Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



REUNION SEP 2013 CP 13 Octobre 2013 .pdf



Nom original: REUNION SEP 2013 CP 13 Octobre 2013.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 08/12/2013 à 13:01, depuis l'adresse IP 78.246.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 552 fois.
Taille du document: 890 Ko (19 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


CLINIQUE DE LA SCLEROSE EN PLAQUES
Service de Neurologie, Groupe hospitalo­universitaire « Carémeau »
Pl
ace 
du 
Pr
of
esseur
 
Debr
é 
­
 
30029 
NI
MES 
Cedex 

– 
Tél
éphone 
0466683261
Professeur Pierre LABAUGE

Docteur Giovanni CASTELNOVO

COMPTE RENDU DE LA REUNION REGIONALE D’INFORMATION
SUR LA SCLEROSE EN PLAQUES

Etat des lieux … Professeur P. LABAUGE
Les nouveaux traitements … Docteur G. CASTELNOVO
Facteurs aggravants de la sclérose en plaques … Professeur P. LABAUGE
Mieux vivre avec la sclérose en plaques
Tour d’horizon sur « le mieux vivre avec… » … Docteur F. DISCHLER
La conduite automobile … Docteur F. DISCHLER
Les différentes aides sociales pour l’aménagement du domicile …
Service social du CHU de Nîmes : Me C. ROSINSKI ; Me T. MOLENDI ; Me C.
LEPARC

SEP et activité physique … Mr M. WILLAME (kinésithérapeute)
Présentation d’un programme de remédiation cognitive …Me A. DEMASI ; Mr B. VIGNAL
(neuropsychologues)

Nîmes, le samedi 21 septembre 2013

ETAT DES LIEUX
Professeur Pierre  LABAUGE
Unité de prise en charge de la Sclérose en Plaques, CHU de Montpellier.
labauge@yahoo.fr

La pr
i
se en char
ge del
 as
 c
l
ér
osee
  np
 l
aquesd
  ansl
 eL
  anguedoc­
Roussi
l
l
one
 s
t
car
ac
t
ér
i
séep
 ar
 
unes
 t
r
uct
ur
es
 ur
 
deuxs
 i
t
esu
 ni
ver
si
t
ai
r
esd
 en
 eur
ol
ogi

:
 
Mont
pel
l
i
er
 
et

mes
.
Structures de prise en charge de la sclérose en plaques :
­ Des consul
t
at
i
ons
 spéci
al
i
sées de scl
ér
ose en pl
aques,p
  ourc
  onf
i
r
mat
i
on
di
agnost
i
que 
et
 
éval
uat
i
on 
t
hér
apeut
i
que.
­ Unef
 oi
sp
 ar
 
moi
s,
 
desc
 onsul
t
at
i
onsp
 l
ur
i
di
sci
pl
i
nai
r
ess
 ont
 
or
gani
séesa
 f
i
nd
 ep
 er
met
t
r
e
auxp
  at
i
ent
sn
  écessi
t
antu
  nep
 r
i
see
  nc
 har
gemu
  l
t
i
di
sci
pl
i
nai
r
ed
 ’
accéderàd
   i
f
f
ér
ent
s
spéc
i
al
i
s
t
es 
:
 r
ééduc
at
eur
,
 neur

opht
al
mol
ogue,n
  eur

ur
ol
ogue 
;c
  et
t
e consul
t
at
i
on
mul
t
i
di
sci
pl
i
nai
r

 t
anta
 i
déeé
  gal
ementd
  ep
  er
sonnel
 par
amédi
cal
 
(
assi
st
ant
es
 oc
i
al
e,
neur
opsychol
ogue,
 
di
ét
ét
i
ci
enne,
 
or
t
hophoni
st
e)
.
Dans
 l

opt
i
que d’
une mei
l
l
eur
e pr
i
se en char
ge,u
  ne r
éuni
on de concer
t
at
i
on
pl
ur
i
di
s
ci
pl
i
nai
r
es
 ur
  
l
aSEP,
 
set
 i
ent
 
unef
 oi
sp
 ar
 
moi
sp
 ar
 
Webi
 ncl
uant
 
t
ousl
 esc
 ent
r
es
hos
pi
t
al
i
er
s de l
ar
 égi
ond
  uL
  anguedoc 
:C
  ar
cassonneP
  er
pi
gnanN
  ar
bonne,B
  éz
i
er
s,

mese
  tMo
  nt
pel
l
i
er
.I
  
leste
  ns
ui
t
er
 édi
géu
 nc
 onsensusé
  cr
i
t
 
adr
esséa
 un
 eur
ol
ogue
t
r
ai
t
ante
  ti
 nsér
éd
  ansl
 ed
  ossi
er
 
duma
  l
ade.
 
L’
obj
ect
i
f
 
est
 
d’
har
moni
ser
 
l
esd
 éci
si
ons
médi
c
al
esc
 oncer
nant
 
l
esp
 at
i
ent
sa
  yant
 
uneS
  cl
ér
osee
 nP
 l
aquesd
  ansl
 aR
  égi
ond
 u
Languedoc 
Roussi
l
l
on.
Activités de recherche et avancées thérapeutiques:
Des
 
ac
t
i
vi
t
és 
de 
r
echer
che 
sont
 
égal
ement
 
dével
oppées 
dans 
l

r
égi
on.
I
l
  
aét
ét
 est
él
 ap
 r
ésenced
 ’
ant
i
cor
ps
 
ant
i
 
canaux 
pot
assi
ques,
 
r
et
r
ouvées 
dans
 
8% 
den
 os
mal
ades,
 
cont
r

 
42 

dans 
l

ét
ude 
al
l
emande 
publ
i
ée 
en 
 
2012.
L’
année2
 012/
2013aé
  t
éc
 ar
act
ér
i
séep
 ar
  
l
aval
i
dat
i
ond
 uP
 ETo
 uT
 EPs
 can(
 Tomogr
aphi
e
par
 émi
ssi
on de posi
t
ons)
 comme mar
queur
 di
agnost
i
c
 au cour
s des myél
i
t
es
i
nf
l
ammat
oi
r
es 
ai
guës
.
Cesr
 ésul
t
at
ss
 er
ont
 
mont
r
ésa
  up
 r
ochai
nC
  ongr
èsE
  ur
opéend
  eS
  cl
ér
osee
 nP
 l
aques
(
ECTRI
MS)
.
Uneé
 t
udemu
  l
t
i
cent
r
i
queaé
  t
éi
 ni
t
i
ée,
 
i
ncl
uant
 
l
esC
  HU 
deL
 i
l
l
e,
 
St
r
asbour
g,
 
Mont
pel
l
i
er
,

mes
,
 
sur
 
l

t
r
ai
t
ement
 
par
 
i
nduc
t
i
on 
t
hér
apeut
i
que 
par
 
Nat
al
i
zumab 
(
TYSABRI
)
.
Enf
i
n,u
  n pr
oj
etc
 oncer
nantl
 esn
  ouvel
l
ess
  équencesd
 ’
i
mager
i
ed
  ansl
 as
  cl
ér
os
ee
 n

pl
aques
,
 
est
 
enc
 our
sa
 vecl
 es
 er
vi
ced
 en
 eur
or
adi
ol
ogi
ed
 uP
 r
of
esseur
 
Al
ai
nB
  ONAFE
(
CHU 
Gui
 
de 
Chaul
i
ac
,
 
Mont
pel
l
i
er
)
.
L’
année2
  013aé
  t
éc
 ar
act
ér
i
séep
 ar
 
l

ar
r
i
véep
 r
ogr
essi
ved
 et
 r
ai
t
ement
sp
 ar
 
voi
eo
 r
al
e,
not
amment
 
l

BG12 
en 
ATU 
et
 
ce 
depui

l

début
 
du 
moi

de 
Sept
embr

2013.
L’
agr
ément
 eur
opéen a ét
é donné pour
 l
e TERI
FLUNOMI
DE 
;
 des
 pr
ot
oc
ol
es
t
hér
apeut
i
quess
 ont
 
enc
 our
sa
 ct
uel
l
ement
 
sur
 
l
eL
 AQUI
NI
MOD 
et
 
l

ONO.
  
I
lexi
st
eu
 ne
évol
ut
i
onc
 onsi
dér
abl
ed
 el
  
apr
i
see
 nc
 har
get
 hér
apeut
i
qued
 el
  
ascl
ér
osee
 np
 l
aques 
av
ec
des
 
es
sai

de 
pl
us 
en 
pl
us 
nombr
eux 
de 
t
r
ai
t
ement

par
 
voi

or
al
e.
Led
 er
ni
er
 
poi
nt
 
mar
quant
 
dec
 et
t
ea
 nnée2
 013aé
  t
él
 

ar
r
i
véed
 el
  
aFAMPRI
DI
NE,
 
i
ndi
quée
dans
 
l
es 
t
r
oubl
es 
de 
l

mar
che 
associ
és 
à 
l

SEP.
Enf
i
nl
 ec
 annabi
smé
  di
cal
  
aét
éd
 épénal
i
sée
  nj
 ui
nd
  er
ni
er
 
ceq
 ui
 
devr
ai
t
 
per
met
t
r
ed
 e
t
r
ai
t
er
 
l
es 
doul
eur

et
 
l

spast
i
ci
t
é,
 
en 
cas 
de 
r
ési
st
ance 
à 
d’
aut
r
es 
t
r
ai
t
ement
s.
Conclusions
Lap
 r
i
see
 nc
 har
ged
 el
 aS
  EPé
 vol
uent
 
act
uel
l
ement
 
dema
  ni
èr
et
 r
èsi
 mpor
t
ant
e,
 
t
ant
 
en
t
er
med
 es
 t
r
uct
ur
eq
 ued
 et
 r
ai
t
ement
s,
 
avecu
 nep
 r
i
or
i
t
éq
 ues
 ont
 
l
es 
t
r
ai
t
ement

par
 
v
oi
e
or
al
e.

