Article Développement Durable Problématique de l'eau .pdf



Nom original: Article Développement Durable - Problématique de l'eau.pdfTitre: Microsoft Word - DD article.docxAuteur: Hunaut

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.8.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/04/2014 à 11:57, depuis l'adresse IP 138.195.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 499 fois.
Taille du document: 1.3 Mo (5 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


D É V E L O P P E M E N T

D U R A B L E

CONSOMMATION D’EAU DOMESTIQUE
ET INDUSTRIELLE: QUELS SONT LES
EFFORTS À FOURNIR?

La   rareté   de   l’eau  
potable   dans   certaines  
régions  
contraste  
fortement   avec   l’utilisation  
disproportionnée   de   celle-­‐
ci  
dans  
les  
pays  
occidentaux.   Très   peu  
médiatisé,   le   problème   d’accès   à   une   eau   de   qualité   est   accru  
par   la   pollution   grandissante   des   nappes   phréatiques   et   des  
eaux   de   surface.   Nous   ne   parlerons   pas   dans   cet   article   des  
4000   personnes   qui   meurent   chaque   jour   de   maladies  
associées   au   mauvais   assainissement   de   l’eau,   ni   des   3,2  
millions  de  personnes  qui  meurent  par  manque  d’accès  à  l’eau  
potable   chaque   année.   Nous   ne   détaillerons   pas   les   situations  
hygiéniques   insoutenables,   comme   le   Nil   pollué   par   les  
activités   industrielles.   Il   s’agit   ici   de   s’intéresser   à   l’utilisation  
de  l’eau  dans  les  pays  où  l’eau  courante  est  considérée  comme  
un  dû  et  aux  solutions  pour  consommer  moins.  
Nous   ferons   tout   d’abord   un   bref   état   des   lieux   en  
France  de  la   consommation   d’eau  puis   nous  étudierons  toutes  
les   solutions   envisageables   pour   la   réduire.   Nous   verrons  
ensuite   les   efforts   industriels   à   fournir   afin   de   diminuer   la  
consommation  d’eau  dans  le  domaine  précis  de  l’énergie.  
Il   ne   s’agira   pas   de   prôner   un   retour   à   la   nature.   Il  
s’agira,   au   contraire,   de   détailler   les   solutions   techniques   et  
sociales   qui   permettraient   un   changement   dans   notre  
consommation,   sans   modifier   notre   confort,   ou   toutefois   sans  
le  supprimer.  

DÉVELOPPEMENT DURABLE

AVRIL 2014

Une consommation
domestique excessive
Un   Français   consomme   en   moyenne   151   litres  
d’eau   par   jour.   En   comptant   l’ensemble  des   utilisations  
collectives   (écoles,   hôpitaux,   lavage   des   rues…),   nous  
pouvons   considérer   que   cette   consommation   s’élève   à  
200   litres.   La   douche   à   elle-­‐seule   prend   40%   de   cette  
consommation  et  20%  sont  dédiés  aux  sanitaires.  
Les   solutions   à   la   surconsommation  d’eau  sont  à  chercher  sur  deux   niveaux,   un   technique,   et  
l’autre  social.  Les  innovations  techniques  ne  manquent  pas.  Quatre  mécanismes  simples  permettraient  
de   réduire   considérablement   notre   consommation  :   les   mitigeurs,   un   écran   de   consommation,   le  
circuit  fermé  et  le  ballon  d’appoint.  
 
• Les   traditionnels  mitigeurs  et  brise-­‐jets  qui   contrôlent   le  débit  de   la  douche   permettent  de   diviser  
la   consommation   de   la   douche   par   deux.   Aujourd’hui   en   France,   d’après   un   sondage   fait   par  
L’INSEE  en  février  2013,  seulement  56%  des  douches  sont  équipées  de  ces  instruments.    
   
 
 
 
     
 
• Il  s’agit  ensuite  de  sensibiliser  le  consommateur.  Un  écran  indiquant  le  volume  d’eau  utilisé  –  écran  
de   consommation   -­‐   pendant   la   douche   permettrait   de   réduire   le   temps   de   douche.   L’impact  
psychologique   de   la   consommation   instantanée   pourrait   se   révéler   pertinent   sur   les   réflexes   de  
consommation.        
 
