Cours3 2diapos .pdf



Nom original: Cours3-2diapos.pdfTitre: Microsoft PowerPoint - Cours3Auteur: Physique

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Microsoft PowerPoint - Cours3 / doPDF Ver 7.0 Build 321 (Windows 7 - Version: 6.1.7600 (Platform: x86)), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 28/02/2014 à 16:05, depuis l'adresse IP 197.206.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 703 fois.
Taille du document: 908 Ko (22 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

Cours 3: Les structures de contrôles

Cours N°3

D

M
L

1. Introduction

1

Semestre 2 LMD SM

Définition :

e
r

è
1

M
S

~
3

1
0

2

2013-2014©Faculté des Sciences

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

0
2

Structures de Contrôles

Informatique

4
1

Une structure de contrôle sert à contrôler le déroulement
d’un traitement.

Un traitement peut s’exécuter de différentes manières:
Séquentielle

‫ﺗﺳﻠﺳﻠﯾﺎ‬

Alternative (condition)
Répétitive (boucle)

‫ﺗﻧﺎوﺑﯾﺎ‬
‫ﺗﻛرﯾرﯾ َﺎ‬
2

Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

2. Le traitement sé
séquentiel
Le traitement séquentiel est une suite d’instruction qui s’exécutent
l’une à la suite de l’autre.

Instruction 1
Instruction 2

Instruction N

~
3

1
0

Exemple: Addition de deux nombres A et B

Informatique

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

D

Cours 3: Les structures de contrôles

M
L

0
2

Séquence d’instructions



Fin

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4
1

Début

M
S

3

Semestre 2 LMD SM

2. Le traitement sé
séquentiel (suite)
Program Addition;

è
1

e
r

Uses wincrt;
Var A,B,Somme:Real;
Begin
Read(A);
Suite d’instructions
s’exécutant
séquentiellement

Read(B);
Somme:=A+B;
Write(Somme);
End.

4
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

2. Le traitement sé
séquentiel (suite)
Dans un programme, les instructions sont exécutées dans l’ordre
de leur apparition, donc de façon séquentielle. Mais,
‘‘l’intelligence’’ d’un programme informatique provient
essentiellement:

De la possibilité d’exécuter rapidement une série d’instructions
de façon répétitive (boucle).

Informatique

D

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

Cours 3: Les structures de contrôles

M
L

M
S

~
3

1
0

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

5

Semestre 2 LMD SM

3. Le traitement alternatif (structures de choix)

è
1

e
r

L’instruction de choix permet la sélection entre deux possibilité
(appelée sélection binaire).
La condition s’exprime sous la forme:
d’une expression logique booléenne simple (condition
simple).
ou combinée, plusieurs conditions composées avec des
opérations logiques ET, OU et NON.

6
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

4
1

0
2

De la possibilité de faire des choix entre plusieurs possibilités
de traitement en fonction de différents critères (condition);

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

3. Le traitement alternatif (suite)
A. Structure conditionnelle simple (if … then)
La structure conditionnelle simple se présente sous la forme
suivante:

4
1

SI (condition) alors
séquence

0
2

FSI {lire Fin SI}

~
3

Principe :

Si la condition est vérifiée (vraie) alors la séquence

1
0

d’instructions s’exécute. Dans le cas contraire, ne rien faire.

Informatique

D

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

M
L

M
S

7

Semestre 2 LMD SM

3. Le traitement alternatif (suite)
A. Structure conditionnelle simple (if … then)

è
1

e
r

Traduction en Pascal:

Instruction simple:
IF <condition> then <Instruction>;

Bloc d’instructions:
IF <condition> then
begin
<séquence>;
end;

8
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

3. Le traitement alternatif (suite)
A. Structure conditionnelle simple (if … then)
Exemple: Comparaison de deux variables
Algorithme comparaison

A, B : nombres réels

0
2

1) Début
2) Lire (A)

~
3

3) Lire (B)

4) SI A > B ALORS Ecrire (‘A est supérieure à B’) FSI

1
0

5) Fin
Informatique

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

D

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4
1

Variables utilisées:

M
L

M
S

9

Semestre 2 LMD SM

3. Le traitement alternatif (suite)
Programme: Première écriture

è
1

e
r

Program comparaison ;
Uses wincrt;

Var A,B : REAL;
BEGIN
READLN(A);
READLN(B);
IF A > B THEN WRITELN (A,’ est superieure a ’,B);
END.

