. Ce type de commerces favorise en effet l’achalandage, en particulier
en dehors des heures d’ouverture des magasins. Ils incitent les consommateurs à
rester plus longtemps dans le centre-ville.

4.5 Horaires
En 1998, les habitants de Nyon ont refusé une extension des horaires des
commerces de la ville. Dès lors, ils continuent à pratiquer des heures d’ouverture
“traditionnelles”, soit de 8h-9h à 18h30 les jours de semaine et jusqu’à 17h
le samedi. Certains ferment également leurs portes durant la pause de midi
(graphique 12, p.47).
Les nocturnes du vendredi soir - ouverture jusqu’à 20h - sont pratiquées uniquement
par les grands commerces. Les lieux de restauration et bars ont, quant à eux, des
horaires élargis - au plus tard jusqu’à minuit (du lundi au jeudi et le dimanche) ou
2h du matin (le vendredi et le samedi).

4.6 Les nouvelles tendances de redynamisation des centres-ville
4.6.1 City management : garantir l’attractivité du centre-ville
Aujourd’hui, de nombreuses villes mettent en place des stratégies pour renforcer
l’activité commerciale au sein de leur centre, face à la concurrence des grandes
surfaces des périphéries. La plus concluante à ce jour est celle du « City management ».
Née au Canada dans les années 1980, elle constitue l’une des meilleures réponses
au phénomène de désertification du commerce urbain.
Le programme « City management » consiste à coordonner les activités des
commerçants, des autorités publiques et des autres acteurs de la ville, notamment
les associations et les sociétés. Il vise à assurer la communication entre ces
partenaires afin d’encourager le développement harmonieux du centre-ville.
Il recherche avant tout la complémentarité avec les commerces de périphérie
au lieu d’une concurrence acharnée. Les priorités du « City management »
sont également le développement et la mise en avant des valeurs ajoutées du
commerce urbain.
Ce programme stratégique est assuré par le « City manager ». De statut autonome
et indépendant, face aux différentes organisations et corporations de la ville, il
doit pouvoir défendre au mieux l’intérêt général. Son objectif est d’aborder plus
facilement les différents groupes d’intérêt.
Pour la ville de Nyon, son rôle prioritaire serait de gagner la confiance des différents
groupes d’acteurs, d’écouter leurs préoccupations, de communiquer sur leurs
intérêts communs et de les rassembler (voir tableau 7, p. 47). En encourageant ainsi
l’échange d’informations entre les commerçants et en coordonnant leurs actions
communes, le City manager aide les commerçants à offrir des produits et des
services variés, complémentaires et en adéquation avec les attentes de la clientèle.
Pour assurer l’attractivité à long terme du centre-ville, un travail conséquent
devrait être mis sur pied : l’établissement d’un plan directeur du commerce
visant à développer la diversité des commerces de la rue principale (rue de la
Gare) et accroître la spécialisation des quartiers moins fréquentés, « où on ne
s’y rend pas par hasard ».
Lors de l’enquête auprès des commerçants, plusieurs regrettent le manque de
communication et de coordination entre eux. La mise en place d’un programme
de « City management »12 permettrait d’améliorer la situation actuelle.

12 Voir graphique 20, chapitre 5, p.55.

44

45

4. ANALYSE ÉCONOMIQUE

4.6.2 Boutique de services pour les usagers du centre-ville : « City point »
Pour combler les prestations de services qui font défaut au centre-ville - en
comparaison des grandes surfaces commerciales de périphérie - les résultats
de l’enquête menée par Usine 2113 suggèrent la mise en place d’une boutique de
services appelée par exemple « City point »14. Directement inspirée des pratiques
des centres commerciaux, elle permettrait de regrouper, au cœur du centre-ville dans une rue très fréquentée comme celle de la Gare - les services suivants
(voir esquisse n°12, p. 112) :
– bureau d’information (offre du jour de commerçants, billets de spectacles,
manifestations, tourisme, etc.),
– WC publics & tables à langer,
– consigne pour les achats,
– « centre de communication » (bornes téléphoniques / fax, internet),
– garderie minute,
– point « retrouvailles » (par exemple pour les enfants),
– autres : vente de bons d’achat valables dans les commerces, changement de
devises, etc.
L’ouverture d’un tel espace requiert le développement de synergies entre les
différents acteurs. Pour exemple, l’office du tourisme de la ville pourrait déléguer
à l’un de ses collaborateurs l’activité d’information au sein du « City point ». La ville
pourrait, de son côté, contribuer à un guichet administratif.
Le financement de la boutique pourrait être assuré par une opération de
densification du centre-ville (voir esquisses n°15, p.118 et n°17, p.122). Un pourcentage
de la taxe de compensation provenant des droits à bâtir, ou des ventes de terrains,
serait ainsi dévolu à la construction de ce pavillon. Les frais de fonctionnement,
quant à eux, pourraient provenir de diverses sources :
– cotisations,
– soutien de la ville,
– sponsoring d’entreprises (par exemple financement du centre de communication
par Swisscom, sponsoring de la « garderie minute » par les montres Hublot, etc.),
– entrées de liquidités liées aux activités payantes du centre (par exemple la
« garderie minute », le service de consigne, etc.).

14%

Oui
30%

56%

Non
Parfois

Graphique 12
Ouverture des commerces entre 12h et 14h.

Tableau 7. Profil du « City manager ».
Profil

Rôles

Tâches clés

Cadre supérieur
(management ou tourisme).
Neutralité (apolitique et
sans lien avec une corporation
professionnelle).
Capacités de communication.
Leadership/charisme.
Dynamisme.
Visionnaire.

Fédérer, impliquer et faire le
lien entre les acteurs publics
et privés.
Gérer l’offre commerciale de
façon proactive pour garantir
la diversité et l’adéquation
offre/demande.
Animer et rendre attractif le
centre-ville.
Communiquer et promouvoir.

Gestion des finances du
partenariat public/privé
(budget) et recherches
de financement externe.
Propositions pour améliorer
l’attractivité du centre-ville.
Développer un réseau de
contacts avec investisseurs
potentiels et enseignes
attractives.
Coordonner l’attribution des
locaux vides.

13 Voir note de bas de page 11, p.42.
14 Voir graphique 21, chapitre 5, p.55.

46

47

5
Analyse
des commerces

« … les éléments perçus comme
stimulants pour le commerce au
centre-ville sont : les jours de marché,
la présence de zones piétonnes, les
animations culturelles et la présence
du centre commercial “La Combe”… »

48

49

5. ANALYSE DES COMMERCES

L’enquête socio-géographique met en évidence un centre-ville de Nyon offrant une
variété de commerces et de services appréciés par les usagers. Cependant, si les
activités d’achats concernent un peu plus de la moitié des personnes interrogées,
elles ne sont qu’une raison parmi d’autres de se rendre au centre-ville.
Au regard de ces résultats, une enquête sur les prestataires de biens et services
a été réalisée pour connaître leur perception de la situation. En effet, l’avis des
commerçants du centre-ville de Nyon est essentiel pour envisager une redynamisation
de celui-ci. Leur expérience du terrain et leur vision réaliste des problèmes quotidiens
font des commerçants, des interlocuteurs primordiaux.

