Tigre et Euphrate enjeux politiques et stratégiques. .pdf


Nom original: Tigre et Euphrate - enjeux politiques et stratégiques..pdfTitre: Microsoft Word - Tigre et Euphrate - enjeux politiques et stratégiques..docxAuteur: Valentin Meurice

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 10/04/2014 à 15:45, depuis l'adresse IP 138.195.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 769 fois.
Taille du document: 86 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Tigre   et   Euphrate  :   enjeux   politiques   et  
stratégiques  
 
 

Le   Tigre   et   l’Euphrate,   deux   fleuves   situés   au   Proche-­‐Orient  
divisent  depuis  longtemps  la  Turquie,  la  Syrie  et  l’Irak.  En  1916,  lors  
des   accords   Sykes-­‐Picot,   la   question   du   partage   des   eaux   était   déjà  
posée.   Le   contrôle   de   ces   eaux   est   vital   pour   ces   trois   pays.   Par  
exemple  en  2009,  le  niveau  de  l’Euphrate  avait  baissé  de  plus  de  50%  
et   la   population   du   sud   de   l’Irak   était   privée   d’électricité.   La   situation  
actuelle   géographique   et   politique   est   en   train   de   changer   avec  
l’apparition   de   différents   projets   sur   ces   fleuves.   Il   est   donc  
important  de  connaître  la  situation  actuelle  géopolitique,  les  projets  
en   cours   et   leurs   conséquences   environnementales   et   économiques  
possibles.  

 
La  situation  actuelle  géographique  et  politique  
 
 
Le  bassin  versant  du  Tigre  et  de  l’Euphrate  rassemble  près  de  

40   millions   de   personnes.   Ils   prennent   leur   source   dans   les  
montagnes   turques,   traversent   la   Syrie   et   l’Irak   et   se   jettent   dans   le  
Golfe  Persique.  L’Euphrate  fait  3000  km  dont  41%  en  Turquie,  24%  
en   Syrie   et   35%   en   Irak.   Le   Tigre   est   moins   long,   il   fait   1862   km   dont  
la  majorité  coule  en  Irak.  
L’exploitation  du  Tigre  et  de  l’Euphrate  n’est  pas  équitable.  La  
Turquie  qui  est  le  pays  amont  exploite  88,7%  du  débit  de  l’Euphrate  
(contre  11,3%  pour  la  Syrie  et  0%  pour  l’Irak)  et  51,9%  de  celui  du  
Tigre   (contre   0%   pour   la   Syrie   et   48,1%   pour   l’Irak).   Ces   disparités  
sont   sources   de   tensions   politiques   importantes   entre   la   Turquie,   la  
Syrie  et  l’Irak.  
Pour   l’instant,   le   dialogue   entre   ces   trois   pays   permet   d’éviter  
un   conflit   important.   En   effet,   un   traité   bilatéral   entre   la   Turquie   et  
l’Irak   assure   depuis   1946   le   partage   des   eaux.   Une   commission  
technique   conjointe   Irak-­‐Turquie   a   été   créée   en   1980.   De   plus,  
l’accord   Turquie-­‐Syrie   de   1987   garantit   un   débit   minimum   de  
l’Euphrate   de   500   m3/s   à   la   frontière   dont   58%   est   laissé   à   l’Irak.  
L’accord  Syrie-­‐Irak  de  1999  définit  la  répartition  des  eaux  du  Tigre  et  
de  l’Euphrate.  
Des   facteurs   climatiques   ont   récemment   remis   en   cause   la  
question   de   l’eau   dans   cette   région   car   entre   2007   et   2009,   les  
précipitations   n’ont   atteint   que   30%   à   40%   de   leur   niveau   normal   en  

Irak,   en   Syrie   et   au   sud-­‐est   de   la   Turquie.   Plus   fondamentalement,  
c’est   le   projet   turc   GAP   (Güneydogu   Anadolu   Projesi)   prévoyant   un  
système   de   barrages   destinés   à   capter   les   eaux   du   Tigre   et   de  
l’Euphrate  qui  pose  actuellement  problème.  

