Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



Une dernière fois .pdf


Nom original: Une dernière fois.pdf
Titre: Microsoft Word - Une dernière fois.docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.9 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/01/2014 à 20:22, depuis l'adresse IP 92.132.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 441 fois.
Taille du document: 50 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Une  dernière  fois  
 
 
12h24.  
Même  cette  heure-­‐ci  le  soleil  se  faisait  timide.  Il  trônait  dans  le  ciel,  là  où  tantôt  il  avait  
embrasé  l’atmosphère  et  chassé  les  nuages.  Mais  nous  étions  à  cette  période  fébrile  où  
ses   éclats   chancelaient   –   il   savait.   Je   le   savais   également,   en   le   regardant.   J’avais   brillé,  
moi  aussi,  durant  ces  étés  qu’il  m’avait  offert.      
 
«  Ferme  les  yeux.  »  
Le  néant.  L’absurde  réalité,  la  réponse  à  nos  questions  les  plus  furieuses  :  devant  nous,  en  
nous.  Depuis  tout  ce  temps…  Imagine  un  dauphin.  Il  est  là.  Pense  à  cette  inconnue.  Elle  te  
manque.   C’était   le   noir,   le   vertige,   le   zeste   de   folie   qui   guette.   L’absence,   le   désert,   la  
dépression.  La  vérité  ?  Qui  sait…  
«  Maintenant,  ouvre-­‐les.  »    
L’horizon,   que   l’infini   soulignait.   Les   teintes   de   rouge   qui   dansaient   avec   des   effluves  
orangées,  des  acides  jaunes.  Toutes  étaient  allongées  sur  un  lit  bleu  profond  –  si  profond.  
On   s’y   noierait   depuis   le   regard,   pourtant   j’avais   déjà   bu   à   satiété   chacune   des   couleurs   du  
paysage.  J’aurais  voulu  mourir  ici,  me  fondre  dans  ce  tableau  et  figurer  heureuse  parmi  ces  
saveurs  étalées.  
 
Le  soleil  était  là,  encore.  Il  tenait,  et  malgré  l’air  froid,  je  sentais  ses  rayons  pénétrer  au  
travers  de  ma  peau.  Sûrement  étaient-­‐ce  les  derniers  !  Le  gouffre  progressait,  et  bientôt  
il  allait  nous  avaler  dans  son  râle  –  le  creux  de  la  vague  nous  aspirera,  indéniablement.    
 
«  Parfois,  vous  savez,  j’aimerais  dire  les  choses.  Mais  aussi  simple  que  ça  puisse  paraître,  ça  
ne   veut   pas   sortir.   C’est   psychologique,   c’est   social.   C’est   la   faute   à   tout,   la   faute   à   moi  
surtout.   On   fait   tous   des   erreurs,   vous   savez,   et   j’ai   l’habitude   de   penser   que   je   suis  
l’exemple  le  plus  humain  que  je  connaisse  –  le  plus  perfectible.  Je  pensais  que  le  rôle  de  la  
psychologie   était   de   faire   prendre   conscience   au   patient   de   ses   problèmes,   et   de   l’amener   à  
l’y   résoudre.   N’est-­‐ce   pas   cela  ?   Je   suis   au   courant   de   mes   problèmes,   moi.   J’en   ai   honte,  
certes,   mais   je   sais   qu’ils   sont   là.   Je   sais   ce   que   j’ai   fait,   je   sais   que   c’est   la   racine   de   mes  
tourments,   j’ai   la   certitude   que   ça   me   poursuivra   toute   ma   vie,   à   présent.   Ne   suffit-­‐il   pas  
d’être  conscient  de  ses  fractures,  pour  que  celles-­‐ci  se  résorbent  ?  N’était-­‐ce  pas  cela  ?  Car  
cette  étape  me  semble  infranchissable.  J’ai  la  bouche  cousue,  regardez.  Là,  voyez,  je  ne  peux  
pas  l’ouvrir.  C’est  la  honte  qui  me  l’a  clouée  –  elle,  toujours.  Alors  j’essuierai  mes  propres  
larmes  et  je  couvrirai  mon  épaule,  parce  que  celles-­‐ci  continueront  de  couler,  et  celle-­‐là  à  
être  délaissée.  Après  tout,  je  l’ai  choisi.  Je  tairai  cette  partie  de  moi,  pour  toujours.  »    
 
Il  fallait  profiter,  admirer  ces  feuilles  avant  qu’elles  ne  sèchent  et  se  détachent.  Il  fallait  
se  laisser  aveugler  une  dernière  fois  par  les  tâches  de  lumière  qui  roulaient  sur  le  pare-­‐
brise  des  voitures,  doucement…  Étrangement,  je  ne  pouvais  m’empêcher  de  penser  que  
cette   journée   était   la   dernière.   L’été   avait   filé,   et   l’hiver   m’attendait  :   frileux   et   dépressif.  
Et  j’étais  dans  cette  période  de  transition,  celle  qui  reliait  un  pôle  à  un  autre,  tant  bien  
que  mal.    
 