5.1 Une enquête bien accueillie

Tableau 8. Activité des commerçants.
Vêtements, chaussures
Boutique, accessoires, cadeaux, petite déco
Boutique spécialisée (sport, informatique etc.)
Alimentation
Fast-food, restaurant
Optique
Maison, meuble, déco, etc.
Services divers (photo, cordonnerie, etc.)
Soin
Agence (voyage, fiduciaire)
Artisanats
Luxe
Divers

14
10
9
8
6
5
4
4
4
3
3
3
2

TOTAL

75

Un questionnaire distribué aux commerçants  situés dans les rues principales
du centre-ville a permis la récolte de nombreuses informations sur leurs activités.
15

Rue St-Jean
Rue Perdtemps
Grand Rue
Rue Neuve
Place Bel-Air
Rue du Collège
Place St-Martin
Place de la Gare

Rue de la Fléchère
Rue Viollier
Rue Juste-Olivier
Ruelle Muraz
Rue Jules-Gachet
Chemin du Midi
Rue de la Môrache
Rue de la Gare

230 commerces possédant une vitrine au rez-de-chaussée ont été recensés au
centre-ville. Pour l’enquête, 110 d’entre eux ont été sélectionnés afin de présenter
un échantillonnage représentatif. Les salons de coiffure et les restaurants surreprésentés par rapport aux autres commerces - n’ont pas été intégrés dans
l’étude. Au final, 75 questionnaires - 68% de participation - ont été remplis par
les commerçants. Les 32% restants se composent de 5 refus et 30 non-retour de
questionnaires (absences prolongées, vacances, manque de temps ou oubli).
L’enquête - assurant l’anonymat des commerçants - a reçu un accueil très favorable
auprès de ces derniers (voir tableau 8). Le 90% des participants a répondu à
l’ensemble des questions, exception faite de celle relative au chiffre d’affaire : 50%
des participants n’ont pas désiré répondre !

15 Perez Nadia, « Enquête auprès des commerçants de Nyon. Complément de recherche: août 2007 »,
Stage de semestre, Université de Lausanne, septembre 2007, 16 p.

50

10%

3%

Raison
individuelle

2%

14%
- de 1 an

Sàrl

13%
62%
10%

49%

SA

20%

entre 1 et 4 ans
entre 5 et 10 ans

Franchise
17%

Filiale

+ de 10 ans

Autres

Graphique 13
Raison sociale.

Graphique 14
Ancienneté.

1%

100%
90%

13%

16%

80%
70%

25%

49%

25%

Neutre

60%

Pas favorable

50%

Favorable

40%
30%

50%

20%

Graphique 15
Perception du centre-ville.

62%

59%

10%
0%
Situation à
Nyon difficile

Centre-ville
animé

Meilleure
visibilité

51

5. ANALYSE DES COMMERCES

5.2 Récolte des données
Les questions de l’enquête portent sur des thématiques variées : les heures
d’ouverture, les places de parcs, les zones piétonnes, etc. Pour chaque réponse,
une échelle d’appréciation allant de « très favorable » à « pas du tout favorable »
(avec une option neutre/ne sait pas et la liberté de non réponse) est à disposition.
L’aspect économique est également abordé avec des questions relatives au chiffre
d’affaire annuel moyen, au loyer, au marketing, etc..
Le questionnaire utilisé contient des réponses à choix multiples ou des questions
ouvertes et fermées. L’objectif était à la fois de récolter des informations précises
et de relever les commentaires, suggestions ou remarques des commerçants.
Il pouvait être administré ou laissé à disposition des commerçants désirant le
remplir seul.

100%
90%
80%

17%

30%

60%
40%

Graphique 16
Éléments stimulants
pour le commerce
au centre-ville.

Neutre
Pas favorable

50%
73%

Favorable

84%

30%

53%

20%
10%
0%
Marché

90%

Animations
culturelles

7%
21%

La Combe

11%

80%

Sur l’ensemble des commerçants contactés, une majorité de commerces sont
en raison individuelle et près de 50% d’entre eux sont établis au centre-ville
depuis plus de 10 ans (graphiques 13 et 14, p. 51). Enfin, l’activité commerciale la plus
représentée est la vente de vêtements et de chaussures (tableau 8, p.51).

70%

8%

44%

Neutre
54%

60%
40%

Graphique 17
Mesures de changement
et horaires.

Pas favorable
Favorable

50%
71%

30%

52

17%

9%

100%

Les éléments perçus comme stimulants pour le commerce au centre-ville
sont : les jours de marché, la présence de zones piétonnes, les animations
culturelles et la présence du centre commercial « La Combe » (graphique 16).
Les « éléments négatifs » sont principalement : l’insuffisance de places de parc
à disposition de la clientèle, la concurrence des centres commerciaux de périphérie
et le turn-over des commerces.

3%

70%

5.3 Résultats de l’enquête

5.3.1 Perception du centre-ville
La majorité des commerçants interrogés (65%) estiment le centre plutôt vivant.
Toutefois, aucun d’entre eux ne le cite comme « très vivant et attractif ». Si 59%
des commerçants perçoivent la situation comme difficile (graphique 15, p.51),
71% sont favorables à des mesures de changement (graphique 17), notamment
améliorer la visibilité des commerces depuis la rue (62%). Une marge de
progression certaine est donc souhaitée au niveau de l’animation de la rue et de
l’achalandage.

13%

49%

20%

35%

10%
0%
Mesures
de changement
à appliquer?

Semaine
19h

Samedi
18h

12%

14%

18%

37%

28%

18%

100%
90%
80%
70%

Pas favorable

50%

Favorable

40%

Graphique 18
Amélioration de
l’attractivité
du centre-ville.

Neutre

60%

30%
20%

64%
51%

58%

10%
0%
Zone
pietonne

Chèques- Impression d’un
cadeaux
prospectus

53

5. ANALYSE DES COMMERCES

5.3.2 Horaires d’ouvertures
Pour les horaires d’ouverture, les avis sont partagés. Si bon nombre d’entre
eux souhaitent du changement, une tendance claire est difficilement perceptible
(graphique 17, p.53) :
– aucune tendance visible pour étendre l’ouverture à 19h en semaine
(49% favorables, 44% défavorables et 7% neutres),
– tendance défavorable pour étendre l’ouverture jusqu’à 18h le samedi,
– sur 73 commerces, 22 sont actuellement fermés entre 12h-14h
et 11 le sont parfois.
Ces résultats sont à prendre avec précaution. Les avis des commerçants sur
les horaires diffèrent selon leur type d’activité.
5.3.3 Attractivité du centre-ville
Pour les mesures susceptibles d’améliorer l’attractivité du centre-ville, les
commerçants sont conscients des besoins et tâches à accomplir.

100%
90%
80%

Neutre

60%

Pas favorable
89%

Favorable

40%
30%
20%
10%
0%
Affichage d’un
plan de quartier

Image 8
Exemple de plan avec position des commerces
(détail). Voir plan complet au chapitre 9, p.89.

Graphique 19
Meilleure visibilité depuis la rue.

