Roneo final!! .pdf



Nom original: Roneo final!!.pdfTitre: Microsoft Word - roneofinal.docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.9.2 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 09/03/2014 à 14:51, depuis l'adresse IP 83.115.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 981 fois.
Taille du document: 10.8 Mo (20 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


UE  Système  CardioVasculaire  –  Pr.  D.  Agostini  
24/02/14  –  L2  Médecine  
Groupe  22  :  Samouille  et  Guillin  

 
 
IMAGERIE  CARDIAQUE  NUCLÉAIRE  APPLIQUÉE  À  
LA  MALADIE  CORONAIRE  
 
 
 
 
 
 

1.  Savoir  définir  une  imagerie  fonctionnelle  de  perfusion  et  une  
imagerie  métabolique  cardiaque    
 
2.  Notions  de  terminologie  anglaise  en  imagerie  cardiaque  et  FDR  CV    
 
3.  Savoir  définir  :  Réserve  coronaire,  fonction  ventriculaire  gauche,  
infarctus  du  myocarde,  ischémie  myocardique,  viabilité  myocardique,  
sidération  myocardique,  microcirculation  coronaire  
 
4.  Savoir  définir  une  scintigraphie  myocardique  
 
5.  Savoir  définir  une  TEP  
 
6.  Savoir  définir  un  radio-­‐traceur  de  perfusion  et  le  FDG  
 
7.  Connaître  la  sémiologie  de  l’imagerie  cardiaque    
 
8.  Connaître  les  notions  de  dosimétrie  de  l’imagerie  médicale  
 
 
 
 
 
 

CHU  de  Caen  -­‐  1/20  
 

 



Pré  introduction  

Nous   avons   plusieurs   choix   d’imageries   médicales   cardiaques   pour   réaliser   un   diagnostic  
d’une  maladie  coronarienne.  
 
On   s’intéresse   principalement   à   l’imagerie   fonctionnelle   on   va   donc   utiliser   la   médecine  
nucléaire  :   la   scintigraphie   cardiaque   ou   du   TEP   (tomographie   par   émission   de   positrons).   La  
scintigraphie  myocardique  est  une  technique  d’exploration  médicale  unique,  nécessitant  la  mise  en  
place   de   test   d’effort,   de   stress   (physique   ou   pharmacologique)   afin   d’avoir   une   vasodilatation.  
L’examen   d’imagerie   fonctionnelle   va   être   un   examen   complémentaire   par   rapport   à   un   examen  
anatomique   (voir   les   artères   coronaires),   il   est   nécessaire   pour   savoir   si   une   artère   sténosée   est  
responsable  d’une  souffrance  myocardique  ou  non.  Dans  le  cadre  de  l’anatomie  il  y  a  deux  grands  
examens  :  la  coronarographie,  l’angio-­‐scanner.  
 
Sur  l’image  de  gauche,  la  flèche  représente  une  sténose  soit  un  rétrécissement  mais  derrière  
il  y  a  un  flux  sanguin.  Pour  savoir  si  cela  peut  conduire  à  une  ischémie  ou  un  infarctus  il  faut  faire  une  
imagerie  fonctionnelle.  De  même  sur  l’angio-­‐scanner  on  peut  identifier  une  lésion  anatomique.  

Ça   peut   donc   être   un   examen   de   médecine   nucléaire   mais   également   une   écho-­‐
cardiographie  de  stress  ou  une  IRM.    
 
• Progression  de  l’athérosclérose  :  
 
L’athérome   est   une   occlusion   d’une   artère   qui   peut   entrainer   un   infarctus   du   myocarde.  
C’est  un  ensemble  de  cellules  qui  constitue  cette  plaque  qui  obstrue  la  lumière  de  l’artère  coronaire  
qui  créé  un  caillot  d’où  le  risque  d’occlusion.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

CHU  de  Caen  -­‐  2/20  
 

 



Imagerie  fonctionnelle  cardiaque  :    

On   a   ici   une   coupe   correspondant   à   la   lumière   de   l’artère   coronaire.   En   jaune   le   dépôt  
d’athérome,  qui  obstrue  l’artère.  

Moyens  d’identifier  soit  l’anatomie  /  morphologie  soit  la  biologie/  partie  fonctionnelle.  
 

Morphologie  :  
 
-­‐ Pour   identifier   la   sténose  :   Scan,   l’IRM,   IVUS   (Imagerie   optique   à   l’intérieur   de   l’artère  
coronaire)  
-­‐ Pour  identifier  le  thrombus  (agma  de  plaquettes  risque  de  boucher  l’artère  donc  risque  un  
infarctus)  :  Scan  IRM  
-­‐ Pour  identifier  le  cœur  de  la  nécrose  au  niveau  plaque  athérome  :  IRM  scan.    
 