«  Tu   pleurais   sous   la   pluie,   je   t’ai   vue.   Tu   pleurais   tellement   fort   que   je   t’entendais  
sangloter  du  trottoir  d’en  face.  Oh,  oui,  tu  aurais  très  bien  pu  mouiller  à  toi  toute  seule  la  
ville,   celle   que   pluie   avait   noyée.   Instantanément,   j’ai   eu   envie   de   pleurer,   moi   aussi.   Tu  

étais  si  belle,  si  vulnérable.  J’ai  commencé  à  marcher  vers  toi,  pour  t’enlacer,  te  réconforter,  
te   faire   l’amour,   là,   maintenant.   Mais   à   chaque   fois   que   je   me   rapprochais,   tu   semblais  
t’éloigner  encore  plus…  J’ai  résolu  à  m’arrêter,  pour  ne  pas  complètement  te  perdre  de  vue,  
mais  tu  as  levé  tes  yeux  suppliants  vers  moi.  Tes  yeux  bleus  et  vitreux,  avec  comme  un  voile  
violet  dessus.  J’ai  couru  après  ton  mirage.  À  m’en  arracher  les  poumons,  j’ai  couru.  Sur  ces  
sols  glissants,  je  suis  tombé.  Trop  tard,  tu  t’étais  évaporée…  »  
 
Le  cœur  de  Paris  avait  quelque  chose  d’insaisissable,  une  sorte  d’aura  rayonnante  et  si  
triste  à  la  fois.  Elle  était  encastrée  dans  les  moulures  de  chaque  bâtiment  que  je  croisais.  
Elle  leur  donnait  cette  teinte  mi-­‐molle  sur  laquelle  les  rayons  du  soleil  s’écrasaient.  Dans  
les   rues   étroites,   je   sentais   mon   cœur   se   resserrer.   J’aurais   souhaité   que   leur   largeur  
diminue   pour   que   peu   à   peu,   je   sois   emmurée   et   part   de   cette   atmosphère   pour  
l’éternité.   Parce   que   Paris   était   immortel,   je   le   savais.   Et   il   était   aussi   bienveillant  ;   de  
leur   étreinte,   ces   hautes   bâtisses   me   protégeaient   du   vent   aiguisé   qui   frappe   depuis  
l’extérieur.   De   l’hiver   qui   bouscule   ces   rues   désertes  ;   là   où   ma   pensée   se   promène.  
Pendant  combien  de  temps  encore  ?  
J’ai  longtemps  parcouru  ces  allées,  foulé  ces  pavés  et  embrassé  ces  parois.  L’expérience  
m’aura  appris  une  chose  :  le  Paris  automnal  est  le  plus  mélancolique,  il  est  celui  que  je  
préfère…    
L’instant  était  si  beau  que  je  sentais  des  larmes  s’accumuler  sous  mes  paupières,  et  ma  
gorge  s’alourdir.  
 
J’ai   essayé   d’envisager   toutes   les   dimensions   qui   m’entourent,   de   découvrir   des   contrées  
vierges  de  toute  pensée.  J’ai  voulu  écrire  et  inventer  la  page,  dans  le  désir  de  m’échapper.  
J’ai  cherché  à  exister…  J’ai  pleuré  et  je  me  suis  exaspérée,  prisonnière  d’un  miroir  dont  le  
reflet  est  brisé.  Si  certains  se  sont  envolés  de  ce  monde  et  ont  parcouru  des  ciels  heureux,  je  
renonce  à  rester  piétinée  dans  ce  bol  à  araignées.  
 
Cette   journée   d’automne   était   la   dernière   de   l’été.     Je   lève   les   yeux   vers   le   soleil   se  
mourant.  À  l’orée  du  précipice,  une  pensée  fit  taire  les  autres  :  «  La  mélancolie,  c’est  le  
bonheur  d’être  triste  »,  disait  Hugo.    
Et  pour  la  première  fois,  je  souris…  
 
Heure  du  décès,  12h47.  
 
 
 
 
 
Auteur  :  Sarah  A.  
 
 
 
 
 
 
 
21.12.13  
Écrit  avec  Kid  Loco  –  Relaxin’  With  Cherry  


Une dernière fois.pdf - page 1/2
Une dernière fois.pdf - page 2/2

Documents similaires


Fichier PDF cd s1 crepuscule
Fichier PDF sequence 1
Fichier PDF lmodern without t1
Fichier PDF byptrki
Fichier PDF palatino without t1
Fichier PDF kpfonts without t1


Sur le même sujet..