100%
90%

24%

80%

11%
3%

13%
3%
Neutre

70%
26%

60%
50%

Pas favorable
85%

84%

Favorable

40%
30%

Graphique 20
Facteurs de redynamisation
du centre-ville.

50%

20%
10%
0%

City manager

Plus de variété
Promouvoir
dans les types ville culturelle/
de commerces
historique

100%

La suggestion d’un « City point » (graphique 21 et image 9) a été très bien accueillie.
Il contribue selon eux au confort des consommateurs, des touristes et à afficher
la dynamique commerciale du centre-ville (voir chapitre 4.6.2).

90%

13%

80%

8%

70%

Neutre

60%

Pas favorable
Favorable

50%
40%

79%

30%

Enfin, les centres commerciaux en périphérie sont perçus négativement sur le
développement des commerces du centre-ville. En revanche, l’influence du marché
du samedi, des zones piétonnes et des places de parc se révèle plutôt positive.

54

70%
50%

Les propositions concernant l’augmentation de la zone piétonne, les chèquescadeaux et l’impression d’un prospectus commun (graphique 18, p.53) sont bien
accueillies. L’affichage d’un plan de quartier mentionnant l’emplacement des
différents types de commerce remporte un vif succès (graphique 19 et image 8).
La mise en place d’un « City manager » trouve un accueil favorable auprès des
commerçants. Pour plus de 80% d’entre eux, son rôle devrait permettre d’assurer
plus de variétés dans les types de commerce proposés au centre-ville et
promouvoir Nyon comme « ville culturelle et historique ». Ces deux éléments
représentent des facteurs essentiels pour l’attractivité du centre selon les
commerçants (graphique 20). Certains d’entre eux ont même spontanément modifié
l’énoncé en ajoutant la définition de Nyon comme une « ville culturelle, historique
et commerciale ».

4%
7%

20%
10%
0%
City point

Image 9
Illustration du « City point », voir chapitre 9,
esquisses 12 et 13, p. 112 et 114.

Graphique 21
La boutique de services.

55

5. ANALYSE DES COMMERCES

5.4 Résultats économiques
La moitié des commerçants ont accepté de transmettre des informations
confidentielles sur le coût de leur surface commerciale et leur chiffre d’affaire. Les
données concernant les chiffres d’affaires moyens sont donc non représentatives
en raison du 50% des réponses obtenues.
Les résultats sont les suivants :
• Le coût du loyer mensuel au mètre carré se situe en moyenne à CHF 44,15.
Les écarts sont considérables : le coût le plus bas se situe à CHF 10.- et le plus
élevé à CHF110.-. Pour information, la surface moyenne des commerces est
d’environ 65 m2.
• Le chiffre d’affaire annuel se situe en moyenne entre CHF 100’000.- et
CHF 500’000.- (graphique 22a). Une majorité des commerçants perçoit de manière
positive l’évolution de leur chiffre d’affaire pour les années à venir (graphique 22b).

- de 50’000.-

8%
22%

19%
46%

Satisfaisant

Entre 100’000.et 500’000.-

50%

Insatisfaisant

+ de 1’000’000.-

Graphique 22a
Chiffre d’affaire annuel des commerçants.

3%

Graphique 22b
Perception sur l’évolution du chiffre d’affaire.

5%
14%

2%
23%

Oui

13%
Oui

5%

Plutôt oui

Plutôt oui
18%

Plutôt non

Plutôt non
56%

Non
Neutre

5.5 Unis pour le marketing, non pour la gestion !

Non
Neutre

Graphique 23
Satisfaction de l’expérience commerciale.

Ce point de vue est en contradiction avec les propos exposés dans le chapitre
4.2.3 où la survie des petits commerçants - non propriétaires - passe par la
nécessaire mutualisation des frais de gestion.

Graphique 24
Perception objective sur l’avenir du commerce.

100%
90%
80%

56

Bon

Entre 500’000.et 1’000’000.-

68%

Par contre, pour le marketing et l’amélioration de leur visibilité, les
commerçants sont généralement favorables à la création d’un plan du
centre-ville mentionnant la présence des différents commerces. La promotion
de Nyon comme ville culturelle, historique (et commerciale!), est importante
pour eux. Mais la surreprésentation de certains types de commerces (opticiens,
pharmacies, salons de coiffure) est perçue comme un véritable problème.

34%

Entre 50’000.et 100’000.-

A noter encore que la plupart des commerçants sont satisfaits de leur expérience
commerciale et envisagent le développement de leur activité plutôt favorablement
(graphiques 23 et 24).

Les petits commerçants s’opposent farouchement à une gestion commune pour
diminuer les frais administratifs (comptabilité, secrétariat, gestion du personnel, etc.)
(graphique 25).

16%

5%

22%

27%

42%
Neutre

70%
60%

Pas favorable

50%

Graphique 25
Propositions sur la
gestion administrative
commune
des commerces.

40%
30%

71%

46%

Favorable

44%

20%
10%
0%

27%
14%
Stock

7%
Comptabilité Négociation
polices d’assurance

57

6
Analyse des pratiques
et représentations

« … les habitants en périphérie de 
la ville peuvent être classées 
selon deux catégories distinctes : 
les “indifférents à la ville” 
et les “usagers potentiels” … »

58

59

6. ANALYSE DES PRATIQUES ET REPRÉSENTATIONS

6.1 Les « non-usagers » du centre-ville

6.2 Les usagers potentiels du centre-ville

L’approche du centre-ville dans cette étude16, se focalise principalement sur les
pratiques et les représentations du centre-ville. De caractère exploratoire, elle
prend le contre-pied des autres études de ce type : au lieu de considérer les usagers
à proprement parler, elle s’intéresse aux « non-usagers », c’est-à-dire aux personnes
habitant en périphérie de la ville et fréquentant peu ou pas le centre-ville. Plus
précisément, cette étude vise à connaître et comprendre les motivations et facteurs
« répulsifs » des « non-usagers » à fréquenter le centre-ville. En effet, si leurs pratiques
(loisirs, achats, etc.) ont principalement lieu en dehors du centre-ville, il est utile de
savoir où elles se déroulent, ce qu’ils recherchent ailleurs et les raisons qui les
poussent à ne pas les exercer au centre-ville de Nyon.

Il ressort premièrement des entretiens une tendance qui n’étonne guère : la
corrélation entre l’éloignement du logement et les pratiques au centre-ville. Plus
les gens habitent en périphérie, moins ils recherchent à satisfaire leurs besoins
au centre-ville.
Les personnes interviewées peuvent être classées selon deux catégories distinctes :
les « indifférents à la ville » et les « usagers potentiels ».

L’analyse de ces pratiques individuelles permet de mieux comprendre le rapport
de ces personnes à la ville, notamment par l’intermédiaire de leur représentation
du centre-ville et des autres lieux pratiqués pour les achats et les loisirs.
Les hypothèses de cette étude postulent deux éléments essentiels : l’attractivité du
centre-ville n’est pas uniquement dépendante de sa fonction et « les espaces dans
lesquels ont lieu (ou non) ces pratiques, ne sont pas anodins et sont à comprendre
dans une dynamique d’appropriation symbolique d’un territoire donné ».
En raison du temps et des ressources limitées pour la réalisation de cette étude
qualitative - mais aussi de la difficulté à rencontrer des « non-usagers » - l’échantillon
des personnes interviewées est relativement limité. Non représentatif de l’ensemble
de la population nyonnaise17, ces résultats ont un réel intérêt du point de vue de
leur contenu.