Imagerie  biologique  (plus  performante)  :  
 
-­‐ Pour   le   thrombus   on   peut   mettre   en   place   une   imagerie   à   base   de   fibrine   avec   une  
molécule   qui   marque   la   fibrine   pour   informer   sur   sa   densité   au   niveau  de  la  plaque,  ou  alors  
les  macrophages  qui  ont  un  rôle  important  dans  l’agglomération  de  la  plaque  d’athérome.    
-­‐ Dans   le   cas   d’une   nécrose   il   y   a   la   possibilité   d’avoir   une   néo   vascularisation,   avec   la  
création   de   la   plaque   d’athérome   on   a   la   création   d’une   mini   tumeur   et   celle-­‐   ci   à   l’intérieur  
de  la  lumière  va  créer  une  néo  vascularisation.  On  peut  mettre  en  place  un   traitement  chez  
quelqu’un   qui   fait   un   infarctus   avec   une   plaque   d’athérome   comme   les  stents  actifs   avec   un  
médicament  dedans  anti  tumoral  qui  va  casser  la  plaque.    
-­‐ Dans  le  cas  d’une  angine   de   poitrine  on  s’intéresse  à  la  perfusion   myocardique,  au  niveau  
des   lumières   coronaires,   deux   examens  :   la   scintigraphie   de   perfusion   ou   la   tomographie  
par  émission  de  positrons  de  perfusion.  
 
 
 
 
 

CHU  de  Caen  -­‐  3/20  
 

 



Introduction  à  la  médecine  nucléaire  :  

Dans  la  médecine  nucléaire  il  y  a  deux  grands  principes  :  la  scintigraphie  myocardique  avec  un  
traceur   mono   photonique,   c’est   un   émetteur   gamma   SPECT   (single   photon   émission   computer  
tomographie)  ou  la  TEP  avec  deux  photons  émis  à  180°.  
 
Multiples   investigations   fonctionnelles   possibles.   On   va   donc   s’intéresser   à   la   perfusion   et   au  
métabolisme  glucidique  ou  oxydatif  (le  cœur  est  le  seul  muscle  en  aérobie  total  alors  que  les  autres  
muscles  sont  plutôt  en  anaérobie).  Il  y   a  aussi  la  synthèse  de  protéines,  l’imagerie  de  récepteurs…  
On  peut  l’appliquer  à  tous  les  organes,  pour  les  explorations  cardiaques,  cérébrales,  rénales…  
 
• Imagerie  cardiaque  isotopique  de  la  maladie  coronaire  

 

-­‐

-­‐
-­‐

Le  cœur  en  haut  peut  être  coupé  en  3  plans  :  
 
En  haut  à  droite  :  coupe  coronale  (petit  axe)  :  va  de  la  pointe  du  cœur  à  la  base  du  ventricule  
gauche,  le  ventricule  droit  est  à  droite,  entre  les  deux  on  a  le  septum  inter  ventriculaire,  la  
paroi  basse  est  la  paroi   inférieure,  la  paroi  controlatéral  est  la  paroi   latérale,  en  haut  c’est  la  
paroi  antérieure  du  ventricule  gauche.  
Au  milieu  :  Trans  axiale    
À  gauche  :  sagittale    

 
Sur  les  petites  coupes  en  dessous  on  voit  l’imagerie  fonctionnelle  avec  la  diffusion  du  traceur  donc  
une  radioactivité  myocardique  du  ventricule  gauche.  
 
• Détection  de  l’ischémie  myocardique  
 
Les   symptômes   sont   une   douleur   dans   la   poitrine  qui   serre   qui   est   constrictive.   Elle   dure   5   à  
10   min   et   survient   quand   il   fait   froid,   dans   les   escaliers   ou   en   faisant   les   courses.   On   a   ce   qu’on  
appelle  la  cascade  de  la  maladie  coronaire  :  
 
 
 
 
 
 

CHU  de  Caen  -­‐  4/20  
 

-­‐
-­‐
-­‐

-­‐
-­‐

Il  y  a  soit  la  présence  d’une  douleur  soit  l’absence  de  douleur.  
On  fait  donc  un  ECG,  soit  avec  des  signes  d’ischémie  soit  sans  signes.  
Donc   on   fait   une   échographie-­‐cardiaque   qui   montre   le   mouvement   du   myocarde.   On   voit   la  
systole  et  la  diastole.  Il  va  soit  y  avoir  la  présence  d’anomalies  des  mouvements  des  parois  
ou   des   fois   l’échographie   va   être   normale.   Quand   il   y   a   une   souffrance   mais   que   tous   les  
examens   sont   normaux   on   va   souvent   être   dans   le   cas   des   patients   diabétiques,   ils   ne  
souffrent  plus  car  ils  ont  une  dénervation.    
On   va   donc   devoir   détecter   des   souffrances   donc   on   passe   par   des   méthodes   de  
scintigraphie  ou  d’IRM  ou  de  TEP.  
C’est   l’ischémie   silencieuse   qui   est   essentiellement   présente   chez   les   diabétiques.   Il   est  
important  de  découvrir  ces  souffrances  pour  engager  un  traitement.  

