MEPM0100 concatcip (1) .pdf


Nom original: MEPM0100_concatcip (1).pdfTitre: unknown

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 03/03/2014 à 15:52, depuis l'adresse IP 195.68.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 823 fois.
Taille du document: 2.4 Mo (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


60

Terrains de sporT
Journée technique SFG

Les experts du gazon au chevet
des pelouses
«

P

ourquoi les pelouses des stades
français sont pourries », titrait L’Équipe
en une de son numéro du 28 janvier
dernier. Comment en effet expliquer l’état
déplorable de certaines pelouses de l’élite du
sport français cet hiver encore, alors même
que les championnats anglais et allemands,
aux conditions climatiques autrement plus
difficiles, s’en sortent bien ?

Réunis le 13 février par la SFG pour se pencher sur les problèmes
récurrents de pelouse dans les championnats français, les
spécialistes pointent du doigt des problèmes financiers, structurels
mais aussi culturels. Malgré ces nombreux freins, tous s’accordent
à dire que l’échange et la mutualisation des expériences pourraient
grandement améliorer la situation actuelle.
[ Par Paul Lacoste

Un manque de moyens évident
Les pelouses françaises souffriraient prin­
cipalement d’un manque d’investissements
chronique. Pour l’illustrer, Jean­Michel Hurlus,
directeur technique de l’entreprise spécialisée
Terenvi, donne l’exemple des pelouses hybrides :
« En Angleterre, 16 terrains de la Premier League
en sont équipés alors qu’il n’y a
pour l’instant que trois terrains
de ce type en France, Ligue 1
et Ligue 2 confondues : Nantes,
Le Havre et Troyes. » Idem pour
les systèmes de chauffage et la
luminothérapie, utilisés massi­
vement par les clubs anglais mais
encore balbutiants en France.
Il faut dire que ces techniques
nécessitent des investissements
importants : un coût multiplié par
trois pour une pelouse hybride, environ 300 000 €
pour le chauffage et entre 500 000 et 1 million
d’euros pour la luminothérapie (sans compter la
facture d’électricité…). « Pourtant, à l’heure où
la médiatisation du sport de haut niveau rend
impossible tout report de match, ces évolu­
tions techniques semblent incontournables »
selon le directeur technique. Le constat serait
identique dans le monde du rugby, passé plus
tardivement au professionnalisme, où même les
fondamentaux ne sont pas toujours respectés.
Une enquête réalisée en automne 2013 auprès
des clubs du Top 14 et de Pro D2 révèle ainsi
qu’il y a en moyenne deux jardiniers par terrain
mais surtout que deux tiers des terrains ne
seraient pas conformes au niveau du système
de drainage et 4 en Pro D2 n’en auraient pas
du tout ! « Les moyens ne collent plus avec
Matériel et paysage n° 100 - Mars 2014

Les AngLAis
construisent un stAde
Autour du terrAin,et
non L’inverse »
cLAude cudey, LFP

les enjeux actuels du sport de haut niveau »,
reconnaît Christophe Gestain, consultant et
expert pelouse auprès de la Ligue nationale
de rugby (LNR).

Les clubs, simples
locataires des stades
Claude Cudey, membre de la commission
Surfaces de jeu de la Ligue de football profes­
sionnel (LFP), tient à remettre les choses dans
leur contexte : « Contrairement à l’Angleterre où
les stades appartiennent aux clubs, la plupart des
stades français sont la propriété de collectivités,
qui en conservent l’entretien ou le délèguent
à des prestataires extérieurs. » Or les enjeux
politiques peuvent parfois aller à l’encontre
des enjeux sportifs, notamment en ces temps
d’économies budgétaires. « Difficile donc d’im­

poser le chauffage des terrains, obligatoire en
Angleterre et en Allemagne, aux contribuables
français », explique Claude Cudey. Les travaux
de rénovation et de construction de stades entre­
pris dans le cadre de l’Euro 2016 (MMArena du
Mans, Grand Stade de Lille Métropole, Allianz
Riviera de Nice) étaient l’occasion de changer
la donne. Mais les clubs n’ont pas fait l’effort
d’investir dans leurs outils de production. Ils ont
donc été financés par des partenariats publics
privés (ou PPP) associant les collectivités à
des opérateurs privés souvent issus du BTP.
Avec pour conséquence, rentabilité oblige, la
conception de stades multifonctionnels dans
lesquels la pelouse n’est pas toujours prise
en compte. « Les Anglais construisent, eux,
un stade autour d’un terrain et non l’inverse »,
tacle Claude Cudey, qui cite l’exemple de
l’Emirates Stadium d’Arsenal reconnu pour la
qualité de sa surface de jeu.