Les « indifférents à la ville » sont en moyenne plus âgés et habitent à Nyon
depuis plus longtemps. Ils ont généralement une vision assez positive du centreville - en tant que lieu symbolique, architectural et culturel - mais ne s’intéressent
pas du tout à la fonction commerciale ou sociale de celui-ci. On peut ainsi déduire
qu’il est extrêmement difficile d’attirer ces personnes au centre.
Les « usagers potentiels » sont en moyenne plus jeunes et résident à Nyon depuis
moins d’années. S’ils utilisent parfois des services (banque, médecin, cinéma, etc.)
ou recherchent des rencontres sociales au centre-ville, ils pratiquent relativement
peu de loisirs dans celui-ci. Ils ont, par conséquent, une vision générale souvent
négative du centre-ville. L’accessibilité en voiture est un argument potentiel pour
eux, contrairement aux « indifférents à la ville ». Mais il est peu probable de les
attirer uniquement en facilitant l’accès aux automobilistes.

6.3 Des modes de vie bien ancrés
Cette analyse a permis la mise en évidence du potentiel d’attractivité du
centre-ville sur sa périphérie. Pour les deux catégories d’usagers peu fréquents
du centre-ville, les personnes interviewées semblent peu susceptibles de modifier
leur comportement concernant leurs achats ; même si l’offre commerciale est
améliorée ou si des aménagements du centre-ville le rendent plus attractif. Il s’agit
donc plutôt du type de loisirs exercé que dépendra leur rapport au centre-ville.

16 Pulzer Noémie, « Nyon : la ville et son centre. Représentations d’un territoire », Travail de séminaire,
Université de Lausanne, juillet 2007, 45p.
17 Sur les 7 entretiens semi-directifs menés avec des habitants de la périphérie de Nyon, 3 ont eu
lieu dans le quartier d’Oulteret-Etraz, 1 dans le quartier des Fontaines et 3 au centre commercial
de Signy.

60

61

7
Analyse des acteurs

« … la société civile se sent souvent 
dans une position relativement 
faible par rapport aux autorités 
politiques … »

62

63

7. ANALYSE DES ACTEURS

7.1 Faiblesse des acteurs de la société civile
et fragilité des alliances
L’étude du centre-ville au travers des sciences politiques 18 s’est intéressée aux
acteurs pertinents susceptibles d’oeuvrer à sa revitalisation. C’est-à-dire ceux
possédant des relations de pouvoir et de coopération entre eux et avec les autorités.
Cette analyse se base sur des entretiens semi-directifs 19, menés avec des acteurs
issus de la société civile et de l’administration publique. La sélection limitée des
interlocuteurs n’est pas représentative des forces « politiques » en place, ce qui
rend difficile la triangulation de l’information. Néanmoins, ce travail offre un aperçu
de la situation et donne des pistes susceptibles de débloquer un certain nombre
de conflits existants.
Premier constat : la Société industrielle et commerciale (SIC) joue indéniablement
un rôle moteur dans la défense des intérêts des commerçants nyonnais, mais son
comité doit souvent faire face à des difficultés internes pour mener à bien ses
projets. Ainsi, la grande hétérogénéité de ses membres rend la réalisation d’un
programme cohérent souvent difficile. Ces dissensions internes ne favorisent pas
la légitimité de la SIC envers les autorités.
Deuxième constat : les oppositions aux différents projets de revalorisation urbaine
sont hétéroclites. Dans le cas du référendum contre le projet de la « petite ceinture »,
l’opposition de la société civile était très hétérogène (partis politiques écologistes,
de gauche et diverses associations). D’une manière générale, la mobilisation
de la société civile est supérieure dès que ses intérêts directs sont touchés.
Ainsi, l’engagement de cette dernière se fait plus par opposition à des projets
existants que par une implication dans l’élaboration de ceux-ci.
Troisième constat : la société civile se sent souvent dans une position relativement
faible par rapport aux autorités politiques. Elle a le sentiment de ne pas être
écoutée. Ce constat ouvre bien évidemment la réflexion d’une gestion de la vie
publique selon des principes de gouvernance (espaces d’intervention élargis pour
les différents acteurs de la société civile). La démarche de Companyon semble
être un début. Cependant, la position centrale des instances politiques n’est pas
fondamentalement remise en cause.

18 Piccard Sabine, « Acteurs, contraintes politiques et aspects participatifs », Rapport de stage,
Université de Lausanne, juillet 2007, 11p.
19 Six entretiens semi-directifs ont été menés dans le cadre de cette analyse qualitative.

64

Quatrième constat : un certain nombre d’acteurs, notamment des commerçants,
sont sceptiques et méfiants quant à la façon dont la municipalité aborde le
problème de la dévitalisation du centre-ville. Un fort sentiment de blocage et
d’immobilisme se fait sentir sur certains dossiers. De plus, certaines tensions
interpersonnelles parfois marquées ne favorisent pas un discours constructif entre
la municipalité, l’administration et la population.

7.2 De nouveaux espaces de gouvernance
Les acteurs interviewés s’accordent sur le fait que l’échange mutuel entre la
municipalité, l’administration communale et la société civile devrait être facilité
et particulièrement amélioré à l’avenir. Certains parlent d’une communication
insuffisante, d’autres évoquent même un « problème politique grave ».
Mais des divergences existent quant aux modalités à mettre en place. La SIC
revendique le besoin d’une négociation directe entre les commerçants et les
autorités politiques. Cependant, elle n’est pas favorable à l’idée d’un « médiateur »,
évoquée par l’une des personnes interrogées. Il est cependant difficile de concevoir
des liens « institutionnalisés » plus directs pour les commerçants, sans également
offrir un lieu privilégié d’intervention publique aux autres acteurs de la société
civile. Selon la présidente de la SIC, un regroupement de plusieurs associations
au sein de la SIC serait nécessaire pour « avoir une vision globale de la ville et de
la région, pour en faire une promotion complète ».
Les autorités municipales souhaitent, quant à elles, plus de partenariats directs
entre les autorités et les différentes personnes concernées. Selon elle, il manque
des associations faîtières comme partenaires privilégiés, notamment en ce
qui concerne les entreprises locales avec lesquelles il faut souvent démarcher
individuellement. Les tensions sont donc principalement liées à un « manque de
dialogue global et transversal ».
L’intégration plus systématique de la population et des associations dans les
processus de décision est un désir souvent exprimé par les acteurs interrogés. L’un
d’entre eux a suggéré « un système d’écoute de la population, autre que politique »,
un espace élargi de gouvernance, bien au-delà d’une démarche ponctuelle. Ainsi,
donner la possibilité d’être consulté très en amont, est selon lui « la bonne marche
à suivre ». Elle permet de « voir les problèmes des gens et leurs désirs, pour aboutir
finalement à des projets concrets ».

