Plaquette Externalisation version courte 21042011 .pdf


Nom original: Plaquette Externalisation_version courte_21042011.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Adobe InDesign CS2 (4.0.5) / Adobe PDF Library 7.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 25/03/2014 à 14:46, depuis l'adresse IP 80.13.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 292 fois.
Taille du document: 184 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Campagne nationale de lutte contre l’enfermement des étranger-e-s

externalisation
des
frontières
L

es
pays
européens
construisent ensemble une
politique commune répressive
en
matière
d’immigration.
Ils délèguent - par le biais
de négociations et d’accords
bilatéraux - aux pays situés
à la frontière extérieure de
l’Europe la gestion des flux
migratoires et leur imposent
ainsi le rôle de « gendarmes
de l’Europe ».

L

e Maroc, la Turquie, la Mauritanie, la Libye, l’Algérie et bien d’autres
pays enferment les migrant-e-s arrivé-e-s sur leur territoire dans
l’espoir de rejoindre l’Europe. Les conditions de détention sont bien
souvent déplorables (peu d’accès aux soins, durée de détention très
longue voire illimitée, multiples violences). Un tel constat a pour
cause les négociations menées entre l’UE et les pays limitrophes pour
enrayer le flot des migrant-e-s qui se dirige vers le sol européen.

C

es négociations prennent la forme d’accords de réadmission
qui visent à obliger les pays d’origine à réadmettre leurs
ressortissant-e-s en situation irrégulière. Les pays occidentaux
assortissent ces accords de réadmission de contreparties financières
trompeusement appelés « aide au développement ». De son côté, la
France a conclu 56 accords bilatéraux dont une dizaine d’accords de
gestion concertée des flux migratoires (avec le Sénégal, le Gabon,
la République du Congo, le Bénin, la Tunisie, l’île Maurice, le Cap
vert, le Burkina Faso et le Cameroun). Certains pays –comme le Mali–
résistent en refusant de signer de tels accords malgré les pressions
françaises.

P

ire encore, la prétendue « aide au développement » vise à poursuivre
les seuls objectifs des pays riches. Ainsi, une bonne partie
des aides financières est allouée à la construction de centres de
rétention dans les pays voisins afin de mettre en oeuvre le phénomène
d’externalisation du contrôle des frontières.

C

e phénomène va de pair avec la création en 2005 de Frontex, l’agence
européenne pour le contrôle des frontières extérieures. Véritable
Une campagne initiée par les Commissions Séjour-Europe et Nord-Sud de la

Campagne nationale de lutte contre l’enfermement des étranger-e-s

bras armé de la politique anti-immigré-e-s, cette agence est dotée
d’un budget annuel de 88 millions d’euros. Ses navires de guerre
interviennent aux larges des côtes voisines de l’Europe dans le but
de stopper net les migrant-e-s qui se dirigent vers l’Europe. Bien
trop méconnue, cette agence en voie d’autonomisation sera encore moins
contrôlable dans les années à venir.

E

n définitive, les migrant-e-s sont obligés d’emprunter des parcours
très dangereux voire mortels afin de déjouer tous les obstacles
qui se dressent devant eux. En plus de 20 ans, près de 13 400
migrant-e-s ont péri, dont plus de 9 000 en Mer Méditerranée et dans
l’océan atlantique. Autre exemple, plus de 500 personnes sont mortes
noyées dans la mer Égée en tentant de rejoindre la côte grecque
depuis la Turquie. Les chiffres ne manquent pas pour illustrer la
catastrophe humaine engendrée par la politique européenne en matière
d’immigration.

C

e phénomène d’externalisation du contrôle des frontières est largement
répandu sur la planète : les États-Unis avec le Mexique, l’Australie
avec la Papouasie-Nouvelle-Guinée ou Israël avec l’Égypte essaient
également d’exporter leurs politiques d’immigration répressives dans
les pays voisins.

NOS REVENDICATIONS

- L’abrogation des accords de réadmission
- La fermeture de Frontex
- La redéfinition de la politique de
-

développement en fonction des intérêts des
pays du Sud
La fermeture de tous les CRA à travers le
monde
La liberté de circulation et d’installation
pour toutes et tous

Suivez la campagne
sur www.fasti.org

Retrouvez également sur le site de la FASTI
Des autocollants militants contre l’enfermement
des
personnes
étrangères,
des
argumentaires
sur
la
criminalisation
des
personnes
migrantes,
l’enfermement
des
mineur-e-s
sans
oublier
la
brochure
d’analyses
intitulée
« la question de l’enfermement des personnes
migrantes »...

Une campagne initiée par les Commissions Séjour-Europe et Nord-Sud de la FASTI


Plaquette Externalisation_version courte_21042011.pdf - page 1/2
Plaquette Externalisation_version courte_21042011.pdf - page 2/2

Télécharger le fichier (PDF)










Documents similaires


publication enfermement 2013
plaquette externalisation version courte 21042011
fiche action lycee immigration et refugies
journal n 22
15novembre tract 1
accords de schengen

Sur le même sujet..