genre.pdf


Aperçu du fichier PDF genre.pdf - page 3/4

Page 1 2 3 4


Aperçu texte


3

Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr

contre le masculinisme, on a besoin du concept de
genre ! » explique un chargé de mission égalité au sein
de l’éducation nationale.

Pour elle, « il y a une bataille culturelle, idéologique,
philosophique à mener sur l’égalité de genre. C’est
normal que ça résiste, on est en train de changer la
société ! Je crois que tout cela révèle une absence
de culture politique féministe et un vrai problème de
colonne vertébrale sur ces sujets alors qu’en face, ils
sont très bien formés, très bien organisés ».
[[lire_aussi]]
La communication gouvernementale sur ces sujets,
à commencer par celle du ministère de l’éducation,
a été des plus hasardeuses. Fin mai, au lendemain
des grandes manifestation, alors que Le Figaro croit
bon de surfer sur la vague en titrant« la théorie
du genre s’immisce à l’école », Vincent Peillon,
interrogé sur France 2, se prend une première fois
les pieds dans le tapis en déclarant de but en blanc :
« Je suis contre la théorie du genre. »« Si l'idée,
c'est qu'il n'y a pas de différences physiologiques,
biologiques entre les uns et les autres, je trouve ça
absurde », croit bon d’ajouter le ministre dans un
saisissant raccourci, qui avait évidemment provoqué
la consternation des chercheurs. Trois mois plus tard,
après un petit recadrage de son cabinet, Vincent
Peillon admet sur France Inter que « la théorie du
genre n’existe pas », puis récemment que « la théorie
du genre n’est pas enseignée à l'école»… Ce qui
suppose qu’elle existe. Au-delà de ces maladresses, le
ministre a effectivement décidé de bannir le concept
même de genre de tous ses discours pour s’en tenir à
la stricte défense de l’égalité filles-garçons.

Le sociologue Eric Fassin. © (dr)

Pour le sociologue Éric Fassin, qui se dit abasourdi
de découvrir un tel recul, « s’attaquer aux inégalités
filles-garçons nécessite de s’attaquer aux mécanismes
qui les fabriquent et pour cela il faut passer par
le genre ». Ce n’est pas simplement défendre l’égal
accès à toutes les professions – une fille peut devenir
garagiste et un garçon « sage-femme » – mais aussi
s’interroger sur les représentations du masculin et du
féminin : pourquoi se moquer d’une fille « garçon
manqué » ou d’un garçon « efféminé », par exemple.
« En ce sens, les manifestants qui arborent les slogans
"Touche pas à mes stéréotypes de genre" ont très bien
compris de quoi il s’agissait. En remplaçant égalité
de genre par égalité filles-garçons, on veut signifier
qu’on ne s’attaquera surtout pas à l’ordre des choses.
Or l’idée d’assurer l’égalité sans toucher aux normes
est totalement absurde », affirme le chercheur.
Face aux fortes résistances qui se sont exprimées dans
la rue depuis un an sur ces sujets, le gouvernement
avait-il d’autre choix que de calmer le jeu ? « Je
sais qu’au gouvernement certains sont persuadés
qu’il s’agit d’un repli stratégique pour avancer
sur l’essentiel, mais c’est ne rien comprendre à la
situation, s’énerve Caroline de Haas, la fondatrice
d’Osez le féminisme qui a récemment quitté le cabinet
de Najat Vallaud-Belkacem. Ceux qui ont encore
manifesté dimanche sont contre l’égalité hommesfemmes, ils pensent que les rôles sociaux, c’est très
bien ! Et on voudrait négocier, trouver un juste milieu.
»

En supprimant le mot, le gouvernement espère
sans doute fermer la porte à des questions sur la
transidentité, la procréation, la filiation que le concept
de « genre » permet effectivement d’aborder de
manière nouvelle et critique. À voir l’importante
production théorique sur ces sujets, censurer le mot
genre dans les textes et les discours officiel est
évidemment dérisoire. En attendant, les militants de
la Manif pour tous peuvent savourer une indéniable
victoire.

3/4