revue5 .pdf



Nom original: revue5.pdfTitre: Microsoft Word - revue5corrigée.docAuteur: Administrateur

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Microsoft Word - revue5corrigée.doc / ScanSoft PDF Create! 2, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/03/2014 à 21:32, depuis l'adresse IP 197.204.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2083 fois.
Taille du document: 3.1 Mo (180 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


UNIVERSITE ABDELHAMID IBN BADIS
MOSTAGANEM

FACULTE DES LETTRES ET DES ARTS
DEPARTEMENT DE FRANÇAIS

CAHIERS DE LANGUE ET DE
LITTERATURE
Numéro

5

Manuels scolaires en classe de FLE
et représentations culturelles

Janvier 2008

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

CAHIERS DE LANGUE ET DE
LITTERATURE
Numéro 5

Manuels scolaires en classe de FLE
et représentations culturelles
Directeur de la publication
Pr. Lamine KADI
Recteur del

Université
de Mostaganem

Coordination du numéro
Abdelhamid KRIDECH
Malika BENSEKAT
Liminaire
Geneviève ZARATE
INALCO - PARIS

Comité de rédaction
Ahmed CHAALAL
Hadj MILIANI
Miloud BENHAIMOUDA

© Département de français
Université de Mostaganem - Faculté des Lettres & des Arts
Site 3 (ex ITA) BP 922 RP Mostaganem 27000 Algérie
Tél - Fax (213) 0 45 21 04 24
E-mail: deptfran@yahoo.fr
ISSN 1112-4245

1

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

2

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

SOMMAIRE

Liminaire
La construction des représentations :e
nt
r
el

e
f
f
e
r
ve
s
c
e
nc
e
des informations et les non-dits
Geneviève ZARATE, INALCO, Paris……………………………….
.
……05

Présentation
Abdelhamid KRIDECH et Malika BENSEKAT ….
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
11

Approche écodidactique des représentations
de l

i
nt
e
r
c
ul
t
ur
al
i
t
édansl
e
smanue
l
sal

r
i
e
nsde FLE.
enjeux et perspectives
Tayeb BOUGUERRA, Université Paul-Valéry, Montpellier III…………...17

Manuel de langue et représentations culturelles:
Comment enseigner une compétence interculturelle ?
Malika BENSEKAT, Université de Mostaganem………………….
…..43

Les altérités périphériques francophones dans des manuels
d’
e
ns
e
i
gne
me
ntdeFLEe
nFi
nl
ande
Fred DERVIN et Laura KEIHÄS, Université de Turku, Finlande ……….
.
.
59

La représentation culturelle du « Français » dans les manuels
s
c
ol
a
i
r
e
sut
i
l
i
s
é
sauxî
l
e
sCa
nar
i
e
s
:appr
oc
hed’
uner
é
c
e
pt
i
on
Richard CLOUET et Ángeles SANCHEZ, Université de Las Palmas
de Gr
a
nCa
n
a
r
i
aEs
pa
g
n
e……………………………….
.
…………………91

L'image culturelle dans les manuels scolaires de FLE
Abdelhamid KRIDECH, Un
i
v
e
r
s
i
t
édeMos
t
a
g
a
n
e
m……………….
.
.
……109

3

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

Manuels scolaires en Algérie : contacts méthodologiques entre
l
al
anguef
r
anç
a
i
s
ee
tl

ar
abedi
a
l
e
c
t
a
l
Abderrezak AMARA, Université de Mostaganem …………….
.………….
127

Les implicites du texte littéraire dans les manuels
Estelle RIQUOIS, Université de Rouen.......................................................137

La compétence de communication interculturelle
en didactique des langues
Yasmine KARA Attika, Ecole Normale Supérieure d'Alger
…………….
.
.
155

Résumés……………….
……….
…………….
……….
.
.
.
……………….
.
165
Annexe iconographique……………………………………….
.
.
...171

4

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

Liminaire
La construction des représentations :e
nt
r
el

e
f
f
e
r
ve
s
c
e
nc
e
des informations et les non-dits
Par Geneviève ZARATE
Lac
i
r
c
ul
a
t
i
onde
sr
e
pr
é
s
e
nt
a
t
i
onse
n
t
r
el

Al

r
i
ee
tl
aFr
a
nc
e
s
e
mbl
eobé
i
ràunmodè
l
ema
r
quépa
rl

i
nt
e
ns
i
t
éde
sr
e
l
a
t
i
ons
entre ces deux pays et leur enracinement historique. Est-il
singulier ?
A la différence des modèles couramment adoptés, ces
représentations échappent à la valorisation touristique qui
enferme un pays dans une histoire fossilisée, dans une lecture
esthétisante du paysage et folklorise les coutumes régionales.
Se
ul
ea
uMa
g
hr
e
bànepa
sj
oue
rdec
er
e
g
i
s
t
r
e
,l

Al

r
i
es
e
distingue ainsi de ses voisins, la Tunisie qui chante les avantages
d’
unt
our
i
s
mepopul
a
i
r
ee
tl
eMa
r
ocquimi
s
es
urunei
ma
g
e
raffinée de son patrimoine historique. Les représentations de la
France en Algérie ne sont pas non plus dominées par le modèle
touristique qui suppose libre circulation des devises et des
personnes, conditions nécessaires à une mise en route des flux
touristiques entre les deux pays.
Les médias écrits et radio, autre véhicule majeur de
r
e
pr
é
s
e
nt
a
t
i
ons
,t
é
moi
gne
nt de l

i
nt
e
ns
i
t
é de l
a pr
é
s
e
nc
e
francophone en Algérie1,s
a
nsqu’
i
ly a
i
ts
y

t
r
i
epourl
e
s
médias algériens en France. La réception des chaînes de
télévision par s
a
t
e
l
l
i
t
edepa
r
te
td’
a
ut
r
edel
aMé
di
t
e
r
r
a

e
,
nœud ma
j
e
urd’
i
nf
or
ma
t
i
on e
tde c
ommuni
c
a
t
i
on,c
a
t
a
l
y
s
e


Professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations
orientales, Paris.
1
13 quotidiens francophones, et 11 quotidiens arabophones listés sur le site
del

a
mba
s
s
a
dedeFr
a
n
c
ee
nAl
g
é
r
i
e

5

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

l

é
c
ha
nge
,r
é
c
i
pr
oque da
nsc
ec
a
s
,de
sr
e
pr
é
s
e
nt
a
t
i
onsda
ns
toutes les strates sociales algériennes et auprès des familles
habitant en France, entretenant une relation affective avec
l

Al
g
é
r
i
e
.Las
i
mul
t
a

i
t
éde
si
nf
or
ma
t
i
onsr
e
ç
ue
se
nFr
a
nc
e
comme en Algérie, la dualité des points de vue nationaux
aisément accessible, celui des médias français commentant
l

a
c
t
ua
l
i
t
éa
l

r
i
e
nne
,c
e
l
uide
smé
di
a
sa
l

r
i
ens commentant le
débat français, construisent un réseau extrêmement dense de
représentations sociales, qui fonctionne aussi bien à niveau
familial, national et international. Au niveau international, la
composante linguistique, francophone / arabophone, fa
i
tl

obj
e
t
d’
une â
pr
ec
onc
ur
r
e
nc
e: la France vient de se positionner
comme opérateur arabophone en lançant la chaîne France 24 à
destination des téléspectateurs du Maghreb, du Proche et Moyen
Orient, concurrencée sur ce créneau par les chaînes marocaine
Medi1Sat et quatarie Al Jazira.
Cette mondialisation de la circulation des informations impose
de superposer à cette lecture bilatérale des relations algérofrançaises la nébuleuse des pratiques individuelles et familiales
gérant le bouquet international des chaînes reçues, au fil des
feuilletons, des journaux télévisés, des divertissements
pl
é
bi
s
c
i
t
é
ss
e
l
onl
eg
oûtdec
ha
c
un.L’
e
s
pa
c
enumé
r
i
queouvr
e
l
uia
us
s
is
urunec
ompl
e
xi
t
éde
spr
a
t
i
que
squime
tàl

é
pr
e
uve
l
e
smodè
l
e
ss
oc
i
ol
og
i
que
sut
i
l
i
s
é
sj
us
qu’
a
lors pour caractériser
les sites consultés, les échanges sur internet, les pratiques de
consultation dans les cafés internet.
Pa
r
a
l
l
è
l
e
me
ntàc
e
t
t
ea
c
t
i
vi
t
é
,l

e
s
pa
c
ef
r
a
nc
o-algérien et algérofrançais des représentations est dominé par la politique
contemporaine des Etats, rythmé par les événements internes
d’
unpa
y
se
ts
e
sr
e
bondi
s
s
e
me
nt
sda
n
sl
apol
i
t
i
q
ueé
t
r
a
ng
è
r
ede
l

a
ut
r
e
.Mutatis mutandis, du point de vue français, seules les
relations franco-allemandes pourraient soutenir le parallèle,
6

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

partageant, elles aussi, un passé belliqueux traduit en histoires
parallèles, hébergeant réciproquement des communautés
l
i
ng
ui
s
t
i
que
sde l

a
ut
r
e pa
y
snoué
e
spa
run de
s
t
i
nt
r
a
g
i
que
commun, travaillées par un imaginaire sans cesse renouvelé,
relations condamnées à évolue
rs
ie
l
l
e
sve
ul
e
nts
edot
e
rd’
un
avenir partagé.
Le voyage du Président Bouteflika en France en juin 2000,
relayé par celui du Président Chirac en mars 2003, amplifié par
l

a
nné
edel

Al
g
é
r
i
ee
n Fr
a
nc
e
,e
s
qui
s
s
el
e
sc
ont
our
sd’
une
réconciliation, souhaitée par les sociétés algérienne et française.
Ma
i
snomme
rl
epa
s
s
ér
e
s
t
eunt
r
a
va
i
ls
e
méd’
e
mbûc
he
squa
nd
l
ac
ommé
mor
a
t
i
one
xi
gequel

hi
s
t
oi
r
es
oi
tdé
pl
i
é
e
,quel
e
sf
a
i
t
s
j
us
qu’
a
l
or
sma
s
qué
ss
oi
ti
de
nt
i
f
i
é
se
tof
f
i
c
i
e
l
l
e
me
ntr
e
c
onnus:
le massacre de Sétif ici, le massacre du 17 octobre 19611 là, les
harkis oubliés ici, les colons chassés là. Et quand les opinions
publiques commencent à affronter le travail exigé par la
mémoire, se dressent les souffrances des travailleurs immigrés
en France ou celles provoqué
e
spa
rl

i
mpos
s
i
bl
ede
ui
ldupa
y
s
na
t
a
lde
sPi
e
dsnoi
r
s
.S’
ya
j
out
el
epi
è
g
ede
smot
sa
g
i
s
s
a
nt
comme stigmates : colonisation, Français de la seconde
génération, Beurs, musulman, arabe, intégriste, jeunes des
banlieues, mots stigmates qui, parasités pa
rl

a
c
t
ua
l
i
t
é
internationale, prolifèrent, brouillent la lecture bilatérale
réparatrice, plombent le sens commun, étant exploités de façon
opportuniste par les courants politiques à des fins électorales.
Le modèle franco-allemand montre le chemin que peut prendre
un réaménagement radical de la mémoire :l
ami
s
ee
npl
a
c
ed’
un
Office Franco-Allemand pour la Jeunesse, retissant de façon
volontariste un lien national et social positif entre les deux
na
t
i
ons
,quis
et
r
a
dui
ta
us
s
ipa
rl
avol
ont
éd’
a
f
f
r
ont
e
rda
ns les
1

Le 17 octobre 1961 est réprimée à Paris une manifestation pacifique en
f
a
v
e
u
rdel

i
n

pe
n
da
n
c
ea
l
g
é
r
i
e
n
n
es
ou
sl
e
sc
ou
psdel
apol
i
c
ef
r
a
n
ç
a
i
s
e
.

7

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

ma
nue
l
ss
c
ol
a
i
r
e
sl

hi
s
t
oi
r
et
r
a
g
i
quee
tpa
rl

é
c
r
i
t
ur
ec
onc
e
r
t
é
e
de
shi
s
t
or
i
e
nsde
sde
uxbor
ds
.Né
c
e
s
s
a
i
r
epoi
ntd’
a
ppuipourne
pas interpréter les événements médiatisés à la surface de
l

i
mmé
di
a
t
,l

é
c
r
i
t
ur
ed’
unemé
moi
r
epa
r
t
a
g
é
ee
s
tl

a
nt
i
dot
eà la
méconnaissance et aux préjugés, pourvoyeurs de xénophobie, et
pe
r
me
tdenomme
rl
e
spoi
nt
sa
ve
ug
l
e
sdel

a
c
t
ua
l
i
t
é
.
Sur cette effervescence, les manuels scolaires de langue restent
muets.
Ce
r
t
e
sl
e
sma
nue
l
ss
c
ol
a
i
r
e
sontpourvoc
a
t
i
ond’
é
c
ha
ppe
ra
ux
a
l
é
a
sd’
unea
c
t
ua
l
i
t
éi
nt
e
r
pr
é
t
é
eda
nsl
ef
e
udel

é

ne
me
nte
tde

l
i
vr
e
runme
s
s
a
g
er
é
f
l
é
c
his
url
e
sc
ompos
a
nt
e
sdel

i
de
nt
i
t
é
nationale. Mais ils sont aussi un instrument que les états et les
responsables éducatifs utilisent pour diffuser un regard
réac
t
ua
l
i
s
és
ur l

a
ut
r
e
.Du c
ôt
éf
r
a

a
i
s
,c
omme du c
ôt
é
algérien, le chantier est à ouvrir pour construire un regard
rénové sur ses relations partagées, pour mettre en cohérence
manuels français et algériens, enseignement du passé commun à
l

Al
g
é
r
i
ee
tàl
aFrance avec celui de la langue française en
Algérie et de la langue arabe en France. Sur ce point, les
programmes et manuels de langue, français, tunisiens,
marocains et algériens, se partagent encore la responsabilité du
poids des non-dits.

Brève bibliographie
Bout
e
f
l
i
ka A.Ext
r
a
i
t
s du di
s
c
our
s pr
ononc
éàl

a
s
s
e
mbl
é
e
nationale, Le Monde, 17 juin 2000, p. 18.
Bourdieu P. I
mage
sd’
Al

r
i
e
.Uneaf
f
i
ni
t
éé
l
e
c
t
i
v
e
. Actes sud /
Sindbad / Camera Austria, 2003.
Chirac J. Extraits du discours prononcé devant le parlement
algérien, Le Monde, 4 mars 2003.
8

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

Ferro M. Le livre noir du colonialisme. XVI-XXIème siècle : de
l

e
x
t
e
r
mi
na
t
i
onàl
ar
e
pe
nt
anc
e
. Robert Laffont, 2003.
François E., Schulze H. Mémoires allemandes, Gallimard, 2007.
Garranger M., La gue
r
r
e d’
Al

r
i
e vue par un appelé du
contingent, Le Seuil, 1884, 2001.
Nora P. Le
sFr
anç
ai
sd’
Al

r
i
e
, Julliard, 1961.
Recommandations pour la présentation du national-socialisme
dans les manuels français in : Historiens et géographes, N°319,
pp. 41-42.
Sayad A. Une famille déplacée in Bourdieu P. (sous la direction
de) La misère du monde, Seuil, 1993, pp. 33-48.
Stora B. La gangr
è
nee
tl

oubl
i
.La mé
moi
r
edel
a gue
r
r
e
d’
Al

r
i
e
,LaDé
c
ouve
r
t
e
,1991.
Stora B. La guerre des mémoires. La France face à son passé
colonial, L’
a
ube
,2007
Stora B., Harbi M. (sous la direction de) Lague
r
r
ed’
Al

r
i
e
1954-2004
.Laf
i
ndel

amné
s
i
e
, Robert Laffont, 2006.