 


Ischémie  myocardique  

 
En   abscisse  :   pourcentage   d’une   sténose   artérielle   (0   %   à   l’artère   complètement   ouverte,  
100  %  à  occlusion  totale).  En  ordonnée  :  la  réserve  coronaire.    

CHU  de  Caen  -­‐  5/20  
 

 
La   réserve   coronaire   est   la   capacité   pour   un   individu   à   augmenter   le   débit   coronaire   en  
fonction  de  l’effort.  Si  on  fait  un  effort  on  augmente  notre  débit  coronaire.    
 
Réserve  Coronaire  =  

!é!"#  !"#"$%&#'  !"#!  !"#$!!
!é!"#  !!"!#$%"&  !"  !"#$%

 (Normal  =  3  ou  4)  

         
On  a  ici  les  artères  épicardiques  qui  sont  les  gros  troncs  coronaires  soit  l’IVA  
la  coronaire  droite  et  la  circonflexe.  On  voit  une  sténose  qui  pince  l’artère  
coronaire.  
-­‐   Si   on   a   une   sténose   péricardique   (trait   jaune)   la   réserve   baisse   et   à  
partir  de  70%  de  sténose  il  y  a  une  chute  drastique  de  la  réserve  coronaire  
donc  un  risque  d’ischémie  donc  d’infarctus  myocarde.    
-­‐  Les  sportifs  ont  la  capacité  à  créer  des  collatérales  (bleue).  Si  il  y  a  un  
infarctus   ceux   qui   récupèrent   le   plus   vite   sont   ceux   qui   ont   fait   des  
collatérales  avec  un  niveau  de  réserve  coronaire  plus  élevé.  
-­‐  En  cas  de  sténose  complexe  la  réserve  baisse  encore  (trait  rouge).    
-­‐   En   cas   de   dysfonction   endothéliale   (trait   noire)  :   cas   de   figure   ou   les  
artères   épicardiques   sont   normales  :   l’IVA,   la   coronaire   droite,   la   circonflexe  
sont  normales.    
 
Avec  la  technique  d’imagerie  on  voit  tout  de  même  une  réserve   coronaire   qui   chute  à  c’est  
le   cas   des   diabétiques   quelqu’un   d’obese   aura   un   endothélium   malade   d’où   la   présence   d’une  
réserve   qui   diminue   sans   sténose.   De   même   chez   les   hyper   tendus   il   va   y   avoir   une   atteinte   de  
l’endothélium  vasculaire.  
 
• Influence  du  degré  de  sténose  sur  la  réserve  de  flux  coronaire  
 

 

CHU  de  Caen  -­‐  6/20  
 

En   abscisse   on   a   la   sténose.   Le   gros   trait   noir   (AB)   est   le   débit  coronaire  de  repos   normal,   si  
on  fait  un  effort  (ou  si  il  y  a  une  injection  de  vasodilatateur)  on  augmente  la  réserve  coronaire  d’un  
facteur  4.  On  compare  ensuite  les  images  à  partir  du  stress  par  rapport  au  repos  et  on  s’aperçoit  que  
c’est   au   moment   où   il   y   a   70  %  sténose   qu’il   y   a   une   chute  significative   de   la   réserve   d’où   un   risque  
de  souffrance  myocardique.  Cela  augmente  avec  le  pourcentage  de  sténose.    
 
• Facteurs  de  captation  du  traceur  myocardique  
 
Imagerie  cardiaque  fonctionnelle  basée  sur  deux  paramètres  :  
 
-­‐ Perfusion  :  débit  coronaire    
-­‐ Extraction  du  traceur  pour  que  le  myocarde  soit  capable  d’extraire  le  traceur  il  faut  qu’il  
ait  une  membrane  intègre,  saine  avec  des  protéines  des  lipides  et  des  canaux.  
 
Principe  :  
 

 
Représentation   d’une   artère   avec   deux   temps.   Un   temps   basal,   le   repos   et   un   temps   de  
stress   où   on   va   avoir   une   vasodilatation   du   myocarde   (blanc)   avec   le   débit   sanguin   qui   augmente  
(flèche  noir).  Si  on  a  un  pincement,  une  sténose  :  
 
-­‐ On  ne  le  voit  pas  au  repos  car  le  débit  de  repos  normal  ou  le  débit  de  repos  sténosé  sont  
quasiment  identiques.  
-­‐ Mais  à  l’effort  ou  en  cas  d’injection  d’un  produit  vasodilatateur  la  différence  est  très  
importante.  
 
Cette  différence  entraine  une  différence  dans  la  capacité  du  myocarde  à  capter  le  traceur.  
On  est  donc  capable  d’identifier  cette  différence  pour  faire  le  diagnostic.  
 