10
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

3. Le traitement alternatif (suite)
Programme: Deuxième écriture
Program comparaison ;
Uses wincrt;

BEGIN

0
2

READLN(A);
READLN(B);

~
3

IF A > B THEN
begin

1
0

WRITELN (A,’ est superieure a ‘,B);
end;
END.
Informatique

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

D

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4
1

Var A,B : REAL;

M
S

11

Semestre 2 LMD SM

3. Le traitement alternatif (suite)

M
L

B. Structure conditionnelle composée (if … then … else)
La structure conditionnelle composée se présente sous la forme
suivante:
SI (condition) ALORS

è
1

e
r

séquence 1
SINON
séquence 2
FSI

Principe :
Si la condition est vérifiée alors la séquence1 s’exécute.
Dans le cas contraire, c’est la séquence2 qui va s’exécuter.
12
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

3. Le traitement alternatif (suite)
B. Structure conditionnelle composée (if … then … else)
Traduction en Pascal:
IF <condition> THEN < Instruction 1>

IF <condition> THEN

0
2

begin
<séquence1>;
end

~
3

ELSE
begin

1
0

<séquence2>;
end;
Informatique

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

D

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4
1

ELSE < Instruction 2>;

M
S

13

Semestre 2 LMD SM

3. Le traitement alternatif (suite)

M
L

B. Structure conditionnelle composée (if … then … else)

è
1

e
r

Attention ! On ne pose JAMAIS un point virgule
(;) avant un ELSE.

14
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

3. Le traitement alternatif (suite)
B. Structure conditionnelle composée (if … then … else)
Exemple: Comparaison de deux variables (amélioré)
Algorithme comparaison

A, B : nombres réels

0
2

1) Début
2) Lire (A)

~
3

3) Lire (B)
4) SI A > B ALORS Écrire (‘A est supérieure à B’)

1
0

5) SINON Écrire (‘B est supérieure ou égale à A’) FSI
6) Fin
Informatique

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

D

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4
1

Variables utilisées:

M
S

15

Semestre 2 LMD SM

3. Le traitement alternatif (suite)

M
L

B. Structure conditionnelle composée (if … then … else)
Organigramme

e
r

è
1

faux

Début
Lire (A,B)
A>B

vraie

Écrire (A
supérieure à B)

Écrire (B supérieure
ou égale a A)

Fin
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

16
Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

3. Le traitement alternatif (suite)
Programme: Première écriture
Program comparaison ;

4
1

Uses wincrt;
Var A,B : REAL;

0
2

BEGIN
READLN(A);
READLN(B);

~
3

IF A > B THEN WRITELN (A,’ est supérieure a ‘,B)

ELSE WRITELN (B,’ est supérieure ou égale a ‘,A);

1
0

END.

Informatique

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

D

Cours 3: Les structures de contrôles

M
L

M
S

17

Semestre 2 LMD SM

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

Programme: Deuxième écriture
Program comparaison ;
Uses wincrt;

è
1

e
r

Var A,B : REAL;
BEGIN

READLN(A);
READLN(B);

IF A > B THEN
begin
WRITELN (A,’ est supérieure a ‘,B);
end

else
begin
WRITELN (B,’ est supérieure a ‘,A);
end;
END.
18
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

3. Le traitement alternatif (suite)
C. Structure conditionnelle multiple (case … of)
Définition :
type ordinal pour opérer le choix d’une instruction parmi

0
2

d’autres (choix multiple) en vue de son exécution.

Cette instruction compare la valeur d’une variable de type entier ou
caractère à toute une série de valeur.

~
3

Suivant la valeur effective de la variable, différentes séquences
d’instructions sont exécutées.

1
0

Une séquence par défaut peut être prévue dans le cas où la variable
n’est égale à aucune des valeurs énumérées.

