histoire du traitement du syndrome parkinsonien.pdf


Aperçu du fichier PDF histoire-du-traitement-du-syndrome-parkinsonien.pdf - page 2/6

Page 1 2 3 4 5 6


Aperçu texte


À ce jour, on ignore pour quelle raison les neurones dopaminergiques dépérissent et meurent en cas de Parkinson.
il développe un fauteuil trépidant. Par ailleurs, il
soupçonne à juste titre une origine cérébrale de la
maladie ; ses étudiants développent également un
casque vibrant. Toutefois, ces essais thérapeutiques
retombent rapidement dans l’oubli.
En revanche, la découverte faite au sein de
l’école de Jean-Martin Charcot selon laquelle l’hyoscine, alcaloïde de la belladone, exerce des effets
positifs sur les symptômes des patients, subsiste
plus longtemps. Le neurologue français dispose
ainsi pour la première fois d’un médicament permettant de soulager quelque peu les symptômes
des parkinsoniens.
Pendant près d’un siècle, les substances anticholinergiques sont restées les seuls médicaments antiparkinsoniens efficaces cliniquement, ce qu’il ne
pouvait évidemment prédire. Le recours aux anticholinergiques est toujours d’actualité, notamment
pour le traitement des tremblements. Ils sont toutefois utilisés avec beaucoup plus de réserve compte
tenu des effets secondaires découverts depuis et
de la possibilité de prescrire d’autres médicaments
efficaces.
Bien sûr, d’autres médicaments ont été recommandés par les successeurs de Charcot. Cependant,
les possibilités thérapeutiques médicamenteuses en
cas de Parkinson sont encore très limitées, même
au milieu du XXe siècle. C’est ce qu’illustrent par
exemple les recommandations thérapeutiques relativement différenciées que Robert Bing, premier

professeur suisse de neurologie, publie en 1945
(voir tableau 1, p. 35).
Depuis la fin du 19e siècle, des essais thérapeutiques chirurgicaux sont réalisés parallèlement aux
traitements médicamenteux. La plupart du temps,
ils visent une séparation des voies cortico-spinales
pour réprimer les tremblements. Toutefois, il faut
attendre les années 1950 pour que Rolf Hassler
(1914–1984) et Traugott Riechert (1905–1983) fassent état de résultats exceptionnels après des lésions stéréotaxiques pratiquées dans le noyau ventrolatéral du thalamus (thalamotomie). Par la
suite, la plupart des neurochirurgiens reprennent
cette méthode. Ce type d’intervention permet de
réprimer le tremblement du côté opposé et de limiter quelque peu la raideur. En revanche, ces opérations n’ont aucun effet sur l’akinésie. Jusqu’à l’introduction de la L-dopa, de nombreuses interventions de ce genre sont réalisées dans le monde,
avant d’enregistrer une forte chute.

Jean-Martin Charcot
Le célèbre neurologue
français (1825–1893) a
introduit l’éponyme
« Maladie de Parkinson ».

Fauteuil trépidant
« Instrument » développé par Jean-Martin
Charcot pour le traitement antiparkinsonien.

PA R K I N S O N 10 0 3 1