 
Un   projet   immense  :   le   GAP   (Güneydogu   Anadolu  
Projesi)  
 
 

Ce   projet   colossal   consiste   à   exploiter   les   ressources  
hydroélectriques   de   l’Euphrate   et   du   Tigre   en   Anatolie   du   Sud-­‐Est  
(Turquie).   L’Euphrate   constitue   à   lui   seul   environ   45%   du   potentiel  
hydroélectrique   de   la   Turquie.   Le   Programme   Régional   de  
Développement  de  l’Anatolie  du  Sud-­‐Est  vise  à  développer  une  vaste  
zone  de  75  000  km²  peuplée  de  6  millions  d’habitants.  Pour  avoir  un  
ordre   de   grandeur,   le   barrage   de   Keban,   construit   en   1974,   fournit  
exclusivement   de   l’électricité   (1,2TWh/an).   Le   projet   GAP,   en   aval   de  
Keban,   se   décompose   en   treize   sous-­‐projets  :   sept   sur   l’Euphrate   et  
six   dans   le   bassin   du   Tigre.   Dix-­‐neuf   centrales   hydro-­‐électriques  
fourniront  7,5  GW.  Entré  en  service  en  1992,  Atatürk  est  un  barrage  
du  projet  GAP.  Il  est  le  barrage  le  plus  long  du  monde  et  produit  8,1  
TWh/an.   Depuis   1992,   d’autres   barrages   ont   été   achevés,   comme  
Karakaya  (7,3  KWh/an),  Birecik  sur  l’Euphrate  et  Ilisu  sur  le  Tigre  
L’eau  doit  aussi  servir  à  l’irrigation  d’une  immense  superficie  :  
sur   3  000  000   d’hectares,   1  700  000   d’hectares   seront   irrigués,   soit  
une  consommation  annuelle  de  22  milliards  de  m3.  Une  fois  le  projet  
GAP   terminé,   22   barrages   seront   capables   de   stocker   101   milliards  
de   m3   sur   l’Euphrate   et   9   milliards   sur   le   Tigre.   On   estime   qu’entre  
17%  et  34%  du  débit  des  deux  fleuves  sera   absorbé   par   la   Turquie.  
De   plus,   les   eaux   usées   du   GAP   vont   se   déverser   dans   la   zone   où   le  
Khabour  prend  sa  source,  l’affluent  syrien  de  l’Euphrate.  
Le   projet   inclut   le   transfert   de   populations   de   plusieurs  
centaines   de   villages   et   de   la   ville   de   Samsat.   Le   coût   total   du   GAP   est  
estimé  à  32  milliards  de  dollars,  soit  1/5  du  PIB  annuel  de  la  Turquie.  
Pour   rentabiliser   cet   investissement,   les   autorités   projettent   une  
industrialisation  de  l’agriculture  et  de  l’élevage.  En  outre,  l’irrigation  
augmentera   le   rendement   de   l’agriculture   et   permettra   d’introduire  
de  nouveaux  produits  :  soja,  maïs,  arachide,  riz.  
Ainsi,   tous   ces   aménagements   perturberont   le   partage   traditionnel  
des  eaux  entre  les  trois  pays.  

 
 

Vers  une  gestion  commune  durable  ?  
 
Depuis  de  nombreuses  années,  l’eau  a  grandement  contribué  à  
la   détérioration   des   relations   interétatiques   au   Proche-­‐Orient   et   n'a  
cessé  d'alimenter  les  tensions  déjà  existantes.    
Ainsi,   en   1975,   la   construction   du   barrage   de   Taqba   en   Syrie  
entraîne   une   dégradation   des   relations   avec   l'Irak.   Les   Syriens  
n’acceptèrent   de   laisser   s'écouler   une   quantité   d'eau   raisonnable  
qu’après   les   interventions   successives   de   l’Arabie   Saoudite   et   de  
l’URSS.  Cependant,  la  Syrie  fut  pointée  du  doigt  plusieurs  fois  par  les  
Irakiens,   les   accusant   de   retenir   plus   d'eau   que   prévu,   notamment  
lors  des  sécheresses  des  années  1980.    
En   Irak,   la   construction   du   Grand   Canal   en   aval   du   Tigre  
ordonnée   par   Saddam   Hussein   avait   officiellement   pour   objectif  
d'éviter   le   rejet   des   eaux   polluées   de   Bagdad   dans   le   fleuve.   Il  
permettait   en   réalité   l'assèchement   des   marais   de   la   zone   peuplée  
par  les  chiites,  opposés  au  régime.  
En  outre,  le  projet  GAP,  décidé  sans  préavis  par  la  Turquie,  alimente  
les   tensions   entre   les   populations   kurde   et   turque.   Ainsi,   depuis  
1990,   Damas   soutient   la   guérilla   kurde   en   Turquie   pour   manifester  
son   mécontentement   et   forcer   les   Turcs   à   abandonner   ou   réduire  
grandement   leur   projet.   Mais   au-­‐delà   de   l'ambition   d'une   meilleure  
gestion   des   eaux   de   ses   fleuves,   la   Turquie   va   faire   disparaître   de  
nombreux   villages   kurdes,   forçant   les   habitants   à   se   réunir   dans   de  
plus  grandes  villes  ce  qui  permettra  aux  autorités  de  mieux  contrôler  
cette  région.  Le  projet  GAP  est  également  une  opération  de  séduction  
auprès   de   cette   population   de   20   millions   de   personnes,   dont   la  
réalisation  augmentera  considérablement  le  niveau  de  vie.      
 