65

8
Analyse géographique
- mobilité

« … pour une grande majorité des
consommateurs du centre-ville, 
le dernier lieu fréquenté 
avant de réaliser leurs achats 
est leur lieu de domicile … »

66

67

8. ANALYSE GÉOGRAPHIQUE - MOBILITÉ

Les comportements de mobilité des consommateurs dépend à la fois de leurs
caractéristiques individuelles (influences sociales et facteurs spatiaux) que des
caractéristiques des lieux d’achats (assortiments, prix, services offerts, réputation,
agrément et accessibilité).

Poste 1
Poste 2

8.1 Une enquête par questionnaire
Les consommateurs du centre-ville de Nyon ont été interrogés de manière aléatoire 20
le samedi 2 et le mardi 5 décembre 2006 21, à trois endroits différents (image 10) :
– croisement de la rue de la Morâche et de la rue de la Gare (poste 1),
– place St-Martin (poste 2),
– croisement de la Grand Rue et de la rue de la Gare (poste 3).

Poste 3

Image 10

Au total, 125 personnes ont répondu au questionnaire (64 le mardi et 61 le samedi).

60%
50%

8.2 Un fort ancrage régional
Les résultats de l’enquête montrent un centre-ville attirant essentiellement
des gens habitant le district, 89% dont 49% en ville de Nyon 22 (graphique 26). Sa
fréquentation par ses habitants est d’ailleurs légèrement supérieure à la
moyenne observée dans les villes suisses 23. Les consommateurs fréquentant
le centre-ville travaillent en ville de Nyon (42%) ou dans les agglomérations de
Genève et de Lausanne - Morges (35%) 24.

40%

Lieu de domicile
Lieu de travail

49%
42%

40%
35%

30%
20%

17%

10%
6%

Graphique 26

0%
Nyon

District
de Nyon

3%

3%

Agglomérations Autres
Genève et
régions
LSN-Morges de Suisse

2%

3%

France
et autres
pays UE

20 Boni Aude, « Espace commercial de centre-ville et centre commercial de périphérie, Comprendre
le choix du lieu d’achat en milieu urbain, le cas de Nyon », Université de Neuchâtel, septembre
2007, 125 p.
21 A titre de comparaison, au centre commercial Signy Centre, l’enquête s’est déroulée le mardi
12 décembre 2006 et le samedi 13 janvier 2007 sur les trois étages (146 questionnaires ont été
récoltés, soit 76 le mardi et 70 le samedi).
22 A titre de comparaison, 80% de la clientèle du centre commercial Signy Centre est domiciliée
dans le district (dont 20% en ville de Nyon).
23 Swiss Retail Federation (2005), p.10.
24 Les lieux de travail des consommateurs du centre commercial Signy Centre se situent principalement dans les agglomérations de Genève et de Lausanne - Morges (41%) ainsi que dans les
communes du district hors Ville de Nyon (30%).

68

69

8. ANALYSE GÉOGRAPHIQUE - MOBILITÉ

8.3 Le domicile comme origine principale
4%

Pour une grande majorité des consommateurs du centre-ville, le dernier lieu
fréquenté avant de réaliser leurs achats est leur lieu de domicile (73%) ; leur lieu de
travail et de formation arrive loin derrière avec 20% 25 (graphique 27).

3%

7%
Domicile
13%

Les achats effectués au centre-ville sont principalement effectués par des
personnes ayant leur domicile à Nyon (53%) et dans les autres communes du district
(34%) 26 (graphique 28). Pour celles réalisant leurs achats en venant directement de
leur lieu de travail, le 75% d’entre elles travaillent dans la commune de Nyon 27.
A noter que la réalisation des achats s’inscrit dans un chaînage d’activités
pour près d’un tiers des répondants.

Lieu de travail
Lieu de formation
Lieu d’achat

73%

Lieu de loisirs

Graphique 27
Relation entre lieu
fréquenté et lieu d’achat.

8.4 Des actifs mais beaucoup de jeunes et de retraités

1%
4%

Les consommateurs appartiennent majoritairement aux classes d’âge des actifs
(56% des répondants ont entre 21 et 60 ans) 28 (graphique 29).

8%
Nyon
District de Nyon

Les personnes de moins de 20 ans et de plus de 60 ans représentent une catégorie
non négligeable de consommateurs. Elle se traduit par un pourcentage important
d’individus ne possédant pas de véhicule personnel (24%) 29.

53%

34%

Agglomérations Genève
et Lausanne-Morges
Autres régions de Suisse

Graphique 28
Origine des usagers
du centre-ville.

France et autres pays UE

14%
30%
15-20 ans
21-40 ans

25 A titre comparatif, les proportions sont quasi similaires pour les consommateurs du centre
commercial Signy Centre : 69% viennent de leur domicile et 18% arrivent de leur lieu de travail
ou de formation.
26 La clientèle venue du domicile pour faire ses achats dans le centre commercial Signy Centre
habite principalement dans les communes du district (61%) ou de Nyon (22%).
27 Les personnes venues de leur lieu de travail pour faire leurs achats dans le centre commercial
Signy Centre travaillent principalement dans le district (50%) et dans les agglomérations de
Genève et de Lausanne - Morges (30%).
28 La part des actifs est beaucoup plus importante dans le centre commercial Signy Centre (79%).
29 Au centre commercial Signy Centre, ce taux est seulement de 8%.

70

28%

41-60 ans
+ de 60 ans

Graphique 29
Age des usagers
du centre-ville.

28%

71

8. ANALYSE GÉOGRAPHIQUE - MOBILITÉ

8.5 Une fréquence d’achat élevée
Plus de la moitié des consommateurs du centre-ville (53%) y effectuent leurs
achats plus de trois fois par semaine 30 (graphique 30).

7,5%
7,5%

La fréquence élevée de la réalisation des achats se traduit par des dépenses
moins importantes que lors d’achats hebdomadaires. Ainsi, plus de la moitié des
dépenses moyennes (52%) sont inférieures à CHF 50.- tandis que 38% se situent
entre CHF 50.- et CHF 200.- 31.

8.6 Une répartition modale équilibrée

40%

2-3 fois/mois

27%

1 fois/mois

13%

Graphique 30
Fréquence d’achat.

Rarement

2%
5%

En Suisse, dans les communes-centre d’agglomération en 2005 32, la part des
transports non motorisés - avec pour motif l’achat à l’une des étapes du trajet est de 59%. Celle des transports individuels motorisés est de 32% et de 9% pour
les transports en communs.

8%
Voiture
46%

39%

Train
Deux-roues motorisés
(motos/scooters)

Graphique 31
Moyens de locomotion pour
se rendre au centre-ville.

Dans l’agglomération nyonnaise, le réseau routier et autoroutier est dense et
encourage l’utilisation des transports individuels motorisés. Cependant, l’apparition
de congestions sur certains axes aux heures de pointe commence à diminuer leur
attrait.

4%

Malgré la saturation des axes pénétrants (route Blanche) et la sinuosité de ses
rues, le centre-ville reste facilement accessible en transports individuels motorisés.
Certaines rues du centre historique sont néanmoins interdites à la circulation.

