Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



Groupe 0052 .pdf



Nom original: Groupe 0052.pdf
Titre: Microsoft Word - Le recyclage des terres rares.docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.9.2 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/04/2014 à 11:49, depuis l'adresse IP 105.157.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 625 fois.
Taille du document: 97 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Le  recyclage  des  terres  rares  :  une  solution  durable  ?  
Qu’ont   en   commun   la   mine   de   Mountain   Pass   en   Californie,   celle   de   Baiyun   Obo   en   Mongolie  
Intérieure,   et   une   unité   de   stockage   de   DEEE   (Déchets   d’Equipements   Electroniques   et  
Electroménager)?   Toutes   trois   sont   des   réserves   –   exploitées   ou   potentiellement   exploitables   -­‐   de  
terres   rares.   Ces   éléments   chimiques   aux   propriétés   électromagnétiques   puissantes,   en   font   des  
composants   de   choix   pour   la   plupart   de   nos   hautes   technologies   (énergies   renouvelables,   NTIC,  
véhicules   dits   propres,   etc).   Ressources   très   convoitées,   ces   17   métaux   sont   à   la   croisée   d’enjeux  
économiques,   technologiques,   géopolitiques   et   environnementaux    majeurs.   Face   aux   nombreuses  
problématiques   liées   à   leur   extraction,   se   pose   aujourd’hui   la   question   de   leur   recyclage.   Véritable  
opportunité  ou  solution  piège,  quelles  sont  les  perspectives  ?  
Sinon   rares,   ces   minerais   sont   surtout   très   faiblement   concentrés:   ils   ne   représentent   qu’un   très  
faible   pourcentage   de   la   roche   mère   dont   ils   sont   extraits.   Cela   rend   leur   extraction   complexe,   et  
donc   coûteuse.   Un   coût   pas   seulement   économique,   mais   aussi   environnemental   :   les   procédés  
actuels   d’extraction   nécessitent   de   grandes   quantités   de   solvants   chimiques,   d’eau   et   d’énergie,  
engendrent  des  rejets  radioactifs  et  dégradent  l’environnement  et  la  santé  des  populations.  La  liste  
des  impacts  est  longue,  et  la  récente  enquête  de  l’AFP  révélant  l’explosion  des  taux  de  cancer  autour  
de  Baiyan  Obo  n’a  fait  que  confirmer  les  dangers  de  cette  industrie.  
Certains   sont   néanmoins   prêts   à   payer   ce   prix,   car   les   produits   high-­‐tech   sont   un   marché   captif  
florissant  et  la  demande  croit  très  fortement.  La  Chine  l’a  bien  compris  :  déjà  en  1992  le  président  
Xiaoping  clamait  «Le  Moyen  Orient  a  le  pétrole,  la  Chine  a  les  terres  rares».  Avec  37%  des  réserves  
estimées,  la  République  Populaire  contrôle  plus  de  95%  de  la  production  mondiale,  soit  environ  125  
000  tonnes  par  an1.  Mais  elle  affiche  aussi  à  son  compteur  une  condamnation  de  l’OMC,   suite  à  une  
restriction  de  ses  quotas  d’exportation.  
Face   à   ces   problématiques   géopolitiques   et   environnementales,   la   résistance   s’organise.   Si   certains  
pays   entreprennent   de   s’affranchir   de   la   dépendance   chinoise   en   (ré)investissant   dans   des   projets  
miniers,  d’autres  voient  dans  les  DEEE  une  ressource  prête  à  être  exploitée:  de  quelques  grammes  
dans   les   téléphones   usagés   qui   dorment   dans   nos   tiroirs,   à   une   dizaine   de   kilos   dans   une   voiture  
électrique,  la  manne  peut  sembler  considérable.    
Au   total,   on   compterait   20   à   50   millions   de   tonnes   de   DEEE   produits   chaque   année   au   niveau  
mondial.  Néanmoins,  seulement  1%  des  terres  rares  les  composant  seraient  recyclées2,  laissant  une  
marge   de   progrès   importante.   Le   recyclage   apparaît   donc   comme   une   alternative   au   processus  
d’extraction   et   sa   mise   en   œuvre   une   opportunité   non   seulement   pour   les   pays   dépendants   de  
s’émanciper   de   l’approvisionnement   chinois   mais   également   de   réduire   l’impact   environnemental,  
en  termes  d’extraction,  mais  aussi  de  diminution  de  la  masse  globale  des  déchets.  Une  combinaison  
gagnante.  
Comment  expliquer  que  le  taux  de  recyclage  demeure  si  négligeable  ?    
Ce   désintérêt   est   principalement   dû   à   des   processus   extrêmement   coûteux   et   complexes.   Il   est  
aujourd’hui   plus   rentable   de   se   débarrasser   des   déchets   que   de   les   traiter:   aux   Etats-­‐Unis   par  