Informatique

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

D

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4
1

L’instruction CASE utilise la valeur d’une expression de

M
S

19

Semestre 2 LMD SM

3. Le traitement alternatif (suite)

M
L

C. Structure conditionnelle multiple (case … of)

e
r

è
1

AU CAS OU (variable ou expression)
choix 1 : <séquence 1>
choix 2 : <séquence 2>

choix n : <séquence n>
SINON <séquence par défaut>
FCAS

Remarque :
Cette

structure

de

contrôle

présente plusieurs cas

d’exécutions du traitement mais un seul cas sera exécuté.
20
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

3. Le traitement alternatif (suite)
C. Structure conditionnelle multiple (case … of)
Traduction en Pascal:
Première écriture:

Choix 1 : <séquence 1>;

0
2

Choix 2 : <séquence 2>;

Choix n : <séquence n>;

~
3

END;

Informatique

D

M
S

1
0

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4
1

CASE <expression> OF

21

Semestre 2 LMD SM

3. Le traitement alternatif (suite)

M
L

C. Structure conditionnelle multiple (case … of)

è
1

e
r

Traduction en Pascal:

Deuxième écriture:

CASE <expression> OF
Choix 1 : <séquence 1>;
Choix 2 : <séquence 2>;


Choix n : <séquence n>;
ELSE <séquence par défaut>;
END;

22
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

3. Le traitement alternatif (suite)
C. Structure conditionnelle multiple (case … of)
Exemple: Calcul du produit, somme et la moyenne de trois rélles
suivant un choix
Algorithme menu
Variables utilisées:
NB1, NB2, NB3 : nombres réels
Choix : caractère
1) Début
2) Lire (NB1, NB2, NB3)
3) Lire (Choix)
4) AU CAS OU (Choix)
‘1’ : écrire (‘Le produit est : ’, nb1*nb2*nb3);
‘2’ : écrire (‘La somme est : ’,nb1+nb2+nb3);
‘3’ : écrire (‘la moyenne est : ’,(nb1+nb2+nb3)/3);
5) SINON écrire (‘Choix incorrecte’) FCAS
6) Fin
Informatique

D

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

Cours 3: Les structures de contrôles

M
S

0
2

~
3

1
0

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

4
1

23

Semestre 2 LMD SM

3. Le traitement alternatif (suite)

M
L

Organigramme

e
r

è
1

‘1’

Début
Lire (NB1,NB2,NB3)
Lire (Choix)

Écrire(‘Le produit est: ‘, nb1*nb2*nb3)

‘2’

Écrire(‘La somme est: ’, nb1+nb2+nb3)

‘3’

Écrire(‘La moyenne est: ’, (nb1+nb2+nb3)/3)
Sinon

Écrire(‘Le choix est incorrecte’)

Fin
24
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

3. Le traitement alternatif (suite)
Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

Programme
Program menu ;
Uses wincrt;
Var NB1,NB2,NB3 : REAL;
Choix : CHAR;
BEGIN
WRITELN(‘Entrer trois nombres :’);
READLN(NB1,NB2,NB3);
READLN(Choix);
CASE Choix of
‘1’: WRITELN (‘Le produit est: ’,NB1*NB2*NB3);
‘2’: WRITELN (‘La somme est: ’,NB1+NB2+NB3);
‘3’: WRITELN (‘La moyenne est: ’,(NB1+NB2+NB3)/3);
ELSE WRITELN (‘Le choix est incorrecte’);
END;

Informatique

D

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

M
S

~
3

1
0

END.

0
2
25

Semestre 2 LMD SM

3. Le traitement alternatif (suite)

M
L

C. Structure conditionnelle multiple (case … of)

è
1

e
r

Remarque:

Les valeurs d’une instruction CASE sont des constantes mais elles
peuvent définir un domaine (intervalle). Exemple:
CASE L OF
5 .. 20 : <instruction 1 >;
30 .. 40 : <instruction 2>;

END;

26
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

4
1

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4. Le traitement ré
répétitif (les boucles)
Dans un programme, il arrive souvent qu’une ou plusieurs instructions
doivent être exécuter plusieurs fois dans une structure répétitive appelée
boucle.

Peut être connu, fixé à l’avance.

0
2

Il peut dépendre d’une condition permettant l’arrêt et la sortie de cette
boucle.

~
3

On dispose de trois structures pour contrôler un traitement répétitif:
La boucle "Tant que … faire".