9

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

10

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

Présentation
La notion de représentation culturelle problématise la relation
entre, d’
unepa
r
t
,l

a
ppr
e
na
nte
tl
ac
ul
t
ur

t
r
a
ng
è
r
ee
ns
e
i
g

e
et, d’
a
ut
r
epa
r
t
,l

a
ppr
e
na
nte
ts
e
sc
ompos
a
nt
e
si
de
nt
i
t
a
i
r
e
s
.
Da
nsl
ec
a
dr
edel

e
ns
e
i
g
ne
me
ntduf
r
a

a
i
sl
a
ng
ueé
t
r
a
ngè
r
e
(
FLE)
,l
ed
é
f
ii
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
le
s
td’
e
ns
e
i
g
ne
rl
al
a
ng
ue e
ts
a
culture, de montrer comment la culture des élèves entre en
interaction avec la culture française.
La di
me
ns
i
on c
ul
t
ur
e
l
l
ee
n di
da
c
t
i
que du FLE s

a

r
e
indiscutablement établie car nous admettons que langue et
culture sont étroitement liées :l

a
ppr
e
nt
i
s
s
a
g
e d’
une langue
comporte alors forcément une dimension culturelle, acquise non
seulement à travers les textes ou les productions verbales, mais
a
us
s
iàt
r
a
v
e
r
sl

e
ns
e
mbl
ede
sdoc
ume
nt
si
c
onog
r
a
phi
que
s
.
Let
r
a
va
i
li
nt
e
l
l
e
c
t
ue
lmi
se
n œuvr
eda
nsl

a
c
t
ed’
e
ns
e
i
g
ne
r
pa
s
s
e
,e
nt
r
ea
ut
r
epa
rl
er
ôl
ee
tl

us
a
g
ede
sma
nue
l
sscolaires sur
lesquels reposent toute démarche pédagogique et toute approche
didactique. Ils constituent et réfractent, par-delà, les cultures
éducatives permettant un accès aux variables anthropologiques
dontonnes
oupç
onnepa
st
ouj
our
sl

a
mpl
i
t
ude
.
Le cinquième numéro des Cahiers de Langue et de Littérature
du département de français de Mostaganem s'articule autour de
la relation langue et culture. Les contributeurs de ce numéro
débattent la question des représentations culturelles dans les
manuels scolaires de français langue étrangère.
Dans son article, T. Bouguerra montre que le manuel algérien
e
nt
a
ntqu’
out
i
ldemé
di
a
t
i
one
tdef
a
c
i
l
i
t
a
t
e
urd’
a
c
c
è
sàune
langue-culture manifeste la mise en te
ns
i
ondel

i
de
nt
i
t
éa
ve
c
l

a
l
t
é
r
i
t
é
.Ce
t
t
ec
ont
r
i
but
i
on se propose, dans une perspective
écodidactique, de montrer que les a
va
t
a
r
sdel

hi
s
t
oi
r
e
,l
e
sc
hoi
x
pol
i
t
i
que
s
,l
e
s vi
c
i
s
s
i
t
ude
ss
t
a
t
ut
a
i
r
e
s de l

obj
e
t
-langue, les
conflits linguistiques, les représ
e
nt
a
t
i
onsdes
oie
tdel

Autre
11

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

pèsent de tout leur poids sur les choix méthodologiques et plus
particulièrement sur la dimension interculturelle.
Pour M. Bensekat, l

e
ns
e
i
g
ne
me
nt/a
p
pr
e
nt
i
s
s
a
gedel
al
a
ng
ue
culture étrangère offre, par sa spécificité en tant que lieu de
r
e
nc
ont
r
ea
ve
cd’
a
ut
r
e
sc
ul
t
ur
e
s
,unmi
l
i
e
ui

a
lpourdé
c
l
e
nc
he
r
le conflit cognitif indispensable au développement intellectuel
del

é
l
è
ve
.El
l
emont
r
eque l
ac
ul
t
ur
et
r
a
ns
mi
s
es
e
r
vi
r

pr
ovoque
rl
ec
onf
l
i
tc
og
ni
t
i
fc
he
zl

a
ppr
e
na
nt
,qui doit
i

vi
t
a
bl
e
me
nt
,s
ec
onf
r
ont
e
rà d’
a
ut
r
e
sa
ppr
oc
he
s que l
e
s
siennes et accepter un autre fonctionnement mental.
Elle précise é
g
a
l
e
me
ntquel

e
ns
e
i
g
na
ntdelangue étrangère doit
amener les apprenants à une maîtrise cognitive des modes
culturels de la vie des natifs, et à une compréhension faisant
i
nt
e
r
ve
ni
rl
ac
a
pa
c
i
t
éài
ma
g
i
ne
rc
equ’
e
s
tvi
vr
eàl

i
nt
é
r
i
e
urde
ses propres structures.
Poure
l
l
e
,l

a
ppr
e
na
ntde
vr
a
i

t
r
ea
me
néàuner
é
f
l
e
xi
onl
ui
pe
r
me
t
t
a
ntdec
ompr
e
ndr
ee
td’
i
nt
e
r
pr
é
t
e
rl
as
oc
i
é
t
éétrangère, et
de relativiser son propre système de références. Les documents
a
ut
he
nt
i
que
ss

a

r
e
ntt
r
è
sut
i
l
e
sa
f
i
nd’
a
me
ne
rl

a
ppr
e
na
ntà
formuler des hypothèses sur les raisons qui conditionnent des
habitudes ou des comportements différents.
A partird’
u
nc
ont
e
xt
ea
l
l
og
l
ot
t
ed’
e
ns
e
i
g
ne
me
ntduf
r
a

a
i
s
langue étrangère dans le secondaire finlandais, F. Dervin et
Laura Keihäs commencent dans leur article par faire le point sur
l

a
ppr
oc
hei
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
l
l
ee
xpl
oi
t
é
eda
nsc
e
te
ns
e
i
g
ne
me
nte
n
relevant certaines incohérences ; particulièrement le rôle de ce
qu’
i
l
s appellent le « filtre » joué par les manuels
d’
a
ppr
e
nt
i
s
s
a
ge
.Da
nsl
ade
uxi
è
mepa
r
t
i
edeleur article, qui part
d’
unc
or
pu
sdi
a
c
hr
oni
quedema
nue
l
spubl
i
é
spa
rde
sma
i
s
ons
d’
é
di
t
i
on f
i
nl
a
nda
i
s
e
s(
1980-2000), ils s

i
nt
é
r
e
s
s
e
nt aux
r
e
pr
é
s
e
nt
a
t
i
ons de c
e qu’
i
l
s appellent les « altérités
périphériques » (issues des anciennes colonies françaises). Leur
12

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

analyse montre un « déplacement » des stéréotypes et une
évolution vers des exotismes et des différences.
Quant à la contribution de R. Clouet et A. Sànchez, elle se
propose de réviser les traces de la culture française dans
quelques manuels employés par les étudiants des îles Canaries
(Espagne) au cours de leur apprentissage de la langue française.
Les auteurs de l'article analysent, dans un premier temps, les
manuels édités en France (et rédigés par des auteurs français) et
t
e
nt
e
ntdedé
c
ouvr
i
r
,d’
a
pr
è
sl
e
st
e
xt
e
se
tl
e
si
ma
g
e
si
ns
é
r
é
e
s
,l
a
représentation que le Français se fait de son propre univers et
qu’
i
le
s
s
a
y
e de t
r
a
ns
me
t
t
r
e
.I
l
sa
n
a
l
y
s
e
nte
ns
ui
t
e d’
a
ut
r
e
s
manuels élaborés en Espagne et destinés au même public. Les
de
uxa
ut
e
ur
ss

i
nt
é
r
e
s
s
e
ntàl
ape
r
c
e
pt
i
onqu’
onl
e
sa
ppr
e
na
nt
s
c
a
na
r
i
e
nsdec
e
t
t
ec
ul
t
ur
el
oi
nt
a
i
neda
nsl

e
s
pa
c
ee
ts
ur
t
outda
ns
une société qui a traditionnellement priviligié la culture anglaise.
Pa
r
t
a
ntdel

i

equel
ar
e
pr
é
s
e
nt
a
t
i
oni
ma
g
é
edel
ac
ul
t
ur
eda
ns
les livres scolaires a toujours été un support didactique et un
support complémentaire au texte dans la représentation
cultur
e
l
l
edel

a
ppr
e
nant et de la langue enseignée, A. Kridech
amorce uner
é
f
l
e
xi
ons
url

i
mpa
c
tdec
e
si
l
l
us
t
r
a
t
i
ons àt
r
a
ve
r
s
l
e
sma
nue
l
ss
c
ol
a
i
r
e
sa
l

r
i
e
nse
nt
r
el
ac
ul
t
ur
edel

a
ppr
e
na
nte
t
la culture française.
Tout comme Dervin et Keihäs, il entreprend une étude
diachronique de manuels scolaires algériens, del

a
nné
e1926
conçus pour des élèves del

e
ns
e
i
g
n
e
me
ntpr
i
ma
i
r
ee
tdel
a
période post-coloniale de l

a
nné
e 1967 de l

e
ns
e
i
g
ne
me
nt
secondaire.
Il pe
ns
eq
uel

i
ma
g
e(
i
l
l
us
t
r
a
t
i
on)s
ef
ondes
urunestratégie
d’
a
ppr
e
nt
i
s
s
a
gee
xpl
i
c
i
t
edemi
s
ee
nr
a
ppor
ta
ve
cl
es
e
nsdu
texte et que ce rapport texte/image est modélisé en référence à la
linguistique et à la sémiologie.
13

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

L’
é
t
udei
c
onog
r
a
phi
quemont
r
equequa
t
r
ef
onc
t
i
onss

i
ns
t
a
l
l
e
nt
dans la didactique de l

i
ma
ge:l
as
c
h
é
ma
t
i
s
a
t
i
ondel

obj
e
t
,l
a
c
ons
t
r
uc
t
i
on d’
une r
e
pr
é
s
e
nt
a
t
i
on s
y
mbol
i
que de r
é
f
é
r
e
nc
e
s
c
ul
t
ur
e
l
l
e
spa
r
t
a

e
s
,l
ac
ons
t
r
uc
t
i
ond’
unmodè
l
ec
ul
t
ur
e
le
t
s
oc
i
é
t
a
le
tl
ac
ons
t
r
uc
t
i
ond’
unobj
e
tve
r
na
c
ul
a
i
r
equivapor
t
e
r
la connaissance.
Dans son article, A. Amara remarque que ces dernières années,
les recherches en didactique du FLE mettent en évidence le fait
que l

a
ppr
e
nt
i
s
s
a
g
e de l
al
a
ng
ue é
t
r
a
ng
è
r
e dé
pe
nd de
l

a
c
qui
s
i
t
i
o
ndel
al
a
ng
uema
t
e
r
ne
l
l
e
.Lec
ont
a
c
tde
sc
ul
t
ur
e
squi
s

é
t
a
bl
i
te
nt
r
eces deux langues se traduit naturellement chez
l

a
ppr
e
na
ntpa
rl
apr
oduc
t
i
on d’
é
nonc
é
sdé
vi
a
nt
sl
i
é
sàde
s
influences.
Pourl

a
ut
e
ur
,l
anot
i
on d’
a
ut
onomi
eda
nsl

ut
i
l
i
s
a
t
i
on del
a
langue signifie un élargissement culturel plus prononcé à partir
del

e
xplication de thèmes variés proposés dans les manuels.
Ce
sde
r
ni
e
r
sc
ont
i
e
nne
ntunt
y
ped

e
ns
e
i
g
ne
me
ntàc
a
r
a
c
t
è
r
e
thématique à dominance socioculturelle. Les concepteurs axent
leurs efforts pour permettre la compréhension des cultures
étrangères et les problèmes de toute communication
i
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
l
l
e
,r
e
pr
é
s
e
nt
é
e pa
rl
e pr
i
nc
i
pe d’
a
c
qué
r
i
r une
compétence interculturelle à travers les langues et leurs cultures.
Le livre scolaire ouvre la bipolarité traditionnelle entre une
culture de départ (arabe ou berbère) et une culture cible (à
travers la langue française).
Pour sa part, E. Riquois montre que le texte littéraire a retrouvé,
depuis quelques années, une place notable dans les manuels de
FLE. Mais ces textes et leur utilisation en classe véhiculent des
implicites qui peuvent avoir des conséquences sur
l

a
ppr
e
nt
i
s
s
a
g
ede
sa
ppr
e
na
nt
s
.
Elle désigne donc les représentations qui sont associées à
l

ut
i
l
i
s
a
t
i
on e
tàl
apr
é
s
e
nt
a
t
i
on du t
e
xt
el
i
t
t
é
r
a
i
r
e da
nsl
e
s
14

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

manuels de FLE et essaye de montrer que la littérature pourrait
être utilement complétée par des exemples de textes
paralittéraires qui sont le reflet des pratiques de lecture actuelles
et appartiennent aussi à la culture française et francophone.
A.Ka
r
as
oul
i
g
ne qu’
e
n Al
g
é
r
i
e
,l
`
e
ns
e
i
g
ne
me
ntdu f
r
a

a
i
s
l
a
ng
ueé
t
r
a
ng
è
r
ea mi
sàl

é
c
a
r
tl
et
e
xt
el
i
t
t
é
r
a
i
r
ea
upr
of
i
tdu
texte « fabriqué » puis du texte authentique qui a trouvé sa
pl
a
c
ea
ve
cl

a
ppl
i
c
a
t
i
onde
smé
t
hode
sdi
t
e
sc
ommuni
c
a
t
i
ve
se
t
les approches audiovisuelles et audio-orales. Pour elle,
l'acquisition d'une compétence interculturelle s'inscrit dans une
finalité pratique et doit constituer une part essentielle de
l
'
é
duc
a
t
i
ong
é

r
a
l
edel
'
i
ndi
vi
dudur
a
nts
as
c
ol
a
r
i
t
é
.L’
é
c
ol
e
,e
n
t
a
ntqu’
i
ns
t
a
nc
edes
oc
i
a
l
i
s
a
t
i
ondel

i
ndi
vi
du,s
edoi
td’
ê
t
r
eun
lieu de rencontre intraculturel mais aussi interculturel.
Tout comme Riquois et Bensekat, elle pense que les textes
littéraires constituent une ressource incomparable dans le choix
des documents didactiques.
Elle estime quepoure
ns
e
i
g
ne
ràl
af
oi
sl

aspect linguistique et
la composante culturelle, il faut passer par la littérature qui est la
s
e
ul
ee
tl
ame
i
l
l
e
ur
ee
t
hnog
r
a
phi
edel
ac
ul
t
ur
ed’
unpa
y
set
que
,pr
a
t
i
que
rl
al
i
t
t
é
r
a
t
ur
ec

e
s

t
udi
e
ràl
af
oi
sl
al
a
ng
uee
tl
e
contenu.
En conclusion, nous pouvons dire que l'interculturel, tout en
permettant l'affirmation de l'identité, la comparaison des
goûts, des croyances, des convictions, des usages, des
représentations, des valeurs, fournit l'occasion d'affiner ses
propres grilles d'analyses et d'éviter les stéréotypes, de relativiser
ses jugements en fonction des situations vécues.
L’
e
ns
e
i
g
na
ntdelangue étrangère doit amener les apprenants à
une maîtrise cognitive des modes culturels de la vie des natifs, et
à une compréhension faisant intervenir la capacité à imaginer ce
qu’
e
s
tvi
vr
eàl

i
nt
é
r
i
e
urdes
e
spr
opr
e
ss
t
r
uc
t
ur
e
s
.Le
sa
s
pe
c
t
s
15

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

conflictuels, voire contradictoires, entre les deux cultures
doi
ve
nt ê
t
r
ea
bor

s
,à c
ondi
t
i
on qu’
une t
e
l
l
ea
ppr
oc
he
n’
e
ng
e
ndr
enipr
é
j
ugé
,nij
ug
e
me
ntdeva
l
e
ur
,s
ouvent néfaste à
l

a
ppr
e
nt
i
s
s
a
g
e
.Sil

e
s
pr
i
td’
ouve
r
t
ur
er
e
qui
e
r
tuner
e
mi
s
ee
n
question permanente de sa propre représentation mentale par
r
a
ppor
tàc
e
l
l
ed’
a
ut
r
ui
,i
li
nvi
t
eàr
e
l
a
t
i
vi
s
e
rl

unevi
s
-à-vis de
l

a
ut
r
e
.
L´enseignement du français langue étrangère doit donc prendre en
compte cette dimension culturelle dans son approche et sa
conception didactique du livre scolaire car celui-ci demeure le
lieu privilégié de l'interculturel.
Abdelhamid Kridech
Malika Bensekat