LES NOUVEAUX TRAITEMENTS
Docteur G. CASTELNOVO
Service de Neurologie, CHU Carémeau, Nîmes

Nousa
 ssi
st
onsc
 esd
 er
ni
er
st
 empsàu
  nev
 ér
i
t
abl
er
 évol
ut
i
ond
 ansl
 ed
 emai
nd
 el
 a
pr
i
s
ee
 nc
 har
get
 hér
apeut
i
qued
 el
 as
 cl
ér
osee
 np
 l
aques.
 
Ceci
 
est
 
l
ac
 onséquenced
 ’
une
mei
l
l
eur
ec
 onnai
ssanced
 el
 ap
 hy
si
opat
hol
ogi
ec
 et
t
ema
  l
adi
ed
 us
 yst
èmei
 mmuni
t
ai
r

 
expr
es
si
on 
neur
ol
ogi
que.
Lesp
 r
emi
er
st
 r
ai
t
ement
si
 mmunomodul
at
eur
sc
 i
bl
és,
 
I
nt
er
f
ér
onsb
 êt
ae
 t
 
Copaxone,
 
ont
ét
ép
 r
oposésa
 uxp
 at
i
ent
sS
 EPi
 l
   
ya20a
 nse
 nvi
r
on.
 
Auf
  
i
ldut
 emps 
nous
 
avons
 
appr
i
s
 
à
connaî
t
r
el
 eb
 énéf
i
ced
 ec
 est
 r
ai
t
ement
s,
 
mai
sa
 ussi
 
l
eur
sl
 i
mi
t
es,
 
not
amment
 
enc
 eq
 ui
conc
er
nel
 ’
ef
f
i
caci
t
éàl
  ongt
 er
mee
  ts
  ur
 
l
esf
 or
mesp
 r
ogr
essi
vesd
 el
 ama
  l
adi
e.
 
Ces
médi
c
ament
ss
 ont
 
admi
ni
st
r
ésp
 ar
 
voi
es
 ousc
 ut
anéea
 vec
 
unp
 r
of
i
l
 
det
 ol
ér
ancev
 ar
i
abl
e.
Cet
t
ev
 oi
ed
 ’
admi
ni
st
r
at
i
on«
  
nonc
 onvent
i
onnel
l

»n
 ef
 avor
i
sep
 asl
 ’
obser
vanceo
 pt
i
mal
e
du 
t
r
ai
t
ement
,
 
nécess
ai
r

à 
l

obt
ent
i
on 
du 
mei
l
l
eur
 
ef
f
et
 
t
hér
apeut
i
que.
Lesp
 r
ogr
èst
 hér
apeut
i
quesr
 écent
sd
  ansl
 aS
  EP 
concer
nent
 
pr
i
nci
pal
ement
 
l
ami
  s

 
di
s
posi
t
i
ond
 ef
 or
meso
 r
al
ese
 t
 
dest
 r
ai
t
ement
sp
 l
use
 f
f
i
cacesma
  i
sq
 ui
,
 
enr
 ai
sond
 el
 
eur
pr
of
i
ld
 ’
i
nnocui
t
é,s
  ontp
 r
oposés
 en deuxi
ème i
nt
ent
i
on en casd
 ’
échappementa
  ux
t
r
ai
t
ement

i
mmunomodul
at
eur

de 
pr
emi
èr

l
i
gne 
(
Copaxone 
et
 
I
nt
er
f
ér
on 
bêt
a)
.

FORMES ORALES.
LeFingolimod
 
 (Gylenia)  aé
 t
él
 ep
 r
emi
er
 
t
r
ai
t
ement
 
par
 
voi
eo
 r
al
ec
 ommer
ci
al
i
séd
 ans
 
l
a
SEP.
 
Cet
 r
ai
t
ement
 
est
 
pr
éconi
séd
 ansl
 esf
 or
mesr
 écur
r
ent
es­
r
émi
t
t
ent
es 
del
  
amal
adi
e.
Sonmé
  cani
smed
 ’
act
i
one
 st
 
i
nnovant
 
et
 
sone
 f
f
i
caci
t
és
 upér
i
eur
eàc
  el
l
ed
 esI
 nt
er
f
ér
ons
bêt
ae
  td
  el
 aC
  opax
one.L
  esd
  onnéesd
  et
 ol
ér
ance,
 
apr
èsc
 i
nqa
 nsd
 ’
ut
i
l
i
sat
i
on,
 
sont
r
assur
ant
s,
 
not
amment
 
enc
 eq
 ui
 
concer
nel
 er
 i
squed
 ema
  l
adi
ei
 nf
ect
i
euseo
 ppor
t
uni
st
e
ou 
de 
c
ancer
.
LaTeriflunomide
 
  (AUBAGIO) 
nes
 er
ap
 asc
 ommer
ci
al
i
séea
 vant
 
l
ep
 r
emi
er
 
semes
t
r
e
2014.
 
Unc
 er
t
ai
nn
 ombr
ed
 ep
 at
i
ent
sb
 énéf
i
ci
ent
 
déj
àd
 ec
 et
 r
ai
t
ement
 
admi
ni
st
r
éd
 ansl
 e
cadr
ed
  ep
 r
ot
ocol
esd
  er
 echer
che.
  
I
ls’
agi
t
 
d’
unt
 r
ai
t
ement
 
or
al
 
ayant
 
unb
 onp
 r
of
i
l
 
de
t
ol
ér
anc
eg
 énér
al
e,
 
mai
sl
 ’
ef
f
i
caci
t
ée
 st
 
pr
obabl
ement
 
équi
val
ent
ea
 ux
 
I
nt
er
f
ér
ons
 
bêt
ae
 t
 
à
l
aC
  opaxone.
 
Enr
 ai
sond
 ’
une
 f
f
et
 
t
ér
at
ogènep
 ot
ent
i
el
,
  
i
lest
 
f
or
mel
l
ement
 
cont
r
i
ndi
qué
pendant
 
l
ag
 r
ossessee
 t
 
sonu
 t
i
l
i
sat
i
oni
 mposeu
 nec
 ont
r
acept
i
ons
 ur
e.
 
Uner
 écent

 t
ude
(
TOPI
C)
  
ami
se
 né
 vi
dencel
 ’
i
nt
ér
êt
 
dec
 et
 r
ai
t
ement
 
aus
 t
adet
 r
èsp
 r
écoced
 el
 ama
  l
adi
e
apr
ès
 
un 
pr
emi
er
 
évènement
 
cl
i
ni
que.
LeBG12
 
  (TECFIDERA) 
est
 
l
ed
  ér
i
véd
 ’
unt
 r
ai
t
ement
 
i
mmunomodul
at
eur
 
ut
i
l
i
séd
 epui
s
pl
usi
eur
s
 années,n
  ot
ammente
  n Al
l
emagne,p
  ourl
 e t
r
ai
t
ementd
  u psor
i
asi
s.I
  
lest
pr
éconi
séd
 ans 
l
es 
f
or
mes 
deS
 EPé
 vol
uant
 
pas
 
poussée.
 
Deux
 
ét
udes
 
ont
 
mont
r
éq
 uec
 e

t
r
ai
t
ement
 
r
édui
t
 
l
af
 r
équenced
 esp
 ousséesd
 ’
envi
r
on5
 0% 
;
 
enr
 evanche,
 
l

ef
f
et
 
sur
 
l
a
pr
ogr
es
si
ond
 uh
 andi
capn
 ’
est
 
pas 
bi
ené
 t
abl
i
,
 
mai

sonmé
  cani
smed
 ’
act
i
onl
 ui
 
conf
èr
eu
 n
ef
f
etn
  eur
opr
ot
ect
eurp
  ot
ent
i
el
.S
  on pr
of
i
ld
  e t
ol
ér
ance estt
 r
èsf
 avor
abl
e.L
  ese
 f
f
et
s
secondai
r
esl
 es
 
pl
us 
f
r
équent
s
 
sont
 
l
es 
r
ushs
 
cut
anés  
etl
es 
doul
eur
s
 
gast
r
i
ques.
 
