Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



DDmayas .pdf



Nom original: DDmayas.pdf
Titre: Microsoft Word - DDmayas.docx
Auteur: Suzanne DELAUNAY

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/04/2014 à 16:27, depuis l'adresse IP 138.195.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 547 fois.
Taille du document: 4.8 Mo (3 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Les  perturbateurs  endocriniens,    
nouveaux  polluants  des  eaux  de  surface  
 

A.  Darmon,  M.  Ducornet,  A.  Gorce,  Y.  Hasson,  A.  Toubiana  
 

Depuis   quelques   années,   la   consommation   de  
médicaments  dans  le  monde  augmente  et  des  principes  
actifs  comme  les  perturbateurs  endocriniens,  molécules  
interférant   avec   la   régulation   des   hormones,   se  
retrouvent   fréquemment   dans   les   eaux   usées   et   les  
contaminent.   Même   s’il   est   difficile   d’évaluer  
précisément   les   conséquences   de   cette   contamination,  
son   impact   sur   l’environnement   se   fait   de   plus   en   plus  
sentir.    
D’où   la   question   :   quelle   est   l’ampleur   de   la   pollution   entraînée   par   les   perturbateurs  
endocriniens  présents  dans  l’eau  et  comment  la  limiter  ?  
 
 

Comment  nos  médicaments  se  retrouvent-­‐ils  dans  les  rivières  ?    
 
Actuellement,  55,5%  des  françaises  entre  15  et  49  ans  prennent  quotidiennement  une  pilule  
contraceptive   [1].   Elles   consomment   donc   des   hormones   endogènes   ou   exogènes.   Parmi   les  
composants   absorbés,   l’éthinylestradiol   est   la   molécule   synthétique   la   plus   consommée.   Ce  
principe  actif  présent  dans  la  majorité  des  pilules  combinées  sur  le  marché  est  consommé,  puis  
éliminé  par  le  corps  humain  à  raison  de  35µg  par  jours  [2].  Dans  la  suite  de  son  cycle  de  vie,  ce  
dérivé   de   synthèse   de   l’estradiol   transite   jusqu’aux   stations   d’épuration   avant   de   rejoindre   les  
eaux  de  surface  où  elle  influe  sur  la  vie  physiologique  de  la  faune  aquatique.  
Si  les  perturbateurs  endocriniens  issus  de  la  pilule  contraceptive  sont  ceux  dont  la  présence  
dans   les   eaux   est   la   plus   médiatisée,   d’autres   sources   significatives   d’œstrogène   peuvent   être  
identifiées.   Ainsi,   l’alimentation   de   certains   animaux   d’élevage   est   enrichie   aux   œstrogènes  
synthétiques  et  naturels,  c’est  par  exemple  le  cas  des  vaches,  afin  d’augmenter  la  production  de  
lait.   On   retrouve   aussi   des   substances   à   actions   endocrines   dans   les   engrais   utilisés   par  
l’agriculture.   Dans   ces   deux   cas,   la   contamination   des   eaux   de   surface   et   souterraines   est   en  
partie  directe  et  n’est  pas  contrôlée  par  les  stations  d’épuration.    
Les  sources  de  perturbateurs  endocriniens  sont  donc  variées  et  leur  influence  respective  sur  
l’environnement   difficilement   quantifiable.   On   peut   néanmoins   analyser   l’impact   global   de   la  
présence  de  ces  substances.  
 
Etat  des  lieux  des  eaux  de  surface  
 
De  nombreuses  études  scientifiques  rapportent  un  problème  récurrent  :  on  retrouve  dans  les  
eaux  de  surface  une  forte  concentration  de  molécules  médicamenteuses.  Certains  prélèvements  
indiquent  par  exemple  des  concentrations  s’élevant  à  plusieurs  ng/L  dans  les  eaux  souterraines  
ou   de   surface   et   jusqu’au   µg/L   pour   les   eaux   traitées   par   les   stations   d’épuration   [3].   Ces  
quantités,  peu  significatives  en  valeur  absolue,  correspondent  à  un  cachet  d’aspirine  dans  une  
baignoire.   En   tête   des   produits   retrouvés   dans   l’eau,   on   trouve   les   antidépresseurs   et   le  
paracétamol,  ainsi  que  des  traces  importantes  de  molécules  issues  de  pilules  contraceptives.  