16

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

Approche écodidactique des représentations de
l

i
nt
e
r
c
ul
t
ur
al
i
t
édans les manuels algériens de FLE
Enjeux et perspectives
par Tayeb BOUGUERRA

Introduction
Le paysage sociopolitique algérien connaît depuis quelques
années un vaste mouvement de rénovation (multipartisme,
l
i
be
r
t
é d’
e
xpr
e
s
s
i
on,a
va
nc
é
e
sdé
moc
r
a
t
i
que
s
…)
.Da
nsc
e
t
t
e
mouvance, les réformes du système éducatif, qui se succèdent à
un rythme soutenu, se traduisent par de nouveaux dispositifs
didactiques en adéquation avec les nouveaux besoins
sociopolitique
sdupa
y
s
.C’
e
s
ta
i
ns
iquel
amé
t
hodol
og
i
edu
français et plus particulièrement le manuel scolaire connaissent
de nouvelles mutations, de nombreuses ruptures avec les
méthodologies précédentes : réaménagement des programmes,
élaboration de nouveaux manuels pour le FLE 1 et FLE 21,
redéfinition des objectifs, propositions de démarches didactiques
i
nnova
nt
e
s(
r
é
f
l
e
xi
ons
url
apl
a
c
edel
ac
ul
t
ur
edel

a
ut
r
eda
nsl
e
pr
oc
e
s
s
us d’
e
ns
e
i
g
ne
me
nt
-apprentissage,
démarche
de
pr
oj
e
t
s
…)
.Da
nsc
e
t
t
epe
r
s
pe
c
t
i
ve
,l
ad
i
me
nsion socioculturelle,
longtemps occultée pour les raisons que nous examinerons plus
2
l
oi
n,s

i
mpos
ec
ommeunepr
obl
é
ma
t
i
quei
nc
ont
our
na
bl
e
. Dans
cette contribution, mettant au centre de la réflexion les relations
qu’
e
nt
r
e
t
i
e
nne
ntl
a
ng
ue
,c
ul
t
ur
e
,i
de
nt
i
t
éet altérité, nous nous


Maître de conférences - Université Paul-Valéry, Montpellier III.
Voir bibliographie.
2
L’
i
n
t
i
t
u
l
édec
enumé
r
oe
s
tàc
e

g
a
r
ds
y
mpt
oma
t
i
qu
edel
al
e
v
é
ede
s
tabous qui ont longtemps entouré les aspects socioculturels de la langue de
l

Au
t
r
e
.
1

17

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

pr
opos
ons d’
a
na
l
y
s
e
r
,da
ns une pe
r
s
pe
c
t
i
ve écodidactique1,
l

é
vol
ut
i
ondel
ac
onc
e
pt
i
oni
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
l
l
eda
nsl
e
sma
nue
l
s
algériens de langue française à la lumière des dernières
réformes.
1. les relations langue/culture : une approche écodidactique
Peut-on (doit-on) enseigner une langue sans sa culture ? Quelle
place accorder aux dimensions culturelles et interculturelles ?
Enseigner, est-ce toujours enseigner une culture ?2 Quelles
relations établir entre langue étrangère et culture del

Aut
r
e?
« Est-c
equ
el
or
s
qu’
uns
uj
e
tc
ha
ngedel
a
ng
ue
,i
lc
ha
ng
ede
comportement, de pensée, et de mentalité culturelle ? » (P.
Charaudeau 2001)3.
Auc
œurd
e
spolitiques linguistiques4 et éducatives5 du système
algérien, ces questions lancinantes, si elles sont souvent posées
explicitement, lors de journées pédagogiques et de séminaires de
1

Sur la défini
t
i
onduc
on
c
e
ptd’
é
c
odi
da
c
t
i
qu
ev
oi
rT.Bou
g
u
e
r
r
a(
2001)e
t
(1995) Communication et didactique du FLE en contextes scolaire et
universitaire, Thèse de Doctorat en Sciences du langage, Université PaulValéry, Montpellier III.
2
« En
s
e
i
gn
e
r
,c

e
s
tt
ou
j
ours enseigner une culture » (Gohard-Radenkovic
1999 : 135).
3
P. Charaudeau., (2001 : 41) « De la compétence sociale de communication
aux compétences de discours », in L. Collès, J.-L. Dufays, G. Fabry, C.
Maeder (dir) Didactique des langues romanes : le développement de
c
ompé
t
e
nc
e
sc
he
zl

appr
e
na
nt
.Langue
smat
e
r
ne
l
l
e
s
,pr
e
mi
è
r
e
s
,s
e
c
onde
s
,
étrangères, Actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 27-29 janvier 2000, De
Boeck Duculot, pp.34-43.
4
H. Boyer (1996 : 151) : « Une politique linguistique est en effet portée,
investie, alimentée par des valeurs sociolinguistiques, des attitudes, une
idéologie, plus ou moins avouées, plus ou moins assumées, plus ou moins
consensuelles. La configuration sociolinguistique que la politique
linguistique cherche en général à modifier est objet de représentations
communautaires ».
5
Su
rc
et
y
ped’
a
ppr
oc
h
e
,v
oir J.-C Beacco, J.-L Chiss, F. Cicurel, D.
Véronique (2005) et A. Coïaniz (2005).

18

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

formation, reçoivent rarement des réponses explicites : « Vous
êtes des professeurs de langue, vous devez enseigner le code »
a-t-ons
ouve
nte
nt
e
ndu.C’
e
s
tquel
aréponse à cette question
n’
e
s
tpa
sa
i
s
é
ec
a
rl
apl
a
c
edel
adi
me
ns
i
onc
ul
t
ur
e
l
l
eaàvoi
r
tout à la fois avec les buts pour
s
ui
vi
sp
a
rl

i
ns
t
i
t
ut
i
oné
duc
a
t
i
ve
,
les besoins institutionnels, les représentations de soi et de
l

aut
r
e
,les conceptions de la langue, de la communication et de
la culture1.
Por
t
e
urd’
u
n
ené
bul
e
us
edes
i
g
ni
f
i
é
s
,l
et
e
r
meculture et son
champ dérivationnel (culturel, socio-culturel, inter, pluri, multi,
trans-culturel, acculturation, a/culturation, déculturation,
2
e
ndoc
ul
t
ur
a
t
i
on…)
, s’
a
c
t
ua
l
i
s
ee
ndi
s
c
our
sda
nsl
e
ss
y
nt
a
g
me
s
du type di
dac
t
i
quedel

i
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
l
,appr
oc
hei
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
l
l
e
,
pédagogie interculturelle. Ti
s
s
é
e d’
une c
ons
t
e
l
l
a
t
i
on de
signifiants (identité, personnalité, valeurs, appartenance,
a
ut
he
nt
i
c
i
t
é
…)
, l

a
i
r
e not
i
onne
l
le et sémantique de
l

i
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
lnec
e
s
s
edes
us
c
i
t
e
runma
l
a
i
s
edé
f
i
ni
t
oi
r
e
.Sur
cette question M. Abdallah-Pretceille 1996 : 17) écrit :
« Auc
œurdel
apr
obl
é
mat
i
quei
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
l
l
ee
t
c
e
,que
lques
oi
ts
onc
hampd’
ac
t
ual
i
s
at
i
on,s
e
situe toute une série paradigmatique de concepts
comme culture, identité culturelle, ethnie, race,
s
oc
i
é
t
é
,e
t
hni
c
i
t
é
… quie
nt
r
e
t
i
e
nne
nte
nt
r
ee
ux
des rapports plus ou moins explicites ».

sl
or
s
,d
e
uxc
hoi
x(
e
na
ppa
r
e
nc
e
)s

of
f
r
e
nta
uc
onc
e
pt
e
urde
dispositif didactique (
e
ta
uc
onc
e
pt
e
urdel

obj
e
t
-manuel) : opter
1

Sur la question des malentendus socioculturels et ratés communicationnels
voir T. Bouguerra (2004) « Le mal-entendu, un bien communicationnel »,
Colloque international « Le malentendu », 15-17 avril 2004, Université de
Sousse, Tunisie.
2
« L’
i
n
t
e
r
c
ul
t
u
r
e
l
,pa
rl
epr
é
f
i
x
e«inter », indique une mise en relation de
deux ou plusieurs éléments
.I
ls

oppos
ee
nc
es
e
n
sàl
aj
uxt
a
pos
i
tion induite
par les termes de « pluri » ou de multiculturel » M.A. Pretceille (1996 : 106).

19

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

pourl
a mi
s
ee
n pl
a
c
e d’
un e
ns
e
i
g
ne
me
nt«dépendant ou
indépendant de la culture » (D. Coste 1994). Choix, en vérité,
bien illusoire car la place de la dimension socioculturelle de la
c
ul
t
ur
e de l

Aut
r
ee
s
ts
ur
déterminée par les instances du
s
oc
i
opol
i
t
i
quee
tdel

i
d
é
ol
og
i
que
.Au
s
s
i
,da
nsunepe
r
s
pe
c
t
i
ve
é
c
odi
da
c
t
i
q
u
e
,l

a
ppr
oc
hede
sc
ont
e
nuss
oc
i
oc
ul
t
ur
e
l
sduma
nue
l
ne saurait demeurer immanente :c
ede
r
ni
e
r
,e
nt
a
ntqu’
out
i
ld
e

di
a
t
i
on e
td’
a
c
c
è
sa
us
a
voi
r
,manifeste les tensions qui
affectent le champ et le hors champ didactique1. Dans cette
perspective, les changements et innovations observés dans les
pr
ogr
a
mme
se
tma
nue
l
sa
l

r
i
e
nsd’
a
uj
our
d’
huines
ontpa

interpréter comme de simples évolutions méthodologiques mais
comme ruptures et reflets des bouleversements qui affectent le
champ sociopolitique. Dès lors, au delà de la spécificité du
champ considéré, du poids et des vicissitudes de l'histoire, une
constante apparaît : la pratique d'enseignement/apprentissage
d'un objet langue n'est pas autonome par rapport à des
surdéterminations sociologiques, historiques, politiques et
idéologiques. Aussi Jacques et Josiane Cortès (1987 : 19)
peuvent-ils écrire :
« apprendre la langue française à Tokyo
n’
i
mpl
i
quepas les mêmes finalités politiques et
i
ns
t
i
t
ut
i
onne
l
l
e
squ’
àPe
k
i
n,qu’
àWas
hi
ngt
ono
u
qu’
àAlger » (nous soulignons).
Il apparaît ainsi que, selon les pays, les époques, les conflits
idéologiques, les visions du monde, les projets de société
(parfois diamé
t
r
a
l
e
me
ntoppos
é
s
)
,l
e
sa
va
t
a
r
s de l

hi
s
t
oi
r
e
1

C. Forestal (1987 : 228) « Unc
h
a
mp d’
e
n
s
e
i
gn
e
me
n
t
-apprentissage est
don
ct
r
a
v
e
r
s
é
,de pa
r
te
n pa
r
t
,pa
rl

i

ol
og
i
e qu
iprévaut dans son
environnement spatio-temporel », in J. Cortes (dir), Une introduction à la
recherche scientifique en didactique des langues, Paris, Coll., Essais, DidierCrédif.

20

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

peuvent peser de tout leur poids sur une pratique didactique et
sur les relations langue-culture. Dans son analyse de la situation
d'enseignement du français en Amérique latine, H. Besse (1993 :
37-52) distingue 4 approches d'une langue et d'une culture
étrangère :
1. « La première approche revient à enseigner
la L2 sans sa culture ».
2. « La seconde approche revient à enseigner la culture
étrangère sans la L2 qui lui est liée ».
3. « La troisième approche permet d'enseigner
conjointement la L2 et la culture ordinaire
indispensable aux usages appropriés de celleci ».
4. « La quatrième approche relève de l'éducation à la
perception interculturelle ».
Abordant la question des enjeux politiques qui entourent le
statut des langues à enseigner, H. Besse (1993 : 38) écrit :
« En ce qui concerne le français L2, qu'on pense
aux pays (ex) communistes, à certains pays
musulmans, ou encore du tiers-monde dans
lesquels on est soucieux de maintenir une
« authenticité ».
Participant du « paradigme représentationnel » (attitudes,
1
opi
ni
ons
,i
ma
g
i
na
i
r
e
s
…)
,l
i
e
u d’
e
t
hnoc
e
nt
r
i
s
me
,d’
a
ut
oe
t
d’

t
é
r
os
t
é
r
é
ot
y
pe
s
, l
e ma
nue
l e
s
t a
us
s
i mobi
l
i
s
é e
t
instrumentalisé par le politique. Plus récemment, un vif débat
révélateur des enjeux politiques du manuel scolaire a été suscité
1

Voir H. Boyer (2004 : 11).

21

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

par la loi du 25 février 2005 et notamment par le deuxième
a
l
i

adel

a
r
t
i
c
l
e4quis
t
i
pul
eque:
« Les programmes scolaires reconnaissent en
particulier le rôle positif de la présence française
outre-mer, notamment en Afrique du nord et
ac
c
or
d
e
nt à l

hi
s
t
oi
r
ee
t aux s
ac
r
i
f
i
c
e
s de
s
c
ombat
t
ant
sdel

ar

ef
r
anç
ai
s
ei
s
s
usdec
e
s
territoires la place éminente à laquelle ils ont
droit ».
C'est dire si le manuel comme produit idéologico-pédagogique
se nourrit de cette interaction champ-producteur-utilisateur /
hors-champ-décideur et qu'au gré des impératifs idéologiques,
économiques, sociologiques, ses fluctuations sont nombreuses,
ses vicissitudes diverses (Bouguerra 1996a). Dans cette
perspective, le statut des langues étrangères et la conception de
la culture qui en découle, les représentations1,l

i
ma
g
i
na
i
r
e
ethnosocioculturel (H. Boyer 2004) surdéterminent en grande
partie les contenus socio culturels actualisés dans les manuels
s
c
ol
a
i
r
e
s
.Qu’
e
ne
s
t
-il en Algérie ?

2. La question des langues : le politique et le culturel
En Algérie, les relations langue-culture sont fortement
tributaires de la question de la construction de l

i
de
nt
i
t
é
1

S. Branca-Rosoff (1996 : 79) in H. Boyer (1996) propose des notions de
« représentation »e
td’« imaginaire langagier » la définition suivante : « Les
n
ot
i
on
sder
e
pr
é
s
e
n
t
a
t
i
one
td’
i
ma
gi
n
a
i
r
el
a
ng
a
g
i
e
rdé
s
i
g
n
e
n
tl

e
n
s
e
mbl
ede
s
i
ma
g
e
squ
el
e
sl
oc
u
t
e
u
r
sa
s
s
oc
i
e
n
ta
ux l
a
ngu
e
squ’
i
l
spr
a
t
i
qu
e
n
t
,qu’
i
l
s

a
g
i
s
s
edev
a
l
e
u
r
,d’
e
s
t
h
é
t
i
qu
e
,des
e
n
t
i
me
n
tn
or
ma
t
i
foupl
usl
a
r
g
e
me
n
t
métalinguistique ». Voir également, Voyelle M. (1993) « Histoire et
représentations », Les représentations. Images trompeuses du réel, Sciences
humaines n° 27, 26-30 et H. Boyer (2004).

