Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



OGMA .pdf



Nom original: OGMA.pdf
Titre: Microsoft Word - OGMA.docx
Auteur: Mireille Andries

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 11/04/2014 à 11:56, depuis l'adresse IP 80.200.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 395 fois.
Taille du document: 95 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Les  OGM  participent-­‐ils  à  une  agriculture  durable  ?    
Les   OGM,   une   technologie   au   service   d’une   agriculture   européenne   durable1.   Cette  
affirmation,  qui  circule  facilement  sur  Internet,  mérite  qu’on  s’y  arrête  pour  démontrer  en  
quoi   elle   est   abusive   et   facilement   trompeuse.   Exercice   de   décodage   de   l’information   qui  
permet  de  s’apercevoir  que  le  développement  durable  s’accommode  facilement  à    toutes  les  
sauces.      
Depuis   plusieurs   années,   les   semenciers2   multiplient   les   déclarations   et   les   communiqués  
pour  démontrer  l’innocuité  des  organismes  génétiquement  modifiés  sur  la  santé3.  Relayées  
par   les   grands   groupes   agro-­‐alimentaires4,   ces   études   sont   publiées   dans   des   brochures  
abondamment  illustrées  et  intelligemment  distillées  à  travers  des  sites  influents.  Alors  que    
le   principe   de   précaution   s’impose   encore   en   Europe,   le   développement   durable   devient  
opportunément   un   argument   incontournable   pour   justifier   l’expansion   des   cultures   OGM,  
qui   seraient   attendues   pour   nourrir   un   monde   de   9   milliards   d’habitants   en   2050  !   Ces  
campagnes,  menées  sous  couvert  de  fondations  pour  la  recherche  sur  la  nutrition,  la  santé  
et   l’environnement,   ont   un   double   avantage  :   celui   d’apporter   des   chiffres,   à   travers   des  
études  financées  par  les  groupes  eux-­‐mêmes,  et  celui  de  construire  un  discours  qui  se  veut  
rassurant  et  optimiste.  Dans  un  second  temps,  ces  mêmes  lobbys  interviennent  auprès  des  
institutions   européennes   pour   critiquer   toute   forme   d’interdiction   des   OGM   dans   l’Union  
européenne  ou  pour  s’opposer  l’étiquetage  des  produits  qui  en  contiennent  aux  Etats-­‐Unis5.    
Dans  le  discours  des  semenciers,  les  OGM  deviennent  ainsi  un  outil  qui  permet  d’abord  de  
produire   mieux  :   «  Les   biotechnologies   végétales   peuvent   contribuer   à   une   agriculture  
durable  :  préservation  des  sols,  lutte  ciblée  contre  les  insectes  ravageurs,  développement  de  
plantes   tolérantes   à   la   sécheresse,   moindre   utilisation   d’énergie   fossile   sont   autant  
d’éléments  favorables  à  l’environnement  et  au  développement  d’une  agriculture  durable»6.    
Le  premier  argument  avancé  affirme  que  «  les  plantes  transgéniques  contribuent  au  respect  
et   au   maintien   de   la   fertilité   en   favorisant   des   pratiques   culturales   sans   labour   et   une  
utilisation  raisonnée  des  produits  phytopharmaceutiques  ».  L’érosion  des  sols  serait  freinée  
et   l’habitat   naturel   de   la   faune   et   de   la   micro-­‐faune   du   sol   serait   préservé.   «  La   réduction   du  
                                                                                                               
