La biomasse et les risques de surexploitation 1 .pdf


Nom original: La biomasse et les risques de surexploitation-1.pdfTitre: La biomasse et les risques de surexploitationAuteur: Ana Romeo Guillén

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.8.3 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 15/04/2014 à 12:07, depuis l'adresse IP 138.195.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 824 fois.
Taille du document: 91 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


LA  BIOMASSE:  Y  a-­‐t-­‐il  des  risques  de  
surexploitation?  
 
On   appelle   biomasse   toutes   les   matières   organiques   (végétales,   animales   ou   fongiques)  
pouvant   devenir   une   source   d’énergie   une   fois   brûlées   ou   transformées   chimiquement.   Il  
s’agit  en  fait  d’un  stockage  de  l’énergie  solaire  grâce  au  carbone  contenu  dans  les  matières  
organiques.   Pendant   la   combustion   du   CO2     est   libéré   mais   contrairement   aux   ressources  
fossiles,  ce  carbone  a  été  récemment  extrait  de  l’atmosphère  par  photosynthèse  et  pourra  à  
nouveau  être  capté  par  les  végétaux.  
On  peut  affirmer  que  la  biomasse  est  une  énergie  renouvelable  sous  certaines  conditions  :  il  
ne  doit  pas  y  avoir  de  surexploitation  des  ressources,  ni  de  mise  à  mal  de  la  fertilité  du  sol  
ou  d’atteinte  excessive  sur  la  biodiversité…  
Il  y  a  trois    principaux  constituants  de  la  biomasse  :  
 
● La   biomasse   lignocellulosique   (bois,   paille   …)   on   valorise   son   énergie   par  
combustion.  La  chaleur  dégagée  va  servir  de  chauffage  ou  à  générer  de  l’électricité.  
 
● La   biomasse   à   glucide   (céréales,   betteraves…)   on   va   la   distiller   pour   produire   de  
l’éthanol   ou   la   faire   fermenter   pour   former   du   méthane.   Ces   deux   produits   seront  
ensuite  brûlés  pour  fournir  de  l’énergie.  
 
● La   biomasse   oléagineuse   (colza,   palmier   à   huile…)   qui   va   être   utilisée   comme  
carburant.  
 

 
I.-­‐MARCHÉ  DE  LA  BIOMASSE  
 
La   biomasse   couvre   environ   10   %   de   l’offre   mondiale   d’énergie   (509   milliards   de   MJ),   dont  
les   deux   tiers   sont   utilisés   pour   un   usage   résidentiel,   principalement   dans   le   pays   en  
développement   pour   la   cuisson   et   le   chauffage.   L'industrie,   elle,   est   la   deuxième   plus  
grande  utilisatrice,  suivie  par  les  centrales  électriques  et  le  secteur  des  transports.  
   
L’usage  industriel  et  le  transport  sont  toutefois  concentré  dans  une  petite  partie    du  monde.  
L'utilisation  industrielle  de  la  biomasse  constitue  15%  de  l'utilisation  mondiale  et  près  de  
la   moitié   de   celle-­‐ci   se   déroule   en   Inde,   au   Brésil   et   aux   États-­‐Unis.   Le   secteur   industriel  
utilise   principalement   la   biomasse   solide   à   des   fins   énergétiques,   en   particulier   les   déchets  
industriels   et   agricoles.   La   consommation   de   biomasse   dans   le   secteur   des   transports,   de  
1

4%,     est   également   concentrée   dans   quelques   pays   seulement.   Le   Brésil   et   les   États-­‐Unis  
utilisent   la   plus   grande   partie   de   l'éthanol-­‐carburant,   et   le   biodiesel   est   consommé  
principalement  dans  le  domaine  de  l'UE.  
Les   15   plus   grands   pays   utilisateurs   de   la   biomasse   représentent   65%   de   l'utilisation  
mondiale.   Il   y   a   plusieurs   pays   en   développement   parmi   eux.   Par   exemple,   au   Congo,   au  
Nigeria   et   en   Tanzanie   l'utilisation   de   la   biomasse   est   estimée   à   près   de   90%   de   la  
consommation  totale  d'énergie.  
   