Pas de vraie culture gazon
Tout n’est donc pas qu’une question d’argent.
Il manquerait en France cette culture gazon,

si chère à nos voisins britanniques. Et, avec
elle, le respect du travail des professionnels
du terrain. « En Angleterre, le groundsman
peut par exemple interdire l’accès de certaines
zones aux joueurs lors de l’entraînement, chose
impensable en France », regrette Jean­Michel
Hurlus. « Les équipes d’entretien sont aussi plus
étoffées, avec quatre jardiniers à temps plein
en moyenne par stade. Ce qui
permet d’accorder du temps
aux points de détail. » Pour
Olivier Grelin, responsable des
formations golf et terrains de
sport au CFPPA de Dunkerque,
cela se vérifie aussi au niveau
de la formation initiale, où « le
gazon ne représente qu’une
ligne du programme du BTS
Aménagements paysagers ».
Pour Paul Morin, son homologue
à l’école Tecomah, le problème concernerait
plutôt la formation continue, trop diffuse selon
lui. Les résultats d’une enquête réalisée par ses
étudiants sur le salon Green Expo semblent lui
donner raison : 73 % des répondants souhaitaient
acquérir plus de compétences, notamment en
matière de fertilisation, d’opérations mécaniques
et de maladies. Tecomah envisage de lancer
prochainement des modules spécifiques pour
les professionnels des terrains de sport sur le
modèle des formations courtes déjà proposées
en arrosage automatique.

séance de luminothérapie
pour le gazon de l’emirates
stadium à Arsenal.

liste de référents pelouse, qui seront amenés
à se rencontrer à l’occasion de formations et
de séminaires sur le sujet. Elle a aussi lancé
cette saison le Championnat de France des
pelouses en gazon naturel (dont le classement
de la mi­saison a été dévoilé fin janvier).

un stAde AngLAis,
c’est en Moyenne
quAtre jArdiniers
à teMPs PLein. »
jeAn-MicheL hurLus,
directeur technique de terenvi

Interrogés sur les pistes d’évolution, les experts
soulignent l’importance de revenir aux fondamen­
taux : le respect des normes pour le drainage,
un schéma d’arrosage cohérent, la préparation

de la plante à l’hiver par un plan de
fertilisation adapté, le remplacement
des autoportées par des simplex autotractées
quand la portance du sol diminue… « Si l’ar­
gent reste le nerf de la guerre, on peut déjà
faire plein de choses à moyens constants ! »,
résume Olivier Grelin. Patrice Therre, dirigeant
de la société d’études et de conseil Novarea,
se dit optimiste : « Une dynamique collective
s’est mise en place depuis quatre à cinq ans :
on réfléchit plus, on analyse les systèmes, on
regroupe nos efforts. » L’Inra mène un pro­
gramme d’étude sur la luminothérapie visant
à quantifier précisément les besoins du gazon.
« Mais il faut aller plus loin en créant un vrai
réseau d’échange entre professionnels comme
c’est déjà le cas en Angleterre », ajoute­t­il.
C’est justement l’un des chantiers de la commis­
sion Surfaces de jeu, créée l’année dernière
par la LFP pour améliorer la situation des
pelouses. Elle vient ainsi de constituer une

installation d’un système de chauffage
enterré sous la pelouse du Parc des Princes
durant l’été 2012.

Pour éviter d’abîmer le sol et le gazon,
les Britanniques privilégient la tonte
à la simplex l’hiver.

Les instances sportives
mobilisées
« Ce doit être avant tout un outil d’émulation
collective et non un moyen de contrôle sur le
travail du jardinier », précise Claude Cudey.
Enfin, des critères concernant les pelouses ont
été rajoutés cette saison à la Licence Club, qui
détermine l’attribution des droits télé. Du côté
de la LNR, même combat, assure Christophe
Gestain : des référents techniques ont été
identifiés dans chaque club, des journées de
formation sont organisées depuis deux ans
autour des enjeux de la pelouse et un outil
météo commun est mis à la disposition des
gestionnaires.
Pour terminer sur une note positive, Vincent
Savourat, le dirigeant du bureau d’études ATE
présent dans le public, a tenu à souligner que
« malgré ces problèmes dans l’élite, les Anglais
nous envient les terrains de nos divisions
inférieures ! ».

Hydraparts

Le progrès passe par
le renforcement des échanges

Hervé-éric cocHard

61

très prisées outre-Manche, les décapeuses permettent
de rénover la pelouse sans avoir recours
à un coûteux replacage.
Matériel et paysage n° 100 - Mars 2014


Aperçu du document MEPM0100_concatcip (1).pdf - page 1/2

Aperçu du document MEPM0100_concatcip (1).pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)


MEPM0100_concatcip (1).pdf (PDF, 2.4 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


mepm0100 concatcip 1
scan doc0002 1
les gazons
newsletter2281
debuts du football feminin wikipedia
courrier sco retureau

Sur le même sujet..