1

 «  Les  OGM,  une  technologie  au  service  d’une  agriculture  européenne  durable  »  argumentaire  présenté  par  
GNIS  (Groupement  national  interprofessionnel  des  semenciers),  UNIPP  (Union  des  Industries  de  la  Protection  
des  Plantes)  et  UFS  (Union  française  des  semenciers)  en  mars  2010  –  Disponible  sur  Internet  
http://www.ogm.org/sites/ogm.org/files/les_ogm_au_service_dune_agriculture_europeenne_durable_0.pdf    
2
 Monsanto,  leader  mondial  sur  le  marché  des  semences  et  pionnier  en  matière  OGM,  producteur  de  neuf  
variétés  de  maïs  génétiquement  modifiés,  de  sept  variétés  de  coton  mais  aussi  de  soja,  de  luzerne  et  de  colza,  
 
auquel  il  a  été  conféré  la  particularité  de  résister  à  son  propre  herbicide,  le  Roundup.  
3
 Article  paru  Sciences&Avenir,  le  8  avril  2014  :  «  Dans  ses  labos,  Monsanto  monte  au  créneau  pour  défendre  
ses  OGM    »  -­‐    http://www.sciencesetavenir.fr/nature-­‐environnement/20140408.AFP4455/dans-­‐ses-­‐labos-­‐
monsanto-­‐monte-­‐au-­‐creneau-­‐pour-­‐defendre-­‐ses-­‐ogm.html    
4
   Barilla  Center  for  Food  Nutrition  –  Is  GM  agriculture  sustainable  ?  Food  security,  environnemental  and  health  
implications  of  transgenic  crops  –  129  pages  –  2010    -­‐    aussi  disponible  sur  www.barillacfn.com  .      
5
 OGM  et  Nouvel  ordre  mondial    -­‐  Article  traduit  par  Resistance71Blog  -­‐    
«  Monsanto  et  Pepsi  essaient  d’arrêter  l’étiquetage  des  OGM  dans  l’Etat  de  Washington  »    
http://rt.com/usa/washington-­‐gmo-­‐law-­‐food-­‐980/  
6  Argumentaire  des  semenciers  GNIS,  UNIPP  et  UPS,  opus  cité  (1)  –  aussi  sur  www.ogm.org  
 

labour  permettrait  également  de  stocker  du  carbone  et  de  limiter  l’émission  des  gaz  à  effets  
de   serre  ».   Si   la   contribution   au   développement   durable   paraît   évidente,   il   apparaît   qu’en  
réalité   la   réduction   du   labour   ne   dépend   en   rien   du   choix   d’une   culture   OGM,   comme   la  
pratique   des   agriculteurs   paysans7   le   démontre   chaque   jour.   De   même,   Greenpeace   a   réussi  
à   démontrer8   que   l’utilisation   des   semences   OGM   contribue   au   contraire   à   favoriser  
l’utilisation   d’herbicides   tout   au   long   de   la   pousse.   L’agriculteur   peut   même   être   amené   à  
utiliser   d’autres   herbicides   ou   à   augmenter   les   quantités   pour   combattre   des   herbes  
devenues   résistantes,   telle   l’amarante   aux   Etats-­‐Unis.   Concernant   la   résistance   aux   insectes,  
on  a  pu  observer  l’invasion  d’autres  variétés  d’insectes  que  ceux  contre  lesquels  la  plante  est  