20%
Perdtemps
La Combe
52%

72

A pied
Bus

Le centre-ville apparaît néanmoins clairement comme un espace multimodal 33.

30 La clientèle du centre commercial Signy Centre se rend moins fréquemment dans ce lieu d’achats
(15% se rendent plus de trois fois par semaine).
31 Les consommateurs du centre commercial Signy Centre font en moyenne des dépenses plus
élevées. Ils sont seulement 26% à acheter pour moins de CHF 50.-. En revanche, ils sont près de
la moitié (49%) à dépenser entre CHF 50.- et CHF 200.- par achat.
32 OFS (2005), La mobilité en Suisse, p. 64.
33 Le centre commercial, par opposition, apparaît comme un lieu exclusivement destiné aux
automobilistes (96%).

3-4 fois/semaine
1-2 fois/semaine

Pour se rendre au centre-ville, les consommateurs utilisent autant les transports
individuels motorisés (48%) que les alternatives : transports non motorisés (39%)
ou transports en commun (13%). Etonnamment, aucune personne interrogée ne
s’est rendue au centre-ville à vélo (graphique 31).

8.7 Bonne accessibilité en transports individuels motorisés (TIM)

Tous les jours

5%

24%

Rue
Perdtemps couvert

Graphique 32
Lieu de stationnement
privilégié.

73

8. ANALYSE GÉOGRAPHIQUE - MOBILITÉ

Le centre-ville est doté d’un vaste réseau de places de parc 34 réparties en différents
points. Les parkings principaux sont celui de Perdtemps (400 places non couvertes)
et du centre commercial La Combe (700 places couvertes). L’ensemble des places
de parc est payant, même si la première heure du parking Perdtemps est gratuite 35.
Les places de stationnement sont cependant gratuites à midi (12h - 13h30), le soir
et la nuit (18h30 - 8h) ainsi que le dimanche et les jours fériés. Fruit de la nouvelle
politique de stationnement en ville de Nyon, cette tarification vise à limiter le
stationnement des pendulaires au profit des consommateurs. Selon le service de
police, la commune a atteint son objectif : les places à durée limitée sont régulièrement disponibles dans les zones 30’, 60’ et 120’. La valse des automobilistes
à la recherche d’une place de parc a donc fortement diminué et la place Perdtemps
jouit d’un fort intérêt pour le stationnement 36 .

100%
90%
80%
70%

Avec ces chiffres à disposition, il apparaît que le mardi 5 décembre 2006, les
consommateurs se sont d’avantage parqués dans les rues (stationnement limité)
et à La Combe qu’au parking Perdtemps (surface et couvert). Ce constat peut
s’expliquer par le fait qu’en semaine, les consommateurs essaient de se parquer
plus proche du centre (places restreintes et difficiles à trouver) tandis que le samedi, jour de marché, les consommateurs savent que l’accès aux rues est difficile.
Ils vont, par conséquent, directement sur les parkings à grande capacité.

60%
Non

50%

Oui

40%
30%

Graphique 33
Les parking au
centre-ville.

Les consommateurs du centre-ville interrogés stationnent leur véhicule principalement dans le parking Perdtemps (52%), dans celui de La Combe (24%) et sur les
places à durée limitée (20%). Le samedi, les consommateurs se parquent de préférence
dans le parking Perdtemps que dans celui de La Combe ou dans les rues avec des
places à durée limitée (graphique 32, p. 73).
Si la majorité des automobilistes interrogés trouve facilement une place de parc
au centre-ville (54%, graphique 33), une grande distinction apparaît entre le mardi
et le samedi. Si les automobilistes sont plus de 60% à éprouver de la difficulté à
trouver une place le mardi, ils ne sont plus que 33% le samedi (graphique 34).

54%

60%

20%

46%

40%

10%
0%
Difficulté
à trouver une
place de parc

Rôle du tarif du
parking dans la
durée de la visite

100%
90%
80%

39%

70%

67%

60%

Pas de difficulté

50%

Difficulté

40%
30%

Graphique 34
Difficulté de trouver des
places de parc.

61%

20%

33%

10%
0%
Mardi

Samedi

100%
90%
80%

48%

70%

Il est à noter que pour faciliter le stationnement et éviter les déplacements
inutiles à l’intérieur de la ville, un système d’information des places à
disposition peut être mis en place.

60%

74%

Pas de rôle dans
la durée de la visite

50%
40%

Rôle dans la durée
de la visite

30%

52%

20%

34 La durée de stationnement autorisée varie selon les places : 30’ (35 places), 60’ (89 places),
2h (22 places) et 5h (111 places).
35 70% de ses usagers bénéficient de la gratuité lors de leur stationnement.
36 Service de police, Rapport de gestion des places de parc, politique de stationnement 2006.

74

Graphique 35
Tarif du stationnement.

10%

26%

0%
Mardi

Samedi

75

8. ANALYSE GÉOGRAPHIQUE - MOBILITÉ

Par rapport au tarif de stationnement, celui-ci ne joue pas un rôle dans la durée de
stationnement des automobilistes (60%), notamment pour ceux interrogés le mardi
(74%). Pour les habitués du samedi, les avis sont plus partagés : ils ne sont que 48%
à affirmer que le prix n’a pas d’influence sur la durée de leur stationnement
(graphique 35, p. 75).
Finalement, les consommateurs du centre-ville jugent l’accessibilité bonne en
transports individuels motorisés. Ils lui attribuent une note de 7,2 sur 10.

8.8 Une accessibilité en transports non motorisés (TNM)
à compléter et organiser
Les aménagements piétons et cyclables varient considérablement d’une commune
à l’autre dans l’agglomération nyonnaise. Au sein même de la ville de Nyon, de
grandes différences existent entre les quartiers. Les réseaux sont en effet très
incomplets.
Les consommateurs venus à pied au centre-ville sont globalement satisfaits des
aménagements (note de 7,84 sur 10). D’ailleurs, une partie du centre-ville leur est
réservée afin de limiter les risques de conflit entre les différents types d’usagers
de la voirie. Mais ces conflits subsistent malgré tout, notamment sur le premier
tronçon de la rue de la Gare (image 11).
Du point de vue des commerçants, les zones piétonnes sont perçues de manière
positive. Ils sont plus de 70% à apprécier leur impact.
Une étendue de la zone piétonne au centre-ville limiterait les conflits entre usagers
tout en assurant sécurité et confort aux consommateurs. Une telle mesure nécessite
un accompagnement pour le transport des marchandises qui peut s’avérer
fastidieux pour les personnes se déplaçant à pied, à l’instar de ce qui est proposé
dans les centres commerciaux 37.

Mardi, de 10h à 12h.

Samedi, de 10h à 12h.

Image 11
Relevé du passage de piétons et de voitures par heure à la rue de la Gare 38.

37 La plupart des centres commerciaux sont dotés d’ascenseurs, d’escaliers ou de tapis roulants
pour faciliter le déplacement des consommateurs et des marchandises vers les places de
stationnement.

76

38 Smyth Ryan, « Analyse des usages (des espaces publics, piétonniers et automobiles) au
centre-ville de Nyon », Travail de séminaire, Université de Lausanne, juillet 2007, 37 p.

