l'agriculture familiale, une chance pour la planète.pdf


Aperçu du fichier PDF l-agriculture-familiale-une-chance-pour-la-planete.pdf - page 2/13

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13



Aperçu texte


I-

Définition de l’agriculture familiale

Les auteurs du rapport CIRAD 2013 définissent l’agriculture familiale comme étant : «
une des formes d’organisation de production agricole regroupant des exploitations
caractérisées par des liens organiques entre la famille et l’unité de production et par la
mobilisation du travail excluant le salariat permanent. Ces liens se matérialisent par
l’inclusion du capital productif dans le patrimoine familial et par la combinaison des logiques
domestiques et d’exploitation, marchandes et non marchandes dans le processus de
l’allocation du travail familial et de sa rémunération, ainsi que dans les choix de la répartition
des produits entre consommations finales ,consommations intermédiaires, investissements et
accumulation (les agricultures familiales dans le monde, définition, contributions et
politiques publiques, CIRAD 2013).
Il existe des caractères spécifiques à l’agriculture familiale. Nous avons ainsi la relation
liant l’exploitation à la famille. Cette relation influe sur la manière dont les décisions sont
prises concernant le choix des cultures, l’organisation de la main d’œuvre et sa répartition
pour les tâches, la gestion des terres et autres biens agricoles (Belières al.opcit). Au sein de
l’exploitation familiale, l’accès aux terres et aux biens agricoles s’acquièrent généralement
par l’héritage ou par des arrangements.
L’autre caractéristique majeure définissant les agricultures familiales est le recours au
travail familial. Ce critère se définit généralement par l’exclusion du salariat. Le travail
familial repose sur une main d’œuvre à la fois des hommes et des femmes. Bien que souvent
non rémunérée, cette main d’œuvre possède l’assurance d’une contrepartie sous forme de
droits et des avantages à long terme. Ceci constitue un atout majeur et un avantage compétitif
par rapport à l’agriculture industrielle, car c’est durant les moments difficiles (sécheresse,
inondation, autres aléas climatiques) que la main d’œuvre reste plus engagée malgré un faible
niveau de rémunération

de son effort. Ces travailleurs ont un degré de motivation

généralement plus élevé que celui d’un salarié agricole (Djulfeldt, 2005).
En outre, les exploitations familiales se caractérisent aussi par leur taille. Elles sont
généralement d’une superficie réduite. Dans une publication, l’Organisation des Nations unies
pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO) annonce que 73% des exploitations recensées
utilisent moins d’un hectare (319 millions d’exploitations), la plupart d’entre elles étant
situées en Asie et en Afrique. La grande masse des actifs agricoles mondiaux travaillent dans
ces types d’exploitations. Arrivent ensuite les exploitations à moins de 2 hectares 12,1% et
2