Consommation d'eau en France
• De   nouveaux   systèmes   ont   été  
inventés  en  circuit  fermé  :  alors  
que   pendant   les   3   premières  
Divers
minutes   de   la   douche,   l’eau   est  
5%
Toilettes
6%
considérée   comme   «  noire  »  
7%
6%
puisqu’elle   nous   lave   vraiment,  
Alimentation
2%
l’eau   utilisée   après   est   souvent  
31%
Lave-linge
presque   propre.   Ainsi   elle   est  
11%
Bains et douches
filtrée   directement   afin   de  
repasser   par   la   douche  :   cela  
Lavage de voiture
30%
permet   une   réduction   de   l’eau  
Arrosage
de   la   douche   de   70%   pour   une  
2%
douche  de  16  minutes.  
Vaisselle
   
 
 
 
 
Soins corporels
• Enfin   combien   de   litres   d’eau  
avons-­‐nous   perdu   en   attendant  
que   l’eau   chaude   arrive   sous   la  
douche  ?   Souvent   30   secondes   sont   requises,   soit   déjà   des   dizaines   de   litres.   C’est   pourquoi,   un  
petit  ballon  d’appoint  proche  de  la  douche,  permettrait  une  eau  chaude  presque  instantanément  :  
ce  mécanisme  est  en  vente  en  France  mais  les  consommateurs  n’en  voient  pas  l’utilité  car  le  prix  de  
l’eau  est  dérisoire  :  3,4€  par  m3  d’eau.    
Tous  ces  mécanismes  peuvent  bien  sur  être  contraignants,  surtout  pour  les  circuits  fermés  ou  
les   doubles   circuits   d’eau,   et   surtout   chers   en   installation.   Cependant   les   économies   faites   sur   la  
facture   d’eau   ne   sont   pas   négligeables,   ce   qui   rend   ces   systèmes   viables   après   quelques   années  
d’utilisation.    
2

2
1

DÉVELOPPEMENT DURABLE

AVRIL 2014

L’énergie, premier utilisateur d’eau
Ø Le   rôle   de   l’eau   dans   la   production  
d’énergie  ?  

Ø Quelles   sont   les   conséquences   de  
l’interdépendance  eau-­‐énergie  ?  

 
À   l’inverse   de   certaines   sources  
d’énergie,  l’eau  ne  peut  être  remplacée.    
À   l’heure   actuelle,   le   domaine   de  
l’énergie   n’utilise   pas   moins   de   58%   de   l’eau  
douce   prélevée   à   des   fins   de   refroidissement.  
L’eau   est   également   indispensable   à   la  
production  de  carburants  :  on  la  trouve  dans  le  
réservoir,   dans   les   phases   de   forage   et   de  
fracturation  hydraulique  (pour  fissurer  la  roche  
à   haute   pression),   et   dans   la   phase   de  
traitement   des   puits.   Ainsi,   la   production  
d’hydrocarbures   nécessite   des   volumes   d’eau  
importants   (la   production   d’1L   de   pétrole  
correspond   à   10L   d’eau)  ;   et   en   plus   d’être  
gourmands   en   eau,   l’utilisation   de   ces  
hydrocarbures   accroît   l’émission   de   CO2   et  
contribue  
ainsi  
à  
l’aggravation  
du  
réchauffement  climatique.  
L’eau   intervient   aussi   dans   les  
raffineries,   pour   alimenter   les   chaudières,  
refroidir   les   hydrocarbures   (65%   de   l’eau  
consommée   dans   une   raffinerie   sert   au  
refroidissement)   et   limiter   la   teneur   en   sel   du  
pétrole  brut  avant  distillation.  

Couplons   ces   chiffres   avec   ceux   de   la  
croissance   de   la   population   mondiale  :  
l’hypothèse  moyenne  prévoit  une  population  de  
l’ordre   de   8,6   milliards   d’êtres   humains   d’ici  
2035  (et  11  milliards  en  2100),  à  associer  à  une  
importante   croissance   de   la   demande   en  
énergie  (cette  dernière  est  appelée  à  croître  de  
0,7   à   1,4%   par   an   entre   aujourd’hui   et   l’an  
2035).   Inévitablement,   puisque   l’eau   est  
indispensable   à   la   production   d’énergie,   la  
consommation   croissante   d’énergie   en  
mobilisera  donc  de  plus  en  plus.  
 