Des
 
c
as
de mal
adi
e oppor
t
uni
st
e gr
ave (
l
euco­
encéphal
opat
hi
e mul
t
i
pl
e pr
ogr
essi
ve)o
  nté
 t
é
r
appor
t
ésa
 vecu
 nt
 r
ai
t
ement
 
si
mi
l
ai
r
e(
 mai
sa
 vecu
 nep
 osol
ogi
ep
 l
usi
 mpor
t
ant
e)
 
et
 
c
hez
des
 
pat
i
ent

ayant
 
r
eçu 
ou 
r
ecevant
 
des 
t
r
ai
t
ement

di
mi
nuant
 
l

r
éponse 
i
mmuni
t
ai
r
e.
Cet
 r
ai
t
ement
 
ser
ac
 ommer
ci
al
i
sép
 r
obabl
ement
 
dans
  
l
edeuxi
èmes
 emest
r
e2
 014e
  
ts
er
a
vr
ai
s
embl
abl
ement
 
pr
oposée
 nd
 euxi
èmei
 nt
ent
i
one
 nc
 asd
 ’
échappement
 
auxI
 nt
er
f
ér
ons
bet
ae
 t
  
àl
aC
 opaxone.
 
Dans
  
l
ecadr
ed
 ’
uned
 emanded
 ’
aut
or
i
sat
i
ont
 empor
ai
r
ed
 ’
ut
i
l
i
s
at
i
on
(
ATU)
 
un 
nombr

l
i
mi
t
é 
de 
pat
i
ent
s,
 
bénéf
i
ci
ent
 
déj
à 
de 
ce 
t
r
ai
t
ement
 
dans 
not
r

r
égi
on.
LeLaquinimod
 
  est
 
act
uel
l
ement
  
àuns
 t
adea
 vancéd
 el
 ’
ex
pér
i
ment
at
i
onc
 l
i
ni
que.
 
I
l
 
s

agi
t
d’
unt
 r
ai
t
ementa
  yantu
  ne
  xcel
l
entp
 r
of
i
l
 det
 ol
ér
ancee
 t
 
d’
i
nnocui
t
é.
 
Sone
 f
f
i
caci
t
ée
 s
t
modes
t
es
 ur
 
l
af
 r
équenced
 esp
 oussées 
;
 
i
l
 
a,
 
enr
 evanche,
 
une
 f
f
et
 
pl
us 
si
gni
f
i
cat
i
f
 
s
ur
 
l
a
pr
ogr
es
si
ond
  uh
 andi
cap.
 
Sac
 ommer
ci
al
i
sat
i
onn
 ’
est
 
pase
  ncor
ef
 i
nal
i
séema
  i
si
  
lser
a
pr
obabl
ement
 
mi

à 
di
sposi
t
i
on 
dans 
l

f
or
mes 
r
écur
r
ent
es­
r
émi
t
t
ent
es 
de 
SEP 
en 
2015.

TRAITEMENTS DE DEUXIEME LIGNE
Ond
 éf
i
ni
t
 
commet
 r
ai
t
ement
 
ded
 euxi
èmel
 i
gne,
 
l
esmé
  di
cament
sa
 yant
 
unee
 f
f
i
cac
i
t
é
par
f
oi
sn
 et
t
ement
 
supér
i
eur
ea
 ut
 r
ai
t
ement
 
i
mmunomodul
at
eur
 
dep
 r
emi
èr
el
 i
gne,
 
mai
s
l
eur
 
pr
of
i
l
 
d’
i
nnocui
t
én
 ’
enj
 ust
i
f
i
el
 ’
ut
i
l
i
sat
i
onq
  u’
uni
quement
 
enc
 asd
 ’
échappement
 
aux
t
r
ai
t
ement

convent
i
onnel
s.
LeNatalizumab
 
  (TYSABRI) 
est
 
pr
obabl
ement
 
l
et
 r
ai
t
ement
 
del
 aS
  EPl
 ep
 l
use
 f
f
i
cac
e.
Dansc
  er
t
ai
ns cas,c
  et
 r
ai
t
ementap
   er
mi
sd
  es
 t
abi
l
i
serd
  esf
 or
mest
 r
èsa
  ct
i
veso
 u
agr
es
s
i
vesd
 el
 ama
  l
adi
e.
 
Admi
ni
st
r
ép
 ar
 
voi
ei
 nj
ect
abl
eu
 nef
 oi
sp
 ar
 
moi
s,
 
cet
 r
ai
t
ement
peut
 
f
avor
i
ser
,
  
àcaused
 es
 onmé
  c
ani
smed
 ’
act
i
on,
  
l
asur
venued
 ’
unema
  l
adi
ei
 nf
ect
i
euse
gr
aved
  us
  yst
èmen
  er
veuxc
  ent
r
al
 (
LEMP)c
  hezl
 esp
  at
i
ent
sp
 or
t
eur
sd
 ’
unes
 ér
ol
ogi
e
pos
i
t
i
v
ep
 our
 
l
eJ
 C­
vi
r
us(
 65% 
del
  
apopul
at
i
ong
 énér
al
eàu
  nes
 ér
ol
ogi
eJ
 C­
vi
r
us 
pos
i
t
i
v
e)
.
Cer
 i
squee
 st
 
quant
i
f
i
éà4
  ­
5c
 asp
 our
 
1000p
 at
i
ent
st
 r
ai
t
ésa
 pr
ès
 
deux 
ans
 
det
 r
ai
t
ement
.
Led
  épi
s
t
agep
 r
écoced
  ec
 et
t
ema
  l
adi
ei
 nf
ect
i
euse(
 avant
 
l

appar
i
t
i
ond
 ess
 ympt
ômes
cl
i
ni
ques)
 
à 
l

I
RM,
 

amél
i
or
é 
cons
i
dér
abl
ement
 
l

pr
onost
i

f
onct
i
onnel
 
et
 
vi
t
al
.
L’Alemtuzumab  (LEMTRADA)  estu
  nmé
  di
camentd
  ontl
 af
 r
équenced
 ’
admi
ni
st
r
at
i
on
(
per
f
us
i
on)
 
est
 
ext
r
êmement
 
r
édui
t
e.
 
Sonp
 r
of
i
l
 
d’
ef
f
i
caci
t
ée
 st
 
si
mi
l
ai
r
eàc
  el
ui
 
duT
 y
s
abr
i
ent
 er
mesd
  ef
 r
équenced
  ep
  ousséese
  td
  er
 i
squed
 ep
 r
ogr
essi
ond
 uh
 andi
cap.
 
Les
compl
i
cat
i
ons l
es
 pl
us f
r
équent
es
 sontu
  ne hypot
hyr
oi
di
e,(
 25% de cas)f
 aci
l
ement
soi
gnabl
ea
 vecd
 est
 r
ai
t
ement
sa
 dapt
és,
 
et
 
uned
 i
mi
nut
i
ond
 un
 ombr
ed
 ep
 l
aquet
t
es
 
av
ec
des
  mani
f
est
at
i
on  hémor
r
agi
ques
  dans moi
ns d’
1% des pat
i
ent
s
 t
r
ai
t
és.
 La
commer
ci
al
i
sat
i
ond
  ec
 et
 r
ai
t
ement
 
est
 
pr
évuee
  nf
 i
n2
 014e
 t
  
i
lser
ai
 ndi
qued
 ansl
 es
f
or
mes 
agr
essi
ves 
de 
SEP
L’
Ocrelizumab,
 
est
 
uné
 qui
val
ent
 
duR
 i
t
uxi
mab,
 
t
r
ai
t
ement
 
ut
i
l
i
séd
 epui

des 
années
 
dans
l
ap
 r
i
s
ee
 nc
 har
ged
 el
 ap
 ol
yar
t
hr
i
t
er
 humat

de.
 
Les 
ét
udes 
dep
 hase2o
  nt
 
mont
r
éq
 uec
 e

t
r
ai
t
ementa
  ,g
 r
âce à sonp
 r
of
i
l
 d’
ef
f
i
caci
t
ée
  td
  et
 ol
ér
ance,u
  nep
 l
acep
 r
obabl
ement
i
mpor
t
ant
ed
 ansl
 ap
 r
i
see
 nc
 har
ged
 el
  
aSEP.
 
L’
ef
f
i
caci
t
éc
 oncer
nel
  
al
es
 
poussées
 
mai
s
cet
 r
ai
t
ementaa
   ussi
 
pr
obabl
ement
 
une
 f
f
et
 
sur
 
l
ap
 r
ogr
essi
ond
  uh
 andi
cap.
 
Lep
 r
of
i
l
d’
i
nnocui
t
é 
n’
est
 
pas 
bi
en 
connu,
 
mai

l
es 
donnés 
des 
ét
udes 
sont
 
pl
ut
ôt
 
r
assur
ant
s.
LeDaclizumab
 
  est
 
una
 nt
i
cor
psmo
  nocl
onal
,
 
t
r
ai
t
ement
 
admi
ni
st
r
ép
 ar
 
voi
es
 ous­
cut
anée
quia
   mont
r
é une act
i
vi
t
é ant
i
­
i
nf
l
ammat
oi
r
e pui
ssant
e.L
 ’
admi
ni
st
r
at
i
on i
nt
r
at
héc
al
e
(
di
r
ect
ement
 
dansl
 el
 i
qui
dec
 éphal
or
achi
di
en)
  
aét
ét
 est
éea
 vec
 
ef
f
et
 
dans 
l
es 
f
or
mes 
t
r
ès
agr
es
s
i
ves 
de 
SEP.