77

8. ANALYSE GÉOGRAPHIQUE - MOBILITÉ

Il existe différentes manières de faciliter le transport des marchandises comme
par exemple la consigne et la livraison. La mise en consigne dans un lieu sûr des
achats encombrants - au « City point » - donne la possibilité au consommateur de
poursuivre ses emplettes ou de flâner. Tout comme la livraison à domicile ou au
véhicule (photo 12).

8.9 Renforcer l’information sur l’accessibilité en
transports en commun (TC)
Le point central du réseau des transports en commun est la gare CFF de Nyon,
véritable pôle d’échange entre les différentes lignes. Les transports en commun
desservent donc le centre-ville principalement via la gare CFF ou les arrêts de bus
Centre-Ville, St-Martin et Petit Perdtemps.
La qualité des transports en commun se révèle très bonne pour la commune de
Nyon, au contraire des communes avoisinantes 39. D’ailleurs, plus de la moitié des
consommateurs du centre-ville interrogés (52%) possèdent un abonnement
de transports en commun 40. Ces derniers considèrent l’accessibilité en transports
en commun comme bonne (note de 7,9 sur 10). Mais, selon l’enquête, près de la
moitié des automobilistes interrogés au centre-ville ne connaissent pas l’offre des
transports en commun pour s’y rendre (48%). Le samedi, le pourcentage s’élève
à près de 60%.

Photo 12
Service de livraison à
domicile en vélo électrique
(Lancy et Burgdorf).

Communication uniformisée des rues commerçantes du centre-ville
(Ferrol, Espagne).

Pour maintenir et renforcer l’utilisation des transports en commun pour venir au
centre-ville, une campagne d’information et de communication sur l’accessibilité
est à envisager. A cet égard, les véhicules des TPN constituent de bons vecteurs
publicitaires (publicité appliquée sur les bus).

La région de la Galice en Espagne compte de nombreux centres commerciaux à
ciel ouvert (centro comercial aberto). Ils proposent une multitude de services :
livraison à domicile, parking gratuit à partir d’un certain montant d’achats,
événements, garderie pour enfants, etc.

39 Barbey et Kaufmann, 2007, p.4.
40 A titre de comparaison, les consommateurs du centre commercial Signy Centre sont seulement
26% à posséder un tel abonnement.

78

79

9
Propositions urbaines

« … l’unité apporte un sens 
à l’espace. Elle rend intelligible 
et reconnaissable un espace 
dans l’esprit collectif… »

80

81

9. PROPOSITIONS URBAINES

L’analyse des caractéristiques du tissu urbain, sous les différents aspects
multidisciplinaires exposés précédemment, permet de dégager des axes de projet
susceptibles de générer une redynamisation du centre-ville.
La conception des projets est élaborée, dans un premier temps, par une
thématisation des lieux stratégiques recensés. Puis, dans un second temps, par le
développement de projets de redynamisation.
L’enjeu des propositions est à la fois de résoudre des disfonctionnements mais
aussi de révéler les potentiels cachés de ces lieux.

9.1 Stratégie de projet
L’analyse des caractéristiques du tissu urbain permet de dégager des axes « majeurs »
(carte 1). Ces axes de projet sont classés en deux thèmes :
– « les liens » renvoient à une échelle large d’intervention permettant de comprendre
la structure des réseaux, des flux et du tissu,
– « les lieux » appartiennent à une échelle plus locale, soit l’ensemble des espaces
à remodeler ponctuellement.

Carte 1 (ci-contre).

> LIENS

> LIEUX

IDENTIFIER ET AFFIRMER
LES LIENS FÉDÉRATEURS

DÉVOILER ET HABITER
LES LIEUX SINGULIERS

La rue de la Gare
Une voie pénétrante

Les places

La Promenade du Jura
Une voie rayonnante

Les nœuds

Drainage des flux

A Entrée nord
Gérer l’amorce de la rue piétonne
depuis la gare
B Jonction de réseaux
Informer l’usager, induire les parcours
C Entrée sud
Fluidifier le lien avec la place
du Château

82

83

9. PROPOSITIONS URBAINES

9.2 Développement de projet
Cette démarche conçoit de manière plus précise et spécifique le développement
des stratégies de projets. Chaque élément de la légende renvoie aux propositions
de projets (carte 2) exposés à la section 9.4. Elles décrivent, par l’image des ambiances, ou expriment, par des propositions esquissées, une manière non figée
d’apporter une solution aux problèmes soulevés par l’ensemble de cette étude.

Carte 2 (ci-contre).

> LIENS

> LIEUX

IDENTIFIER ET AFFIRMER
LES LIENS FÉDÉRATEURS

DÉVOILER ET HABITER
LES LIEUX SINGULIERS

Affirmer la rue de la Gare
Marquer une continuité par une
installation suspendue

Redéfinir et valoriser les espaces urbains
Nouveau mobilier

Souligner la boucle verte
Lien sur le thème de l’eau et du végétal
Mise en valeur de la Promenade du Jura

Espaces de rencontre et / ou d’animation

Mettre en évidence un réseau
de commerces
Harmonisation des enseignes
Nouvel éclairage public
Emplacements extérieurs attenant
aux commerces
Développer un réseau de galeries

{

Espace à remanier

Espaces terrasses / bar
Espaces de détente / contemplation / aires de jeux
Offrir de nouveaux lieux
Nouvelles installations / constructions
Nouvelles affectations appropriées au lieu
Valoriser l’existant
Transformation façade attractive

Définir la nature des flux
Circulation exclusivement piétonne
Circulation automobile
Circulation mixte, zone 20
Traitement différencié de la Grand Rue
Situer et informer l’usager
Panneaux indicatifs / plans urbains

84

85

9. PROPOSITIONS URBAINES

9.3
Plan d’analyse
et axes de projet
Le tableau 9, ci-contre,
réunit les données
récoltées lors de
l’analyse.
Leur présentation, en
lecture transversale,
permet de renforcer
l’interrelation entre les
champs d’étude.

Tableau n°9. Axes de projet.

Entre deux chaises

L’unique & le pluriel

L’esthétique & l’usage 1

L’esthétique & l’usage 2

La dernière touche

La rue de la Gare se trouve dans un
territoire aux qualités géographiques remarquables. Elle est un lien
privilégié entre le repli dans les
terres et l’exposition sur les berges
du Léman.

La rue de la Gare doit être
attractive mais elle ne doit pas
l’être pour elle-même. Il s’agit de
créer une dynamique qui entraîne
l’ensemble de l’urbain.

Le travail par le sol permet de
résoudre et de superposer des
couches de problèmes fonctionnels, techniques et formels.

L’espace de la rue de la Gare doit
être repensé pour un meilleur
usage et une meilleure attractivité.

Ce projet est l’occasion de penser
l’espace vécu sous un autre angle.
En effet, de nuit, de nouveaux
usages se dessinent et l’espace se
vit autrement…

Intégrer les principes du développement durable pour un tel projet
sur le centre-ville de Nyon consiste
dans un premier temps en une réflexion sur l’espace actuel afin d’en
tirer ses qualités et ses défauts…
pour enfin en garantir une utilisation efficiente.
Le tissu du centre historique à
disposition est suffisamment
remarquable pour ne pas laisser
la périphérie investie par des
infrastructures dévoreuses
d’espace et ainsi créer une
véritable dynamique du centre.

