déclaration sur confrontation (version fina le) .pdf



Nom original: déclaration sur confrontation (version fina le).pdfTitre: Microsoft Word - déclaration sur confrontation (version fina le).docxAuteur: Administrator

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.8.4 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 10/04/2014 à 00:44, depuis l'adresse IP 41.82.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 459 fois.
Taille du document: 55 Ko (5 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Je   constate   à   nouveau   que   la   commission   d’instruction   de   la   CREI  
persiste   dans   la   violation   de   mes   droits   de   la   défense   et   plus  
particulièrement   de   l’article   105   du   Code   de   Procédure   Pénale   qui  
dispose   que   le   dossier   complet   doit   être   mis   à   la   disposition   de   mes  
avocats   au   plus   tard   24   heures   avant   mon   audition.   Or   les   cinq   (05)  
Procès-­‐verbaux   de   confrontation   entre   d’une   part,   Monsieur   Alioune  
Samba   Diassé  et   Madame   Fatou   Babou,   et   d’autre   part,   entre   Monsieur  
Pape  Mamadou  Pouye  et  Monsieur  Bara  Tall,  Monsieur  Pape  Mamadou  
Pouye   et   Monsieur   Cheikh   Tidiane   Ndiaye,   Monsieur   Pape   Mamadou  
Pouye  et  Monsieur  Eli  Manel  Diop,  Monsieur  Pape  Mamadou  Pouye  et  
Madame   Patricia   Lake   Diop,   ne   sont   pas   rendus   disponibles   dans   le  
délai  de  24  heures  avant  cette  présente  audition  pour  mes  avocats.  
 
Au  delà  de  cette  violation  manifeste  et  répétée  du  Code  de  Procédure  
Pénale,   je   ne   peux   collaborer   à   la   violation   de   mes   droits   et   de   mes  
droits   de   l’homme   consacrés   par   la   loi,   les   traités/conventions  
internationales   ratifiés   par   le   Sénégal,   et   d’une   décision   de   justice  
internationale,  notamment  la  Cour  de  Justice  de  la  CEDEAO.  Vous  êtes  
radicalement  incompétents  car  vous  n’êtes  pas  mes  juges.  Je  relève  de  
la   Haute   Cour   de   Justice   qui   est   seule   compétente   pour   m’entendre  
ainsi  que  les  présumés  complices  et  témoins.  
 
Par   ailleurs,   vous   avez   vous-­‐même   saisi   la   coopération   judiciaire  
internationale,   et   l’Etat   du   Sénégal   a   porté   plainte   contre   moi   en  
France.  
 
-­‐ la  justice  française  m’a  totalement  blanchi  ;  
-­‐ la  justice  monégasque  m’a  totalement  blanchi  ;  
-­‐ la  justice  du  Luxembourg  m’a  totalement  blanchi.  
 
La  justice  de  ces  trois  (03)  pays  vous  a  transmis  toutes  les  preuves  de  
mon  innocence  et    elles  sont  entre  vos  mains.    Elles  ont  confirmé  mes  
réponses   à   la   mise   en   demeure   du   Procureur   Spécial   dans   un  
document   de   3.   000   pages   que   je   lui   avais   transmis   avant   mon  
arrestation,  il  y  a  un  (01)  an  le  15  mars  2013.  
 
L’expert  que  vous  avez  désigné  vous-­‐même  pour  examiner  les  comptes  
de  Monaco  confirme  :    

 

1  

-­‐ que  les  comptes  appartiennent  à  d’autres  personnes  que  moi  et  
que   je   n’ai   qu’un   seul   compte   parmi   les   trente   (30)   comptes  
expertisés  ;  
 
-­‐ que   le   chiffre   de   99   milliards   de   Francs   CFA   que   vous   brandissez  
et   m’attribuez   est   l’addition   de   versements   faits   dans   ces  
comptes  pendant  dix  (10)  ans  de  2002  à  2013.  Cette  addition  de  
sommes   versées   depuis   des   années   et   dépensées   dans   des  
comptes   différents   n’a   aucun   sens   (certaines   sommes   étant  
comptabilisées   plusieurs   fois),   les   sommes   versées   n’étant   plus  
dans  le  patrimoine  des  titulaires  des  comptes.  Et  ne  pouvant  pas  
a  fortiori  être  dans  mon  patrimoine  ;  
 