THERAPIE REPARATRICE 
I
l
 
s’
agi
t
 
dep
 r
océdur
est
 hér
apeut
i
quesv
 i
sant
  
àf
avor
i
ser
  
l
ar
émyél
i
ni
sat
i
on.
 
El
l
esr
 epos
ent
sur
 l

admi
ni
st
r
at
i
on des
 subst
ances quii
  ndui
sent
 cer
t
ai
nes cel
l
ul
es du cer
v
eau
(
l
i
godr
endocyt
es)
  
àr
epr
odui
r
el
  
amyél
i
neo
 uài
  nt
r
odui
r
ed
 ansl
 es
 yst
èmen
 er
veuxc
 ent
r
al
par
 
di
f
f
ér
ent
esv
 oi
es(
 per
f
usi
on,
 
i
nt
r
at
hécal
e,
 
gr
ef
f
e)
 
dec
 el
l
ul
es
 
nond
 i
f
f
ér
enci
ées
 
(
cel
l
ul
es
souc
hes)
 
qui
 
dansu
 nmi
  l
i
eup
 r
opi
ces
 ed
 i
f
f
ér
enci
ent
 
enc
 el
l
ul
esc
 apabl
esd
 ep
 r
odui
r
el
 a
my
él
i
ne.
 
Cesa
 ppr
ochest
 hér
apeut
i
quess
 ont
 
ef
f
i
cacesc
 hezl
 ’
ani
mal
 
mai
sl
 ’
expér
i
ence
chezl
 ’
hommee
  stl
 i
mi
t
éee
  tl
 esr
 ésul
t
at
sd
 i
sponi
bl
esn
  ep
 er
met
t
ent
 
pasd
 ’
ent
 i
r
er
 
de
conc
l
us
i
ons 
pr
éci
ses 
sur
 
l

pr
of
i
l
 
d’
ef
f
i
caci
t
é 
et
 
d’
i
nnocui
t
é.

EN CONCLUSION
En2
  013,
 
l
esc
 l
i
ni
ci
ensd
 i
sposent
 
d’
una
 r
senal
 
t
hér
apeut
i
quer
 el
at
i
vement
 
r
i
cheq
 ui
 
l
eur
of
f
r
ep
 l
usd
 ep
 ossi
bi
l
i
t
ésd
 emi
  euxc
 ont
r
ôl
er
 
l
as
 cl
ér
osee
 np
 l
aques.
 
Lap
 r
i
see
 nc
 har
ge
r
epos
ee
 ncor
el
 ar
gement
 
sur
 
l

ut
i
l
i
sat
i
ond
 es 
t
r
ai
t
ement

i
mmunomodul
at
eur

dep
 r
emi
èr
e
l
i
gne,
 
c
ommel
 

I
nt
er
f
ér
onb
 êt
ao
 ul
  
aCopaxone,
 
mai

enc
 as 
d’
échappement
 
oud
 er
 éponse
i
nc
ompl
èt
e,
 
nousa
 vonsl
 ap
 ossi
bi
l
i
t
éd
 ’
ut
i
l
i
ser
 
dest
 r
ai
t
ement
sp
 l
use
 f
f
i
caced
 ont
  
l
epr
of
i
l
d’
i
nnocui
t
é à l
ong t
er
me r
est
e cependantà
   vér
i
f
i
er
.L
  ami
  sead
   i
sposi
t
i
ond
  ansl
 es
pr
ochai
nesmo
  i
sd
  ef
 or
meso
 r
al
esc
  onst
i
t
ueu
  nv
  ér
i
t
abl
ep
 r
ogr
èsp
 l
uss
 ur
 
l
ep
 l
and
 u
conf
or
t
 
dup
 at
i
ent
 
ques
 ur
 
l

ef
f
et
 
t
hér
apeut
i
quep
 ar
 
r
appor
t
 
auxt
 r
ai
t
ement
sc
 onvent
i
onnel
s
admi
ni
st
r
és 
par
 
voi

s
ouscut
anée.

LES FACTEURS AGGRAVANTS DE LA SCLEROSE EN PLAQUES
Professeur P. LABAUGE,
Unité de prise en charge de la Sclérose en Plaques, CHU de Montpellier.
labauge@yahoo.fr

I
l
 

ét
é 
pr
océdé 
à 
une 
r
evue 
de 
l
i
t
t
ér
at
ur

concer
nant
 
l
es 
f
ac
t
eur

aggr
avant

de 
l

SEP.
Influence de la grossesse
Pl
us
i
eur

 t
udeso
 nt
 
ét
udi
él
 ’
i
nf
l
uenced
 esg
 r
ossessess
 ur
 
l

évol
ut
i
ond
 el
  
ascl
ér
osee
 n
pl
aques
.
 
One
 st
i
me,
 
auc
 our
sd
 ut
 r
oi
si
èmet
 r
i
mest
r
ed
 eg
 r
ossesse,
 
uned
 i
mi
nut
i
ond
 e7
 0

dur
 i
s
qued
 ep
 oussées,
 
et
  
àl

i
nver
seu
 nea
 ugment
at
i
ond
 e7
 0%
  
dansl
 est
 r
oi
smo
  i
s
apr
ès
 
l

post
­
par
t
um.
I
l
 
n’
yap
  asd
 ’
i
nf
l
uenced
 el
 ag
 r
ossesses
 ur
 
l

évol
ut
i
ona
 ul
 ongc
 our
sd
 el
 as
 cl
ér
os
ee
 n
pl
aques
.
Las
 cl
ér
osee
 np
 l
aquesn
 ’
i
nf
l
uep
 as
 
sur
  
l
edével
oppement
 
del
 ’
enf
ant
 
dans
  
l
apér
i
odea
 nt

ou 
néonat
al
e.
L’
al
l
ai
t
ement
 
n’
i
nf
l
uence 
pas 
non 
pl
us 
l

cour

de 
l

mal
adi
e.
Par
 
c
ont
r
e,
 
la  stimulation  ovarienne,
 
pour
 
ai
deàl
  ap
 r
ocr
éat
i
on,
 
mul
t
i
pl
i
ep
 ar
 
deuxl
 e
r
i
squed
 ep
 oussées.
  
I
ls’
agi
t
 
d’
unea
 ugment
at
i
ond
 ur
 i
sque,
 
mai
s
  
l
ast
i
mul
at
i
onh
 or
monal
e
n’
est
 
pas 
une 
cont
r

i
ndi
cat
i
on 
dans 
l

scl
ér
ose 
en 
pl
aques.
Influence de la chaleur
L’influence  de  la  chaleur  
est
 
souvent
 
ci
t
éep
 ar
 
l
es 
pat
i
ent
s
 
commef
 act
eur
 
aggr
av
ant
de 
l

mal
adi
e.
Ene
 f
f
et
,
 
i
l
  
aét
éd
 émont
r
éq
 uel
  
achal
eur
 
excessi
vee
 nt
r

neu
 nr
 i
squea
 ccr
ud
 ep
 ous
s
ées,
mai

 gal
ement
 
unea
 ugment
at
i
ond
 el
 ’
act
i
vi
t
én
 eur
or
adi
ol
ogi
que.
 
Les
 
f
onct
i
ons
 
cogni
t
i
v
es
sont
 
égal
ement
 
moi
ns 
per
f
or
mant
es 
dur
ant
 
l
es 
pér
i
odes 
de 
c
hal
eur
.
L’
exer
c
i
ce physi
que n’
a,p
  arc
  ont
r
e,a
  ucune i
nf
l
uence s
url
 as
  ur
venued
  ep
  ouss
ées
évent
uel
l
es 
de 
l

mal
adi
e.
Influence du tabac
Une  donnée  importante 
pour
 
l

année2
 013e
 st
 
l’influence  du  tabac.
 
Let
 abac
  
aune
i
nf
l
uences
 ur
 
l

évol
ut
i
ona
 ul
 ongc
 our
sd
 el
 as
 cl
ér
osee
 np
 l
aques,
 
avecu
 nea
 ugment
at
i
on
dur
 i
s
qued
 uh
 andi
capl
 i
éeàl
   
aconsommat
i
ont
 abagi
que.
 
Led
 él
ai
 
pour
 
avoi
r
 
uneg
 êneàl
  
a

mar
c
he 
est
 
de 
16 
ans 
chez 
l
es 
non­
f
umeur
s,
 
ver
sus 
11 
ans 
chez 
l
es 
f
umeur
s.

Influence de la vaccination
En  terme  de   vaccination,
  
i
ln’
exi
st
ep
 asd
 ’
i
nf
l
uenced
 esv
 acci
nss
 ur
 
l
as
 cl
ér
osee
 n
pl
aques
,
 
sauf
  
l
evacci
nc
 ont
r
el
  
af
i
èvr
ej
 aune.
 