22

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

nationale, de l

é
t
at
-nation et de l

u
n
i
f
i
c
at
i
onl
i
ngui
s
t
i
quedu
territoire. Les finalités et objectifs assignés au système éducatif
pa
rl
epouvoi
ra
l
g
é
r
i
e
nr
e
s
t
e
nta
uj
our
d’
huie
nc
or
epr
of
ondé
me
nt
marqués par les textes fondateurs que sont les différentes
c
ha
r
t
e
s
,c
ons
t
i
t
ut
i
onse
tr
é
s
ol
ut
i
onsdupa
r
t
iFLN.D’
e
mbl
é
e
,la
première charte dite Charte d'Alger (1964) assigne au système
éducatif une mission idéologique : « modeler définitivement
notre mentalité » et former un « citoyen bâtisseur du
socialisme ». Dans cette perspective, les principaux rôles

vol
usàl

é
c
ol
ea
l
g
é
r
i
e
nnepor
tent sur le développement de la
personnalité des citoyens dans le « cadre des valeurs araboislamiques et de la conscience socialiste », leur préparation
à « la vie active »
,l
’« é
ve
i
lde
sc
ons
c
i
e
nc
e
sàl

a
mourdel
a
patrie », « l

a
l
g
é
r
i
a
ni
s
a
t
i
on e
tl

a

lioration du niveau des
enseignants »1. Se focalisant sur la nécessité de la restauration
de la langue nationale, la charte de 19762 assignera à
l'enseignement des langues étrangères des finalités d'ordre
instrumental (accès au savoir scientifique et technique), éducatif
(formation générale du citoyen) et politique (participation au
dialogue Nord-Sud, expression d'une pensée anti-impérialiste,
a
mi
t
i
ée
nt
r
el
e
spe
upl
e
s
)
.I
lf
a
udr
aa
t
t
e
ndr
el

a
nné
e2002(
e
tde
nombr
e
ux c
onf
l
i
t
s
) pour voi
re
nf
i
nl

a
ma
z
i
ghi
t
ér
econnue
comme composante intégrante de la personnalité algérienne, la
constitutionnalisation de la langue berbère et son introduction
da
nsl

e
ns
e
i
g
ne
me
nte
tl

é
di
t
i
on.
Long
t
e
mps
,l

e
ns
e
i
g
ne
me
ntduf
r
a

a
i
sar
e
l
e
védel
apr
e
mi
è
r
e
approche identifiée par H. Besse (1993), approche fondée sur
1

10° Résolution du Congrès du F.L.N. du 27/05/1979.
«[
.
.
.
]n
ot
r
ei

a
ll
emi
e
uxc
ompr
i
se
s
td’
ê
t
r
epl
e
i
n
e
me
ntnou
s
-mêmes, tout
en nous ouvrant sur les autres et en maîtrisant, en même temps que notre
langue dont la primauté reste indiscutable, la connaissance des langues de
c
u
l
t
u
r
equ
in
ousf
a
c
i
l
i
t
e
n
tl
ac
on
s
t
a
n
t
ec
ommuni
c
a
t
i
ona
v
e
cl

e
x
t
é
r
i
e
u
r
,c

e
s
t
à-di
r
ea
v
e
cl
e
ss
c
i
e
n
c
e
se
tl
e
st
e
c
h
ni
qu
e
smode
r
n
e
se
tl

e
s
pr
i
tc
r
é
a
t
e
u
rda
n
ss
a
dimension universelle la plus féconde ».
2

23

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

«l
er
e
f
usdel

e
ns
e
i
gne
me
ntdel
al
angues
anss
ac
ul
t
ur
eaunom
del
adé
f
e
n
s
edel

i
de
nt
i
t
épr
e
mi
è
r
edel

appr
e
nant» et qui,
inéluctablement, « c
ondamneàl

e
nf
e
r
me
me
nte
taur
e
pl
is
ur
soi ». Aussi le terme civilisationnel n’
e
s
t
-il jamais utilisé et on
lui préfère volontiers socioculturel, terme plus homogénéisant.
C’
e
s
tquel

i
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
le
s
tl
our
dd’
a
p
p
r
é
he
ns
i
ons: la culture de
l

a
ut
r
ef
a
i
tpe
s
e
rs
url

a
ppa
r
t
e
na
nc
ec
ul
t
ur
e
l
l
ee
tl

i
de
nt
i
t
éde
s
menaces et peurs obscures. Toutes les cultures dominées
c
onna
i
s
s
e
ntc
e
t
t
e pe
ur de l

a
bs
or
p
t
i
on pa
rl

a
l
t
é
r
i
t
ée
tl
a

c
ul
t
ur
a
t
i
on ou l

a
c
c
ul
t
ur
a
t
i
on.D’
où l
er
e
f
ug
e da
ns une
conception de la langue indépendante de la culture, dans la
focalisation sur la compétence linguistique,l

é
vi
c
t
i
ondel

or
a
l
e
tda
nsl
ami
s
edel

e
ns
e
i
g
ne
me
ntdel
al
a
ng
uef
r
a

a
i
s
ea
u
service des réalités algériennes et des valeurs arabomusulmanes.
Loi
nd’
ê
t
r
evé
c
uec
ommeune«dialectique vivante du même et
del

a
ut
r
e
,oùl
emê
mee
s
td’
aut
antpl
usl
ui
-mê
mequ’
i
le
s
t
ouv
e
r
tàl

aut
re »1,l
apr
obl
é
ma
t
i
quei
de
nt
i
t
a
i
r
es

a
c
c
ompa
g
ne
d’
un r
e
pl
is
urs
oie
ts
ec
r
i
s
t
a
l
l
i
s
ea
ut
ourde
s ba
t
a
i
l
l
e
sde
l

a
r
a
bi
s
a
t
i
o
ne
tdu r
e
f
usdu bi
l
i
ng
ui
s
me
.Me

ea
u nom du
« nationalitaire » et du « nationalisme politique » (M. Miliani
2004), la gestion politique de la question des langues est tout
entière sous-tendue par un projet politique visant à parachever
l

i
ndé
pe
nda
nc
e pol
i
t
i
que pa
rl

i
ndé
p
e
nda
nc
el
i
ng
ui
s
t
i
que e
t
l

a
f
f
i
r
ma
t
i
o
n de
s va
l
e
ur
s t
e
l
l
e
s que «l

i
de
nt
i
t
é»,
«l

a
ut
he
nt
icité », les « valeurs arabo-musulmanes ». Les
di
f
f
é
r
e
nt
e
sc
a
mpa
g
ne
s d’
a
r
a
bi
s
a
t
i
on me

e
sài
nt
e
r
va
l
l
e
s
réguliers (arabisation de la première année du primaire (1964),
du système judiciaire (1971), de l'environnement (1976), de la
t
opony
mi
ee
tdel

é
t
a
tc
i
vi
l(
1981)
,l

a
dopt
i
ondel
al
oipor
t
a
nt
usage exclusif de la langue arabe dans les relations citoyen1

Abou S (1981 : 44) L’
i
d
e
ntité culturelle, relations interethniques et
pr
obl
è
me
sd’
ac
c
ul
t
ur
at
i
on
, Paris, Anthropos, cité par M. A. Pretceille (1996).

24

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

administration (1991)1 nes
ontquel

e
xpr
e
s
s
i
ond’
unemê
me
vol
ont
éma
i
nt
e
sf
oi
sr
é
a
f
f
i
r

eder
e
c
ouvr
e
rl

i
de
nt
i
t
ée
tl
a
personnalité algérienne. Objet de surenchères idéologiques et de
luttes politiciennes, la politique de l'arabisation ne tarda pas à
prendre des allures de conflit entre la langue du symbolique et
du sacré et la langue héritée du colonialisme. Source de
malentendus, souvent nourrie de chauvinisme, d'esprit
revanchard et partisan, le rapport à la langue française reste
ambivalent, oscillant constamment entre attraction/répulsion,
valorisation/dévalorisation. D. Morsly (1984 : 23) résume
comme suit l'attitude ambivalente à l'égard de la langue
française :
«[
…]nou
sdi
r
onsquel
'
at
t
i
t
ud
eàl
'
é
gar
ddel
a
langue française nous semble être le reflet d'un
antagonisme profond entre deux forces :
attraction et répulsion. Tout se passe en effet,
comme si on voulait, à la fois dévaloriser (voire
rejeter) la langue française, cette dévalorisation
permettant « de régler ses comptes avec elle » et
conditionnant par là même la promotion et la
revalorisation de la langue nationale ».
En Algérie, comme au Maghreb (T. Bouguerra 2005), le refus
du bilinguisme est assimilé à un acte de patriotisme. Les griefs
nour
r
i
sàl

e
ndr
oi
tdu bi
l
i
ng
ui
s
mes
onta
us
s
inombr
e
ux que
tenaces : « baisse de niveau », « source de perturbation entraînée
par le dualisme franco-arabe », « traumatismes », « troubles
affectifs », « aliénation », « déracinements psychologiques,
sociologiques et culturels », « double mutisme », source de
« pénible blocage linguistique et culturel », de « médiocrité »
1

La Loi du 16 01 91 avait généré une vive résistance et donné lieu à un débat
passionné dans la presse ; gelée en août 1992, elle n'est toujours pas abrogée.
Elle sera modifiée par la loi du décembre 1999 ;c
e
t
t
ede
r
n
i
è
r
en’
a
ppor
t
e
r
a
aucun changement notable.

25

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

1

voire de« bi-céphalisme »2. La question du bilinguisme a
entraîné de profonds clivages dans la société algérienne
(arabophones-francophones-berbérophones,
conservateursdémocrates) quand el
l
en’
apa
s
,c
ommel
es
oul
i
g
neM. Miliani
(2004 : 218), précipité la jeunesse algérienne dans les filets de la
propagande islamiste :
« De
pui
s l

i
ndé
pe
ndance,
des
politiques
linguistiques réductrices et castratrices ont
s
e
ul
e
me
nt r
é
us
s
i à appauv
r
i
r l

uni
v
e
r
s
linguistique du jeune Algérien, et ont mené la
jeunesse dans les rets de la propagande
f
ondame
nt
al
i
s
t
e
,e
l
l
equinedi
s
pos
ai
td’
auc
une
protection contre les discours politiques
d’
e
x
c
l
us
i
on e
t l
e
s r

t
or
i
que
s r
e
l
i
gi
e
us
e
s
e
mpr
e
i
nt
e
s d’
i
nt
ol
é
r
anc
e
.I
ls
e
r
ai
t pe
ut
-être
temps que des politiques plus courageuses et plus
r
é
al
i
s
t
e
ss
oi
e
nt à l

é
c
out
ed
ec
e qui f
ai
t
l

Al

r
i
e
n».
3. Manuels et culture dans les années 62-2000
3.1. L’
é
vi
c
t
i
ondel

al
t
é
r
i
t
é
L'élaboration des manuels a longtemps relevé du monopole de
l

i
ns
t
i
t
ut
i
oné
t
a
t
i
que(
l'Institut Pédagogique National) qui a pour
mission de concevoir, d'élaborer et de diffuser le livre scolaire3.
Expr
e
s
s
i
on d’
un s
ystème idéologique, le manuel est aussi
1

« Les problèmes du bilinguisme en Tunisie » in Abdelmalek et al. (1972 :
309-322), Renaissance du monde arabe, éd. J. Duculot de Gembloux
(Belgique).
2
Se
l
onl

e
x
pr
e
s
s
i
ondeM.Ka
s
s
i
m Na
i
tBe
l
k
a
c
e
m,h
i
s
t
or
i
e
n,r
e
s
pon
s
a
bl
edu
Conseil Supérieur de la Langue Nationale (créé en 1982 et chargé de la
généralisation de la langue arabe).
3
Au
j
ou
r
d’
hu
i
,àl
af
a
v
e
u
rde
sr
é
f
or
me
se
nc
ou
rs, les choses ont quelque peu
évolué :l

i
n
s
t
i
t
u
t
i
on d’
é
t
a
tape
r
du l
e mon
opol
edu l
i
v
r
es
c
ol
a
i
r
e ma
i
s
conserve néanmoins le contrôle de sa diffusion et de sa conformité aux
programmes.

26

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE


hi
c
ul
ed’
u
nepe
ns
é
epol
i
t
i
quec
a
r
a
c
t
é
r
i
s
é
epa
rl
et
r
i
pt
y
que
révolution industrielle, agraire, culturelle et portée par les
va
l
e
ur
s que s
ont l
e na
t
i
ona
l
i
s
me
,l
es
oc
i
a
l
i
s
me
,l

a
nt
i
impérialisme, les valeurs arabo-isla
mi
que
s
… Da
ns c
e
t
t
e
perspective, on comprend pour quoi les contenus socioculturels
actualisés dans les manuels élaborés dans les années 1972-1986
é
t
a
i
e
ntf
or
t
e
me
ntma
r
qué
spa
rl
e
st

me
sdel

a
ut
og
e
s
t
i
on,del
a
médecine gratuite, de la démocratisation de l'enseignement.
Dans le cycle du fondamental, et jusque vers les années 90, les
contenus socioculturels (appelés thématiques) étaient fortement
marqués par les réalités nationales et la personnalité arabomusulmane. Au niveau interculturel, les supports et contenus se
c
a
r
a
c
t
é
r
i
s
e
ntpa
rl

é
vi
c
t
i
on de
s ma
r
que
s de f
r
a
nc
i
t
é
.Sil
a
dimension poétique ou littéraire est tolérée, la présence de
l

a
ut
r
ef
r
a

a
i
se
s
ts
y
s
t
é
ma
t
i
que
me
ntc
onj
ur
é
e(
a
bs
e
nc
e de
dénomination anthroponymique, toponymique, de codes
symboliques, architecturaux, vestimentaires ou culinaires). Les
interactions avec des locuteurs natifs de la L1 sont
systématiquement occultées, seul le développement de la
compétence linguistique importe1. Les contenus civilisationnels
et marques de francité récurrents dans les différentes méthodes
d'enseignement du F.L.E. (Tour Eiffel, Champs Elysées, la
ba
g
ue
t
t
edepa
i
n,e
t
c
.
)s
ont
,pourde
sr
a
i
s
onsd’
or
dr
ehi
s
t
or
i
c
oidéologico-politiques, significativement absents. Les « situations
de communication » privilégiées restent confinées à l'univers
scolaire et familial de l'enfant et ignorent le rapport de l'élève
aux médias et notamment à la télévision. Et quand on sait que
les élèves sont de grands consommateurs de programmes
t
é
l
é
vi
s
é
s
,on ne pe
utques

é
t
onne
ra
ve
c F.Adjali2 que la
1

« …l
el
a
n
g
a
g
edudi
a
l
og
u
e
,de

c
h
a
ng
e
s«en face-à-face », sera certes,
consolidé, renforcé, mais il ne constitue plus l'objectif essentiel », (Guide du
maître 6°AF, p. 6.).
2
Adjali F. (1993:161) Interactions et normes culturelles dans les manuels
d'enseignement du français de 4ème et 5ème années fondamentales. Mémoire

27

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

« fréquentation des médias » (objectif important dans les
approches communicatives) occupe peu de place dans les
manuels et discours didactiques.
Dans le secondaire, si des concepts aux accents modernes
(« situations authentiques de communication », « compétence de
communication », « interactions et échanges », « dimensions
énonciatives et pragmatiques ») se rencontrent dans les
directives et discours des inspecteurs, leur traitement reste
pur
e
me
ntf
or
me
l
.Pr
i
or
i
t
éa
c
c
or

eàl

e
ns
e
i
g
ne
me
ntdu code,
f
oc
a
l
i
s
a
t
i
ons
url

é
c
r
i
t

vi
c
t
i
ondel
adi
me
ns
i
oni
nt
e
r
a
c
t
i
onne
l
l
e
des échanges (actes de parole, implicites affectifs, univers
c
og
ni
t
i
fde
spr
ot
a
g
oni
s
t
e
sdel