immunisée,  si  bien  que  les  exploitants  doivent  parfois  augmenter  les  quantités  d’insecticides  
utilisés9.  Ainsi,  loin  d’améliorer  la  qualité  de  environnement,  la  culture  des  OGM  contribue  
au  contraire  à  augmenter  la  pollution  des  sols  et  des  nappes  phréatiques,  déséquilibrant  par  
ailleurs   l’écosystème.   Difficile   de   qualifiée   la   pratique   de   «  durable  »,   ni   même  
d’économiquement   rentable   pour   l’agriculteur,   puisque   les   quantités   de   phytosanitaires  
seront  finalement  amenées  à  augmenter  !    
Le   deuxième   argument   avancé   par   les   semenciers   parle   «  de   protéger   l’environnement   et   de  
mieux  gérer  les  ressources  »,  en  insistant  sur  la  possibilité  de  cultiver  des  plantes  capables  de  
résister  à  la  sécheresse  ou  à  la  salinité.  Une  meilleure  gestion  des  disponibilités  en  eau,  avec  
la   perspective   de   cultiver   des   sols   plus   arides,   est   certainement   l’argument   le   plus  
intéressant   dans   une   optique   de   développement   durable.   Cependant,   les   avancées   en   ce  
domaine   restent   marginales   car   la   rentabilité   espérée   de   ces   innovations   paraît   moins  
importante  que  la  vente  d’une  plante  résistante  à  un  seul  herbicide…  vendu  par  ailleurs  !    
Le   troisième   argument   rend   les   OGM   nécessaires   pour     «  préserver   la   biodiversité  ».   Il  
s’agirait   d’augmenter   les   rendements   sur   des   surfaces   actuellement   cultivables,   afin   d’éviter  
le   développement   de   cultures   sur   des   zones   riches   en   biodiversité,   telles   les   forêts   ou   les  
zones  humides.  La  lutte  contre  la  déforestation  est  un  raccourci  saisissant  quand  on  sait  que  
les   zones   déboisées   sont   d’abord   replantées   en   arbres   de   rente,   cacaotiers   ou   palmiers   à  
huile.  En  Amazonie,  75%    des  pertes  forestières  sont  dues  à  l’expansion  agricole10  mais  les  
terres   sont   replantées   en   soja   génétiquement   modifié  !   L’argumentation   est   d’autant   plus  
fallacieuse   que   les   OGM   contribuent   au   contraire   à   limiter   la   biodiversité.   Les   plantes  
modifiées   étant   stériles,   les   agriculteurs   se   trouvent   obligés   de   racheter   chaque   année   la  
totalité  de  leurs  semis.  Cette  obligation  de  rachat  des  semences  limite  le  nombre  de  variétés  
et  diminue  la  diversité  naturelle.  Elle  conduit  également  un  grand  nombre  des  paysans  à  la  
ruine  et  au  suicide,  comme  on  peut  actuellement  l’observer  en  Inde11.    
 