Ene
 f
f
et
,
 
uneé
 t
udea
 r
gent
i
nep
 ubl
i
éee
 n2
 011

mont
r
é 
un 
r
i
sque 
de 
poussées 
mul
t
i
pl
i
é 
par
 
10 
apr
ès 
l

vacci

cont
r

l

f
i
èvr

j
aune.
Dansc
 et
t
emê
  meé
 t
ude,
 
l
esa
 ut
r
es 
vacci
ns,
 
not
amment
 
cont
r
el
  
agr
i
ppe,
 
n’
avai
ent
 
pas
d’
i
nf
l
uence 
sur
 
l

SEP.
En conclusion
Lesp
 r
i
nci
pauxf
 act
eur
sa
 ggr
avant
sd
 el
 as
 cl
ér
osee
 np
 l
aquess
 ont
 
r
epr
ésent
ésp
 ar
 
l
es
st
i
mul
at
i
onsh
  or
monal
esp
 our
 
ai
deàl
  ac
 oncept
i
on,
 
l
ev
 acci
nc
 ont
r
el
 af
 i
èvr
ej
 aune,
 
l
a
chal
eur
 
excessi
ve 
et
 
l

consommat
i
on 
t
abagi
que 
excessi
ve.

MIEUX VIVRE AVEC LA SEP
Docteur Fl. DISCHLER
Service de Rééducation et Rédaptation Fonctionnelle, CHU Carémeau, Nîmes

DEFINITIONS LIEES AU « MIEUX VIVRE »
Wi
k
i
pédi
a:L
  e bien­être estu
  né
 t
atl
 i
éàd
   i
f
f
ér
ent
sf
 act
eur
sc
  onsi
dér
ésd
  ef
 açon
sépar
ée ou conj
oi
nt

:l
 a sant
é,l
 a r
éussi
t
e soci
al
e ou économi
que,a
  up
 l
ai
si
r
,àl
   a
réalisation de soi,
 
à 
l
'
har
moni

avec 
soi
 
et
 
l
es 
aut
r
es
La  qualité  de  vie:« la perception qu’a  un  individu  de  sa  place dans l’existence, dans le
contexte  de  la  culture  et du  système  de  valeurs  dans  lesquels  il  vit, en  relation  avec  ses
objectifs,  ses   attentes,  ses  normes  et  ses  inquiétudes.  Il  s’agit  d’un  large  champ
conceptuel,  englobant  de  manière  complexe  la  santé  physique  de  la  personne,  son  état
psychologique,  son  niveau  d’indépendance,  ses  relations  sociales,  ses  croyances
personnelles et sa relation avec les spécificités de son environnement ». 
OMS 
1994
Le   confort = bi
enê
 t
r
ema
  t
ér
i
el
.C
  onf
or
td
  ansl
 esa
  ct
i
vi
t
ésé
 l
ément
ai
r
esd
 el
 av
 i
e
quot
i
di
enne:t
  oi
l
et
t
e,h
  abi
l
l
age,a
 l
i
ment
at
i
on,t
 r
ansi
t

  mi
ssi
on ur
i
nai
r
e,v
 i
e sexuel
l
e,
pos
i
t
i
onnement
,
Or
i
gi
ne de l’inconfort:s
  évér
i
t
é de l

at
t
ei
nt
e neur
ol
ogi
que (
l
es déf
i
ci
ences)e
 t
/
ou
i
nadapt
at
i
on 
de 
l’environnement.
SEP ET VIE EN « MILIEU ORDINAIRE »
ANALYSE DES MECANISMES DE L’INCONFORT

VIE  EN   MILIEU  ORDINAIRE :  point  fort  de  plusieurs  ARS  (Agence  Régionale  de  la
Santé)
­ Vi
vr

chez 
soi
:
 
mi
se 
en 
pl
ace 
di
agnost
i
que 
d’
aut
onomi

de 
l

habi
t
at
.
­ Bes
oi
nd
  er
 éadapt
at
i
onàl
  as
  or
t
i
ed
  el
 ’
hôpi
t
al
 
:l
 esp
 r
ogr
èsd
  el
 amé
  deci
nee
 n
mat
i
èr
ed
 ep
 r
i
see
 nc
 har
ged
 es 
soi
ns  
etl

assi
st
ancep
 r
ocur
éep
 ar
 
l
es
 
pr
of
essi
onnel
s
per
met
t
ent
 
uneb
 onneg
 ar
ant
i
es
 ur
 
l
as
 écur
i
t
ée
   
tl
acont
i
nui
t
éd
 es
 
soi
ns
 
duma
  l
adeà
 
domi
ci
l

ou 
dans 
des 
cent
r
es 
spéci
al
i
sés.
­ Faci
l
i
t
er
 
l

accès 
à 
l

exper
t
i
se 
pour
 
l
es 
pr
of
essi
onnel

et
 
l
es 
usager
s
­ Equi
pe 
mobi
l

de 
r
éadapt
at
i
on 
à 
domi
ci
l
e
ROLE DES INSTITUTIONS
Loi
 du1
  1f
 évr
i
er2
  005p
  ourl
 ’
égal
i
t
éd
  esd
 r
oi
t
se
  td
  esc
 hances,l
 ap
  ar
t
i
ci
pat
i
one
 t
 
l
a
ci
t
oy
ennet
é 
des 
per
sonnes 
handi
c
apées.
Cet
t
el
 oi
 
r
éf
or
mel
  
al
oi
 
d’
or
i
ent
at
i
one
 nf
 aveur
 
des 
per
sonnes 
handi
capées 
du3
 0j
 
ui
n1
 975.
Fondés
 ur
 
l
esp
 r
i
nci
pesg
 énér
auxd
 en
 on­
di
scr
i
mi
nat
i
on,
 
cet
 ext
ev
 i
seàg
  ar
ant
i
r
 
l

égal
i
t
é
desd
 r
oi
t
se
 t
 
desc
 hancesp
  our
 
l
esp
 er
sonnesh
 andi
capéese
 t
  
àassur
er
  
àchacunl
 a
pos
s
i
bi
l
i
t
éd
 ec
 hoi
si
r
 
sonp
 r
oj
et
 
dev
 i
e.
 
L’
appr
ochen
 ’
est
 
pasu
 ni
quement
 
médi
cal
e,
 
mai
s
conc
er
nel
 esi
 ncapaci
t
ésd
 el
  
aper
sonnee
  
tl

i
nadapt
at
i
onàl
  

envi
r
onnement
 
:
 
l

access
i
bi
l
i
t
é
conc
er
ne 
t
ous 
l
es 
handi
caps.
Par
 
c
et
 ext
e,
 
l

ét
at
  
aunr
 ôl
ed
 ec
 ont
r
ôl
ed
 ur
 espect
 
dur
 ègl
ement
,
 
unemi
  ssi
ond
 ec
 onsei
l
et
 
d’
as
si
st
ance 
t
echni
que.
QUELLES SONT LES POSSIBILITES PRATIQUES
­ HAD 
r
ééducat
i
on 
(
APHP)
,
­ SAMSAH 
(service d’accompagnement médico sociale pour adultes handicapés),
­ EGERI
 
(
Equi
pe 
Gér
i
at
r
i
que 
de 
r
éi
nser
t
i
on 
et
 
d’
I
nt
er
vent
i
on)
­ Réseaux 
de 
soi
ns,
 
associ
at
i
ons,
 
et
c.
LA COMMUNAUTE SEP
La 
quêt

d’
i
nf
or
mat
i
on 
est
 
une 
r
éact
i
on 
nat
ur
el
l

en 
pr
ésence 
d’
une 
af
f
ect
i
on 
médi
cal
e.

Les
 s
our
ces d’
i
nf
or
mat
i
on sontn
  ombr
euses 
:s
 i
t
es i
nt
er
net
,c
  ommunaut
é onl
i
ne,
pr
ogr
ammes 
d’
éducat
i
on 
en 
l
i
gne,
 
appl
i
cat
i
ons 
mobi
l
e,
 
mai
l
,
 
et
c.
Chaque 
moi

en 
Fr
ance 
l
es 
mot
eur

de 
r
echer
che 
enr
egi
st
r
ent
 
pl
us 
de 
240000 
r
equêt
es
l
i
ées 
à 
l

SEP.
L’
i
nf
or
mat
i
onmé
  di
cal
ee
  stt
 r
èsd
 ensee
 t
 
des
 ur
cr
oi
t
 
d’
uneq
 ual
i
t
ép
 ar
f
oi
smé
  di
ocr
e.
 