Ces  résultats  sont  la  répercussion  du  fait  que  la  France  est  le  quatrième  pays  en  termes  de  
consommation  de  médicaments  [4].  De  plus  les  centres  hospitaliers  sont  une  grande  source  de  
pollution   des   eaux   de   par   l’utilisation   importante   qu’ils   font   de   ces   substances   et   de   la   haute  
consommation  des  patients.    
 
Concentration   des   perturbateurs   endocriniens   dans   les   eaux   de   surface  :   quelles  
conséquences  ?  
 
Les  médicaments  hormonaux  sont  conçus  pour  être  efficaces  à  faible  dose.  Associée  au  fait  
qu’ils   sont   très   peu   biodégradables,   cette   donnée   peut   rendre   leur   présence   dans   l’eau   fort  
dangereuse  à  long  terme  [3]  [5]  [6].  De  plus,  les  molécules  étudiées  sont  de  natures  différentes  
et   peuvent  donc  interagir  chimiquement  entre  elles  ou  avec  d’autres  polluants  pour  donner  ce  
que  l’on  appelle  des  “cocktails  moléculaires”,  encore  plus  toxiques.    
Plusieurs  études  ont  déjà  démontré  l’impact  sur  la  faune  et  la  flore  aquatiques  de  la  présence  
de  ces  substances,  appelées  “perturbateurs  endocriniens”.  Ainsi,  absorbant  en  même  temps  que  
leur   nourriture   des   molécules   médicamenteuses   proches   de   leurs   propres   hormones,   les  
poissons  voient  leur  fertilité  et  leur  taux  de  croissance  diminuer,  voire  même  se  féminisent  [7]  
[8].   Les   conséquences   peuvent   être   importantes   car   il   est   évident   que   ces   modifications  
perturbent   l’équilibre   aquatique.   Une   étude   a   mesuré   le   taux   de   femelles   présentes   dans   les  
populations   de   poissons   des   rivières   canadiennes.   Les   résultats   sont   édifiants   puisque   le   taux  
passe  de  30%  en  amont  des  stations  d’épuration  à  80%  en  aval  [9].  
Par  ailleurs,  l’hypothèse  de  conséquences  sur  la  santé  humaine  n’est  pas  écartée.  Cependant,  
les  études  à  ce  sujet  se  contredisent,  au  point  que  ONG  et  gouvernements  n’osent  pas  encore  
prendre   position.   Ils   se   limitent   aujourd’hui   à   des   études   comme   le   Plan   National   Santé  
Environnement   de   2009   visant   notamment   à   "améliorer   la   connaissance   et   réduire   les   risques  
liés   aux   rejets   médicamenteux   dans   l’environnement”   [4],   objectif   auquel   le   rapport   du   plan,  
publié  quelques  mois  plus  tard,  ne  fait  plus  référence.  
 
Quelles  solutions  pour  réduire  la  pollution  ?  
 
Les   procédés   actuellement   utilisés   pour   le   traitement   de   l’eau   (ex   :   chloration)   éliminent  
environ   50%   de   ces   composés.   Pour   obtenir   des   taux   d’élimination   supérieurs,   il   conviendrait  
d’utiliser  des  procédés  plus  avancés,  comme  l’ozonation,  l’oxydation  avancée,  le  charbon  actif,  
la  nanofiltration  et  l’osmose  inverse  (suppression  à  99%  pour  l’osmose  inverse)[10].  
Ces  techniques  sont  cependant  très  coûteuses  et  représentent  un  frein  à  une  réglementation  
générale   [10].   «   Nos   clients   ne   sont   pas   prêts   à   payer   pour   le   traitement   des   médicaments   dans  
l'eau   mais   ils   veulent   déjà   mieux   connaître   leurs   impacts   sur   le   milieu   »,   explique   Boris   David,  
directeur  du  département  Environnement  et  Qualité  de  l'eau  à  Veolia  Eau  [5].  La  recherche  se  
concentre   donc   sur   le   développement   de   méthodes   de   mesure   de   toxicité,   comme   la   grenouille  
fluorescente  utilisée  par  Veolia,  en  partenariat  avec  Watchfrog.  
Un   traitement   du   problème   en   amont   s’avère   donc   nécessaire.   Pour   cela,   il   s’agit   de  
sensibiliser   les   citoyens   sur   l’usage   et   l’élimination   des   médicaments   [10].   Par   ailleurs,  
réglementer  de  façon  plus  stricte  les  médicaments  présents  sur  le  marché  et  les  classifier  selon  
leur  impact  environnemental  et  leur  biodégradabilité  (comme  en  Suède)  [10]  permettrait  sans  
doute  une  amélioration  de  la  pollution  des  eaux  [11].  
Enfin,   la   récupération   des   médicaments   périmés   par   les   pharmacies   et   leur   incinération,  
mises   en   place   depuis   1993   par   l’association   Cyclamed,   est   un   moyen   efficace   de   réduire   leur  
rejet  dans  la  nature.  