é
nonc
i
a
t
i
on,c
ommuni
c
a
t
i
onnon
verbale) caractérisent un enseignement tout entier centré sur le
développement de savoirs verbaux. Il est intéressant de noter ici
que les réaménagements des programmes du secondaire de 1998
ont entraîné la suppression dans le manuel de 1° AS1 de la seule
uni
t
é r
é
e
l
l
e
me
nt c
ommuni
c
a
t
i
ve
, l

uni
t
é
1 i
nt
i
t
ul
é
e
« Communiquer. Prendre la parole. Dialoguer ».
Sil
e
st
e
xt
e
sof
f
i
c
i
e
l
spa
r
l
e
ntd’« ouverture sur le monde », de
« dialogue des cultures », le terme « civilisation française » est
s
oi
g
ne
us
e
me
nté
vi
t
é
,s
a
nsdout
edepe
urdes

a
t
t
i
r
e
rl
e
sf
oudr
e
s
de tous ceux pour qui le français ne doit pas être considéré
comme langue de « culture » mais comme simple instrument
d’
a
c
c
è
sa
us
a
voi
r
.Ets
il
e
sr
é
f
é
r
e
nc
e
sàl
af
r
a
nc
ophoni
es
ont
soigneusement évitées2, les situations algériennes dans
lesquelles la langue française circule et contribue à réguler les
de Magistère dirigé par M. Verdelhan, Alger-Montpellier. Selon F. Adjali les
situations de communications les plus fréquentes en 4° et 5° A.F. sont les
« relations grégaires et familiales ».
1
Livre de français, 1A.S, raconter, dialoguer, décrire, 1989-1990, Alger,
I.P.N.
2
Con
t
r
a
i
r
e
me
n
ta
u
xc
on
c
e
pt
e
u
r
sdema
n
u
e
l
sd’
e
s
pa
g
n
oloud’
a
ng
l
a
i
squ
i
n

h
é
s
i
t
e
nt pa
s à me
t
t
r
ee
nc
on
t
a
c
tl

a
ppr
e
n
a
n
ta
v
e
c de
ss
i
t
u
a
t
i
ons
a
u
t
h
e
n
t
i
qu
e
sdel
aL2,l
e
sc
on
c
e
pt
e
u
r
sde
sma
n
u
e
l
sdef
r
a
n
ç
a
i
ss

e
f
f
or
c
e
n
t
d’
é
v
i
n
c
e
rt
ou
t
edi
me
ns
i
on culturelle de la langue française.

28

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

interactions entre citoyen et administration, le sont également.
La
« dimension
éducogène » de l

e
nvi
r
onne
me
nt
(
a
dmi
ni
s
t
r
a
t
i
on, ba
nque
s
, hôpi
t
a
ux…)
,l
e
s pr
a
t
i
que
s de
s
locuteurs algériens caractérisées par l

al
t
e
r
nanc
ec
odi
que (Kara
A.2004)ou l
e
sus
a
g
e
sdu f
r
a

a
i
sda
nsl

e
xpr
e
s
s
i
on de
s
« commodités de la vie quotidienne » (« objets concrets,
éléments référentiels » (Y. Derradji 2000)1 sont tout simplement
proscrits dans les manuels qui ont vocation à dire la réalité
algérie
nne
.Aus
s
il
ac
onc
e
pt
i
ondel

i
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
lquis
ous
-tend
les pratiques didactiques repose-t-e
l
l
es
url

a
c
c
e
pt
i
onde
st
e
r
me
s
c
ul
t
ur
ee
ti
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
lc
ommer
e
l
e
va
ntd’
unei
de
nt
i
t
évé
c
ue
comme collective et homogénéisante. Dans cette conception
réductrice del

i
de
nt
i
t
é
,s
ouve
ntc
onf
onduea
ve
ca
ppa
r
t
e
na
nc
e
,
l

a
ppr
oc
hei
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
l
l
ef
oc
a
l
i
s
es
u
rl
esingulier, le même et
2
i
g
nor
ec
e
sdi
me
ns
i
onsl
i
é
e
sàl

uni
ve
r
s
a
l
i
t
é
e
tàl

a
l
t
é
r
i
t
és
ur
lesquelles A.-M. Pretceille (1996 :41)a
t
t
i
r
a
i
tl

a
t
t
e
nt
i
on:
« Rappelonsquel

i
ndi
v
i
dunepos
s
è
depasune
,
mais plusieurs identités : identité de classe,
d’
âge
,des
e
x
e
,denat
i
onal
i
t
é
,d
epr
of
e
s
i
on,d
e
r
é
gi
on… i
le
s
tl
ec
e
nt
r
ed’
unagr
é
gatd’
i
de
nt
i
t
é
s
,
c
hac
uned’
e
l
l
e
ss
edé
f
i
ni
s
s
antàpar
t
i
rd’
é
l
é
me
nt
s
spécifiques ».

1

« Le français en Algérie : langue emprunteuse et empruntée »,
http://ancilla.unice.fr/~brunet/pub/derradji.html, article consulté le 15 juillet
2002.
- Cf. sur la place et les fonctions des langues étrangères en Algérie, Ministère
de l

Edu
c
a
t
i
on n
a
t
i
on
a
l
e
,(
1995/
1
996
)e
t(
199
7/
199
8)
,Di
r
e
c
t
i
on de l
a
Planification, Sous-Direction des Statistiques, Données statistiques n° 34 et
36, Alger, ONPS.
2
M. Abdallah, L. Porcher (2001 : 42) « un universel singulier est une réalité
(matérielle ou symbolique) qui existe partout, et que chaque société interprète
pourtant à sa manière, différente de toutes les autres ».

29

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

3.2. Le français fonctionnel, alibi du socioculturel ?
Dans les années 1976-1980,de
sbe
s
oi
nsi
ns
t
i
t
u
t
i
onne
l
sd’
or
dr
e
politique et économique (formation de cadres, échanges
économiques, transfert de technologie) conduisirent à la
reconsidération du statut du français. De nouveaux objectifs
furent assignés à la « la langue étrangère »1 (la langue française
ne sera nommée comme telle que dans les années 2000).
Désormais, la langue à enseigner sera « fonctionnelle ». Par
opposition à un français dit « général » ou de « culture », le
français fonctionnel, qui fut tour à tour dénommé « français
scientifique et technique », « français instrumental », « langue
de spécialité »
,e
ta
uj
our
d’
hui Français sur objectifs
spécifiques2, jouera désormais un rôle instrumental : faire
accéder à un savoir-faire d'ordre « scientifique » et
« technique »
.Pa
r
c
e qu’
i
lr
é
f
è
r
e à de
s doma
i
ne
sc
og
ni
t
i
f
s
stabilisés (mathématiques, médecine, chimie, sciences de la
t
e
r
r
e
…)
,l
ef
r
a

a
i
sf
onc
t
i
onne
ls
é
du
i
tpa
rl

i
ns
t
r
ume
nt
a
l
i
t
éde
s
savoirs, rass
ur
e pa
rs
on mode d

é
nonc
i
a
t
i
on f
ondé s
ur
l

obj
e
c
t
i
va
t
i
on3,l

é
vi
c
t
i
on de l
a pol
y
s
é
mi
ee
tde
sc
ha
r
g
e
s
connotatives caractéristiques du français général, de cette
langue dite de « culture » soupçonnée de véhiculer des contenus
idéologiques pernicieux.
Dans la mouvance du fonctionnel de nouvelles aires domaniales
et de nouveaux types de textes entrent en classe de français :
di
s
c
our
sd’
i
nvestigation et de vulgarisation, textes expositifs et
prescriptifs viennent enrichir le paradigme des typologies
1

Pour D. Morsly (1984 : 24) l

i
n
t
é
g
r
a
t
i
onde la langue française dans le
paradigme des langues étrangères pr
oc
è
ded’« une volonté de renvoyer le
français à un statut de langue étrangère » et de le « banaliser ».
2
Voir sur cette importante question Y a-t-il un français sans objectif(s)
spécifique(s), Les cahiers de l'asdifle n°14, Actes des 29 et 30° rencontres,
Mars 2002, Paris,- Octobre 2002, Grenoble.
3
Voir E. Harding (1978), « Qu'est-ce que les langues de spécialité ont de si
spécial ? » in Mélanges pédagogiques, C.R.A.P.E.L.
30

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

textuelles et des expansions du fonctionnel. Désormais, on
parlera (sans les définir), de « français fonctionnel », de « cours
fonctionnel », de « manuel fonctionnel » ou de « méthodologie
fonctionnelle »1.Surl
et
e
r
r
a
i
ndi
da
c
t
i
q
ue
,l

e
uphor
i
eduf
r
a

a
i
s
fonctionnel se traduira surtout par des directives, des
orientations et quelques polycopiés élaborés souvent pas des
collègues des disciplines scientifiques reconvertis dans
2
l

e
ns
e
i
g
ne
me
ntduf
r
a

a
i
s(
Boug
ue
r
r
a1991)
.
Da
nsl
e
sf
a
i
t
s
,l

a

ne
me
ntduf
r
a

a
i
sf
onctionnel aura surtout
3
4
s
e
r
vid’
a
l
i
biàl

é
vi
c
t
i
ondu l
i
t
t
é
r
a
i
r
e
.C’
e
s
tqu’
e
n Al

r
i
e
,
comme au Maghreb, la littérature a joué un rôle considérable
dans les crispations et les enjeux identitaires. Assimilée à
civilisation, la littérature suspectée de servir de relais à la
« culture » e
tà l
’« idéologie étrangère » est frappée
d’
os
t
r
a
c
i
s
me
,r
e
l
é
g

es
url
e
sbor
dss
i
l
e
nc
i
e
uxd
el
adi
da
c
t
i
que
.

s
or
ma
i
s
,l
a r
upt
ur
e a
ve
c l
e
s pr
obl
é
ma
t
i
que
s d’
or
dr
e
sentimental (Mme Bovary, l'Éducation sentimentale, Le rouge et
le noir) social ou idéologique (Germinal, L'insurgé…)e
s
t
5
consommée . Loi
n d’
ê
t
r
ec
ons
i

r
é
ec
omme l

i
nc
a
r
na
t
i
on
emblématique de cette articulation entre singularité et
universalité6 l
al
i
t
t
é
r
a
t
ur
ee
s
tvé
c
ue
,àl

i
ns
t
a
rdel
adi
me
ns
i
on
1

Sur ces questions, voir « Monsieur Thibaut et le bec Bunsen », Etudes de
Linguistique appliquée, n° 23, 1976.
2
Le recueil de textes de 3° A.S. IPN-Al
g
e
r
,1977e
s
tl

unde
sr
a
r
e
sou
v
r
a
g
e
s
élaborés dans cette perspective.
3
Su
rl

é
v
i
c
t
i
on du l
i
t
t
é
r
a
i
r
e da
n
sl
a mé
t
h
odol
ogie du FLE, voir : T.
Bouguerra (éd) Du littéraire. Analyses sociolinguistiques et pratiques
didactiques, ouvrage à paraître (2007), Presses Universitaires de la
Méditerranée, Montpellier.
4
Pour les enjeux du fonctionnel en Tunisie, voir A. Seoud. (1997) Pour une
didactique de la littérature, Paris, Hatier-Didier coll. « LAL ».
5
Dans les années 90, le français fonctionnel sera emporté par la vague du
communicatif.
6
M. Abdallah, L. Porcher (2001 : 142) : « La littérature est un universelsingulier. Elle incarne emblématiquement cette articulation entre
l

u
n
i
v
e
r
s
a
l
i
t
ée
tl
as
i
n
gu
l
a
r
i
t
é».

31

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

civilisationnelle, c
ommemi
s
ee
nt
e
ns
i
on del

i
de
nt
i
t
ée
tde
l

a
l
t
é
r
i
t
é
.
4. Les années 2000 : évolutions et ruptures
4.1. Le
smanue
l
sdel
ar
é
f
or
mee
tl

i
nt
e
r
c
ul
t
ur
al
i
t
é
La réforme du système éducatif initiée en 2000 par le Président
A. Bouteflika représente un événement maj
e
urda
nsl

Al

r
i
e
contemporaine. La Commission Nationale de la Réforme du
Système Educatif (CNRSE)1 est chargée de préparer une
r
é
f
or
met
ot
a
l
edel

e
ns
e
i
g
ne
me
nt(
du pr
i
ma
i
r
ea
us
upé
r
i
e
ur
)
c
ompt
et
e
nude
sbe
s
oi
nsdupa
y
se
tde
se
xi
g
e
nc
e
sd’
ouve
r
t
ur
ee
t
de mode
r
ni
t
é(
pl
a
c
e
sr
e
s
pe
c
t
i
ve
sdel

a
r
a
bee
tduf
r
a

a
i
s
,s
t
a
t
ut
del

i
ns
t
r
uc
t
i
onc
i
vi
quee
tdel

e
ns
e
i
g
n
e
me
ntr
e
l
i
g
i
e
ux)
.
De
ux c
ons
i

r
a
t
i
onsontg
ui
dél
e
spr
a
t
i
que
sd’
é
va
l
ua
t
i
on du
système éducatif : des considérations de type politique
(
l

a
mbi
g

t
édu statut de la langue française en Algérie) et

da
g
og
i
que
s(
l

i
na

qua
t
i
ondel

e
ns
e
i
g
ne
me
ntdec
e
t
t
el
a
ng
ue
par rapport aux besoins personnels et institutionnels). Parmi les
nombreux acquis de la réforme, on citera notamment :
l

i
nt
r
oduc
t
i
o
n du f
r
a

a
i
s dè
s la 2° année du primaire2,
l'enseignement de la langue amazigh, la création de l'Institut de
formation et de perfectionnement des maîtres (IFPM),
l

i
nt
r
oduc
t
i
o
n,da
nsc
e
r
t
a
i
ne
sc
i
r
c
ons
c
r
i
pt
i
ons
,del

a
ng
l
a
i
se
n
quatrième année, la légalisation des écoles privées, la perte du
monopole étatique sur la conception des manuels scolaires
(
monopol
e dé
t
e
nu j
us
que l
à pa
rl

Of
f
i
c
e de
s Publ
i
c
a
t
i
ons
Scolaires3)e
tl
ami
s
ee
npl
a
c
ee
n2004d’
uneEc
ol
edoc
t
or
a
l
e
algéro-française de français.
1

Commission installée par le Président de la République en février 2000.
Depuis, on est revenu sur cette décision.
3
En 2004, une décision ministérielle retire aux édi
t
e
u
r
spr
i

sl

a
u
t
or
i
s
a
t
i
on
de concevoir et de diffuser le livre scolaire. Se
l
onl
eMi
n
i
s
t
r
edel

Edu
c
a
t
i
on
nationale, cette décision se justifie par le fait que « le travail effectué par les
éditeurs privés dans la réalisation de la première tranche des manuels n'a
2

32

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

Dans le sillage des réformes et des réaménagements de
programmes, une distinction Français première et seconde
langue étrangère fait son apparition dans les années 1989 ; elle
c
or
r
e
s
pond à l
a dé
c
i
s
i
on d’
i
nt
r
odui
r
e dè
sl
e pr
i
ma
i
r
e
l

e
ns
e
i
g
ne
me
ntdel

a
ng
l
a
i
se
n opt
i
on a
ve
cl
ef
r
a

a
i
s. Les
é
l
è
ve
squic
hoi
s
i
r
ontl

a
ng
l
a
i
spr
e
mi
è
r
el
a
ng
uer
e
c
e
vr
ontun
enseignement dit français langue étrangère 2. Un enseignement
de français dit FLE1 sera dispensé aux élèves qui choisissent le
français comme première langue. Les nouveaux programmes
élaborés (2000-2004)c
onc
e
r
ne
nte
s
s
e
nt
i
e
l
l
e
me
ntl

i
nt
r
oduc
t
i
on
du français langue étrangère 21. A la faveur des réformes et de
l

ouve
r
t
ur
epol
i
t
i
que
,l
e
spr
obl
é
ma
t
i
q
u
e
sdel

i
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
lf
ont
leur apparition2. Les nouveaux objectifs caractérisés par la
communic
a
t
i
on,l

uni
ve
r
s
a
l
i
t
ée
tl

a
l
t
é
r
i
t
édoi
ve
ntpe
r
me
t
t
r
ede:
- « dispenser une éducation en accord avec les droits de
l'homme et ses libertés fondamentales » ;
- « dé
ve
l
op
p
e
rc
he
zl

a
ppr
e
na
ntl

a
c
qui
s
i
t
i
ondemoy
e
ns
linguistiques et langagiers permettant de :
- « développer, autour de thèmes universels, et problématiques
a
c
t
ue
l
l
e
s
,u
n
ea
t
t
i
t
uded’
ouve
r
t
ur
ea
uxdi
f
f
é
r
e
nc
e
sl
i
ng
ui
s
t
i
que
s
et culturelles » ;

pas répondu aux aspirations de la réforme voulue pour le secteur », Le matin
du 29 février 2004 ; cf. également Lequot
i
di
e
nd’
Or
andu 22 juin 04.
1
Pour les publics du secondaire de français langue étrangère 1, voir F.
Bouchouika et al. (2003-2004) ;
2
Voir les Programmes de F.L.E 2 : 1ère, 2° et 3°AS, Ministère de
l

Edu
c
a
t
i
onn
a
t
i
on
a
l
e
,Di
r
e
c
t
i
ondel

e
n
s
e
i
gn
e
me
n
ts
e
c
on
da
i
r
eg
é
n
é
r
a
l(
Ma
i
2000).