A
moi
nsd
  er
 echer
cher
 
unea
  dr
esses
 péci
f
i
que,
 
l

i
nt
er
naut
ei
 nt
r
odui
t
 
desmo
  t
sc
 l
ésp
 our
accéder
 
auxs
 i
t
es,
 
mai
sc
 en
 ’
est
 
pasf
 or
cément
 
l
ess
 i
t
esq
 ui
 
appar
ai
ssent
 
enp
 r
emi
er
 
qui
pr
ésent
ent
 
l

mei
l
l
eur

qual
i
t
é.
Lesc
 r
i
t
èr
esd
 eq
 ual
i
t
éd
 ess
 i
t
esp
 euvent
 
êt
r
en
 ons
 eul
ement
 
l
ess
 our
ces,
 
mai
sa
 uss
i
 
l
es
r
éf
ér
enc
es,
 
l
es 
noms 
d’
aut
eur
s,
 
l

desi
gn,
 
l

f
aci
l
i
t
é 
d’
accès,
 
et
c.
.
Les
 pr
éoccupat
i
ons quant
 au cont
enu en l
i
gne ont
 condui
t
 di
ver
s
 or
gani
smes
i
nt
er
nat
i
onaux
 etd
  es gr
oupes
 de r
echer
che à émet
t
r
e des r
ecommandat
i
ons
 af
i
n
d’
amél
i
or
er
 
l
aq
 ual
i
t
éd
 ess
 i
t
ese
 nl
 i
ena
 vec  
l
asant
é.
 
Des
 
l
abel
s
 
deq
 ual
i
t
éa
 i
nsi
 
qued
 i
ver
s
out
i
l
s
 
de 
mesur

ont
 
ét
é 
dével
oppés,
 
t
el

l

DI
SCERN,
 
ou 
l

HON 
Code.
Ena
 dhér
ant
 
auxp
 r
i
nci
pesd
 ec
 esc
 har
t
ese
 t
 
ena
 f
f
i
chant
 
l
ess
 ceauxa
 ct
i
f
sH
 ONcodeo
 u
DI
SCERN l
e pr
opr
i
ét
ai
r
e d'
un si
t
e web s'
engage à r
espect
erc
  er
t
ai
ns st
andar
ds
,
not
amment
 
en 
t
er
mes
 
de 
vér
i
f
i
abi
l
i
t
é 
des 
i
nf
or
mat
i
ons.

LA CONDUITE AUTOMOBILE = CONDUITE POUR TOUS ?
Docteur Fl. DISCHLER
 
…Tout conducteur à la responsabilité de son aptitude à conduire (Ar
r
êt
éd
 u3
 1/
08/
2010d
 u
code 
de 
l

sécur
i
t
é 
r
out
i
èr
e)
.
SECURITE ROUTIERE, TOUS RESPONSABLES
Li
s
t
e des i
ncapaci
t
ésp
  hysi
quesi
 ncompat
i
bl
esa
  vec
l

obt
ent
i
on  ou  l
e  mai
nt
i
en  du  per
mi
s
www.
secur
i
t
é­
r
out
i
er
e.
gouv.
f
r
Pr
endr
er
 endez­
vousa
 vecl
  
acommi
ssi
onmé
  di
cal
ed
 e
l

pr
éf
ec
t
ur

de 
son 
dépar
t
ement
 
:
Constituée  de  deux  médecins,  elle  a  pour  vocation  de
prononcer   son  aptitude  à  la  conduite  et  de  déterminer
les aménagements nécessaires au véhicule.
Avant  de  réaliser  ces  aménagements,  il  est  conseillé
que  l’usager  prenne  l’avis  technique  du  bureau  de
l’éducation  routière  de  la  Direction  Départementale
Interministérielle (DDT, DDTM, DDPP).
Le poi
ntd
  e vue del
 ’
assur
eur
:L
  al
 oi
  
adonnéà
 
l

as
s
ur
eur
 
desmo
  yensj
 ur
i
di
quesd
 ’
excl
ur
et
 ot
al
ement
sap
 ar
t
i
ci
pat
i
ond
 ansl
 ec
 adr
ed
  el
 ’
i
ndemni
sat
i
ond
  es
dommages 
ou 
d’
en 
r
édui
r

l

mont
ant
 
(
Ar
t
 
L1138 
et
 
L1139 
du 
Code 
des 
Assur
ances)
.
Quel
ques
 
si
t
es…
ht
t
p:
/
/
c
hr
i
st
i
an.
cr
ouzet
.
pagesper
so­
or
ange.
f
r
/
smpmp/
ht
ml
­
SMT/
Apt
i
t
ude_condui
r
e.
ht
ml
ht
t
p:
/
/
v
osdr
oi
t
s.
ser
vi
ce­
publ
i
c.
f
r
/
par
t
i
cul
i
er
s/
F2686.
xht
ml
ht
t
p:
/
/
www.
l
egi
f
r
ance.
gouv.
f
r
/
af
f
i
chText
e.
do?ci
dText
e=LEGI
TEXT000022817222

Accueil  du  site  >  CEN  Mobilité  >  Automobile  &  handicap  >  Aménagements  >
Aménagements en tant que conducteur

MIEUX VIVRE AVEC LA SCLEROSE EN PLAQUES
AMENAGEMENT DU DOMICILE
Me C. ROSINSKI – Me T. MOLENDI – Me C. LE PARC
Assistantes Sociales, Service Social des Malades, CHU Carémeau – Nîmes

Den
  ombr
eusesp
 er
s
onnese
 nvi
sagent
 
deq
 ui
t
t
er
 
l
eur
 
l
ogement
 
par
ceq
 uec
 el
ui
­
ci
 
n’
es
t
pl
us adapt
é à l
eur
s
 capaci
t
és physi
ques.O
 r
,u
  nc
 er
t
ai
nn
  ombr
ed
 ’
ai
desf
 i
nanci
èr
es
per
met
t
ant
 
ai
nsi
 
di
f
f
ér
ent

t
ypes 
d’
aménagement
 
peuvent
 
êt
r

envi
sagés.
Les différents types d’aménagement :
Di
f
f
ér
ent
st
 r
avauxv
 i
sent
  
àamél
i
or
er
 
l
ami
  see
 na
 ccessi
bi
l
i
t
ée
 t
 
l

adapt
at
i
ond
 es 
l
ogement
s
exi
s
t
ant

:
­ él
ar
gi
ssement
 
des 
por
t
es 
donnant
 
sur
 
l

ext
ér
i
eur
,
­ pos

de 
r
ampe,
 
suppr
essi
on 
d’
obst
acl
e,
­ aménagement
 
de 
l

sal
l

d’
eau,
 
de 
l

cui
si
ne,
­ amél
i
or
at
i
on 
des 
r
evêt
ement

de 
sol
,
 
mai
ns 
cour
ant
es,
­ bar
r
es
 
d’
appui
s,
­ modi
f
i
c
at
i
on 
de 
commandes 
des 
appar
ei
l

él
ect
r
i
ques,
 
d’
eau,
 
de 
gaz,
­ modi
f
i
c
at
i
on 
des 
vol
et

et
 
f
enêt
r
es,
­ i
nt
er
r
upt
eur

à 
gr
ande 
pl
aque 
mobi
l
e,
­ r
obi
net
t
er
i

à 
l
ong 
manche,
­ poi
gnées 
et
 
por
t
es 
de 
pr
éhensi
on 
ai
sées,
­ access
i
bi
l
i
t
é 
au 
post

de 
t
r
avai
l
 
(
ascenseur
,
 
espace 
pour
 
f
aut
eui
l
 
r
oul
ant
,
 
et
c.
)
,
­ espac
ement
 
du 
mobi
l
i
er
 
i
nt
ér
i
eur
,
­ ut
i
l
i
s
at
i
on 
de 
post

t
él
éphoni
que 
s
ans 
f
i
l
 
(
évi
t
er
 
l
es 
r
i
sques 
de 
chut
e)
,
­ t
r
ans
f
er
t

l
at
ér
aux 
dans 
l
es 
t
oi
l
et
t
es.
De 
même,
 
cer
t
ai
ns 
t
r
avaux 
peuvent
 
s’
i
mposer
 
pour
 
adapt
er
 
l

envi
r
onnement
 
:
­ Accessibilité  extérieure : r
ampe,
 
t
r
ot
t
oi
r
,
 
chemi
no
 up
 or
t
ai
l
 
àé
 l
ar
gi
r
,
 
suppr
ess
i
on
d’
obst
acl
e,a
  mél
i
or
at
i
ond
  ur
 evêt
ementd
  es
 ol
,
 
i
nst
al
l
at
i
ond
 ema
  i
nsc
 our
ant
es,
aménagement
 
de 
pl
ace 
de 
par
ki
ng,
 
et
c.
­ Parties  communes  à  l’intérieur  d’un  immeuble :  él
ar
gi
ssementd
  esp
  or
t
es,
posed
 er
 ampes,
 
suppr
essi
ond
 ec
 l
oi
sons,
 
d’
escal
i
er
s,
 
pr
ésenced
 ’
una
 scenseur
,
modi
f
i
cat
i
on 
de 
boi
t

aux 
l
et
t
r
es,
 
et
c.