1
0

La boucle "Pour … faire ".
La boucle "Répéter … jusqu’à".
Informatique

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

D

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4
1

Dans une boucle, le nombre de répétitions:

M
S

27

Semestre 2 LMD SM

4. Le traitement ré
répétitif (suite)

M
L

A. La boucle "Tant que … faire" (while … do)
La boucle "Tant que … faire" se présente sous la forme suivante:

è
1

e
r

Tant que (condition) faire
séquence
Fin tant que

Principe :
Tant que la condition est vérifiée la séquence s’exécute. Elle ne
s’arrêtera que lorsque la condition est invérifiable.
28
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4. Le traitement ré
répétitif (suite)
A. La boucle "Tant que … faire" (while … do)
Traduction en Pascal:
Première écriture:

0
2

Deuxième écriture
WHILE <condition> DO

~
3

begin
<séquence>;

1
0

end;

Informatique

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

D

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4
1

WHILE <condition> DO < Instruction >;

M
S

29

Semestre 2 LMD SM

4. Le traitement ré
répétitif (suite)

M
L

A. La boucle "Tant que … faire" (while … do)
Exemple: Afficher les 100 premiers nombre entiers positifs

è
1

e
r

Algorithme premier_N_E
Variables utilisées:
I : nombre entier
1) Début
2) I=0
3) Tant que I <= 100 faire
4)

Écrire(I)

5)

I=I+1 Fin tant que

6) Fin
30
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4. Le traitement ré
répétitif (suite)
A. La boucle "Tant que … faire" (while … do)
Programme
Program premier_N_E;
Uses wincrt;
Var I:Integer;
BEGIN
I:=0; {Initialisation}
WHILE I<=100 DO
begin
WRITELN(I);
I:=I+1; {Incrémentation}
end;
END.
Informatique

D

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

Cours 3: Les structures de contrôles

M
S

0
2

~
3

1
0

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

4
1

31

Semestre 2 LMD SM

4. Le traitement ré
répétitif (suite)

M
L

A. La boucle "Tant que … faire" (while … do)

è
1

e
r

Attention ! Il faut bien choisir le test d’arrêt de la
boucle sinon on obtient une boucle infinie.

Exemple: calcul du carré d’un nombre réel.
r := 1.5;
WHILE r > 0 DO
r := SQR(r);

{initialisation du nombre réel}
{condition toujours vraie ! étant donné l'initialisation}
{calcul du carré avec la fonction prédéfini SQR}

C’est une boucle infinie parce que le carré d’un nombre renvoie toujours une
valeur positive. La condition r > 0 est toujours vraie.
32
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4. Le traitement ré
répétitif (suite)
B. La boucle "Pour … faire" (For … To … do)
La boucle "Pour … faire" se présente sous la forme suivante:

4
1

Pour compteur = <valeur initiale> à <valeur finale> faire
<séquence>

0
2

Fin Pour

~
3

Principe :

Pour la variable de contrôle allant de la valeur initiale jusqu’à la

1
0

valeur finale, exécuter la séquence d’instruction.

Informatique

D

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

M
S

33

Semestre 2 LMD SM

4. Le traitement ré
répétitif (suite)

M
L

B. La boucle "Pour … faire" (For … To … do)

è
1

e
r

Traduction en Pascal:

Première écriture:

FOR <compteur>:= <valeur initiale> TO <valeur finale> DO
< Instruction >;
Deuxième écriture

FOR <compteur>:= <valeur initiale> TO <valeur finale> DO
begin
<séquence>;
end;
Troisième écriture (Pour une Décrémentation)
FOR <compteur>:= <valeur initiale> DOWNTO <valeur finale> DO
<Instruction>;
34

Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4. Le traitement ré
répétitif (suite)
B. La boucle "Pour … faire" (For … To … do)
Exemple: Afficher les 100 premiers nombre entiers positifs
Algorithme premier_N_E

I : nombre entier

0
2

1) Début
2) Pour I = 0 à 100 faire

~
3

3) Écrire(I)
4) Fin Pour

1
0

5) Fin

Informatique

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

D

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4
1

Variables utilisées:

M
S

35

Semestre 2 LMD SM

4. Le traitement ré
répétitif (suite)

M
L

B. La boucle "Pour … faire" (For … To … do)
Programme

è
1

e
r

Program premier_N_E;
Uses wincrt;
Var I : Integer;
BEGIN
FOR I:=0 TO 100 DO
begin
WRITELN(I);
end;
END.