Cet objectif repose sur le principe
dual suivant :
Unité et flexibilité de l’espace.
- L’unité apporte un sens à
l’espace. Elle rend un espace
hétérogène intelligible et reconnaissable dans l’esprit collectif.
- Plaisirs pluriels/plaisir unique et
besoins pluriels/besoin unique
doivent y trouver leur place.
Faire comprendre à l’usager qu’il
se trouve dans un espace singulier
tout en le laissant libre de son
utilisation.
> Créer de nouveaux liens

Le projet consiste donc à opter
pour une vision d’ensemble,
au risque de ne faire que de la
couture urbaine.

- Rendre la lecture de l’espace plus
claire sans pour autant laisser
apparaître un acte fort au risque
de figer ses usages possibles.
- Façonner de nouvelles limites
par un nouveau dessin des
matériaux.
- Réutiliser les matériaux existants.
- Etendre la partie piétonne pour
renforcer l’attractivité.
- Repenser le parcours en terme
de séquences, découpes,
rythmes…

> Re-découvrir les rues

- Définition de règles relatives à
l’empiétement des stands extérieurs et des pancartes de la rue.
- Penser une signalétique pour un
repérage simple des commerces
présents autour de la Rue de la
Gare et mettre en évidence leur
diversité. (valorisant ainsi leur
organisation conjointe)
- Ancrer et organiser l’activité
maraîchère dans certains lieux
déterminés du centre-ville piéton.
(projet sur des abris polyvalents,
structures fixes et/ou mobile)

Un concept lumière doit être défini,
ce qui permettra de créer une
identité globale de la rue de la Gare
et du centre-ville :
- Créer une nouvelle Stimmung
nocturne (en hiver, les magasins
sont encore ouverts alors qu’il
fait nuit).
- Le soir, l’usager doit se sentir en
sécurité.
- L’éclairage doit être pensé comme
une mise en lumière de l’espace.

- Envisager une réponse à la nécessité d’entreposer un nouveau
mobilier urbain dans le secteur.

- Maîtrise de l’énergie par une
utilisation efficiente et efficace
des luminaires.

- Nouveaux mobiliers participant à
une mise en valeur des qualités
esthétiques du centre-ville (sobriété, unité) tout en cherchant
une flexibilité d’usages.

- Le concept lumière doit s’étendre
à d’autres rues transversales.
Cette recherche s’effectue à la fois
sur le détail et le général :
- Penser à une histoire de la rue,
donner un sens au parcours.

> Se reposer

> Un espace pour tous

> Se récréer

> Identité par le sol

> Consommer

> Lisibilité

> Calorisation de l’existant

> Unité

> Habiter

86

La précédente analyse a fait
ressortir le besoin d’une réflexion
à mener sur le rôle des matériaux
dans la définition de l’espace. Il
s’agit donc d’adopter différentes
attitudes complémentaires :

- Trouver un langage des seuils,
dans les coupes transversales et
longitudinales de la rue de la Gare.

87

9. PROPOSITIONS URBAINES

9.4 Esquisses de projet
Avertissement : Les esquisses présentées dans cette section sont des suggestions
pour susciter la discussion. Elles ne sont pas à considérer comme des solutions
finies et figées. Elles expriment des intentions révélant le potentiel existant
du centre-ville. Elles sont à utiliser comme « bras de levier  » pour générer le
développement de projets.

Exemple de plan de quartier mentionnant l’emplacement des différents types de commerces.

88

89

9. PROPOSITIONS URBAINES

SITUER ET INFORMER L’USAGER
REDÉFINIR ET VALORISER LES ESPACES URBAINS | Esquisse 1

Le plan ci-contre rassemble deux entités complémentaires :
1. Panneaux indicatifs/plans urbains
• Situé aux endroits stratégiques, ce type de mobilier permet à l’usager de se sentir
dans un espace organisé en lui facilitant son déplacement et sa capacité à se situer.
• Un plan de la ville de Nyon comportant une série d’informations (nom et nature des
commerces, bâtiments principaux,...) pourrait être élaboré pour l’occasion.
• L’ensemble de ces supports crée ainsi un parcours signalétique qui pourrait se
compléter d’un parcours touristique.
2. Nouveau mobilier urbain
• Un nouveau mobilier urbain pourrait être dessiné pour la ville de Nyon.
• En plus d’un embellissement, son intérêt residerait dans les principes d’installations.
En effet, dans ce cas précis, c’est le mobilier qui s’organise selon les caractéristiques
du lieu de son installation et non le contraire.
• Le mobilier urbain pourrait s’accompagner d’une étude sur le traitement de sol,
mais peut aussi être installé sur le sol existant.
NB:
Le plan exprime une intention. Il s’agit de montrer des principes : placement et choix
du mobilier selon son environnement. Il ne s’agit pas d’un inventaire quantitatif et les
positions ne sont pas arrêtées.

Rue étroite
et fréquentée

Rue large et/ou
Place et/ou
face aux devantures autour d’un arbre
des commerces
existant

Face à une
intersection et/ou
dans rue
peu fréquentée

Endroit
stratégique
(entrée rue, gares...)

Succession linéaire
de bancs

Succession
de bancs

Banc + info
directionnelle

Borne info + bancs
+ arbre

90

Banc + arbre

91

9. PROPOSITIONS URBAINES

SITUER ET INFORMER L’USAGER | Esquisse 2

Panneaux indicatifs/plans urbains
Borne signalétique + bancs.

Vue de face.

Vue en plan.

92

Vue de la place Bel-Air depuis la Grand Rue.

93

9. PROPOSITIONS URBAINES

METTRE EN ÉVIDENCE UN RÉSEAU DE COMMERCES | Esquisse 3

Nouveau mobilier
Combiner les bancs avec des arbres existants ou nouveaux.

Vue de face.

Vue de la
place Bel-Air.

Innichen (I), AWG architectes.

94

Vue en plan.

95

9. PROPOSITIONS URBAINES

METTRE EN ÉVIDENCE UN RÉSEAU DE COMMERCES | Esquisse 4

Nouveau mobilier
Les dessins suivants proposent une nouvelle configuration des marchés qui se
tiennent dans le centre-ville de Nyon. Le système se compose d’une structure
démontable et stockable dans la boutique de services le cas échéant.
Les jours de marché, les structures sont installées de part-et-d’autre d’un nouveau
caniveau central (plus fin), facilitant le pasage dans les rues. Les autres jours de
la semaine, les structures peuvent être utilisées par les commerçants, les partis
politiques ou les restaurateurs au gré de leurs besoins.

Jour de marché habituel.

Proposition de mise
en place des étales.

Utilisation des
structures durant les
jours sans marché.

96

97




Télécharger le fichier (PDF)

analyse socio-economique.pdf (PDF, 9 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


dossier commerce juin2019 vf
flyer passages pasteur new print 2
restruc
cr comite de commerces 27 mars 2018
odj 20 12 17
c ur de ville synthese