Principe   très   simple  :   Injection   IV   du   produit   radioactif,   il   suit   le   courant   veineux   puis   il   est  
capté   par   le   myocarde.   La   captation   du   traceur   est   proportionnelle   à   la   perfusion   régionale  
myocardique.  
 
-­‐ On  est  soit  dans  une  situation  de   stress,  la  perfusion  de  stress  va  pouvoir  nous  montrer  
si  la  paroi  est  intègre  donc  la  présence  ou  non  d’ischémie.    
-­‐ Soit  on  est  au  repos  le  traceur  est  capté  par  le  myocarde  on  a  donc  la  perfusion  de  repos  
qui  va  nous  montrer  en  fonction  de  l’intégrité  de  la  paroi  la  viabilité  c’est-­‐à-­‐dire  savoir  si  
le  myocarde  est  capable  d’avoir  une  perfusion  de  base.    

CHU  de  Caen  -­‐  7/20  
 

 



Réserve  coronaire  

Capacité   à   être   explorée   de   façon   non   invasive   soit   par   écho-­‐cardiographie   de   perfusion   de  
stress   (sport),   ou   IRM   (médicament   pour   induire   le   stress),   ou   la   médecine   nucléaire   avec   la  
scintigraphie  ou  TEP,  donc  4  imageries  pouvant  identifier  la  réserve.  
 
Pour  détecter  le  maximum  de  perfusion  deux  possibilités  :  
 
-­‐ Avec  un  exercice  qui  entraine  une  augmentation  de  la  consommation  et  de  la  demande  en  
oxygène,  ou  alors  avec  un  médicament  qui  produit  le  même  effet  la  Dobutamine  qui  montre  
aussi  l’augmentation  du  débit.  

-­‐

Ou  alors  on  ne  travaille  pas  sur  l’oxygène  mais  sur  la  vasodilatation  avec  Dipyridamole  ou  
Adénosine  qui  sont  deux  médicaments  importants.  

 
Le   cœur   est   doté   d’une   régulation   autonome.   À   l’intérieur   de   l’artère   coronaire   on   a   une  
pression  en  mmHg  (abscisse)  et  un  débit  en  ml/min  (ordonnée).  
 
En   vert   (courbe   du   dessous)   on   a   le   débit   de   base   et   en   rouge   (courbe   du   dessus)   le   débit  
augmenté  (d’un  facteur  4)  par  dilatation.  On  a  une  droite  qui  montre  l’augmentation  de  la  réserve  
coronaire   en   fonction   de   la   vasodilatation.   La   zone   de   pression   intra-­‐coronaire   varie   en   50   et   150  
mm  HG  quand  on  fait  une  dilatation  avec  un  débit  majoré  d’un  facteur  4.    
 
 
 
 
 

CHU  de  Caen  -­‐  8/20  
 

 

 

Sur  le  plan  du  mécanisme  deux  anomalies  :  
 
-­‐ (Image  de  gauche)  Les  gens  qui  ont  un  débit  coronaire  de  base  plus  haut  (courbe  du  milieu)  
donc  la  réserve  coronaire  diminue.  C’est  le  cas  d’une  maladie  touchant  plutôt  les  jeunes  la  
sarcoïdose  ou  le  lupus  chez  les  jeunes  femmes    
-­‐ (Image  de  droite)  Dans  98  %  des  cas,  on  a  un  débit   coronaire   d’effort   plus   bas  (courbe  du  
milieu),   c’est   le   cas   de   figure   de   la   plaque   d’athérome   avec   la   sténose   donc   la   réserve  
diminue.  
 
• Imagerie  cardiaque  exemple  de  repérage  

Cela   correspond   à   une   échelle   de   couleur,   lorsque   c’est   rouge   on   a   un   maximum   de  
radioactivité  lorsque  c’est  bleue  on  n’a  pas  de  radioactivité.  
 

Coupe  transverse  du  FDG  
 
 
 
 
 

CHU  de  Caen  -­‐  9/20  
 

Coupe  petit  axe  après  réorientation  

 

 
 



Imagerie  cardiaque  et  territoires  

En  haut  on  a  la  pointe  du  ventricule  gauche  et  en  bas  on  a  la  base  du  ventricule  gauche  c’est  une  
image   d’après   une   segmentation.   Sur   cette   cible   on   empile   nos   sections   de   cœur   de   la   pointe   en   17  
jusqu’à  la  base  du  ventricule  gauche  en  1.  
 