Or,   déjà   rare   aujourd’hui,   l’eau   pourra  
difficilement  répondre  à  une  telle  demande.  La  
planète  pourra-­‐t-­‐elle  donc  supporter  cet  abus  ?  
La  statistique  de  l’Agence  Internationale  
de   l’Energie   donnée   en   mai   2012   est  
alarmante  :   sans   modification   des   politiques  
énergétiques   actuelles,   la   consommation   d’eau  
du  système  de  production  global  (c’est-­‐à-­‐dire  le  
volume   prélevé   qui   n’est   pas   retourné   à   sa  
source)   ne   sera   plus   de   66   milliards   de   m3,  
mais   de   135   milliards   d’ici   une   quinzaine  
d’années.   Ceci   explique   pourquoi   l’empreinte  
eau   des   projets   énergétiques   prend   tant  
d’importance  dans  l’évaluation  de  la  durabilité.  
 

3

2
1

DÉVELOPPEMENT DURABLE







AVRIL 2014

Ø Quelles  solutions  proposer  ?  
Ø  
L’exploitation  de  l’eau  de  production  :  
La   production   d’hydrocarbures   s’accompagne  
d’une   production   d’eau   –   l’eau   de   production.  
Selon   une   étude   d’IFP   Energies   Nouvelles  
(2012),   cette   eau   de   production   représentera  
l’équivalent   de   300   millions   de   barils   par   jour  
en   2020.   Cette   eau   est   de   basse   qualité  
(toxique,   corrosive)   et   doit   faire   l’objet   d’un  
traitement  plus  ou   moins  couteux.  Elles  ont  été  
trop   longtemps   rejetées   sans   considération,   et  
apparaissent  
aujourd’hui  
comme  
une  
importante  source  d’eau.  
Ainsi,   nous   sommes   passés   d’un   rejet   à   une  
réelle   préoccupation.   Une   des   solutions   est   de  
réinjecter   ces   eaux   de   production   dans   les  
phases   «  gourmandes  »   en   eau  :   forage,   •
refroidissement   –   c’est-­‐à-­‐dire   dans   le   cycle   de  
production.  
 
Réduire   les   apports   d’eau   et   améliorer   les  
rejets  de  CO2  :  
De   tels   programmes   voient   le   jour   dans   les  
raffineries.  L’idée  est  d’améliorer  l’efficacité  des  
équipements,   d’éliminer   de   façon   plus   poussée  
les   impuretés,   ou   même   de   recycler   les   eaux  
résiduaires   (pour   obtenir   –   en   théorie   –   un  
rejet  proche  de  0).  
 
Quelles  sources  d’énergie  privilégier  ?  
Certaines   politiques   énergétiques   visant   à  
réduire   l’émission   de   gaz   à   effet   de   serre  
représentent   une   véritable   menace   pour   les  
ressources   en   eau   de   la   planète.   Les   principales  
filières   de   production   d’énergie,   qu’elles  soient  
traditionnelles  
ou  
renouvelables,  
en   •
consomment  des  quantités  alarmantes   (pour  le  
refroidissement,   le   nettoyage   ou   la   génération  
de   l’énergie   elle-­‐même).   Les   sources   d’énergie  
deviennent   donc   moins   polluantes   (pour  
réduire   les   émissions   en   CO2),   mais   plus  

4

consommatrices  d’eau.    
L’eau   apparaît   donc   aujourd’hui   comme   un  
critère   de   durabilité   essentiel   pour   les  
biocarburants.   Ils   sont   encore   trop   coûteux   en  
eau  :   il   faut   par   exemple   14000   L   d’eau   pour  
l’irrigation  du  maïs  et  du  soja,  pour  produire  1L  
de   biodiesel...   Avec   l’urgence   de   trouver   des  
alternatives   au   pétrole,   ce   marché   des  
biocarburants   devrait   décoller   dans   les  
prochaines  décennies.  Ainsi,   si   les   éoliennes   et  
les   panneaux   photovoltaïques   sont   désormais  
répandus   et   peu   consommateurs   d’eau,  
d’autres   alternatives   au   pétrole   –   certes  
propres   -­‐   consomment   des   quantités   d’eau  
préoccupantes.   Le   problème   est   alors   de  
trouver   le   compromis  :   «  moins   polluer   sans  
consommer  trop  d’eau  ».  
 