33

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

- « dispenser une éducation qui favorise la compréhension et la
coopération entre les peuples pour la paix universelle et l'entente
des nations » ;
- « utiliser la langue en situation de communication et
d’
é
c
ha
nge».
4.2. L’
i
r
r
upt
i
ondel
ac
i
t
oye
nne
t
ée
tde
spr
obl
é
mat
i
que
s
sensibles
Grands absents des contenus des manuels précédents,
l

i
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
le
tl
esocioculturel trouvent une place importante
dans les manuels issus de la réforme. Au nom de « l

ouve
r
t
ur
e
sur le monde »e
tdel

a
c
t
ua
l
i
s
a
t
i
onde
ss
a
voi
r
s
,uneg
r
a
ndepl
a
c
e
sera accordée à la composante culturelle (la dimension
c
i
vi
l
i
s
a
t
i
onne
l
l
e n’
e
s
tt
ouj
ours pas nommée) de la langue
f
r
a

a
i
s
e
.C’
e
s
ta
i
ns
iquel
ec
ha
mpi
onna
tdumo
ndedef
oot
ba
l
l
(
1998)quis

e
s
tdé
r
oul
ée
n Fr
a
nc
ee
s
tpr
é
s
e
nt
éa
ve
cl
e
s
emblèmes nationaux des pays qualifiés et du pays organisateur
(Manuel de français langue étrangère 2 de 9° A.F, p. 58-63).
Avec les nouveaux manuels, de nouveaux supports font leur
entrée en classe de français ; les textes littéraires qui
c
ons
t
i
t
ua
i
e
ntl

e
s
s
e
nt
i
e
lde
ss
uppor
t
sde
sma
nue
l
spr
é
c
é
de
nt
s
cèdent la place aux documents sociaux : affiches publicitaires,
recettes de cuisine, affiches de films, courrier des lecteurs,
hommes célèbres du monde de la politique, des sciences, voire
dus
pe
c
t
a
c
l
e
… Le
st

me
sdepr
é
di
l
e
c
t
i
ondus
e
c
onda
i
r
e(
l
e
s
loisirs, la jeunesse, l'émancipation de la femme, le sport, le
mondes
c
ol
a
i
r
e
,e
t
c
.
)s

e
nr
i
c
hi
s
s
e
ntd
enouve
l
l
e
st

ma
t
i
que
s
contemporaines telles que les nouvelles technologies, la
c
onquê
t
edel

e
s
pa
c
e
,l
ag
é

t
i
que
,l

I
n
t
e
r
ne
t
,l
amondi
a
l
i
s
a
t
i
on
.
La grande nouveauté réside, selon nous, dans le traitement de
thématiques « révolutionnaires » qui visent à « c
ul
t
i
ve
rl

e
s
pr
i
t
civique » et à favoriser la socialisation comme l

é
duc
at
i
onàl
a
citoyenneté ou la dé
c
l
ar
at
i
onuni
v
e
r
s
e
l
l
ede
sdr
o
i
t
sdel

homme
34

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

1
e
tdel

e
nf
a
n
t
. Parmi les principales nouveautés introduites en
matière des
uppor
t
sd’
ouve
r
t
ur
es
url

a
l
t
é
r
i
t
é
,nousa
vonspu
noter :

- des grilles des programmes des télévisions françaises (Livre de
2° AS p. 175).
- des affiches de films (Çac
omme
nc
eauj
our
d’
hui, de B.
Tavernier (Livre de 2° AS p. 181).
- des affiches de festival (festival de Cannes, de Dinard 1998) ou
de Sarlat (Livre de 2° AS p. 201), de salon de livres (Livre de 2°
AS p. 206).
- de
sa
ppe
l
s
,t
r
a
c
t
s
,ma
ni
f
e
s
t
e
s
,r
è
g
l
e
me
nt
si
nt
é
r
i
e
ur
s… (
Li
vr
e
de français langue 2 de 3° AS).
- de
ss
uppor
t
spubl
i
c
i
t
a
i
r
e
sd’
a
gences de voyages internationales
(Livre de français langue 2 de 3° AS p.81).
- des textes et documents consacrés aux droi
t
sdel

hommee
tde
l

e
nf
a
nt(

c
l
a
r
a
t
i
onuni
ve
r
s
e
l
l
ede
sdr
oi
t
sdel

hommee
tde
l

e
nf
a
nt(
Li
vr
edef
r
a

a
i
sl
a
ng
ue2de3°
ASpp.8- 13).

La grande décrispation observée à propos du français et les
nouveaux choix méthodologiques induisent de nombreux
c
ha
ng
e
me
nt
s
.Etdé
j
à
,d’
i
mpor
t
a
nt
e

vol
ut
i
onse
tr
upt
ur
e
sda
ns
la pratique didactique du français se font jour. La dimension
d’
ouve
r
t
ure souhaitée par les concepteurs fait une large place à
la composante civilisationnelle de la langue enseignée. Des
thématiques jusque là tabous, comme la thématique relative à la
1

C’
e
s
ta
u
t
ou
rdut
r
a
i
t
e
me
n
tdec
e
t
t
et
h
é
ma
t
i
qu
equ
es

a
r
t
i
c
u
l
el
epr
og
r
a
mme
du Livre de français langue 2 de 3°AS p 8 /13.

35

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

condition « des chiens » (Livre de français, Langue étrangère 2,
p. 119) ou les grandes problématiques telles que l

é
duc
at
i
onàl
a
citoyenneté, le civisme, l
e
sdr
oi
t
sdel

e
nf
ant
, feront bientôt leur
entrée en classe de FLE 2. Visant les publics du primaire, Le
monde de Didine, (Mammeria-Djennas Z., et al. (2004),
innovera par la pl
a
c
er
é
s
e
r

eàl

i
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
l(
c
ha
ns
ons
,
c
ompt
i
ne
s
, poé
s
i
e
)
, pa
r l

i
nt
é
gr
a
t
i
on de l
a t
ona
l
i
t
é
c
ommuni
c
a
t
i
vee
tl

i
nve
s
t
i
s
s
e
me
ntdenouve
l
l
e
spr
opos
i
t
i
on
s
méthodologiques issues des travaux sur la démarche de projets.
Fa
i
ts
y
mpt
o
ma
t
i
quedel

é
vol
ut
i
one
n cours, le terme citoyenneté
fait son apparition dans les discours et manuels. Consacré au
troisième millénaire, le thème retenu pour la troisième AS
(
FLE1)doi
tpe
r
me
t
t
r
eàl

a
ppr
e
na
nt« d’
abor
de
re
tder
é
f
l
é
c
hi
r
aux problèmes de la citoyenneté tout en découvrant les
mut
at
i
onsd’
unmondef
as
c
i
nante
tt
e
r
r
i
f
i
an
tàl
af
oi
s». Les
t

ma
t
i
que
squipe
uve
ntê
t
r
ea
bor

e
sàl

oc
c
a
s
i
ondut
r
a
i
t
e
me
nt
de cette problématique sont : « les droits fondamentaux de
l

homme
,l
e
snouve
l
l
e
st
e
c
hnol
og
i
e
s
,l
ac
onquê
t
edel

e
s
pace, la
g
é

t
i
que
,l
amondi
a
l
i
s
a
t
i
on,l

I
nt
e
r
ne
t
…)».
I
le
s
tc
e
pe
nda
ntànot
e
rquel

a
c
c
e
pt
i
ondut
e
r
mec
i
t
oy
e
nne
t
é
focalise essentiellement sur la dimension politique : le bon
c
i
t
oy
e
n n’
e
s
tpa
sf
or
c
é
me
ntc
e
l
uiquipa
i
es
e
si
mpôt
s
,qui
effectue son service militaire mais surtout celui qui adhère
pleinement aux valeurs prônées par le système. En ce sens la
citoyenneté se confond avec le militantisme. On notera que les
valeurs telles que la tolérance, la laïcité, les libertés syndicales,
le droit de grève, ledr
oi
tdema
ni
f
e
s
t
e
rn’
e
nt
r
e
ntpa
sda
nsc
e
t
t
e
acception de la citoyenneté. Dans sa dimension participative
(
Boug
ue
r
r
a
1996b,2001)
,l
ac
i
t
oy
e
nne
t
és

e
s
tl
ong
t
e
mpsr
é
dui
t
e
àl

e
xpr
e
s
s
i
o
ndel
as
ol
i
da
r
i
t
é
,àl

e
nga
g
e
me
nte
tàl
al
ut
t
ec
ont
r
e
l

a
na
l
pha

t
i
s
me
, à la participation aux grandes entreprises
d’
é
di
f
i
c
a
t
i
o
n(
c
ons
t
r
uc
t
i
on du ba
r
r
a
g
e ve
r
t
,l
ut
t
ec
ont
r
el
a

s
e
r
t
i
f
i
c
a
t
i
on,pa
r
t
i
c
i
pa
t
i
ona
uxc
a
mpa
g
ne
sd’
e
xpl
i
c
a
t
i
ondel
a
r
é
vol
ut
i
on a
g
r
a
i
r
e…)
.D’
une ma
ni
è
r
egé

r
a
l
e
,l
e di
s
c
our
s
36

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

di
da
c
t
i
quen’
e
nt
r
a
î
nepa
sà une prise de parole citoyenne, à une
pa
r
ol
er
e
ve
ndi
c
a
t
r
i
c
e
,t
a
ntl

obj
e
c
t
i
fe
s
tde dé
ve
l
oppe
rune
parole communautaire.
Conclusion
Al

he
ur
edel
amondi
a
l
i
s
a
t
i
on,de
snouve
l
l
e
st
e
c
hnol
og
i
e
sdel
a
communication, il est plus que jamais urgent de mettre en place
unevé
r
i
t
a
b
l
ea
ppr
oc
hedel

i
nt
e
r
c
ul
t
u
r
e
lf
ondé
et
outàl
af
oi
ss
ur
le « dialogue des cultures », la neutralisation des
« incompréhensions et mécompréhensions » entre les hommes
(H. Besse 1993), le « retour sur soi » et la « reconnaissance de la
s

c
i
f
i
c
i
t
éd
el

a
ut
r
e» (M. Abdallah-Pretceille 1996 : 178-179).
Le
sc
ha
ng
e
me
nt
si
nt
e
r
ve
nusa
uj
our
d’
huie
nAl

r
i
e
,l
avol
ont
é
pol
i
t
i
qued’
ouve
r
t
ur
epr
ôné
epa
rl
e
spl
usha
ut
e
sa
ut
or
i
t
é
s
,l
e

s
i
rd’
i
mpul
s
e
rune nouve
l
l
e pol
i
t
i
que de
sl
a
ng
ue
s(
e
tdu
français notamment) sont autant de signes forts qui permettent
dec
r
oi
r
eàl

a

ne
me
ntd’
unenouve
l
l
edi
da
c
t
i
queduf
r
a

a
i
s
langue étrangère en Algérie. Une didactique des languescultures qui romprait avec la focalisation sur la compétence
linguistique pour dé
ve
l
oppe
r c
h
e
z l

a
ppr
e
na
nt a
l
g
é
r
i
e
n
une véritable compétence de communication, des capacités de

c
e
nt
r
e
me
n
t
,der
e
l
a
t
i
vi
s
a
t
i
on,d’
e
s
pr
i
tc
r
i
t
i
que
,quif
a
vor
i
s
e
r
a
i
t
l

a
ppr
e
nt
i
s
s
a
g
eduse dire et di
r
el

aut
r
epermettrait aux citoyens
algériens de participer efficacement au dialogue des cultures et
au rapprochement des hommes.
Bibliographie
Abdallah-Pretceille M., (1996) Versune pédagogie interculturelle,
Paris, Editions Anthropos.
Abdallah-Pretceille M., L. Porcher, (1998) Education et
communication interculturelle, Paris, Presses Universitaires de
France.

37

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

Ali Bouacha A., (1984) (coord) « Pour une appréhension locale de
langue seconde », Le français dans le monde, 189, Horizons
Maghreb.
Beacco J.-C., (2000) Les dimensions culturelles des
enseignements de langue, Paris, Hachette FLE.
Beacco. J.-C., Chiss J.-L., Cicurel F., Véronique D., (2005) Les

c
ul
t
ur
e

duc
at
i
v
e
se
tl
i
ngui
s
t
i
que
sdansl

e
ns
e
i
gne
me
ntde
s
langues, Paris, PUF.
Besse H., (1993) « Cultiver une identité plurielle », Le français dans
le monde n° 254.
Bouguerra T., (2005) « Le français au Maghreb : Tribulations
statutaires et pratiques didactiques », in T. Arnavielle, Langues :

Hi
s
t
oi
r
e
se
tUs
age
sdansl

ai
r
emé
di
t
e
r
r
ané
e
nne
,L’
Har
mat
t
an,
pp. 325-338.
Bouguerra T., (2001) « Pour une approche écodidactique de la
citoyenneté », Ecole, langage et citoyenneté, in M.VerdelhanBour
g
a
de(
Di
r
)
,Pa
r
i
s
,L’
Ha
r
ma
t
t
a
n.
Bouguerra T., (1996a) « Le manuel dans l'enseignement du français en
Algérie », Discours didactiques, n°1, Manuels et apprentissages
au fil des siècles, Montpellier III, équipe Didaxis-Dipralang,
Université Paul-Valéry-I
.
U.
F.
M.del

Ac
a

mi
edeMo
nt
pe
l
l
i
e
r
.
Bouguerra T., (1996b) « La citoyenneté : sa définition, ses lieux et
c
ondi
t
i
onsd

e
x
e
r
c
i
c
e», Savoirs, langages et citoyenneté, IUFM de
l

Académie de Montpellier, TREMA n° 15-16.
Bouguerra T., (1991) Didactique du Français Langue Étrangère

dans le secondaire algérien : contribution à une méthodologie
d’
é
l
abor
at
i
o
n/
r
é
al
i
s
at
i
on
, Alger, Office des Publications
Universitaires.
Boyer H., (2004) Lan
gue
se
tc
ont
ac
t
sdel
angue
sdansl

ai
r
e
méditerranéenne. Pratiques, Représentations, Gestions, Paris,
L’
Ha
r
ma
t
t
a
n.
Boyer H., (2002) Del

aut
r
ec
ôt
édudi
s
c
our
s
.Re
c
he
r
c
he
ss
url
e
fonctionnement des représentations communautaires, Paris,
L’
Ha
r
ma
t
t
a
n.