Les  artères  anatomiques  sont  branchées  sur  notre  cœur  :  
 
-­‐ Au   niveau   de   la   racine   aortique   il   y   a   la   coronaire  droite   (RCA)   qui   irrigue   la   paroi  inférieure  
du  cœur  et  un  peu  la  latérale.  
-­‐ En  haut  on  a  (LM  left  main)  soit  le  tronc  coronaire  gauche  qui  né  de  l’aortique,  il  va  donner  
l’IVA  (LAD)  qui  irrigue  la  paroi  septale  et  la  paroi  antérieure  et  un  peu  la  latérale.  Il  donne  
aussi  la  circonflexe  LCV  qui  irrigue  la  paroi  latérale  du  cœur.  
 
• Imagerie  cardiaque  scintigraphiques    
 
Il  y  a  trois  traceurs  à   connaître  :   le  Thallium  201  (Tl  201).  C’est  un  traceur   moins  utilisé  car  il  est  
irradiant.   Le   Sestamibi   et   Tetrofosmine   captés   par   le   myocarde   et   couplés   à   un   isotope   le  
technitium  99.  (Ne  pas  apprendre  les  autres)  
 

CHU  de  Caen  -­‐  10/20  
 



 

Fraction  d’éjection  du  ventricule  gauche  (FEVG)  ou  function  VG  

On  a  au  niveau  de  la  zone  grise  la  capacité  à  donner  une  information  sur  le  VES.  
 

Volume   d’éjection   systolique  (VES)  =  VTD  (volume  le  plus  important  en  fin  de  diastole)  –  VTS  
(volume  le  plus  petit  en  fin  de  systole)  
 
Fraction  d’éjection  (c’est  un  pourcentage)  =  

!"#

!"#

 

 
Sur  le  plan  physiologique,  le  diagramme  Pression/Volume  permet  de  mesurer  la  FEVG.  

Abscisse  =  temps,  Ordonnée  =  radioactivité  
 
Au   cours   du   temps   on   mesure   la   radioactivité.   On   s’aperçoit   qu’automatiquement   on   va  
avoir   une   radioactivité   qui   va   diminuer   pendant   la   systole,   puis   qui   va   augmenter   pendant   la  
diastole.  On  a  une  courbe  ventricule  gauche  classique  en  fonction  du  temps.  On  est  donc  capable  de  
mesurer   les   volumes   en   fin   de   diastole   et   en   fin   de   systole.   La   fraction   d’éjection   normale   est  
d’environ  60%.  
La   FEVG   est   un   élément   important   parce   qu’en   cardiologie   cela   permet   d’indiquer   le  
pronostique.  
 
Chez   un   patient   malade,   si   la   FEVG   est   faible   (<   35%),   le   pronostique   vital   est   mauvais,   alors  
que  si  elle  est  bonne  (exemple  50%),  le  pronostique  sera  meilleur.  

CHU  de  Caen  -­‐  11/20  
 



Fixation  

En  bleu  =  Radioactivité  du  Thallium,  en  vert  =  Cellule  myocardique  
 
On   injecte   le   produit   par   voie   veineuse,   cela   arrive   au   niveau   des   artères   coronaires.   Si   la  
cellule   myocardique   est   normale,   le   Thallium   va   être   capté   par   la   pompe   NA/K   ATP,   le   Thallium   sera  
dans  la  cellule  et  donc  cela  veut  dire  que  la  membrane  est  intègre  et  que  cela  se  passe  bien.  
 
À   côté,   même   principe   mais   avec   d’autres   traceurs,   on   injecte   en   intraveineuse,   il   y   a   une  
diffusion  passive  et  donc  un  passage  au  niveau  de  la  membrane  cellulaire  puis  une  radioactivité.  
 
On   peut   déterminer   le   terme   de   viabilité   c’est   à   dire   que   la   cellule   myocardique   est   capable  
d’extraire  ces  traceurs  au  niveau  de  la  circulation  et  donne  un  débit  coronaire.  
 
 
 
 
 
 

CHU  de  Caen  -­‐  12/20  
 

 



Causes  de  la  baisse  de  la  fixation  du  traceur  

 
Si   j’injecte   un   produit   radioactif,   il   y   a   deux   cas   où   l’on   ne   verra   pas   cette   radioactivité.   Soit   on   a  
un  pincement  très  fort  au  niveau  une  artère,  alors  le  traceur  ne  peut  pas  être  capté  par  le  myocarde  
donc  on  ne  verra  pas  de  radioactivité.  Ensuite  quand  on  fera  un  examen  de  repos,  là  on  verra  de  la  
radioactivité,   c’est   l’ischémie  myocardique.   Lors   de   la   sténose   d’une   artère   le   débit   diminue,   donc   il  
y   a   moins  d’O2   de   délivré   au   niveau   du   tissu,   donc   on   crée   une   hypoxie,   donc   il   y   a   la   création   d’une  
ischémie   myocardique.  L’ischémie  myocardique  la  plus  sévère  est  l’infarctus.  C’est  la  même  chose  
au  niveau  cérébral.  
 
L’ischémie   est   quelque   chose   que   je   pourrais   traiter,   c’est   une   sténose   mais   pas   encore   une  
occlusion  donc  il  faut  la  détecter.  
 