36
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4. Le traitement ré
répétitif (suite)
C. La boucle "Répéter … jusqu’à" (Repeat … until)
La boucle "Répéter … jusqu’à" se présente sous la forme suivante:

4
1

Répéter
<séquence>

0
2

Jusqu’à <condition vérifiée>

~
3

Principe :

La séquence d’instructions délimitée par les mots Répéter et Jusqu’à
est exécutée jusqu’à ce que la condition évaluée à la fin de la boucle
soit vraie.
Informatique

D

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

Cours 3: Les structures de contrôles

M
S

1
0

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

37

Semestre 2 LMD SM

4. Le traitement ré
répétitif (suite)

M
L

C. La boucle "Répéter … jusqu’à" (Repeat … until)

è
1

e
r

Traduction en Pascal:

REPEAT

<séquence>;

UNTIL <condition>;

38
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4. Le traitement ré
répétitif (suite)
C. La boucle "Répéter … jusqu’à" (Repeat … until)
Exemple: Afficher les 100 premiers nombre entiers positifs
Algorithme premier_N_E

I : nombre entier

0
2

1) Début
2) I = 0
3) Répéter

~
3

4) Écrire(I)
5) I=I+1

1
0

6) Jusqu’à I > 100
7) Fin
Informatique

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

D

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4
1

Variables utilisées:

M
S

39

Semestre 2 LMD SM

4. Le traitement ré
répétitif (suite)

M
L

C. La boucle "Répéter … jusqu’à" (Repeat … until)
Programme

è
1

e
r

Program premier_N_E ;
Uses wincrt;
Var I : Integer;
BEGIN
I:=0;
repeat
WRITELN(I);
I:=I+1;
until I > 100;
END.
40

Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

4. Le traitement ré
répétitif (suite)
D. Les boucles imbriquées
Les boucles peuvent être imbriquées les unes dans les autres.
Une boucle "tant que … faire" peut contenir une autre boucle "tant
que … faire", ou une autre boucle "répéter … jusqu’à", ou une
autre boucle "pour … faire".

Informatique

D

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

Cours 3: Les structures de contrôles

M
L

M
S

~
3

1
0

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

41

Semestre 2 LMD SM

5. Remarques gé
générales sur les boucles
1) La boucle "while" peut ne pas s’exécuter du tout si la
condition d’accès à la boucle n’est pas vérifiée.

è
1

e
r

2) La boucle "repeat" s’exécute au moins une fois.
3) La boucle "for" s’exécute toujours, le nombre d’exécution de
la séquence (itérations) est connu d’avance.
4) Les boucles "while" et "repeat" nécessitent toujours une
initialisation et une incrémentation du compteur de la
boucle.
5) La boucle "for" est utilisée exclusivement dans le cas où le
nombre d’itérations est connu.
6) Si le nombre d’instructions de la boucle est supérieur à 1
celles-ci doivent être mises entre un BEGIN et un END.
42

Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

4
1

0
2

Autrement dit, une boucle peut contenir une autre boucle qui ellemême peut contenir une autre boucle ainsi de suite.

Semestre 2 LMD SM

Cours 3: Les structures de contrôles

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

6. L’instruction GOTO et la dé
déclaration
d’étiquette
’étiquette
En théorie, les structures de choix et de répétition proposées
par le Pascal sont suffisantes pour traduire toutes les situations
possibles. Mais, le Pascal dispose également d’une instruction
de branchement inconditionnel GOTO.

Informatique

D

Université Abou Bekr Belkaïd – Tlemcen (Algérie)

Cours 3: Les structures de contrôles

M
L
Début

è
1

e
r
oui

M
S

~
3

1
0

2

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

43

Semestre 2 LMD SM

Program sinus;
Uses wincrt;

I = 0.314

Var i,s : real;
Label 10;
BEGIN

S = sin(I)/I

I:=0.314;

Écrire (S)

10 : S:=sin(I)/I;
I=I+0.314
I <= 3.14

WRITELN(S);
non

I:=I+0.314;
IF I <= 3.14 then GOTO 10;
END.

Fin
44
Informatique

2008-2009©Faculté des Sciences
2013-2014©Faculté

4
1

0
2

Exemple:

Semestre 2 LMD SM


Aperçu du document Cours3-2diapos.pdf - page 1/22
 
Cours3-2diapos.pdf - page 3/22
Cours3-2diapos.pdf - page 4/22
Cours3-2diapos.pdf - page 5/22
Cours3-2diapos.pdf - page 6/22
 




Télécharger le fichier (PDF)


Cours3-2diapos.pdf (PDF, 908 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


cours 3 2diapos partie1
cours 3 2diapos version complete
cours3 2diapos
cours3 2diapos
cours3
cours3 partie1

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.118s