38

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

Boyer H., (1996) (dir), Sociolinguistique, Territoires et objets,
Lausanne, Paris, Delachaux et Niestlé.

Carlo M., de (1998) L'interculturel, Paris, CLE International
Coianiz A., (2005) Langages, cultures, identités. Questions de
point de vue,Pa
r
i
s
,L’
Ha
r
ma
t
t
an.
Coianiz A., (2001) Apprentissage des langues et subjectivité, coll.
« Langue et Parole »,Pa
r
i
s
,L’
Ha
r
ma
t
t
a
n.
Coste D., (1994) « Dépendant de la culture et non dépendant de la
culture. Stéréotypes et prototype », in Vi
n
g
tdansl

é
v
ol
ut
i
ondel
a
didactique des langues (1968-1988), coll. « LAL », Credif-Hatier,
pp. 117-137.
Cuq J.-P. (1992) « Le français au Maghreb » L’
i
nf
or
mat
i
on
grammaticale n°54, pp.45-47, juin.
Derradji Y., (2000) La langue française en Algérie. Étude
sociolinguistique et particularités lexicales, Thèse de Doctorat
d'État, Université de Constantine.
Kara A., (2004) « L’
a
l
t
e
r
na
nc
ec
o
di
qu
ec
ommes
t
r
a
t
é
g
i
el
a
ng
a
g
i
è
r
e
dans la réalité algérienne », in H. Boyer (dir) Langues et contacts
dansl

ai
r
emé
di
t
e
r
r
ané
e
,Pr
at
i
que
s
,r
e
pr
é
s
e
nt
at
i
ons
,gestions, p
p.31-38,L’
Ha
r
ma
t
t
a
n,Pa
r
i
s
.
Lebray J.-E., (1992) « Ecrire en français au Maghreb »,
L’
i
nf
or
mat
i
ongr
ammat
i
c
al
e
, 54, 52-55, juin.
Miliani M., (2004) « Les politiques linguistiques en Algérie : entre
convergence et diversité », in H. Boyer (dir) Langues et contacts

dansl

ai
r
emé
di
t
e
r
r
ané
e
,Pr
at
i
que
s
,r
e
pr
é
s
e
nt
at
i
ons
,ge
s
t
i
ons
,
pp.211-218.
Mochet M.-A., et.al. (2005) Plurilinguisme et apprentissage.
Mélanges Daniel Coste, Ecole normale supérieure Lettres et
Sciences Humaines, Paris.
Morsly D., (1988) Le français dans la réalité algérienne, thèse de
Doc
t
or
a
td’
Et
a
tPa
r
i
s
,So
r
b
onne
.
Morsly D., (1984) « La langue étrangère. Réflexions sur le statut de la
langue française en Algérie », Le français dans le monde n°189,

Horizons Maghreb
39

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

Porcher L., (2004) L’
e
ns
e
i
gne
me
ntde
sl
angue

t
r
angè
r
e
s
, Paris,
Hachette Éducation.
Porcher L., Abdallah-Pretceille M., (1986) La civilisation, Paris, Clé
international.
Taleb Ibrahim K., (1999) Les Algériens et leur(s) langue(s), El
Hikma Alger.
Zarate G., (1986) Enseigner une culture étrangère, Paris, Hachette.
Zarate G., (1993) Représentations de l'étranger et didactique des
langues, Paris, Didier Erudition.

Programmes et manuels de FLE consultés
Bouchouika F., et al. (2003-2004) Livre de français 3° A.S, 1°
langue, Alger, Office National des Publications du Livre
Scolaire.
Mammeria-Djennas Z., et al. (2004) Le monde de Didine,
Manuel de français 2ème Année Primaire, T1, T2, Alger, Office
National des Publications Scolaires.
Mi
n
i
s
t
è
r
edel

Ed
uc
a
t
i
o
nNa
t
i
ona
l
e
, Dire
c
t
i
o
ndel

e
ns
e
i
g
n
e
me
nt
secondaire général, (2000) Programmes de français langue
étrangère 2 : 1°, 2° et 3°AS, Alger.
Mi
n
i
s
t
è
r
edel

Ed
uc
a
t
i
o
nNa
t
i
ona
l
e
,Di
r
e
c
t
i
ondel

e
ns
e
i
g
ne
me
nt
secondaire général (2003-2004) Programmes de français langue
étrangère 1°, 3° A.S. Alger.

Zeghrar B., et al. (1988-1989) Livre de français, Langue
étrangère 2, 9 A.F, Alger, Office National des Publications du
Livre Scolaire.
Zeghrar B., (2001-2002), Livre de français, Langue étrangère 2,
2°A.S Alger, Office National des Publications du Livre Scolaire.
Zeghrar B., et.al. (2002-2003) Livre de français, Langue
étrangère 2, 3°A.S, Alger, Office National des Publications du
Livre Scolaire.

40

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

Manuel de langue et représentations culturelles:
Comment enseigner une compétence interculturelle ?
Par Malika BENSEKAT

Introduction
Let
r
a
va
i
li
nt
e
l
l
e
c
t
ue
lmi
se
noe
uvr
eda
nsl

a
c
t
ed’
e
ns
e
i
g
ne
r
passe, entre autre, pa
rl
er
ôl
ee
tl

us
a
g
ede
sma
nue
l
ss
c
ol
a
i
r
e
ss
ur
lesquels repose toute démarche pédagogique et toute approche
didactique. Ils réfractent les cultures éducatives permettant un
accès aux variables anthropologiques dont on ne soupçonne pas
t
ouj
our
sl

a
mpl
i
t
ude
.
Les politiques éducatives dépendantes des Histoires nationales
et de grandes orientations géopolitiques règlent souvent les
pratiques didactiques.
Àl

i
nt
é
r
i
e
urdel
at
r
i
a
dee
ns
e
i
g
na
nt- apprenant - manuel, une
perspective intéressante consiste à considérer le livre scolaire
c
ommel

é
l
é
me
ntc
a
t
a
l
y
s
e
urd’
unpr
oc
e
s
s
usdec
ons
t
r
uc
t
i
onde
s
c
onc
e
pt
i
onsc
ommune
se
nt
r
el

e
ns
e
i
gnant et ses apprenants, à
observer comment les uns et les autres « jouent » sur les outils
didactiques dans leurs relations réciproques. Il va sans dire que
nil

e
ns
e
i
g
n
a
nt
,nil
e
sa
ppr
e
na
nt
snepa
r
t
e
ntd’
unet
a
bul
ar
a
s
a
pour enchaîner les processus de construction de cet espace. Le
concept de « culture » se montre ici dans toute son épaisseur,
not
a
mme
ntc
e
l
uidec
ul
t
ur
ed’
e
ns
e
i
g
ne
me
nte
td’
a
ppr
e
nt
i
s
s
a
g
e
.
Il est question de vérifier s

i
ls

a
g
i
tda
nsc
e
sma
nue
l
sd’
un
discours sur la culture des pays de la langue cible en espérant
que ce savoir se transforme en un savoir-faire culturel, voire
interculturel, ou même - objectif encore plus ambitieux- en
s
a
voi

t
r
eq
uii
nt
é
g
r
e
r
a
i
tl
ac
ompé
t
e
nc
ei
nt
e
r
c
ul
t
ur
e
l
l
e;ous

i
l


Enseignante, Département de Français –Université de Mostaganem.

41

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

s

a
g
i
t de l
a
i
s
s
e
r de l

e
s
pa
c
e pour que l
e
s c
ul
t
ur
es
d’
a
ppr
e
nt
i
s
s
a
gee
td’
e
ns
e
i
g
ne
me
ntpui
s
s
e
nts
er
e
nc
ont
r
e
r
,e
tque
la relation enseignant-manuel se construise face à la culture de
l

Aut
r
e
.
De là, il faut se demander quelle culture est véhiculée par le
manuel, mais plus généralement, si on peut transmettre une
c
ul
t
ur
e(
e
tque
l
l
ec
ul
t
ur
e?
)pa
rl

i
nt
e
r

di
a
i
r
e d’
un l
i
vr
e
scolaire. Il convient également de réfléchir à la contextualisation
des manuels (à quel niveau ? pour quels objectifs, sous quelles
formes ?) et à la souplesse et à la prise en compte (ou pas) des
é
c
a
r
t
se
nt
r
el
ac
ul
t
ur
edel

a
ppr
e
na
nte
tl
ac
ul
t
ur
edel

Aut
r
e
.
S’
a
g
i
t
-il donc, dans les manuels de langue, de promouvoir la
culture de l'Autre (de la langue étrangère enseignée) ou au
contraire de viser à l’
a
s
s
i
mi
l
a
t
i
ondepr
i
nc
i
pe
sd’
appartenance
na
t
i
ona
l
e(
p
r
omouvoi
rl

i
de
nt
i
t
éna
t
i
ona
l
ee
tl
ac
ul
t
ur
el
oc
a
l
e
)
.
Quand on parle d'interculturel dans le cadre de l'apprentissage du
français langue étrangère, nous mettons en fonction deux aspects
d
el
ac
u
l
t
u
r
e
:l
ac
u
l
t
u
r
ee
nc
o
n
t
e
xt
ed
i
da
c
t
i
qu
ec

e
s
tà dire la
c
u
l
t
u
r
ef
r
a

a
i
s
epa
rl
eb
i
a
i
sd
el
al
a
ng
u
ed’
a
p
p
r
e
n
t
i
s
s
a
g
e
,l
e
f
r
a
n
ç
a
i
sl
a
ng
ues
e
c
o
n
deoué
t
r
a
ng
è
r
ee
tl
ac
u
l
t
ur
edel

a
p
pr
e
na
n
t
.
Ainsi, il est importe de mettre en exergue les éléments appropriés
afin de définir les stratégies d'apprentissage et de choisir les
documents didactiques.
Les perceptions de l'individu découlent de sa propre culture et
des images qu'il intériorise. Il en est ainsi pour la langue : elle
est avant tout l'image que le sujet s'en fait, déterminé qu'il est
par sa propre histoire, sa culture ou par l'idéologie qui le
domine.
Ce sont les images mentales, c'est-à-dire toutes les idées
développées et organisées en systèmes de références, qui
déterminent les rapports que nous entretenons avec les choses et
les valeurs que nous leur attribuons. Ces systèmes de
références peuvent être individuels et/ou collectifs : un sujet
42

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

peut avoir sa propre vision des choses, isolément de tout un
contexte social quand son système de références est
suffisamment nourri de sa culture personnelle et/ou de son
environnement immédiat ; un groupe d'individus ou, à plus large
échelle une collectivité entière, peut développer les mêmes
visions des choses parce que ces individus se structurent en
une micro - société s'alimentant d'une seule idéologie et
développant des connaissances à-peu-près identiques. Ce sont
ces variations représentations individuelles / représentations
collectives, ou encore celles des représentations collectives
multiples qui donnent à la langue française en Algérie des
attributs particuliers qui rendent compte de ses figurations
structurales et fonctionnelles dans notre pays.
Pour Geneviève Zarate, les représentations des langues sont
liées au questionnement entre « l

i
c
ie
tl

ai
l
l
e
ur
s
,l

at
t
e
nt
ee
tl
e
r
é
e
l
,l
es
oie
tl

aut
r
e». (G. Zarate, 1984 : 7). Elles interrogent la
r
e
l
a
t
i
one
n
t
r
el
edonnée
tl
epe
r
ç
u.Za
r
a
t
er
é
a
f
f
i
r
mepa
rl
àqu’
i
l
n’
yader
é
a
l
i
t
és
oc
i
a
l
equ’
àt
r
a
ve
r
sl
e
sr
e
pr
é
s
e
nt
a
t
i
onsquiy
circulent et que ces dernières « invitent à une construction
sociale » du monde. La pluralité des points de vue dont elles
sont porteuses introduit la complexité dans la description
sociale.
Castellotti et Moore (V. Castellotti, D. Moore, 2001 :167-168) y
voient pour leur part une remise en question à la fois du modèle
« natif monolingue » et de la conception de « l

appr
e
nt
i
s
s
age
pour un usage social » : ces deux déplacements sont
d’
i
mpor
t
a
nc
ee
ti
l
sc
a
r
a
c
t
é
r
i
s
e
nt c
e que Pe
r
r
e
ga
ux (
C.
Perregaux, 2004 :148) appelle le « pas
s
aged’
uni
magi
nai
r
eàun
autre » à travers un « changement de par
adi
gmeàl

é
c
ol
e».
C’
e
s
ta
i
ns
iqu’
onvavers une représentation du « plurilinguisme
del

é
c
ol
e
,parl

é
c
ol
ee
tàl

é
c
ol
e», destinée à remplacer la
vision du monolinguisme décrite par Moore et Castellotti.
43

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

C'est par rapport à la complexité des représentations
collectives et plurielles qu'une étude peut décrire les avantages
et les limites du français enseigné en Algérie, au lieu d'enfermer
hâtivement cette langue bien particulière à divers niveaux dans
l'appellation exclusive de « langue étrangère ». La tâche est
encore plus complexe quand il s'agit d'une langue autre que
maternelle et qu'elle se confond avec l'histoire de ceux
auxquels elle est exposée. C'est le cas du français en
Algérie, intégré dans les aires culturelles faisant ainsi un
usage courant de cette langue et qui ont produit l'image d'une
langue seconde, en ce sens qu'elle a été "léguée en héritage par
l'histoire (...)".
Enseignement du français en Algérie
Le français, arrivé en Algérie avec la colonisation en 1830, est
progressivement institué langue officielle de la colonie. Dans
l

e
ns
e
i
g
ne
me
nt
,l
ef
r
a

a
i
se
s
te
ns
e
i
g
né c
omme l
a
ng
ue
ma
t
e
r
ne
l
l
et
a
ndi
squel

a
r
a
bee
s
tr
e
nvoy
éa
us
t
a
t
utdel
a
ng
ue
é
t
r
a
ng
è
r
ea
u mê
me t
i
t
r
e que l

a
ng
l
a
i
s ou l

e
s
pa
g
nol
,pa
r
exemple.
Les Algériens, conscients de la situation qui devait les mener à
la perte de leur propre identité et qui leur imposait des valeurs
a
ut
r
e
squel
e
sl
e
ur
s
,voy
a
i
e
ntl
e
urc
ha
mpd’
a
f
f
i
r
ma
t
i
onr
é
t
r
é
c
i
r
,
voire disparaître. Ils avaient pourtant besoin de cette langue
pour travailler et pour les commodités quotidiennes et courantes.
C’
e
s
tc
equ’
e
xpr
i
meM.Ha
dda
dda
nsson ouvrage « Education
et changement socioculturel »:
« on sait que tout dans un courant idéologique
e
tpol
i
t
i
ques

e
s
tdé
v
e
l
oppédansdi
f
f
é
r
e
nt
s
groupes coloniaux surtout à partir 1870 dont
la thèse principale était que les populations
be
r

r
ophonev
e
nai
e
ntd’
uner
ac
ee
td’
une
culture différente de celle des populations
44