-­‐ que   pendant   toute   cette   période   il   n’y   a   jamais   eu   de   flux  
financiers   entre   mon   compte   et   les   autres,   ce   qui   signifie  
qu’aucun  transfert  n’a  été  noté  d’un  seul  de  ces  comptes  vers  le  
mien  et  inversement  ;  
 
-­‐ comment  peut-­‐on  concevoir  que  les  propriétaires  de  sociétés  qui  
reçoivent   de   l’argent   qu’ils   versent   dans   leurs   comptes   pendant  
dix  (10)  ans  ne  me  transfèrent  rien  ?    D’ailleurs  la  question  est  de  
savoir   si   on   s’intéresse   à   mon   patrimoine   actuel   ou   passé,   un  
patrimoine  étant  d’ailleurs  appelé  à  changer  avec  le  temps  ;  
 
-­‐ comment   peut-­‐on   être   propriétaire   de   sociétés   qui   valent   800  
milliards  sans  avoir  jamais  reçu  un  (01)  franc  pendant  toutes  ces  
années  ?  
 
Les  poursuites  contre  moi  sont  politiques  et  fantaisistes.  Par  exemple,  
pour   me   poursuivre   l’Etat   n’avait   dans   son   dossier   que   l’adresse   du  
site   internet     (http://www.capital.fr/enquetes/revelations/les-­‐
fabuleux-­‐pied-­‐a-­‐terre-­‐des-­‐dictateurs-­‐étrangers-­‐587551)   et   le   livre   du  
Ministre   de   la   Bonne   Gouvernance,   Monsieur   Abdou   Latif   Coublibaly  
«Contes  et  mécomptes  de  l’Anoci»,  Editions  l’Harmattan.  
 
S’agissant  des  prétendus  témoins  «à  charge»,  je  vous  fais  remarquer  au  
préalable   que   la   législation   au   Sénégal   prévoit   que   la   propriété   des  
actions   ou   d’une   société   se   prouve   par   écrit,   de   sorte   que   les   actes  
passés   devant   le   notaire   constituent   la   seule   preuve   de   la   propriété.  
 

2  

Les   prétendus   témoignages   n’ont   aucune   valeur   probante   et   sont   en  
violation  de  la  loi.  
 
Le   Parquet   Spécial   a   constamment   procédé   par   manœuvres,  
manipulations,   chantages   et   menaces   afin   d’obtenir   à   la   suite   de  
pressions  des  témoignages  de  personnes  dont  le  caractère  ridicule  des  
déclarations  contraste  avec  la  gravité  des  accusations.  
 
-­‐ le  14  décembre  2009,  Antoine  Félix  Diome  a  commencé  un  audit  
de   l’Etude   de   Me   Patricia   Lake   Diop   et   a   utilisé   certaines  
conclusions  de  son  rapport  finalisé  le  26  février  2010  qui  pouvait  
aboutir   à   déclencher   des   sanctions   contre   la   notaire,   pour  
amener   cette   dernière   à   me   charger   au   niveau   de   la   CREI.   Je  
dénonce   le   fait   que   le   Substitut   du   Procureur   Spécial,   Antoine  
Félix  Diome,  ait  rencontré  officieusement  à  plusieurs  reprises  Me  
Patricia  Lake  Diop  en  dehors  de  toute  procédure  légale  ;  
 
-­‐ Monsieur   Eli   Manel   Diop   qui   était   au   chômage   et   qui  
soudainement   en   échange   de   son   témoignage   contre   ma  
personne,  trouve  un  emploi  au  Méridien  Président  en  décembre  
2012  suite  à  l’intervention  des  autorités  politiques  ;  
 
-­‐ Me   Amadou   Diop   qui  prétend  que  je  l’ai  embauché   mais   qui   est  
toujours  incapable  de  produire  un  quelconque  contrat  de  travail  
ou   bulletin   de   salaire.   Il   s’est   vu   confier   l’administration  
provisoire  de  la  société  AN  MEDIA  avec  d’ailleurs  Cheikh  Tidiane  
Ndiaye  qui  est  déjà  actionnaire  ;  
   
-­‐ Quant   à   Monsieur   Bara   Tall,   il   est   apparu   miraculeusement   à   la  
fin   de   la   procédure   d’instruction   comme   le   Joker   de   la   CREI   alors  
qu’il   n’a   jamais   été   entendu,   même   à   l’enquête   préliminaire.  
Personne   n’ignore   la   haine   et   l’esprit   revanchard   qu’il   a   contre  
ma  famille.  Il  m’en  voudra  toute  sa  vie  d’avoir  refusé  en  tant  que  
Ministre   des   Infrastructures   de   lui   signer   un   marché   de   gré   à   gré  
de  40  milliards  de  Francs  CFA  qu’il  convoitait  en  2010.  
 