Actuellement,  une  station  de  combustion  de  biomasse  conçu  pour  fournir  de  l’électricité  à  
40  000  foyers  par  an  coûte  7  millions  $  à  mettre  en  place  et  son  amélioration  peut  coûter  
jusqu’à  89  millions.  
   
Avec     6,3   milliards   $   en   2004,     l’investissement   dans   la   biomasse   a   crû   de   4%   par   an   jusqu’  
en   2012.   En   2008,   il   a   atteint   un   maximum   avec   14,1   milliards   $,   et   il   est   prévu   une  
augmentation  de  9  à  80  milliards  $  en  2020.  Cependant,  aujourd’hui,  il  constitue  seulement  
un  3,6%  des  investissements  totaux  dans  les  énergies  renouvelables.  
 
 

II.-­‐RISQUES  ET  IMPACTS  ENVIRONNEMENTAUX  
 
La   biomasse   est   une   source   d'énergie   de   plus   en   plus   importante,   mais     son   évolution  
menace   à   la   fois   la   nature   et     la   sécurité   alimentaire   dans   les   pays   en   développement.   Voici  
une  liste  non-­‐exhaustive  de  ces  menaces  :    
   
● Les   cultures   de   plantes   pour   obtenir   la   biomasse   occupent   de   plus   en   plus   de  
surfaces  sur  lesquelles  la  forêt  endémique  s'étendait,  ou  qui  étaient  destinées  à    la  
culture   des   aliments.   D’autant   plus   que   d’ici   50   ans   selon   la   FAO   (Food   and  
Agriculture  Organisation)  70%  de  surface  supplémentaire  devront  être  alloués  pour  
la  culture  de  nourriture.  
 
● Du  point  de  vue  économique,  la  production  d'énergie  à  partir  de  déchets  organiques  
est   plus   cher   que   la   combustion   de   combustibles   fossiles   tels   que   le   pétrole   ou   le  
charbon.  
 
● De   plus,   bien   qu'elle   soit   perçue   comme   une   source   d'énergie   propre,   la   combustion  
de   la   matière   organique   rejette   des   polluants.   En   effet,   la   biomasse   peut   être  
considérée   comme   un   charbon   de   mauvaise   qualité   et   donc   la   combustion   de   la  
biomasse  est  plus  polluante  que  celle  du  charbon.  
 
2

Les   substances   rejetées   dans   l'atmosphère   par   la   combustion   de   la   biomasse   se  
retrouvent   dans   l'environnement,   les   aliments   et   finalement   arrivent   jusqu’aux  
humains.   L’exposition   prolongée   à   ces   substances   cause   généralement   différents  
effets  non  désirés,  à  la  fois  chroniques  et  aiguës.  
 
 

III.-­‐PERSPECTIVES  ET  PRÉVISIONS  DE  LA  BIOMASSE.  
 
La   biomasse   comme   ressource   énergétique   est   non   polluante,   non   agressive   avec  
l’environnement   et   inépuisable   si   son   exploitation   est   durable.   Néanmoins,   l’exploitation   et  
production   de   la   biomasse   suppose   un   important   mouvement   logistique   qui   génère  
d’importantes   émissions   de   CO2   (collecte,   transport,   stockage,   prétraitement   et  
conservation   des   matières   premières).   La   majorité   des   technologies   actuelles   ne  
permettent  pas  de  réduire  ces  émissions  de  CO2  à  un  niveau  suffisamment  respectueux  de  
l’environnement.  
 
De   même,   un   contrôle   exhaustif   est   nécessaire   pour   éviter   la   sur-­‐exploitation     des  
ressources  végétales  car  celle-­‐ci  rendrait  impossible  la  régénération    des  forets.  La  surface  
utilisée  dans  le  but  de  produire  de  la  biomasse  peut  remplacer  celle  de  la  nourriture  ou  la  
foret  endémique.  L’absence  des  critères  de  durabilité  pourrait  entraîner  un  déplacement  de  
la  production  et  l’exportation  de  la  nourriture.  
   