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

arabophones et plus proches de la culture
européenne » (M. Haddad, 1978) .
Cependant pour sauvegarder leur propre culture, les Algériens
nes
ec
ont
e
n
t
a
i
e
ntpa
ss
e
ul
e
me
ntd’
e
nvoy
e
rl
e
ur
se
nf
a
nt
sda
ns
les écoles françaises mais ils les inscrivaient également dans
les medersas et les écoles coraniques.
Aul
e
nde
ma
i
ndel

i
ndé
pe
nda
nc
e
,l

a
r
a
bee
s
tr
e
s
t
a
ur
éau rang de
l
a
ng
uena
t
i
ona
l
ema
i
sc
e
l
an’
apa
se
mpê
c
hél
epl
ur
i
l
i
ng
ui
s
me
,
une réalité incontournable dans notre société. A ce propos,
Dalila Morsly écrit,
« Il y a un paysage linguistique au pluriel en
Algérie dans la mesure où ces différentes
langues se trouvent dans de nombreuses
situations de communication, étroitement liées
les unes aux côtés des autres, langues
maternelles, langue officielle et présence de
la langue française introduite par la
colonisation française en Algérie et qui a
fini par s'intégrer d'une certaine manière
dans le paysage linguistique des Algériens
apr
è
sl

i
ndé
pe
ndanc
e de l

Al

r
i
e
.» (D.
Morsly, 1988 :46)
En réalité, le français défini officiellement comme langue
étrangère à statut privilégié, conserve une place importante dans
les médias, la production écrite (scientifique et littéraire) et dans
l
emondedel

économie et de la technologie.
Au début des années 70, l’
e
ns
e
i
g
ne
me
ntdel
al
a
ng
uef
r
a

a
i
s
e
commence à être relégué au second plan, cédant la place à
l

a
r
a
be
.Un pr
oc
e
s
s
us d’
a
r
a
bi
s
a
t
i
on e
s
te
ne
f
f
e
te
nc
l
e
nc

,
fais
a
nte
ns
or
t
equel

a
r
a
bede
vi
e
nnel
al
a
ng
ued’
e
ns
e
i
g
ne
me
nt
dans les institutions scolaires. Le français devient désormais
une langue à enseigner.
45

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

Toutefois définir le français en Algérie comme strictement une
langue scientifique, technique, fonctionnelle ou étrangère, et
cette définition sembl
es

i
mpos
e
rc
ha
que j
our da
va
nt
a
ge
,
conduit inévitablement à une simplification abusive. La réalité
est beaucoup plus complexe que ne le révèlent les évènements
conjoncturels et les considérations idéologiques. Nous nous en
r
e
ndr
onsc
ompt
ee
ne
xa
mi
na
ntl

i
mpa
c
tdi
da
c
t
i
que de c
e
t
t
e
l
a
ng
uee
nc
ont
e
xt
ed’
e
ns
e
i
g
ne
me
nt
- apprentissage.
Auj
our
d’
huia
ve
cl
ar
é
f
or
me
,l
ef
r
a

a
i
sr
e
ga
g
nedut
e
r
r
a
i
n.Le
s
nouvelles orientations impulsées par le président Bouteflika qui
suspend en 1999 la loi portant sur la généralisation de
l

a
r
a
bi
s
a
t
i
o
ne
tdé
c
l
a
r
e: « (
…)nousn’
av
onsauc
uner
ai
s
on
d’
av
oi
run
eat
t
i
t
udef
i

ev
i
s
-à-vis de la langue française qui
nous a tant appris et qui nous a, en tout cas, ouvert la fenêtre
de la culture française.. » (EL-Watan du 1er août 1999). La
pa
r
t
i
c
i
pa
t
i
ondel

Al
g
é
r
i
e
,dupr
é
s
i
de
ntl
ui
- même, aux derniers
sommets de la francophonie décrispent en quelque sorte et
recréent pour le français les conditions sociol
i
ngui
s
t
i
que
sd’
une
r
e
dy
na
mi
s
a
t
i
on,s
ur
t
outda
nsl
e
sc
ont
e
xt
e
sd’
a
ppr
e
nt
i
s
s
a
gee
tde
formation.
Commeonl
evoi
t
,l

hi
s
t
oi
r
edel
al
a
ng
uef
r
a

a
i
s
ee
nAl

r
i
e
est une histoire conflictuelle, de rivalité avec la langue arabe. A
t
r
a
ve
r
sl
ef
r
a

a
i
ss

e
xpr
i
ment des enjeux à la fois politiques et
c
ul
t
ur
e
l
squipa
r
t
a
ge
ntl
e
spa
r
t
i
s
a
nsd’
unepol
i
t
i
qued’
a
r
a
bi
s
a
t
i
on
àt
outpr
i
xe
ts
a
nse
xc
l
us
i
vee
tl
e
sp
a
r
t
i
s
a
nsd’
unef
or
mede
bilinguisme équilibré.
Cette situation a contribué à construire des représentations
sociales de la langue française elles aussi contradictoires : tantôt
dénoncée comme langue du colonisateur, celle-ci bénéficie en
même temps du prestige conféré à une langue perçue comme
l
a
ng
uedel
apr
omot
i
ons
oc
i
a
l
e
,c
ommel
a
ng
ued’
ouve
r
t
ur
es
ur
le monde occidental, sur la culture universelle.
C’
e
s
tune langue qui ne saurait échapper à son mode
d'insertion dans le système éducatif. Cette perspective
46

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

didactique confrontera notre étude à des représentations
plurielles du français en Algérie. Nous entendons par là «
l'ensemble des représentations qu'une collectivité attache à
une langue donnée. Il s'agit, en général, de représentations
fortement stéréotypées1 (..), fortement teintées de
subjectivité » (L. Dabène, 1994 : 41).
Le manuel scolaire en classe de langue
Qua
ndonpa
r
l
eduma
nue
l
,onal

i
mpr
e
s
s
i
onquec
e
l
ui
-ci a
toujours été utilisé en classe de langue étrangère, et même si, le
manuel a fait lui aussi son apparition pour répondre à une vision
structurée et structurante de la didactique, ce terme se propose

s
or
ma
i
sc
ommeunes
or
t
edemé
t
ony
mi
epourl

e
ns
e
mbl
ede
s
r
e
s
s
our
c
e
squel

e
ns
e
i
g
na
ntut
i
l
i
s
epours
apr
a
t
i
que
.
-«Qu’
e
s
t
-c
equ’
unma
nue
l? » - « un livre » telle est la réponse
qui permet par une première approche de comprendre les
mutations de ladé
f
i
ni
t
i
on del
ar
e
l
a
t
i
on del

e
ns
e
i
g
na
nta
u
manuel, mais aussi de comprendre les changements de
pe
r
c
e
pt
i
on e
tde r
e
l
a
t
i
on de l

a
ppr
e
na
ntà c
e
t
t
es
our
c
e de
c
onna
i
s
s
a
nc
e
sj
us
qu’
àc
ej
ouri
r
r
e
mp
l
a
ç
a
bl
e
.Ma
i
sunl
i
vr
ee
s
t
unc
ont
e
na
n
tc
ha
r
g
éd’
unc
e
r
t
a
i
nc
ont
e
nu,d’
oùl
ac
onf
us
i
on
fréquente entre manuel et méthode.
- Qui prend en main qui ?L’
é
l
è
vepr
e
nde
nma
i
nunobj
e
t-le
manuel- do
n
tl
adé
c
ouve
r
t
epr
e
mi
è
r
ep
ui
spr
og
r
e
s
s
i
ven’
e
s
tpa
s
ne
ut
r
e
.L’
a
c
t
ed’
ouve
r
t
ur
eduma
nue
le
s
tuna
c
t
ei
mpor
t
a
nt
,
chargé de cur
i
os
i
t
éi
nt
e
l
l
e
c
t
ue
l
l
e
.I
ls

a
g
i
td’
unedi
a
l
e
c
t
i
que
forte, imbriquée, puisque le manuel est lui-même un auxiliaire
di
da
c
t
i
quedel
apr
i
s
ee
nma
i
ndel
ac
l
a
s
s
epa
rl

e
ns
e
i
g
na
nt
1

Nous considérons que le stéréotype constitue une forme spécifique de verbalisation
d’
a
t
t
i
t
u
de
s
,c
a
r
a
c
t
é
r
i
s
é
e pa
rl

a
c
c
or
d de
sme
mbr
e
sd’
un mê
meg
r
oupea
ut
o
urde
certains traits, qui sont adoptés comme valides et discriminants pour décrire un Autre
(
l

é
t
r
a
ng
e
r
)da
nss
ad
i
f
f
é
r
e
nc
e
.Ce
c
i(
l
es
t
é
r
é
ot
y
pe
)don
nede
sg
r
i
l
l
e
sdel
e
c
t
ur
e
,po
ur
l
ac
ompa
r
a
i
s
one
tl

op
pos
i
t
i
o
na
u
xt
r
a
i
t
sa
t
t
r
i
bué
sàd’
a
ut
r
e
sg
r
ou
pe
s
.

47

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

Le manuel scolaire joue un rôle très important en ce qui
concerne les représentations sur la langue maternelle et la
c
ul
t
ur
e d’
or
i
g
i
ne d’
une pa
r
te
ts
url
al
a
ng
ue é
t
r
a
ngè
r

apprendre e
tl
ac
ul
t
ur
edel

Aut
r
e d’
a
ut
r
epa
r
t
,a
i
ns
iques
ur
leurs différences.
Un travail sur les manuels scolaire du français langue étrangère
en Algérie c
onc
e
r
na
ntl
e
sr
e
pr
é
s
e
nt
a
t
i
onsdel
al
a
ng
uee
tl

i
ma
g
e
del

Aut
r
e(
l

Et
r
a
ng
e
r
)mont
r
el
er
ôl
ee
s
s
e
nt
i
e
lde
si
ma
g
e
sque
se forgent les apprenants de cette langue, de ses locuteurs natifs
(les Français) et du pays dans lequel elle est en (la France).
Ces images sont fortement stéréotypées et peuvent influencer
l

a
ppr
e
nt
i
s
s
a
g
el
ui
-même. En effet le manuel scolaire permet à
ces images de prendre naissance et de se perpétuer chez les
apprenants.
Perrefort (M. Perrefort, 1997) et Muller (N. Muller, 1998)
décèlentunec
or
r
é
l
a
t
i
onf
or
t
ee
nt
r
el

i
ma
g
equ’
una
ppr
e
na
nt
s

e
s
tf
or
g
éd’
unpa
y
se
tl
e
sr
e
pr
é
s
e
n
t
a
t
i
onsqu’
i
lc
ons
t
r
ui

propos de son propre apprentissage de la langue de ce pays.
Cette image peut être soit positive, soit négative.
La revendication identitaire se présente par la dénomination des
éléments descriptifs, dénomination qui du coup prend une
i
mpor
t
a
nc
e dé
me
s
ur
é
e da
ns l

e
s
pr
i
t de
s pr
e
s
c
r
i
pt
e
ur
s du
manuel : tel manuel adapté à un pays ne sera pas adopté parce
qu’
i
lneno
mmepa
sc
e
r
t
a
i
nsobj
e
t
sàl
ama
nière de ce pays.
Cette conception très restrictive est fortement liée en Algérie à
un passé colonial et à une revendication identitaire.
Manuel scolaire et communication interculturelle
Lec
our
sdel
a
ng
uec
ons
t
i
t
ueunmome
ntpr
i
vi
l
é
g
i
éàl

a
ppr
e
na
nt
dedé
c
ouvr
i
rd’
a
ut
r
e
spe
r
c
e
pt
i
onse
tc
l
a
s
s
i
f
i
c
a
t
i
onsdel
ar
é
a
l
i
t
é
,
d’
a
ut
r
eva
l
e
ur
s
,d’
a
ut
r
e
smode
sdevi
e
… Appr
e
ndr
eunel
a
ng
ue
étrangère, cela signifie entrer en contact avec une nouvelle
c
ul
t
ur
e
.Ce
pe
nda
nt
,da
nsnoss
oc
i
é
t
é
sc
ompl
e
xe
soùl

i
de
nt
i
t
é
48

CAHIERS DE LANGUE ET DE LITTERATURE

des indi
vi
duss

e
nr
i
c
hi
te
npe
r
ma
ne
nc
ededonné
e
sr
e
l
a
t
i
ve

leur origine, leur génération, leur formation, leur statut social,
l
e
ur
sc
ont
a
c
t
sa
ve
c d’
a
ut
r
e
se
nvi
r
onne
me
nt
sc
ul
t
ur
e
l
s
,l
e
s
cultures
se
réapproprient
des
éléments
extérieurs,
s

i
nt
e
r


t
r
e
nte
ts
e recomposent constamment. Tout fait
culturel est par conséquent tributaire du contexte dans lequel il
é
me
r
g
ee
tnepe
utpl
us
,a
ve
cl
amê
mei
nt
e
ns
i
t
équ’
a
ut
r
e
f
oi
s
,
apparaître comme trait caractéristique propre à un groupe
d’
i
ndi
vi
dusdonné
.
Dès lors, plus qued’
e
ns
e
i
g
ne
rde
sc
on
t
e
nusc
ul
t
ur
e
l
s
,i
ls

a
g
i
tde
pr
opos
e
ràl

a
ppr
e
na
ntdedé
c
ouvr
i
rl
ac
ul
t
ur
ee
ns
i
t
ua
t
i
one
t
,
surtout, de lui permettre de se préparer à rencontrer et à
c
ommuni
que
ra
ve
cl

Aut
r
e(
Abda
l
l
a
h-Pretceille et Porcher,
1996). Le cours de languee
s
tdoncl

oc
c
a
s
i
onpourl

a
ppr
e
na
nt
de se construire une compétence interculturelle (AbdallahPretceille, 1996), compétence qui demande une implication
pe
r
s
onne
l
l
ee
tquidé
pa
s
s
el
ec
a
dr
es
t
r
i
c
td’
une
ns
e
i
g
ne
me
ntde
t
y
pef
onc
t
i
onne
l
.D’
oùla nécessité de définir une démarche
d’
e
ns
e
i
g
ne
me
nt/a
ppr
e
nt
i
s
s
a
g
edet
y
pea
c
t
i
fe
tc
ons
t
r
uc
t
i
f
,qui
a
i
dea
va
ntt
outl

a
ppr
e
na
ntàs
es
i
t
ue
rd
a
nss
onr
a
ppor
tàl

Aut
r
e
e
tàme
ne
ru
ner
é
f
l
e
xi
ons
url

i
nt
e
r
a
c
t
i
one
nt
r
el
e
sc
ul
t
ur
e
s
.
De
pui
sl

a

ne
me
ntdel

a
ppr
oc
hec
ommunicative, les méthodes
s
es
ontor
i
e
nt
é
e
sve
r
sl
ava
l
or
i
s
a
t
i
ond
el

a
ppr
e
na
nt
,a
i
ns
iquede
la culture étrangère et de la langue maternelle.
Nousc
r
oy
ons
,e
ne
f
f
e
t
,qu’
e
ns
e
i
g
ne
re
ta
ppr
e
ndr
eunel
a
ng
ue
é
t
r
a
ng
è
r
es
uppos
e
,e
nt
r
ea
ut
r
e
s
,d’
ê
t
r
e ouve
r
tpourf
a
ire la
c
onna
i
s
s
a
nc
edel

Aut
r
e; nous ne sommes pas seuls à penser
que la communication interculturelle joue un rôle dans le

ve
l
oppe
me
ntd’
unei
de
nt
i
t
é
,s
t
i
mul
el

a
ppr
e
na
ntàr
é
f
l
é
c
hi
rs
ur
s
apr
opr
el
a
ng
uee
ts
ac
ul
t
ur
e
,c
a
rc
e
t
t
ec
onna
i
s
s
a
nc
edel

Aut
r
e
nes
ef
a
i
tqu’
àpa
r
t
i
rdes
apr
opr
ec
onna
i
s
s
a
nc
e
.Ol
i
ve
i
r
a
.
M
s
oul
i
g
ne à l

oc
c
a
s
i
on du de
r
ni
e
r Cong
r
è
s br
é
s
i
l
i
e
n de
professeurs de français que :
49


Aperçu du document revue5.pdf - page 1/180
 
revue5.pdf - page 3/180
revue5.pdf - page 4/180
revue5.pdf - page 5/180
revue5.pdf - page 6/180
 




Télécharger le fichier (PDF)


revue5.pdf (PDF, 3.1 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


revue5
note de methodologieenquete2010 287042 page 2
histoire des methodologies de lenseignement des langues 1
dewey adultes bdp13
moyenne minimales
dopo lesabac   orientation