Deuxième  cas  :  il  n’y  a  pas  de  radioactivité  dans  le  myocarde  aussi  bien  au  moment  de  l’effort  
que  du  repos,  le  myocarde  est  incapable  de  capter  le  traceur.  C’est  une  situation  où  l’on  a  identifié  
l’infarctus  du  myocarde.  
 
• Sémiologie  cardionucléaire  
 
Cas   de   figure   où   la   personne   a   fait   l’épreuve   d’effort,   on   aura   une   imagerie   d’effort   et   de   repos.  
Normalement   on   devrait   avoir   une   rondelle,   c’est   à   dire   que   tout   le   muscle   cardiaque   fixe   le   traceur  
or  là  ca  fait  un  U.    
À  l’effort,  on  voit  que  le  muscle  ne  fixe  pas  partout  le  traceur,  on  ne  voit  pas  la  rondelle.  Mais  on  
ne  peut  pas  dire  si  c’est  une  ischémie  ou  un  infarctus.  Au  repos  on  refait  des  images  du  patient,  on  
voit  toujours  une  absence  de  radioactivité,  le  fait  d’avoir  cette   image  manquante  correspond  bien  à  
une  paroi  antérieure  nécrosée,  alors  que  le  reste  de  la  paroi  fixe  bien  le  traceur.  
Si  on  prend  le  cas  de  figure  du  milieu,  du  côté  gauche  le  capteur  est  bien  tracé,  mais  un  peu  en  
haut,   sur   la   paroi   latérale   et   sur   la   paroi   inférieure   c’est   jaune.   Il   y   a   un   défaut   de   fixation  
radioactive  mais  on  ne  sait  pas  si  c’est  une  ischémie  ou  un  infarctus.  Donc  on  doit  faire  une  image  de  
repos.  On  voit  alors  que  les  parois  latérale  et  antérieure  sont  très  rouges,  donc  au  repos  le  muscle  
capte  le  traceur.  Dans  cette  région  antérieure  et  latérale,  il  y  a  une  souffrance,  c’est  une  ischémie  
myocardique.   Par   conséquent,   l’imagerie   de   repos   va   permettre   de   faire   la   différence   entre   une  
ischémie  et  un  infarctus,  c’est  très  important.    

CHU  de  Caen  -­‐  13/20  
 

Chez  ce  patient  on  va  lui  faire  une  coronarographie,  pour  identifier  les  artères  coronaires  et  voir  
si   il   n’y   a   pas   une   sténose.   Cela   sert   à     faire   le   diagnostique   pour   ensuite   faire   un   traitement   puis  
mettre  un  stent.    
 
Pour  l’infarctus,  sur  la  coupe  du  haut  la  personne  fait  du  vélo  et  juste  en  dessous  la  personne  est  
au  repos.  On  s’aperçoit  que  la  paroi  latérale  fixe  le  radioélément,  mais  tout  le  reste  ne  le  fixe  pas.  
Par   contre   au   repos   il   y   a   des   zones   rouges.   Cela   veut   dire   qu’entre   le   repos   et   l’effort   il   y   a   une  
ischémie.  Par  contre,  il  y  a  des  zones  où  c’est  mort  (ce  que  soit  à  l’effort  ou  au  repos),  où  l’on  ne  voit  
pas  beaucoup  de  rouges,  là  il  y  a  un  infarctus  important.  
 

 
 

CHU  de  Caen  -­‐  14/20  
 



Importance  de  la  mise  en  évidence  de  l’ischémie  myocardique  par  une  imagerie  fonctionnelle  
type  scintigraphie  myocardique  

 
Pour   mettre   en   évidence   une   ischémie,   il   faut   étudier   le   patient   en   deux  temps,   un   temps   après  
l’effort  (sous  stress)  et  un  temps  au  repos.  On  ne  peut  pas  parler  d’ischémie  si  il  n’y  a  pas  ces  deux  
temps.  
La  sténose  coronaire  (angiographique)  ne  préjuge  pas  de  la  mortalité́  cardiaque.  

 
En   bleu   (gauche)  :   Si   il   n’y   a   pas   de   sténose   et   qu’il   y   a   une   scintigraphie   normale,   le   risque  
d’évènement  cardiaque  est  faible.  
En  bleu  vert  (milieu)  :  Si  l’on  a  une  sténose  significative  (plus  de  70%)  mais  que  la  scintigraphie  est  
normale,  le  risque  d’événement  cardiaque  est  faible.  
En   violet  (droite)   :   Si   on   a   une   sténose   significative   (plus   de   70%)   et   que   la   scintigraphie   est  
anormale,  le  risque  d’événement  cardiaque  devient  très  élevé  (ischémie).    
 