Ainsi,   l’impact   des   médicaments   endocriniens   sur   l’environnement   se   fait   de   plus   en   plus  
sentir  et  l’absence  de  réglementation  rend  plus  difficile  la  prise  de  mesures  visant  à  combattre  
la  contamination.  Les  premières  pistes  de  solution  consistent  à  imposer  plus  de  contraintes  lors  
de   la   production   de   ces   médicaments.   Les   conséquences   des   médicaments   endocriniens   sur  
l’être  humain  restent  pour  l’instant  assez  limitées  ;  cependant  la  contamination  liée  à  d’autres  
médicaments  a  des  conséquences  plus  visibles.  Le  rejet  de  paracétamol  dans  les  eaux  usés  par  
exemple  rend  certains  microbes  plus  résistants  aux  antibiotiques  et  donc  plus  dangereux  pour  
les  êtres  humains.  
 
Bibliographie  
[1]  SANTI  P.,  Le  Monde  (Janvier  2013),  La  pilule  reste  le  moyen  de  contraception  le  plus  utilisé  
en  France  
[2]   GUANG-­‐GUO   Y.,   KOOKANAA   S.,   YING-­‐JUN   R.,   Environment   International   28   (2002)   ,  
Occurrence  and  fate  of  hormone  steroids  in  the  environment    
[3]  ONEMA  (2010),  Contamination  des  eaux  par  des  résidus  médicamenteux  
[4]   Ministères   de   l’Ecologie   et   du   Travail   (2011),   Plan   national   sur   les   résidus   médicamenteux  
dans  les  eaux  
[5]   REINERT   M.,   Novéthic   (Janvier   2014),   La   pollution   de   l’eau   par   les   médicaments   n’est   pas  
analysée  
[6]  FARTHOUAT  A.,  Novéthic  (2010),  Résidus  médicamenteux  dans  l’eau  :  quels  effets  ?  
[7]   NAULIN   D,   CDurable.info   (2008),   Pollution   :   des   traces   de   médicaments   dans   l’eau   des  
rivières  et  de  la  Méditerranée    
[8]   Suez   Environnement   &   Cémagref,   Restitution   du   projet   de   recherche   Ampères,   Les  
micropolluants  et  leur  devenir  dans  les  stations  d’épuration  
[9]   VARGAS   M.,   Rapport   de   Master,   Gagné   et   al.   (2011),   Elimination   des   micropolluants   dans   les  
eaux  usées  :  Etude  d’un  biofiltre  fongique  
[10]   OMS   (2014),   Produits   pharmaceutiques   dans   l’eau   potable,   Résumé   des   principales  
constatations,  recommandations  et  conclusions  du  rapport  technique  
[11]  HARTMANN  Ph.,  Veolia  environnement  (2013),  Résidus  des  médicaments  dans  l’eau,  y  a-­‐t-­‐il  
un  risque  sanitaire  ?  

 


DDmayas.pdf - page 1/3
DDmayas.pdf - page 2/3
DDmayas.pdf - page 3/3

Documents similaires


Fichier PDF ddmayas
Fichier PDF perturbateur endocrinien
Fichier PDF etude scien univ rennes 1 fardel
Fichier PDF amses
Fichier PDF compte rendu lutte contre pollution frontignan
Fichier PDF perturabateurs endocriniens


Sur le même sujet..