Actuellement,   de   nouveaux   usages   de   la   biomasse   se   développent   et   sont   testées   dans   le  
domaine  de  la  chimie  verte.  Quelques  exemples  issus  des  recherches  sont  :  
● Bioplastiques  de  grand  intérêt  étant  biodégradables.  
● Produits  chimiques  verts  comme  détergents.  
● Fibres  végétales  pour  fabriquer  des  matériaux  isolants.  
● Fibres   végétales   remplaçant   le   plastique   classique   dans   la   fabrication   d’éléments  
automobiles.  
● Textiles  cellulosiques  issus  du  bois.  
   
Il   ne   s’agit   pas   alors,   de   savoir   si   la   biomasse   doit   être   utilisée   ou   pas,   mais   de   savoir  
comment  elle  doit  être  exploitée.  
 
Pour  conclure,  intéressons-­‐nous  à  la  France.  La  biomasse  est  la  première  source  d’énergie  
renouvelable   en   France.   Le   bois   énergie   représente   à   lui   seul   46%   des   énergies  
renouvelables  produites  en  France  en  2008.    Si  on  ajoute  à  ça  les  biocarburants  (11%),  les  
déchets   urbains   renouvelables   (6%),   le   biogaz   et   les   résidus   de   récoltes,   la   biomasse  
(chaleur,  électricité,  carburants)  est  à  l’origine  de  plus  de  63%  de  l’énergie  produite  à  partir  
3

de   sources     renouvelables   dans   notre   pays.   Les   voies   de   la   valorisation   énergétique   de   la  
biomasse  sont  les  suivantes  (source  SoeS,  ADEME):  
 
• Le  bois  énergie  domestique  (7,6Mtep)  
• Le  bois  énergie  pour  le  collectif/tertiaire/industrie    (2,5Mtep)  
• Les  biocarburants  (2,3Mtep)  
• Les  déchets  renouvelables  (1,2Mtep)  
• Le  biogaz  (0,6Mtep)  
 
 
Du   point   de   vue   de   la   régulation   la   biomasse   peut   engendrer   des   coûts   phénoménaux,  
parmi   lesquels   la   destruction   probable   de   la   biodiversité,   l’augmentation   de   la  
consommation   en   eau,   ainsi   que   la   réduction   de   la   production   alimentaire   mondiale.   Il  
s’agit  par  ailleurs  d’une  démarche  susceptible  d’aboutir  en  réalité  à  une  augmentation  des  
émissions  globales  de  CO2.    
 
   
 

 SOURCES:  
 
http://biomassmagazine.com/articles/3009/biomass'-­‐-­‐role-­‐in-­‐the-­‐energy-­‐future  
http://www.planete-­‐energies.com/fr/l-­‐energie-­‐demain/l-­‐avenir-­‐des-­‐energies-­‐actuelles/les-­‐
energies-­‐renouvelables/l-­‐avenir-­‐de-­‐la-­‐biomasse-­‐200082.html  
http://www.reseaurural.fr/files/RRF-­‐02-­‐sn05bat_051110-­‐La-­‐revue-­‐n1.pdf  
http://www.dw.de/la-­‐biomasa-­‐no-­‐debe-­‐obtenerse-­‐mediante-­‐la-­‐sobreexplotación-­‐de-­‐
selvas/a-­‐15888337  
http://www.ediporcguia.com/noticias/los-­‐peligros-­‐de-­‐la-­‐quema-­‐de-­‐biomasaç  
http://www.blogenergia.es/energias-­‐renovables/riesgos-­‐de-­‐la-­‐biomasa  
 
 
 

4


Aperçu du document La biomasse et les risques de surexploitation-1.pdf - page 1/4

Aperçu du document La biomasse et les risques de surexploitation-1.pdf - page 2/4

Aperçu du document La biomasse et les risques de surexploitation-1.pdf - page 3/4

Aperçu du document La biomasse et les risques de surexploitation-1.pdf - page 4/4




Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


la biomasse et les risques de surexploitation 1
sequence 1 theme defi energetique
energies alternatives ii
719760135d7d56cbe1ba5f6f656a5bad
er a l echelle de l individu
11

🚀  Page générée en 0.015s