• Déroulement  du  TEP  scan  

 
 
 
Déroulement   d’un   examen   de   médecine   nucléaire.   Le   patient   est   allongé,   le   scanner   passe   de   la  
tête  au  pied.  Le  traceur  injecté  émet  des  photons.  Si  c’est  au  niveau  du  cœur,  il  va  fixer  le  glucose.    
 
• Radio-­‐isotopes  pour  la  TEP  
 
Il   existe   avec   la   TEP   trois   radioéléments   qui   permettent   de   faire   de   l’imagerie   cardiaque.   Il   y   a   le  
Nitrogène,   l’Oxygène   15   et   Rubidium   qui   sont   les   trois   isotopes   qui   sont   utilisés.   À   Caen   on   peut  
utiliser  l’Oxygène  15.  

CHU  de  Caen  -­‐  15/20  
 

 


Traceur  TEP  au  18F-­‐FDG  Ou  fluro-­‐deoxyglucose  

 
Il  y  a  un  traceur  important  que  l’on  utilise,  c’est  le  FDG.  C’est  du  glucose  marqué  par  du  fluor  18.  
Si  on  injecte  ce  traceur  par  IV,  il  passe  par  la  voie  sanguine,  puis  au  niveau  du  myocarde,  puis  par  les  
transporteurs  GLUT  pour  arriver  dans  la  cellule.  
Si  c’est  le  glucose  :  il  passe  la  membrane  grâce  à  de  l’insuline  puis  est  métabolisé  dans  la  cellule  
Si   on   injecte   le   FDG  :   il   sera   similaire   au   glucose,   il   faut   aussi   de   l’insuline   pour   qu’il   passe   la  
membrane   sinon   il   reste   bloqué   mais   il   va   y   avoir   accumulation   de   ce   traceur   au   niveau   de   la  cellule  
et  reste  bloqué  en  F18  car  il  ne  va  pas  être  métabolisé.    
 
• Courbe  extraction  VS  Flux  de  perfusion  myocardique  (MBF)  

 
Le   meilleur   traceur   de   perfusion   myocardique   est   l’eau   car   on   aurait   la   meilleure   extraction.  
Mais  le  problème  est  que  la  demi-­‐vie  est  trop  courte  (de  l’ordre  de  2  minutes).  Ce  qu’on  utilise  est  le  
Sestamibi  et  le  Thallium  mais  l’extraction  est  beaucoup  plus  faible.    
 

CHU  de  Caen  -­‐  16/20  
 



Irradiation  -­‐  Dosimétrie  (Important,  bien  apprendre  le  tableau  !)  

Radiographie  pulmonaire  =  0,1  mSv  
Scanner  =  5  à  10  mSv    
 
• Cardio-­‐  vascular  risk  factors  (termes  anglais  a  connaître)  :  (Groupe  12  c’est  pour  vous  <3)  
 
Gender  :  male  or  female  (ou  shemale)  lol  xD  ptdr  xptdr  lmao  swag  
Diabetes  
High  blood  pressure  
Obesity  
Tobacco  
Sedentarity  
High  LDL  cholesterol  
Heart  failure  
Cardiac  death  
Multiple  vessel  disease  
NHYA  class  function  >>  Classification  de  la  dyspnée  NYHA  
 
• Cardiac  imaging  (termes  anglais  à  connaître)  :  
 
SPECT  :  Single  photon  emission  computer  tomography  >>  Scintigraphie  ou  Tomoscintigraphie  
PET  :  positron  emission  tomography  >>  TEP  =  Tomographie  par  Emissions  de  Positons  
MBF  :  myocardial  blood  flow  >>  Débit  sanguin  myocardique  ou  Perfusion  myocardique  
Myocardial  infarction  >>  Infarctus  du  myocarde  
Ischemia  >>  Ischémie  
Hibernation  >>  Hibernation    
Stunning  >>  Sidération  
LVEF  :  Left  Ventricular  Ejection  Fraction  >>  FEVG  :  Fraction  d’Ejection  du  Ventricule  Gauche  
Gated  SPECT  >>  Scintigraphie  synchronisée  
MRI  :  magnetic  resonance  imaging  >>  IRM  =  Imagerie  par  résonance  magnétique  
CT  :  computer  tomography  >>  TDM  =  Tomodensitométrie  
Coronary  artery  disease  >>  Maladie  artériel  coronaire  
Coronary  angiogram  >>  Coronarographie  
Radiation  exposure  >>  Exposition  aux  rayonnements  
Radiopharmaceutical  product  >>  Radiotraceur  

CHU  de  Caen  -­‐  17/20  
 

 



Imagerie  cardiaque  et  perfusion  myocardique  

Les   imageries   cardiaques   non   invasives   permettant   de   mesurer   la   réserve   coronaire  :  
scintigraphie   cardiaque,  échocardiographies  (et  pas  juste  écho  sinon  c’est  zéro)  de  stress,  l’IRM  et  
la  TEP.  Pour  la  réserve  coronaire  il  faut  une  imagerie  de  stress  et  une  imagerie  de  repos.    
 