Je   suis   scandalisé   de   constater   qu’il   y   a   dans   le   dossier   un  
appartement   situé   à   Paris   dont   on   m’attribue   faussement   la  
propriété.  C’est  un  montage  de  Bara  Tall,  confirmé  à  l’époque  par  
 

3  

les   autorités   françaises   qui   l’avaient   cité   d’avoir   mis   en   place   une  
officine   pour   monter   des   dossiers   contre   moi   dans   les   années  
2011/2013.  
 
Je  dénonce  les  agissements  inacceptables  en  République,  du  Procureur  
Spécial,   de   son   Substitut   et   de   la   Section   de   Recherches   de   la  
Gendarmerie  au  moment  de  l’enquête  préliminaire,  à  savoir  :  
 
-­‐ les  menaces  sur  les  témoins  ;  
 

-­‐ les   chantages   sur   les   témoins  pour   leur   dire  :   «accuser   Karim  
Wade,   charger   Karim   Wade   et   on   vous   laisse   en   paix,   sinon   on  
vous   enverra   en   prison   (y   compris   des   personnes   que   je   ne  
connaissais  pas)»  ;  
 

-­‐ les   gardes   à   vue   intempestives   de   témoins   dans   le   but   de   les  
fragiliser  ;  
 

-­‐ les   menaces   sur   les   employés   à   mon   service   au   cours   de  
l’enquête   préliminaire   dont   le   seul   tort   est   de   m’être   restés  
fidèles  ;  
 

-­‐ l’emprisonnement   et   la   détention   arbitraire   de   personnes   ayant  
résisté  à  leurs  intimidations  et  ayant  refusé  de  m’accuser  ;  
 
-­‐ les   relations   entre   la   dame   Coumba   Diagne   et   le   Substitut   du  
Procureur   Spécial   Félix   Antoine   Diome   qui   échangeaient  
régulièrement  par  mails,  déjeunaient  dans  des  restaurants  hôtels  
de   la   place,   l’accueil   et   la   conduite   par   le   garde   du   corps   et   le  
chauffeur  du  Substitut  du  Procureur  Spécial  de  la  dame  Coumba  
Diagne,     lorsque   cette   dernière   revenait   de   ces   voyages   ne   sont  
pas  des  pratiques  convenables  dans  la  justice  d’un  pays  ;  

 
-­‐ la  violation  du  secret  de  l’instruction  à  travers  la  presse  dans  le  
but   de   manipuler   l’opinion   publique   et   de   distiller   des   contre-­‐
vérités   porte   gravement   atteinte   à   mes   droits   et   n’est   pas   de  
nature  à  me  garantir  un  procès  juste  et  équitable.  
 
Je   doute   que   toutes   ces   informations   aient   pu   être   portées   à   la  
connaissance  du  Président  Macky  Sall,  qui  probablement  ;comme  une  

 

4  

certaine   opinion,   a   été   victime   d’une   grande   manipulation   et   d’une  
campagne  d’intoxication.  
 
Je   vous   invite   pendant   qu’il   est   encore   temps,   à   prendre   vos  
responsabilités   par   rapport   à   l’histoire   de   notre   pays,   à   rester   au  
service  de  la  République  et  non  au  service  des  hommes  qui  la  dirigent  
temporairement.  
 
Je  ne  réponds  donc  à  aucune  de  vos  questions.  
 
 
 
 

 

5  


déclaration sur confrontation (version fina  le).pdf - page 1/5


déclaration sur confrontation (version fina  le).pdf - page 2/5


déclaration sur confrontation (version fina  le).pdf - page 3/5

déclaration sur confrontation (version fina  le).pdf - page 4/5

déclaration sur confrontation (version fina  le).pdf - page 5/5


Télécharger le fichier (PDF)


déclaration sur confrontation (version fina le).pdf (PDF, 55 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


declaration sur confrontation version fina le
plaidoirie pour la defense du president habre me diawara
daily bugle special
dossier djemila pdf
20170906 anonyme plainte divers
qpc1

Sur le même sujet..