                                                                                                               
1  Le  Monde,  Blog  Ecologie,  2011  
2
 Rapport  PNUE,  2011  

exemple,  il  est  10  fois  moins  cher  d’envoyer  les    DEEE  en  Asie  que  de  les  revaloriser  sur  place.  Devant  
les   difficultés   financières   et   techniques   rencontrées,   des   pistes   sont   à   envisager   pour   stimuler  
recyclage  plus  systématique.  
Dans   un   rapport   de   2010,   l’ADEME   présentait   des   axes   à   suivre   afin   de   faciliter   et   développer   le  
recyclage  des  terres  rares.  Parmi  eux,  l’éco-­‐conception,  qui  s’impose  comme  la  clef  de  voûte  d’une  
généralisation  du  recyclage  des  déchets  électroniques.  Le  cycle  de  vie  du  produit  doit  être  pensé  en  
amont  de  la  chaine  de  recyclage  afin  d’optimiser  l’extraction  des  matériaux.  Une  collecte  des  DEEE  
adaptée  et  élargie  doit  s’organiser.  De  trop  nombreux  produits  restent  négligés  lors  de  la  collecte,  ou  
envoyés   à   l’autre   bout   du   monde   alors   qu’ils   contiennent   une   masse   de   terres   rares   importante  
pouvant  être  exploitée.  La  recherche  et  le  développement  sont  également  nécessaires  à  l’émergence  
de   nouvelles   techniques   de   recyclage,   plus   simples   et   rentables.   Enfin,   elle   prône   la   mise   en   place  
d’une   règlementation   sur   le   traitement   des   déchets   pour   les   entreprises   ainsi   qu’une   incitation  
financière  au  recyclage.  
La   situation   n’est   pas   figée,   et   la   prise   de   conscience   se   généralise.   Qu’elles   soient   publiques   ou  
privées,   les   initiatives   se   développent   peu   à   peu.   Les   villes   et   zones   urbaines   sont   désormais  
envisagées  comme  des  ressources  de  métaux  et  de  terres  rares  à  part  entière,  avec  l’émergence  du  
concept   d’urban   mining.   Le   principe   de   responsabilité   élargie   du   producteur,   avec   la   logique   du  
producteur/pollueur,   gagne   du   terrain   à   travers   des   règlementations   nationales   et   internationales,  
obligeant  les  producteurs  à  penser  l’intégralité  du  cycle  de  vie  de  leurs  produits,  et  à  prendre  part  à  
leurs  recyclages,  via  par  exemple  l’implication  d’éco-­‐organisme.  En  2012,  une  directive  européenne  a  
revu  à  la  hausse  les  objectifs  de  recyclages  des  DEEE  et  étendu  leurs  applications.    
Côté   privé,   les   projets   se   multiplient.   Les   entreprises  
prennent   conscience   de   leurs   intérêts   à   investir   dans  
des   projets   de   recyclage.   En   France,   l’entreprise  
Rhodia   a   ouvert   2   usines   de   recyclage   de   lampes  
basse   consommation   en   partenariat   avec   l’éco-­‐
organisme   Recylum.   En   Belgique,   c’est   UMICORE   qui  
s’engage   dans   le   recyclage   des   batteries.   Dans   le  
cadre   du   projet   MORE   (Motor   Recycling),   initié   en  
Allemagne   en   2011,   entreprises   et   instituts   de  
recherches   coopèrent   au   développement   de  
techniques  de  recyclages  des  moteurs  électriques.  Au  
niveau   international,   l’initiative   StEP   (Solving   the   E-­‐
waste   Problem)   coordonne   l’E-­‐Waste   Academy,   afin  
de  former  aux  enjeux  des  DEEE.    