 Le   statut   juridique   des   fleuves   est   également   source  
d'important   différends   entre   ces   trois   Etats,   qui   ont   chacun   leur  
opinion   à   propos   des   bassins   versants   en   question.   Concrètement,  
l'Irak   considère   que   les   deux   bassins   versants   sont   indépendants,   à  
l'inverse   des   Turcs   et   des   Syriens.   Ainsi,   l'Irak   souhaiterait   que   les  
eaux   de   chacun   des   deux   fleuves   soient   réparties   équitablement.  
Cependant,   la   difficulté   à   exploiter   les   eaux   en   amont   du   Tigre   rend  
ce   partage   contestable.   De   plus,   la   Turquie   ne   souhaite   pas  
reconnaître   ces   fleuves   comme   «  internationaux  »,   à   l'inverse   de   la  
Syrie  et  de  l'Irak.  Ainsi,  le  droit  international  sur  le  partage  des  eaux  
ne   s'applique   pas   et   le   pays   en   amont   (Turquie)   peut   exploiter   à   sa  
guise   les   deux   fleuves,   sans   toutefois   remettre   en   cause   l'accord   de  
1987.  

Un   obstacle   à   une   gestion   durable     est   le   développement  
économique   et   international   de   la   Turquie.   En   effet,   si   dans   les  
années   1980,   les   Turcs   voyaient   leur   développement   économique  
dépendant   des   relations   avec   le   Moyen-­‐Orient,   les   choses   ont   changé.  
La   Turquie   est   sur   le   point   de   s'affirmer   comme   une   puissance  
importante   de   cette   région   du   monde,   et   les   partenariats   avec   le  
Moyen-­‐Orient  laissent  place  à  un  rapprochement  avec  l'Europe.  Ainsi,  
la   Turquie   qui   dans   un   premier   temps   prévoyait   de   jouer   le   rôle   de  
distributeur   d'eau   souhaite   maintenant   garder   cette   ressource  
indispensable  à  sa  croissance.  
Une   gestion   concertée   n'est   donc   pas   envisagée   à   court   terme  
dans   cette   région.   Toutefois,   en   s'appuyant   sur   l'exemple   de   fleuves  
européens  tels  que  le  Rhin,  on  remarque  qu'au-­‐delà  de  ces  tensions,  
des   solutions   politiques   et   technologiques   pourraient   être   mise   en  
place  pour  assurer  la  pérennité  des  eaux  du  Tigre  et  de  l'Euphrate.  De  
la   volonté   des   gouvernements   futurs   dépendra   l'avenir   du   partage  
des  eaux  de  cette  région.  
 
Sources  :  
 
http://www.lefigaro.fr/international/2009/03/16/01003-­‐
20090316ARTFIG00358-­‐le-­‐tigre-­‐et-­‐l-­‐euphrate-­‐divisent-­‐la-­‐turquie-­‐la-­‐syrie-­‐et-­‐l-­‐
irak-­‐.php  
 
http://www.theguardian.com/world/2009/aug/26/water-­‐shortage-­‐threat-­‐iraq  
 
http://www.sciencespo-­‐
toulouse.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?ID_FICHIER=38
41  
 
http://www.transboundarywaters.orst.edu/database/  
 
http://webworld.unesco.org/water/wwap/news/irak.shtml  
 
http://www.ena.fr  
 
http://www.crisedeleau.info/eau-cause-pretexte-conflits-tigre-euphrate/
http://www.vertigo.revues.org/3869  


Tigre et Euphrate - enjeux politiques et stratégiques..pdf - page 1/4


Tigre et Euphrate - enjeux politiques et stratégiques..pdf - page 2/4


Tigre et Euphrate - enjeux politiques et stratégiques..pdf - page 3/4

Tigre et Euphrate - enjeux politiques et stratégiques..pdf - page 4/4


Télécharger le fichier (PDF)


Tigre et Euphrate - enjeux politiques et stratégiques..pdf (PDF, 86 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


tigre et euphrate enjeux politiques et strategiques
19022013 art 001
03 dumont
03 l eau est indispensable
article c010
good morning earth

Sur le même sujet..