Les aides financières, a qui s’adresser ?
Lest
 r
av
auxd
 ’
adapt
at
i
one
 t
 
d’
accessi
bi
l
i
t
ép
 euvent
 
êt
r
e,
 
enp
 ar
t
i
e,
 
pr
i
se
 nc
 har
gep
 ar
 
un
panel
 
d’
ai
des 
f
i
nanci
èr
es 
:
­ t
out
es l
es
 cai
sses
 de r
et
r
ai
t
e pr
i
nci
pal
es
 (
CARSAT,r
 égi
mes
 par
t
i
cul
i
er
s
)e
 t
compl
ément
ai
r
es,
­ l

Consei
l
 
Génér
al
 
:
 
l

APA 
(
Al
l
ocat
i
on 
Per
sonnal
i
sée 
d’
Aut
onomi
e)
,
­ l

MDPH 
(
Mai
son 
Dépar
t
ement
al

du 
Handi
cap)
,
­ l

ANAH 
(
Agence 
Nat
i
onal

pour
 
l

amél
i
or
at
i
on 
de 
l

Habi
t
at
)
,
­ l

CCAS 
(
Cent
r

Communal
 
d’
Act
i
on 
Soci
al
e)
 
de 
vot
r

vi
l
l
e,
­ l
esc
 r
édi
t
sd
 ’
i
mpôt
ss
 ousc
 er
t
ai
nesc
 ondi
t
i
ons(
 par
 
exempl
e,
 
cr
édi
t
 
d’
i
mpôt
 
de1
 5% 
s
ur
 
l
e
r
evenu 
pour
 
un 
ascenseur
 
dans 
l

l
i
mi
t

de 
4000­
8000€)
Cer
t
ai
nesd
  ec
 esa
 i
desp
  euventê
 t
r
ec
  umul
abl
ess
  el
ond
  esc
 r
i
t
èr
ess
  péci
f
i
ques.P
  ar
ai
l
l
eur
s
,i
  
lexi
st
ed
 eso
 r
gani
smesd
  ec
 r
édi
t
sp
 r
i
vése
  nme
  sur
ed
 ep
 r
oposer
 
desa
 i
des
spéc
i
f
i
ques.
Pour une aide dans vos démarches, a qui devez­vous vous adresser ?
­ Les
 s
er
vi
ces
 soci
aux
 de di
f
f
ér
ent
es i
nst
i
t
ut
i
ons 
:C
  onsei
lG
  énér
al
,C
  HRU,C
  ARSAT
(
Cai
s
se 
d’
Assur
ance 
Ret
r
ai
t

et
 
de 
Sant
é 
au 
Tr
avai
l
)
,
 
CPAM,
 
cai
sses 
de 
r
et
r
ai
t
e,
­ Lesa
 ssoci
at
i
ons 
:
 
APF(
 Associ
at
i
ond
 esP
 ar
al
ysésd
 eF
 r
ance)
,
 
ADI
L(
 Associ
at
i
on
Dépar
t
ement
al
ed
 ’
I
nf
or
mat
i
ons
 ur
 
l
eL
 ogement
)
,
 
AFTC 
(
Associ
at
i
onF
 ami
l
l
esd
 es
Tr
aumat
i
sés 
Cr
âni
ens)
,
 
AFSEP 
(
Associ
at
i
on 
Fr
ançai
se 
de 
Scl
ér
ose 
en 
Pl
aques
)
,
­ Less
  er
vi
cesd
 ’
accompagnement
 
:S
  AVA (
Ser
vi
ced
 ’
Accompagnementàl
  aV
 i
e
Aut
onome,S
  AMSAH (
Ser
vi
ce d’
AccompagnementMé
  di
co­
Soci
alp
  ourA
  dul
t
es
Handi
capés,
 
SAMAD 
(
Ser
vi
ce 
d’
Accompagnement
 
et
 
de 
Mai
nt
i
en 
à 
Domi
ci
l
e)
.
Pour de plus amples informations :
­
 
Si
t

i
nt
er
net
 
MDPH 
30
­
 
Si
t

ANAH,
 
Agence 
nat
i
onal

pour
 
l

amél
i
or
at
i
on 
de 
l

habi
t
at
 
:
 
www.
anah.
f
r
­
 
Si
t

APF 
:
 
www.
apf
.
asso.
f
r
­Si
t
e ADI
L Agence dépar
t
ement
al
e pour
 l

i
nf
or
mat
i
on sur
 l
e l
ogement
 :
www.
ani
l
.
or
g
­Si
t
e CI
CAT Cent
r
e d’
i
nf
or
mat
i
on etd
  e consei
lp
  ourl
 es ai
des t
echni
ques
 :
www.
cnpsaa.
or
g
­Si
t

du 
Cent
r

des 
i
mpôt
s
 
:
 
www.
i
mpot
s.
gouv.
f
r

MIEUX VIVRE AVEC LA SCLEROSE EN PLAQUES
SEP ET ACTIVITE PHYSIQUE
M. WILLAME, A.ALIAS, L.AZAIS
http://kinenimes.hautefort.com – espacephysioperf@orange.fr

A t
r
aver
s cet
t
e
pr
ésent
at
i
on,
  nous
avons
  voul
u  f
ai
r
e
par
t
ager
 
not
r
e
appr
oc
hed
  el
 ap
 r
i
se
enc
 har
ged
 el
 ’
act
i
vi
t
é
phy
s
i
que 
;
 
i
nsi
st
er
 
sur
l
a di
f
f
ér
ence et
 l
a
compl
ément
ar
i
t
é  de
di
f
f
ér
ent
s
i
nt
er
v
enant

qui
per
met
t
ent
 
def
 ai
r
ed
 u
spor
te
  n pr
enantd
 u
pl
ai
si
r
.

Mer
ci
 
à
Amandi
ne  LACHI
SE
qui
,
  gr
âce  à  son
pr
oj
et
  « 
j
ouer
  au
gol
f
 
»,a
   accept
é de
cont
r
i
buer
 
à
l

él
abor
at
i
on dec
 et
t
e
pr
ésent
at
i
on.

LA KINESITHERAPIE : bouger mieux
­En 
c
as 
de 
t
r
oubl
es 
neur
ol
ogi
ques 
per
si
st
ant
 
apr
ès 
une 
poussée 
par
 
exempl
e.
­En 
c
as 
de 
r
ai
deur
 
muscul
ai
r
e,
 
de 
doul
eur
,
 
de 
t
r
oubl
es 
de 
l

mar
che,
 
de 
l

équi
l
i
br
e,
 
de 
l
a
coor
di
nat
i
on,
 
et
c.
.
En  complément   de  la  kinésithérapie, l
amu
  scul
at
i
one
 st
 
l

exer
ci
cep
 hysi
quei
 déal
 
pour
gagner
 
enf
 or
cemu
  scul
ai
r
e.
 
El
l
ep
 er
met
 
d’
amél
i
or
er
 
l
esf
 onct
i
onsmu
  scul
ai
r
es(
 capaci
t
é
phy
s
i
que,f
 or
ce)
,c
  ar
di
ovascul
ai
r
ese
  tr
 espi
r
at
oi
r
es(
 adapt
at
i
on à l

ef
f
or
t
,e
  ndur
ance)
,
l
oc
omot
r
i
ces 
et
 
cogni
t
i
ves 
(
at
t
ent
i
on,
 
mémoi
r
e)
.

LA PRATIQUE SPORTIVE.
L’
éduc
at
eur
 
spor
t
i
f
 
nousa
 ppr
endl
 es«
  
bons 
»mo
  uvement
s,
 
l
es 
posi
t
i
ons 
adéquat
es.
 
Peu
à peu,g
 r
âce à son ent
r
ai
nement
,n
  ous al
l
ons
 pr
endr
e conf
i
ance etr
 echer
cherl
 a
per
f
or
mance.
L’
act
i
v
i
t
és
 por
t
i
vee
 nt
r

neu
 nef
 at
i
guep
 hysi
quen
 or
mal
ee
 t
 
r
éver
si
bl
e.
 
Lap
 r
at
i
quer
 égul
i
èr
e
per
met
 
d’
augment
er
 
l

r
ési
st
ance 
à 
l

ef
f
or
t
.
I
l
 
s

agi
t
 
d’
économi
ser
 
l

éner
gi
ec
 '
est
­
à­
di
r
ep
 l
ani
f
i
er
 
l
ese
 f
f
or
t
se
 t
 
l
es
 
r
épar
t
i
r
 
af
i
nd
 en
 ep
 as
se 
s
ent
i
r
 
épui
sé 
t
r
op 
r
api
dement
.
Unea
 c
t
i
vi
t
ép
 hysi
quer
 égul
i
èr
ep
 er
met
 
d’
augment
er
  
l
acapaci
t
éd
 er
 ési
st
anceàl
   
af
at
i
gue 
:
ai
nsi
,
 
l
es
 
ét
udes
 
mont
r
ent
 
quel
  
apr
at
i
quer
 égul
i
èr
ed
 ’
uns
 por
t
 
per
met
 
ded
 i
mi
nuer
  
l
af
at
i
gue
t
out
 
en 
augment
ant
 
l

r
ési
st
ance 
à 
l

ef
f
or
t
.
EN CONCLUSION…
I
l
 
ne 
f
aut
 
pas 
conf
ondr

ki
nési
t
hér
api

et
 
pr
at
i
que 
spor
t
i
ve,
 
l
es 
deux 
sont
 
compl
ément
ai
r
es.
Choi
s
i
r
 
sons
 por
t
 
est
 
pr
i
mor
di
al
,
 
cel
ui
 
qui
 
nousf
 ai
t
 
pl
ai
si
r
,
 
car
 
avant
 
t
out
 
l

ent
r

nement
 
ne
doi
t
 
pasê
 t
r
eu
 nec
 or
vée.
 