Exploiter   les   technologies   à   faible  
consommation  hydrique  
L’AIE  insiste  sur  le  fait  que,  du  point  de  vue  de  
la   consommation   d’eau,   une   solution   pourrait  
très   bien   être  l’amélioration  des  techniques   de  
refroidissement.   Elle   cite   en   exemple   la  
technique   de   refroidissement   à   sec   pour   les  
centrales   à   charbon,   qui   ne   prévoit   pas  
l’utilisation   d’eau.   Mais   cela   est   coûteux   (3   à   4  
fois  plus  cher  que  le  refroidissement  classique)  
et   le   charbon   ne   constitue   pas   vraiment   une  
option   pour   le   futur   (vu   son   impact   sur  
l’environnement   et   le   changement   climatique).  
La   conclusion   de   ce   rapport   de   l’AIE   pointe  
donc   du   doigt,   en   guise   de   solution,   le  
développement   de   l’éolienne   et   du   solaire  
photovoltaïque,   dont   la   consommation  
hydrique   est   très   faible   (<1%   du   total  
aujourd’hui).  
 
Un   dernier   constat   simple  :   «  économiser  
l’énergie  pour  économiser  l’eau  »  
Un   effort   de  minimisation  et  d’amélioration   de  
la   consommation   d’énergie   sera   indispensable  
pour  faire  des  économies  d’eau.    
 
 

DÉVELOPPEMENT DURABLE

AVRIL 2014

CONCLUSION
L’eau  est  donc  une  problématique   phare  
de   notre   siècle  puisqu’elle   joint   tous   les   enjeux  
majeurs  au  niveau  démographique,  énergétique  
et   écologique.   Aujourd’hui   son   utilisation   à  
outrance   apparaît   insupportable,   alors   même  
que   1,4   milliards   de   personnes   dans   le   monde  
n’y   ont   pas   accès.   L’eau   est   cependant  
totalement  absente  des  débats  lors  des  grandes  
réunions   des   principaux   acteurs   de   la   planète  
autour   des   problèmes   énergétiques.   Combien  
de   temps   éviterons-­‐nous   donc   encore   la  
question  ?   Dans   15   ans,   lorsque   les   réserves  
d’eau  de  la  Chine  auront  été  divisées  par  400  ?  

Bibliographie








« Gestes éco-citoyens pour économiser l’eau » : http://www.consoglobe.com/gestes-eco-citoyensrecuperer-economiser-eau-1887-cg
« Comment économiser l’eau ? » : http://www.consoglobe.com/economiser-eau-1886-cg
« Prix de l’Eau. » 2008. Syndicat des Eaux des Sources. http://www.eauxdesources.org/prix-de-l-eau-c36p73.html.
« Les Français ont confiance en l’eau du robinet  ! », 2009. Ministère de L’Ecologie, du Développement
Durable et de L'Énergie. http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-Francais-ont-confiance-enl.html.
« Réforme De La Politique De L’eau En France. » :
http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/decouv/france/06_reforme.htm.

François Derrien et Alexandra Mienne . Procédés De Traitement Des Eaux à L’intérieur Des
Bâtiments  : Eau Froide Et Eau Chaude Sanitaires, Eaux De Chauffage Et De Refroidissement .

Table des images et des graphiques






Page 1 : http://www.consoglobe.com/le-gaspillage-de-leau-dans-les-zones-touristiques-cg
Page 2 : http://www.markal.fr/actualite-233.html#.U0e6whaiQ1w et graphique de la répartition de la
consommation domestique d’eau en France en 2012
Page 3 : https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2010/04/14/petrole-grave-penurie-en-2015armee-americaine/; http://www.ecosources.info/dossiers/Eolienne_offshore_eolien_en_mer;
http://www.ecoden.fr/solaire-photovoltaique.php
Page 5 : http://www.sos-detresse.org/articles-et-conferences.htm


Aperçu du document Article Développement Durable - Problématique de l'eau.pdf - page 1/5

Aperçu du document Article Développement Durable - Problématique de l'eau.pdf - page 2/5

Aperçu du document Article Développement Durable - Problématique de l'eau.pdf - page 3/5

Aperçu du document Article Développement Durable - Problématique de l'eau.pdf - page 4/5

Aperçu du document Article Développement Durable - Problématique de l'eau.pdf - page 5/5




Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


article developpement durable problematique de l eau
defis de la durabilite en tunisie samir meddeb 2011
devdur
devdur art
biocontact
article developpement durable centrales thermiques final

🚀  Page générée en 0.016s