E-­‐Waste   Academy   (EWA)   par   la   StEP   et   United  
Nations   University  :   un   impact   limité  
 
L’initiative   StEP   s’articule   autour   de   5   axes   de  
travail  :  
réglementation,  
éco-­‐conception,  
réutilisation,   recyclage   et   renforcement   de  
capacités.   Elle   propose   tous   les   deux   ans   une  
session   de   formation   EWA,   principalement  
destinée   aux   décideurs   politiques   et   petits  
industriels  opérateurs  de  déchets,   qui  a  pour  but  
de  fournir   les  bases   d’un  dialogue   constructif   sur  
la   gestion   des   DEEE.   Soutenue   notamment   par  
Nokia  et  HP,  l’édition  2014   a  eu   lieu  au  Salvador  
mais   n’a   réuni   qu’une   petite   centaine   de  
participants.  

Si   le   recyclage   est   parfois   présenté   comme   la   solution   miracle   aux   difficultés   d’approvisionnement  
des  terres  rares,  l’Office  Parlementaire  d’Evaluation  des  Choix  Scientifiques3  en  rappelle  les  limites,  
qui  découle  des  propriétés  mêmes  de  celles-­‐ci  et  de  leurs  utilisations  :  très  faibles  quantités,  usages  
dispersifs,  alliages  complexes...  

                                                                                                               
3  Rapport  du  23  août  2011  

Avec   un   marché   des   énergies   renouvelables   en   expansion,   des   pays   émergents   prêts   à   faire   leurs  
entrées   dans   le   la   consommation   de   masse,   la   demande   globale   de   terres   rares   est   amenée   à   croître  
à  hauteur  de  6%  par  an.  Le  recyclage,  dans  ce  contexte  de  croissance  rapide,  n’est  qu’une  solution  
partielle,   la   plupart   des   gisements   de   recyclage   importants   n’étant   pas   encore   exploitables   (les  
moteurs  d’éoliennes,  par  exemple).  
Le   cas   des   terres   rares   vient   ainsi   mettre   à   mal   le   concept   pourtant   très   en   vogue   d’économie  
circulaire,   pour   valoriser   celui   d’une   économie   de   la   fonctionnalité,   qui   prône   la   substitution   de   la  
vente  du  produit  par  la  vente  de  l’usage.  Mais  cette  alternative,  si  elle  est  engagée,  nécessitera  une  
mutation   en   profondeur   des   modes   de   consommation.   Dans   cette   perspective,   toute   initiative   en  
faveur  de  la  facilitation  du  recyclage  reste  à  encourager.  
Sources:  
ADEME,  Etude  du  potentiel  de  recyclage  de  certains  métaux  rares,  2010.  
ADEME,  Les  filières  à  responsabilité  élargie  du  producteur,  2011.  
AFP,  Les  terres  rares,  2013.  
CNIID,  Les  limites  de  l’économie  circulaire,  2011.  
Garric  A.,  Le  recyclage  des  terres  rares  :  un  enjeu  stratégique,  in  Blog  Ecologie  Le  Monde,  2011.  
OPECS,  Les  enjeux  des  métaux  stratégiques  :  le  cas  des  terres  rares,  23  août  2011.  
PNUE,  Recycling  Rates  of  metals,  2011.  
Butterworth  T.,  Welcome  to  the  age  of  Urban  Mining,  in  Forbes,  17  juillet  2012.  
Documentaire  Radio-­‐Canada,  La  sale  guerre  des  terres  rares,  2013.  
La  nouvelle  directive  sur  les  DEEE  entre  en  vigueur,  in  Actu-­‐Environnement,  2012.  


Groupe 0052.pdf - page 1/3
Groupe 0052.pdf - page 2/3
Groupe 0052.pdf - page 3/3

Documents similaires


Fichier PDF groupe 0052
Fichier PDF devoir
Fichier PDF s1 tableau reponses format open doc
Fichier PDF sem2 di fini
Fichier PDF besoin d
Fichier PDF simulationcitoyenne


Sur le même sujet..