D’
aut
ant
 
pl
usq
 uep
 ar
f
oi
sl
 af
 at
i
gue,
  
l
edout
ee
  
tl
es 
quest
i
ons 
sur
nosc
 apaci
t
éso
 bscur
ci
ssent
 
not
r
ee
 ngouement
 
;
 
d’
oùl
 ’
i
mpor
t
anced
 ec
 hoi
si
r
 
sonp
 r
oj
et
spor
t
i
f
 
c
ar
,
 
dans 
ces 
moment

l
à,
 
i
l
 
f
audr

se 
bat
t
r

pour
 
r
epar
t
i
r
.

PRESENTATION D’UN PROGRAMME DE REMEDIATION COGNITIVE
POUR LA SCLEROSE EN PLAQUES
PROCOG­SEP

Me A. DEMASI, Mr B. VIGNAL, Professeur Pierre Labauge
Psychologues cliniciens spécialisés en neuropsychologie
Service de Neurologie, CHU Carémeau Nîmes et CHU de Montpellier

Vous avez dit « rééducation » …NON ! Remédiation : définition.
La 
r
emédi
at
i
on 
cogni
t
i
ve 
const
i
t
ue 
un 
ensembl
e
de 
t
echni
ques 
t
hér
apeut
i
ques 
vi
sant
 
à 
amél
i
or
er
l
es
 
c
apaci
t
és 
de 
mémor
i
sat
i
on,
 
d’
appr
ent
i
ssage,
d’
at
t
ent
i
on,
 
de 
concent
r
at
i
on,
 
d’
or
gani
sat
i
on,
 
et
c.
Ces
 
t
ec
hni
ques 
per
met
t
ent
 
ai
nsi
 
de 
di
mi
nuer
 
l
es
di
f
f
i
c
ul
t
és de l
a vi
e quot
i
di
enne pouvant
 êt
r
e
r
encont
r
ées
 parl
 es
 pat
i
ent
s à cause de l
eur
s
di
f
f
i
c
ul
t
és 
cogni
t
i
ves 
(
oubl
i

r
épét
i
t
i
f
s,
 
di
f
f
i
cul
t
és 
de
conc
ent
r
at
i
on,
 
per
t
ed
 el
 ’
or
i
ent
at
i
on,
 
et
c.
)
 
mai
sa
 ussi
 
d’
appor
t
er
 
uner
 eval
or
i
sat
i
ond
 es
 oi
par
 
une 
r
epr
i
se 
de 
conf
i
ance 
en 
s
es 
capaci
t
és.
Pourc
  e f
ai
r
e,i
 le
 s
tu
 t
i
l
i
sé l
es
 per
f
or
mances cogni
t
i
ves
 pr
éser
vées,l
 es
 capac
i
t
és
d’
appr
ent
i
ssage,l
 esh
  abi
l
et
éss
  oci
al
ese
 t
 
l

est
i
med
 es
 oi
 
et
 
cel
ad
 ef
 açoni
 ndi
vi
duel
l
e,
pr
opr

à 
chacun.
Quel est l’intérêt d’un tel programme ?
Lest
 r
oubl
esc
 ogni
t
i
f
ss
 ont
 
dansl
 as
 cl
ér
osee
 np
 l
aquesr
 econnusd
 epui
smo
  i
nsd
 ’
une
t
r
ent
ai
ned
 ’
annéese
 t
 
t
ouchent
 
pl
usd
 el
 amo
  i
t
i
éd
 el
 ap
 opul
at
i
onmo
  ndi
al
ed
 esp
 at
i
ent
s.
Cest
 r
oubl
esc
 ogni
t
i
f
ss
 ont
 
r
esponsabl
esd
 ’
unh
 andi
capd
 ansl
 av
 i
eq
 uot
i
di
enneq
 ui
 
n’
es
t
pas
 
négl
i
geabl

engendr
ant
 
per
t

d’
aut
onomi
e,
 
sous 
est
i
mat
i
on 
de 
soi
,
 
dépr
essi
on,
 
et
c
.
.
Les 
t
r
oubl
es 
cogni
t
i
f

sont
 
bi
en 
connus 
de 
nos 
j
our

mai
s
r
est
ents
 ansp
 r
i
see
  nc
 har
gej
 usqu’
al
or
s.C
  ep
 r
ogr
amme
per
met
 
d’
appor
t
er
 
unea
 mél
i
or
at
i
ons
 i
gni
f
i
cat
i
ve(
 démont
r
ée
dansl
 al
 i
t
t
ér
at
ur
es
 ci
ent
i
f
i
que)
 
desc
 apaci
t
ésc
 ogni
t
i
vese
 t
par
 
c
onséquent
 
l
eq
 uot
i
di
en,
 
mai
sa
 ussi
 
d’
amél
i
or
er
  
l
af
açon
d’
abor
deru
  ne pr
obl
émat
i
que quot
i
di
enne etd
 ’
augment
er
l

i
nsi
ght
.
 
Tout
 
cel

per
met
t
ant
 
une 
r
eval
or
i
sat
i
on 
de 
soi
.

Oui, mais en pratique c’est quoi ?
I
l
 
s

agi
t
 
deséance
 
  de  groupe  de  8  personnes  maximum  qui
 
doi
vent
 
bénéf
i
ci
er
 
d’
un
examen  cognitif  de  2  heures  af
i
nd
 ep
 ouvoi
r
 
éval
uer
 
l
es
 
capaci
t
és 
dec
 hacuns
 el
onu
 ne
bat
t
er
i
ed
  et
 est
ss
  péci
f
i
ques.C
  et
t

  val
uat
i
ons
 er
ar
 epr
i
see
  nf
 i
nd
  ep
 r
ogr
ammea
 f
i
n
d’
obj
ect
i
ver
 
l
es 
amél
i
or
at
i
ons 
cogni
t
i
ves 
appor
t
ées 
par
 
cet
t

pr
i
se 
en 
char
ge.
­
­
­
­
­
­
­
­
­
­
­
­
­

Le 
pr
ogr
amme 
s’
ef
f
ect
ue 
t
ous 
l
es 
15 
j
our

sur
 

moi

et
 
const
i
t
ue 
13 
séances 
:
Séanc


:
 
pr
ésent
at
i
on 
et
 
psychoéducat
i
on
Séanc


:
 
l
angage 
et
 
mémoi
r

sémant
i
que
Séanc


:
 
mémoi
r

s
émant
i
que
Séanc


:
 
mémoi
r

épi
sodi
que 
vi
suel
l
e
Séanc


:
 
mémoi
r

épi
sodi
que 
ver
bal
e
Séanc


:
 
mémoi
r

de 
t
r
avai
l
Séanc


:
 
mémoi
r

associ
at
i
ve
Séanc


:
 
f
onct
i
ons 
f
r
ont
al
es
Séanc


:
 
accès 
au 
l
exi
que
Séanc


:
 
at
t
ent
i
on,
 
vi
t
esse 
t
r
ai
t
ement
Séanc

10 
:
 
pl
ur
i
f
onct
i
ons 
1
Séanc

11 
:
 
pl
ur
i
f
onct
i
ons 
2
Séanc

12 
:
 
pl
ur
i
f
onct
i
ons 
3
Pour
 
enb
  énéf
i
ci
er
,
  
i
lsuf
f
i
t
 
des
 ’
i
nscr
i
r
ea
 upr
èsd
 us
 er
vi
ced
 en
 eur
ol
ogi
ea
 f
i
nq
 uen
 ous
pui
ss
i
ons 
pr
endr

cont
act
 
avec 
vous 
pour
 
l

éval
uat
i
on 
cogni
t
i
ve 
pr
é­
pr
ogr
amme*
.
Cep
 r
ogr
ammes
 ed
 ével
oppes
 ur
 
l
es2s
  i
t
es 
:
  
àNî
mese
 t
  
àMont
pel
l
i
er
 
(
Ser
vi
ced
 uP
 r
Labauge,
 
cont
act
 
pour
 
i
nscr
i
pt
i
on 
:
 
l
abauge@yahoo.
f
r
)
 
avecu
 neé
 val
uat
i
oni
 ni
t
i
al
ee
 t
 
une
pr
i
s

en 
char
ge 
i
dent
i
que.

*Cet
t
ep
 r
i
see
 nc
 har
gen
 ’
ét
ant
 
pasmé
  di
cal
e,
 
vousn
 ep
 ouvezp
 asb
 énéf
i
ci
er
 
d’
unb
 ond
 e
t
r
anspor
t
 
pour
 
par
t
i
c
i
per
 
à 
ces 
gr
oupes.


Documents similaires


Fichier PDF reunion sep 2013 cp 13 octobre 2013
Fichier PDF sep 2014 pr labauge mars
Fichier PDF conference 23 10 12
Fichier PDF trt orale de la sep
Fichier PDF reunion patients 21 septembre 2013 pdf
Fichier PDF desequilibre et finition 3


Sur le même sujet..