 
                                                                                                               
7  Confédération  Paysanne,  syndicat  membre  de  Via  Campesina,  Mouvement  paysan  international  
8

 Greepeace  est  un  des  premiers  et  des  plus  actifs  opposant  à  l’utilisation  des  OGM.  
http://www.greenpeace.org/france/fr/campagnes/agriculture-­‐ecologique/fiches-­‐thematiques/ogm/  
9  Selon  le  Ministère  de  l’Ecologie,  du  Développement  durable  et  de  l’Energie  http://www.developpement-­‐
durable.gouv.fr/-­‐OGM-­‐et-­‐developpement-­‐durable-­‐.html  
10  Chiffres  donnés  d’après  Wikipédia  
11  Inde  :  les  semences  du  suicide  –  Marie  Monique  Robin,  auteur  de  «  Le  monde  selon  Monsanto  »  -­‐  Reportage  
diffusé  sur  Arte  en  février  2012    -­‐  http://www.arte.tv/sites/fr/robin/2012/02/27/inde-­‐les-­‐semences-­‐du-­‐suicide/  

Tous  les  arguments  des  semenciers  reviennent  ensuite  sur  la  nécessité  de  produire  plus  pour    
«  répondre  à  la  demande  alimentaire  mondiale  en  croissance,  en  augmentant  la  productivité  
tout   en   réduisant   les   intrants  ».   On   a   déjà   vu   plus   haut   ce   qu’il   en   était.   «  Préserver   et  
garantir   les   rendements   dans   les   pays   en   développement,   en   produisant   des   plantes   plus  
robustes,   résistantes   aux   insectes   et   aux   aléas   climatiques,  afin   d’assurer   un   maximum   de  
récoltes,   tout   en   améliorant   les   revenus   des   agriculteurs  ».   Il   s’agit   là   d’une   théorie  
productiviste   dont   la   pertinence   est   désormais   battue   en   brèche.   En   Europe,   la   culture  
intensive,  les  élevages  en  batterie  ou  l’alimentation  animale  en  protéines  de  soja  importé,  
sont  des  pratiques  de  plus  en  plus  critiquées,  autant  par  des  consommateurs  dégoûtés  de  la  
malbouffe   que   par   des   paysans   acculés.   Les   taux   de   faillites   et   de   suicides   chez   les  
agriculteurs   européens,   liés   au   surendettement   dû   à   des   investissements   trop   lourds,   en  
sont   la   dramatique   illustration12.   La   crise   de   la   vache   folle,   comme   la   crise   du   lait,   ont  
démontré  les  limites  d’un  système  qui  n’en  peut  plus  de  produire  trop.    
A   l’opposé   d’une   agriculture   paysanne,   faite   de   proximité,   de   transparence   et   de  
confiance13,   le   modèle   proposé   se   révèle   loin   d’être   durable.   Il   pérennise   et   amplifie   les  
effets  négatifs  du  système  actuel  et  ne  correspond  pas  à  l’avenir  de  l’agriculture  européenne  
telle  qu’elle  est  en  train  de  muter14.    La  culture  OGM  parle  de  développement  mais  porte  en  
ses  gènes  sa  propre  perte,  en  termes  environnemental,  économique  et  social.    

                                                                                                               
12      Surveillance  de  la  mortalité  par  suicide  des  agriculteurs  exploitants,  publiée  en  2013,  avec  des  chiffres  de  

2007  à  2009          http://www.invs.sante.fr/Publications-­‐et-­‐outils/Rapports-­‐et-­‐syntheses/Travail-­‐et-­‐
sante/2013/Surveillance-­‐de-­‐la-­‐mortalite-­‐par-­‐suicide-­‐des-­‐agriculteurs-­‐exploitants  et  ainsi  que  l’analyse  qui  est  
faite  par  wikiagri  et  qui  élargi  la  réflexion  aux  autres  pays  européens  http://wikiagri.fr/articles/suicides-­‐des-­‐
agriculteurs-­‐au-­‐dela-­‐de-­‐letude/774.  
13  «  Les  aspirations  à  une  alimentation  durable  et  les  défis  planétaires  nous  invitent  à  resituer  la  durabilité  de  
l'agriculture  dans  l'ensemble  du  système  alimentaire  »,  introduction  à  l’ouvrage  de  Gilles  Maréchal    
«  Les  circuits  courts  alimentaires  »,  publié  chez  Educagri  Editions  -­‐  2010      
14  Aspirations  des  consommateurs  pour  davantage  de  produits  issus  de  l’agriculture  biologique  et  d’autres  
modèles  de  production,  selon  Gilles  Maréchal  (opus  cité)  .Une  récente  étude  Eurostat    de  la  Commission  
européenne  (février  2014)  confirme  que    «  plus  de  70  %  des  Européens  déclarent  avoir  confiance  dans  les  
produits  biologiques  (…)  La  confiance  des  consommateurs  ne  concerne  pas  uniquement  la  qualité.  Elle  est  aussi  
liée  aux  efforts  visant  à  protéger  l’environnement,  à  offrir  de  bonnes  conditions  aux  animaux  et  à  favoriser  le  
développement  rural.  »    
 


OGMA.pdf - page 1/3
OGMA.pdf - page 2/3
OGMA.pdf - page 3/3

Documents similaires


Fichier PDF ogma
Fichier PDF m51 chapitre 1
Fichier PDF vers un hold up des multinationales sur les semences paysannes
Fichier PDF ahr0cdovl3d3dy5zzw1vbnnsywjpb2rpdmvyc2l0zs5jb20vd3aty29udgvudc91cgxvywrzl2nwlunkvuuts29rb3blbgxplte2lta3ltiwmtiub2r0
Fichier PDF plaquette de promotion du chanvre
Fichier PDF qui se me le savoir


Sur le même sujet..