Réserve  Coronaire  =  
 

!é!"#  !"#"$%&#'  !"#!  !"#$!!
!é!"#  !"#"$%&#'  !"  !"#$%

 

La   coronarographie   est   une   technique   invasive   (car   on   pique   une   artère)   et   il   peut   y   avoir  
des  complications  (ex  :  hématome).  C’est  une  imagerie  anatomique  car  cela  montre  les  lésions  des  
artères  coronaires.  C’est  une  technique  diagnostique  et  thérapeutique  car  on  cela  permet  aussi  de  
mettre  des  stents  dans  les  artères.  
 
(Le  prof  a  bien  précisé  qu’il  fallait  dire  imagerie  de  stress  et  de  repos  et  non  imagerie  tout  
court  sinon  cela  valait  quedalle,  zéro,  nada,  cero,  れい/ゼ,  ‫ﺻ ْﻔﺮ‬,  
ِ μηδέν)
 
• Imagerie  cardiaque  et  fonction  VG  
 
Les  techniques  permettant  de  mesurer  la  FEVG  sont  celles  qui  permettent  d’identifier  la  systole  et  la  
diastole.  
 
Imageries  cardiaques  non  invasives  mesurant  la  FEVG  :  
 
-­‐ Echocardiographie  
-­‐ IRM  
-­‐ TEP  
-­‐ Scintigraphie  myocardique  
 
Imagerie  cardiaque  invasive  mesurant  la  FEVG  :  
 
-­‐ Ventriculographie  pendant  la  coronarographie  
 
À  bien  connaître  :    
 
-­‐   Définir   une   imagerie  de  perfusion,   une   imagerie  métabolique   et   connaitre   les   deux   métabolismes  
essentiels  cardiaques  :  oxydatif  (oxygène)  et  le  glucidique.  
 
-­‐   Connaitre   la   définition   d’une   réserve   coronaire,   d’une   fonction   ventriculaire   gauche,   d’un  
infarctus  du  myocarde,  et  de  l’ischémie  myocardique.    
 
-­‐  Connaitre  la  différence  entre  micro  circulation  coronaire  par  rapport  à  la  macro  (grandes  artères  :  
IVA  circonflexe  et  coronaire  gauche).    
 
-­‐   Connaitre   les   notions   d’imagerie   fonctionnelle   et   métabolique   la   tomographie   par   émission   de  
positrons,  la  scintigraphie  cardiaque  ainsi  que  les  traceurs.  
 
-­‐  Connaitre  les  notions  de  dosimétrie.    
 
-­‐  Connaître  les  quelques  notions  d’anglais  
 
 

CHU  de  Caen  -­‐  18/20  
 

CORRECTION  D’ANNALES  
 
2011/2012  Session  1  
30  :  A  /  31  :  DE  /  32  :  ABCE  /  33  :  A      
 
2011/2012  Session  2  
28  :  D  /  29  :  A  /  30  :  B  
 
2012/2013  Session  1  
 
QROC  1  
 

!"#

Question  n°2  :  a)  Fraction  d’éjection  ventriculaire  gauche  (c’est  un  pourcentage)  =    (N=60%)  
!"#
                         b)  Echocardiographie,  IRM,  TEP,  Scintigraphie  myocardique    
 
2012/2013  Session  2  
 
QROC  1  
Question  n°1  :    
 
1.  C’est  la  capacité  pour  un  individu  à  augmenter  le  débit  coronaire  en  fonction  de  l’effort.  
 
Réserve  Coronaire  =  

!é!"#  !"#"$%&#'  !"#!  !"#$!!
!é!"#  !"#"$%&#'  !"  !"#$%

 

 
2.   On   dirait   scintigraphie   cardiaque   de   perfusion   mais   on   n’est   pas   sur   et   le   prof   n’en   a   pas   parlé  
pendant  son  cours.  
 
3.  La  principale  indication  de  la  mesure  de  la  réserve  coronaire  est  la  maladie  coronarienne.  
 

!!!!! Blagues !!!!!
Techniques  de  drague  :  

CHU  de  Caen  -­‐  19/20  
 

 

 

CHU  de  Caen  -­‐  20/20  


Aperçu du document Roneo final!!.pdf - page 1/20
 
Roneo final!!.pdf - page 3/20
Roneo final!!.pdf - page 4/20
Roneo final!!.pdf - page 5/20
Roneo final!!.pdf - page 6/20
 




Télécharger le fichier (PDF)


Roneo final!!.pdf (PDF, 10.8 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


p2 cardiovasculaire imagerie scintigraphique 1410
roneo cv imagerie nucleaire
roneo final
lundi19 cours 5
mardi 20 cours 6
l insuffisance cardiaque pr duriez

Sur le même sujet..